Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le retour des braves

Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Le retour des braves Empty
Mer 26 Fév 2020 - 12:48
Le retour des braves Uvun
Urahi no kuni | Le retour des braves


Trottant sur les plaines du Pays du Feu, le cabri poussa finalement un hennissement inattendu qui résonna dans la vallée. Un cri de joie et de nostalgie qui jaillissait de fond de son subconscient en reconnaissant la cité qu’il avait pour habitude de fréquenter ; là où il avait été dressé et choyé. Son cavalier, jetant silencieusement des yeux ténébreux sur le cité de l’avenir, se figea sur le dos de sa monture tout en tentant de rester imperturbable face à la réaction du canasson devenu bien trop excité à son goût. Spontanément, il tira sur les rennes et, confirmant les premières impressions du cheval, il l’obligea à se mettre en perpendiculaire de sa trajectoire.

Lorsqu’il regardait derrière lui, il pouvait voir toute la colonne de cavaliers qui revenaient de Kumogakure, cortège du retour de l’examen impérial, avec ses combattants, ses cadres, ses promus et quelques civils. Il eut presque l’étrange sentiment d’une armée qui rentrait de guerre, comme autrefois, lorsqu’ils avaient conquis la cité. Il se fit la réflexion que jadis, les troupes d’Iwagakure et de Kumogakure avaient sûrement connu pareil cortège, mais dans l’autre sens, après avoir été les responsables du massacre de Yugure. Si d’aventure le retour de flamme dirigé par Rei contre celle qui s’appelait autrefois Shitaderu avait été tout aussi démesuré, il convenait pour le Shinrin d’estimer que les choses avaient été mises à plat. La balance avait retrouvé son équilibre. Du moins presque.

Iwagakure n’avait pas encore connu la même punition que sa semblable du Kaminari. Rei tournait-il les yeux dans cette direction après l’annexion de la première ? Shinpachi n’était sans doute pas le premier guerrier du Teikoku à se poser cette question ; et il n’était pas inconcevable que la question taraude également les autorités Iwajins. Néanmoins, l’évidence était que l’Empire du Feu avait encore besoin, pour envisager une telle campagne, de se reconstruire. Le clash contre Kumogakure avait été volcanique. L’on pouvait se figurer que, compte tenu des légendes qui disent que les terres brûlées sont celles qui donnent le plus de blé, autrement dit, que les cendres laissées par l’empreinte du chaos rendent les terres plus fertiles, l’Empire pouvait espérer se reconstruire rapidement et devenir encore plus puissant que naguère. C’était concevable. C’était au demeurant l’intime souhait que pouvait avoir le chapardeur. Mais il était tout autant plausible que les terres eussent été trop calcinée par la flamme pour prétendre y faire pousser quoique ce soit.

Le lien entre le Teikoku et Kumogakure était-il rompu ou prompt à se renforcer ? L’examen n’avait malheureusement pas permis de trouver la réponse.

Etouffant les songes qui le tourmentaient, le nouveau Lieutenant de l’Empire arrêta son compagnon en fouillant des yeux le cortège des teikokujins qui, eu égard aux nombreux chuchotements qui animaient désormais ses troupes, semblait revivre sous l’égide d’un feu de joie crépitant sous le gris automne. Le cœur des hommes et des femmes de retour au bercail retrouvait sa chaleur et sa lumière, aussi vrai que sans s’en rendre compte la troupe avait accéléré la cadence.

Shinpachi ne bougea pas néanmoins. Il attendît, sur le côté, que Hiko arrive jusqu’à lui. De l’épreuve, il n’avait pas encore eu l’occasion de faire un réel bilan avec son compatriote. Lorsqu’il le vît arriver jusqu’à lui, il fit pivoter son cheval pour marcher dans le même sens, tout en se rapprochant pour être à portée de voix, à une distance qui leur permettrait de pouvoir entretenir la conversation sans avoir à crier.

« Je n’ai pas eu l’occasion de le faire, Hiko, mais je tenais à t’adresser mes félicitations concernant l’examen. Tu as remporté cette épreuve malgré toute la difficulté qu’elle représentait. »

Il ne regardait pas son interlocuteur. Ses yeux étaient déjà fixés sur l’horizon. Sur les murs d’Urahi qui les attendait.


HRP:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Le retour des braves Empty
Mar 3 Mar 2020 - 8:32
Aux portes d’Urahi
Retour de l’examen impérial…

Voici maintenant un petit moment que l’examen commun entre le Teikoku et Kumo s’était déroulé. Soldats comme genins s’étaient alors affrontés lors de deux épreuves diamétralement opposées, prouvant ainsi leur valeur aux yeux d’expérimentés observateurs. Dire que Hiko s’attendait à ce genre d’épreuve serait mentir, mais il pensait justement à quelque chose prônant l’unité, tout en démontrant un rapport de force entre les candidats. Il avait été servi avec les deux épreuves.

Et bien que promu Lieutenant, Hiko n’était pas satisfait complètement. La première épreuve n’avait été qu’une banalité, il avait juste eu à garder son calme. Mais c’était la seconde épreuve qui posait un souci. Car lors de cette dernière, il avait été mis en situation de combat. Face à deux adversaires de valeur qu’étaient Shinpachi, du clan Shinrin, et Ayanokoji. Deux styles de combat diamétralement opposés, deux adversaires qu’il ne fallait pas sous-estimer.

S’étant prêté au jeu de la compétition, Hiko avait oublié toute l’amitié qui le liait avec son frère d’arme qu’était Ayanokoji ; qui en avait d’ailleurs fait de même. Et tous deux s’étaient lancés dans une bataille qui restera sûrement dans les annales, tant elle fut stratégique et minutieuse. Chacun jouait sa partition, faisant vibrer l’air des notes qui composaient leurs morceaux. Tous eurent une chance de gagner… Mais un seul resta debout au final, Hiko.

C’était une victoire, certes. Mais le jeune Sairyo ne la voyait pas comme telle. En un contre un, il se serait sûrement fait ramasser par le Mokuton player et par la brute qu’était Ayanokoji. Et c’était bien là, l’origine de sa frustration. Il manquait clairement de techniques offensives, et se reposait bien trop sur son cristal. Un jour, cela ne suffirait plus, il en était bien conscient. Et ce jour-là, il devrait alors innover, au risque de perdre bien plus qu’un combat…

Hum… ?
Tiré de ses réflexions par l’interpellation du Shinrin, Hiko fut alors ramené à la réalité. Balloté par le mouvement régulier de son corps suite aux pas de son cheval, il regarda alors son ancien adversaire, qui lui portait son regard au loin. Shinpachi. Un nom qu’il n’était pas prêt d’oublier, tant ce dernier prouvait jour après jour son potentiel et son attachement à cet Empire que Hiko détestait tant.
Ah, merci… Mais tu sais, je ne la mérite pas vraiment cette victoire. Tu étais bien plus dangereux que moi lors de l’examen, et Ayanokoji aurait pu me mettre hors d’état en un seul coup. J’ai juste eu de la chance…
Il n’y avait aucune forme de fausse modestie dans ses paroles, Hiko croyait vraiment en ce qu’il disait. Cela s’était joué à un rien, et cette fois ça avait tourné en sa faveur. Mais c’était une bonne leçon, il devait se la rappeler pour les affrontements futurs. Car cette fois, il ne laisserait aucunement de terrain à la chance, il devait s’assurer la victoire !
Dis-moi, qu’as-tu pensé de l’examen ? à ton avis, cela va-t-il rapproché Teikokujins et Kumojins ? Car au final, très peu d’entre nous resteront sur les terres Kaminarijines par la suite…
Une façon comme une autre de faire la discussion, tout en sondant ce que pensait cet inconnu qu’était pour lui Shinpachi…

_________________
Le retour des braves Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Le retour des braves Empty
Mer 4 Mar 2020 - 15:12
Le retour des braves Uvun
Urahi no kuni | Le retour des braves


Le long cortège poursuivait sa route. Suivant la vague, les deux promus épousaient mécaniquement le rythme confortable de cette cadence du retour en se pliant aux normes grégaires de ce troupeau de cavaliers mélangés aux soldats fantassins. Mais en dehors de toute cette colonne de brave, comme suspendus à une réalité qui offrait une nouvelle plateforme métaphysique en dehors de ce monde, Hiko et Shinpachi, cœurs apaisés et regards clos, entraient dans l’atmosphère des arguments.

Contre toute attente, le Shinrin obtint ce qu’il avait espéré. Sans même le lui demander, Hiko lui confirma ce dont il doutait et le conforta dans une idée qu’il s’était faite à la fin de leur rixe, ainsi qu’aux heures et aux jours suivant l’examen. S’il avait été vaincu, le Lieutenant n’en admettait pas moins qu’il n’avait pas été à la hauteur. Tout s’était malheureusement érigé contre lui et, sous d’autres angles, peut-être aurait-il pu espérer l’emporter. Longtemps après la victoire de Hiko, il s’était ressassé les différents épisodes de ce second tour machiavélique, ponctué de dissimulations, de pièges tendus et d’actions stratégiques ; une bataille de sourds et muets. Lui-même avait sans doute été responsable de toute cette atmosphère de flux mystiques, à cause de son pandémonium sylvestre. La conclusion s’était imposée en même temps qu’il avait constaté ses échecs. Pour commencer, il devait apprendre à rendre sa technique encore plus efficace. Le pandémonium pompait grandement dans ses réserves de chakra, tout en n’étant pas encore assez avantageux, notamment pour ceux qui s’amusaient à vouloir sortir de son périmètre d’action. Ensuite, il lui fallait trouver des méthodes contre les lévriers. Ces renards dansants. Ces chauves-souris fuyantes.

Son problème avait été d’avoir négligé les capacités d’esquive de ses antagonistes. S’il avait seulement su trouver une faille à ces tours de passe-passe, alors il était convaincu de pouvoir les écarter un par un.

A l’intérieur de lui, la frustration s’était propagée comme un chewing-gum dans l’estomac et n’avait cessé de le travailler au corps depuis qu’il s’était résigné à considérer sa défaite. Mais laisser cette gangrène s’étendre dans les méandres de son âme n’avait aucune utilité. Il lui fallait trouver une voie de recours, une façon de se servir du passé pour changer son destin. Il avait commencé en ouvrant le débat avec Hiko. Il finirait en obtenant une revanche digne de ce nom.

Cependant qu’il s’était, l’espace d’une petite seconde, plongé dans l’introspection, il ressurgît soudainement de ses méditations en découvrant la question du nouveau Lieutenant qui se tenait à côté de lui, et avançait dans le même sens. D’entre toutes les défaites qu’il pouvait recevoir, il se fit en l’observant une petite confidence : que ce soit lui ou Ayanakoji, il estimait que ses antagonistes avaient été d’une qualité assez rare pour qu’il puisse concevoir et accepter d’avoir été vaincu. S’il s’était agi d’un autre, peut-être n’aurait-il jamais admis une telle chose. Les deux têtes blanches étaient différentes. Ils avaient gagné son estime.

« J’ai peu apprécié la fuite d’Ayanakoji, au départ. Pour tout avouer, j’ai cru l’espace d’un moment que nous avions affaire à un lâche. Mais sa façon de revenir au combat direct m’a impressionné. Je regrette seulement qu’il n’ait pu nous faire la démonstration de tout son potentiel. J’ose croire qu’il peut pousser ses compétences encore plus loin et peut-être avons-nous raté une partie du spectacle. Enfin, je parle d’Ayanakoji, mais il en de même pour toi, je présume… »

Il était convaincu qu’Hiko n’avait, symétriquement, dévoilé qu’une partie de ce qu’il était capable de faire. Cela lui était désagréable et pourtant, il ne pouvait qu’en être plus sûr d’avoir eu des adversaires de taille.

« Quant à cet examen, je l’ai trouvé fort bien pensé. La première épreuve nous a poussé à créer du lien avec les kumojins. A certains moments, j’ai même pu ressentir une sorte de fraternité avec Ayanakoji et Syoto, un autre candidat que j’ai rencontré à la première épreuve. Je ne m’attendais pas à un tel respect dans le cadre de l’examen. Je crois, au regard de ce que nous avons partagé, au rêve d’une nation unifiée. »

Il tendît sa main en avant, comme s’il soulevait quelque chose d’invisible. Cette chose, c’était le monde.

« Le Teikoku doit donc étendre son empire. Trop longtemps, nos guerres intestines ont sapé notre pouvoir et nos ressources. Lors de la guerre civile, j’ai pu voir à quel point l’homme peut être vil lorsqu’il n’y a rien pour contrôler ses pulsions. Ces temps ont été très difficile notamment parce qu’il n’y avait rien pour nous diriger. Le règne d’un suzerain est important. Je pense à titre personnel que l’être humain est fait pour obéir. Dans l’individualisme règne le chaos. Cet individualisme se retrouve malheureusement à l’échelle internationale. N’existe-t-il aucune faction mettant tout en œuvre pour favoriser l’essor de ses voisins ainsi que d’elle-même ? Je n’en connais aucune. Alors, si nous voulons que notre intérêt passe par celui de nos voisins, il nous faut les imprégner de nos idéaux, si nécessaire par la force. Nous défaire de nos frontières afin de concilier les peuples. C’est cela, la grandeur. »

Il était convaincu par ses propres paroles. Il s’était abreuvé dans le dogme de Rei comme dans une fontaine jusqu’à s’en remplir la tête. Il avait, de fait, bu le calice jusqu’à la lie et avec une telle soif qu’il en était devenu une sorte de prédicateur impérial, au grand dam de son propre clan qui ne s’y retrouvait pas entièrement, contrairement à lui qui incarnait malgré tout l’un de leur plus illustres guerriers.

« Un jour peut-être, cet Empereur règnera sur tout le Yuukan. Les nations auront encore une certaine autonomie, avec les Régents ; mais toutes aspireront à satisfaire cet Empereur. Vois-tu ce que nous réserve l’avenir, Hiko ? »

Il le fixa intensément.

« Un seul homme pour cristalliser tous les espoirs des nations unifiées. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Le retour des braves Empty
Mer 4 Mar 2020 - 15:45
En voilà une personne bien loquace.

Alors que Hiko prenait Shinpachi pour une sorte d’aborigène excellemment doué pour le combat mais un peu limité en termes d’éloquence, ce dernier lui prouva le contraire. Il avait la langue bien pendue le bougre. Tout d’abord, il commenta la question du jeune garçon aux cheveux blancs en affirmant qu’il avait été déçu par la lâcheté du Kumojin. Hiko ne pouvait pas lui en vouloir, il n’avait pas reconnu Ayanokoji lors de ce combat. Lui qui était pourtant prompt au combat d’habitude, il s’était placé dans une sorte de léthargie qui ne lui ressemblait pas… Bridant par la même ses compétences de combat en n’exploitant pas tout son potentiel.

Mais ce qui surprit le plus Hiko, ce fut la remarque de Shinpachi lorsqu’il affirma que le Sairyo n’avait pas dévoilé tout son potentiel. Il sentait une forme de frustration dans ses paroles, comme s’il se sentait un peu lésé d’être le seul à avoir tout donné. Il était vrai qu’il avait fait étal de toutes ses compétences impressionnantes, mais Hiko ne pouvait se le permettre. Révéler sa botte secrète aux yeux de ses ennemis de demain serait une énorme erreur stratégique… Il n’était peut-être très doué dans le domaine de la guerre, mais il possédait tout de même quelques bases.

Ah ah ah ! Non, je t’assure que je me suis donné à fond ! J’étais même à court d’idées une fois que tu étais camouflé dans ta forêt, c’était un peu stressant. J’ai même pensé à abandonner à un moment… ! Mais bon, c’est du passé. Et pour ce qui est d’Ayanokoji… Je te confirme, les spectateurs ont manqué quelque chose. Ce gars-là, il a une force incroyable… Il serait capable de raser tout un village ah ah ah !
Bon ok, il exagérait un peu. Quoi qu’il le pensait vraiment. Le Sakana était un colosse, un démon bloqué dans un corps d’enfant. Une force brute si puissante qu’il serait capable de détruire une montagne à mains nues s’il s’énervait pour de bon. Un pouvoir immense… Effrayant.

Une chair de poule s’empara alors d’Hiko qui se secoua les mains pour se débarrasser de cet inconfort tandis que Shinpachi commençait son laïus sur l’Empire. Et ce fut là qu’il choqua Hiko. Ce fut à ce moment que le jeune garçon se rendit compte que le guerrier Shinrin n’était pas un simple d’esprit, bien loin de là. Sa façon de parler reflétait en lui une sagesse méconnue aux yeux du Sairyo. Mais ce n’était pas le plus inquiétant. Le pire, cela concernait le fond plutôt que la forme. Les mots employés, les messages à faire passer… Shinrin Shinpachi était tout simplement…

Un Fanatique.

Je vois ce que tu veux dire… Enfin je crois… !
Dit-il en se grattant l’arrière du crâne, un sourire un peu gêné affiché sur le visage. Il jouait l’idiot, ce rôle qui lui allait si bien.
Même si j’ai pas tout tout compris, je pense que j’ai saisi ce que tu voulais dire. Et je suis plutôt d’accord avec toi ! L’histoire l’a prouvé, il ne peut y avoir de paix avec un Yuukan autant divisé. Tous les villages cachés défendent des intérêts qui leur sont propres. Mais leur vraie erreur est de ne pas réussir à avoir une vision commune… A réussir à changer leur prisme pour se mettre à la place du voisin.
En disant ces quelques mots, Hiko réalisa qu’il parlait d’un sujet compliqué de façon un peu trop poussée. Il s’arrêta donc là, ne voulant pas ruiner la façade d’idiot qu’il se façonnait dans l’Empire. Bien sûr, avec les autorités, il montrait de la rigueur. Mais il ne voulait pas être remarqué par ses semblables, ce ne serait pas bon pour son projet.
Mais je ne suis pas sûr que faire la guerre à d’autres pays serait une bonne idée. Regarde encore aujourd’hui, on dit qu’il se forme une forme de milice anti-Teikoku au sein de Kumo…
Ce Shinpachi avait titillé sa curiosité. Hiko voulait désormais en savoir plus sur lui… Et ce qu’il connaissait réellement.

_________________
Le retour des braves Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Le retour des braves Empty
Mer 4 Mar 2020 - 16:33
Le retour des braves Uvun
Urahi no kuni | Le retour des braves


Inéluctablement, le Sairyo lui confirma ce qu’il savait déjà. Ayanokoji avait quelque chose de plus redoutable que ce qu’il n’avait montré. Même la fin de leur affrontement avait prouvé à quel point il négligeait cet examen sous certaines coutures et combien il préférait, au-delà de la promotion, mettre un certain voile sur ses compétences réelles. Le Lieutenant se promît d’en toucher quelques mots au Protectorat de Kumo. Cet homme ne devait guère être sous-estimé, au risque de devenir une épine dans le pied… pour le reste, le Shinrin avait commencé à nourrir une certaine affection pour cet homme qu’il espérait avoir un jour pour allié ; comment savoir si le destin ne les mettrait pas un jour côte à côte sur le champ de bataille ?

Un doux rêve encore teinté d’incertitude.

Dans un aspect plus imminent, Hiko répondît à son laïus sur l’Empire et, après avoir réussi à délier la langue du Shinrin, le jeune se prît également à en révéler un peu plus sur ses idées personnelles. Alors que le trot des chevaux continuait de faire bouger sa colonne vertébrale, le Lieutenant toisa de haut en bas la silhouette de son égal hiérarchique. L’éphèbe était une perle rare. Il lui semblait presque avoir un âge égal alors qu’il avait, physiologiquement parlant, presque dix ans de moins. Cela consternait le Shinrin qui se mit à penser que ce prodige avait mis la main sur quelque chose que lui avait sans doute manqué. Etait-ce la génétique ou un entraînement si rigoureux qu’il permettait de dépasser tous les possibles ? Il ne pouvait guère le savoir mais Hiko était vraisemblablement un grand potentiel dans les forces teikokujins. Shinpachi était donc ravi de le compter dans les rangs de l’Empire : celui-là ferait longtemps briller la flamme de Hi.

Un courant d’air vint parcourir les rangs, soulevant la ténébreuse chevelure du Shinrin qui, mettant son bras en opposition pour ne pas recevoir de poussière dans les yeux, perdît de vue son compère. Attendant que la rafale se termine, il se mit à poursuivre la conversation, toujours aussi tranquille, sage tel un rongeur lové dans sa niche. Dans ses yeux vermillon brûlaient toutefois les flammes de ses convictions profondes.

« Semblerait-il que tu ne sois pas un partisan de la guerre… pourtant, c’est là notre pain, camarade. »

Lança-t-il comme pour lui affirmer qu’il ne serait ni Soldat, ni Lieutenant, si la guerre n’existait pas.

« Il est vrai toutefois que si nous pouvions nous dispenser de cette étape, la paix n’en serait que plus sûre. Evidemment, je crois moi aussi à cette milice anti-Teikoku que tu dis exister à Kumogakure. Il faudrait être profondément naïf pour croire que tout se gagne en une frappe. La conquête du Kaminari n’est à mes yeux pas achevée. Nous avons conquis les terres. Pas les cœurs. »

Il était solennel. Il ne mentait pas. Il n’y avait nulle ombre dans son discours. C’était là la réalité de son âme.

« Et tant mieux. Cette milice doit exister. Entre les murs de Kumogakure, et ailleurs. Les rebelles seront les gardiens de l’âme de ce village ; il n’y a rien de pire que des vassaux sans substance et idéologie propre. Si ma propre cité avait été conquise, vois-tu… »

Il le regarda soudain avec une étrange perspicacité.

« … je me serais infiltré dans les rangs du Teikoku pour le détruire de l’intérieur. »

Affirma-t-il avec le plus grand sérieux. Puis il quitta ses yeux, pour regarder de nouveau vers l’avant.

« Mais cela, je n’aurais pu le faire que grâce à la politique de fraternité promise par notre Empereur. Et ce simple constat me pousse à croire dans le bienfondé des idéaux de notre faction. Rei a lavé le sang qui inondait nos deux pays. Il a accepté son ennemi dans le cœur-même de son armée. Il a redonné une chance à tous. S’il s’était agi d’un tyran, il aurait rasé Kumogakure, et poursuivi tous ses guerriers. Toi-même, tu serais peut-être mort à l’heure qu’il est. »

Son bilan était cruel, mais formel. Cette vérité était indiscutable.

« Mais rien de tout cela n’est arrivé. L’Empereur est un bâtisseur. Construire ce monde unifié, Hiko, c’est notre ambition. S’il faut se salir les mains, alors soit ; ce que nous construirons sera bien plus prospère et beau que ce que nous aurons détruit. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Le retour des braves Empty
Jeu 12 Mar 2020 - 18:57
Perspicace.

Loin de l’image du primitif que se faisait Hiko de lui, Shinpachi prouvait par ses paroles qu’il avait une certaine clairvoyance dans les plans imposes par l’Empire du Feu. Son état d’esprit était orienté pro-Empire et il buvait clairement les paroles de Yamanaka Rei. Hiko se demandait s’il agissait de lui-même, ou s’il avait subi un lavage de cerveau de la part du manieur d’esprit.

Quoi qu’il en soit, il semblait croire dur comme fer à ses idéaux, et sa volonté ne vacillerait pas d’un iota en cas de conflit. Hiko le savait. Si une guerre éclatait pour la reprise de son village natal, il n’aurait d’autres choix que d’affronter le redoutable Shinrin. Une nouvelle qui ne le réjouissait clairement pas. Aux vues de sa puissance et de la potentielle amitié qu’ils auraient pu tisser au fil du temps si le destin en avait voulu autrement.

Mais ce qui l’inquiétait le plus, c’étaient ses paroles. Toujours formulées de façon habile, il traitait les sujets avec une évidente dextérité. Et ce fut lorsqu’il parla de l’esprit « pacifiste » de Yamanaka Rei, qu’il se retrouva le plus dangereux. Quelques paroles plus tard, il affirmait en plongeant ses iris dans ceux d’Hiko qu’il aurait sûrement pris les armes contre le despote.

L’espace d’un instant, Hiko se senti piégé, enfermé dans une cage invisible qui rétrécissait à vue d’œil. Un frisson lui parcourut l’échine dorsale, laissant l’enfant sans voix pendant une poignée d’instants.

C’est vrai, il aurait pu agir différemment. Et je crois aussi en cet idéal de paix. Selon moi, se morfondre dans le passé n’avance à rien. Ressasser les problèmes n’est qu’une potentielle source de frustration… Et crois-moi, en tant que shinobis nous n’avons pas besoin de ça ah ah !
Prenant un air un peu plus léger, Hiko évacuait par la même occasion le stress occasionné par les remarques du manieurs de bois.
Mais je pense comme toi. Au lieu de faire partie des problèmes, je préfère me tourner vers la solution. L’Empereur nous a promis beaucoup de choses, et j’ai adhérer à ses idées. Et comme j’y crois, je me suis alors enrôlé au sein de l’armée impériale, pour faire partie de la solution !
Et tandis qu’ils continuaient d’avancer au rythme de leurs montures, les deux futures étoiles de l’Empire continuaient de parler. Hiko se rendait compte que son interlocuteur était complètement endoctriné par l’Empire. C’était triste… Mais il n’avait pas le loisir de s’arrêter en chemin pour sauver son âme. Tant d’autres attendaient déjà qu’il leur tende la main.
Dis moi Shin’… Tu prévois quoi pour la suite ? Tu as déjà une idée de l’Unité que tu souhaiterais rejoindre ?
Une façon comme une autre d’éclaircir certaines zones d’ombre chez le mystérieux combattant…

_________________
Le retour des braves Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Le retour des braves Empty
Lun 16 Mar 2020 - 19:17
Le retour des braves Uvun
Urahi no kuni | Le retour des braves


Aussi audacieux son raisonnement pouvait-il être, il n’affectait pas son comportement pour autant. Shinpachi avait conscience qu’en se déclarant comme un sujet apte à infiltrer les rangs de l’ennemi, il pouvait jeter l’opprobre sur lui-même et paraître pour le félon de l’armée impériale ; pour autant, il était tellement convaincu de la voie tracée par l’Empire qu’il rattrapait sans mal ses écarts de parole. Pour rien au monde, il n’aurait trahi une telle perspective de carrière : la politique de l’Empereur lui semblait être la plus juste et la plus ambitieuse. En réalisant qu’il ne bousculait pas plus que cela son vis-à-vis qui, s’il montra quelques signes de gêne en écoutant ses paroles, ne s’offusqua pas plus de ce genre de déclaration, il se confia que ce dernier pouvait comprendre le sens de ses paroles. Il lui semblait alors tout à fait normal que Hiko ne réagisse pas dans l’excès : après tout, il incarnait assez bien le Teikoku aux yeux du Shinrin, et sa seule victoire sur ce dernier lui donnait une aura de sainteté qui lui offrait presque l’immunité.

S’il avait vaincu Shinpachi sans profiter de la situation pour le tuer, alors il était fidèle à l’Empire ; c’était un peu cela, sa façon de voir les choses.

Son canasson fit mine de changer de voie en voyant passer devant lui un homme à pied, mais le Shinrin tira aussitôt sur les rennes pour le remettre dans le droit chemin, tout en continuer d’ouïr avec une oreille attentive les propos de son interlocuteur. Il voyait dans son nouveau compère Lieutenant une sorte de talent inné pour la voie ninja ; chose qu’il ne possédait vraisemblablement pas lui-même, ou du moins pas à ce niveau. Malgré tout, Hiko lui semblait toujours à sa portée et en dépit d’avoir été vaincu à l’examen, il se considérait toujours comme son égal ; pour preuve, il l’avait blessé, et l’inverse n’était pas vrai. Si seulement sa forêt interdite avait été plus efficace…

Puis, le jeune Lieutenant changea de sujet. Cette fois, ses propos se tournaient vers l’avenir ; chose que le Shinrin tendait à concevoir également.

« La suite… j’irais là où on a besoin de moi. J’espère seulement pouvoir racheter un nom à mon clan, tout en participant à la construction de notre Empire. Peut-être devenir Capitaine, un jour, qui sait… Je veux toutefois pouvoir explorer d’autres territoires afin de répandre notre doctrine. Il me semble que le Teikoku doive asseoir sa place sur la scène internationale. Si possible, j’aimerais me rendre directement à Kirigakure et Iwagakure, en dépit des risques que cela comporte. J’aimerais par ailleurs, si possible, tenter de rallier les récalcitrants de Kumogakure, ces fameux rebelles… »

Il plongea de nouveau ses yeux dans les siens.

« … tout en éliminant tous les détracteurs de l’Empire qui n’auront pas accepté de se convertir à notre cause ou qui tenteraient, pour de quelconques raisons, de fragiliser notre souveraineté. Et toi, Hiko ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Le retour des braves Empty
Ven 20 Mar 2020 - 15:05
Shinpachi était vraiment quelqu’un d’intelligent. Chacune de ses prises de paroles, chacun de ses gestes semblaient répondre à une logique bien définie. Bien que totalement aveuglé par les monts et merveilles promis par l’Empire, il gardait une part de lucidité et une volonté qui lui était propre.

Si le Teikoku possédait uniquement des membres aussi loyaux et valeureux que le Shinrin, Kumo ne se serait pas fait balayé en une nuit… Mais en une seconde. Car cette force de caractère et cet esprit totalement soumis étaient le parfait combo d’un soldat tout à fait acquis à une cause. Hiko s’en rendait compte, et ce genre d’individu lui donnait froid dans le dos.

Pourtant, le manieur d’écorce était plutôt agréable. Bien que sauvage, il était respectueux et pouvait apparaître attachant aux yeux des autres. Son côté brut de décoffrage plaisait particulièrement à notre jeune héros aux cheveux blancs. Des personnes franches, voici une population qui se faisait rare en temps de guerre. Hiko, lui-même, ne se considérait pas comme tel.

Je suis sûr qu’avec un représentant tel que toi, le clan Shinrin n’a aucun souci à se faire. Bientôt, tu porteras ta lance sur le toit du monde et prouva à tout le monde que ton clan possède l’un des plus nobles guerriers qui soit !
Lui dit-il avec un sourire, comme une sorte d’encouragement ! Puis il lui parla du fait de se rendre dans les deux grands villages cachés qui existaient sur le Yuukan. Iwa et Kiri. Deux villages, deux puissances comparables à celle de l’Empire. Hiko n’avait jamais vraiment voulu voyager. Rencontrer d’autres personnes était intéressant, certes. Mais il avait déjà fort à faire avec ceux qui bafouaient son peuple, sa terre natale. Une fois débarrassé de ces parasites, peut-être songera-t-il à voyager. Mais d’ici là, de l’eau avait le temps de couler sous les ponts.

Puis Shinpachi réaborda le sujet de la Résistance. Qu’il appelait Rébellion, par ailleurs. Il n’était pas encore au courant du changement de nom, tant mieux. Il souhaitait pouvoir les contacter afin de les rallier à sa cause, à la cause du Teikoku. Intérieurement, cela fit sourire Hiko. Il ne manquait vraiment pas de toupet. Sans doute avait-il la mémoire un peu courte…

Tu sais, je ne pense pas que ces soit disant rebelles rejoindraient notre cause. Ils ont déjà défié l’autorité de l’Empire avec leurs foutus tracts… Selon moi, ils ne font qu’attirer des problèmes au sein d’un village qui ne souhaite qu’une chose…
Marquant une nouvelle pause, il lâcha ces quelques mots dans un soupir, comme désabusé par la situation…
Retrouver calme et sérénité…

_________________
Le retour des braves Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Le retour des braves Empty
Sam 21 Mar 2020 - 14:29
Le retour des braves Uvun
Urahi no kuni | Le retour des braves


La messe était dite et les propos de Hiko firent presque rougir de fierté le brave Shinrin qui ne s’attendait pas à de tels éloges. Refoulant toutefois cette fausse gêne, il tenta d’ignorer ses propres émotions pour ne pas se laisser déstabiliser par la bienveillance potentiellement stratégique du Sairyo. Un soldat passa devant eux et se décala sur le côté ; Shinpachi en profita et le suivit des yeux pour se rendre compte qu’il cherchait simplement à faciliter le trajet pour son canasson. A sa mine timorée, il devina que l’individu les guettait de l’œil, comme pour éviter d’être sanctionné après leur avoir coupé la route. C’était donc cela, être Lieutenant ? Susciter la crainte de tous les soldats ?

Si d’aventures ce phénomène pouvait réfréner certaines autorités, le chapardeur ne s’en offusqua pas et ne chercha pas non plus à étirer cette tension par de vulgaires paroles de parade. Au contraire, il avisa à cet instant qu’il utiliserait tôt ou tard cette force hiérarchique pour réaliser son ambition. Le grade conquis avait vraisemblablement multiplié le poids de sa présence par deux ou trois ; de celui bon soldat, il était passé au stade de prestigieux lieutenant. Hiko, tout comme lui, semblait à présent auréolé de pouvoir. Il ne fallait qu’un coup d’œil pour constater qu’autour d’eux, il n’y avait plus personne : un rayon de plusieurs mètres creusait le respect entre eux et les soldats. Comme s’ils faisaient partie d’une sphère impénétrable. Une sphère de souveraineté. Une sphère de solitude.

Un coup d’œil à gauche, puis à droite, il s’assura de vérifier sa constatation. Son intuition ne lui avait visiblement pas menti : cette sphère existait. Désormais, Hiko et Shinpachi ne faisaient plus partie du lot, mais de l’élite.

Ils étaient des seigneurs.

Toutefois, pour ne pas perdre le fil, il se reconcentra sur ce que son compère venait d’asséner comme sentence envers les rebelles. A fortiori, l’ancien kumojin préférait que ses confrères baissent les armes et se soumettent gentiment, pour profiter d’une paix relative et d’une sérénité reconquise. La tranquillité dans la vassalité. La chose paraissait impensable à l’esprit du Shinrin. Comment pouvait-on ignorer la force de ces combattants de l’ombre qui continuaient de lutter pour une liberté revendiquée ?

« Je t’arrête là, Hiko. Je te suis gré des louanges que tu m’adresses ; sache que je t’envisage à un niveau supérieur au mien. Aussi jeune, et déjà si talentueux… Rien ne t’arrêtera, à condition que tu ne prennes pas de risques inconsidérés. Ce sera un honneur pour moi de brandir cette lance à tes côtés, le jour où nous continuerons d’éloigner encore un peu plus les frontières d’un Teikoku unifié… » glissa-t-il en faisant référence à l’expansion de l’Empire. « Cependant, je refuse de partager ta vision sur ces fameux rebelles. Bien qu’il s’agisse peut-être de nos futurs adversaires, ils ont refusé la vassalité en acceptant ce que cela comporte de périls. C’est digne de leur part. Il est vrai qu’ils nuisent sans doute à la relative paix de Kumogakure et qu’ils n’aident pas vraiment à enterrer la hache de guerre ; pour autant, ils inscriront leur nom dans l’Histoire. Ces gens sont honorables. Je les admire. C’est un prestige de pouvoir les affronter. J’espère me retrouver face à l’un d’eux tôt ou tard. Si je meurs, je veux que ce soit face à l’un d’eux. »

Shinpachi avait une vision très épique des choses. La mort ne lui faisait pas peur. A contrario, il rêvait de périr dans un combat dantesque qui rentrerait dans les lignes du temps. A l’inverse de son interlocuteur, il ne recherchait pas la paix.

« Cela nous apportera la gloire, et le prestige. Ne recherches-tu pas cela, Hiko ? »

Il fixa ce dernier comme si des flammes crépitaient à l’intérieur de ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Le retour des braves Empty
Mar 24 Mar 2020 - 11:42
La discussion était fort intéressant aux yeux de notre jeune héros. En écoutant les paroles du Shinrin, il se sentait flatté. Car il fallait rendre à César ce qui était à César, Shinpachi avait été le combattant ultime de cet examen. C’était bien lui qui avait percé, qui avait dévoilé au grand jour ses incroyables facultés. Les autres combats n’étaient que des amuses bouches comparés à celui que s’étaient livrés Ayanokoji, Shinpachi et Hiko.

Et même si c’était le manieur de cristal qui avait été le dernier debout, Shinpachi avait été celui dévoilant une puissance de frappe sans précédent chez un soldat. Une telle dextérité, une maîtrise tant technique que tactique de l’instant présent… Il avait totalement étouffé ses adversaires. Par chance, ils s’en étaient sortis. Mais Hiko avait dû employer les grands moyens pour y arriver, dévoilant un peu plus que ce qu’il ne l’aurait voulu lors de cet examen.

Ah ah ! Merci pour tes encouragements, mais j’ai encore beaucoup de progrès à faire. Si je t’avais affronté en face à face, j’aurai perdu lamentablement. J’étais incapable de venir te débusquer de ta forêt… Et je me suis rendu compte que finalement, je n’avais aucune technique pour attaquer ah ah !
Même si ce n’était pas tout à fait vrai, Hiko le pensait. Ses techniques offensives étaient bien trop limitées, et si d’aventure il devait combattre à nouveau, il devait s’étoffer de ce côté-là.

Tandis que leurs montures se frayaient un chemin jusqu’aux premières portes d’Urahi, marquant leur arrivée au sein de la Capitale, Hiko nota à son tour le changement dans les yeux de ceux les voyant arriver. Leur nouveau statut, leur nouveau grade leur donnait comme une importance dans les yeux de ceux qui les accueillaient. Un sentiment de fierté s’empara alors de notre jeune héros… Pourtant, tout cela ne voulait rien dire à ses yeux… Et pourtant, il avait la chair de poule lorsqu’il se rendit compte que son statut avait changé. Un pouvoir qu’il ne voulait pas, qu’il aurait refusé en toute autre circonstances… Mais là, il ne le faisait pas pour lui…

Tu sembles vraiment très axé sur le combat et voir la mort comme un honneur… Personnellement, je suis mitigé. J’ai suivi le Bushido, et tu as parfaitement la vision de ce dernier. Cependant, je pense que l’honneur à ses limites. Pour moi… Tout est question de modération.
Il insista bien sur ce dernier mot. Car oui, l’aide à outrance pouvait être mal interprétée. Laisser de l’espace à quelqu’un souhaitant de l’indépendance était bon pour lui… Complètement l’abandonner donnait des résultats contraires. Tout était question de dosage, d’agilité par rapport à une situation donnée.
Je ne cherche pas forcément la gloire ni le pouvoir… Tout ce que je veux, c’est stopper ces querelles intestinales qui se déroulent et qui font souffrir les honnêtes gens. Et si cela doit passer par la guerre, alors je la ferai. Mais je pense que l’homme est de nature à toujours vouloir plus… Ce qui le desservira, tôt ou tard.
Et en disant ces mots, les deux nouvelles flammes pénétrèrent les murs de la Cité. Ce voyage avait été très instructif, et Hiko avait découvert un garçon qu’il commençait à apprécier. Ils ne seraient sûrement pas les meilleurs amis du monde, leurs visions divergeaient trop. Mais ils étaient tous deux animés par une volonté forte, une flamme vive et belle… Deux feus similaires… et pourtant si différents.
Dis moi Shinpachi… Serais-tu d’accord pour m’enseigner ta technique de clones ligneux ? J’ai trouvé ton utilisation de ces derniers très intéressante et je me demandais si je pourrai faire de même avec mon cristal. Bien entendu… Si une technique de mon répertoire t’intéresse, je pourrai aussi essayer de te l’apprendre en contrepartie.
Ils étaient arrivés ensemble à ce niveau, à eux de se soutenir pour continuer d’avancer toujours plus haut !

_________________
Le retour des braves Q9q2
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8238-sairyo-hiko
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Le retour des braves Empty
Mer 1 Avr 2020 - 1:16
Le retour des braves Uvun
Urahi no kuni | Le retour des braves


L’éphèbe aux cheveux d’une albe teinte qui semblait faire de lui un être à part ne tarissait pas d’éloges envers le vaincu ; mais cela ne changeait toutefois rien à la réalité. En dépit de sa force, le Shinrin s’était éteint devant la grandeur de ses adversaires, et dans d’autres circonstances sans doute aurait-il trouvé la mort. En fin de compte, sa vie ne tenait qu’à une certaine chance ; comme lorsqu’il avait attaqué Kumo. Choisissant l’opportunité de s’attaquer aux plus faibles, il s’était tiré d’affaire sans séquelles et sans même avoir commis le moindre crime ; car il s’agissait là de ses idéaux. Contrairement à beaucoup d’autres, Shinpachi n’était pas un chantre de la mort ; à cela, il privilégiait la miséricorde.

Quelles étaient ses limites toutefois ? Le parangon du bois mortel possédait bel et bien certaines faiblesses et avant d’être physiques, elles étaient psychologique ; à vrai dire, il se jugeait lui-même comme quelqu’un d’influençable, trop sensible encore à ce que pouvaient penser les autres de lui-même. A cet instant, il songea à son père. Un patriarche indifférent, presque inaccessible. Un monstre qui habitait à cent lieux de son monde. Un inconnu sous son propre toit.

Il continua d’avancer, en écoutant avec patience son compagnon. Le soleil jetait sous eux des ombres dansantes, comme un ballet fantomatique qui les encerclait, les prenait dans sa sphère sinistre en faisant naître des ténèbres mouvantes capable de les ensorceler ou de les rendre fous. Le fleuron de l’empire avait une idéologie très proche de son plus grand seigneur ; il marchait dans les pas de l’Empereur. N’était-ce pas là de la pure démesure, une pure aliénation de lui-même ? Hiko, faisant référence au Bushido, le fit hésiter quelques instants. Mais le Shinrin se ravisa derechef.

L’idée de mourir au combat avait quelque chose de poétique. Bien que cela puisse être déraisonné… le jeu en valait la chandelle. Son nom rentrerait dans l’histoire et dépasserait le sens même de son existence ; il rejoindrait le panthéon des héros, comme d’autres l’avaient avant lui.

Mais pas sans gloire.

« C’est une façon de voir les choses. Nos pensées divergent sur certains aspects, mais à vrai dire, tout cela dépend du sens que l’on attache à sa vie. Du moins, à la vie en générale. La guerre n’est qu’une passerelle vers une nouvelle forme de pouvoir pour celui, ou ceux qui dirigent. Reste à savoir ce que l’on fait de ce pouvoir. La Raikage n’était-elle pas considérée comme une sorte de dictatrice ? »

Il s’arrêta.

« Attends voir… j’observe que nous arrivons au village. Je te propose que nous retrouvions demain, au même endroit. Je t’enseignerais cette technique avec plaisir ; je verrais alors ce que tu peux me proposer. Nous reprendrons notre conversation pendant notre entraînement. Si tu es d’accord, alors, à demain. »


FIN TEMPORAIRE DU RP
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170

Le retour des braves

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La débâcle des braves
» [Recrutement] La voie des braves
» Le mal qui ronge les braves [PV Kaguya Nagu]
» Metaru Gang ! Le retour du retour des problèmes ! [ft. Shuuhei]
» Retour à la maison [Retour à Iwa]

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: