Soutenez le forum !
1234
Partagez

RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C)

Goro Haruka
Goro Haruka

RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) Empty
Mar 10 Mar 2020 - 23:04
Une nouvelle mission concernant la raffinerie ne tarda pas à tomber et elle faisait partie des heureux élus de l’Empire choisie pour la mener à bien ! Elle ne pourrait dire si cette pensée était ironique ou sincère. Elle était effectivement fière de poser les premières pierres de l’une des plus grandes merveilles que ce monde pouvait offrir aujourd’hui – du moins, pour cette âme de Forgeronne –. Pourtant, une ombre s’abattait impitoyablement sur ce doux rêve et portant le nom Metaru ou Rébellion. Le clan était composé d’hommes et de femmes assez orgueilleux. Quant au second, elle était ce fantôme qui hantait chaque strate de cette société, allant du clochard aux guenilles misérables au grand seigneur avec ses tenues pompeuses. Ainsi, la Raffinerie que l’Empire allait aider à reconstruire pourrait bien être l’un de ses plus grands atouts comme l’un de ses plus chaotiques projets. Le pari était risqué mais il fallait bien tenter. Au final, l’avenir appartient aux plus audacieux !

Et Goro Haruka faisait partie de ces personnes dont l’audace pouvait frôler la témérité ou l’insouciance pour le commun des mortels. Pour son entourage, ceux qui étaient restés au Pays, elle était tout bonnement bête de gaspiller son temps dans une quelconque unité de l’Empire : habile forgeronne, elle pourrait façonner de merveilleuses épées, boucliers ou autres armes et armures à des guerriers qui n’aspiraient qu’à une vie héroïque, faite de sang et de douleurs. Sa seule réponse était la suivante : « Je vais revenir, et je vais reprendre la Forge de mes parents. D’ici là, je veux découvrir, et je veux apprendre de nouvelles techniques ».

Une philosophie qui n’était pas si fausse : aussi doués soient ses parents, ils n’avaient pas le talent et l’expérience du clan Metaru ou tout autre maîtres forgerons éparpillés aux quatre coins du monde. Or, pour atteindre tout ce beau monde, elle se devait d’avoir des ressources, des aides et des appuis. Et pour survivre à un si long tour du monde, mentalement et physiquement, elle avait besoin d’un but. L’Empire lui fournissait tout cela ! Tous les moyens nécessaires pour mener à bien ses missions, et surtout cet espoir d’un monde enfin uni et paisible ! Un rêve bien naïf mais la vie serait bien triste sans !

Résolue, elle ne tarde pas à quitter l’habitation qu’on lui avait attribué pour se diriger tout droit vers la Raffinerie fermée. Cette fois-ci, elle avait décidé d’être sobre, s’habillant convenablement dans le cas où il fallait soulever des charges lourdes, se salir ou déchirer un tissu. Pantalon kaki, un haut manche longue gris et les cheveux attachés en un chignon serré, voilà comment elle se présente même aux premiers ouvriers qui arrivent. Car oui, elle était arrivée bien avant l’heure annoncée, désireuse de faire d’abord un tour autour de la Raffinerie.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7849-goro-haruka-pour-la-grandeur-du-feu#65735 https://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go https://www.ascentofshinobi.com/u988
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu AtorasuEn ligne

RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) Empty
Mar 17 Mar 2020 - 13:38
Le Ji-ongu, habillé d’un simple peignoir cachant son corps chétif, mangeait paisiblement sur une table en bois bien médiocre pour l’habitat dans lequel il vivait, face à un tableau représentant la quasi-totalité de sa famille, toutes les dizaines de boucher de son petit-déjeuner, il levait les yeux au ciel vers cet impressionnant tableau recouvrant presque la totalité du mur. Après que ce “religieux” finit de manger, un vieil homme lui demanda s’il voulait quelque chose d’autre et il refusa de la main. De cette même main, il prit la lettre qui lui indiquait la mission qu’il allait devoir achever.En effet, après l’attaque de Teikoku, la forge fut détruite, mais celle-ci n’est pas qu’une simple forge, non, elle était un pilier majeur pour l’économie, il fallait à tout prix le reconstruire. La plus grosse partie de la mission a été faite, persuader « La Communauté des Anciens ». Une mission accomplie dans le plus grand des succès. Maintenant ce n’est rien d’autre que de la maçonnerie qu’il fallait faire.

Alors, le Ji-Ongu, s’habilla rapidement, toujours avec son sombre manteau laissant apparaître aucune partie de son corps, pas même sa tête de Frankenstein avec la capuche. Des gants noirs pour ne pas laissaient apparaître ses longs et maigres doigts de démon qui donnait l’impression de tuer instantanément à n'importe quelle touchée. Oui, comme chaque jour, pour sortir, il ne laissait aucune partie de son corps à l’air libre. Il rangea la lettre de convocation dans son manteau. Salua son majordome et prit la direction de la forge.

Cette forge était importante pour le pays, donc pour Atorasu ? Non, il était totalement désintéressé par cette forge qui était en ruine. Il avait accepté cette mission simplement pour se faire bien voir et pour qu’on lui accorde d’autres missions. D’ailleurs, pourquoi ils n’avaient pas rappelé les mêmes personnes que pour la première étape ? Une seule a été rappelée d’après ce qu’il avait compris. Un feu ardent brûlait en lui, il avait envie de se sentir important, et il le savait qu’il fallait la contenir : il ne faut pas brûler les étapes. Contrairement à certains qui perdirent la vie comme ça, à se surestimer. Il comptait affermir cette forge comme encore jamais ne l’avait fait. Il comptait bien mener à bien cette mission.

Il arriva sur place avec cet habille qui dégageait un air farouchement discret, et une jeune et jolie femme à la couleur de cheveux atypique, qui devait avoir le même âge que lui était déjà présent sur les lieux. “ Je suis en avance pourtant” se dit-il, mais elle avait l’air encore plus motivé que lui. Alors qu’elle faisait le tour de la forge il inclina légèrement la tête en arrière afin de la cherchait du regard sous sa capuche bien que celle-ci ait beaucoup de mal à voir la pair des yeux du Ji-Ongu. Dès la femme posa son regard sur lui, il lui montra au loin la lettre de convocation pour qu'elle ne s'inquiète pas qu’un homme bizarre la regarde. Il s’approcha doucement d’elle pour se présenter d’une voix grave et monotone.

- Ji-ongu Atorasu. Je suppose que vous êtes ma coéquipière pour cette mission. J’espère que celle-ci se portera bien. Il lui tendit sa faible main gantelé. Avec son accoutrement, il pouvait faire peur, mais le jeune Ji-ongu restait bienveillant avec ses coéquipiers
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 https://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. Yamiko

RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) Empty
Mer 25 Mar 2020 - 15:49
Reconstruire la Forge

feat. @GORO HARUKA & @JI-ONGU ATORASU

- Je constate que certains sont vraiment motivés, lâche une jeune femme à la chevelure dorée tout en fixant d’un regard cordial les deux jeunes gens déjà présents.

Celle qui venait de parler n’était autre que la future Directrice de la nouvelle Raffinerie mais aujourd’hui elle était présente en tant que celle qui dirigera les travaux de son futur lieu à administrer. La main droite sur la hanche, la jeune femme s’était arrêtée à quelques pas des premiers arrivés sur le lieu. Derrière elle se tenaient un grand nombre des Metaru, venus pour œuvrer à la reconstruction de leur patrimoine. Tous étaient des volontaires car nombreux sont ceux du clan des manipulateurs de métal qui préféreraient voir la Raffinerie laissée à l'état de ruine plutôt de la voir servir les intérêts de ceux qu’ils surnommaient les Envahisseurs. La Communauté des Anciens du clan Metaru n’avait pas souhaité forcer les récalcitrants à participer à la reconstruction de la forge. Parmi les volontaires s’étaient glissés cependant quelques rebelles qui comptaient saboter la remise en état de la forge.

Lorsque l’heure communiquée pour le début des travaux atteint, Metaru Mairu attire l’attention de tous les êtres présents. Ces derniers étaient composés essentiellement des Metaru mais aussi d’autres kumojin, et pas forcement des shinobi, et d’une seule teikokujin. Il y avait donc une participation quasi-nulle des hijin à la reconstruction de la forge mais ce n’était pas plus mal car, malgré leur volonté de reconstruire la Raffinerie, certains Metaru présents n’étaient pas très enthousiastes à l’idée de travailler avec des soldats de l’Empire. Il faut dire que les membres du clan des manipulateurs de métal étaient composés des êtres fiers, trop fiers et très butés.

- Bien ! Je suppose que tout le monde est là ! … Pour ceux qui ne me connaissent pas, je suis Metaru Mairu. Je suis chargée de mener à bien les travaux de la reconstruction ... Si nous travaillons bien, la forge sera en état de fonctionner d’ici quelques jours ! … Avant toutes choses, nous devons déblayer le lieu. Vous deux, la Metaru désigne Goro et Ji-Ongu, vous venez avec moi. Vous autres, commencez à débarrasser des décombres, en commençant par ceux qui se trouvent vers l’extérieur ! Faites un tas de tout ce qui est métallique. Celui-ci sera réutilisé. Pour les autres matières, entassez-les assez loin du bâtiment pour ne pas gêner la circulation !

Alors que les autres s’éparpillaient pour ramasser les gravats - usant de leur capacité de shinobi pour certains - Metaru Mairu se dirige vers une partie détruire au cœur du bâtiment, la Goro et le Ji-Ongu lui emboîtant les pas. La Raffinerie a été démolie qu’à un tiers mais les dégâts étaient localisés et concernaient des parties vitales pour le fonctionnement de la forge. Preuve que l’auteur de la destruction connaissait bien l’endroit. Mairu supposait même que le coupable était certainement parmi les siens. Elle devrait donc faire preuve de vigilance au cas où cette même personne s’était glissée dans l’équipe de la reconstruction pour une nouvelle sabotage.

La Metaru s’arrête face à un énorme égrenage presque entièrement détruit. Quelques pièces tenaient encore mais dangereusement.

- Ce mécanisme permettait de faire couler le métal liquide dans des diverses moules pour une fabrication en masse des armes différentes simultanément. Votre mission consiste à le démonter entièrement et de faire le tri des pièces. Je veux un tas des pièces intactes, un des pièces réparables et les autres dans un autre tas. Veillez à ne rien casser de plus et … faites attention de ne pas vous faire aplatir !

Sur ces recommandations, la Metaru s’éloigne pour donner des directives ailleurs …

_________________
RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) B6y1
(c) Merci à Aimimi pour le kit <3
Spoiler:
 


Dernière édition par Gentoku M. Yamiko le Mer 13 Mai 2020 - 12:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed
Goro Haruka
Goro Haruka

RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) Empty
Jeu 9 Avr 2020 - 0:23
Le seul détail qui gênait considérablement Haruka dans sa nouvelle position était l’absence totale de soutien de ses compères. Elle était entourée d’un peuple dont elle ignorait les us et coutumes, qui avait été dominé par les siens et surtout qui ne la portait pas à cœur par son allégeance à l’Empire – et par extension, à l’Empereur, le mec qui décapite des têtes. Elle savait donc que la tâche ne sera pas facile et l’avait en toute connaissance de cause.

Consciente de cette situation exceptionnelle où le prédateur devenait la proie, elle se montrait un tantinet plus méfiant. Autant dire, elle n’avait nulle confiance en ce nouveau coéquipier, ni en cette nouvelle directrice … et la première tâche l’inspirait que trop peu. Elle était isolée des autres. Elle se promit qu’elle ferait de son mieux pour davantage être en contact avec les autres, et surtout avoir droit à des tâches touchant aux fondements même de la Raffinerie. Elle devait s’assurer que personne n’allait saboter ce bel ouvrage dès sa création !

- Bien, Madame la Directrice, répondit Haruka d’une voix forte et énergique. Lorsque la blonde s’éloigna, elle glissa un regard à Atorasu. As-tu quelques connaissances dans le domaine de la forge ou de la construction ?

Ayant des parents forgerons, la demoiselle savait parfaitement l’utilité de chaque objet, pièce ou machine dans une forge. Elle était même capable de forger ses propres armes et armures : il lui suffisait simplement des bons outils, d’un atelier et du matériel de base. En somme, elle était largement apte à mener à bien, efficacement et rapidement, chaque tâche touchant de près ou de loin à cet art.

- Si jamais tu as des doutes, fais appel à moi.

Aussitôt, elle s’attaque à la tâche, réfléchissant en parallèle à comment s’assurer de garder un œil « partout ». Elle devait faire preuve de ruse, et de stratégie, et pour cela, elle devait connaître cette directrice comme le reste des ouvriers. Une tâche herculéenne à laquelle, elle espérait, le Protectorat saura apporter assistance – notamment en lui donnant accès à des données confidentielles sur chaque ninja. Si les suspects d’une potentielle rébellion n’étaient pas systématiquement arrêtés, ils étaient fichés et suivis au besoin. Il faut bien laisser quelques rats courir pour trouver le terrier, après tout !

Et puis elle commence à fredonner un petit air, rythmant son travail et ses gestes. Apparemment, la musique était sûrement le meilleur stimulant pour tout travail répétitif ou pour maintenir le moral au plus haut. Sa voix n’était ni envoûtante, ni cassante. Une voix commune, en somme. Et telle une petite fée, sa main voltige d’une pièce à l’autre, avec expertise et savoir. La colossale machine ne bougeait pas pour le moment, mais les plus petites pièces se détachaient petit à petit comme du beurre, rangées d’un côté ou de l’autre.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7849-goro-haruka-pour-la-grandeur-du-feu#65735 https://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go https://www.ascentofshinobi.com/u988
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu AtorasuEn ligne

RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) Empty
Mar 14 Avr 2020 - 6:26
Après les présentations faites et que sa coéquipière l’ignora totalement au premier abord. Atorasu en suivant la future directrice aux côtés de Goro Haruka sentit comme une ambiance pesante dans l’air et il ne devait pas être le seul à la sentir. Ce n’était pas la première fois qu’il faisait une mission où le résultat de l’Empire et Kaminari était au cœur de la charge donnée par le centre. D’ailleurs, il remarqua rapidement qu'effectivement toutes les dernières missions avaient un rapport de prés ou de loin (souvent de près) avec le Teikokumo.

Et alors qu’ils avançaient silencieusement, la future directrice s’arrêta devant une imposante machine en leur expliquant l'utilité de celle-ci et le rôle qu’ils allaient jouer. Faire un tas de pièces intacts, un tas de pièces récupérable et le reste dans un autre tas. Ca n’avait pas l’air bien compliqué comme ça, mais Atorasu n’avait aucune connaissance dans ce domaine-là et il le signala rapidement à Goro. La fille avec qui il allait passer une partie de la journée, était son contraire. Elle s'élança sur la machine juste après avoir proposé son aide sur certains points mais l’advint ignorance qu’elle jeta à Atorasu l’avait interloqué sur le coup ; Atorasu ne voulait pas déranger cette Haruka déjà élancée dans son travail.

Son regard s’était tourné vers la directrice, occupé par les directives imposaient. Aie, Atorasu était embarrassé par son inutilité. Il fit alors, quelques trucs insensés comme enlever son manteau dévoilant ses longs cheveux mi-blancs et noirs organisés de manière sporadique. Son visage caché par un masque fait de fils qui avait l’air totalement lié à sa peau. Il s’approcha lentement de la machine pour mieux l'observer et acquiesça de manière sûre de lui comme s’il savait parfaitement ce qu’il fallait faire. Après quelques minutes un vieil homme plutôt costaud vint lui taper sur l’épaule suivit d'un petit rire “ - Perdu mon garçon ? Ou tu n’as juste pas envie de travailler ?” Lui demanda-t-il d’une voix caverneuse mais bienveillante. Atorasu ne pouvait plus mentir, les personnes qui le regardaient, comprenaient directement qu’il faisait la comédie. Le vieil homme rapidement, lui expliqua certaines choses jusqu’à démonter une pièce, mais dès lors où il vit la coéquipière du Ji-Ongu, il prit une voix sèche en laissant tomber la pièce parterre et repartit à ses occupations. “Bref. Tu m’as compris.” Lui dit-il de manière désagréable.

Ce n'était pas le meilleur jour pour Atorasu mais de toute façon il n’était pas là pour faire copain copain avec les personnes avec qui il travaillait. Il se mit rapidement au travail. Une longue queue faite de fils sortit du bas du dos de l’homme masqué et avec précaution, il enleva les pièces les plus dangereuses et les plus lourdes, comme lui expliqua le vieil homme. Puis les pièces qui avaient l’air de ne pas être des piliers pour le maintien de la machine. Quoi qu’il arrivait, si une pièce tombait sur sa coéquipière, une autre pouvait sortir pour la protéger.

Au bout d’un petit moment, plus grand monde parlait dans les alentours, seul le bruit des pièces qui tombaient, le grognement certaines personnes qui passait à côté du groupe et la directrice qui donnait certains conseils s’entendait au loin. La coéquipière n’avait pas l’air de s'occuper des regard qui lui étaient lancés, tant mieux mais, Atorasu, rétabli de l’action (ou plutôt de l’inaction) de la jeune femme aux cheveux verts, décida de lui dire quelques paroles dessus en garant son immuable voix placide, il n’avait pas l’air de prendre conscience de la méfiance qu’elle avait envers lui.

- C’est compliqué tout ça. Enfin... Je parle de la situation actuelle. Vous n’avez pas l’air de prêter attention, mais je préfère en être sûre. Ça ne vous dérange pas ? Tout cette situation ? Il parlait bien évidemment de toutes les personnes qui les dévisageaient d’un regard fuyant de par la présence d’un membre de l’Empire.




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 https://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. Yamiko

RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) Empty
Mer 22 Avr 2020 - 22:28
Reconstruire la Forge

feat. @JI-ONGU ATORASU

C’est dans une atmosphère plutôt pesante que les travaux de la remise en état de la forge commencent. Une tension s’était imposée à cause de la simple présence d’une teikokujin qui ne faisait pourtant rien pour attiser la haine des kumojin qui l’entouraient. Mairu, bien que ne portait pas vraiment dans son cœur ceux qui étaient au service de son pire ennemi, Rei Yamanaka, trouvait même la situation bien regrettable. Elle avait presque pitié de la jeune Goro sans pour autant blâmer les siens dont elle comprenait et partageait l’aversion envers ceux qu’ils ne parvenaient pas à accepter.

- Il ne se sert à rien de déverser votre haine sur cette pauvre enfant ! Finit par lâcher haut et fort la future Directrice de la Raffinerie après l’intervention du vieillard. Elle est là pour nous aider alors je vous demanderai, à vous tous, de collaborer avec elle comme il se doit !

Mairu allait devoir fréquenter cette teikokujin pour longtemps certainement car elle n’était pas présente en ce lieu seulement pour les travaux qui y avait lieu mais elle allait également travailler au sein de la forge, une fois cette dernière remise en état. Alors, la Metaru faisait l’effort de l’accepter malgré sa rancœur envers l’Empire que la jeune fille servait.

La future Directrice de la forge savait faire preuve de diplomatie. Là était d’ailleurs une des qualités qui l’avaient propulsées à son poste actuel malgré son syndrome de Yangire qui la rendait bien moins fiable en tant que dirigeante. Mairu savait même se montrer agréable envers ses ennemis ; tant que ces derniers ne provoquaient pas son courroux réputé néfaste même pour ses alliés.

- Vaquez à vos tâches … Mairu fixe son regard doré sur le jeune Ji-Ongu … et en silence ! A moins que vous n’ayez des questions !? … Je ne veux voir personne tourner les pouces ! Pas de pause avant que je n’en donne l’autorisation !

L’autorité était également un des traits marquants de la future Directrice de la forge et, quiconque osait défier cette prépotence prenait le risque de payer très cher son insolence.

Mairu avait hâte que les travaux se terminent alors elle-même participe aux efforts physiques, tout en surveillant les faits et gestes de chacun et se mettant à la disposition de ceux qui avaient besoin d’être orientés dans leurs tâches. La Metaru accordait une attention particulière aux deux jeunes gens à qui elle avait confié la tâche de démonter l’ancien mécanisme d’écoulement de métal liquide de la forge. Une besogne plutôt simple mais sans doute la plus dangereuse. En vérité, Mairu s’attendait à ce que l’un des deux commette une erreur qui mettrait certainement leur vie en danger …

_________________
RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) B6y1
(c) Merci à Aimimi pour le kit <3
Spoiler:
 


Dernière édition par Gentoku M. Yamiko le Mer 13 Mai 2020 - 12:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu AtorasuEn ligne

RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) Empty
Mer 29 Avr 2020 - 12:49
La coéquipière du JI-Ongu n’avait pas l’air très communicative. Elle l'ignora une deuxième fois, ce qui, bizarrement ne le fit pas le même effet que tout à l’heure. Le travail qu’il menait à bien sûr la machine occupait son esprit et ne pouvait faire place pour un anodin état affectif. Il n’allait pas pousser le bouchon plus loin avec cette Goro, décidant de se taire durant le reste de cette mission qui lui a été confié, puis les paroles de son chef temporaire, Metaru Mairu, qui ont été amplifiés lorsqu’elle fit une référence à la flemmardise d'Atorasu qui était plutôt le manque de connaissances sur la forge et ses composants.

En équilibre sur sa grande queue qui lui servait d’estrade, le regard fixé sur lui l'interrompit dans sa réparation de l’égrenage. Il tourna la tête et bien que le masque recouvrait son visage, les yeux perçant de la Metaru observaient le débutant comme s’il n’avait pas de masque. Pendant un court instant, la manière dont il regardait son chef pouvait s'interpréter comme un défi et ce simple coup d’œil avait l’air de cette transformé en une véritable dissension de regard. Il n’était pas du genre à provoquer, mais l'irrespect de sa coéquipière mélangé à la remarque de la Metaru qui lui était destinée l’irrita une nouvelle fois. Après une longue minute, de regard intense, il tourna lentement sa tête vers sa machine pour vaquer à ses occupations.

La machine était fragile même peut-être trop, la preuve était que même une professionnelle, qui n’était rien d’autre que la seconde d'Atorasu, a failli se faire écraser par une pièce faisant le double de sa taille et sûrement le quadruple de son poids. Mais rapidement, l’objectif était atteint après un triage de pièce et quelques grognements ; la démolition de la machine avec la constitution de trois tas distincts a été fait.

Un dernier coup d’oeil d'Haruka et d’Atorasu sur les pièces qui se trouvaient dans un mauvais et le Ji-Ongu haussa la voix pour appeler la chef de chantier. Une fois arriver, il lui adressa quelques paroles en lui pointant du doigt distinctement chaque tas de pièces.

- Comme voulus, trois tas ont été faits sous vos ordres. Le premier qui est à votre droite est le tas de pièces intactes, il y en très peu mais bien plus que je ne le pensais en voyant cette machine. Hum... Le second, juste en face de vous et le tas de pièces réparables, tout aussi gros que celui de pièce intacte, je n’y connais rien mais ça m’a l’air quand même très peu compliquer, changer certains boulons, rosser et dérouiller quelques matériaux et le tour est joué. Le dernier tas demandé contient peut-être 50 % de la machine à vue d’oeil. Les pièces bonnes pour la casse.
Un quatrième tas se trouvait un peu plus loin isolé, celui-ci, il fit un petit coup de tête pour l’indiquer à la chef. Nous nous sommes permis de faire un quatrième tas, attendant vos précieux conseils, nous ne savons pas l’état de ces pièces, une chose est sûre, elles ne sont pas intactes.

Il avait beau ne pas être le petit soldat parfait, le travail qu’il mettait dans ses missions ne pouvait être reproché par ses supérieurs.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 https://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu
Metaru Mairu
Metaru Mairu

RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) Empty
Mer 13 Mai 2020 - 12:54
Reconstruire la Forge

feat. @JI-ONGU ATORASU

Mairu remarqua et soutint sans vaciller le regard du jeune Ji-Ongu qui défiait le sien. On pouvait facilement lire dans les prunelles dorées de la jeune femme un air amusé alors qu’un sourire s’esquissait discrètement en coin de ses lèvres. Le jeune shinobi kumojin semblait avoir du caractère et ce n’était pas pour déplaire à la future directrice de la forge. Autant elle détestait que l’on désobéît, autant elle appréciait les gens qui ne se laissaient pas intimider. Véritable antinomie mais, pour notre protagoniste à la personnalité de plus complexe, il était bien plus distrayant de titiller des réfractaires.

Quant à la jeune teikokujin, elle continuait de travailler faisant preuve de beaucoup de concentration. Celle-ci semblait faire abstraction de tout ce qui l’entourait, allant jusqu’à ignorer son coéquipier de travail, mais Mairu remarqua que de temps à autres, la jeune fille jetait un coup d’œil discrets sur les autres, autour d'elle. La Metaru supposa alors que la teikokujin cherchait certainement à analyser ceux qui l’entouraient. Mairu n’avait aucune idée précise sur ce que cherchait à obtenir la hijin mais peu importait ; tant que son objectif ne la pousserait pas à perturber l’activité en cours, ou à venir, au sein de la forge, la future Directrice de la Raffinerie ne ferait rien d’autre que de surveiller la jeune fille en retour.

- Joli travail tous les deux ! Fit la Metaru avec sincérité, malgré son espoir de voir l’un des deux jeunes gens commettre une erreur au départ.

Mairu se baissa pour examiner les pièces démontées par la Goro et le Ji-Ongu.

- Sache jeune Ji-Ongu que le métal est une matière très précieuse pour nous les Metaru. Il est hors de question de le gaspiller. Si nous pouvons réparer, nous réparons. Le remplacement n’est qu’une option envisageable lorsque la réparation est impossible mais un Metaru incapable de réparer un simple objet métallique ne mérite pas son nom !

La future directrice de la forge se redressa, avec la main droite remplie des petites pièces classées « bonnes pour la casse » par ceux qui les avaient démontées. Elle se mit ensuite à mouvoir ses doigts, faisant bouger les composants dans sa paume, qui se réparèrent tous seuls comme s’ils se régénéraient. En réalité, c’était la Metaru qui comblait la matière qui manquait à chaque pièce, grâce à sa capacité à générer du métal. De plus, contrairement aux autres de son clan, la jeune femme aux yeux dorés était capable de générer et de façonner le métal sans avoir besoin de malaxer son chakra.

Mairu examina ensuite attentivement les pièces qu’elle venait de remettre en état. Satisfaite du résultat, elle tendit la paume ouverte en direction d’Atorasu.

- Tu vois ! Pas besoin de les remplacer ! … Allez aider les autres à déblayer maintenant et n’oubliez pas de mettre tout ce qui est en métal de côté ! Ordonna ensuite la jeune femme à la Goro et le Ji-Ongu.

Se débarrasser des gravas était, sans aucun doute, une tâche ingrate mais c’était une étape nécessaire avant de commencer les travaux de reconstruction.

La future directrice de la forge, confia la remise en état des nombreuses pièces restantes de l'engrenage à trois meilleurs « forgeurs » Metaru présents sur le chantier. Elle confia les pièces les plus abîmées à celui qu’elle jugeait être meilleur forgeron et donna comme consigne aux trois de ne réparer que les composants dont ils jugeaient être en mesure de remettre en état et à l’identique. Ces pièces étaient unes des plus importantes dans le fonctionnement de la forge et les plus délicates à réparer car toutes devraient s’imbriquer correctement lors de leur montage. Le moindre écart de solidité, de masse ou de détail d’une pièce pourrait entraîner un dysfonctionnement. C’était donc une tâche avec beaucoup de responsabilité que Mairu venait de confier à ses trois confrères mais elle avait entièrement confiance en leur capacité de forgeron.

Quant à Mariu, elle vaqua à tes tâches qui accaparaient moins l’attention afin de pouvoir continuer à surveiller les autres, et surtout la teikokujin envers qui elle n’aura sans doute jamais confiance …

_________________
RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) Tumblr_pg1ulpRda41vz54q7o2_500
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9202-metaru-mairu-completed
Ji-ongu Atorasu
Ji-ongu AtorasuEn ligne

RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C) Empty
Sam 16 Mai 2020 - 9:55
La différence majeure entre un assimilateur et un qui maîtrise un quelconque élément, le premier peut créer et l’autre peut contrôler sans pour autant ajouter des composants venant de lui-même. Sans dire qu’il avait eu un problème avec son supérieur du jour, nous pouvons dire qu’une certaine tension régnait entre la Metaru et le Jiongu. À croire que le genin avait un problème avec tous ces faiseurs d’élément et singulièrement, ce problème remonte à bien longtemps, l’époque où pipi, caca, popo étaient sûrement les seuls mots marrants à cet âge.

Reï Suteeki était un gamin qui embêtait Atorasu quand il était petit en lui faisant croire qu’il urinait de l’encre ou en n’en mettant sur sa fourchette au dernier moment pour qu’il recrache de manière écœurante sa bouchée devant Soana, la fille la plus belle de l’école.
Aho Kamiton était un gamin qui déchirait de loin les avions en papier d’Atorasu

Yarou Hyôton, orphelin qui balançait des boule de neige à Atorasu en pleine été.

Sa dernière rencontre était avec un dénommé Nakamura Syoto, assimilateur Dôton qui n’avait pas manqué d’essayer de le tuer alors qu’une certaine relation élève-senseï commençait à s’installer entre eux et se fut par sa défaite et son sauvetage écrasant que Syoto était devenu pour Atorasu un simple d’esprit qui ne réfléchissait pas avant d’agir ; car oui, se battre, presque, à mort et faire des incantations diaboliques sur le toit d’un hôpital, relevait de l’inconscience pour le jaune.

Est-ce que cette Mairu allait être la prochaine perturbatrice du jeune Ji-Ongu ? La réponse n’a pas à être débattu quand celle-ci lui demanda de déblayer la forge. Il était en pleine mission, il devait se contenter d’un - Bien Madame, ainsi que d’un regard insistant sur son chef.

Il remit son manteau avant de s’enfoncer dans la raffinerie en perdant de vu son second, Goro Haruka. Une fois assez loin de cette assimilatrice, Atorasu commença à ramasser tout type de déchets, allant d’un bout de parchemin déchiré à des peau de banane qui devaient appartenir à quelques adolescents où cet endroit était sûrement devenu une sorte de point de rassemblement.

Tout se passait bien pour lui, une sorte de double poubelle faites de fils noirs étaient accrochées à lui. L’une servait à jeter les déchets l’autre à récupérer le fameux métal que la Mairu souhaitait tant. Assez rapidement, après sûrement une bonne heure de travail, que le chantier avait l'air de touché à sa fin. Le Ji-ongu arriva dans un coin sombre à l’abri des regards où on ne pouvait pas voir les personnes arrivaient, et derrière lui une personne à l’allure pernicieuse lui adressa la parole.

- Il faut que tu choisisse ton camps mon grand.

Atorasu sursauta et se retourna brusquement. Le même vieil homme que tout à l’heure se trouvait juste en face lui comme un mur empêchant une personne de passer..

- Pourquoi tu portes un masque mon grand ? Est ce que c’est la guerre qui t’a fait ça ?

Ce vieil homme avait touché juste et il était sûrement le seul. Puis sans avoir le temps de répondre le vieil reprit : - Comment, je le sais ? C’est simple. Tu n’es pas seul à qui la guerre a causé une véritable pagaille. En revanche mon petit, tu es bien le seul qui a pardonné à ceux qui t’ont fait ce truc. Atorasu était réellement atterré par la précision des mots de l’ancien, il avait l’air d’avoir vécu la même chose que lui, il se sentait comme comprit durant l’espace d’un instant, - Tu sais, mon enfant, j’ai perdu ma femme dans cette guerre. 30 ans de mariage. 45 ans de relations. Et chaque fois que je vois un de ces teikokujins, je ne peux m'empêcher de me dire que cette femme là-bas, dit il en pointant du doigt un potentiel endroit où la Goro pouvait se trouver, a poignardé 20 fois ma femme. Qui te dit que cette femme n’était pas l’un de ces soldats qui a foutu la pagaille dans ta vie ?

Les tueurs de la famille d’Atorasu étaient à ce jour, inconnu. Il allait sûrement jamais savoir qui s’était. Il avait déjà réfléchi à cette question, que chaque teikokujin qu’il croisait était finalement un potentiel tueur de sa famille. La conclusion était qu’il n’allait pas développer une haine contre chaque soldat de l’empire, sachant que certains étaient comme lui, à simplement suivre les ordres. Bizarrement, ce vieil homme lui avait mis le doute.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8211-un-hero-tragique-de-plus-termine?nid=2#68873 https://www.ascentofshinobi.com/t8772-carnet-d-un-jiongu

RECONSTRUIRE LA FORGE (Mission C)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Raffinerie fermée
Sauter vers: