Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Mettre les pieds à l'étrier[Mukuro]

Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Mettre les pieds à l'étrier[Mukuro] Empty
Mar 3 Mar 2020 - 14:16
-Viens à moi Mukuro, Mort cavalier de l'apocalypse.

Un truc du genre, plutôt sombre et inquiétant. Sortant du manoir, les bras croisés en fixant l'horizon, aujourd'hui n'était pas spécialement un jour spécial mais tout de même. Aujourd'hui, un ultimatum à poser à un groupe de misérables errant dans les parages. Une douzaine de pillards, rébus de la société ou autre marginaux attaquant des convois. Plutôt que de les massacrer comme habituellement, la force brute ne servirait idéalement qu'à les soumettre. En s'accompagnant de sa plus fidèle compagnon, et vu le prix qu'elle mettait mensuellement pour ses services encore heureux. Parfois Kuuli avait l'impression que dans ce contrat, c'était elle qui perdait le plus tant Mort demandait de l'attention, et avec justesse. Il y avait une sorte de parallèle comme si Kuuli avait recueillie une créature surexcitée, en bas âge et qui demandait et avait de l'énergie. Mais il en fallait, pour le projet, pour la suite et pour la garder auprès d'elle il fallait accepter de donner en retour, peut-être pas autant que ce que demandait la mercenaire, mais faire des efforts qu'importe la motivation, il fallait surpasser le mood quotidien pour aller au bout des choses. Tirant sur sa cigarette, levant la main pour indiquer à sa comparse de la suivre Kuuli mit sur ses épaules et sur son visage une longue cape, recouvrant comme une figure sombre sa tête ne laissant apparaître que sa bouche l'on devinait dessus un début des cicatrices ravageant son minois. Il fallait y aller de manière incognito, ne pas laisser trop d'indices était la priorité. Le but de l'élue était de rester derrière, derrière ce groupuscule qu'elle montait et sortir à la lumière des futurs événements au moment venu. Ces futurs premières recrues constituerait la base de la chair à canon nécessaire à la suite des opérations, un sourire mauvais se dessina sur son visage, tandis qu'elle continuait à tirer sur sa cigarette en avançant laissant le soleil et sa chaleur lui rappeler sa place dans ce monde. Le pays du vent se soumettrait ou serait détruit pour être mieux reconstruit, il n'y avait que cette option en tête. Il n'y avait qu'une réalité.

-Si ils m'attaquent, combat mais ne tue que si c'est nécessaire. Inspirer la peur et forcer le respect est la priorité, ne l'oublie pas Mort, car bientôt ils se mettront à genou devant toi, tu es ma pièce maîtresse.

Le voyage se passa sans accroc, comme l'avait prévue Kuuli la lie de Kaze se trouvait dans un campement non loin d'un oasis. Un peu plus de cinq tentes, trois chameaux et une mule. Elles n'avaient pas affaire avec les plus grands bandits de l'underground du désert, mais c'était justement le but. Plus ils étaient faibles et mal instruits, plus il serait facile de faire miroiter des promesses qu'elle ne tiendrait jamais. Tapant dans ses mains alors qu'elle était à une dizaine de mètres du campement, elle força l'attention de ces messieurs et dames en leurs directions, puis cessa d'avancer. Le discours ne comptait pas, pas d'entrée de jeu, sans se poser de questions les insectes rampèrent hors de leurs nids, un mélange de rire mauvais et d'insultes, le reste ne lui appartenait plus. Elle en comptait une demi-douzaine, l'en manquait donc l'autre moitié surement entrain de commettre un larcin, la chance souriait aux braves, levant son bras droit dans la direction du campement. Kuuli posa son regard derrière son voile-cape, vers Mukuro et sans un mot laissa cette dernière obéir aux ordres qu'elle avait reçus. Restant droite et stoïque, tirant sur sa cigarette l'Asaara, de toute sa hauteur entreprit d'observer la scène et d'attendre que ces faibles se soumettent.

-Soumettez-vous ou mourrez.

Le ton était donné. C'était la première fois, première fois qu'elle brisait véritablement ses propres règles et croyances, qu'elle changeait pour passer dans le camps de ceux qu'elle avait combattue. Quelque chose, dans ses convictions, dans son esprit se tordait pour peindre la réalité d'une autre manière, le clan ne suffirait pas. Le clan se révolterait, le clan ne l'accepterait pas ouvertement. Ce refus, ce qu'elle connaissait sur les siens penchait sa balance vers la rage et la colère. Personne ne lui refuserait ce qui lui revenait de droit, personne ne se dresserait sur son chemin sans en payer les conséquences. Ses poings se fermèrent, si fort que quelques gouttes de sang teintèrent le sable du liquide carmin. Si son destin était de se corrompre, de se transformer pour atteindre son objectif alors devenir un monstre ne lui faisait pas peur. Ils craindraient son courroux et ses hommes. Se soumettre ou disparaître, ils n'avaient que ça comme choix.
Revenir en haut Aller en bas
Mukuro
Mukuro

Mettre les pieds à l'étrier[Mukuro] Empty
Jeu 5 Mar 2020 - 22:46
Un nuage de fumée vint recouvrir tout le terrain. Et derrière ce brouha visuel, on pouvait entendre un sifflotement aux tonalités assez étranges puis finalement assez familières ♪... Et rapidement, la fumée se dissipa pour laisser apparaître la silhouette d'une jeune femme portant un vieux chapeau de paille sur la tête.

« Durururu duru ! C'est moi Mukuro, Mort cavalier de l'apocalypse ! Pourquoi m'avez-vous invoqué ? A, parce que vous avez faim. B, parce que vous vous faites chier. C, parce que vous avez du RP pour moi ! »

Quoi ? Ce n'était pas assez sombre et inquiétant ? À vrai dire non, je n'étais pas particulièrement excitée de nature. J'étais même plutôt léthargique dans ma façon de me tenir. Mais je me faisais souvent chier et j'aimais bien faire des blagues nulles - surtout que sa première phrase s'y prêtait à merveille, raisin pour laquelle je m'en donnais à cœur joie. Oui, je n'aimais pas quand les choses paraissaient trop sérieuses ou trop "cérémoniales", il me venait toujours l'envie de sortir une ânerie pour casser l'ambiance.

Une fois l'introduction faite, nous prîmes alors la route à travers le désert. Je ne savais pas vraiment où on allait, mais Shacho m'avait demandé de l'accompagner pour cette journée. Et étant donné que je n'avais rien à faire et que je n'avais plus un sou, j'acceptai.

« Ne pas tuer ? Très bien, je retiendrai mes coups. Mais si malgré tout il y en a un ou deux qui meurent, ne m'en voulez pas et considérez simplement qu'ils sont trop faibles pour pouvoir être d'une quelconque utilité pour la suite. »

À vrai dire, je ne savais pas trop quoi comment réagir lorsqu'elle parla de moi comme de sa pièce maîtresse. Je n'avais besoin ni de gloire, ni de reconnaissance, pas plus de personnes à genoux devant moi ou sous mes ordres. Et ça, elle le savait bien, caresser mon égo dans le sens du poil n'avait aucun effet. Toutefois, c'était plutôt amusant de se prendre au jeu et de partir à l’aventure comme ça. C'était comme entamer une nouvelle quête dans Dragon Quest. On ressentait toujours une petite palpitation face à ce qui nous attendait. C'était pourquoi, je n'évoquai pas ce détail.

Rapidement, nous arrivâmes à destination - un lieu désertique avec seulement quelques tentes et quelques bêtes que l'on pouvait compter sur les doigts d'une seule main. Accroupie à côté de la jeune femme native du Vent, je l'observais invoquer les quelques bandits cachés dans les tentes. Ils montraient un air méchant, mais rien de plus. Il n'avait l'air riche, il n'y avait même pas assez d'animaux pour chacun d'entre eux et il y avait tout à parier que les armes qu'ils tenaient entre les mains ne valaient pas deux sous. Être un bandit tout en étant pauvre, c'était le comble. Ils m'avaient plus l'air de clochards violents que de bandits cruels.

« De la chair à canon.. »

Pour le coup, ils n'avaient pas d'autre utilité possible. Oui. Je ne voyais pas une once d'intelligence dans leur cerveau. Insulté par la provocation de la jeune femme, ils nous foncèrent tous dessus sans réfléchir. Je m’interposai devant eux et effectuai une série de mudras et invoquai dix boules de feu que j'envoyai à leurs pieds. Si elles n'infligeaient pas grand dégât, elles pouvaient s'avérer très dissuasives. En effet, ils devaient comprendre désormais qu'ils avaient affaires à des shinobis - ou du moins des personnes maîtrisant les arts Shinobis - de quoi en impressionner et faire reculer plus d’un.

Un homme parmi le tas se différencia des autres et s'avança vers nous. On pouvait lire une peur bien présente dans ses yeux, mais aussi une volonté de défendre les siens. Il était sans nul le chef ou sous-chef du groupe...

« Des shinobis ? Qu’faites-vous ici ? Nous soumettre ? Vous n’prenez pour quoi ? Juste parc'que vous savez utiliser l’feu ?
- Quoi ? Penses-tu pouvoir résister au feu ? »

Silence.

« Il y a des pays dans lesquels on brûle à vif les criminels. La douleur commence par la chair qui se fait carboniser et s’imprègne lentement jusque dans les tissus musculaires. Enfin, je dis ca, je n’en sais rien. Peut-être saurez vous me le dire ? Il se trouve que nous faisons le ménage dans Kaze. Nous vous laissons une chance de survie à vous de voir si vous souhaitez la prendre ou non, auquel cas.... »

Je me ferai un plaisir de les brûler jusqu’au dernier. À ces mots, j’affichai un léger sourire qui venait souligner la menace. Des tyrans nous étions. Pour ma part, cela ne me faisait pas grand chose, si c’était le mode de procédé que voulait Kuuli.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Mettre les pieds à l'étrier[Mukuro] Empty
Dim 15 Mar 2020 - 20:04
-Je risque pas de m'ennuyer avec toi Mukuro, c'plutôt l'inverse non?

Elle se rapproche, derrière sa capuche couvrant le haut de sa sale gueule. Un air perplexe devant la manière dont son associée entreprend d'exécuter ses ordres, quelque part entre l'insouciance et le fait d'être simple d'esprit, un peu des deux surement mais un mélange gagnant. Elle se tourne pour observer l'horizon près de ce misérable oasis, le silence continue de régner après les propos de la mercenaire. Ils toisent, ces bandits, ils jaugent la situation si ils ne sont pas forcément des shinobis chevronnés mais l'avantage du nombre était pour eux. C'était une sacré erreur en tout cas de compter dessus, elles n'étaient que deux mais Mort était relativement imprévisible et ce facteur aléatoire jouait pour beaucoup dans la confiance qu'affichait l'Asaara sans s'en cacher. Haussant un sourcil, elle décida de forcer l'un des deux camps en présence à faire le premier pas. Ils ne comprennent rien, ça ne va pas assez vite. Il en faut plus, plus d'esclaves, de petites mains pour la porter tout en haut. En haut, en haut du sable et des dunes. En haut, à la droite du soleil. Non au dessus même de l'astre divin, devenir quelque chose d'autre se transcender. Prouver à elle même, au clan, à elle même, pour Tali, pour son orgueil et son égo. Et au diable le sommeil, les cernes s'accumulent, les cicatrices internes et les crises de rages aussi. Il faut du sang, il faut que ça explose que ça pète et qu'ils se mettent à ses pieds. Il faut prouver à ses sbires, à Mort, qu'elle est la seule apte à diriger ce pays. D'une main de maître, mettre dehors tous ces étrangers, mettre dehors la vermine, que ce pays se consume à feu et à sang.

-Pousse toi Mort.

Des mains, des mouvements et des signes, une rapidité, une rage et la colère. Elle avait ainsi parlée, et ainsi elle agissait en accord avec ses convictions. Que le sable devienne tombeau, qu'ici elle marque sa présence dans cette zone reculée. Que le sable recouvre tout, que les dunes deviennent une extension de sa volonté. Et qu'ainsi les opposants soient réduits à des os, à la poussière, que le désert avance. Pour Kaze, pour les siens, pour elle. Pour Asaara Kuuli futur Imperatrice de ces lieux, au diable les dieux, au diable les manigances du monde extérieur. Rien ne comptait autre que sa nation, son pays et sa patrie. La pyramide, la pyramide enferme les premiers à sauter dans la direction de Mukuro. Ils sont quatre, quatre malandrins pris dans les sables se mouvants pour former une structure imposante que maintient grâce à sa volonté Kuuli, derrière sa capuche comme un ange de la mort. Conquérir, conquérir chaque morceau de ce putain de désert en se battant contre tout être vivant si nécessaire. Ainsi soit-il, que sa volonté soit faite et qu'elle l'accomplisse personnellement. Elle n'a pas besoin de loyauté, elle a besoin d'inspirer la peur et de forcer le respect. Le jour ils cesseront de la craindre, elle aura échouée. Le jour ils cesseront de se prosterner avec du ressenti dans les yeux, le poignard en direction de ses côtes ne sera pas loin.

-Mort, je crois que ceux ci ont comprit. Le reste du groupe ne devrait pas tarder. Occupe toi en, nous continuerons ensuite.

Les deux larves restantes, posent armes à terre. Ils ne craignent pas encore, cela viendra, si ils doivent perdre la langue, un membre, une oreille pour que leur petits cerveaux atrophiés comprennent qui est en charge.

Alors autant commencer la charcuterie maintenant. Elle doit maintenir la technique, cela ne l'empêche pas de marcher, de se rapprocher, les mains toujours fixant sur place sa pyramide. D'observer dans ceux se débattant au sein du sable, les visages changeants comme des poupées de chiffons. Ils ne vont pas tous survivre, elle n'a pas besoin de tous ces bandits. Il y en a tellement, tellement à recruter par quelconque moyens. Tellement d'âmes à collecter, un sourire malsain sur son visage. La pression s'accentue, les étouffements aussi, se débattre ne sert à rien, et l'art shinobi ne semble pas vraiment être leur spécialité et puis au pire Mukuro la couvre. Elle peut s'en adonner à cœur joie. Comme elle l'a toujours fait, retrouver l'usage de la force et de forcer la consécration.

-A genoux chiens.

Revenir en haut Aller en bas
Mukuro
Mukuro

Mettre les pieds à l'étrier[Mukuro] Empty
Dim 15 Mar 2020 - 20:56

Bien évidemment, j'aurais pu en écraser un pour montrer l'exemple à ses camarades. Mais ma nature flemmarde privilégiait la parole et la menace quand j'avais affaires à du menu fretin. À l'inverse, Kuuli ne semblait pas manquer d'énergie lorsque cela en venait à la conquête. Oh oui, ses yeux brûlaient de convoitise... Et elle finira comme un panda, ça c'est moi qui vous le dis ! ..Mais en attendant, d'autres bandits frappaient à la porte.

« Ok ok. »


Je me retournai vers les bruits de pas qui se rapprochaient de nous. Quels imbéciles pour apparaître à un tel moment. Ils venaient littéralement pour se faire marcher dessus. Mais bon, que pouvait y faire quand c'était de la malchance ? Enfin, de la chance pour nous du coup ! Je lâchai un soupire et entamai une suite de mudras. Si c'était la méthode que voulait Kuuli, alors je suivrai.

Un courant de vent se forma à côté de moi et vint écraser contre terre tous les nouveaux adjuvants. Ils venaient tout juste d'arriver, mais l'ambiance pesante de la scène et notre présence même en ces lieux leur firent comprendre rapidement la situation... Non, même sans comprendre immédiatement la situation, les mots de Kuuli suffirent à leur faire comprendre l'essentiel. Oui. Ils étaient désormais esclaves

Et pour le coup, ils n'avaient plus vraiment le choix. Tous s'alignèrent pour obéir à l'héritière du désert, acculé par la puissance des éléments qui dépassaient de loin leurs armes de fortune. Malgré l'insulte et l'indignité, c'était la peur qui gouvernait leurs actes. Si cela pouvait s'avérer être à double tranchant sur le long terme, c'était pour le coup ce qu'il y avait de plus efficace sur le moment pour les soumettre... Un peu trop efficace même.

« ..Et ? C'est tout..? C'était un peu court tout de même. »


Je lâchai un bâillement. Les hostilités venaient à peine de débuter, et pourtant elles étaient déjà terminées. Me faire participer pour si peu, j'espérais que Kuuli avait d'autres plans de prévus pour la suite... Je lui lançai un regard.

« C'est bien de recruter des imbéciles pour la chair à canon, mais recruter quelques bras musclés peut aussi être intéressant. Vous ne pensez pas ? »


J'avais tendance à croire que chaque chose valait son prix. Moins on payait, moins la chose était de qualité. Et plus on payait, plus la chose valait de l'or. C'était comme les techniques ! Certes, les rangs D étaient casse-couilles, mais les rang B étaient pas mal aussi quand on avait pas assez pour prendre des rangs A.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302

Mettre les pieds à l'étrier[Mukuro]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: