Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Coeur ouvert [Masami]
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 9:37 par Jiki Masami

» Suzuri Hoshimi [en cours]
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 8:39 par Suzuri Hoshimi

» Medic Incoming | K.Ishin ♣
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 4:50 par Meikyû Raizen

» Mort, vie, renaissance [Sharrkan]
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 4:37 par Sharrkan

» Asaara A.
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 2:52 par Asaara Aduichi

» Entraînement entre Sabreurs (Miyuki)
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 2:35 par Naragasa Otsuge

» Un anniversaire pas comme les autres - PV
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 1:13 par Oterashi Yanosa

» A l'attention du Seigneur de l'Eau
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 1:05 par Nobuatsu Saji

» Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ! | Haise
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 0:52 par Kao Kan

» Lettre au Mizukage
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 0:23 par Nobuatsu Saji

Partagez

Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan]

Hokazuka Liuqin
Hokazuka Liuqin

Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Empty
Mar 25 Fév 2020 - 1:12
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Eyes10

Depuis son pied posé pour la première fois sur les Quais du Port de Kiri, Liuqin avait subi plusieurs épreuves. Sa condition de migrant en sursis lui avait imposé une période d'un mois sous la surveillance de la Kenpei. Il ne pouvait rien faire, n'avait aucun revenu et ne pouvait compter sur un emploi pour se procurer une situation stable. Bien évidemment qu'en arrivant dans la Cité de la Brume il n'avait pas prévu dans sa bourse de quoi survivre un mois sans autre source que ses économies, surtout au vu de la lourdeur du voyage qui l'avait emmené jusqu'ici. Cette situation ne l'enchantait pas mais il la comprenait. Comment pouvait-il se plaindre ? lui, le simple étranger qui venait parasiter le savoir kirijin pour repartir plus tard ?

Mais la fin de l'errance dans ce purgatoire embrumé approchait. La stabilité lui tendait les bras. Lui qui avait littéralement dû traverser le monde pour rejoindre l'Archipel de l'Eau, à devoir nourrir et payer pour deux personnes sans avoir les moyens pour un seul individu. Lui qui après ce long voyage se voyait enfermé entre des remparts sans le sou. Mais il ne nourrissait aucune colère. Ce ne fut en aucun cas une partie de plaisir, mais il ne pouvait reprocher à Kiri de ne pas accueillir bras ouverts le moindre étranger. Il devait faire ses preuves. Et il les ferait.

Il n'avait que peu dormi la veille. Tiraillé par la faim, ses réserves s'épuisaient. Couplé au fait que le jour de son second et dernier entretien était venu, le sommeil n'avait su le cueillir. Quelques vives heures l'eurent conforté mais rien de bien réparateur. Au réveil, rien ne changeait. Même rituels, même toilette, même coiffure, même regard, même personne. Il avait rendez-vous avec la Kenpei et son approche en cas de rendez-vous avait toujours été ne porter aucun masque et d'avoir l'air le plus naturel. La Police n'échapperait pas à cette règle personnelle.

À mesure que son séjour dans la Cité de la Brume s'allongeait le Cervalier avait pris l'habitude de laisser plus d'indépendance à Otsuno, son compagnon. Au Pays du Bois ils formaient une véritable fratrie inséparable par essence. Mais Hayashi n'est pas Kiri, le cerf n'était pas fait pour sillonner les rues de la Citadelle aux côtés de son partenaire. Peu à peu, les deux vivaient leurs journées l'un sans l'autre et pourtant à aucun instant un doute les avait traversé quant à la force de leur lien. Toujours prêts à mourir l'un pour l'autre. Mais pour combien de temps encore ? Toujours est-il que cette fois-ci, pour la première fois depuis plusieurs semaines, Liuqin marchait dans Kiri avec Otsuno à ses côtés. On ne pouvait ni comprendre Hokazuka Liuqin sans Otsuno, ni Otsuno sans Hokazuka Liuqin. Si les forces policières voulaient tout de l'Homme, ils auraient tout de l'Animal.

Se rendant là où son lieu de rendez-vous avait été défini, il passait les divers contrôles et fouilles imposées pour assurer le plus de sécurité possible dans ce genre d'enceintes, un commissariat non loin de là où avait eu lieu les discours de l'Aki Matsuri il y a deux semaines. Son profil était attendu, comme un rendez-vous avait été fixé il fut accueilli et pris en charge comme le voulait le bon déroulement des choses. Il aurait été mensonger de dire qu'il était détendu. Peu importe la raison pour laquelle on se trouve entre ces murs, un civil n'est jamais bien à l'aise et ressent toujours une pression relative. Encore eut-il fallu que l'Hayashijin soit officiellement un civil kirijin.

Quand vint l'heure fatidique et qu'on l'installa dans la pièce où allait avoir lieu son entretien ce fut une femme aux cheveux aussi sombres que les siens qui l'accueillit en lui faisant comprendre qu'elle était responsable de la suite de son entrevue. L'avenir d'Hokazuka Liuqin se jouait là, maintenant, dans les feuilles entre les mains de la Femme au regard éthéré et entre ces quatre murs. Que le Jugement de la Brume commence.

"Hokazuka Liuqin, bonjour." sans tendre la main, l'enquêté s'inclinait en guise de salutations et de présentations dirigées à une personne dont il ne connaissait rien alors que elle tenait le compte-rendu d'un mois de sa vie observés dans les moindres faits et gestes.


_________________
- #004000
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Bq62
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080 https://www.ascentofshinobi.com/t9693-daken-kosatsu-terminee
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Empty
Mer 26 Fév 2020 - 21:10
Aux yeux de la Cité Brumeuse, Yasei Reikan elle-même avait été perçue comme une étrangère dès son arrivée, rien que par son sang et son physique trop exotique au goût de certains. Pour autant, cela ne l'avait bien sûr en rien empêché de gravir les échelons et de prouver sa valeur au peuple et aux hautes instances de Kiri, jusqu'à devenir un élément essentiel pour la sécurité du village et de ses habitants. Nobles ou paysans, les enfants de la Brume vouaient un grand respect à l'une de ces courageux combattants ayant lutté contre le Démon à trois queues, si bien qu'aujourd'hui, son statut au sein de la Main de la Justice lui donnait le pouvoir de se mettre de l'autre côté de la table, dans le cadre d'une enquête sur les intentions de ses nouvelles recrues les plus atypiques.

Si la procédure semblait être répétitive pour celle qui était chargée de rendre l'avis de la Brume, le lourd dossier qu'elle tenait dorénavant entre les mains n'avait pas manqué d'interpeller son intérêt, la veille passée à éplucher son passage au sein de la Cité Brumeuse. Hokazuka Liuqin. Voilà quel était le nom de ce descendant d'un clan dans lequel les Hommes avaient appris à s'entendre avec les Bêtes, à défaut d'en devenir de véritables. Venu dans les bras de Kiri la Grande pour y trouver la force dont il avait besoin afin de défendre ses pairs, il semblait nourrir une importante rancœur à l'égard d'un Empire du Feu en plein essor. Son arrivée se justifiait à travers la masse d'avantages que le village au cœur du Pays de l'Eau avait à lui offrir ; à savoir que le plus conséquent de tous n'était autre que sa formation militaire, qui n'avait aucun égal à travers le Yuukan.

Ainsi, il en attendait beaucoup de Kiri et espérait que celle-ci puisse lui servir de tremplin dans sa progression sur la voie ninja. Un argument qui n'était pas si différent de celui de l'enfant des bêtes, lorsqu'elle avait été accueillie par la Brume. Au cours de son séjour, du début jusqu'à ce qui pouvait être une potentielle fin selon la décision rendue par la féline, le Cervalier n'avait pas fait le moindre faux pas à l'égard de la sécurité du village et de ses habitants. Il avait également su faire preuve de pertinence, en ce qu'il n'avait pas tardé à tisser des liens avec des combattants de la Brume. Et de surcroît, il s'était donné cette peine de prendre les plus fines précautions vis-à-vis de l'image qu'il pouvait renvoyer aux hautes autorités, si bien qu'il avait même permis à une incroyable entorse de s'immiscer dans la relation inséparable qu'il entretenait, depuis presque toujours, avec son cerf.

Sur le papier, le jeune Hokazuka était doté d'origines aussi intéressantes que ses capacités, issu d'un peuple des plus primitifs. Un détail qui savait parler à la Tigresse blanche, elle qui appartenait au clan le plus sauvage que l'Humanité avait pu connaître, puisque la bestialité coulait à flot dans les veines des siens. Mais ce n'était pas la seule chose qui restait familière à notre chère Reikan. Pour autant, la complexité du dossier ne lui laissait pas le luxe de décider par avance de l'issue de cette entrevue. Une issue qui serait déterminée, en fonction des antécédents plutôt bien reçus par la métamorphe, mais aussi selon l'attitude et la réflexion qu'il brandirait lorsqu'elle serait face à elle.

Ainsi, l'heure était venue pour Liuqin de pénétrer dans les locaux de la Kenpei et se laisser guider jusqu'à la salle où la jolie brune l'attendait, vêtue de sa tenue de Chūnin que ses parures exotiques avaient su rehausser pour la distinguer de toutes les autres jusqu'à la rendre unique en son genre. Dès son arrivée, l'Héroïne de l'Eau lui intima de s'asseoir sur la chaise qui était à sa disposition.

« Bonjour, Hokazuka Liuqin. Je suis Yasei Reikan, Chūnin de la Brume, Capitaine de la Main de la Justice et enfin celle chargée de juger de votre entrée définitive ou non dans les rangs du village. Vous pouvez vous asseoir, car cela peut s'avérer un peu long et je préfère qu'une éventuelle tension du corps n'ait pas l'occasion de ternir la qualité de vos réponses. »

En se rasseyant devant le dossier, la féline jeta un œil au soldat qui l'avait accompagné, avant de hocher la tête pour lui donner son accord vis-à-vis d'Otsuno, amené dans le couloir. Sans gêne et avec une aisance tout à fait professionnelle, l'enfant des bêtes planta ensuite l'éther de son regard dans le lilas du Cervalier, alors que son compagnon animal pénétrait dans son bureau. Si un autre Capitaine aurait pu lui refuser cet accès en raison de sa simple condition animale, il n'en était rien pour l'enfant des Bêtes, elle qui estimait profondément cette relation entretenue par les deux êtres qui se tenaient dorénavant devant elle. Après avoir tenté de mettre à l'aise celui qu'elle n'allait pas tardé à interroger, maintenant accompagné de son fidèle ami, la métamorphe reprit la parole avec prestance et assurance.

« Cela fait un mois que vous êtes parmi nous. Un mois passé à vous familiariser aux coutumes militaires et mœurs de l'Eau. Un mois voué à une adaptation tendue, vous et Otsuno, près de la vie de la Brume, après avoir risqué gros pour juste la rejoindre depuis le Pays du Bois. J'ai compris les espérances que vous nourrissez à l'égard de Kiri et à quel point vous pourriez y gagner en nous rejoignant, en progressant entre ses murs. Pour autant, une question me taraude. Qu'est-ce que le village gagnerait lui, en faisant de vous un enfant de la Brume et en vous habillant de son bandeau? »

La Tigresse blanche jongla de ses perles entre l'Hokazuka et le cervidé, puisque l'un ne saurait être imaginé sans l'autre dans la vie de tous les jours. Si sa question pouvait paraître cruelle au premier abord, cela n'atténuait en rien sa pertinence. Kiri avait énormément de choses à offrir à quiconque savait saisir cette chance, même à ceux qui lui étaient les plus étrangers. Mais qu'en était-il d'eux? Pouvaient-ils tous, à l'avenir, se rendre utiles pour elle? Voilà une question qui allait probablement sceller en partie le destin du Cervalier. Car la Brume, elle, avait déjà fait l'étalage de tout ce qu'elle pouvait apporter à l'Hokazuka.

À son tour de prouver qu'il pouvait en être digne.
[invisible_edit]

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 14 Juin 2020 - 19:51, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Hokazuka Liuqin
Hokazuka Liuqin

Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Empty
Lun 2 Mar 2020 - 14:15
Qu'est-ce que le Village avait à gagner à l'accueillir ? Liuqin se trouvait dans un premier temps désarçonné par cette question. Égoïstement (ou humainement), il n'avait pensé qu'à ses objectifs et jamais à si Kiri se donnait le droit de le refuser. Il avait toujours considéré que tant qu'un village shinobi gagnait un soldat il n'avait pas à se plaindre. Force est de croire que Kiri n'est pas "un" village shinobi parmi les autres. Ou peut-être tout simplement que la vision du Cervalier était erronée.

"Je dois avouer ne jamais y avoir pensé sérieusement ..."

Mais après une vive réflexion, il répondit ce que tout shinobi pouvait répondre pour se constituer une première défense. Superficielle mais qui servirait de base pour une défense bien plus importante ensuite :

"L'argument le plus évident et objectif serait celui de mes talents martiaux. Je ne suis pas le plus fort, je ne le serai jamais. Mais mes arcanes n'existent pas chez d'autres entre ces remparts. La Brume gagnerait donc un élément qui lui est unique."


Mais il avait conscience que cette piste de réponse n'était pas celle recherchée. Il ne devait très certainement pas être le seul aux caractéristiques uniques parmi la Brume. Il devait étoffer jusqu'à sortir du champ martial pour atteindre Liuqin, sa personne, son essence, ce qui faisait réellement la différence :

"Ce n'est pas l'argument principal. Qu'importe l'exotisme de mon art, il est évident qu'à moi seul je ne ferai pas une grande différence. Je pourrais par contre enseigner mes techniques, la façon de vivre de mon clan, pour former une unité d'élite en traque et assaut frontal qui ferait assurément la marque de Kiri. Mais encore une fois, je ne crois pas que la différence se joue dans les arguments militaires. Qui suis-je ? Quelles sont mes valeurs ? Il s'agit là, je pense, d'un élément plus central."

Ça y est, la machine était lancée, les sabots de la bête avaient quitté le sol pour commencer sa charge. Il arrivait au coeur de son argument :

"Plus que mes compétences, c'est ma personne que j'ai à offrir. Je suis ici pour devenir plus fort mais je ne suis pas un parasite, pas un ingrat. Si mes objectifs s'accomplissent alors je devrais tout à la Brume et probablement, y compris, la survie de mon peuple car je serais capable de le défendre grâce aux enseignements de la Brume. Ce sont des choses pour lesquelles on est redevable pour toute une vie, pour lesquelles nous serions prêts à mourir si cela signifiait rembourser sa dette."

Il allait maintenant pouvoir répondre clairement à la question posée. Si jusqu'ici son regard oscillait entre le plafond et ses pouces croisés devant lui, la tête perdue dans ses pensées pour construire sa réflexion, il pouvait maintenant regarder celle qui l'interrogeait droit dans les yeux. Que celle-ci lui rende son regard ou non il allait apporter la suite de son argumentaire avec une détermination marquée dans ses pupilles et l'arche de ses sourcils :

"Ce que le Village gagnerait en faisant de moi un enfant de la Brume et en m'habillant de son bandeau c'est un soldat indéfectible. Une Tour inébranlable, un homme qui doit tout à la Brume et qui mettrait sa vie en jeu sans hésitation pour celle qui, elle, a bien voulu de lui, a bien voulu l'héberger, a bien voulu lui apprendre."

Il en avait terminé avec cette question. Est-ce sur cette seule demande que reposerait le fruit d'une traversée du monde, d'un exil, d'un abandon de son peuple, de sa famille et d'un mois à s'affamer dans le Village ? Beaucoup de choses étaient en train de se jouer pour l'Hayashijin et il en avait conscience, comme le montrait la salive qu'il était bruyamment en train d'avaler après avoir conclu sa réponse. Que les jurés de la Brume délibèrent.

_________________
- #004000
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Bq62
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080 https://www.ascentofshinobi.com/t9693-daken-kosatsu-terminee
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Empty
Jeu 12 Mar 2020 - 19:09
Ce fut sans compter sur le sérieux de Reikan que démarra l'entretien si vital à l'égard de celui pour qui l'ouverture des portes de la Brume était la clé de toute une ambitieuse quête. Du début jusqu'à la fin de la réponse qu'il avait apportée, l'Héroïne de l'Eau n'avait pas détaché son regard d'éther de lui et de son compagnon animal. C'était une habitude qu'elle avait adopté au fil du temps, sans une gêne superficielle. Yasei Reikan était une grande et brillante observatrice, qui savait mettre à profit des informations récupérées à force de patience et de souci du détail – un trait maladif chez elle. Même si un tel appui de regard par ses yeux prédateurs pouvaient être intrigants, voire déroutants, cela lui permettait pourtant de faire marcher l'une de ses plus remarquables qualités ; sa pertinence d'esprit. Voilà la raison pour laquelle elle ne perdit pas une miette des expressions faciales ou des mimiques de Liuqin au risque de peut-être le perturber dans son monologue, alors que l'un de ses dons de sensorialité les plus rares était à l'œuvre.

Au-delà de la concentration nécessaire pour démêler le mensonge de la vérité, le bon du vil, Yasei Reikan était absorbée par l'attitude et le répondant de son vis-à-vis. Et tout le long de la réponse du Hokazuka, son visage demeura fermé et figé, comme si ancré dans la pierre. Seul un détail pouvait trahir l'intérêt grandissant qui apparaissait en son sein pour ces deux individus qu'elle devait juger ; la flamme d'éther qui dansait au creux de ses pupilles, au gré de sa volonté.

Liuqin avait remis entre les mains de la Yasei une poignée d'arguments, aux valeurs toutes les plus ou moins conséquentes à l'égard de Kiri. Or, une chose, un unique dénominateur commun, tenait les propos du natif du Bois pour les coudre entre eux et en façonner une couverture de convictions ; la sincérité. Aussi bien dans le silence d'Otsuno que dans le flot de paroles de l'humain, la féline retrouvait en cet atypique duo des combattants sincères, portés par l'espoir commun de contribuer à la naissance d'un monde meilleur, à commencer par venir en aide à ceux qui étaient de leur sang.

Le Cervalier avait joué cartes sur table et, une à une, la chevelure de jais les décryptait avec grand soin dans son esprit. C'était un fait ; Liuqin était le seul Hokazuka que la Brume pouvait peut-être, à ce jour, compter dans ses rangs. Il était le détenteur d'un art martial et de compétences de traque uniques, au même titre que l'étaient ceux de la Tigresse blanche et qui avaient fait sa réputation à travers le Pays de l'Eau. Mais cette partie de sa réponse n'était, à vrai dire, pas ce que recherchait véritablement la féline. Voilà pourquoi la suite fut bien plus intéressante à ses yeux. Le dompteur de bêtes avait eu l'intelligence ou la franchise de mettre un point d'honneur à son dévouement sur la voie du shinobi, à l'égard de la Brume.

Liuqin était prêt à mourir pour le village qui lui offrirait la chance d'évoluer et de devenir la meilleure version de lui-même, celle qui serait peut-être en mesure de faire muter ses rêves en réalité. C'était là une contrepartie des plus conséquentes, qui pour n'importe quel Capitaine de la Kenpei, n'était pas à négliger ; quand bien même cela ne pouvait être que des paroles. Toutefois, Hokazuka Liuqin devait encore prouver qu'il était un homme d'honneur, qui s'efforçait de toujours tenir sa parole. Mais il n'y avait qu'un seul moyen pour qu'il puisse en être capable ; celui qu'il devienne un enfant de la Brume. Une fragile condition, dont l'issue trônait entre les griffes de la Tigresse blanche.

Après avoir laissé un pesant silence s'installer dans la pièce, la Fille du Lion de l'Atlas daigna enfin couper l'intense lien visuel qu'elle avait entretenu jusqu'à lors avec Liuqin. Encadré par les mèches brunes de sa chevelure bestiale, le myosotis de son regard s'échoua sur les feuilles gisant sur son bureau, mélange entre rapports administratifs au sujet des interrogés. Un temps de battement se fit entrevoir, pendant lequel Reikan ne lisait qu'en diagonale les actes marquants et anecdotiques de ceux qui n'attendaient que son jugement. Ses paupières se plissèrent légèrement, sans montrer aux deux amis si les précédents arguments avaient su la satisfaire ou non. Redevable pour toute une vie, hein... En un sens, il était indéniable que Liuqin et Reikan se ressemblaient ; et cela n'avait pas manqué de la toucher, au fond. Il y avait quelque chose en ce garçon qui la poussait à vouloir en savoir plus sur eux, sur les braises qui faisaient marcher la cheminée de leurs espoirs. Pourtant, cela n'empêchait en rien l'impartialité d'animer l'âme de la Capitaine.

Son visage au teint hâlé se redressa de peu, mais ce fut suffisant pour faire cliqueter les boucles d'oreilles griffues qui ressortaient de sa chevelure de jais. Une fois encore, ses yeux balayèrent les informations écrites éparpillées sur le bois de son bureau et se verrouillèrent dans ceux de l'enfant de la Forêt.

« J'aimerais savoir quelque chose, cher soldat indéfectible. Vous et votre ami êtes nés bien loin d'ici, au-delà des vagues de l'Archipel. Pourquoi avoir choisi la Brume, parmi tous les autres villages qui étaient à votre portée sur le Continent? »

Yasei Reikan était incapable de renier un tel fait ; elle se retrouvait un minimum dans Liuqin, dont le parcours était sensiblement similaire au sien. Bien avant de devenir une Héroïne de l'Eau, la féline avait été – et l'était toujours – de ces nomades métamorphes qui parcouraient le monde en quête de découvertes. Au jour le jour, la Fille du Yasei Ragna avait été très tôt confrontée à la réalité d'un monde bien cruel, si bien qu'elle avait fait de la réunification de son clan un rêve. À cette époque, alors que sa vie prenait un tournant sans précédent, la Brume et ses principes étaient apparus à ses yeux comme étant le meilleur moyen de gagner en puissance pour être à la hauteur de toutes les promesses qui pesaient sur ses épaules.

Quelles étaient les raisons qui avaient poussé Hokazuka Liuqin à vouloir rejoindre la Brume, alors?

Spoiler:
 
[invisible_edit]

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Dim 14 Juin 2020 - 18:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Hokazuka Liuqin
Hokazuka Liuqin

Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Empty
Mar 19 Mai 2020 - 16:06
Pourquoi Kiri ? Maintenant qu'il y pensait, Liuqin n'avait jamais réellement mit de mots dessus. Son aversion pour ce qu'était devenu son pays de naissance aurait pu le motiver à rejoindre Kumo. À quoi bon ? Rejoindre une révolution ou un mouvement contestataire ? Autant directement infiltrer les rangs de l'Occupant pour les saboter. À quoi bon ? Il n'était pas assez fort pour ça. S'il voulait faire face au Teikoku il devrait d'abord s'endurcir. Il ne fallait pas griller les étapes.

Il avait beau ne jamais avoir exprimé clairement (même à lui-même) ce pourquoi il avait choisi Kiri, le Cervalier était quand même certain de sa conviction. Il savait, oui, il savait au fond de lui pourquoi :

- Tout d'abord, j'ai entendu bien des choses sur l'armée de la Brume. Plusieurs légendes circulent sur le continent quant à l'archipel. J'ai eu vent de rumeurs comme quoi le pays aurait été attaqué à plusieurs reprises et aurait subi plusieurs fois de gros dégâts, mais qu'il s'en serait toujours sorti plus fort et grandi. C'est un petit peu ce à quoi j'aspire en tant que personne, en tant qu'être humain. Plus que tout, je dirais que c'est une question de compatibilité.

Cette partie de la question était résolue. Pas seul, pas Teikoku, pas Kumo. Mais alors, Iwa ou Kiri ?

- J'aurais pu me rendre à Iwa qui est le voisin direct de mon pays d'origine, oui. Mais de ce que je sais la mentalité là-bas est plus individualiste, dans la compétition. Je veux me donner les moyens d'accomplir mes objectifs. Et si cela signifie traverser la moitié du monde alors je le ferai. Non, je l'ai fait. Si je souhaite me renforcer c'est aussi et en premier lieu pour protéger mon peuple de l'Impérialisme teikokujin. Aller à Kaminari reviendrait à aller à Urahi, et Iwa restant relativement proche de l'Empire, j'aurais eu peur qu'un conflit prématuré n'éclate et que je ne sois pas encore prêt à affronter le Pays-... L'Empire du Feu. En venant ici j'ai de quoi devenir plus fort et le temps pour devenir plus fort. L'archipel est isolé, personne ne viendra me chercher, rien n'interrompra le cours de ma quête.

Les dés étaient jetés. L'Hokazuka pensait avoir répondu sincèrement. Cela suffira t-il à convaincre son examinatrice ? Que le Jugement de la Brume soit rendu.

_________________
- #004000
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Bq62
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080 https://www.ascentofshinobi.com/t9693-daken-kosatsu-terminee
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Empty
Dim 14 Juin 2020 - 17:04
Depuis toujours, le Pays de l'Eau incarnait une source de fantasmes mystiques et de convoitises de la part des continentaux. Excentré du monde, l'Archipel avait fait l'objet de bien des rumeurs par-delà les vagues de sa prison de mers. Barbares, inhumains, impitoyables, si longtemps ses enfants furent victimes de médisances souvent infondées, qui découlaient d'un lourd et tumultueux passé baignant dans le sang et la férocité. Aujourd'hui encore, les plus frileux qui n'avaient jamais osé s'y aventurer alimentaient avec ferveur ces ragots insensés. Mais l'île-mère qui abritait Kiri la Grande avait bien changé, après toutes ces maudites calamités. Bien avant et après l'arrivée de la Tigresse blanche en son sein, la frontière maritime s'était avérée incapable de retenir les affres qui couraient sur les sentiers du monde extérieur. Et toutes ces épreuves, aussi épouvantables les unes que les autres, avaient su forger une nouvelle génération plus talentueuse, plus sage.

Kiri n'était plus qu'un village.

À ses côtés, Yasei Reikan avait appris que la sédentarité n'était pas forcément un mal. À ses côtés, elle avait gagné surtout en puissance et en notoriété, si bien qu'à ce jour l'enfant des Bêtes pouvait prétendre à la satisfaction de tant de ses buts. La Cité Brumeuse lui avait accordé sa confiance et la Fille du Vent sa poigne de fer. Au cœur de l'Eau, la féline avait pu trouver une poignée des siens perdus et renouer avec une partie de ses racines. Au-delà de cet échange de bons procédés, elle avait découvert dans les rangs de ce village une cohésion sans failles ni faiblesses, si particulière qu'elle semblait n'avoir jamais foulé un autre pays que celui-ci. Une entraide capable de tenir tête à un Démon à queues et à bien d'autres menaces encore. Du moins, c'était ce que la changeforme espérait du plus profond de son cœur et ce pourquoi elle était prête à se battre.

Kiri était une grande famille.

Et cette famille avait encore de la place pour le Cervalier, comme elle en avait eu pour la jolie brune auparavant. Les paupières de la brune se plissèrent, accentuant l'éther s'écoulant dans ses perles. Un maigre instant de suspens se nicha entre la Capitaine et les deux enfants de la Forêt, avant que la jeune femme ne décide de délier ses fins doigts précédemment entremêlés les uns aux autres. Sa voix ne s'était pas encore élevée que déjà, sa dextre regagnait son crayon de bois dans le but d'annoter sur un papier vierge observations et chiffres. Le dossier shinobi fraîchement constitué se referma sous le joug de son autre main, pendant que son séant se détachait du siège. L'Héroïne de l'Eau s'était relevée et contourna sa table pour se rendre juste devant les deux combattants, les jaugeant de son regard bleu roi de la tête aux pieds. Entre l'index et le majeur de sa dextre tendue vers Liuqin trônait le petit papier où étaient inscrits une adresse et une suite de numéros.

« Hokazuka Liuqin, Otsuno. Voici vos matricules, qui permettront de vous identifier en tant que fiers enfants de la Brume. Vous êtes désormais chez vous. Demain matin, j'attendrai à l'ouverture du Complexe Shinobi pour vous remettre en main propre vos bandeaux et tout ce qu'il vous faut savoir en votre nouvelle qualité de combattant de Kiri. »

Spoiler:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Hokazuka Liuqin
Hokazuka Liuqin

Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Empty
Ven 19 Juin 2020 - 22:14
Le Jugement de la Brume avait été rendu et un poids se libéra des épaules de Liuqin. Rien était encore officiel mais il n'y avait aucune raison qu'au final l'annonce de sa camarade-en-devenir soit faussée. À moins qu'il ne s'agisse d'un mensonge, d'une épreuve ? De toute manière il ne saura qu'en la suivant. Malgré l’enthousiasme qui l'assaillait, il ne pouvait se permettre de sourire grandement et de sautiller. Si internement il jubilait, il se contenta de prendre un air soulagé en gardant ses yeux fermés de manière prolongée, prenant une inspiration de ce qui avait l'air d'être un nouvel air. Et lorsque cette bouffée quittait son corps, c'est tout un amas d'intériorités et de sentiments à présent dépassés qui le quittaient. Il y avait un goût de projet achevé aux choses, à présent. Et pourtant ce n'était que le début. Et il avait déjà accompli tant. Peut-être que l'étape la plus difficile avait été franchie. Il ne savait pas, seul l'avenir saurait infirmer ou confirmer cela.

- Je ne peux que vous remercier, Yasei Reikan. Je me montrerai digne de la confiance que m'accorde le Pays de l'Eau. Je porterai la Brume.

Il inclina son visage, en signe de reconnaissance. Otsuno était assez insensible à la question il était ... "là". Les procédures, cela dit, n'était pas terminées. Il fallait encore accomplir une dernière formalité. À cet instant seulement la Crinière de Jais pourra se proclamer kirijin. En quittant la Caserne, le jeune homme prit le chemin le ramenant à l'auberge où il logeait depuis maintenant un mois. Il ne pourrait pas la quitter tout de suite, cette situation précaire devra durer encore quelques instants jusqu'à ce que son salaire de mission soit satisfaisant et lui permette de s'émanciper. Mais il avait à présent la certitude que cette fragilité ne durerait pas.

***

Il avait passé le reste de sa journée et une bonne nuit, un sommeil étrangement apaisé. L'anxiété qui le rongeait chaque jour depuis son départ avait pris une toute autre mesure. Elle s'était réduite, pas encore éteinte mais presque inoffensive. La malnutrition, l'espace de vie confiné, la surveillance policière, la privation, tout cela allait bientôt cesser. En ce but, il devait se rendre au Complexe Shinobi à la première heure. C'est un bâtiment devant lequel il a eu l'occasion de passer plusieurs fois. Il se souvient de sa traque nocturne d'Otsuno échappé, quelques civils étaient postés devant ce bâtiment juste après l'Akimatsuri. Mais il n'y a jamais pénétré. Il y avait une bibliothèque à l'intérieur, cela aurait pu lui être utile si il y avait trouvé quelque ouvrage sur l'Histoire mizujine mais ce lieu lui était interdit d'accès pour l'instant.

Du moins, jusqu'à aujourd'hui. Il enfila son apparat habituel, à savoir de longs vêtements et une broche pour nouer ses cheveux. Une fois prêt, il se tint devant Otsuno qui se métamorphosa pour arborer une forme jumelle à l'exception de la ramure restant encore sur son front pour permettre de distinguer la paire. Ils avaient conclu il y a quelques jours que les déplacements en ville s'effectueraient à présent sous cette forme. Ainsi, ils quittèrent l'Auberge sans prendre de collation comme depuis déjà plusieurs semaines.

À son arrivée, ladite Yasei Reikan était déjà sur place. Il s'avança pour aller la saluer :

- Bonjour !

Avec un léger sourire il pointa Otsuno sous forme humaine du bout de son pouce.

- Nous avons décidé d'adopter cette forme lorsqu'on se déplace en ville. Est-ce que ça pose problème pour la remise du bandeau ? D'un point de vue ... cérémoniel, peut-être ?

_________________
- #004000
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Bq62
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080 https://www.ascentofshinobi.com/t9693-daken-kosatsu-terminee
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Empty
Mar 23 Juin 2020 - 18:25
Kiri se préparait à accueillir un nouvel enfant dans ses rangs, pour l'entretenir autant qu'il la servait et lui faire atteindre la meilleure version de sa personne. À l'aube, Yasei Reikan s'était rendue près de l'entrée du Complexe Shinobi pour recevoir comme il se devait cette pépite bestiale en devenir. Sous la fraîcheur printanière du matin, la Capitaine de la Kenpei sortit une table des salles d'études afin de l'installer dehors et y ordonner tous les papiers administratifs sur lesquels seule la signature officielle des deux combattants manquait. Sa tenue habillée de son brassard militaire, son bandeau frontal et sa droiture habituelle faisaient de la jolie brune une guerrière aussi assidue qu'exigeante rien qu'en apparence. Mais sa bonté la démarquait des autres parmi les forces de la Brume. Elle, qui avait été confrontée au même statut quelques saisons dans le passé, prit la peine de penser au moindre détail pour honorer ce jour charnier et teinter de positivité l'entrée de Liuqin dans le village. Sur ce bureau improvisé, elle déposa des graminées et une charmante boîte en chêne renfermant des taiyaki* fourrés au chocolat et à la pâte de fraises.

Les discussions avec le personnel de l'institution éducatrice lui permirent de laver son impatience, en attendant l'arrivée du Cervalier et de son compagnon. Une arrivée qui ne tarda pas à voir le jour, puisque les ombres de Liuqin et Otsuno, qui avait pris l'apparence de son humain, se détachaient de la brume environnante pour se rapprocher sans plus tarder.

« Mes salutations. Non, cela ne devrait pas poser le moindre problème. »

La Tigresse blanche laissa son regard myosotis jongler entre ceux qu'elle allait pouvoir considérer en toute légitimité comme étant ses frères d'armes, avant de venir attarder leur attention commune sur une des feuilles qu'elle poussa au bord de la table. Du bout de son fin index, elle la traversa de haut en bas pour intimer à Liuqin d'apposer leur signature sur ce qui était la première page de son dossier shinobi. Un carnet que les hautes instances de la Cité Brumeuse avaient à cœur de garder, comme pour tous ses enfants qui disposaient d'une identité en son sein. Une fois que l'empreinte fut déposée, la Yasei à la peau cuivrée par le soleil du Désert plongea sa dextre dans les pliures de sa veste, desquelles se révélèrent deux bandeaux, dont l'un était adapté à l'encolure du cerf.

L'Héroïne de l'Eau tendit respectivement les bandeaux à Liuqin et Otsuno, ainsi qu'un petit papier.

« Voici le symbole de ce pourquoi vous allez vous battre, désormais. Prenez-en soin. Je vous ai aussi apporté de quoi ne pas démarrer cette journée le ventre vide et vous ai remis les coordonnées d'une de mes connaissances qui disposerait d'un logement définitif pour vous, près du Temple Seidou. Dès ce jour, vous allez recevoir le salaire correspondant en vos qualités de combattants pour subvenir à vos besoins. »

Ses lèvres charnues transcendèrent sa joie intérieure pour Liuqin et son ami, au point de laisser s'y glisser un sourire plein de sincérité et de bienveillance. L'espace d'un instant, l'enfant des Bêtes prit la décision de transgresser d'elle-même les barrières de la stricte hiérarchie du village. Elle agissait comme si elle espérait être en mesure de suivre de loin la progression du duo derrière les remparts de l'Eau, en tant que supérieure.

Et en tant qu'amie.

« Ne soyez pas gênés pour vous servir, combattants de la Brume. »

Taiyaki (たい焼き, litt: dorade cuite)

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Hokazuka Liuqin
Hokazuka Liuqin

Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Empty
Mar 30 Juin 2020 - 16:52
Alors Otsuno et Liuqin avanceraient comme deux hommes distincts mais formant un seul être. Sous peu, ils pourraient commencer un nouveau futur, sous un nouvel uniforme et entouré d'une nouvelle égide brumeuse. L'état des projets personnels de la Crinière de Jais posait malgré tout problème. À un moment ou un autre il devrait revenir au Pays du Bois et auprès de son peuple. Que faire à ce moment-là ? Renier la Brume ? Même si il décidait de prendre sa retraite après de bons et loyaux services et d'un commun accord, il doutait que Kiri laisserait un ancien soldat avec de potentielles informations sur le village rester hors des frontières. Autre option, lorsque Liuqin sera prêt, quitter le village que les autorités le veuillent ou non. L'Hayashijin ne saurait être en paix avec ce choix. Mais finira t-il par avoir le choix ? Renier ses origines était impossible. Il devra finir par trouver un moyen d'échapper à ses restrictions. En trouvera t-il seulement un, un jour ?

Si il était parti c'était pour eux. Il ne pouvait pas simplement prêter allégeance à un autre peuple pour renier l'autre. Il était convaincu de sa servitude à la Brume et ne considérait en aucun cas contradictoire le fait d'être lié à deux factions tant que celles-ci ne s'affrontaient pas. Mais son séjour ici s'inscrit dans les objectifs d'une quête. Et toute quête est vouée à être accomplie, pas à durer éternellement. Sera-ce la fin de Liuqin et Kiri lorsque ses attentes auront été rencontrées ? L'ingratitude était une chose qu'il ne saurait être à l'aise avec. Mais la vie est-elle seulement juste ? Pouvons-nous nous permettre le luxe de sciemment être en accord avec l'ensemble de nos actions ? Vit-on seulement si l'on a pas quelques regrets ? Il avait beau se torturer, il n'avait pas encore la solution. Il ne soulevait que de plus en plus de problèmes et pour l'instant il n'avait aucune résolution. Qui vivra, verra, au final. Il n'était pas encore temps de prendre une décision, alors à quoi bon s'asphyxier de questionnements. Mais même si il fuyait la question, il ne faisait que retarder l'inévitable. Un jour, il devra faire un choix.

L'heure n'était pas encore venue. Pour aider Liuqin à chasser ces pensées, de charmantes attentions avaient été disposées sur la table. Cet homme n'avait jamais été de ceux qui ne juraient que par un seul aliment ou un seul fruit, mais il fallait admettre que les fraises constituaient un point faible pour son appétit. L'environnement du Pays du Bois faisait que ces petits cadeaux de la nature se retrouvaient souvent dans son assiette. Voilà de quoi lui apporter du réconfort. S'adonnant à quelques plaisirs gustatifs, la partie administrative fut ensuite à remplir. Une simple signature était à apposer. Après lecture de ce qui était inscrit et sans remarquer quoi que ce soit à corriger. Il déposa donc son signat avant de se voir présenté deux bandeaux aux couleurs de la Brume. Quatre traits ondulés étaient gravés sur le métal, comme pour représenter les vagues autour de l'Archipel. Kiri était la capitale militaire du Pays de l'Eau, après tout. Détail auquel même Liuqin ne s'attendait pas : un des deux bandeaux était adapté à Otsuno. Alors Le Cervalier n'était plus le seul au sein des murailles de la cité à considérer son compagnon comme autre chose qu'un animal de compagnie. C'était officiel, inscrit dans les registres, Otsuno était une personne à part entière. La Brume elle-même avait reconnu son existence comme autre chose qu'un objet. Il avait bien choisi sa destination, au final.

Si il s'attendait à ce que son salaire ne soit versé qu'à la mission et qu'il devra trimer pour sortir de son auberge pitoyable, Yasei Reikan vint lui prouver le contraire. Elle avait fait jeu de ses connexions pour trouver un logement vaquant pour la paire hayashijine. Il ne s'y attendait pas. Docilement, après avoir décoré son front de ses nouveaux accessoires, il ne put que s'imposer de courber l'échine en formant un angle droit, le visage bien bas, en signe de sa reconnaissance. Otsuno le suivit de très près.

- Yasei Reikan. Je ne peux que vous remercier. Je ne sais comment repayer ce que vous avez fait pour moi.

Les bras collés à son corps, il serrait ses poings. Il ne le reconnaîtra jamais et faisait un effort pour le camoufler mais en regardant le sol depuis sa position incliné, ses yeux s'humidifièrent. Rien depuis qu'il avait posé pied sur le Port Naragasa ne facilitait les choix qu'il devra prendre à l'avenir quant à son peuple.

_________________
- #004000
Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan] Bq62
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080 https://www.ascentofshinobi.com/t9693-daken-kosatsu-terminee

Que le Jugement de la Brume commence. - [PV. Yasei Reikan]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: