Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Il est temps de payer (Tsuyoshi)

Sabaku Eirin
Sabaku Eirin

Il est temps de payer (Tsuyoshi) Empty
Dim 1 Mar 2020 - 20:43
Mon grand-père était inflexible à mon égard, et de mon rôle au sein de la Banque. Je ne cessais pas de lui présenter les avantages de potentielles filiales dans le monde entier, et par conséquent, j’avais besoin qu’un pan de mon temps soit alloué au développement de cette future activité. Si l’homme semblait s’y prendre d’intérêt, il était moins flexible quant à la question du temps.

« Le temps, c’est de l’argent ! » disait-il encore et encore ! Développer de nouvelles idées était une chose, attribuer du temps en était tout autre. Il y consentira lorsqu’il pourra voir les premières retombées financières, assura-t-il, mais jusqu’à là, je devais continuer à honorer mes tâches. Et l’une d’elle était la collecte de dettes auprès de clients insolvables. Les Dieux savaient à quel point je détestais spécifiquement cette tâche !

Tout d’abord, j’avais à trouver une personne ou un groupuscule de mercenaires pour saisir tous les biens du client. Dans l’optique où ce dernier s’était fait la malle avec ses biens, ce qui était souvent le cas malheureusement, il fallait le traquer. Dans les deux cas, il ne fallait pas hésiter à faire pression pour que la saisie se passe sans trop de difficultés, tantôt en brisant un nez, une jambe ou un bras, tantôt en menaçant quelques membres de la famille. Puis, il y avait ces situations désespérées où l’homme s’était trop endetté, et n’avait pas suffisamment de biens pour rembourser la Banque. Ce dernier cas m’horripilait et nécessitait des accords des plus douteux avec des médecins fous à moitié, des trafics humains, ou encore des chantages, et j’en passe. En effet, quand le client ne pouvait plus avec ses biens ou son argent, il devait le faire en nature. Il pouvait vendre un organe ou deux dont il pouvait se passer – un rein, un foie, un œil, une main … etc –, ou encore accepter de trahir ou de vendre quelques informations cruciales sur son seigneur, son employeur ou tout autre personne susceptible d’intéresser la Banque. Si les jeux de complots et de pouvoirs ne me dégoutaient nullement, trafiquer l’humain était une autre affaire. Je développais une véritable claustrophobie dans ces sous-sols où étaient construits des laboratoires entiers illégaux, qui donneraient lieu à une chasse aux Sorcières si les autorités Shinobis étaient au courant.

J’ose espérer que le client « insolvable » de l’ordre du jour ne me poussera pas à de telles extrémités. Selon mon grand-père, il était bien entouré dans son domaine, et que ce dernier possédait de quoi payer sa dette.

- Une affaire d’insolvabilité à résoudre, aux frontières du Pays. Dis au Gardien de me rejoindre, dis-je à mon Bras-droit. Celle-ci offrit aussitôt une mine déconfite, expliquant que mon garde du corps était encore occupé par la dernière mission que je lui avais confiée, hors du village. Je soupire. Tout allait de mal en pis : je devais donc faire appel à des Shinobis ou des Mercenaires. Bah, contacte donc le bureau de missions de ce village. J’ai besoin de quelqu’un pour m’assister pour recouvrer une dette.

Je comptais sur l’influence des Shinobis sur ce territoire pour accélérer potentiellement le processus et finir au plus tôt la mission donnée par le vieil homme. Je croisais sincèrement les doigts que je ne commettais pas là une grossière erreur.

- J’ai sûrement besoin d'un homme de cette justice également, pour évaluer la valeur de certains biens.

Les ordres donnés, je laissais mon Bras-droit se chargeait de chaque détail, replongeant mon nez dans mon projet.

***

Il m’a fallu trois bonnes journées pour parcourir la distance entre le village et le lieu de rendez-vous avec le Shinobi assigné. Apparemment, les autorités du village ont jugé que ce seul homme était suffisant pour me défendre ou pour forcer son chemin dans un domaine avec quelques gros bras. Le corps ankylosé par le trajet en cheval, je fis de mon mieux pour offrir un sourire rayonnant et un visage rayonnant, aux traits harmonieux.

- Sabaku Eirin, enchanté, dis-je à l’homme qui portait clairement les insignes du village militaire. Il devait être l’homme que je cherchais, à moins d’une demi-journée du domaine du client réticent à payer. Je vous remercie grandement de votre aide. Avant que nous nous dirigions vers cet homme, avez-vous des questions ou des exigences ? Je remets ma protection, ainsi que celle de l'homme qui m’accompagne, à vous. Votre avis nous importe donc grandement.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6632-sabaku-takara-la-precieuse#55343 https://www.ascentofshinobi.com/t6680-sabaku-eirin-carnets-de-route#61954 https://www.ascentofshinobi.com/u84
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga TsuyoshiEn ligne

Il est temps de payer (Tsuyoshi) Empty
Jeu 5 Mar 2020 - 0:08
Tsuyoshi avait été mandaté pour une affaire de dette due à la fameuse Banque de Kaze no Kuni, le pays du Vent. Une banque dont le Hyûga avait entendu parler à maintes reprises tant au sein de son clan, notamment via son père, ses oncles et son grand père qu’au sein d’Iwa même, dans les rangs des shinobis du village. Une banque très connue pour prêter son argent à divers types de personnes ou d’organisation, une banque connue surtout pour récupérer son dû coûte que coûte, quelle qu’en soit la manière. Le Hyûga avait été intrigué lorsqu’on lui avait proposé la mission qu’il devait réaliser. Une escorte en vue de négociations pour justement une question de recouvrement. La mission, tout de suite, lui avait plu. Il allait pouvoir observer de ses propres yeux comment s’y prenait la banque pour parvenir à ses fins.

Il avait posé un regard assez curieux sur celle qu’il était chargé d’escorter. Une jeune femme aux yeux bleus et à la chevelure courte. Elle semblait avoir au moins dix ans de moins que lui, peut-être plus ? La fameuse banque du Vent recrutait-elle réellement de si jeunes agents ou cette femme disposait-elles de compétences hors pair ? Le Hyûga n’eut pas besoin d’attendre longtemps avant d’avoir l’opportunité de poser ces premières questions qui lui brûlaient les lèvres. La dénommée Eirin, était accompagnée d’une autre personne qui visiblement n’était pas si importante que cela. Dans l’esprit du Hyûga, le mot esclave apparut avant de disparaître aussi vite qu’il n’était venu.

_ Hyûga Tsuyoshi, Jonin d’Iwa pour vous servir… Répondis le Hyûga. Il venait d'être fait Jonin depuis peu... Le bonhomme se tut en instant, avant de continuer. Est-ce votre aide de camp ? Comme pour demander le nom de la personne qui accompagnait Eirin.

_ Mon rôle premier est de vous protéger, mais l’on m’a fait comprendre que je pourrais faire potentiellement plus selon que vous le permettiez ou non et selon évidemment le contexte. Est-ce exact ? Avait demandé Tsuyoshi comme pour confirmer les termes du contrat. Le « faire plus » demeurait assez flou, mais pour son cas, le Hyûga s’imaginait user du fait qu’il représentait la puissance militaire du pays.

_ Pouvez-vous m’en dire plus sur cet homme et éventuellement ce que vous craignez qu’il arrive ? J’imagine que ce n’est pas la première fois que vous effectuez ce type de missions. Quels en sont les dangers classiques ? Demanda sans tourner autour du pot le Hyûga.

Ce faisant, Tsuyoshi indiqua à ses interlocuteurs qu’ils pouvaient aller de l’avant. Il n’était pas nécessaire qu’ils demeurent à cet endroit. Ils pouvaient discuter en avançant vers leur objectif.

_________________
Spoiler:
 


Il est temps de payer (Tsuyoshi) 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Sabaku Eirin
Sabaku Eirin

Il est temps de payer (Tsuyoshi) Empty
Dim 15 Mar 2020 - 19:26
- Takada-san va nous assister afin d’évaluer les biens et le domaine de la personne endettée. Selon les informations données par la Banque, cette dernière peut payer sa dette à travers ses biens, me contentais-je d’indiquer.

Il pouvait évidemment faire preuve de plus de curiosité, en demandant ce qu’il se passerait si les biens de l’homme n’étaient pas suffisants. Je me contenterais, laconiquement, de dire qu’il serait considéré comme « insolvable » et donc qu’il serait une perte pour notre Banque. Je tairais toutes les procédures alternatives employées par mes pairs pour minimiser les dégâts en question et l’argent perdu - ou volé selon les perspectives.

- Oui, la protection reste la priorité. Mort, nous risquons moins d’obtenir quoi que ce soit. Si nous échouons à recouvrer la dette, j’aviserai la Banque afin de déterminer la marche à suivre.


J’avais prononcé le mot « mort » sans aucune réelle peur. J’étais persuadée que je ne craignais rien pour deux raisons : mon nom, et cette protection dont je m’étais encombrée. Aussi haïssable soit les Shinobis, il fallait admettre qu’ils étaient puissants. Et enfin, aussi chétive et aussi inoffensive que je paraisse, je n’en restais pas moins une Sabaku et la Banque inspirait suffisamment de crainte sur ce monde pour que chacun sache à quoi s’en tenir à s’attaquant à un représentant même de cette grande et ombrageuse institution. Malheureusement, cette confiance dont je faisais preuve manquait cruellement à mon compagnon de route. Voilà qu’il tremblait ! Je reportais mon attention sur le Jônin, dépitée.

- Selon les informations, il y a dix ans, notre homme a hypothéqué un grand nombre de biens pour obtenir un prêt conséquent. Malheureusement voilà deux ans qu’il refuse à payer son capital et ses intérêts et il accumule quantité d’amendes et frais. Je dois comprendre le refus de paiement et trouver un moyen de recouvrer la dette.

Je me tus, ne sachant comment expliquer la suite.

- Il était très fortuné et l’est toujours peut-être. Apparemment, il aime s’entourer de personnes peu recommandables. Je suppose qu’il en est devenu un lui-même avec toutes les richesses qu’il a continué à accumuler. Son nom est Yasaru Imomo. Je pense que vos services le connaissent.

Yasaru Imomo était un homme qui trempait dans de multiples affaires obscures mais avait su s’entourer de personnes importantes et influentes pour être « intouchable ». C’était le genre de type que tout le monde connaissait, par on-dit, mais sans aucune réelle preuve. Une légende, un mythe … en somme, un homme intangible et imprenable jusqu’à ce que les illusions qu’il a construites avec tant d’ardeur ne lui fassent défaut.

- En temps ordinaire, le simple nom Sabaku suffit à convaincre la personne à payer mais dans certains cas, l’assurance et l’orgueil l’emportent sur la raison. A ce moment, tous les moyens sont bons pour nous effrayer et nous faire fuir : menaces verbales ou physiques, dégradation de nos biens ou de nos demeures, atteinte à notre réputation … un peu de tout en somme.

Je sentais bien la peur de l’officier de justice, littéralement parlant. Une forte odeur de transpiration frôlait mes délicates narines et je me décidais à prendre une petite distance de la misérable personne.

- Cependant, j’ose espérer que ce cher homme n’osera rien d’inconsidéré avec un membre de la Banque, ainsi qu’un soldat de ce Pays en face de lui. Si c’est possible, je souhaite m’y rendre tout de suite. Je sais exactement où il a élu domicile pour cette saison, je pourrais vous y conduire
, dis-je, tout en me mettant à cheval.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6632-sabaku-takara-la-precieuse#55343 https://www.ascentofshinobi.com/t6680-sabaku-eirin-carnets-de-route#61954 https://www.ascentofshinobi.com/u84
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga TsuyoshiEn ligne

Il est temps de payer (Tsuyoshi) Empty
Lun 16 Mar 2020 - 12:33
Le Hyûga au tout début n’avait pas remarqué que l’acolyte de Sabaku Eirin suait à grosses gouttes d’eau. Il avait cependant bien vu que le bonhomme se faisait aussi discret que possible et qu’il n’était pas vraiment dans son assiette. A première vue, le Jonin avait estimé qu’il était esclave ou probablement d’un statut proche vis-à-vis de la Sabaku, voilà pourquoi Tsuyoshi l’avait affabulé du statut d’aide de camp en faisant référence à lui lorsqu’il parla avec Eirin. Il s’appelait donc Takada.

Eirin avait tout de suite centré la discussion autour des éléments de la mission. Elle évoqua clairement le risque élevé que la personne avec qui elle allait négocier, tente quelque chose de fou envers leurs personnes. Il est vrai que cela était tentant. Éliminer quelqu'un qui nous enquiquine lorsqu'on en a les moyens est très tentant. Cela dit Tsuyoshi s’imaginait mal cela dit qu’un homme puisse essayer de tuer un représentant de la banque Sabaku. Tout le monde savait que la banque rentre toujours dans ses fonds, d’une manière ou d’une autre et qu'il valait mieux éviter de la contrarier. Si le risque était réel, ce qu’alors le bonhomme en question était quelqu’un de puissant.

Eirin affirma qu’il s’agissait d’un homme ayant mis sous hypothèque une bonne partie de ses biens il y a dix ans contre un prêt conséquent. Il devait certainement avoir en vue un projet d’envergure qui le propulserait à un niveau de fortune qu’il ne disposait pas au départ. Cela dit, pour une raison qui échappait à la banque, voilà deux ans qu’il refusait d’honorer ses dettes et comme toute banque qui se respecte, les amendes et intérêts s’accumulaient ayant pour conséquence une menace de saisie des biens de l’individu en question. Tôt ou tard, cette question se poserait d'ailleurs.

Lorsqu’Eirin évoqua le nom de la personne en question, Tsuyoshi fronça les sourcils. Il avait déjà entendu ce nom. Ce nom circulait dans le milieu des affaires. Au sein de sa famille, il avait déjà entendu son père parler de ce monsieur. Ils faisaient affaire ensemble et le père du Hyûga était toujours sur ses gardes lorsqu’il traitait avec ce monsieur. Il était dur en affaire comme aimait le répéter le paternel de Tsuyoshi. Cela dit, ce nom était aussi connu du côté des services iwajins. Le Shishiza disposait de quelques informations sur le bonhomme et quelques problèmes avaient déjà eu lieu avec des hommes que l’on estimait proches de lui. Bien entendu, il n'y avait jamais de réelles preuves de lien entre ces hommes sous le coup de la justice iwajine et lui... Le Hyûga hocha la tête :

_ Oui j’ai déjà entendu ce nom, même si je ne sais pas grand-chose sur lui… Avait-il lâché. Pourtant, en son for intérieur, il ne doutait pas qu’ils auraient affaire à un sacré morceau.

_ Allons-y. J’ai déjà hâte de mettre un visage sur ce nom… Avait dit le Hyûga. Il porta un regard vers Takada. Quelque part, ce bonhomme lui faisait pitié. Il était probablement le plus faible du groupe. Après tout, Eirin était une Sabaku. Tsuyoshi devrait faire fortement attention a l’accompagnateur de la Sabaku afin d’éviter qu’il ne meurt. Quant à Eirin, il ne se faisait aucun souci majeur.

_________________
Spoiler:
 


Il est temps de payer (Tsuyoshi) 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195

Il est temps de payer (Tsuyoshi)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: