Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô]

Hyûga Tsuyoshi
Hyûga TsuyoshiEn ligne

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Jeu 12 Mar 2020 - 10:50
Ordre de mission:
 

Le Hyûga était désormais passé Jonin depuis son retour de Tetsu no Kuni. Ils avaient livré bataille férocement là-bas. Son escouade d’ailleurs avait croisé le fer directement avec le Shogun, Taira Fugaku. Un samouraï d’exception, seigneur alors de Tetsu. Son génie militaire avait failli avoir raison des shinobis d’Iwa. Son art du combat, à son paroxysme, leur avait ravi Nagamasa Hisa, une de celles à qui l’on avait attribué le titre d’Amazones. Tsuyoshi, ce jour-là avait tout donné, en vain. Son instinct du combat seul l’avait préservé de la mort. Au final, ce qui s’était avéré un échec pour leur escouade, soit la défaite face au Taira et la mort de Nagamasa Hisa, avait été rattrapé, sauvé, par une autre escouade iwajine à qui l’on avait confié la traque du Shogun. L’un de ces traqueurs n’était autre que Borukan Ashitaka, un frère d’arme Jonin également, sur une mission où l’équipe 4 était affectée. Les résultats de cette campagne iwajine au pays du fer étaient mitigés car si le pays de la terre avait pu laver son honneur entaché avec la mort du Sandaime Tsuchikage lors d’une expédition précédente, la tenante du pouvoir tetsujine d’après les échos ne souhaitait guère entretenir des relations avec le pays de la terre. De cet état de fait, résultait alors un statu quo favorable au désordre.

C’est d’ailleurs à cause d’un désordre que l’équipe 4, renforcée par le Borukan, avait été affectée à une mission aux frontières du pays. Il se disait qu’une bande de ronins sortis des flancs de l’armée tetsujine mise en déroute, mettait à feu et à sang les villages frontaliers de l’est. Une situation qu’Iwa ne pouvait laisser perdurer. Les populations du pays de la terre devaient être protégées coûte que coûte telle était la mission des forces iwajines. C’est donc deux Jonins et un Genin qui furent affectés à cette mission. L’équipe 4 au complet, dans la mesure où Shinju n’en faisait plus partie actuellement, allait effectuer sa première mission de rang B. Un moment fort important dans la vie de cette équipe, une évidence pour le Hyûga. Le Jonin s’était déjà entraîné avec son élève à maintes reprises, mais jamais il n’était sorti du village avec ce dernier, jamais ils n’avaient passé la nuit à la belle étoile, jamais ils n’avaient fait face ensemble. Oh bien entendu ils étaient dans le même bataillon lors de la bataille récente de Tetsu, mais ils appartenaient à des escouades différentes. Sur cette mission, les choses seraient différentes.

Tsuyoshi, comme d’habitude, était à l’heure à l’entrée du village, au point de rendez-vous habituel de ceux qui devaient s’en aller en mission. Il salua quelques collègues qui étaient là, attendant également d’autres coéquipiers. Faisant des blagues et rigolant avec eux, le Hyûga patientait tout simplement en attendant qu’Ashitaka et Jurôjin daignent répondre à l’appel. Oh, pour l’heure personne n’était en retard, et considérant le sérieux des deux bonhommes, il était fort à parier que personne ne le serait. Tsuyoshi ne connaissait pas particulièrement Ashitaka, mais l’ancien Chuunin qu’il était avait duré si longtemps à son poste qu’il en connaissait, de vue au moins, tous les Jonins ayant régulièrement servi à Iwa. Pour ce qui était des « expats » la chose était évidemment différente.

Continuant à converser, le soldat attendait…


Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 


Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Chôkoku Jurôjin
Chôkoku Jurôjin

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Jeu 12 Mar 2020 - 13:58
Le repos avait assez duré. Rétabli de ses blessures depuis un moment, participant même à la réunion des Genins demandé par l’Intendante, il devait se remettre dans ses fonctions. Pour cela, rien de mieux que repartir sur une mission. Qui plus est, une mission à un rang intéressant. Etant un Genin, Jurôjin ne devrait normalement pas se voir attribuer un niveau B, en solitaire en tout cas. Pour cette fois, il devra collaborer. Encore mieux, il se voit partir pour la première fois en compagnie de son chef d’équipe, Tsuyoshi. Cela tombe bien, à l’approche du tournoi des Genins et à la suite de la bataille de Tetsu no Kuni, il va pouvoir reprendre contact avec lui. Puis cela sera également l’occasion de lancer les objectifs que le Shirudo s’était fixé. Néanmoins, il manque toujours la jeune Shinju à l’appel. Plus aucune nouvelle depuis la première réunion, manquante déjà lors du précédent rendez-vous. Enfin bon, le Chôkoku se dit que c’est tant pis pour elle. Le Hyûga semblait très déterminé à développer son équipe, ce qui motiva à rester. Si elle ne souhaite pas en profiter, lui Jurôjin ne refusera pas ce tremplin.

Pour compléter le groupe missionné, un autre gradé se joint. Son nom est aussi assez connu dans le village, membre d’un des trois clans majeurs, les Borukan. Le prénommé Ashitaka avait une force reconnue, si bien qu’il a fait partie du bataillon d’élite partant à la recherche du bâtard fuyard. En plus, lui et les deux autres traqueurs avaient réussi là où la bataille de Tetsu avait échoué. On pouvait donc être sûr que cet élément supplémentaire pour la mission est digne de confiance. Une expérience fabuleuse pour Jurôjin, pouvant voir à l’œuvre des Jônins. Bien entendu, loin de lui de faire pâle figure dans cette aventure proche. C’est aussi un moyen de se démarquer de tous les autres soldats de son grade. Si cela peut l’aider sur une future promotion…

Il avait préparé son sac : peu de vêtements et des provisions compacts mais bien assez nourrissantes. Sur lui, un nouveau sabre, remplaçant celui perdu dans le Fer. Il ne s’était pas encore accoutumé à son utilisation, mais c’est à travers des combats qu’il réussira à mieux le manier. Il espère donc avoir l’occasion de le tester avec les quelques mouvements auxquels il a réfléchi pendant son repos. La mission peut lui laisser cette chance, s’ils viennent à tomber face à ces bandits. Selon le Chôkoku, ces personnes devraient avoir honte d’agir ainsi en profitant du précédent conflit. Sûrement qu’ils ignorent que même si la défaite d’Iwa a fait un certain mal, le village n’en est pourtant pas réduit à laisser des imbéciles en profiter comme ça. Le seul problème serait qu’ils se cachent trop dans les terres voisines, pouvant générer une autre querelle politique… Mission pouvant être délicate, mais rien ne sert de dramatiser. Une solution doit bien exister.

Le faux samouraï arrive tranquillement vers le lieu de rendez-vous, avec une légère avance. Comme d’habitude, Tsuyoshi est déjà sur les lieux. Ne voyant pas le dernier membre, notre héros en profite pour entamer une petite discussion.

« Bonjour Tsuyoshi-senseï. Il y a longtemps que nous ne nous étions pas vus. En tout cas, félicitation pour votre promotion. Avec ça, faire progresser l’équipe n’en sera que plus facile. A mon tour d’en obtenir une maintenant. Un tournoi est en préparation, j’espère que mes capacités sauront satisfaire les modalités. »

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 1562190567-chokoku
Made by Mouton.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7079-termineepredefini-chokoku-jurojin#59424 https://www.ascentofshinobi.com/t7097-chokoku-jurojin-carnet https://www.ascentofshinobi.com/u1134
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Dim 15 Mar 2020 - 21:11
Ashitaka était de retour à Iwagakure no Sato depuis quelques jours lorsqu'une missive lui indiquant sa prochaine mission arriva entre ses mains. La jeune femme qui le lui apporta se contenta d'un bref salut avant de filer à la suite de ses occupations, disparaissant de sa vue en quelques instants. Retournant chez lui en cette fin de soirée, la guerrier roux lut les détails de sa nouvelle opération à venir. Encore en rapport avec Tetsu, il semblerait que des bandits aient décidé de profiter des conflits entre Iwa et le pays du fer pour attaquer les villages proches de la frontière.

Soupirant avant d'aller se coucher, le Jônin avait rendez-vous le lendemain matin aux portes du village pour retrouver deux camarades avec qui il irait régler ce problème. S'il était régulièrement manianime, cette description de mission ne lui faisait qu'imaginer des hommes sans scrupules qui n'auraient pas le droit à sa pitié. Leur destin était scellé, ce n'était plus qu'une question de temps désormais.

Se levant rapidement après une bonne nuit de sommeil, le Loup était prêt à rejoindre ses camarades d'une mission. Une fois propre et repus, sac d'équipement et de rations sur le dos, il rejoint au lieu de rendez-vous le duo qui l'attendait, ayant profité de l'avance qu'il avait prise avec un départ très matinal pour passer vérifier le bon rétablissement de Rakka. Il pourrait reprendre les entraînements avec elle dès son retour, elle aurait fini de récupérer et serait sans doute avide de découvertes. Il avait aussi laissé une petite enveloppe accrochée à sa porte, à l'adresse d'Amiko. Si jamais elle passait chez lui, elle verrait qu'il était reparti en mission pour quelques jours et qu'il revenait bientôt.

Sur place, il salua les deux jeunes hommes qui l'attendait d'un signe de tête. Il était pile à l'heure.

« Ohayo Tsuyoshi-dono, Jurôjin-kun. Mettons nous en route sans tarder, ces bandits ne nous attendront pas pour récidiver. »

Se lançant sans plus de palabres dans la marche qui les mènerait vers le premier des deux villages proches de la frontière qui se faisaient attaquer, à savoir Taki, le rouquin lança la conversation une fois les Crocs Rocheux passés.

« On a cette mission ensemble, je vous propose qu'on se présente rapidement ainsi que ce qu'on sait faire, qu'on puisse agir ensemble de manière efficace pendant ce voyage. Je suis Borukan Ashitaka, Jônin d'Iwa. Je manipule le vent, l'eau et la lave, je suis un senseur également. Et je me débrouille pas mal avec mon katana. Et je m'exerce en ce moment pour parvenir à maîtriser une nouvelle affinité mixe, donc si je m'entraîne le soir quand on sera sur la route, c'est pour savoir manipuler la glace aussi. Et vous ? »

Reportant son attention sur ses deux camarades tandis qu'ils avançaient rapidement vers l'est, Ashitaka les écoutait. S'il savait leurs noms, et avait donc une bonne idée de leur capacité principale, ce qui d'ailleurs lui avait tiré un sourire en remarquant qu'ils étaient des représentants des trois clans majeurs d'Iwa réunis en une même mission, il ne connaissait pour l'instant rien d'autre d'eux.

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga TsuyoshiEn ligne

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Lun 16 Mar 2020 - 11:41
Comme il s’y attendait, le duo avec lequel il devait effectuer cette mission se pointa à l’heure. En ayant un minimum le sens de l’observation, il était aisé de prévoir cette réaction. Jurôjin était globalement quelqu’un de sérieux. Il était évident qu’il serait un personnage important du village dans un avenir proche compte tenu de sa personnalité, mais aussi de son appartenance clanique. La société est ainsi faîte. Il est toujours plus aisé d’aller plus lorsqu’on part au départ de suffisamment haut dans la hiérarchie des classes. Quoi qu'on en dise, elle a toujours existé et existera toujours. C’est ainsi. Il en était quelque part globalement de même pour le Jonin Ashitaka. Lui aussi bénéficiait de son appartenance clanique d'une manière ou d'une autre, tout comme Tsuyoshi. Le Hyûga ne connaissait pas nécessaire beaucoup de chose concernant ce Jônin, mais sa réputation le précédait. C’était un ninja sérieux, expérimenté, qui ne faisait pas beaucoup d’erreurs en mission. Un homme sûr sur lequel la femme et l’orphelin pouvait compter assurément !

_ Oui c’est exact… Les missions ont été longues, les nuits courtes… Fit-il comme pour expliquer son absence à son élève. Il poursuivit : Merci beaucoup. Je ne doute pas que tu seras bientôt Chuunin. D’ailleurs faudrait qu’on se refasse un petit duel toi et moi. Tu as dû progresser un peu. Tu continues à t’entraîner dur j’espère…

Ashitaka était arrivé. Toujours cet air sérieux. Tsuyoshi l’avait déjà vu ci et là dans le village. Ils ne s’étaient pas beaucoup vus depuis qu’il était passé Jonin cela dit. D’ailleurs, lors de la réunion des Jonins avec Toph, Ashitaka n’était pas là. Il est vrai qu’il était encore sur le terrain, en train de traquer le Shogun Taira Fugaku.

_ Salutations Ashitaka San. Félicitations pour le Shogun… Avait immédiatement lancé le Hyûga. Il fallait bien le lui dire. Tsuyoshi avait été de ceux qui avaient combattu le Taira. A la fin du combat, il tenait encore debout, mais il n’avait rien pu faire pour traquer ou empêcher la fuite de Fugaku puisque ne disposant plus de chakra à la fin de leur combat, la faute à une intensité de fight bien trop élevée pour lui. Il était passé à ça de la mort. D’ailleurs, comme si tout donner sur ce fight et frôler la mort y était pour beaucoup, le Hyûga depuis ce jour s’était senti plus puissant. Il avait eu l’opportunité en un laps de temps très court, de développer de nouvelles techniques. Tsuyoshi était différent du Tsuyoshi qui avait affronté Taira Fugaku et qui avait assisté impuissant à la mort de Nagamasa Hisa.

Le Hyûga écouta avec attention le Borukan. Sur cette mission, ils avaient beau être du même grade, Tsuyoshi ne discuterait pas les ordres d’Ashitaka. Primeur à l’ancienneté dirons-nous c’est ainsi que fonctionne l’armée. Après tout, il était Jonin depuis peu.

_ Pour ma part, c’est doton, fûton, taijutsu, ninjutsu et sensorialité. J’avance sur le fuinjutsu actuellement, mais rien qui me donne entièrement satisfaction pour le moment.

Puis il se tourna instinctivement vers Jurôjin pour l’écouter même s’il savait déjà ce dont était capable son élève. Cela dit, une surprise n’était jamais à exclure.

Le trio s’était mis en marche. Bientôt ces rônins tâteraient de leurs jutsus.

_________________
Spoiler:
 


Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Chôkoku Jurôjin
Chôkoku Jurôjin

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Lun 16 Mar 2020 - 14:37
Une brève explication pour expliquer la raison de la presque absence du chef d’équipe. Il n’avait pas réellement de raison de se justifier. Lui aussi avait été touché par les combats à Tetsu, lui demandant de récupérer des forces. Il était même aussitôt en forme, parti en mission importante pour reprendre l’échec de la bataille. Ainsi, le pardon est tout naturel pour cette raison bien plus que légitime. De plus, le Genin n’est pas non plus patte blanche. Il avait eu besoin bien plus de repos qu’il ne voulait, puis, se préparer aux prochains examens était également une priorité. Etudier les éventuels adversaires de ce jour de test, renforcer son corps et son esprit lorsqu’il sera l’heure... Résultat, ce serait plutôt à lui de s’excuser de son absence de nouvelles. Enfin bon, Tsuyoshi semble vouloir rattraper ce temps perdu en reprenant là où ils s’étaient arrêtés la dernière fois, ce qui suffit à faire sourire et rire Jurôjin.

« Progressé ? Bien entendu, je ne suis pas resté les bras croisés après Tetsu. Vous aurez l’occasion de la découvrir bientôt, car en effet, il serait temps de reprendre notre duel de la dernière fois. Je vous réserve quelques surprises. »

C’est alors que le dernier membre arrive sur les lieux, lançant officiellement le début de la mission. Borukan Ashitaka, son arrivée a changé l’atmosphère sans délai. Un sérieux indescriptible envahie alors l’espace autour d’eux, ou seul politesse et informations capitales ont du sens.

* C’est donc ça un Jônin appliqué du village. Un des traqueurs du Shôgun... *

Le Chôkoku est très satisfait par cette entrée et initiative, digne d’un dirigeant. Loin de lui de critiquer son chef d’équipe, qui a sa méthode également. Seulement, il est vrai qu’on peut noter une différence de prestance entre les deux, ce qui est normal vu le degré d’importance de l’ordre les réunissant. Chacun donne son identité et ses capacités rapidement et efficacement pendant le déplacement.

« Chôkoku Jurôjin, Genin. Expert en explosif, manipulateur Suiton et amateur de Kenjutsu, visant à devenir Samouraï dans un futur proche. »

Et à obtenir le rang de Chûnin, mais ça ce n’est pas en rapport direct avec la mission. Il a essayé de faire le plus clair et concis possible. En tout cas, contrairement à lui, les deux avaient une aptitude à la détection ou dissimulation. Ce qui peut être utile pour repérer les bandits ou bien avancer dans les terres voisines. En espérant alors ne pas être un poids pour eux, ce qui ferait rager notre cher héros.

Il avait déjà quitté Iwa depuis un moment, parcourant les terres de Tsuchi rapidement vers la première destination, un des villages victime de ces malfrats. Jurôjin avait étudié les chemins pour arriver rapidement sur place. Il comprend que le Borukan souhaite d’abord se rendre à Taki. De toute manière, peu importe par lequel ils commencent, les deux localités sont à visiter et à interroger. Alors, le temps passe, les paysages défilent et notre héros pense qu'il est judicieux d'aborder dès maintenant la stratégie à mettre en place une fois sur place.

« Je présume qu’il va falloir interroger les villageois maintenant. Continuons-nous tous en groupe ou bien on se sépare pour élargir notre porté et champ d’information ? Vous aurez compris que je préfère la deuxième option, mais je reste à l’écoute de vos ordres, étant tous les deux mes supérieurs. »

Il comprend sa place, mais ce n’est pas une raison pour se faire petit à suivre comme un toutou ses maîtres. Non, il a une place à se faire lui aussi.

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 1562190567-chokoku
Made by Mouton.


Dernière édition par Chôkoku Jurôjin le Sam 21 Mar 2020 - 10:20, édité 1 fois (Raison : Cohérence du voyage)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7079-termineepredefini-chokoku-jurojin#59424 https://www.ascentofshinobi.com/t7097-chokoku-jurojin-carnet https://www.ascentofshinobi.com/u1134
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Jeu 19 Mar 2020 - 22:52
Hochant la tête en écoutant avec intérêt les capacités que ses camarades lui décrivaient, Ashitaka avait simplement eu une moue un peu amère lorsqu'il avait entendu Tsuyoshi. Cette victoire était bien trop faible par rapport à son coût à ses yeux. Ils étaient donc deux senseurs et deux camarades savaient se défendre au corps à corps. Il n'aurait pas besoin d'être trop attentif à eux sur le terrain donc, il pourrait se préoccuper uniquement de leurs cibles.

Alors qu'ils marchaient depuis un moment, prenant la direction de Taki en premier, le jeune Chôkoku leva la voix, faisant une proposition qui arracha un sourire au Borukan. Le Genin était ambicieux à n'en pas douter. Il essayait de se faire remarquer en se montrant proactif là où d'autres auraient préféré suivre en silence et se battre simplement pour montrer leurs talents. Lui cherchait à faire preuve d'initiative en lançant un sujet qu'Ashitaka comptait aborder le lendemain en fin de journée, quand ils approcheraient du village où ils comptaient se rendre. Mais soit. Ils avaient encore quelques heures de marche avant de monter un campement pour la nuit, ils pouvaient bien déterminer dès maintenant leurs méthodes.

« C'est une bonne idée. Et je suis aussi de ton avis. Cependant, on reste proches les uns des autres. Personne ne s'éloigne dans les alentours du village seul, pas d'exploration surprise, d'accord ? C'est important. Nous ignorons leurs méthodes, leur véritable nombre. Il serait ennuyeux que l'un d'entre nous doive les gérer tous à la fois en étant seul. Quand plusieurs ennemis sont face à nous, il est facile de se faire surprendre par un angle inattendu et de prendre une blessure handicapante. Et à partir de là, la mort peut arriver très vite. »

Levant les yeux au ciel pendant quelques secondes, comme s'il y cherchait un soutien ou une réponse, le Borukan continua.

« Je comptais vous proposer d'interroger les villageois du centre du village pendant que j'interrogeais le bourgmestre, si cela vous convient à tous les deux. L'idée est simple, reccueillir le plus de témoignages possible rapidement. Après ça, on dormira au village en prenant des tours de garde si jamais ils profitent de la nuit pour attaquer. Si tout va bien, on filera à Wazu le lendemain. Et ensuite on les traquera pour les éliminer. Ce plan vous convient ou vous avez d'autres idées ? »

Déterminé, le guerrier enchaînait pas après pas une avancée qui pouvait déjà faire trembler les bandits. Lui d'habitude si manianime n'aurait cette fois-ci aucune pitié au vu du mode d'action de ces lâches. Ils auraient bientôt le châtiment qu'ils méritent.

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga TsuyoshiEn ligne

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Ven 20 Mar 2020 - 1:31

Le Hyûga avait été surpris par la proposition de son élève. Il est vrai qu’habituellement, la plupart des Genins, lorsqu’ils étaient en mission avec leurs supérieurs, préféraient demeurer silencieux. Leurs rares moments de gloire ou d’utilité était ce moment où les armes devaient être sorties de leur fourreaux, ou les kunais de leurs sacoches. Là, suivant le tempo du combat, ils s’illustraient plus ou moins à l’ombre de leurs supérieurs. C’était ainsi dans la majeure partie des missions que Tsuyoshi avait effectué. Hyûga Tsuyoshi lui-même, eut souvent à faire des missions avec des collaborateurs de ce genre. Bien souvent par le passé également, il eut également en personne à réagir de la sorte. Rare étaient les fois où un Genin se montrait pro-actif, anticipant les problèmes et essayant de trouver des solutions. C’était là une excellente attitude. Une attitude d’autant plus appréciable, qu’en donnant son avis, le Chôkoku laissait tout de même la latitude à ses supérieurs de décider. Il ne faisait qu’énoncer de possibles pistes. C’était également un bon point. Tsuyoshi se contenta de sourire à l’échange entre le Borukan et le Chôkoku, prenant ainsi l’option du silence tout en marquant son approbation par rapport aux différentes prises de position.

Au final, Ashitaka décida de la marche à suivre. Les villageois seraient interrogés, tel que le suggérait Jurôjin, mais l’interrogatoire ne se ferait pas séparément. Le trio ne se diviserait pas en trois groupes. Ils se sépareraient en deux groupes : Ashitaka seul d’un côté et Jurôjin et Tsuyoshi de l’autre. La séparation en groupes à un moment ou à un autre de la mission était une option possible sur ce type de mission, Tsuyoshi s’y attendait. Il s’attendait moins cependant à ce que le Borukan le laisse avec Jurôjin. Il aurait plutôt parié qu’Ashitaka aurait préféré maximiser la sécurité du Chôkoku en le prenant sur ses ailes, puisque naturellement, il aurait été plus confiant sur ses propres capacités. Cela dit, miser sur le fait que le Hyûga et le Chôkoku formaient à eux deux la team 4 du village et les laisser évoluer ensemble dans les moments de « séparation » de l’escouade était également une bonne chose, notamment pour tester leur complémentarité et leur entente sur le terrain ainsi que pour améliorer leurs relations de travail et/ou amicale.

_ Cela me va. Répondit sereinement le Hyûga. Questionner les villageois tombait sous le sens. Si Ashitaka estimait qu’il fallait le faire en deux groupes, soit ! Au fond de lui, le Hyûga était persuadé qu’ils réussirait quoi qu’il en soit. Une ligue de gentlemen extraordinaire comme la leur ne pouvait échouer, pas sur une mission pareille. Tout ce qu’espérait le Hyûga, c’est que la mission ne se termine pas sur un bain de sang. Pourtant, malgré ses appréhensions, son petit doigt lui disait que ce serait bel et bien le cas.

_________________
Spoiler:
 


Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Chôkoku Jurôjin
Chôkoku Jurôjin

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Lun 23 Mar 2020 - 20:56
L’idée soumise semble plaire, même satisfaire celui qui obtient d’office la place de dirigeant de l’équipe. Le sourire arraché aux lèvres du Borukan n’échappe pas à Jurôjin, observant les réactions à la suite de sa soudaine intervention. Il avait abordé le sujet tôt certes, mais cela fixe le cadre pour le déroulement de l’investigation une fois sur place. Avec cette connaissance, le Genin peut parfaitement se préparer et réfléchir à un plan d’action pour récolter des informations, avec son binôme en l’occurrence. Il ne serait pas seul comme il l’aurait espéré, question de prudence, dont Ashitaka pointe bien du doigt. Ne pas agir seul et en dehors des limites. S’aventurer loin du village et donc de ses compagnons, est trop dangereux. Rien à redire à ce sujet. Si trois personnes sont nécessaires, ce n’est sûrement pas pour questionner des habitants, mais bien pour créer une escouade de combat. De plus, comme précisé, sans avoir assez d’informations sur les bandits, impossible de connaître leurs méthodes d’attaques. Comme toujours, l’information est la clé.

Une équipe au centre pour interroger les locaux, le Chôkoku et le Hyûga, pendant que le dernier s’occupe des plus hauts placés. Pas d’objection à ce propos, pensant même pouvoir en découvrir plus à l’aide des villageois que par la sorte de chef de commune. Un choix même stratégique, vu que le duo se connaît bien, malgré la distance ayant eu il y a peu de temps, pour cause de blessures et travaux. A cela, Jurôjin ne peut s’empêcher de reconnaître la fibre du commandant dans les choix et les paroles du manipulateur de lave. Sage, intelligent, combattant… Décidément, on reconnaît bien le shinobi accompli. Notre héros ne peut qu’être admiratif encore une fois. Il se sent légèrement désolé pour son autre supérieur, plus discret, dans l’ombre. Il ne prend la parole que brièvement pour exprimer son accord avec l’explication rapide et concise. Une façon d’agir différente, mais qui semble fonctionner, puisque lui aussi est un Jônin.

* Quel gradé voudrais-je être ? *

Une question que le brun ne peut s’empêcher de penser. Distrait, il recentre son esprit sur la seule chose qui doit occuper son esprit, la mission. Attraper vite les crapules pour les empêcher de nuire à Iwa, en plus de profiter du conflit avec Tetsu. Ils ne doivent pas savoir que ce pays du Fer n’est pas dans le cœur des soldats de la Terre, encore moins récemment. Au moins, il y a cette fois une cible bien précise pour se défouler et faire sortir de ses entrailles toutes la frustration et rage qui sommeil au fond de chacun.

« J’ai dit ce que j’avais en tête et vu que cela a été pris en compte, je ne peux qu’être satisfait. Je n’ai qu’une seule chose à ajouter : Allons faire payer les actes infâmes de ces criminels. »

Tout le groupe devrait être d’accord avec cette dernière phrase. La haine est évidemment présente dans les mots, mais on est loin d’une furie sanguine. Non, ce n’est qu’une parole d’un homme aimant la justice et le bien-être des terres pour lesquelles il se bat.

Alors que la traversé du pays continue, la nuit arrivent petit à petit, forçant le groupe à faire une halte. Ils ne sont plus qu’à une journée environ de Taki, voire moins s’ils accélèrent un peu le lendemain. Ce ne serait pas judicieux, faisant que la fatigue pourra perturber l’enquête, mais laissant plus de temps d’action dans le village ensuite. Enfin bon, Jurôjin évite de soumettre sa pensée, ne voulant pas paraître pressé et inconscient. Il vaut mieux faire bien son travail que le bâcler, une règle fondamentale. Même si son envie d’en découdre est forte, il ne faut pas oublier que ces bandits se cachent et donc qu’il faut trouver leur position, sans quoi, d’autres malfrats se montreront plus tard.

Un petit feu, des rations de survie, des lits disposés autour, un campement afin de se reposer et repartir rapidement le lendemain. Voulant profiter de ce moment posé, le Genin souhaite apporter une précision sur un point, qui pourra sûrement être bloquant.

« Ashitaka-san, Tsuyoshi-senseï, je voudrais qu’on parle d’une éventualité. Si ces bandits se cachent dans les terres de Tetsu, comment agirons-nous ? Je ne dispose d’aucune capacité de camouflage. A la rigueur je peux me métamorphoser, mais si des gardes de frontières se trouvent non loin, je serais démasqué, pouvant causer certains ennuis. Je sais que Tsuyoshi peut se camoufler sous terre, donc potentiellement avancer sans se faire repérer. Pour vous, vous avez mentionné être un senseur, donc vous pouvez sûrement cacher votre présence. Dans ce cas, si je suis le seul non disposé à avancer vers ces bandits, je ne souhaite pas être un poids. Je resterai aux abords des villages, en surveillance. Je parle sûrement prématurément du cas, mais je préfère le dire maintenant, histoire que ce soit clair entre nous. »

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 1562190567-chokoku
Made by Mouton.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7079-termineepredefini-chokoku-jurojin#59424 https://www.ascentofshinobi.com/t7097-chokoku-jurojin-carnet https://www.ascentofshinobi.com/u1134
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Mer 25 Mar 2020 - 20:39
Si le jeune Chôkoku avait d'abord fait une réflexion intéressante sur le plan qu'ils allaient mettre en place qui avait plus au rouquin, son engouement, même léger, à l'idée d'aller potentiellement tuer des hommes était inquiétant. Loin de la simple détermination à aller arrêter des criminels, c'était aux yeux du Borukan quelque chose dont Tsuyoshi devrait lui parler. Quelque chose qu'il devrait surveiller en tant que chef de son équipe. Mais cela, il ne lui dirait pas devant le jeune homme inexpérimenté.

Le groupe s'arrêta quelques heures plus tard d'une marche rapide et efficace, installant le campement pour la nuit. Encore en terrain civilisé et maîtrisé, ils n'avaient pas grand chose à craindre cette nuit là, aussi Ashitaka ne leur proposa pas de faire des tours de garde pour s'assurer de l'absence d'attaquants. Ici, ils ne risquaient rien. Il n'aurait qu'à se lever quelques instants au milieu de la nuit pour rallimenter le feu en bois et le temps nocturne serait paisible. Installés autour du feu, le trio commençait à manger quand Jûrojin prit la parole. Le Loup l'écouta alors avant de secouer un peu la tête négativement.

« Nous n'irons pas jusqu'à Tetsu. Si toutefois, les bandits parvenaient à nous fuir à travers tout le pays qui nous sépare du Fer, notre seule possibilité pour éviter d'envenimer la situation entre leur pays et le nôtre sera de leur signaler la présence de ces bandits ainsi que leurs agissements et les risques qu'ils s'en prennent à eux aussi puisque leur but semble être de raviver nos tensions. Mais je pense que nous sommes suffisamment capables pour empêcher cela d'en venir à cette extrémité et nous les arrêterons bien avant. Pour l'autre pays, nous devrons probablement y aller et dans ce cas, j'écrirais une lettre d'explications et d'excuse pour notre infiltration temporaire au gouvernement du pays. Nous n'avons aucune tension avec eux, ça devrait être acceptable ou en tous cas, pardonnable. Donc tu ne seras pas un poids, rassure-toi. »

Serein et sûr de lui dans ses mots, le jeune homme aux yeux ambrés s'excusa alors et profita du début de soirée pour se poser un peu à l'écart et travailler son ninjutsu. Assis en tailleur, il cherchait à l'aide de ses sens aiguisés la présence d'eau aux environs, ce qu'il finit par trouver à quelques centaines de mètres sous terre. Une nappe phréatique non loin de là qui lui permettrait de s'exercer. Remontant une centaine de litres de cette eau dans une poche souterraine plus haute, lui faisant perforer le roc puis s'installer dans un bac d'argile, le Jônin se concentra intensément sur cette eau.

La refroidissant de plus en plus grâce à un circuit futon fermé, il essayait de comprendre comment il pouvait parvenir à faire fusionner les deux éléments et ainsi obtenir la glace souhaitée. Loin d'être un simple choc entre les deux, il lui fallait parvenir à imbriquer les essences mêmes des deux éléments. Sans cela, il n'arriverait jamais au résultat souhaité. Continuant ainsi son travail de manipulation précise des éléments, profondément concentré, il ne s'arrêta qu'après deux heures de ces exercices méthodiques comme il le faisait chaque soir où il en avait la possibilité.

La nuit se passa comme prévu sans le moindre accroc et dès le lendemain, le trio repartit vers Taki au matin, Ashitaka incitant ses deux camarades à partir dès l'aube pour avoir le temps en fin de journée pour interroger les villageois. Forçant l'allure, ils parvinrent au village alors que le soleil était encore bien visible, quoi que proche de l'horizon. Il ferait nuit dans à peine deux heures, ils auraient peu de temps. Même s'ils étaient un peu fatigués, il leur faudrait faire preuve d'énergie. Après tout, ils étaient des shinobis, ils en étaient bien capables. Ashitaka observa alors quelques instants le village à l'apparence tranquille et se retourna vers le duo.

« Bien, je vous propose qu'on enchaîne rapidement. Je vous laisse vous occuper des villageois comme vous le souhaitez, je vais voir le bourgmestre, il doit être dans ce bâtiment je suppose... »

Montrant une bâtisse plus grosse que les autres qui avait l'air de servir pour les affaires courantes du village, le Borukan y dirigea ses pas après avoir parlé à Tsuyoshi et à Jurôjin. Poussant la porte, le guerrier y découvrit une grande pièce dans laquelle un groupe de personnes échangeait à vive voix. Certains étaient plus anxieux, d'autres énervés, d'autres encore étaient plus maîtrisés et appelaient au calme. L'un d'entre eux se retourna vers Ashitaka lorsque celui-ci entra et le héla.

« Ah, c'est vous l'envoyé d'Iwa ? Vous êtes seuls ? Mais ils sont bien trop nombreux vous ne les arrêterez jamais seul !
- Konbawa. Je suis Borukan Ashitaka, hajimemashite. J'ai deux camarades à l'extérieur, je souhaiterais parler au bourgmestre. »

L'homme un peu refroidit par la réponse laconique du guerrier roux le jaugea du regard avant de lui dire de le suivre tandis que la petite assemblée les observait à leur tour. Mais ils reprirent rapidement alors que l'homme le conduisait à une porte sur le côté qui s'ouvrit sur un bureau bien décoré à l'aide de diverses petites sculptures en bois. Pas nécessairement du grand art, mais le coeur y était à n'en pas douter au vu du nombre de créations. Un homme était assit là, la tête entre les mains. Il se redressa, dévoilant un visage préoccupé au Jônin.

« Konbawa... Vous êtes l'envoyé d'Iwa je présume... Je me présente, je suis Paroro Jin, le bourgmestre du village. Vous êtes venu seul ?..
- Borukan Ashitaka. Jônin d'Iwagakure no Sato. J'ai deux camarades à l'extérieur. Ils ont leur propre tâche. J'ai besoin que vous me transmettiez toutes vos informations à propos de ces bandits, si infimes soient-elles. Chaque information peut-être capitale pour nous permettre de les neutraliser totalement au plus vite.
- Asseyez-vous alors je vous prie. Ça va être un peu long de tout vous raconter... Vous voulez boire quelque chose ?.. »

Mentionnant simplement un verre d'eau, le Loup remercia son hôte tandis que son guide ressortait. Commençant à boire, bouteille à disposition, Ashitaka se mit à écouter attentivement le maire du village.

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga TsuyoshiEn ligne

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Jeu 26 Mar 2020 - 14:27
Tsuyoshi lorsque les discussions s’engageaient entre le Genin et le Jonin Borukan, ne disait rien. En réalité, il ne trouvait pas pertinent d’être obligé de donner son point de vue lorsqu’il n’était nullement utile de le faire. Il n’avait rien à prouver au monde. Pour l’instant, les idées du Jonin lui allaient parfaitement. Il savait qu’il avait affaire à un ninja compétent, expérimenté qui connaissait le terrain aussi bien que lui. Le Hyûga, ne donnerait son avis que lorsqu’il jugerait nécessaire de le faire. Si par exemple le Borukan émettait une stratégie risquée voire comportant des erreurs, aux yeux du Hyûga, ce dernier le lui ferait voir, mais laisserait tout de même le dernier choix à celui qui sur cette mission était son supérieur, ancienneté oblige. Telle était sa vision de la hiérarchie shinobie.

La discussion entre les deux se poursuivit entre les deux bonhommes. Jurôjin continuait d’essayer d’anticiper les problèmes. Cette fois ci, il évoqua la probabilité d’une traque des troupes de rônins jusqu’à Tetsu no Kuni. C’était une possibilité certes, cependant, le Genin oubliait probablement qu’entre Tsuchi no Kuni et Tetsu no Kuni existait un autre pays, certes mineur, mais une vaste bande de terre tout de même. Si ces rônins étaient trouvés en territoire Tsuchijin, ils seraient mis en déroute avant même d’avoir l’occasion de retourner chez eux. Ca, le Hyûga en était sûr. Après tout, il avait fallu quelques escouades iwajines pour venir à bout de l’armée tetsujine. Ils ne feraient pas le poids.

Ashitaka avait répondu que si ce scénario devait se produire, le trio n’entrerait pas à Tetsu no Kuni qui plus est, si le trio devait traverser le pays tampon entre Tsuchi et Tetsu no Kuni, le Borukan aviserait les autorités dudit pays. Une nouvelle preuve de l’expérience du Jonin s’il en fallait pour se persuader qu’il était un bon leader. Après avoir répondu à cette nouvelle question du Genin, le Borukan finit par s’excuser et se mit à l’écart du duo. Il avait probablement des choses à faire… Sans se préoccuper de lui, Tsuyoshi s’intéressa à son élève lorsqu’ils furent seuls.

_ Ne t’inquiète pas… Ashitaka est un gars sérieux et expérimenté… Comme pour lui dire que si ses questions étaient liées à des craintes quant à la réalisation de cette mission, il pouvait s’apaiser. Tsuyoshi poursuivit : Et n’aie pas peur non plus de ne servir à rien. Tu es meilleur que tu ne le crois. Continue juste à avoir cette volonté de toujours progresser sur tous les aspects. Personnellement je ne doute pas que tu seras un jour un grand ninja.

Prenant un baton de bois sec, le Hyûga le cassa en deux et jeta un bout dans le feu. Silencieux, il regarda le bout de bois crépiter. Jetant un regard du côté où Ashitaka était parti, le Hyûga reporta son attention en direction du feu. Il aurait bien aimé que l’autre Jonin s’asseille encore un peu avec eux. Il aurait changé le cours de la discussion qui était un peu trop portée sur des probabilités liées à la mission. La présence du Borukan pouvait l’aider à comprendre certaines choses, apporter de la lumière sur certains aspects de toute cette affaire liée à Tetsu no Kuni. Ce serait probablement pour la prochaine fois qu’ils auraient un moment de répit. Ce moment pouvait n’arriver que lorsqu’ils seraient de retour au village, car après la halte de cette nuit, le trio s’enfoncerait plus que jamais vers les terres de l’est, en direction de la frontière. Par conséquent, ils risquaient fort de tôt ou tard de se frotter aux rônins.

Lentement, le Hyûga s’était subitement mis à activer des mudra. Son Byakugan s’activa. Sans tourner la tête, le Hyûga pris l’information quelques poignées de secondes. Ils avaient beau être dans un endroit sûr, Tsuyoshi s’en voudrait fortement de ne pas utiliser sa sensorialité au point qu’ils se fassent surprendre. On était jamais trop prudent en mission, tout comme dans la vie de tous les jours. Le Hyûga avait entre autres vu le Borukan s’entrainer. Il eut un sourire. C’était la bonne attitude. Désactivant son Byakugan, Tsuyoshi soupira.

Bientôt il fut l’heure de dormir. La nuit passa rapidement et à l’aube, le trio était sur pied, prêt à rallier le premier village qu’ils avaient en ligne de mire le plus tôt possible. Ils réalisèrent ce ralliement presque en fin de journée. Le rythme n’avait pas été très élevé, raison pour laquelle il avait fallut toute une journée au trio pour atteindre leur but. Arrivés au village, le Hyûga se sentait encore frais. Il porta son regard sur Jurôjin afin d’évaluer son état. En principe lui aussi devait être plutôt bien. Le Genin n’était pas un faiblard après tout. Lorsque Ashitaka leur demanda de procéder aux enquêtes sur le champ, le Jonin acquiesça :

_ Bien… nous allons pour notre part parler aux chasseurs du village ainsi qu’aux groupes de femmes… L’un de ces deux groupes devrait disposer d’informations intéressantes sachant que les femmes s'occupaient souvent de l'agriculture tandis que les hommes étaient soit à la chasse, soit s'occupaient d'autres aspects de la vie économique dans les villages classiques. Le Hyûga laissa le Borukan entrer dans la bâtisse où il espérait trouver le bourgmestre tandis que le duo s’en allait de leur côté. S’adressant à Jurôjin, Tsuyoshi lui demanda :

_ Tu as d’autres idées j’imagine ? Fit-il ? Il avait bien remarqué que le Genin s’employait à anticiper les problèmes et à participer activement à tout ce qui se faisait. S’il trouvait un groupe intéressant à interroger, ils iraient.

Demandant son chemin aux quelques personnes qu’ils trouvaient sur leur route, le duo fut orienté vers un bâtisse sobre mais qui laissait voir par sa devanture, qu’il s’agissait bien de la guilde des chasseurs du village. Des peaux d’animaux divers étaient étalés ou accrochés devant ladite bâtisse. Des animaux empaillés, des ours notamment ornaient l’entrée de ce lieu. Deux hommes s’activaient à dépecer deux élans, le fruit de leur chasse à n’en pas douter. Ces vers eux que s’approcha le Hyûga. Après de brèves salutations, la discussion démarra :

_ Nous sommes des ninjas d’Iwa envoyés dans la zone pour enquêter sur des troubles liés à des groupes armés. Pouvez-vous nous dire si ce village a été touché et éventuellement ce que vous savez ? A priori, le village n'était pas touché, mais dans le doute, il valait mieux demander.

L’un des chasseurs, le plus âgé des deux, toisa le duo en les regardant de haut en bas. Il se redressa alors, couteau à la main en lâchant l’animal dont il séparait la peau du reste du corps.

_ Des groupes armés vous dîtes ? Vous parlez sûrement de l’armée qui dévaste les terres des villages plus à l’est ? Notre village pour l’heure est épargné, mais ce n’est pas le cas du village de Tô ni celui d’Uruzu. Les membres de notre guilde dans ces deux villages nous ont affirmé qu’il y avait eu des incursions chez eux. Ils ont été pillés à plusieurs reprises... Des hommes plutôt bien armés, à cheval pour beaucoup, à l’équipement disparate d’après ce qu’on m’a dit… Avait lâché l’homme. Il regarda à nouveau, de haut en bas le duo. Il était clair qu’il les jugeait inapte à remplir la tâche qui leur était dévolue.

_ C’est vous qu’Iwa envoie ? J’espère que vous avez des renforts… Des hommes de Tô ont tenté de résister. Une brève bataille a eu lieu entre Tô et la frontière. Un massacre… Vous ne serez pas de taille. Avait finit par lâcher le vieil homme. Au moins c’était dit.

Tsuyoshi sourit à l’évocation d’une défaite prémonitoire. Tout était possible, mais il demeurait toujours étonné de voir combien les civils avaient du mal à évaluer le potentiel d’un shinobi. Un seul ninja valait bien deux dizaines d’armées de civils. Puis les tetsujins avaient déjà vu qu’ils ne faisaient pas le poids.

_ Où pensez-vous qu’elle se trouve cette armée ? Avait demandé le Hyûga.

_ Ah ça… Avait aussitôt répondu le vieil homme. A côté de lui, le jeune homme lançait des regards furtifs en direction du duo tout en poursuivant son œuvre plutôt consciencieusement. Il finit par parler sans qu’on eut besoin de le questionner :

_ Leur localisation est floue. Certains à Tô disent que leur repère est dans le pays voisin. D’autres, ceux d’Uzuru affirment qu’ils ont un avant poste dans Tsuchi même. Peut-être pourriez-vous demander à la magicienne du village ? Elle est bonne pour ce qui est des arts divinatoires et elle sait beaucoup de choses qui lui apparaissaient par divers moyens. Qui sait ? Avait dit le jeune homme. Il poursuivit sa besogne comme si de rien n’était. Au regard de son comportement, il avait joué son rôle. Un regard vers le vieil homme et le Hyûga compris qu’il n’en tirerait rien non plus. Le Jonin se tourna alors vers son élève et lui dit :

_ Tu suggères quoi ? Si Jurôjin était OK pour aller voir l’enchanteresse, le Jonin le suivrait. Le cas contraire, il serait peut-être bon d’aller interroger un autre groupe afin d’obtenir le maximum d’informations à recouper.


Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 


Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Chôkoku Jurôjin
Chôkoku Jurôjin

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Sam 28 Mar 2020 - 15:34
Le cas évoqué par Jurôjin semble être compris dans la stratégie du Borukan. Il semble confiant, supposant que l’équipe est suffisamment compétente pour réussir, évitant au moins que les bandits fuient jusqu’à Tetsu. La seule possibilité est d’au moins franchir la frontière proche du petit pays entre la Terre et le Fer, qui semble ne demander qu’une simple formalité administrative, toujours selon Ashitaka. Bien, au moins, cela été clair. Plus besoin de se poser des questions à ce sujet-là. Alors que le dirigeant s’excuse avant de s’écarter du groupe, Tsuyoshi ajoute son grain de sel pour préciser quelques points concernant leur collègue. Le Chôkoku en doute en rien des capacités et de l’expérience de cet homme. Il l’a en estime justement. C’est simplement son envie de prévoir, de connaître les modalités et le terrain qui le force à s’exprimer de la sorte. Concernant ses capacités, tout dépend du déroulement de la capture. Le manque de camouflage aurait pu être un souci, comme expliqué. Ensuite, il est sûr qu’une résistance se fera de la part des malfrats. Un explosif peut rapidement les calmer, mais si la scène se déroule dans un lieu sensible, il est difficile de faire la pleine utilisation de son pouvoir explosif. Il faudra donc s’adapter à ses alliées, essayant de les soutenir plutôt que d’engager directement. Pour cette situation, le Genin ne pense pas que ce soit judicieux de l’évoquer, puisque dans un groupe, une équipe, un shinobi doit pouvoir s’adapter de lui-même. Une notion qu’il a compris depuis son changement de comportement récent.

Jurôjin profite du calme pour se mettre dans une posture de méditation. Après des recherches dans les bibliothèques et à la suite de la suggestion de Kagura, il s’est mis à la méditation, mais plus profonde que ce qu’il faisait déjà. Il semble que cet exercice soit bon pour réduire ses excès d’émotions, d’apaiser son esprit, en plus d’être pratiqué par certains samouraïs. Transcender ce que nous sommes et faisant un point sur soi, sur son image, afin de centrer notre esprit sur des idées claires. Une sorte de ménage dans ses sentiments et dans ses pensées, permettant d’atteindre une tranquillité, paisibilité. Une chose nouvelle pour notre sérieux et explosif héros. Rester un moment inactif, n’est pas dans son habitude, lui souvent en patrouille dans le village. Depuis ses débuts, il ne parvient pas à vider sa tête, réfléchissant constamment à ses prochains mouvements. Mais dans le cas présent, après avoir mis à plat ce dont il voulait parler avec ses compères, il se trouve prêt à retenter l’expérience.

Fermant d’abord ses yeux, il ne voit plus Tsuyoshi à ses côtés, mais ressent toujours sa présence, par sa respiration et ses mouvements. Petit à petit, il ne fait plus attention à son ouïe et odorat, n’entendant plus le crépitement du feu, ne sentant plus l’odeur du brûlé. Il se sent presque coupé de tout, ne sachant plus ce qui se passe autour. La seule sensation restante, c’est sa propre personne et le sol qui le connecte encore au monde. Doucement, il cherche à perdre cette dernière. Il se sent alors léger, comme un élément flottant dans le vide. Un état qui lui rappelle presque celui du sommeil, tout en gardant son esprit conscient. Les objectifs de la mission, ses partenaires, ses nouvelles responsabilités de clan… Tout cela se bouleverse dans son cerveau. Il tente d’éliminer chacune de ses pensées, cherchant à atteindre un certain vide. Sans froncer un sourcil, il y parvient, les chassant une par une. C’est alors que… qu’il s’endort. Autant de tranquillité l’a fait atteindre un tel degré d’ennui, que naturellement il part pour le pays des rêves. Ce n’est pas demain la veille qu’il deviendra samouraï…

Le réveil se fait presque en alerte pour Jurôjin, choqué de s’être endormi de cette manière. Pourtant, les autres commencent tout juste à bouger, signalant le départ. Suffisamment reposé, plus qu’à son habitude, l’allure un peu plus forcé ne gène en rien. Si bien qu’à l’arrivée au village, il se sent suffisamment frais pour commencer les interrogatoires. Ashitaka parti vers sa tâche, Tsuyoshi demande alors à son élève s’il a une préférence à dire sur le groupe à interroger.

« Le groupe de chasseur me paraît être bien pour commencer. Ils ont sûrement eu la chance de se frotter directement à ses rônins. Les femmes peuvent être un soutien si on manque d’informations. Elles sont généralement, plus commères que les hommes. »

Aucun jugement sur la gente féminine, simplement une remarque par son expérience dans le village d’Iwa avec les marchandes et habitantes. Enfin bon, le duo se dirige donc vers la première destination. En plus gradé, le chef de l’équipe 4 prend la parole devant les deux hommes en train de dépecer leurs butins du jour. Tout en écoutant les dires, Jurôjin supporte peu le regard insistant sur les deux missionnés, puis encore moins la réflexion sur ce qu’il pense d’eux. Il se contient, puisqu’il peut être normal de sous-estimer les gens, l’ayant lui-même fait auparavant. Ensuite, ils obtiennent de vagues suppositions sur la localisation des bandits, insuffisant pour agir. Le seul nom qui peut aider, c’est une soi-disant magicienne. Un peu étrange comme titre, faisant penser à une farce ou à une commerçante douteuse. L’idée d’aller la voir ne lui convient pas, ne souhaitant en rien l’aide d’une (fausse) pratiquante de sorcellerie.

« Voir cette ‘magicienne’ ne me semble pas être une bonne idée. Du moins, mes croyances ne m’habituent pas à croire à ces phénomènes illusoires. Je préfère interroger les femmes, pour les raisons évoquées précédemment. Après je me fis aussi à votre instinct et expérience. Vous êtes un Jônin, vous savez sûrement mieux que moi à qui faire confiance et ce qui est vrai du faux. »

Il idéalise peut-être un peu trop les Jônins, mais leur grade n’explique pas que leur puissance. Leur esprit doit être suffisamment fort également pour répondre aux attentes, prendre les responsabilités là où il faut. L’élite d’Iwa, voici ce qu’ils sont. En tout cas, le Hyûga ne semble pas s’opposer, alors l’équipe 4 se met en route vers les quartiers des femmes. Dans ce village, on peut remarquer que l’activité se décompose en gros en deux secteurs : la chasse et la manufacture. Les hommes s’occupent d’approvisionner en viandes et fourrures, certains étant également de fins cuisiniers. Les femmes s’occupent plutôt de fournir vêtements, armes, pièces d’armures… Cela permet à la localité de vivre tranquillement, sans problème, s’adaptant aux différentes saisons. Le duo arrive dans le bâtiment principal où la plupart des femmes sont réunis pour travailler. Afin de voir ce que vaut son disciple, Tsuyoshi se place en observateur cette fois-ci. L’interrogatoire sera donc fait par Jurôjin.

« Bonjour et enchanté. Navré de déranger dans votre travail, mais nous sommes les ninjas d’Iwa pour arrêter les bandits qui agissent dans la région. Nous avons quelques questions à vous poser, êtes-vous disposées à la faire ?

- Bien entendu, si cela peut empêcher que notre village subisse ce que les autres ont subi. Ma sœur qui vit à Tô m’a dit ce qu’il s’est passé… Un carnage qu’elle m’a dit ! Vous vous rendez compte !? Nous qui nous nous pensions en sécurité… Mais heureusement que vous êtes là à temps ! On va pouvoir vous confier ça. Vous devez sacrément costauds pour n’être que deux face à ce groupe de bandits.

- Oui ne vous inquiétez pas, nous les arrêteront avant qu’ils n’attaquent ici. A vrai dire nous sommes trois. Celui manquant ici s’occupe de voir les détails avec votre bourgmestre. Pour ce qui est de notre force, vous pouvez nous faire confiance. Avez-vous des informations précises sur les attaques et les hommes qui en sont la cause ?

- Mon ancienne voisine, qui a déménagé à Wazu, a en effet dit un truc étrange. Enfin elle s’est faite piller, mais ce qui est bizarre, c’est que la date et l’heure correspond presque aux évènements à Tô… Comment ils peuvent être à deux endroits différents ?

- Hmm je vois… Intéressant. Avez-vous plus à nous dire ?

- Non désolé. Les filles, vous avez entendu autres choses vous ? »


Chacun d’entre elle parle des échos qu’ils ont pu entendre, comme le fait que les bandits étaient dangereux, armés, chevauchant des chevaux, que le tout se passaient en attaque éclair, montrant une bonne préparation. Sûrement pour éviter que cela ne dure trop longtemps et voir débarquer une force armée équivalente s’opposer à eux. Puis l’une d’entre elle commence à évoquer à nouveau la magicienne, comme si elle était la connaissance même sur ces terres.

« Je pense que la magicienne peut vous aider à les trouver. Elle connaît bien les recoins, puisqu’elle a vécu dans chacun des villages aux alentours. Rien n’a de secret pour elle, je vous assure. »

Rien n’a de secret ? Voilà quelque chose qui trotte dans la tête du Genin. Des attaques éclairs, une préparation minutieuse pour piller efficacement, une ‘magicienne’ connaissant les alentours…

« Cette magicienne, elle a donc vécu à Tô, Uzuru et Wazu ?

- Oui ! Elle connaît beaucoup de monde là-bas. On a même des connaissances en commun, alors j’adore échanger avec elle. »


Les autres femmes montrent alors leur satisfaction lorsqu’elles aussi s’adressent à la magicienne. Un centre de récolte d’information, pour mieux les distribuer ensuite… Le Genin pense qu’il a bien fait de se méfier d’elle. Il salue les travailleuses, puis dès que son maître et lui sortent, il prend la parole.

« Je ne pense pas que cette magicienne ne soit qu’une simple vagabonde de village. Elle possède certainement des capacités dévoilant de choses, en plus d’être un centre d’information pour le village. En gagnant la confiance, elle obtient des données qui peuvent être plus ou moins pertinente, pouvant servir ensuite à certaines personnes… Comme des bandits cherchant fortune. Vous comprenez ? Je pense qu’elle s’infiltre dans la région pour aider ces malfrats. Ce n’est qu’une supposition, mais les informations recueillies me mènent à cette piste. Qu’en pensez-vous ? »

Il laisse la parole à son homologue, afin de connaître son point de vue avec le tout obtenu.

Informations:
 

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 1562190567-chokoku
Made by Mouton.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7079-termineepredefini-chokoku-jurojin#59424 https://www.ascentofshinobi.com/t7097-chokoku-jurojin-carnet https://www.ascentofshinobi.com/u1134
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Mer 1 Avr 2020 - 0:31
Face au bourgmestre, Ashitaka restait silencieux, attendant ses explications, verre d'eau proche de lui. Après un nouveau soupir qui en disait long sur son impuissance dans une telle situation, l'homme se lança.

« Il y a environ deux semaines, peu après votre retour de Tetsu, la première attaque a eu lieu. Aucun avertissement, aucune menace. Personne ne les avait vu venir. Et le lendemain, la moitié de la population du village d'Uruzu avajt perdu presque l'entièreté de ses richesses et de ses réserves. Au crépuscule, un groupe de ronins a attaqué et tué les quelques hommes qui ont tenté de résister, et ils ont embarqué tout ce qu'ils pouvaient sur leurs chevaux. Ils ont même volé des charettes pour en emporter plus... De vrais sauvages... Quatre jours plus tard, une nouvelle attaque, mais sur Tô cette fois-ci. Même méthode, mais personne n'a tenté de résister. Ils avaient entendu parler de l'attaque d'Uzuru et personne ne voulait y perdre la vie pour rien. Ce n'était pas à trois ou quatre qu'ils allaient faire quoi que ce soit. D'ailleurs cette fois, une femme a tenté de les compter. Ils étaient à peu près une trentaine, tous à cheval. »

Faisant une petite pause pour se déshaltérer d'une gorgée d'un liquide ambré qui patientait à côté de lui, l'homme accablé reprit.

« Ils ne se sont pas arrêtés là. Quatre jours après, ils ont réattaqué. À nouveau à Uruzu, pour finir le travail. Sauf que cette fois, ils étaient attendus. Tous les hommes forts, armés de fourches et de pics, ils s'étaient rassemblés... Ils étaient presque une centaine en rassemblant les deux villages... Et ils se sont fait massacrer... Il n'y a eu qu'une quinzaine de survivants, ceux qui ont été suffisamment rapide pour fuir dans les maisons qui avaient déjà été mises à sac. Ils s'en sont aussi prits à quelques jeunes femmes qui... Qui leur hurlaient dessus après qu'ils aient massacrés leurs maris... »

Le bourgmestre eut besoin d'une nouvelle pause. Si Ashitaka comprenait et ne le pressait aucunement, il restait malgré tout de marbre. S'il montrait la moindre faille, s'il cédait à l'envie de les massacrer et se laissait guider par la rage, alors il effrairait les villageois autant que les brigands. Et ce n'était pas véritablement l'objectif. Ils devaient se sentir protégés.

« Vous m'en voyez navré qu'Iwa se trouve si loin et que nous ayons eu besoin de tant de temps pour réagir et pour vous porter secours mais... »

L'homme l'arrêta d'un geste de la main, secouant la tête tristement.

« Ce n'est pas tout... Au même moment, ils ont attaqué Wazu, qu'ils ont pillé également. Pas de victimes, ils ne s'attendaient pas à les voir déjà là, ils les ont simplement laissé faire en fuyant le village, quand les bandits sont arrivés laissant toutes leurs possessions sur place. Ils étaient nombreux là bas aussi, près de cinquante... Mais surtout... Il y a trois heures, une jeune fille est arrivé, une blessure sur la joue. Un coup de katana qui aurait pu la tuer à quelques centimètres près. Elle vient d'un autre village, plus au nord, Yakotoru. Il y a eu de très nombreux morts là-bas. Ils étaient presque une centaine d'après ses dires... Elle se repose chez moi, j'ai quelques chambres en plus dans ma maison, vu que nous n'avons pas d'auberge, pour accueillir les voyageurs... J'ignore comment une telle organisation a pu se former, mais ils sont bien organisés. Ils n'ont pas de pouvoir comme vous, mais ils sont dirigés par quelqu'un de diablement intelligent... »

Pensif, Ashitaka cherchait d'où pouvait bien être l'origine d'un tel fléau. Qui pouvait être suffisamment attentif, pouvait avoir assez d'informations et pouvait ainsi mener ces actions ? Qui y avait le moindre intérêt ? Et surtout, que venaient faire des samouraïs dans cette confrontation ? Il doutait très sincèrement de la culpabilité de Tetsu. Ils venaient juste de perdre le Shogun et de nombreux hommes, ils n'avaient aucun intérêt à provoquer une véritable guerre qui mènerait surement à une lourde défaite pour eux au vu des effectifs shinobis d'Iwagakure no Sato.

« Tout ce que je peux vous dire de plus, c'est qu'à chaque fois, les survivants déclarent que les assaillants repartent vers l'est. Vers la frontière. Ils ne sont probablement pas du pays. Si vous le souhaitez, je peux vous faire mener à la jeune fille qui nous a averti, pour Yakotoru... »

Le Borukan hocha négativement la tête.

« Merci, mais ce ne sera pas nécessaire. Vous m'avez déjà dit tout ce que j'avais besoin de savoir. Je pense que mes deux camarades me complèteront les quelques détails qui peuvent m'avoir échapper ou ne pas être parvenus à vos oreilles, mais laissez la jeune femme se reposer. Nous nous occupons du reste. »

Se relevant après avoir terminé son verre, Ashitaka garda les yeux sur le bourgmestre.

« Cependant, il est tard et une attaque sur le village est encore possible, nous souhaiterions passer la nuit ici. Pouvez-vous nous offrir certaines de vos chambres pour la nuit, afin que nous puissions nous reposer avant d'aller arrêter ces bandits ? »

Sobre dans sa demande, le Borukan vit cette dernière acceptée avec un certain empressement. Plus vite au lit, plus vite réveillé, plus vite le problème exterminé semblait être le chemin de pensée du maire. Un simple sourire en réponse, le Loup ressortit en saluant les hommes qui avaient maintenant cessé de parler, tous regardant dans la direction du duo qui venait de sortir du bureau.

« Bonne nuit à vous messieurs. »

Quittant la bâtisse, il chercha des yeux ses camarades mais ne les aperçu pas dans un premier temps. Découvrant avec le bourgmestre leur demeure pour la nuit, il s'excusa une fois les explications de ce dernier terminées pour aller retrouver Tsuyoshi et Jurôjin. Les retrouvant après quelques minutes de marche et de questions rapides aux habitants dehors, il les rejoignit.

« Alors ? Où en êtes-vous de vos recherches ? »

Fit simplement le guerrier roux au duo qui avait du avancer de son côté.

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga TsuyoshiEn ligne

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Mer 1 Avr 2020 - 12:26
Jurôjin n’était pas très emballé à l’idée d’aller voir la magicienne. Il était probablement du genre cartésien, refusant de se laisser aller à croire à des phénomènes paranormaux. La chose pouvait aisément se comprendre. Quoi qu’il en soit, les magiciens et autres enchanteurs sont des gens d’ordinaires versatiles. Leur propos est souvent flou, imagé, s’adressant à un autre niveau de compréhension que celui du commun des mortels. Pour des enquêteurs, il y avait mieux tout de même comme source d’information. Pourtant, le Jônin aurait été prêt à rencontrer cette personne, à l’écouter, à l’observer et à tirer ses propres conclusions par rapport aux informations qu’elle voudrait bien donner. Mais ce n’était pas pour tout de suite et qui sait ? Peut-être même feraient-ils définitivement une croix sur la magicienne si jamais ils parvenaient à obtenir des informations pertinentes de la part du groupe des femmes.

_ Je te comprends. Du coup allons voir les femmes…

Tsuyoshi emboita le pas de son élève. Il avait prévu de le laisser mener l’enquête au niveau de ce groupe. Il fallait bien que chacun fasse sa part après tout. Le duo était parvenu à la seconde étape de son enquête finalement assez rapidement. Les femmes semblaient à la fois soulagées de voir que les hommes d’Iwa étaient là, mais en même temps inquiètes du faible effectif affecté à la résolution de cette mission. Jurôjin les rassura bien vite, si tenté est qu’on puisse le considérer ainsi, rappelant qu’ils n’étaient pas deux, mais trois héhé. En vérité, si ces femmes avaient vu ce que les troupes iwajins, clairement en sous-effectif, avaient pu faire subir aux tetsujins… Les discussions avaient alors démarré, les femmes ayant le verbe facile, les langues s’étaient déliées sans que le duo n’ait besoin de pousser. Elles donnèrent toutes les informations à leur disposition. Il était question d’attaques simultanées diront nous sur Tô et sur un troisième village du nom de Wazu.

_ Et cette magicienne ? Où se trouve-t-elle actuellement ? Avait demandé Tsuyoshi l’air admiratif.
_ Hier elle était à Wazu. C’est le village le plus proche à l’est en partant d’ici. En arrivant à l’arbre millénaire, vous prenez le sentier de droit, vous ne pourrez pas le louper. Avait répondu celle qui venait d’affirmer aimer échanger avec l’enchanteresse.
_ Arigato Goseimazu avait lâché le Hyûga, sourire aux lèvres. Puis vint le moment de quitter ce groupe. Les informations recueillies ici étaient intéressantes…

Dès qu’ils furent dehors, hors de la zone des femmes, naturellement vint l’heure du partage d’informations et de ressenti. Jurôjin livra tout de suite ses impressions. Il était persuadé que la magicienne jouait un mauvais tour à tous ces villageois. Il estimait qu’elle recueillait des informations et les partageait à l’ennemi abusant ainsi de la confiance des femmes. Tsuyoshi se tint le menton en signe évident de réflexion. Lui aussi était partagé. Son instinct lui dictait de faire très attention à cette magicienne, mais en même temps, il ne voulait pas tomber dans la facilité des apparences.

_ Je veux bien croire à ta version Jurô, mais nous n’avons pour l’instant pas de preuves… Tout ce que nous avons c’est que les deux groupes de villageois nous ont indiqué d’aller compléter nos informations auprès de cette femme. Moi je crois qu’elle est installée dans cette région depuis des années et qu’elle a toujours été utile à ces villageois, autrement, ces femmes n’auraient pas été si confiantes. Une femme c’est beaucoup d’intuition et une grande perception des choses d’ordinaire… Après, mon instinct me dicte de faire attention à la magicienne. Cela dit, ma curiosité, elle… Nous verrons bien avec Ashitaka. Avait-il fini par dire.

C’est alors que le duo retourna sur ses pas à la recherche du Jônin Borukan. Ils étaient retournés chez le bourgmestre, les gens de sa maisonnée indiquèrent l’endroit où le trio devait dormir et où normalement Ashitaka les attendait. Ils s’y rendirent donc. C’est en chemin qu’ils croisèrent le Borukan. Ce dernier questionna le duo immédiatement.

_ Nous avons fait deux groupes de villageois. Les chasseurs et les groupes de femmes. Les chasseurs nous ont indiqué des villages à l’est, ceux de Tô et d’Uzuru ont été attaqués à plusieurs reprises. Les hommes de Tô auraient tenté de résister à une des attaques et ont été pour la plupart massacrés. Le Hyûga marqua une pause. Sourcils froncés, il eut une pensée pour ces hommes tombés alors que l’armée iwajine était loin. Voilà qui devrait pousser à la création ou au renforcement des dispositifs sécuritaires aux frontières. Finalement Tsuyoshi poursuivit : Il semblerait que l’ennemi ait beaucoup de cavaliers, ce qui pourrait valider la thèse des rônins. Seulement, l’équipement de ces combattants n’est pas uniforme ce qui laisse à penser qu’il ne s’agit pas nécessairement d’unités provenant d’une même armée. Il se dit aussi que ces… "rônins" disposeraient d’un avant-poste soit à Tsuchi même soit dans le pays tampon entre Tetsu et Tsuchi no kuni. Le Hyûga venait de livrer une partie du rapport.

Se tournant vers son élève, il le laissa dérouler le reste puis l’encouragea du regard à parler de la magicienne que les deux groupes de villageois n’avaient pas omis de mentionner. Que penserait Ashitaka de tout cela et même quelles informations avait-il pu obtenir de son côté ?

_________________
Spoiler:
 


Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Chôkoku Jurôjin
Chôkoku Jurôjin

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Sam 4 Avr 2020 - 13:49
Tsuyoshi ne semble pas entièrement d’accord avec son élève. Son hypothèse suggérée n’a malheureusement aucune preuve comme il est si bien précisé. Sa réflexion est sûrement trop poussée, mais cela expliquerait en partie la superbe organisation de ces bandits. Il faut dire aussi que lorsqu’on parle de « magie », le Chôkoku ne peut s’empêcher d’avoir une opinion négative, puisque rien n’est sorcellerie dans le monde. Pourtant, son idée n’a aucun lien avec sa façon de juger le surnaturel. C’est bien une déduction mûrement réfléchie après avoir entendu les témoignages. Enfin bon, il ne va pas forcer à le crier sur tous les toits. S’il a son opinion, il faut en effet appuyer ses dires avec des pièces à convictions. Au moins, le sentiment commun sur la magicienne est partagé. A voir maintenant comment ils vont gérer ses informations, en procédant au partage avec le dernier membre de l’équipe.

Le groupe est réuni à nouveau, prêt à faire part de son travail. Naturellement, le Hyûga se lance, détaillant le témoignage des chasseurs. Rien n’à ajouter par-dessus, à moins d’expliquer que l’attitude de ces hommes avaient commencé à échauffer le Genin. Il se retient néanmoins de prendre la parole pour le préciser. Cela ne ferait que montrer une image désagréable, un caractère n’arrivant pas à s’adapter aux situations. Malgré tout, il va bien devoir prendre la parole, recevant le signe de continuer. Tsuyoshi semble vouloir lui aussi mettre Jurôjin en avant, prendre plus de responsabilités et avoir sa position au sein d’une équipe. Pas besoin de lui dire deux fois. Il le remerciera avec un bon entraînement prochainement.

« Nous sommes ensuite allés voir les femmes du village, généralement plus informées que certains. On retrouve quasiment les mêmes informations que le premier témoignage, mais avec des détails en plus. Ces bandits semblent bien voire très bien organisés. Ils ne perdent pas de temps durant leurs attaques, sachant quoi faire et où aller. On dénote aussi un grand nombre dans leur rang. Ensuite il y a… »

Il jette un œil au chef de l’équipe 4. Parler de la soi-disant sorcière ou enchanteresse ne lui plaît guère. Pourtant, dans les deux cas, elle a été mentionnée comme potentielle aide à l’information. Il ne peut omettre l’élément. Puis il doit encore présenter son hypothèse.

« Une certaine magicienne se trouve dans les environs. Elle connaît suffisamment les villages, dont ceux pris d’assaut. Chacun des deux groupes nous ont donc conseillé d’aller la voir. J’avoue avoir refusé la proposition auprès de Tsuyoshi-senseï, ne voulant pas placer ma confiance directement en elle. De plus, je pense même qu’elle joue un double-jeu. Sa connaissance des villageois et si pouvoir elle a vraiment, peuvent valoir de l’or, surtout pour des gens souhaitant attaquer les alentours. Je la suspecte donc d’aider le groupe d’attaquant. Je n’ai aucune preuve de ce que je dis, ce n’est que le fruit de ma pensée. Tsuyoshi-senseï m’a déjà dit de ne pas aller trop vite dans le jugement, mais qu’en effet il vaut mieux se méfier quand même. Voilà ce que j’avais à présenter. Et vous, Ashitaka-san, qu’avez-vous obtenu du bourgmestre ? »

Pas besoin de questionner plus, les réponses vont venir d’elle-même. Il espère tout de même pouvoir compter sur le soutien de Taki, même si les chasseurs sont déjà ferment sur leur position. Une coopération est toujours appréciable, aussi minime soit-elle.

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 1562190567-chokoku
Made by Mouton.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7079-termineepredefini-chokoku-jurojin#59424 https://www.ascentofshinobi.com/t7097-chokoku-jurojin-carnet https://www.ascentofshinobi.com/u1134
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Dim 3 Mai 2020 - 0:56
Attentif, Ashitaka écouta les explications de Tsuyoshi et de Jurôjin. Il hocha un peu la tête, pensif. Cela concordait avec les informations qu'il avait reçu du chef du village.

« Une magicienne ? Le maire ne m'en a pas parlé. Est-ce que vous savez ce qu'elle fait comme "magie" ? »

Assez septique sur cette appellation, le guerrier roux attendait d'avoir l'avis de ses camarades avant d'aller la déranger elle-même. Sans doute était-elle juste une irounin ou une utilisatrice du Rentanjutsu qui ne disait pas tout de ce qu'elle faisait, pour rester plus discrète et ne pas se retrouver dans un village. Une solitaire au final.

« Un éclaireur à cheval pourrait tout aussi bien repérer les routes et les villages faciles à prendre d'assaut. Ils n'ont pas besoin d'une infiltrée pour produire des attaques coordonnées non plus, juste d'un bon dirigeant. Les villageois ont malheureusement tendance à croire à beaucoup de choses là où des explications plus simples sont souvent à portée de main. Attention en effet, je pense également que tu vas trop vite en besogne. Mais j'ai une information très récente qui n'a pas été ébruitée auprès des habitants. »

Sa dernière phrase s'était faite plus sourde. Jetant un coup d'oeil discret pour s'assurer qu'ils n'étaient pas écoutés, il invita les deux hommes à le suivre.

« Venez, le bourgmestre m'a proposé des chambres pour la nuit. Nous pourrons rester et nous assurer de la sûreté du village avant d'aller à Wazu. »

Ashitaka continua alors, à nouveau à voix basse.

« Une autre attaque a eu lieu. A Yakutoru, un autre village au nord. beaucoup de morts d'après la témoin, nous allons pouvoir lui parler, elle séjourne aussi chez le bourgmestre. Elle est arrivée il y a seulement quelques heures et seul le villageois qui l'a ramené jusqu'au maire sait qu'elle est là. Et il tiendra sa langue. Je vous propose de lui parler un peu, puis on ira voir cette magicienne et on verra avec elle si elle connait Yakutoru également. Même si je doute que cela prouve quelque chose, si elle n'en a jamais entendu parler, ça pourrait constituer une première preuve de son innocence.»

Faisant entrer ses deux camarades dans la bâtisse une fois arrivée devant elle, il salua à nouveau le maire du village qui était rentré chez lui entre temps.

« Elle est réveillée ? On peut aller la voir ? »

Hochement de tête du maire suivi d'une indication d'un geste de la main. Une porte en haut à droite d'un petit escalier

« Elle a ouvert les yeux il y a quelques minutes. Ne la brusquez pas, elle a triste mine. »

Montant avec le duo, Ashitaka ouvrit la porte une fois en haut, laissant ses deux collègues entrer en premier et commencer l'interview de la jeune blessée si toutefois ils avaient des questions en tête. Sinon, il reprendrait lui-même la main.

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga TsuyoshiEn ligne

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Sam 9 Mai 2020 - 23:00
Le duo de la team 4 avait fait son rapport. Ashitaka avait écouté l’ensemble des deux rapports concernant l’enquête auprès des groupes des chasseurs et des femmes du village. Les informations, hormis quelques variantes, étaient concordantes. Ce qu’avait rapporté le bourgmestre auprès du Borukan était similaire aux informations obtenues par le Chôkoku et le Hyûga. Une seule variante cependant existait : la présence dans l’équation d’une magicienne. Les villageois avaient beaucoup insisté pour que les iwajins la rencontrent. Tsuyoshi estimait que c’était la chose à faire malgré les réserves de Jurôjin, réserves qu’il partageait en partie d’ailleurs. Oui, il n’avait pas nécessairement confiance à prime abord en cette femme. Mais si elle était une source d’information aussi importante, il était alors nécessaire d’aller la voir. Par ailleurs, Ashitaka disposait également d’une information. Il l’affirma en parlant doucement presque en chuchotant.

Il donna l’information en invitant les iwajins à le suivre chez le bourgmestre. Ashitaka affirma qu’une nouvelle attaque avait eu lieu dans un village au nord, a Yakutoru. Ashitaka suggéra de confronter plus tard, si jamais ils devaient rencontrer la magicienne, cette information toute récente avec celles qu’elle voudrait bien nous donner. Après avoir croisé le bourgmestre, Tsuyoshi le salua alors qu’ils se firent amener dans la chambre où la jeune femme venant du village attaqué se trouvait.

Etant entré dans la pièce, le Hyûga remarqua que la jeune femme était bel et bien triste tel que l’avait annoncé le bourgmestre. C’était normal après tout. Qui serai gai, heureux, après avoir assisté à un assaut sur son village ? Probablement qu’elle avait beaucoup perdu sinon tout perdu en quelques heures, tant les êtres chers que ses biens. Ce devait être terrible que sa situation. En larmes, la jeune femme sanglotait. Ses pieds étaient bandés et le bas de ses habits déchirés. Il était certain qu’elle avait couru à en perdre haleine pour atteindre ce village. Ses jambes avaient dû en prendre un sacré coup.

Tsuyoshi ne dit rien, laissant ses coéquipiers tenter d’évoquer le sujet avec la femme.

_________________
Spoiler:
 


Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195
Chôkoku Jurôjin
Chôkoku Jurôjin

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Ven 15 Mai 2020 - 12:24
Le cas de la « magicienne » est rapidement bouclé. Le Jonin rouquin ne semble pas croire plus à cette histoire. Comme Jurôjin, cette histoire de « magie » lui semble complètement idiot, simple divagation des habitants qui ont surtout aucune idée des capacités de cette dame. Il ne la prend pas plus en considération dans la mission, la voyant simplement voyageuse sûrement douée de chakra. Le Borukan semble penser qu’elle n’a aucun lien avec les bandits, que la théorie du Genin est trop avancée. Naturellement, une remise en question de cette hypothèse est nécessaire par son originaire. Est-ce que cette accusation, sans fondement, est plutôt un réflexe naturel de suspicion envers ce qu’il ne peut comprendre ? Rien que la mention de pouvoirs mystiques avait suffi à juger le cas de cette personne. Au fond, ne supporte-t-il donc pas cette « magicienne », au point de trouver un lien avec l’affaire en cours ? Un mélange entre sentiments personnels et le travail professionnel ? Il n’arrive pas à le définir, mais si c’est le cas, alors il devra remédier à ce genre de comportement, inutile et honteux pour un soldat. Il abandonne donc sa réflexion, acceptant la logique dégagée dans les propos de son supérieur, expliquant tout autant ce qui s’est déroulé dans les alentours.

Ashitaka semble avoir lui aussi une information exclusive, encore inconnu pour les deux autres enquêteurs, mais également du village entier. Il se fait alors plus petit, discret, puis indiquant la marche à suivre, explique d’un ton très bas, livre les détails sur ce qu’il a appris de son côté. Une autre attaque survenue il y a peu, laissant tout de même un témoin. Par chance, la personne a atteint Taki, trouvant refuge quelques heures avant. Son arrivée n’a pas été ébruitée, de façon à ne pas affoler les habitants. Le hasard fait bien les choses, si on peut se permettre de la dire. Si un autre hameau a été la victime des bandits, il faut dire qu’obtenir un témoignage récent est une chance. Ensuite, il se trouve que la magicienne a une place dans l’histoire, mais avant tout pour prouver son innocence plutôt que de l’accuser. Acquiescement sans broncher, si telle est la volonté du dirigeant, il ne va pas s’opposer. Au moins, il y aura une vérification.

Le trio arrive vers la chambre, où l’équipe 4 est la première à entrer, découvrant le visage et la silhouette de la survivante. La tristesse et la peur se sentent à plein nez. On distingue les yeux humides, les mains tremblantes, les lèvres sèchent. Ses jambes sont pansées, signe qu’elle a dû courir longtemps et désespérément pour arriver dans cet abri, jusqu’au sang s’il le fallait. Tsuyoshi l’observe, sans pour autant prononcer le moindre mot. Pourtant, le visage encore apeuré, la femme finit par voir entrer ce groupe, se demandant ce qui va lui arriver. Un soldat doit veiller à la paix, à la sécurité d’autrui. Dans cette mentalité, Jurôjin tente alors de la rassurer, de l’apaiser.

« Bonjour. Pardonnez notre arrivée soudaine dans votre chambre, pendant votre repos. Nous sommes au courant de ce qui s’est passé. Nous sommes navrés de ne pas avoir pu être là pour protéger Yakutoru, mais rassurez-vous, nous allons nous assurer que tout ira bien maintenant. Nous sommes shinobis affiliés à Iwa. On nous a chargé de nous occuper de ces bandits qui dérangent la localité. Pour cela, même si cela doit être dur, je vous prie de nous expliquer ce que vous pouvez sur cette attaque. Cela nous aidera volontiers à venir à bout de ces gens. »

Mots remplis de compassion, il espère que cela ne provoquera pas des sanglots supplémentaires, mais qu’elle entreverra l’espoir de mettre un terme aux attaques, tout ça grâce à son partage d’informations dont elle dispose.

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 1562190567-chokoku
Made by Mouton.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7079-termineepredefini-chokoku-jurojin#59424 https://www.ascentofshinobi.com/t7097-chokoku-jurojin-carnet https://www.ascentofshinobi.com/u1134
Borukan Ashitaka
Borukan Ashitaka

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Ven 5 Juin 2020 - 18:59
Ashitaka rentra dans la chambre où se tenaient déjà ses deux coéquipiers. Tsuyoshi choisit de rester silencieux tandis que Jûrojin demandait simplement d'expliquer la situation qu'elle avait pu vivre en s'excusant. Des paroles qui se voulaient plutôt compréhensives et empathiques. Hochant légèrement la tête pour marquer son approbation de l'approche du jeune homme, le rouquin se contenta d'écouter pour l'instant.

Suite à un regard un peu perdu, la jeune femme mit quelques longues secondes à trouver ses mots pour leur décrire l'attaque. Une centaine d'hommes, avec des équipements typique des samouraïs et des ronins, pas de bannière. Elle avait simplement remarqué une silhouette plus grande que les autres, un genre de géant qui semblait à la tête du groupe. Contrairement aux autres qui avaient des armures dans des teintes entre le marron et le noir en passant par la couleur basique du métal, ce dernier avait une armure lourde entièrement teinte en rouge. C'était sans aucun doute le chef, et contrairement à tous les autres, il n'avait pas sorti d'arme. Il se contentait de donner des ordres et de regarder les autres faire leur pillage et violer des femmes çà et là, d'achever hommes et enfants. Lorsqu'elle avait réussi à trouver un moment d'inattention, vers la fin du carnage, elle avait pu entrevoir une cage dans laquelle quelques femmes et filles avaient été enfermées.

Terminant son récit avec un regard plein d'espoir vers le trio, elle leur demanda s'ils allaient les sauver, insistante, effrayée. Ashitaka s'avança alors, se mettant à genoux pour être à son niveau puisqu'elle était encore à moitié allongée sur la couchette.

« Nous les libèrerons et nous éradiquerons ces bandits, qu'ils ne fassent plus de mal à personne. Moi, Borukan Ashitaka, Jônin d'Iwa, je vous en fait le serment. »

Particulièrement grave à la découverte de cette nouvelle information que le maire ne lui avait pas transmise -ou qu'il n'avait pas eu ?- le Loup avait désormais une envie d'autant plus forte de faire un massacre. Il se redressa alors, saluant légèrement la jeune femme.

« Votre témoignage nous aide grandement. Nous n'allons pas vous déranger plus longtemps, merci de votre aide. Reposez-vous, bientôt, vous pourrez revoir les femmes de votre village, je vous le promets. »

Se retirant alors, il attendit que Jurôjin et Tsuyoshi fassent de même pour leur parler, la porte refermée.

« Bien, pour la nuit, je vous propose trois tours de garde de trois heures, histoire d'avoir une bonne dose de sommeil chacun tout en surveillant le village. S'il y a une attaque, priorité absolue au réveil des deux autres, d'accord ? »

Enchaînant donc sur la nuit, cette dernière se passa sans accrocs, ce qui n'était pas si surprenant à vrai dire. Qu'importe leur organisation, ces bandits avaient eux aussi besoin de repos, et maintenant, ils devaient aussi gérer leurs prisonniers. Les iwajins auraient un temps d'avance sur eux.

Rejoignant ses deux camarades au matin, Ashitaka prit les devants à nouveau et se dirigea avec eux jusqu'à Wazu, là où était supposée être cette magicienne. Le village sur place était en tension palpable, ces derniers ayant entendu les échos des autres attaques qui avaient été assez terribles. Seule celle du dernier village était encore secrète, le Borukan ayant touché quelques mots au bourgmestre pour qu'il n'en parle pas. Tant qu'il gardait le secret, ils auraient un peu de temps d'avance sur la possible panique qui serait engendrée à cette découverte, quand bien même le trio était déjà sur place pour résoudre l'affaire.

Arrivés à Wazu, ils n'eurent à poser que quelques questions pour être guidés jusqu'à cette "magicienne" qui s'occupait actuellement de soigner un garçon malade d'une grave atteinte aux voies respiratoires. Les quelques mots échangés avaient même mentionné des crachats de sang, ce qui signifiait assez généralement la mort pour qui ne pouvait pas bénéficier des traitements d'un irounin.

Toquant à la porte, le Borukan se présenta rapidement à une mère inquiète qui les fit rentrer et leur expliqua que la "magicienne" avait demandé à ne pas être dérangée pendant qu'elle s'occupait du malade, ce que le Jônin lui concéda sans mal. Interrompre un médecin pouvait le pousser à commettre des erreurs et mener un patient à la mort bêtement pour rien. Après quelques minutes seulement, une jeune femme brune aux yeux verdoyants, ses cheveux attachés en tresses autour de sa tête, formant comme une couronne travaillée. Habillée sobrement, elle s'installa face au trio après les avoir jaugé du regard.

« Messieurs, que me veulent des shinobis d'Iwa ? Je n'ai pas souvenir d'avoir commit le moindre crime. »

Le ton un peu acerbe, la "magicienne" semblait ne pas apprécier d'avoir été dérangée ainsi. Ashitaka secoua un peu la tête, lui indiquant ainsi que ce n'était pas le cas.

« Rien de tout ça. Mais vous devez être au courant des attaques qui ont eu lieu çà et là dans la région. Nous sommes venus enquêter dessus et il paraît que vous connaissez bien la région. Je suis Borukan Ashitaka, et voici mes collègues Hyûga Tsuyoshi et Chôkoku Jurôjin. Auriez-vous la moindre idée de l'endroit où une centaine de guerriers pourraient se replier et se cacher pour être aussi insaisissables ? »

Semblant un peu soulagée par l'annonce de ce qui attirait le trio ici-même, elle soupira avant de répondre.

« Mewari Sana. Je... Sais utiliser le chakra moi aussi. Je fais du rentanjutsu, et comme je ne fais aucun mudra ni utilisation de chakra très connue dans les provinces, on m'a vite appelée "sorcière" ou "magicienne". J'espère que vous ne vous êtes pas déplacés juste pour ça, parce que je n'ai aucune information à leur sujet. Cependant.. J'ai toujours prêché la paix et je n'aime pas beaucoup les exactions de ces bandits. Si vous voulez, je peux vous préparer quelques pilules qui vous rendront plus puissants pour le combat. Mais moi-même je ne sais pas me battre. Ah, et avant que l'un de vous n'ait cette brillante idée, sachez que je n'aime pas l'enfermement. Donc je ne viendrais pas aider à Iwa. Vous avez bien assez de médecins de toute façon, la province a plus besoin de mes services que vous. »

Semblant sur ses gardes, la jeune Sana les jaugeais tandis qu'Ashitaka pesait le pour et le contre de sa proposition. Dans un sens, ça pouvait être un piège. Le fait qu'elle connaisse la région en tant que médecin itinérant n'était pas non plus très surprenant. Et la crédulité de certains qui n'avaient que peu d'éducation n'avait pas dû aider.

« Qu'en pensez-vous ? »

Retourné vers ses deux camarades, Ashitaka attendait d'avoir un peu leur avis sur la situation pour donner le sien.

_________________
Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 59615_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6560-borukan-ashitaka-du-magma-a-la-glace-termine https://www.ascentofshinobi.com/u563
Hyûga Tsuyoshi
Hyûga TsuyoshiEn ligne

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] Empty
Mer 28 Oct 2020 - 22:31
Le Hyûga avait gardé le silence. Face à la détresse de la jeune femme, il avait préféré s’emmurer dans le silence laissant ses collègues prendre en main le dossier. Jurôjin le premier s’était exprimé. Avec tact, le Chôkoku essaya de rassurer la victime. Ses mots sonnaient juste, ils se voulaient rassurants et ils l’étaient certainement. Tsuyoshi était fier de son élève. Le Chôkoku avait en lui les graines d’un grand assurément. Les propos de Jurôjin permirent à la jeune femme de se lâcher. Elle parla, vida son sac plein d’amertume. Ce qu’elle décrivit fut dur à vivre à n’en pas douter. Elle parla de son village attaqué et des hordes d’ennemis dévastant tout sur leur passage. Elle parla également de femmes violées, d’hommes massacrés, et de personnes capturées.

Tout comme Ashitaka qui s’était approché de la jeune femme et qui lui avait fait une promesse solennelle, le Hyûga, lui aussi ne put rester plus longtemps stoïque. Son poing serré, il avait désormais hâte d’en découdre avec l’ennemi. Son regard était devenu comme ardent, probablement qu’il aurait brûlé sur place tout ce qui passerait dans son champ de vision, pour peu qu’il ait eu un pouvoir particulier. Une fois qu’ils furent tous les trois sortis de la pièce, Tsuyoshi à la suite des propos du Borukan se prononça :

_ Ok… Je prends le deuxième tour de veille… Dit-il avec une certaine lassitude. Une fois que les tours de veille furent défini, il alla se coucher puis fut réveillé lorsque vint son tour. Activant son Byakugan, le Hyûga s’évertua à sonder dès le début de son tour de veille, le pays sur une très large zone. A plus de 10km à la ronde, le Hyûga sonda toute présence dotée de chakra. Le village de Wazu, où se trouvait la magicienne fut également scanné. Là-bas il apparut clairement au Hyûga qu’un ninja d’un niveau similaire au sien en termes de chakra y vivait. Il ne vit aucune trace des troupes ennemies. Lorsque vint le tour de veille de l’iwajin suivant, le Hyûga parti se coucher en espérant pouvoir trouver le sommeil. En son for intérieur, il avait hâte déjà de saccager les troupes ennemies.

Vint le moment du départ au petit matin. Le village suivant devait être atteint, ce qui fut réalisé rapidement. Après tout, Taki et Wazu n’étaient guère éloigné l’un de l’autre que des quelques kilomètres. Etant donné que l’ordre de mission indiquait une enquête en ce lieu, quand bien même ils savaient déjà probablement tout ce qu’ils avaient à savoir. Cela dit, une personne, à priori importante, était à rencontrer en ce lieu : la magicienne ou la sorcière.

Finalement vint le moment où le duo fut face à face avec la magicienne. Tandis qu’Ashitaka discutait avec elle, lui posant des questions sur sa connaissance des mouvements ennemis dans la zone, le Hyûga observait et écoutait. Il remarqua qu’au début, sciemment ou non, la jeune femme, en son sens, avait répondu à côté. Etait-ce voulu ? Il ne saurait le dire… Rapidement elle apporta une réponse à la question du Borukan cependant avant de se blanchir à nouveau afin de paraître totalement clean par rapport à ce qui se passait dans les environs. Le Hyûga jeta alors un coup d’œil vers le Chôkoku avant de reporter son attention vers la jeune femme. Lorsque le Borukan se tourna vers le duo et leur demanda leur avis, Tsuyoshi prit la parole.

_ Le rentanjutsu ? C’est justement un art très puissant au combat… Où avez-vous appris cet art ? Demanda le Hyûga. Il n’était pas d’avis que cette femme était aussi clean qu’elle en avait l’air. Il se trompait peut-être. Méfiant de nature, il souhaitait tenter d’en avoir le cœur net avant de laisser tomber cette piste.

_ C’est… C’est venu tout seul lors de ce phénomène que les gens ont appelé la résonance. Répondit la jeune femme.

_ Ah… Et en si peu de temps vous êtes parvenus à maîtriser ce savoir jusqu’à vous faire une petite renommée ? Intéressant… rétorqua Tsuyoshi.

_ Lorsqu’un pouvoir naît en vous et que vous voyez la misère tout autour de vous, forcément vous faîtes de votre mieux pour mettre à profit ce pouvoir dans l’intérêt de tous. Dit-elle calmement. Elle sentait bien que le Hyûga ne voyait guère les choses de la même manière que le Borukan et que par conséquent n’était pas prêt à lui faire confiance les yeux fermés.

_ Et où étiez-vous les trois derniers jours ? Qu’avez-vous fait ? Je tiens à vous préciser que j’ai déjà reçu certaines informations provenant de villageois à votre sujet… Les yeux dans les yeux, le Hyûga attendit une réponse.

La « magicienne » inspira un grand coup. Elle semblait passablement énervée par la suspicion du Hyûga. Elle ne se priva pas pour le faire savoir.

_ Donc… Des hommes ravagent les villages environnants et vous… iwajins… Vous n’avez rien d’autre à faire que de venir emmerder une pauvre femme dont le seul défaut est d’être nomade et de tout donner aux communautés qui l’accueillent temporairement ?

Sérieusement ?
Elle secoua la tête après ces quelques mots puis répondit sèchement : J’ai quitté il y a deux jours Uzuru pour ce village, Wazu. Il y a trois jours j’étais à Uzuru. Ce n’est que lorsque j’ai quitté que le village a été saccagé. Cela peut faire soupçonneux mais je n’y peux rien… Elle soutint le regard du Hyûga. Ce dernier le lui rendit sans un sourire.

_ Certes, cela ne prouve rien et nous ne vous accuserons pas pour si peu… Que comptez-vous faire dans les trois jours à venir Mewari Sana ? S’enquit le Hyûga.

_ Je ne sais pas… Je ne suis pas du genre à planifier mes déplacements. Je reste auprès des hommes aussi longtemps que j’estime leur être aussi utile qu’ils le sont envers moi, puis je retourne vers la nature avant de réapparaître dans un village. Tel est le choix de vie que j’ai fait et je n’y renoncerai pas quelles que soient les suspicions à mon égard.

Tsuyoshi ne dit rien, hochant la tête, il laissa comprendre à ses collègues, par ce moyen, qu’il en avait terminé. Dès qu’ils voudraient ils lèveraient le camp. De toute façon, ils avaient ‘d’autres chats à fouetter.


Spoiler:
 

_________________
Spoiler:
 


Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô] 03483e9ae9996c8c0f0fb3940fd109f9
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t193-hyuga-tsuyoshi-100 https://www.ascentofshinobi.com/t4564-hyuga-tsuyoshi#35195

Pillage de trop [Mission rang B feat Ashitaka, Jurô]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: