Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Mar 21 Avr 2020 - 19:25
Au cœur des bains du quartier des métamorphes, la gracieuse serpentine dévoila à l'élégante féline une toute autre facette d'elle-même, loin de tous les artifices tantôt mis en oeuvre pour essayer de la décrédibiliser auprès du grand public. Néanmoins, si l'acrimonie n'était plus de la partie, l'âme de son vis-à-vis semblait toujours aussi amèrement empreinte de rancune et de doute. Jamais une personne n'avait osé remettre en question la ferveur de sa volonté à ce point, encore moins une enfant des Bêtes en qui coulait le même sang que le sien. Comme si Mizuchi ne cherchait qu'à la démonter de plus belle ou à voir ce qui se cachait dans ses entrailles, elle ne se fit pas prier pour évoquer la grandeur du périple qui l'attendait. Mais malheureusement pour celle qui ne voulait pas croire en cette quête de réunification, Yasei Reikan avait passé son enfance à se préparer pour porter le poids, de ses seules épaules s'il le fallait, de cette monstrueuse tâche. Mille fois au moins son esprit avait échafaudé toutes les voies qui s'offraient à elle pour parvenir à ce rêve d'union. Et une seule avait su se forger la plus luxueuse des places en son cœur.

La voie de la volonté.

Peu importe les diversités du règne animal ou les mésententes politiques qui s'étaient empressées de le déchirer. Peu importe à quel point les descendants de son clan avaient été parsemés aux quatre coins du monde. Qu'ils soient bons ou mauvais, ceux doués de métamorphose n'avaient jamais cessé de constituer une seule et même grande famille, aux yeux de la Tigresse blanche. Voilà pourquoi elle s'entêtait depuis tant d'années – et plus encore, désormais – à satisfaire les espoirs de son paternel et de tous ceux qui avaient foi en elle, tous ceux qui aspiraient à ce même rêve de réunification. Parce qu'à travers le globe, de cette mer de grains jusqu'aux monts rocheux, en passant par les terres dévastées pour les intérêts des nations des Hommes, bien des enfants des Bêtes affrontaient une ère de perdition existentielle, sans connaître leurs racines et dépourvus de cette chance de pouvoir profiter de la compagnie d'une famille unie. Incapable de se résoudre à accepter une si déplorable réalité, la féline avait ainsi crû en puissance pour à terme soutenir ses frères et ses sœurs fiévreux de honte, de peur et de tous ces sentiments viscéraux qui avaient fini par plonger le clan Yasei dans l'oubli.[invisible_edit]

Son visage se fit plus rigide, à mesure qu'elle encaissait le mépris auquel elle était en proie.

« Il est vrai que j'ai grandi dans l'espoir de voir le clan Yasei s'unir sous une même bannière, pour le seul intérêt de ses enfants. Mais loin de moi cette abjecte idée de vouloir gouverner les miens, comme le ferait un noble dans son palais de marbre pendant que ses sujets dormiraient à même la terre. J'estime être au même niveau que vous tous, c'est pourquoi je pense seulement être en mesure de vous guider et de vous abriter des affres de ce monde. Pour ce qui est de Tadao, aussi aveuglé par un trop-plein d'ambitions soit-il, je compte bien m'en charger. Si les mots ne suffiront probablement pas, je suis prête à me servir de mes poings afin de lui faire entendre raison. »

Ses yeux myosotis s'étaient égarés à la surface de l'eau, non sans manquer de repenser à toutes ces nuits passées auprès de son plus grand ami l'effort. Elle jeta un œil à la paume de sa dextre sortie du bain, comme pour y déceler la réponse à cette question qui hantait son existence. Cette main, si fine et si douce, était pourtant meurtrie par les marques d'un dur labeur, garantes de son aptitude à réaliser bien des miracles à elle seule. À cette vue, ses traits se laissèrent submerger par une expression de sérénité qui lui était singulière et son regard bleu roi ne tarda pas à renouer avec l'émeraude de Mizuchi, dont le cœur était tyrannisé par un esprit très terre à terre. La Fille de Yasei Ragna avait beau nourrir d'incommensurables projets, elle n'en restait pas moins gorgée de raison et de réalisme.

« Je sais ce qu'est une promesse et je n'ai pas pour habitude de bafouer celles qui dorment déjà sur mes épaules, parce que beaucoup de gens ont obtenu ma parole et croient en moi pour les réaliser, Mizuchi. Mais même si je compte bien faire tout ce qui est en mon pouvoir pour aller en ce sens, je ne peux te promettre que je saurai préserver tous les membres de notre famille, surtout Tadao et ses frères d'armes. Je ne suis pas sotte, j'ai conscience d'à quel point cela serait irréaliste et naïf de ma part au vu de l'ampleur de la tâche qui nous attends et, j'imagine que tu dois partager cette pensée. Par contre, je peux te garantir sans l'ombre d'un doute que tous mes actes n'iront que dans un seul sens ; celui du bien du clan et de sa protection. »

Protéger les êtres qui lui étaient chers et combattre l'adversité en même temps, c'était là la force de Yasei Reikan.

décision de Reikan:
 

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Jeu 23 Avr 2020 - 12:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Yasei Zeref
Yasei Zeref

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Mer 22 Avr 2020 - 11:08
Je fais face à l’enfant, bien décidé à récupérer mes affaires, plutôt que de devoir aller en acheter de nouvelles. Après tout, c’est un peu embêtant de s’être autant préparé pour revenir à zéro. L’attitude du gamin me semble bien mal venue. Je me rends d’ailleurs vite compte que ce n’est pas « un » gamin. Enfin, qu’il s’agisse d’un garçon ou d’une fille, cela reste un Yasei doublé d’un voleur. Je respecte la petite du fait de sa nature, mais ne tolère pas ce à quoi elle s’abaisse. Finalement, elle m’annonce avoir tout vendu, ce qui m’arrache un soupire de lassitude. Je vais donc devoir me rendre dans les rues marchandes pour au moins récupérer quelques vêtements à porter pour le reste de la mission. Je m’apprête à faire demi-tour après avoir récupéré mon sac, mais celle-ci commence alors à changer d’attitude, de façon assez magistrale.

Comme si l’enfant solitaire, désinvolte et malpolie était redevenue ce qu’elle est au final, une enfant, elle commence à s’exciter devant un étalage de peluches. Je fronce les sourcils, me demandant si elle espère vraiment qu’une victime de larcin compte lui acheter une peluche. En voyant le prix, je me dis que le soleil a un peu trop tapé sur sa caboche. C’est à peu près tout ce que je possède, à l’auberge, pour le voyage. Quoi qu’il en soit, je ne pourrais pas la lui offrir sans faire un aller-retour là-bas. Mais pourquoi le ferais-je ? Pour la mission ? Non, même si cette enfant pouvait influencer quiconque, cela ne m’intéresserait pas. Non pas que mon argent me soit précieux ou quoi que ce soit, mais je n’ai pas vraiment de raisons de le faire.

Pourtant, en la voyant devenir ainsi, je ne peux m’empêcher de penser à Saeko, dans son lit d’hôpital, qui a le même âge qu’elle, et à qui j’aurais sans doute offert n’importe quoi pour la voir sourire. J’hésite un instant, ne souhaitant pas me laisser submerger par des souvenirs de ma sœur que je n’ai pas su protéger par le passé, et finis par abandonner. Faire sourire un enfant, c’est probablement la chose la plus belle que l’on puisse faire, non ?

« Attends-moi ici un instant… Je n’ai pas tant d’argent sur moi. »

Voler est hors de question, bien sûr, car cette petite a déjà un comportement de racaille, il ne faudrait pas en plus l’inciter à continuer dans cette voie. Intérieurement, je m’excuse auprès de Reikan et Gine, mais mon instinct me dicte d’aider cette enfant à changer de vie. En voyant sa situation, d’ailleurs, je me dis que les faire venir à Kiri serait pour le mieux. Là-bas, elle pourrait avoir ce dont elle a besoin, le Mizukage ne laisserait pas ses concitoyens dans le besoin voler pour survivre. Une fois de retour avec la somme nécessaire, j’achète donc la peluche qui intéresse la gamine, attirant un grand sourire du vendeur. Je lui demande ensuite de me suivre vers un banc, un peu plus loin, pour lui parler :

« Tu ne m’as pas dit ton nom, et je t’offre cette peluche à un prix exorbitant. Enfin, j’espère au moins que ça te fera plaisir, même si j’aurais préféré te payer à manger, ce serait déjà plus utile… »

Je ne sais même pas si elle s’intéresse à ce que je lui raconte, car je peux aussi bien n’être qu’un pigeon à ses yeux, là pour lui servir de porte-monnaie.

« Tu sais, là d’où je viens, on ne laisse pas les enfants vivre de cette façon… A Kiri, tu pourrais avoir plein de peluches comme celle-ci, et c’est beaucoup moins cher. Et puis tu pourrais manger à ta faim sans devoir voler quiconque. Tu as de la chance d’être tombé sur moi, quelqu’un de moins bienveillant t’aurais sans doute déjà corrigée. »

Je n’essaie pas de l’effrayer, mais en quelques sortes de lui faire une leçon de morale. Ceci dit, ces mots sont la stricte vérité, et pour le bien des enfants Yasei de Taiyô, j’espère que le peuple fera un choix judicieux, dans six jours.



Spoiler:
 

_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Suzurane Gine
Suzurane Gine

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Jeu 23 Avr 2020 - 12:41
Feu et Colombe


Gine était séparé de son groupe, chacun vaquer à ses occupations de la journée afin de visiter le quartier Yasei, voire Taiyo dans son intégralité, si c’était possible en une journée. La jeune femme avait pu voir la vie des Yasei, dans la crainte, la pauvreté et la moquerie par moments. Franchement, ce n’était pas une vie pour eux surtout à cause de Tadao qui les avait trahis. Depuis quand on trahit sa famille pour des objectifs personnels ? Ce n’était pas humain, ce n’était pas saint et ça se disait héros de Kaze si la blonde avait bien compris. Un héros, ça n’agit pas comme ça envers les siens. Cela attristait la Suzurane et elle aimerait tellement faire plus pour eux. En tout cas, elle espérait que Reikan puisse parvenir à les rallier à elle pour les amener à Kiri. Là-bas, au côté de la tigresse, ils auront une meilleure vie et elle ne les trahirait pas pour ses envies personnelles. Sortant un peu du quartier des Yasei pour découvrir un peu plus la cité, elle tombe nez à nez avec un temple religieux. Ses parents et sa petite sœur sont croyants, mais elle, c’est une autre histoire. Cela dit, elle a blâmé les Dieux étant enfant, est-ce qu’elle a le droit de revenir vers eux ? Une erreur de jeunesse, à cause du désespoir, de la tristesse, souffrance et surtout, la colère. Aujourd’hui, elle était un peu plus vieille et comprend mieux les choses qui lui sont arrivés. Entrant dans le bâtiment sacré, elle y marche un peu et aperçoit Aguni, la belle colombe, en train de prier. Ne voulant pas se montrer irrespectueuse, elle ne va pas l’embêter et va prier à ses côtés.

La femme semble avoir terminé sa prière, la blonde la regarde, voyant Aguni la regardait en hochant la tête et lui adressant un sourire. La kunoichi lui adresse un tendre sourire avant de se lever et de la suivre. La Colombe voulait confirmer l’identité de Gine et lui dit qu’elle avait pris plaisir d’échanger avec elle. La blonde lui répond amicalement. « Je suis bien Gine, Dame Aguni. Et ça a été un honneur d’avoir partagé ce moment avec vous. » Finit-elle avec le sourire. Soudain, la Blanchâtre se met à lui parler des Dieux et de leur rôle dans le monde ainsi envers les humains. La blonde l’écoute attentivement, car Aguni parle avec sagesse et cela rendait Gine admirative. Ensuite, elle compare les Dieux aux chefs de clan, disant qu’ils étaient aussi des guides, inspirant à l’autorité, la protection ou encore, la terreur selon leur comportement. Elle prend l’impératrice Shima comme exemple avec ses exécutions en public. Cela dit, Gine ne voit pas ça comme un bon exemple d’un chef bon pour son entourage. Or, elle n’avait pas tort. « Vous êtes une femme sage, Aguni-sama. J’aime votre façon de voir les Dieux ainsi que des chefs de clan, il y a certes, une ressemblance. Cela dit, il y a bien longtemps que moi et les Dieux, on ne s’était plus côtoyé de la sorte. Un regret, petite, je les ai blâmés pour mon malheur dû à mon pouvoir, mais aujourd’hui, j’ai compris que c’était plus une épreuve pour voir ma force d’esprit. Une façon à eux de me guider, qui sait. » Dit-elle avec un léger sourire, lui rappelant que son enfance n'était guère joyeuse et amusante.

Suite à cela, Aguni voulait quel genre de chef serait Reikan, selon Gine qui avait la possibilité de la côtoyer depuis quelque temps déjà. Une drôle de question de la part d’Aguni, cela dit, ça se rapportait bien sûr à ce qu’elle avait dit sur les Dieux et chefs de clan, il y a peu. Une façon de chercher à placer Reikan parmi eux et à la comparer aussi à l’impératrice Shima. La blonde avait pu connaître un peu la brune et elle avait déjà une idée de qui elle pouvait être. La blonde réfléchit un peu à la façon dont elle pourrait la décrire. « Hum… Reikan serait plus du genre à montrer la voie aux autres et à son clan, voulant à tout prix les aider à devenir meilleur avec des conseils et autres. Une sorte de guide, mais aussi à faire respecter l’ordre afin de maintenir un équilibre et une bonne entente au sein de son clan. Elle aime beaucoup les Yasei et veut absolument les protéger de tout danger potentiel. J’ai été touché par son envie d’unir les Yasei en un seul lieu, c’est son rêve et je le respecte. Mais, je ne la vois pas inspirer la terreur envers son clan, mais envers ceux voulant leur faire du mal. Si elle voulait inspirer la terreur, son comportement aurait été tout autre face à Mizuchi. » Dit-elle sortant un peu du temple à force de marcher. Cela dit, elle n’avait pas terminé de parler. « Or, Reikan est humaine comme tout le monde et comme tout être vivant dans ce monde, elle dispose de défauts. Reikan a aussi besoin de guides, de personnes expérimentées et portant de bons conseils afin de l’aider à devenir meilleur et à mieux comprendre son rôle. Je pense que vous et Mizuchi-sama aviez ce pouvoir et ce rôle à jouer à ses côtés pour rendre le clan Yasei harmonieux et magnifique. Un trio important pour les autres Yasei qui pourront respecter et aimer. » Elle regarde Aguni et lui sourit tendrement.

« Vous savez, Reikan-sensei tient beaucoup à vous. Elle a été très triste de voir comment est devenu le quartier Yasei et les raisons pour lesquelles tout à changer depuis la dernière fois où elle y vivait. J’ai eu de la peine aussi, on ne peut pas faire endurer cela à sa propre famille. Vous ne méritez pas une telle chose. » Dit-elle d’un air peiner et s’arrête de marcher. « En tout cas, Dame Aguni, j’ai beaucoup de respect pour vous et vous êtes d’une telle sagesse, c’est admirable, en plus d’être forte. » Elle sourit et lui montre son collier porte-bonheur avec le symbole du clan Yasei et un croc au milieu. « D’ailleurs, un collier porte-bonheur doit être mis en avant pour que ça fonctionne ? Ma mère me l’a donné pour que je puisse parcourir le désert sans que rien m’arrive. Cela dit, je ne suis pas habituée à en porter sur moi. » Finit-elle avec un air un peu gêné, n’ayant pas trop osé en parler avec Reikan et Zeref. En tout cas, Gine aime bien Aguni et si possible, elle pourrait même passer le reste de la journée à ses côtés. La blonde se sent à l’aise à ses côtés.


Résumé:
 



_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Naoko_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8447-suzurane-gine-imperatrice-des-flammes#70874 https://www.ascentofshinobi.com/t8471-destiny-of-fire-empress https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Narrateur
Narrateur

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Mer 29 Avr 2020 - 20:23
L’air satisfait de Mizuchi s’estompa, ses pupilles se dilataient à entendre la réponse de la fille de Ragna. L’espace d’un instant, la suffisance laissait place à un brin de considération à l’égard de son interlocutrice pour qui elle n’avait montré que défiance et préjugé, ce face-à-face était l’occasion de jouer carte sur table et percer à jour cette image que la tigresse souhaitait se donner. Que ne fut sa surprise quand elle découvrit derrière ces mots, une résolution d’une fermeté telle que même la serpentine ne sut que répondre pour ébranler son argumentaire par son cynisme habituel. Cet instant où sa garde se brisa fut trop court pour que cela permette à Reikan d’être dans ses petits papiers, quelques minutes de conversation ne suffiraient pas à effacer des années de malheur et de regret. Et cet éternel sentiment de déréliction.

C’est drôle… on croirait entendre ton père.

Il n’y avait pas de pique derrière comme elle l’avait fait jusque-là en servant de la comparaison avec Ragna, cette fois, c’était simplement pour souligner à quel point la fille suivait les traces de son père.

Il est vrai. Une promesse n’a aucune valeur, elle a vocation à s’endetter auprès d’une personne en échange d’un service immédiat: j’appelle cela de l’opportunisme, voire de la manipulation. Et tu n’es pas tombée dans le piège de me faire une promesse pour entrer en convergence avec ce que je voulais, tu n’es pas naïve au point de raconter des mensonges pour mieux te faire voir auprès des gens.

Trop de fois a-t-elle été trompée, elle ne connaissait que trop bien les mensonges des chefs, qu’il s’agisse de l’Impératrice Shima qui avait menti sur le responsable de la tempête de l’an 40, ou les chefs Yasei qui avaient manqué à leur devoir de protecteurs du clan.

Nous nous retrouverons, petite tigresse. Merci pour cette conversation.


Après avoir retrouvé le voleur de son sac à dos, non seulement découvrit-il qu’il s’agissait d’une gamine, mais aussi qu’elle avait vendu tout le contenu de son sac contre des ryôs. Elle se montrait peu coopérative, et son comportement inconvenant n’avait rien de celui d’une jeune fille de son âge, mais ce n’est qu’au moment où ses pupilles se posèrent sur le stand de peluches que son expression changea du tout au tout. Affichant un sourire innocent, elle demanda à celui qu’elle avait pourtant dépouillé de son bien s’il voulait bien l’aider à se procurer une des peluches hors de prix du comptoir… Ce qui pouvait paraître encore plus insolent de sa part, sachant tout le mal qu’elle lui avait déjà causé, et pourtant.

L’homme-loup se sentit de nouveau l’âme généreuse et demanda à la fille de rester pendant qu’il irait chercher son porte-monnaie qu’il ne portait pas sur lui, il paya donc le prix affiché de la peluche, un prix équivalent à une semaine de nourriture pour une personne. Un geste qui ne manqua pas d’étonner la capricieuse qui ne s’attendait pas à ce que cet étranger lui offre encore quelque chose. Face à la petite, il se résigna à montrer l’exemple, intègre vis-à-vis de ses principes d’agent de la Kenpei.

M-merci monsieur. Je m’appelle Yamanami, mais les gens ici m’appellent Nami.

Elle acquiesça de la tête à plusieurs reprises devant la leçon de morale, serrant contre sa joue la peluche de tigre orange rayé, s’approcha de son bienfaiteur pour lui rendre son sac et s’en aller.

Quant à Gine, elle était à la rencontre de Dame Aguni, la femme colombe qui s’était rendu comme de coutume dans un temple pour y effectuer sa prière. Cette fois-ci elle ne le fit pas seule mais eut la joie de trouver Gine à ses côtés pour partager ce moment spirituel où elles pouvaient prier les dieux pour un avenir meilleur pour leur clan. Après un long silence la séance se termine et elles peuvent alors trouver le chemin de la sortie, elles discutent pendant ce temps de philosophie et d’histoire, des dieux et des chefs de clan en essayant de mieux connaître son interlocutrice, mais également Reikan, fille de Ragna qui était restée si loin de son clan. Même si Aguni était de nature très bienveillante, même à l’égard des plus douteuses des personnes, elle était curieuse d’en savoir davantage sur celle qui dirigerait sans doute l’avenir des Yasei. Telle était sa destinée après tout.

Personnellement, je ne pense pas qu’un chef doit inspirer la terreur, mais que la volonté de faire le bien suffit à convaincre ses pairs de nous suivre. A aucun moment la fin ne doit justifier des moyens aussi terribles que ceux que nous avons connu sous le Premier Cercle, et je doute fortement que Reikan ne soit de ceux qui veulent imposer l’autorité de cette façon, si elle est bien l’héritière de Ragna. Malgré tout, elle reste notre premier espoir et notre seule chance de rédemption.

La blonde lui posa ensuite une question pour le collier qu’elle portait autour du cou sur lequel était gravé le symbole du clan Yasei. Aguni ne put s’empêcher de sourire face à la candeur de la jeune fille.

Tu peux le porter fièrement ou le garder près de ton coeur, le choix t’appartient. L’appartenance au clan Yasei ne se résume pas à un collier. Elle est là, elle a toujours été là, dans ton sang.


Une semaine après que les Kirijins sont arrivés dans le quartier Yasei, les personnes s’étaient rassemblé sur la place, une foule hétéroclite de gens, d’hommes, de femmes et d’enfants, portant des sacs et déjà prêts à partir. Pour beaucoup d’entre eux le choix était fait, tandis que ceux qui n’avaient pas été convaincus avaient préféré rester ici par peur d’un voyage trop dangereux ou d’une méfiance. A la nuée humaine s’était mêlé des chameaux portant des bagages sur leur dos, la caravane était prête à partir après que Aguni et Mizuchi aient chacun terminé de convaincre des membres du clan de les rejoindre dans cette épopée à travers le Désert Aride.

Aujourd’hui, mes frères et soeurs Yasei, nous nous sommes vu offrir une possibilité d’accomplir le rêve de nos anciens, de réunir enfin notre clan pour la première fois de notre histoire. Notre destin est au-delà des mers, suivons-les, et formons un clan plus fort et uni que jamais!

Nous avons perdu des gens, et nous avons souffert. Une autre vie nous attend, je ne sais pas si nous faisons le bon choix, mais je sais que rester ici à se morfondre ne changera rien à notre condition. Nous n’avons rien à perdre à essayer, nous pouvons toujours revenir sur nos pas.

Entre hochements de tête et murmures, le groupe des Yasei de Taiyô était prêt à partir, mais s’ils voulaient unir tout le clan, ils devraient rencontrer celui de Tadao, qui a été promu gouverneur de la Porte du Vent de l’Est, une des villes de passage dans la capitale de Taiyô. Voyant arriver l’équipe de Reikan, les deux lieutenantes s’approchent pour lui faire un topo de la situation:

Bonjour petite tigresse, le clan est prêt à partir. Si tu souhaites leur donner un discours avant le départ, c’est maintenant.

Les provisions sont suffisantes pour tenir tout le trajet, en espérant que nous ne rencontrions pas de bandits en chemin, ou des sables mouvants. Quoique la chaleur et le manque de provisions constitueront un plus grand danger si on ne se montre pas prudent. La Porte du Vent de l’Est se trouve à environ un jour de marche d’ici, c’est là que se trouve Yasei Tadao. Devrais-je aller le prévenir de notre arrivée afin de réclamer une audience? Ce serait un gain de temps pour nous et puis ce serait la meilleure manière de nous introduire.

Autre problème: les Yasei de Taiyô ne savent pas vraiment se battre, il est donc impératif de réfléchir à une formation si nous voulons éviter que notre caravane se fasse facilement attaquer. Aguni et moi savons-nous défendre, mais je ne peux pas en dire autant pour les autres.

Elle regarde avec inquiétude la centaine de personnes, d’hommes, de femmes et d’enfants qui sont maintenant sous votre responsabilité. Les premières instructions données par Reikan, le groupe se dirige aux portes afin de commencer le voyage à travers le pays du Vent.


Envoyer Aguni prévenir Tadao Aguni quitte temporairement le groupe

Ne pas envoyer Aguni prévenir Tadao Aguni reste dans le groupe

Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Ven 1 Mai 2020 - 22:48
Le cœur de Reikan était fort et grand. Assez pour encaisser les remarques les plus douloureuses de la part de ses pairs et mettre de côté sa dévorante fierté pour atteindre son rêve. Alors quelle ne fut donc pas son soulagement, lorsqu'elle s'aperçut que Mizuchi s'ouvrait enfin à elle après cette guerre d'esprits d'un jour? Pas un mot n'osa sortir de sa bouche dans ces bains chauds, seul un sourire d'apaisement eut l'audace de naître sur ses lèvres charnues pour ainsi rendre ses profonds remerciements à la serpentine. Le retour à cette discrète et modeste auberge fut calme, puisqu'elle rejoignit les autres pour trouver un repos qui était bien mérité. Les jours défilèrent à grande vitesse, témoignant de l'importance d'un temps qui était compté aux missionnaires de la Cité Brumeuse pour convaincre sur tous les fronts du quartier des Yasei de la Capitale du Vent. Ce ne fut qu'à l'un des derniers jours avant ce départ en éventuelle compagnie que la changeforme se permit de faire le point sur la situation avec ses coéquipiers, assise sur un des lits de leur chambre.

« J'ai eu l'occasion de mener une discussion avec Mizuchi, depuis. J'espère que cela sera suffisant pour la rallier. Quoi qu'il en soit, ce jour marquera une autre traversée sur le chemin des dunes. J'ai pris soin de nous acheter des vivres personnelles et de les mettre dans vos sacs, pour éviter à l'un d'entre nous de devenir un quelconque fardeau. Zeref, Gine... s'ils décident de suivre nos pas, des vieillards et des enfants seront à notre charge. Nous risquons d'être la seule lumière d'espoir pour eux dans les ténèbres de ce chaud pays, alors reposez-vous bien pour mieux garder la tête haute, lors de cet exode. Parce qu'ils auront tous besoin de nous. »

***

Le jour tant attendu avait sonné et avec lui, le glas des complications. Mais les problèmes pratiques de ce voyage qui s'annonçaient à l'horizon n'arrivèrent pas à chasser le sentiment de triomphe qui grondait dans le carcan de chair de Yasei Reikan. À l'approche de cette centaine de métamorphes avec ses deux coéquipiers du Pays de l'Eau, la Fille du Vent s'efforça de rester de marbre, faisant ainsi en sorte que sa joie ne reste qu'intérieure. Parce qu'au-delà des murs de la Cité des dunes, bien des dangers pouvaient guetter les siens, d'autant plus que leurs cœurs n'étaient pas vierges de toute crainte. Ils en étaient même gorgés. D'un hochement de tête, la Tigresse blanche salua les deux figures féminines de son clan avant d'écouter leurs précieuses recommandations, pour l'aider à établir le cheminement qu'elle envisageait dans la mer de grains. Les bandits territoriaux et les sables mouvants incarnaient des ennuis assez conséquents qu'il leur fallait éviter à tout prix, s'ils ne voulaient pas perdre le moindre métamorphe de plus. Mais un mal rongeait son esprit plus que tous ces tracas.[invisible_edit]

La menace de Yasei Tadao.

Ainsi la Yasei aux éphélides plissa les paupières, s'offrant même le luxe de prendre un instant pour éclaircir l'amas d'idées qui germait dans son esprit.

« Merci pour vos conseils et ce point sur la formation Aguni, Mizuchi. Nous serons là pour pallier aux failles lors de la traversée. Zeref lui, sera le mieux à même de veiller sur nos arrières. Gine et Aguni, vous vous occuperez du flanc gauche et Mizuchi du droit. Quant à moi, je me chargerai de prendre la tête du convoi. Cela me permettra non seulement de le guider à travers le Désert, mais aussi d'être la première avertie de l'apparition de Tadao à la Porte du Vent de l'Est. Cela me fait penser qu'il serait préférable pour nous tous que vous restiez à nos côtés, Aguni. Je ne souhaite pas vous voir vous éloigner, encore moins si c'est pour aller prévenir Tadao, dont je ne connais rien des intentions actuelles à l'égard du clan. Il attendra de nous rencontrer en personne, s'il le faut. »

Ses yeux céruléens s'élevèrent et sautèrent de visage en visage, parcourant la marre humaine qui s'apprêtait à se détourner de ses arides racines au profit d'un avenir meilleur, en suivant ses pas sur la couverture de sable. Enfants, parents, ancêtres, frères, sœurs, cousins, cette balade visuelle parmi eux lui permit de mesurer sa chance et de contempler à quel point sa famille de chair pouvait lui accorder une confiance presque aveugle. Toute son existence, Reikan s'était préparée à remplir cette tâche. Toute sa vie, elle avait aiguisé ses plus grosses armes dans ce seul but de combattre ceux qui ne souhaitaient qu'une chose ; piétiner son clan.

Et ce moment était arrivé.

« Je ne vous connais pas tous personnellement. Pas encore. Toutefois, maintenant que je me tiens devant ceux de mon sang, je regrette de ne pas être venue plus tôt et suis impatiente de vous montrer à quel point le clan Yasei n'a pas sombré dans le néant des mémoires perdues. Je ne peux pas réparer le passé, ce qui est fait restera malheureusement gravé. Mais je suis bel et bien décidée à façonner ce futur qui sera le nôtre. Vous avez pris la décision d'abandonner une terre de sable et de poussière pour rejoindre un Archipel d'abondances, où la sûreté est aujourd'hui maîtresse. Et je vous y conduirai tous, Tadao ou pas. Restez au cœur de notre formation et faites en sorte de garder les plus vulnérables en son milieu, afin de nous faciliter la tâche. Pour ce qui du reste... »

Notre chère Reikan garda sa colonne aussi anoblie que possible, avant de pivoter sur ses talons et se détourner de l'assemblée de changeurs de peau. Cette femme, aussi élégante et frêle pouvait-elle paraître, renfermait pourtant en elle une force bestiale insoupçonnable et un sens de la justice à en faire trembler les esprits les plus vils. Sur ses épaules couvertes de gueules de lions dorés, la jolie brune portait le poids de bien des destins. Mais la Fille du Vent était plus digne que quiconque en ce monde de les supporter et les emmener jusqu'aux sommets. En offrant la vue de son dos à ses consœurs et confrères, elle révéla aux yeux de tous le symbole du Tigre blanc qui trônait en roi derrière son léger et sombre haori, tandis que sa longue chevelure de jais courrait sur le côté sous le joug du vent.

« ...vous pouvez compter sur nous. »

Il était dorénavant temps pour les Yasei de Taiyō de quitter la misère de ce pays, sous l'impulsion de la Fille du Lion de l'Atlas.

décision de reikan:
 

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Lun 11 Mai 2020 - 1:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Yasei Zeref
Yasei Zeref

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Dim 3 Mai 2020 - 20:33
Mon voyage à Kaze semble mal partir. Voir le quartier des Yasei dans un état aussi pitoyable me déplaît, et jusqu’ici ma seule contribution à la mission a été de me faire dépouiller, puis d’avoir acheté une peluche hors de prix à une enfant désœuvrée. Je ne regrette pas, néanmoins, d’avoir pu égayer sa journée un tant soit peu, car si globalement, je ne suis pas de ceux qui s’inquiètent de l’état des autres, il en est autrement pour les personnes qui me font penser à des gens que j’aime. Pour le cas de Yamanami, elle a réussi à toucher la corde sensible du fait de son âge proche de celui de Saeko. Perdre tout cet argent dérangerait la plupart des êtres humains, mais pour ma part, cette somme ne me mettra pas à la rue, même s’il s’agit de tout ce que j’ai pu économiser avant mon départ. Je ne suis pas riche, ni pauvre, et si le bonheur d’une enfant passe par ce maigre sacrifice, c’est un acte que je referai sans hésiter.

Suite à cela, mes journées n’ont pas été très chargées, mis à part ma rencontre avec Fuu, dont j’ai découvert un aspect que je soupçonnais, mais qui a ainsi pu être confirmé. Peu de temps avant le verdict, Reikan s’est adressée à Gine et moi, pour nous faire part de son ressenti et de ses conclusions, tout en démontrant qu’elle a préparé le chemin du retour. Cela m’arrange, étant donné mes pertes pécuniaires dues à la petite Yasei. Je ne fais que hocher la tête, me disant que le voyage serait l’occasion de m’illustrer, pour ne pas rester un éternel figurant dans cette mission. Il était net avant le départ que Reikan serait celle qui ferait pencher la balance ou non, entre notre faveur, mais j’espérais sincèrement pouvoir apporter ma contribution. Le temps passe donc jusqu’au jour du rendez-vous donné par Aguni et Mizuchi, une semaine plus tôt. Ce que nous voyons est étonnant, l’ensemble des habitants ont l’air bien décidés à nous donner une chance.

Mizuchi glisse quelques mots à la brune, pour que celle-ci puisse s’exprimer au groupe entier, montrant une fois encore que Gine et moi ne sommes que des figurants, avant de mentionner de nouveau Tadao. Certes, le convaincre de nous suivre pour que la réunification du clan soit totale est une idée logique, mais en sommes-nous capable ? Son attitude passée a été horrible, et la façon dont on nous l’a décrit ne donne pas envie de le rallier à nous. Mais je laisse de toute façon la cheffe prendre les décisions, n’étant pas vraiment à même de dire quoi que ce soit qui soit écouté. La stratégie de Reikan consiste à me placer à l’arrière. Cette position me convient, de cette façon je pourrai voir les faits et gestes de toutes les personnes présentes, mais également surveiller les environs avec mes capacités sensorielles. Je laisserai donc à la brune la sécurité à l’avant, et Gine pourra sécuriser le cœur du convoi avec les deux cheffes de la troupe de Yasei.

Le discours de la meneuse est stimulant, et je pense que les civils métamorphes en présence y verront un message d’espoir. Quoi qu’il en soit, je prends place à l’endroit que l’on m’a désigné, sans rien y redire, et j’attends le départ pour activer l’une de mes techniques sensorielles préférées, visant à sentir les odeurs inhabituelles dans une zone plutôt imposante, de sorte à éviter une arrivée impromptue de mon côté du convoi. La chaleur est désagréable, comme à l’aller, mais j’arrive encore à tenir, en couvrant mon corps de tissus légers pour éviter de brûler littéralement.




_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Suzurane Gine
Suzurane Gine

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Lun 4 Mai 2020 - 15:43
Départ de Taiyo

De retour à l’auberge, après avoir passé une partie de la journée en compagnie d'Aguni, la magnifique Colombe. C’est vraiment une femme pleine de sagesse et de bonté, Gine a tout de suite accroché à sa personnalité si bonne. Cependant, la fin de la conversation la rendu un peu perplexe, perdue. La blonde lui avait parlé de son collier porte-bonheur que sa mère lui avait donné et sa réponse a été une sacrée surprise. Ses parents lui auraient menti sur leur origine ? Elle avait une part de Yasei qui coule dans son sang, dans ses cellules ou autres ? Là-dessus, la Suzurane est perdue et désorientée. Que faire ? Que penser ? Évidemment, elle n’oublie pas son échange lié à Reikan, c’était une discussion intéressante et à réfléchir pour l’avenir à propos d’un chef de clan. En tout cas, de retour à l’auberge, assise sur son lit, porte qu’un mini-short et un simple maillot, elle semblait calme. Ce n’était pas dans ses habitudes, mais pour ce soir, elle ne savait pas quoi penser. En parlant avec Reikan et Zeref ? Ils sont aussi des Yasei, mais il ne fallait pas les détourner de la mission. Pour l’instant, Gine n’est sûre de rien. Peut-être était-ce une coïncidence ? Aguni se trompait peut-être enfin pas vraiment, la Colombe semble s’y connaître pour reconnaître l’un des siens via un objet ou autres. Reikan, la chef d’équipe prend la parole, parlant de provisions et compagnies. En plus de cela, elle avait eu l’occasion de discuter avec Mizuchi. Or, la blonde n’écoute qu’à moitié, un peu perturber par certains doutes, révélations et autres. La nuit et les jours qui suivent l’aideront à mieux réfléchir.

Quelques jours plus tard, tout s’est déroulé assez vite et Gine avait pu obtenir des réponses sur ses origines et bien d’autres choses. La blonde fait partie du clan Yasei, mais difficile de savoir quel animal, elle peut prendre l’apparence. Sa tante, Yasei Kasha est une panthère tandis que sa cousine, Sanae est une guépard. En tout cas, la kunoichi est super-contente de rencontrer de la famille et elle a appris à les connaître un peu mieux. Cela dit, elle espère les côtoyer encore plus longtemps quand elles seront à Mizu no Kuni et plus précisément, à Kirigakure. La veille, Gine a dormi chez sa tante, car se balader la nuit dans le quartier n’était pas sûre. Le lendemain matin, Sanae et Kasha préparaient leur affaire pour voyager avec les Kirijins. Pendant ce temps-là, la jeune Génin était partie à l’auberge, chercher son sac et partir là-bas avec ses coéquipiers. Elle ne leur avait rien dit, pour l’instant, par rapport à sa famille. L’excuse ? Une Yasei lui avait offert le toit pour qu’elle ne se mette pas en danger, en se promenant la nuit dans le quartier. De retour sur cette fameuse place, Gine se met à un peu à l’écart, regardant autour d’elle pour vérifier que tout va bien. Pendant ce temps-là, il y avait beaucoup de personnes surtout du clan Yasei. Aguni et Mizuchi étaient présentes, ce qui n’était pas une surprise en soi. Les deux femmes tentent de convaincre les autres à les suivre jusqu’à Mizu. Apparemment, Rei avait réussi à convaincre la Hebi à la suivre jusqu’à Kiri. Les voilà venus vers eux, selon elles, le clan était prêt aux voyages. Au loin, elle voit sa tante et sa cousine en train de discuter entre elles, sans doute sur les provisions et autres.

Gine écoute la discussion entre Reikan, Aguni et Mizuchi. Elle ne semble pas à l’aise et de trop, du coup, voit Zeref se rendre à sa place dans la formation prévue pour le déplacement. Tout semblait prêt chez eux, mais le souci, c’est qu’il n’y a pas de combattant dans les rangs des Yasei de Taiyô, hormis Kasha qui savait se battre selon elle. Reikan prend la parole et informe de sa formation à Aguni et Mizuchi pour sécuriser au mieux, le convoi. La blonde écoute attentivement et la cheffe d’équipe n’hésite pas à demander à Agu de ne pas se rendre là-bas, ne sachant pas quelles seront les intentions de l’homme. Gine hoche la tête. « En effet, il n’a pas hésité à vous humilier et vous rabaissez sans hésitation. J’ai peur qu’il prenne mal votre choix et s’en prenne à Aguni sans qu’on ne puisse rien faire pour la protéger à cause de la distance. Et je ne veux pas qu’il arrive malheur à Aguni-san. » Dit-elle en regardant la Colombe. Gine l’aime bien et ne veut pas la perdre. « Je vais rejoindre la formation. » Dit-elle avant de se rendre à sa place, c’est-à-dire, au cœur du convoi. Là-bas, elle retrouve Kasha et Sanae, sa cousine lui saute dans les bras, contente de la revoir. Ensuite, Reikan prend la parole, après tout, il faut les motiver, elle qui souhaite devenir le chef du clan Yasei. Son discours est inspirant et motivant, elle ferait une bonne cheffe de clan, il n’y a aucun doute là-dessus. Gine croit en elle et apparemment, ça avait plu à sa tante et cousine.

« La fille de Ragna est douée pour les discours, comme son père enfin si je m’en souviens bien. » Dit Kasha pendant que tout le monde se regroupe correctement. « Je ne sais pas, sans doute, qui sait. » Répond Gine en voyant des enfants, anciens se regrouper autour d’elle. L’un des anciens se rapproche d’elles. « Kasha-san, est-ce que cette jeune fille sera capable de nous protéger ? Et étrangement, elle ressemble à votre sœur cadette, Sakura. » Dit-elle avant que la femme lui réponde avec le sourire. « Elle sera nous protéger, Reikan-san a dû la choisir pour cette mission et ce n’est sans pas pour rien. Et…c’est ma nièce, elle est la fille de Sakura. » Dit-elle tandis que Sanae semble un peu stressé par ce voyage tandis que les adultes discutent entre eux. « Ça va aller, Sanae-chan. Si tu as besoin de parler ou autre, je suis là. » Dit la Kirijin en câlinant sa cousine avant de la lâcher et de se retourner vers les enfants et ceux présent autour d’elle. « Je ne me suis pas présentée en due et bonne uniforme. » Gine recule un peu et se met à faire sa danse habituelle (style Jiraya) devant eux. « Vous avez devant vous, une future puissante Shinobi dont la renommée s'étendra sur toutes les terres connues, des plaines glacées de l’Hyperboréen, aux déserts arides du sud, du lointain levant à l'Occident où se meurt le soleil... La femme à la toison dorée, future impératrice des flammes ! La Benzaiten dont la splendeur stupéfie le commun des mortels ! La noble et sauvage Gine !!! YEAH ! » Finit-elle avec un grand sourire. Les enfants applaudissent en rigolant tandis que d’autres semblent un peu perturbé, mais la trouve peut-être amusante. Sanae ricane. « Ouha ! Va falloir que tu m’apprennes ça ! » Dit-elle tandis que Kasha soupire. « Je ne m’attendais pas à cela, elle a de l’énergie à revendre, cette petite. » Dit-elle en tapotant la tête de sa nièce et maintenant, il ne manquait plus que l’annonce du départ des chefs de fil.

Spoiler:
 



_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Naoko_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8447-suzurane-gine-imperatrice-des-flammes#70874 https://www.ascentofshinobi.com/t8471-destiny-of-fire-empress https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Narrateur
Narrateur

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Jeu 7 Mai 2020 - 21:52
Le voyage à peine commencé, il fallut faire un choix sur l’approche qu’ils allaient avoir à l’égard de la prochaine rencontre avec Yasei Tadao, l’actuel chef du clan des Yasei. Malgré la proposition d’Aguni consistant à le prévenir de leur arrivée afin de mieux le préparer à un entretien apaisé, elle espérait échanger avec lui en amont, connaissant son humeur et son entêtement à n’entendre que ses propres arguments, elle aurait pu avoir l’occasion de le convaincre et faciliter le dialogue avec Reikan. Cette dernière en décida autrement, probablement par peur qu’elle ne soit mise en danger face à un homme qui n’a pas hésité à les abandonner et les condamner pour leur traîtrise…

Quelle serait sa réaction s’il venait à découvrir que la femme colombe cherchait maintenant à l’évincer de son rôle de chef? Des mots auraient-ils suffi à lui faire changer d’avis et accepter que son peuple ne quitte le Désert pour rejoindre Kiri? Ne serait-ce pas prouver davantage sa certitude qu’il avait affaire avec des traîtres et que son courroux vis-à-vis des Yasei de Taiyô était justifié? Un voile d’appréhension descendit sur son regard, bien qu’elle fut touchée par l’inquiétude de la fille de Ragna et de Gine à son égard. Peut-être aussi l’impression qu’on ne lui fasse pas suffisamment confiance pour mener à bien une approche diplomatique.

Je comprends, Reikan, Gine. Etant donné l’historique que nous avons déjà avec Tadao, qui sait comment il réagirait en apprenant que je me suis rallié à un autre chef. Cela confirmerait son opinion sur nous comme étant des traîtres à la nation. Même si je suis celle qui serait la plus à même de lui faire entendre raison, j’ai bien peur qu’il ne soit plus l’homme qu’il était avant qu’il ne goûte au sang du Premier Cercle. Son esprit révolutionnaire et son sens de la justice sont corrompus.

Elle suivit donc la direction du cortège en se positionnant à la place désignée par Reikan, aux côtés de Gine qui s’amusait avec les enfants, ce qui suffit à tirer un sourire bienveillant sur le visage de la femme colombe. Voilà longtemps qu’elle n’avait pas vu les enfants aussi excités.


Plus tard dans la journée…


Le caravane de chameaux avançait d’un pas sûr à travers les dunes du désert de Kaze sans qu’aucun obstacle ne vienne interrompre leur traversée, il vous arrivait de vous arrêter pour prendre une pause pour laisser les personnes plus âgées se reposer avant que l’effort ne devienne trop pesant, laissant l’opportunité aux enfants de faire des tonneaux depuis le haut des dunes ou jouer au chat perché. Le moral est encore au beau fixe, personne ne semble se plaindre et profite de cette sortie de Taiyô pour profiter des grands espaces sablonneux qui vous séparent de la prochaine étape: la Porte du Vent de l’Est où vous attend Yasei Tadao.

Etant donné qu’il s’agit d’un trajet couramment emprunté entre la capitale et la ville de passage, Mizuchi vous rassure sur le fait qu’il ne devrait pas y avoir de brigand dans les parages, ceux-ci agissent généralement loin des villes pour avoir de meilleures chances d’isoler leurs prises, bien qu’elles soient plus dispersées et moins facile à trouver. Elle fait aussi part de ce qu’elle sait vis-à-vis des guerriers Yasei qui ont choisi de suivre Tadao, en insistant sur le fait qu’ils respectent seulement la force du chef et seront bien moins enclins à se faire persuader par de beaux discours, aussi justes soient les arguments.

Ils considèrent que la façon de faire de Ragna est dépassée, la plupart adhèrent à une doctrine radicale selon laquelle le clan Yasei devrait être purgé des espèces les plus faibles afin de continuer à évoluer. Le reste de ses fidèles sont surtout des brutes sans cervelle qui ne pensent qu’à se battre et qui l’ont aidé à renverser le Premier Cercle. Ce sera dur de les rallier à notre cause autrement que par un duel qui prouvera que tu es supérieure à leur chef actuel. Je pense que c’est cela ce que Aguni souhaitait éviter, alors qu’au fond elle sait bien qu’un combat est inévitable.

L’esprit terre-à-terre de la serpentine refaisait surface, elle ne se faisait pas d’illusion sur les probabilités que la dispute pour la légitimité du titre de chef de clan ne se fasse autrement qu’en faisant couler le sang. Et puis pourquoi suivraient-ils une “étrangère” ayant prêté allégeance à Kiri, un des villages cachés dont les ressortissants de Kaze se méfient tant? Plus on y réfléchit, et plus l’optique de rassembler le clan sous une même bannière paraît impossible.

Ce n’est qu’une fois qu’on aura passé la Porte du Vent de l’Est qu’il faudra faire attention. En attendant, le réel danger qui nous attend se trouve aux portes de la ville. Regardez.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yasei Tadao
Yasei Tadao

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Ven 8 Mai 2020 - 0:24
Tandis que votre groupe continue d’avancer en ligne droite, il est possible d’apercevoir au loin les remparts de la ville appelée la “Porte du Vent de l’Est”, l’une des deux villes de passage pour accéder à la capitale de Kaze. Dans votre cas, il ne s’agira que d’une étape, au mieux un lointain souvenir une fois que vous aurez terminé ce que vous avez à faire là. Du haut du rempart se trouvent des sentinelles dont l’un quitte immédiatement son poste pour entrer à l’intérieur de la cité de sable, sûrement dans le but d’informer le gouverneur de l’approche d’une caravane au nombre exceptionnel d’une centaine de personnes. Malheureusement pour vous, impossible de stopper votre marche puisque vos provisions sont à peine suffisantes pour toutes les bouches à nourrir et qu’attendre la nuit tombée viendrait à ne pas avoir les ressources suffisantes pour continuer, et donc vous obliger à faire des sacrifices pouvant profondément affecter le moral des troupes.

La caravane approche finalement de la cité, mais inutile pour vous d’y entrer puisque les grandes portes aux lourds rivets de métal s’ouvrent d’elles-mêmes, dans un grincement métallique laissant deviner leur poids titanesque. L’inquiétude commence à s’installer parmi les vôtres, tandis que tous les yeux sont rivés sur l’ouverture des portes, Aguni arrive au niveau de Reikan en tête du cortège pour lui demander la permission de mener le début de l’échange et de lui faire confiance. Pendant ce temps, Mizuchi fait signe à Zeref et Gine de s’approcher vers le début de la file afin d’avoir une meilleure vue sur ce qui est en train de se passer, car il est fort probable que la suite requiert toute leur attention.

Un homme à dos de cheval blanc et portant une cotte de mailles dorées et une longue cape ébène hérités de son nouveau poste de prestige, le teint basané et le regard perçant, il porte comme l’ensemble de ses soldats une khépesh à la ceinture. Il est aussitôt suivi d’un groupe hétéroclite de soldats à forme humaine, tandis que d’autres sont déjà sous forme animale humanoïde, armés jusqu’aux dents. Dans votre groupe, certains se mettent à trembler et à penser que c’était une mauvaise idée d’aller à la rencontre de Tadao qui ne nourrissait pour eux rien d’autre que du mépris. Quant aux enfants, certains continuent de jouer et rigoler sans comprendre toute l’ampleur de la situation, pendant que leurs parents tâchent de les garder près d’eux pour éviter qu’ils ne s’éloignent.

Face à vous, une rangée d’une cinquantaine de soldats (spadassins, archers…), et à leur tête, Yasei Tadao qui vous jauge d’un regard mauvais en essayant de comprendre ce que peut signifier un tel mouvement de foule depuis la ville de Taiyô, d’autant que l’homme-faucon qui guettait depuis les remparts aurait identifié certains individus du clan Yasei, à commencer par Aguni et Mizuchi. Selon son rapport, la femme à la tête de la caravane portait une dague de cristal prouvant qu’elle était de la lignée de l’ancien chef de clan, Yasei Ragna.

Non contents de purger votre peine dans l’ombre de votre quartier pour avoir failli à votre nation, failli aux vôtres, voilà que vous fuyez le pays pour en rejoindre un autre? Dites-moi pourquoi je ne devrais pas tous vous abattre sur-le-champ?

Tu te trompes. Nous quittons le pays car plus rien ne nous retient ici, nous n’avons pas cessé de subir la condition que tu as toi-même infligé aux tiens, selon ta soi-disante idée de la justice, tu as failli à ton rôle de chef de clan, et notre nouvelle représentante ici présente vient pour en réclamer la légitimité. Elle invitera tous ceux qui aspirent à rejoindre la famille des métamorphes, à accomplir cet idéal que nous nourrissons tous au fond de nous, que le clan soit enfin uni sous une même bannière.

Les paroles de la femme colombe semblent faire écho chez certains soldats dans les rangs de Tadao, se traduisant par des échanges de regard ou du moins, une brèche éphémère qui peut se lire sur leur visage jusque-là impassible.

Il s’agit là d’une utopie, comme toujours tu vénères des chimères, de la même façon que tu vénérais ton Dieu du désert. Cela fait longtemps que la philosophie de Ragna ne s’applique plus à la réalité, nous sommes dans un monde où il faut se battre pour défendre ses idéaux, être prêt à faire des sacrifices pour garantir la survie du clan. Or, tu ne peux pas assurer l’avenir d’un clan où des faibles et des lâches t’empêchent toujours d’avancer. La rébellion m’a ouvert les yeux, que ce soit sur les traîtres du clan Yasei, mais aussi sur le fait qu’il faut savoir abandonner certains pour en sauver d’autres.

Son regard se porta enfin sur Reikan, Zeref et Gine, pour finalement s’adresser à la brune aux yeux myosotis portant autour de son cou la dague de cristal. La signification derrière l’artefact n’échappait pas au gouverneur, qui ne voyait en elle qu’un usurpateur. Il descendit de son cheval et marcha à travers “l’arène” de sable qui séparait ses troupes de la caravane des Yasei de Taiyo.

Ton champion se trouve-t-il parmi ces deux personnes? Ou viendras-tu toi-même prouver ta légitimité? Il n’y a pas de honte à avoir peur...

Des rires s’élevèrent parmi les troupes de Tadao qui se moquait de la prétendante. Il faisait évidemment référence aux deux Kirijins à ses côtés qu’il ne connaissait pas non plus et qui allaient peut-être représenter la féline.

Faisons monter les enchères, il serait injuste que mes officiers n'en profitent pas pour participer eux aussi.

D'un côté, un homme-éléphant en armure lourde avoisinant les trois mètres, dont la carrure laisse à penser que le moindre coup pourrait s'avérer fatal... Il ne porte pas d'armes sur lui.

De l'autre, un homme-faucon sans armure, il manie une lance et ses ailes majestueuses feront certainement de lui un adversaire aussi agile que redoutable.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Ven 8 Mai 2020 - 16:55
Ce qui se profilait à l'horizon de la Porte du Vent de l'Est n'était pas quelque chose qui pouvait être réglé par la parole diplomatique, comme une simple divergence d'opinions ou un pauvre désaccord d'idées. Fidèle à la bestialité s'écoulant dans leurs veines, les métamorphes avaient toujours fait en sorte de suivre les pas des plus puissants, malgré les vices qui avaient pu s'emparer d'eux par le passé. Yasei Reikan ne savait que trop bien ce détail. Elle, qui avait été élevée sous les coups de son paternel pour mieux affronter l'avenir qui l'attendait, n'avait été que plus imprégnée encore avec le temps par cette pensée ensorcelante de progresser et de repousser les limites de son carcan de chair et de son esprit. Pendant que tant d'autres avaient cette fâcheuse tendance à se reposer sur leurs acquis, la féline ne s'était jamais autorisée une quelconque entorse à ce quotidien obnubilant, presque destructeur pour n'importe quel être humain. La Tigresse blanche avait vu le jour dans le but de remplir les espoirs de ses proches et de son clan, passant son existence entière à se forger pour ce seul jour. Voilà pourquoi l'annonce de Mizuchi, si de bon conseil, s'avéra incapable de faire ne serait-ce que trembler son âme.

Ce fut ainsi soutenue par la sage Aguni que l'enfant des Bêtes se présenta à la tête de la marée humaine arrêtée, devant ces gigantesques portes. Si leur ouverture se révélait déjà surprenante, ce qu'elles déployèrent à la lumière du jour n'allait pas manquer d'impressionner davantage les Yasei de Taiyō. Devant, Reikan adressa un dernier regard au paysage jonché de dunes qui n'attendaient que d'être traversées, avant de porter son attention sur l'armée de soldats et leur tête pensante. Visiblement, Tadao n'avait pas tardé à montrer le bout de son nez pour faire savoir son opposition à cette traversée. De chœur avec les pires de ses actes vis-à-vis de sa propre famille, il ne se priva pas de démarrer les hostilités au travers des mots, écartant alors toute douceur dans son discours bordé de haine et de rancœur. Il s'offrit même le luxe d'assumer aux yeux du monde cette pitoyable vision du clan parfait qu'il avait essayé d'atteindre par de vils moyens. Une idéologie insupportable à entendre pour la Fille du Vent, en qui le sang peinait à ne pas bouillir de rage. La provocation de son vis-à-vis eut vite fait d'atteindre son paroxysme, jusqu'à la proposition d'une lutte commune et singulière à la fois.

Celle d'un duel.

Les efforts de la colombe pour apaiser les ardeurs d'entrée de jeu furent vains, piétinés et réduits à néant par un seul homme plus bête et aveuglé encore que les ignominies portées par ce monde. Descendu de son destrier, il s'avança afin de clore son insolente provocation à seulement quelques pas de Reikan, accompagné de ses fervents adeptes qu'il se fit un plaisir d'impliquer à cette bataille pour la direction du clan Yasei, bien décidé à s'en prendre à ceux qui n'avaient pas déjà faiblement courbé l'échine devant son autorité. Or, il n'était pas le seul à vouloir en découdre une bonne fois pour toutes. Si le rire de ses odieux larbins et ses propos révoltants arrivaient peut-être à insuffler la peur dans le cœur des métamorphes s'opposant à son emprise, ce ne fut pas le cas de l'Héroïne de l'Eau. D'aucuns frémissaient déjà de crainte au dos de la combattante, par peur de rejoindre le royaume des morts de la main de Tadao.

Mais Reikan, elle, demeura silencieuse et garda le dos anobli malgré le poids de ses épaulières.

Ses pupilles d'éther analysèrent sans gêne la carrure et la posture des changeformes de la troupe prêts à soutenir le diffamateur, alors que les tactiques germaient dans son psyché. Bien consciente de la situation, la féline prit la décision de ne pas accorder le moindre regard à ses coéquipiers qui, elle le savait, étaient aussi prêts qu'elle à se battre pour sauver les familles de changeurs de peau de cet enfer de grains. En ce sens, la Yasei au teint hâlé éleva sa sénestre sur le côté pour faire signe à Aguni et Mizuchi de faire grandement reculer la horde à protéger. Elle fit un pas en avant et invita ses soutiens à faire de même, sans détacher son regard du Gouverneur de la Porte du Vent de l'Est. Si Zeref était d'ores et déjà sur le chemin de ce qui semblait être un métamorphe Éléphant, Gine se retrouva devant le Faucon, formation qu'elle estimait être la plus adéquate. Quant à la Fille du Lion de l'Atlas, elle se positionna d'elle-même en face de Tadao pour répondre à son appel en toute dignité. S'il s'agissait de combats singuliers pour certains, à ses yeux, cela était plus une rixe entre triades. Parce que même si la jolie brune s'apprêtait à affronter Tadao, qui était probablement le plus fort de leurs ennemis, elle n'avait pas exclu cette idée d'apporter éventuellement son aide à ses confrères de la Brume, en cas de danger exponentiel face à leurs adversaires respectifs.[invisible_edit]

Ses boucles d'oreilles cliquetèrent au son du vent des terres arides, alors que sa dextre se levait en poing devant elle pour pointer le Gouverneur et lui témoigner sa ferveur. Entre temps, l'épiderme de plusieurs parties de son corps vint à se couvrir d'un pelage de noir et de blanc, tandis que les traits de son sublime visage se faisaient un peu plus bestiaux sans pour autant perdre de leur humanité, malgré l'annonce de sa métamorphe partielle. Seul le froncement de ses sourcils eut pour effet de transgresser la sérénité habituelle de son minois, traduisant sans l'ombre d'un doute la hargne qui l'animait en cet instant précis. Dans ses yeux prédateurs régnait une lueur d'impatience, comme si elle était petit à petit grignotée par cette irrésistible envie de lui montrer de quoi Yasei Reikan était capable. Ses artères martelées par l'adrénaline s'y propageant, la Tigresse blanche était fin prête pour mettre un terme à la tyrannie insensée qu'essayait de maintenir Tadao face à elle.

Le calme avant la tempête de la Fille du Vent était désormais révolu.

« La seule et unique chose dont j'ai honte devant toi est le fait que nous soyons du même sang, Tadao. Tu dénigres les plus faibles de notre clan et t'estimes incapable de pouvoir les protéger. Alors laisse-moi te montrer à quel point... tu l'es. »

résumé:
 

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Sam 9 Mai 2020 - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Yasei Zeref
Yasei Zeref

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Sam 9 Mai 2020 - 13:55
La traversée du désert se fait sans embûches, et mis à part la chaleur insoutenable, je ne remarque rien d’anormal, avec ma technique de détection. Le groupe a ses hauts et ses bas, sur le chemin jusqu’à la porte du vent de l’Est, mais aucune perte n’est à déplorer, ce qui convient à tout le monde, moi y compris. En m’assurant que toutes les personnes à l’arrière du convoi vont bien, je surveille ce qui peut mal tourner, jouant mon rôle du mieux que je peux. Si j’ignore encore comment être utile à cette mission, je veux au moins être sûr de ne pas décevoir Reikan, en laissant passer un intrus par exemple, qui pourrait mettre en péril le groupe. Je suis partagé entre la déception et la joie, lorsque nous parvenons finalement à notre premier arrêt, là où l’on devrait rencontrer Tadao. La déception, parce que je n’ai pas pu faire mes preuves comme je l’aurais souhaité, et la joie parce qu’aucun Yasei n’a encore été mis en danger. Mais les choses sérieuses semblent tendre à arriver.

Lorsque les portes de la ville sont en vue, je rejoins Reikan, Gine, Aguni et Mizuchi à l’avant, pour écouter les propos de celle qui en sait long, du clan. Elle précise que le réel danger sera après la ville, chose que j’aurais aimé savoir avant de gâcher du chakra à tenter de découvrir un ennemi inexistant. Néanmoins, une présence m’interpelle, et Mizuchi l’a remarqué aussi. Le voici donc, le fameux guerrier qui a forcé une partie de son clan à vivre dans une situation pitoyable pour le simple fait de n’avoir pas voulu se battre pour une cause en laquelle ils ne croyaient pas. Ma mâchoire se crispe, lorsqu’il nous approche, mais je ne prononce aucun mot pour autant. Ses propos me révoltent, et je l’aurais probablement attaqué directement, si mon instinct ne m’avait pas crié de me retenir. Le géant à côté de lui est plutôt impressionnant, et son autre acolyte ne doit pas être en reste, alors je préfère attendre patiemment les ordres de Reikan. Hors de question de faire un faux pas pouvant mettre à mal notre mission.

La brune nous demande d’avancer, tout en faisant reculer la troupe de Yasei. Il est évident que nous ne leur demanderons pas de se battre. Cela n’a aucune logique d’imposer le combat à un groupe qui l’a refusé par le passé, et nous avons probablement plus d’expérience qu’eux, du fait de leur pacifisme avéré. Je fais face au plus grand des trois. Tadao sera forcément l’adversaire de Reikan, il ne peut en être autrement, pour diverses raisons que Gine et moi comprenons indéniablement. Pour ma part, je me suis dirigé instinctivement vers celui-ci, estimant qu’il pourrait être plus dangereux que son comparse. Vouloir protéger la Suzurane pourrait bien me coûter la vie, mais est-ce une si mauvaise mort que celle qui arrive pour protéger les siens ? J’en doute. Si je dois périr pour cette mission, ce sera en homme, et après avoir tout donné pour mon clan et mon village. En attendant, sa taille ne veut rien dire, et il vaudrait mieux qu’il ne me sous-estime pas. Mes prunelles incarnates s’ancrent dans les siennes, avec un regard qui veut dire : « Vous allez payer pour vos actes. ».



résumé:
 

_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Suzurane Gine
Suzurane Gine

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Sam 9 Mai 2020 - 16:54
Duel à mort !

Le troupeau quitte Taiyo pour se déplacer jusqu’à la Porte du Vent de l’Est, endroit où se trouvait ce fameux Tadao. Il était clair et net que ce dernier n’allait pas les laisser partir aisément ni accepter que Reikan devienne la légitime chef du clan. Gine se trouvait au milieu de l’escorte, parmi les enfants et les personnes âgés, aidant du mieux qu’elle pouvait pour avancer sans souci. Sanae et Kasha l’aidaient un peu, voire pas mal en réalité. De plus, Gine n’était pas trop habitué, malgré la semaine à avoir vécu entre les murs de la cité de Taiyo. En tout cas, la blonde espérait ne pas croiser trop d’obstacle sur leur chemin. Cela dit, Tadao et ses hommes allaient sans doute poser des problèmes. En espérant que ce seront les seuls, mais Mizuchi les avait rassurés qu’il n’y aurait pas de bandits sur le trajet. Sur le chemin, Kasha lui parle de la mentalité de Tadao et de pourquoi les autres Yasei le suivent. Difficile de discuter avec lui, trop de fierté dans sa force et ses hommes sont trop aveuglés par sa force pour les persuader avec des paroles. Reikan pourrait tenter n’importe quel discours, ça ne changerait rien en leur allégeance envers Tadao. L’unique moyen de réussir, c’était par le sang, un duel afin de prouver la force de la fille de Ragna. Il n’allait pas être impossible que Gine et Zeref allaient devoir se battre, ou peut-être Mizuchi et Aguni, à voir la décision qui sera prise. Cependant, ils n’y sont pas encore et difficiles de savoir comment cela allait évoluer à la rencontre du méchant.

À la fin du trajet, la blonde comme tant d’autres pouvaient voir la cité de la Porte du Vent de l’Est. Ce n’était pas difficile de ne pas remarquer des sentinelles, en haut des remparts. À l’arrêt, la kunoichi reste au côté de sa famille, donnant sa main à Sanae et attendant la suite des événements. Elle sent une main se posait sur son épaule, sa tante la soutient à son tour. Cette situation, personne ne semblait apprécier. Il était clair et net que Tadao allait se montrer. Après tout, c’est sa cité et voyant un tel attroupement, il allait bien sortir de lui-même pour vérifier certaines choses. Au loin, Mizuchi fait signe à Gine et sans doute à Zeref de venir à l’avant du convoi. Kasha dépose un baiser sur le froid de sa nièce. « Fais attention à toi, chaton. » Dit-elle avant que le regard inquiet de Sanae interpelle Gine. « Nee-san, reviens nous, j’ai encore envie de te connaître un peu plus. » Dit une Sanae inquiète comme toi avant que Gine les enlace. « Je reviendrai, je vous le promets. » Dit-elle en ayant un peu peur aussi de ne plus les revoir. Suite à cela, la blonde se dirige vers l’avant du convoi, se tenant aux côtés de ses alliés. Un homme sur un cheval blanc, suivit d’une cinquantaine de soldats apparaissent aux portes de la cité. Un nombre plutôt impressionnant. La Suzurane ne fait qu’écouter, ne disant rien de plus. Cet être répugnant prend la parole avec tant de mépris envers les Yasei de Taiyo, tandis qu’Aguni lui répond en lui expliquant leur choix de partir ainsi qu’annonçant l’importance de Reikan dans leur envie de voir la vie d’un autre point de vue. Ce type reprend la parole et il est vraiment détestable. Sacrifier les plus faibles ? C’est une blague ! Gine ne le portait pas dans son cœur et elle espérait que Reikan lui fasse ravaler ses dents si elle en a la possibilité.

Gine se retient, elle reste calme, car ce n’est pas à elle de le punir pour tout ce qu’il a fait aux Yasei. Ce dernier semble vouloir provoquer un duel, demandant si l’un des deux Kirijins est le champion de Reikan ou si la tigresse allait venir l’affronter pour prouver sa légitimité avec un ton provoquant. Il cherche à humilier la fille de Ragna, à en faire un clown, en gros, il ne la prend pas au sérieux. Dommage pour lui, ça pourrait lui coûter cher. De plus, il souhaite faire profiter ses soldats, invitant un Yasei éléphant et un Yasei faucon pour un combat. Zeref semble déterminer à s’occuper du plus grand et gros tandis que Gine s’avance vers le Faucon avec sa lance. La blonde expire et respire pour garder son calme. Le trio est en place face à son adversaire de la journée. Le plus important, c’est que Reikan gagne contre Tadao, mais Gine va tenter de survivre en battant son ennemi. Joignant les mains, elle salue l’homme faucon. « Enchantée, Suzurane Gine. » Dit-elle, de manière formelle avant de se mettre en gardant en se mettant en position de combat, style Son Goku. « Tu as de belles ailes, dommage. » Dit-elle avec un air sérieux.

Résumé:
 



_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Naoko_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8447-suzurane-gine-imperatrice-des-flammes#70874 https://www.ascentofshinobi.com/t8471-destiny-of-fire-empress https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Yasei Tadao
Yasei Tadao

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Lun 11 Mai 2020 - 16:15
Ainsi ils avaient accepté le duel. Un sourire se dessina sur le visage de Tadao qui tapota le pommeau du khépesh à sa ceinture, content que l’usurpatrice ait cédé à sa provocation. Ainsi il n’aurait guère besoin de débattre plus longtemps pour confirmer qu’il était le chef incontesté de son clan, et mettre fin en un seul combat de tout semblant de dissension. Aux yeux de ses fidèles, il ne pouvait montrer le moindre signe de faiblesse et confirmer son autorité à chaque opportunité qui se présente, celle-ci en faisait partie. Le regard ancré dans celui avait mené le cortège des Yasei de Taiyô, il la fixe pendant un long silence où la tension était palpable au milieu de l’étendue de sable qui séparait les deux camps.

Une fine pellicule de grains de sable se levait de temps à autre, et les pans des vêtements flottaient alors qu’à l’intérieur, les combattants se préparaient mentalement à croiser le fer. Levant le sourcil en apercevant la transformation partielle de la chuunin qui venait d’éveiller son animal, il reconnaissait l’espèce des animaux-roi de la lignée de Ragna. Confiant dans sa supériorité au combat, il déclara d’emblée qu’il n’aurait même pas besoin de faire usage de sa propre métamorphose pour gagner.

Je te laisse un handicap. Je ne me battrai pas sous ma forme animale, sinon le combat ne serait pas équitable... Qu’en dis-tu?

Sans attendre de réponse de sa part, il se mit à composer une série de mudrâs avant de gonfler les poumons et expulser depuis sa bouche une rafale de vent adoptant le profil d’un dragon géant au corps de serpent faisant gronder le sol par sa puissance, chargeant à toute allure sur Reikan. Il enchaîna ensuite en dégainant sa lame et lançant en direction de la féline une puissante lame de vent horizontale.

Pendant que Tadao et Reikan venaient de débuter leur combat, l’homme-éléphant vit le brun gringalet contre lequel il devait se battre, on pouvait voir à son sourire montant jusqu’à ses défenses qu’il le prenait de haut et n’avait aucune inquiétude quand à l’issue du combat. Du haut de sa taille dépassant le commun des mortels, sa carrure dûe à sa transformation animale lui offrant une force terrible, c’est pour cela d’ailleurs qu’il était chef de la garde de Tadao. Avant que leur duel ne soit lancé, il accepta néanmoins de se présenter à Zeref qui était resté silencieux jusque-là.

Uegaki Kado:
 

Uegaki Kado, chef de la garde de la Porte du Vent de l’Est. On m’appelle l’Annihilateur, car je ne fais que de la purée de mes ennemis. Mais ne t’inquiète pas, je ferai durer le plaisir pour que le combat soit un minimum intéressant. HAHAHA!

Prenant appui sur ses jambes, l’éléphant chargea à toute vitesse dans la direction de son adversaire. La taille et le poids de l’énergumène étaient trompeurs, si bien que son apparition au niveau de Zeref aurait pu le surprendre, et contrairement à ce qu’on pourrait s’attendre, ne fit pas usage de ses défenses ni de sa trompe mais de son bras dans lequel il concentra une force spectaculaire pour délivrer d’entrée de jeu un coup décisif en plein abdomen… Il se montra impitoyable.

A l’autre bout du champ de sable, l’homme faucon était d’un tout autre acabit. Les ailes encore repliées, il avait les yeux fermés et prenait une profonde inspiration sans payer attention à la fille qui venait de se placer face à lui. Il semblait bien plus calme et réfléchi que son camarade Kado, chez lequel on admirait sa férocité guerrière, tandis que pour sa part, on vantait davantage pour son sens tactique. Il ouvrit finalement les yeux pour qu’ils se posent finalement sur la blonde qui commença par se présenter, et lui lança une provocation en prélude de leur confrontation.

Kanno Kazushige:
 

J’admire ton courage, Gine. Mon nom est Kanno Kazushige, dit Aile d’acier. Tu comprendras très vite pourquoi. Voyons maintenant si ta confiance est justifiée, car pour provoquer quelqu’un sans connaître ses capacités, c’est sûrement que tu cherches à te convaincre toi ou ton adversaire que tu as des chances de l’emporter, alors qu’au fond tu penses le contraire. Espérons pour toi que tu ne regretteras pas tes mots.

Il lâcha un soupir. Etant donné qu’il était le conseiller de Tadao, il n’avait d’autre choix que de participer à ce duel judiciaire visant à prouver la légitimité de leur leader, il effectua d’abord une série de mudrâs visant à soulever la terre dans une ligne droite, jusqu’à ce que celle-ci englobe la genin au niveau des jambes pour l’empêcher d’esquiver. Pendant qu’il maintient l’entrave de ses mains, il battit violemment des ailes de façon à envoyer une rafale de plumes particulièrement acérées qui auraient pour conséquence de se planter dans le corps de la blonde.



Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Mar 12 Mai 2020 - 17:06
Le glas des hostilités venait tout juste de retentir, sur les formes voluptueuses de l'arène de grains constamment balayée par une inquiétante brise. En ouvrant les yeux, la Yasei greffa son intérêt sur le faciès assombri et turpide de Tadao. Et pour cause, après avoir exilé ses sens jusqu'à la torture, la féline en avait formé de nouveaux au combat, l'accompagnant au quotidien. Dans une situation aussi stressante, où bien des Hommes avaient tendance à vaciller face à cette angoisse d'un futur si incertain, un sang-froid impétueux habitait la Tigresse blanche. Cette caresse du vent contre la couverture de sable, ces messes basses de ses frères et sœurs à son dos, sa position par rapport à celui qui pensait pouvoir la froisser si aisément – malgré l'agacerie de son vis-à-vis, absolument toute la perception que la jeune femme se faisait de ce monde venait d'être altérée en bien rien que par cette idée...

...de lui faire mordre la poussière jusqu'à ce qu'il regrette d'avoir tyrannisé les siens.

Aussi brutale que bestiale. Reikan ne connaissait que trop bien la puissance qui hantait son sang, tant elle avait passé son existence à essayer de la dominer et de la dompter. Des monts les plus enneigés jusqu'aux terres les plus arides, en passant par les forêts les plus boisées du continent, la Fille du Vent avait façonné ses capacités les plus inhumaines et infernales, celles héritées de son paternel, pour en faire une arme redoutable. Une arme au service de la protection de son clan et de la destruction de tous ses opposants, dont faisait désormais partie le Yasei à la peau d'ébène qui insultait son potentiel et se permettait de cracher sur ses convictions. Jusqu'au bout, la provocation fut la pièce maîtresse du discours fielleux de Tadao, comme s'il cherchait à pousser sa concurrente au titre de chef de clan à la colère, loin de toute raison. Une tentative stérile, devant celle qui n'avait dorénavant d'yeux que pour une seule chose.

Triompher sur Yasei Tadao.

« N'oubliez pas que l'entraide est reine. Je serai avec vous à chaque instant. »

Sans prévenir, le mélanoderme rendit réelles ses menaces et passa ainsi à l'attaque pour prendre l'avantage dès le départ, alors que la Fille du Lion venait d'accorder quelques mots à ses pairs. Les rafales qu'il s'empressait de relâcher adoptèrent une dangereuse allure serpentine, aussitôt jetée sur la position de l'Héroïne de l'Eau en soulevant tout le sable sur son passage jusqu'à en révéler la roche du plateau désertique. Aux yeux de tous, Yasei Reikan eut à peine le temps de pencher le dos vers l'avant en adoptant une posture plus adéquate pour se préparer face à l'assaut, que ce dernier était déjà prêt à l'atteindre et la frapper de plein fouet. Ainsi, le dragon céleste s'écrasa avec puissance là où elle se trouvait et souleva un nuage sablonneux, qui ne tarda pas à se disperser pour révéler la fraîche esquive de la métamorphe retrouvant ses appuis sur le sol, à une poignée de mètres seulement du point d'impact. La vitesse de sa dérobade fut telle que l'apercevoir à l’œil nu aurait pu relever du génie.

Sa chevelure de jais rejoignit son dos après le soulèvement de brises provoqué par la retombée du reptile venteux, alors que Tadao relâchait d'ores et déjà une lame de même nature à son encontre. Après un seul signe, la Fille du Vent fit appel à son élément fétiche, qui semblait être aussi celui de son opposant, pour envoyer un projectile affinitaire en forme de coussinet de félin droit sur le grand poignard qui avait fait d'elle sa proie et ainsi venir le stopper en pleine course à mi-chemin. Sortie indemne de ces deux offensives, Reikan accorda un discret regard à ses coéquipiers et aux rixes qu'ils menaient, sans manquer d'analyser le style de combat de leurs opposants, avant de ramener son entière attention sur son ennemi à elle. Soudain, la Fille du Lion de l'Atlas formula une série de mudrās puis pointa Tadao de son bras dominant, duquel s'extirpa rapidement une tête de lion de grande envergure. Celle-ci fusa d'emblée sur lui, prête à l'attraper et le lacérer de ses crocs acérés.[invisible_edit]

La féline serra les dents, avant de faire hausser le ton de sa voix dans l'arène.

« Je n'ai pas peur de toi, Tadao. Tu refuses de te révéler sous ta forme animale dans un combat qui déterminera celui ou celle qui prendra la tête du clan Yasei, et ce alors même que tu prétends en être le chef. Alors bats-toi comme tel! »

résumé:
 

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Ven 22 Mai 2020 - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Yasei Zeref
Yasei Zeref

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Mer 13 Mai 2020 - 16:09
Le combat semble inévitable, et sans un mot, je viens me placer devant celui qui sera mon adversaire. Je l’ai choisi vis-à-vis de sa carrure imposante, que je préférais éviter de laisser à Gine. Cela peut me valoir une mort douloureuse, mais même après avoir reçu son poing dévastateur en pleine figure, je sais que je ne regretterai pas mon choix. Elle a beau être intangible, son chakra n’est pas sans limites, et elle finira par recevoir la violence de l’éléphant. Dans la mesure du possible, je préfère éviter de voir l’une de mes camarades finir dans cet état. L’oiseau qui lui fait face ne sera sans doute pas une mince affaire, mais c’est le choix que j’ai décidé de faire. Du reste, il est évident que Tadao allait faire face à Reikan, il ne peut en être autrement. L’homme imposant aux défenses se présente alors, comme étant quelqu’un de brutal, jusqu’au titre qu’il dit posséder. La brutalité jusqu’au bout des défenses, voilà ce que je suis sur le point d’affronter. D’ailleurs, il ne me laisse pas le temps de retourner les présentations, que déjà il me fonce dessus. Surpris, je ne me laisse pas pour autant déstabiliser, et concentre du chakra dans mes jambes – une importante quantité – pour bondir en arrière, sur une courte distance.

C’est de justesse que son coup me rate, et j’en remercie mes réflexes et surtout mes compétences en Taijutsu, qui m’ont permis de ne pas voir mes entrailles ressortir de l’autre côté de mon corps, emportant par la même occasion mes côtes et probablement ma colonne vertébrale. Ne laissant pas de place à l’étonnement, quant à la vitesse anormale du balourd, j’enchaîne sur une série de mudras visant à contre-attaquer. Un temps mort dans un combat de cette intensité et possédant de tels enjeux revient à offrir sa vie à son adversaire. Posant une main sur le sol, j’en fais surgir une importante quantité de projectiles de terre te de pierre, qui viennent éprouver la résistance du pachiderme. Si la technique, en elle-même, ne pourra pas lui ôter la vie, je sais que s’il est touché sans s’en défendre, il en sortira amoindri, tout pépère obèse qu’il soit.

« Je m’appelle Zeref, et ne me fais pas de cadeaux, parce que je ne t’en ferai pas. »

Une manière pour moi de lui dire qu’il mourra au moindre signe de faiblesse. Je n’espère pas le provoquer ou l’énerver, avec mes mots, mais simplement lui annoncer la couleur. Je remets aussi en question ses mots « Faire durer le plaisir », alors que son coup m’aurait envoyé dans l’autre monde en une seule fois… Je souris discrètement, pensant que si cela doit être mon dernier combat, il vaut mieux que j’y aille à fond et que je donne tout ce que j’ai.



résumé:
 

_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Suzurane Gine
Suzurane Gine

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Mer 13 Mai 2020 - 17:56
Duel à mort !

Reikan allait affronter pour affirmer sa légitimité en tant que chef du clan Yasei, en combattant contre Tadao. Un homme horrible et pitoyable aux yeux de Gine, lui qui a humilié et puni son propre clan, préférant ne pas se mêler à une rébellion sans intérêt pour eux. Ce dernier refusait de les laisser partir, il serait bien capable de les exterminer pour les punir. En tout cas, la jeune Suzurane n’allait pas le laisser faire et elle voulait que sa cousine puisse le vaincre. EN le battant, le reste des Yasei, relié à l’homme se retournerait contre lui et suivra la Kirijin. Cela dit, il a beau être un ignoble personnage, le scorpion semble fort et expérimenté, il ne sera pas facile à battre. De plus, impossible de l’aider sauf qu’il n’y a pas de règle. Qui dit pas de règle, dit qu’on a le droit de faire ce qu’on veut. Finalement, ça allait devenir un trois contre trois. En effet, Tadao a fait venir deux de ses acolytes, un Yasei faucon et un Yasei éléphant. Zeref prend le plus costaud tandis que la jeune blonde prend l’ailée. La kunoichi se place en face de lui, à une bonne distance de sécurité afin de pouvoir anticiper ses premières attaques. Elle se présente et le salue, tout en se mettant en garde et en position de combat. Difficile de connaître ses aptitudes et sa force, il était peut-être plus fort qu’elle ou pas, son style de combat ? Difficile à savoir, mais bon, elle en saura un peu plus au fur et à mesure du combat. Ce dernier prend la parole, la trouvant bien courageuse. Il se présente Kanno Kazushige dit l’aile d’acier, ça ne rassure pas trop. Autant se la jouer défensive et temporiser un peu pour réfléchir à un plan. Sa mise en garde sur la confiance de la blonde afin de justifier son comportement, ça faisait sourire l’oiseau. « Hum… Ravi de te connaître, Kanno-san. Je ferai de mon mieux pour ne pas te décevoir, mon ami. » Elle attend son assaut avec impatience.

Soudain, Kanno se met à attaquer en premier en usant d’une technique de Doton. Il cherche à immobiliser la jeune kunoichi, chose qui parvient à en piéger les jambes de la blonde. Gine regarde le piège d’un air perplexe avant de lever les yeux vers lui. Il utilise ses ailes pour envoyer des plumes en sa direction. Ce n’est pas pour la chatouiller, mais bon pour l’éliminer directement, sans se fatiguer. Intéressant comme technique et combo d’ailleurs. La Genin sourit et s’assimile en feu et se déplace sur la gauche en se prenant un peu l’attaque de Kazushige, elle s’éloigne de la zone et recule un peu avant de se reforme en humaine. Elle soupire et lui sourit. « Ouf, je l’ai échappé belle, tu ne crois pas ? J’ai de la chance d’être capable de faire ça sinon je ne serai plus là pour te le dire. Tu es vraiment fort et je comprends mieux ton surnom. » Dit-elle à l’homme. Il fait chaud et la blonde n’avait pas intérêt à perdre son temps avec lui. Cela dit, il risque d’être compliqué à combattre s’il fait que voler. Il faut trouver un moyen de le faire combattre au sol. Neutraliser ses ailes ? Ça pourrait être une bonne idée. Pour l’instant, elle ne le quitte pas des yeux, faisant confiance à ses coéquipiers pour vaincre leur opposant. Il va falloir être attentif et observateur, il ne faut pas qu’elle se fasse immobiliser. La kunoichi fait des pas sur le côté, il ne faut pas rester immobile, il faut bouger pour ne pas être une cible facile pour son ennemi. Poings serrés, elle réfléchit et se concentre sur sa cible. Ce combat allait lui permettre d’évoluer mentalement et physiquement, d’enrichir son manque d’expérience et d’apprendre de ses erreurs, en espérant qu’ils ne seront pas trop fatals pour qu’elle puisse survivre.


Spoiler:
 


_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Naoko_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8447-suzurane-gine-imperatrice-des-flammes#70874 https://www.ascentofshinobi.com/t8471-destiny-of-fire-empress https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Yasei Tadao
Yasei Tadao

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Mar 19 Mai 2020 - 21:50
Un rictus crayonna le visage du guerrier à la peau de macassar, voyant son adversaire faire montre d’une agilité féline pour se sortir de sa bourrasque à l’allure draconique, avant de retomber avec délicatesse sur ses pattes. La fille de Ragna avait une certaine maîtrise de son don animal, lui procurant la vitesse nécessaire pour échapper à une attaquer à très grande vélocité. Il ne lui laissa aucun répit et enchaîna immédiatement avec un coup de taille horizontal armé de sa khépesh, laminant l’air face à lui en une lame de vent très concentrée qu’il envoya en direction de sa cible qui venait de reprendre ses appuis et opta pour une parade plutôt qu’une esquive.

Fille du Vent elle l’était, elle le prouvait en faisant usage de son affinité héréditaire qui lui permet de former depuis sa main un projectile prenant la forme d’un coussinet bloquant la trajectoire de la lame, celle-ci se brisa à l’impact pour se dissiper dans l’air comme si elle n’avait jamais existé. Laissant les deux adversaires à une parfaite égalité, et le chef de clan de toiser l’usurpatrice en voyant en elle une indésirable qui persiste à lui tenir tête, il demeura certain de sa supériorité et décida de poursuivre le combat sous sa forme humaine,

Il te faudrait encore des siècles d’entraînement pour être digne de cet honneur!

Lâcha-t-il sur un ton légèrement courroucé suite à la provocation de la tigresse, il effectua une série de mudrâ et souffla une nouvelle bourrasque de vent visant à rencontrer la tête de lion venant dans sa direction. Il décida de passer à l’offensive en chargeant vers Reikan et lui infliger une série d’attaques visant à lui taillader le corps, grâce à son épée dont l’allonge avait augmentée grâce à son chakra Fûton.

Non loin de là, le combat de l’éléphant et du loup se poursuivit. La charge de l’Annihilateur ne parvint pas à trouver sa cible tant celle-ci était agile, ce qui ne manqua pas d’agacer l’adepte du pugilat qui pensait pouvoir pulvériser son adversaire d’un coup, il lança un regard froid à l’intention du brun ténébreux qui répliqua aussitôt d’une volée de pics de terre qui lui valurent de composer des mudrâs dans une succession rapides avant de faire sortir du sol un mur de terre qui arrêta net tous les projectiles.

Ha! Ca fait longtemps qu’on ne m’a pas fait cette blague. Petit impertinent, tu vas voir.

Il plongea ses mains dans le sol, et lâcha un cri du fond de ses entrailles alors qu’il décrochait peu à peu du sol un énorme bloc de terre qui lui donnait l’air d’un insecte en proportion, il fallait certainement une force herculéenne pour parvenir à un tel exploit. Compte tenu de l’ampleur de l’objet qui allait s’écraser sur la zone où se trouvait l’homme-loup, le décor se trouverait certainement profondément crevassé. Concentrant la force dans ses bras, le pachiderme lança l’énorme motte de terre dans la direction de Zeref dans le but de le réduire en pâté…

Mais le problème n’était pas tant le fait que le chûnin réussisse ou non à s’en défendre, mais plutôt ce qu’il adviendrait des Yasei de Taiyô qui se trouvaient dans son dos et qui menaçaient d’être pris dans l’énorme boule de terre qui poursuivrait son chemin après que le jeune loup l’ait esquivé. La taille du projectile était telle que cela dissimula la silhouette de l’homme-éléphant pendant quelques instants, avant que celui-ci se soit complètement volatilisé du champ de vision de son adversaire. Où était-il passé pour disparaître aussi rapidement?

Le duel entre le faucon et l’assimilatrice de feu commença avec l’initiative du lieutenant de Tadao qui parvint à surprendre son adversaire dans une entrave et la força à se reformer des suites de sa rafale de plumes acérées qui lui donnèrent son surnom. Alors qu’il pensait sa cible prise au piège, la blonde changea subitement d’apparence pour adopter sa forme assimilée qui permit aux plumes de lui passer à travers sans essuyer la moindre blessure, puis de reprendre forme humaine. Une découverte qui ne semblait pourtant pas décourager le métamorphe qui jaugeait la situation, comprenant qu’il avait affaire à une utilisatrice de Katon, il devrait faire attention à ses prochaines attaques.

Une assimilatrice… Il me suffit d’épuiser tes réserves de chakra pour l’emporter.

L’ennemi de la Suzurane avait conscience qu’il était dans son intérêt de ne pas faire usage de ses attaques les plus puissantes pour l’emporter, mais de la forcer à s’assimiler jusqu’à ce qu’elle ne soit plus en moyen de le faire. D’un grand battement d’ailes, il prit son envol jusqu’à atteindre un point suffisamment haut pour être difficile atteignable au corps-à-corps, il effectua des mudrâs pour relâcher depuis ses ailes une bourrasque ayant pour effet de lever la poussière environnante et lever Gine dans les airs de façon à la rendre vulnérable à une nouvelle volée de plumes.






Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Ven 22 Mai 2020 - 15:54
Le départ des hostilités lancé par le Gouverneur de la Porte de l'Est fut pénible pour les enfants de l'Eau, eux qui n'avaient pour habitude ni de fouler ces grains brûlants de leurs pieds ni de subir la chaleur étouffante de ces arides plateaux. Mais Yasei Reikan, elle qui était une native du Vent déjà bien éprouvée par les sévices d'un soleil si assassin, se trouvait en cet instant précis sur un parfait pied d'égalité avec son adversaire. Pour celle qui détenait une confiance absolue en sa force et sa volonté, ce tout premier échange eut un goût de délicatesse. Une douceur néanmoins nécessaire à une mise en chauffe qui ne pouvait être évitée et ce, même si cela offrait déjà des allures d'effroi aux deux dangereuses grosses figures des combattants de l'arène d'un point de vue extérieur. Plus que par un dialogue infructueux, c'était irrémédiablement par les poings que se disputerait la tête du clan Yasei.

Pour ceux qui connaissaient la Tigresse blanche, ils ne pouvaient que décrire quelqu'un de borné et de brave. Elle appartenait à ces êtres incapables de craindre ou de fuir l'adversité, lorsqu'une juste cause était en jeu. Mi-femme mi-animale, la Fille du Lion de l'Atlas se tenait néanmoins aussi droite qu'une noble et gardait naturellement la tête haute. Si les ennemis s'évertuaient à ravager la terre et brûler le ciel, la Tigresse blanche conservait sa grandeur d'esprit et savait employer la hargne de son cœur au service de celle-ci. Au milieu de ces ergs, l'enfant des Bêtes avait beau voir sa chair dévorée par la stimulante rage du combat, elle n'en restait pas moins assez lucide pour s'en servir à des fins bien plus utiles. Quelle ne fut donc pas sa satisfaction, dès qu'elle aperçut son opposant se méprendre et réduire à néant de lui-même la distance qui la séparait de lui? Ce fut équipé de son khépesh que Tadao s'élança aux côtés de Reikan, qui malgré les apparences disposait de l'un de ses alliés les plus redoutables.

Le Vent.

Alors que le mélanoderme se rapprochait, elle effectua des signes pour prévenir le prochain assaut dirigé à son encontre, en retrouvant l'humanité de ses mains un court moment. Ses deux bras de nouveau épaisses pattes blanches se vêtirent d'une armure composée de vents en rotation, qui fut aussitôt confrontée aux nombreuses tentatives de lacérations. Ses pattes avants placées en croix devant elle, la Yasei à la peau dorée par le soleil du pays n'eut pas de mal à éponger l'offensive de son détracteur. La lame du poignard exotique de Tadao contre l'un de ses membres, leurs visages non loin l'un de l'autre, Reikan ne put s'empêcher de penser à une autre alternative que le combat pour résoudre ce conflit. La féline avait parcouru tant de terres menacées par la violence et la soif de tueries des Hommes, au point de se forger un solide but de paix. Depuis toujours, elle souhaitait construire un monde meilleur que celui-ci, pour que plus aucun enfant n'ait à naître dans la terreur établie par les plus vils. Encore à cet instant, la Fille du Désert espérait trouver une lueur de bonté dans les yeux de son rival, à qui elle ne voulait pas infliger la mort pour ne pas devenir comme ceux qu'elle haïssait tant. Mais la vue de la grande bâtisse de terre lancée par le pachyderme sur ses frères et sœurs, avec pour seul obstacle sur son chemin Zeref, la força à se résoudre à cette issue inéluctable.

Vaincre Tadao et protéger ses pairs, même si elle devait y laisser sa vie.

Convaincue par les capacités de son cousin à venir à bout de cette incroyable attaque, la Tigresse blanche se concentra et enchaîna sans prévenir. Après un mouvement de recul pour se détacher une bonne fois pour toutes du khépesh, l'armure partielle dont elle s'était dotée disparut et Reikan effectua un saut a priori anodin sur place. Mais très vite, avant même de regagner ses appuis sur le sol, la changeforme effectua une vive rotation de tout son corps dans les airs afin d'accumuler un élan suffisamment puissant. Sur-le-champ, elle avança l'une de ses jambes métamorphosées pour la faire retomber lourdement sur son concurrent. Basique en apparence, le coup se révélait porteur d'une force brute monstrueuse et visait directement Tadao qui, s'il ne s'en défendait pas, verrait son pronostic vital sévèrement engagé tant l'assaut pouvait être dévastateur. Et pour cause, si esquivé de justesse, cet assaut n'aurait aucun mal à briser le roc du terrain comme une vulgaire brindille, à en faire hurler les entrailles de la terre.

« Ne me parle pas d'honneur... quand tu as perdu le tien au creux de ces dunes, en essayant d'y enterrer ta propre famille pour ta stupide gloire. »

Qu'elle soit encaissée ou esquivée, la frappe rayonnante du Tigre blanc souleva inévitablement du sable et des débris autour des prétendants à la tête du clan. Cet instant de flottement permit à la prédatrice d'accorder son attention à ce qu'il se tramait à seulement une poignée de mètres d'elle. Devant l'embarras éprouvé par la jeune assimilatrice en proie aux plumes du Faucon, le sang-froid de la Yasei lui permit de réagir au mieux et de mettre à mal les plans du volatile qui se jouait de son élève, depuis les hauteurs. Malgré l'impact ravageur de son précédent assaut, Reikan effectua une série de mudrās dans sa chute et déposa dans l'immédiat sa dextre provisoirement humaine sur la terre, dans le but d'y trouver un appui mais aussi de reprendre un lien tellurique. Dès lors, un mur de pierre s'éleva brutalement entre la volée de plumage et Gine, qui avait été forcée de reculer par la levée de poussière. La jolie brune à la dague de cristal déposa ensuite ses pattes arrières sur le sable chaud, avant de se redresser et de retourner son sublime visage bestial vers Tadao.

C'était un fait ; l'Héroïne de l'Eau méritait bien son titre.

résumé:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Yasei Zeref
Yasei Zeref

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Sam 23 Mai 2020 - 12:52
Jauger les capacités de son adversaire est une étape indispensable, pour un bon shinobi. Si je suis loin de me considérer comme tel, j’espère au moins ne pas tomber dans des travers qui pourraient au contraire me désigner comme un mauvais. Usant d’un jutsu plutôt basique pour voir le genre de défenses que mon adversaire met en place, je constate à mes dépens qu’il utilise le Doton également. Après tout, il est dit que cette affinité est souvent présente chez ceux qui sont nés brutes, et pour un Yasei éléphant, il n’y a pas mieux comme complément à sa robustesse naturelle. Mais le mur n’est que la première étape d’un long drame à venir. Souhaitant sans aucun doute démontrant sa puissance hors du commun, le polymorphe aux longues défenses effectue des mudras avant de soulever une imposante parcelle de terre et de me l’envoyer.

Le bloc est d’ailleurs bien plus qu’imposant, et je ne tarde pas à comprendre deux choses : la vitesse et la capacité de destructions de son attaque sont tous deux immenses, et si je me contente de simplement l’esquiver, ce qui est possible, je laisserai la troupe de Yasei totalement vulnérable à l’assaut. En d’autres termes, je condamnerais ce pourquoi nous sommes venus, juste pour ma propre survie. Dans de pareilles circonstances, je préfère encore périr avec eux en tentant de les sauver. Dans une colère monstre, j’effectue à mon tour une série de mudras avant de frapper le sol, pour en faire émerger un solide et imposant mur de pierre. Celui-ci se prend immédiatement la montagne envoyée par Kado, et ne tarde pas à se fissurer, dans un fracas assourdissant pour la plupart des personnes présentes dans un proche périmètre. Si la structure se rompt, au bout de quelques instants, cela suffit néanmoins à arrêter la progression de l’attaque.

Le nouveau problème qui se présente est la disparition de l’éléphant. J’ignore son emplacement, mais je peux au moins me préparer à sa réapparition, à défaut de pouvoir l’attaquer. Activant mon sens de l’ouïe, pour être certain de ne pas le rater dès lors qu’il entrera dans une zone proche de moi, et peu importe d’où il arrive : aussi bien sur la terre, que dans les airs ou même sous la terre. J’en profite pour alerter mes alliées, des fois que ce lâche décide de s’en prendre à elles :

« Reikan, Gine, l’éléphant peureux semble s’être caché, attention à ne pas recevoir d’attaque en traître. »

C’est aussi une façon de titiller sa fierté. Dans le cas où il aurait réellement envie d’agir ainsi, je sais que ce genre de provocation suffirait amplement à tourner toute sa rage contre moi. J’aurais pu, moi aussi, attaque l’un de ses allés pour aider mes amies, mais je préfère garder mon chakra et rester dans une situation « à la loyale » pour l’instant.




résumé:
 

_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Suzurane Gine
Suzurane Gine

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Lun 25 Mai 2020 - 11:48
Duel à mort !

Kanno avait lancé la première attaque face à Gine, ce dernier voulait en terminer rapidement afin d’être tranquille. Cependant, il ne devait pas s’imaginer tomber sur une assimilatrice. La jeune Suzurane n’était pas trop du genre à jouer la défense ni à économiser du chakra en restant en retrait. Elle aimait affronter son adversaire à son maximum, quitte à perdre, mais avec les honneurs. Or, l’affrontement n’allait pas être facile. Ce dernier est un Yasei faucon, il a donc des ailes et tôt ou tard, il risque de s’envoler pour éviter le corps-à-corps. Cela allait rendre la tâche difficile pour la blonde, s’il devait le faire, mais heureusement qu’elle a quelques techniques à distance pour combler ce problème. La jeune femme préfère le Taijutsu et les combats rapprochés, ça donne du piment pour ses combats, selon elle. Attaquer au loin, ce n’était pas drôle et tu ne prenais presque aucun risque. En tout cas, Kazushige avait cherché à immobiliser et emplumer de toute part, la blonde. Heureusement, la Genin s’était assimilée en Katon et s’extirper de ce piège afin de se placer un peu plus loin en se reformant en forme humaine. Pour l’instant, la jeune blonde devait réfléchir à comment l’approcher et à le vaincre, car la chaleur n’aidait pas trop à faire que ce combat perdure, ni le chakra d’ailleurs. Zeref et Reikan semblent se débrouiller de leur côté, en espérant qu’ils puissent vaincre rapidement leur adversaire avant que Gine ne soit au sol.

Le lieutenant de Tadao n’allait pas perdre de temps à la parole, il allait rapidement attaquer pour mieux la fatiguer. Il fait chaud et même une semaine à Kaze, la blonde n’était pas encore trop habituée par la chaleur de ce pays. Le faucon semble s’envoler dans les airs, comme prévu, il l’avait fait. Le combat risque d’être corsé pour la blonde, elle ne pourra pas l’atteindre au corps-à-corps et difficile de savoir si ses boules de feu pourront le toucher. La blonde réfléchit à comment, elle allait pouvoir l’atteindre, elle réfléchit à un plan. Or, Gine n’a pas eu le temps de trop y réfléchir quand Kanno lui envoie une bourrasque de vent, soulevant grain de sable pour masquer la vue de la blonde et la soulève un peu vers le haut. « Merde…» dit-elle d’un air surpris, fermant les yeux en y mettant ses bras devant ses yeux. Elle ne sent plus ses pieds toujours le sol. « Je suis dans le caca là…» Il allait l’attaquer pendant qu’elle était vulnérable à tout assaut. Cependant, la bourrasque prend fin et ouvrant les yeux, elle entend un bruit et y voit un mur de pierre se dressait entre elle et Kanno. Zeref ou Reikan lui avait porté secours ? Retournant sur ses pieds, elle n’avait pas le temps de demander ni à regarder ailleurs pour en être sûre. « À mon tour. » Serrant les poings et en colère de cette forme de lâcheté, comme de voler et attaquer au loin de cette manière. Ses yeux deviennent ceux d’un félin, des oreilles de lionne se forment et une queue de lionne se forme au bas du dos de la blonde. La kunoichi se met à se déplacer rapidement sur la gauche pour contourner le mur Doton et y concentre du chakra dans sa bouche. Passant le mur, elle voit Kano et crache une grande boule de feu en sa direction. Si ce dernier parvient à esquiver l’attaque, ce qui ne serait pas surprenant, car c’est le but. La blonde lance cinq boules de feu depuis sa main, mais de manière à viser les ailes du faucon. Tirer, deux boules de feu vers l’aile gauche et deux vers l’aile droite depuis la paume de sa main. Inutile de rester statique, la blonde se met dans la direction du combat entre Reikan et Tadao, ainsi ça pourrait perturber la ligne de tir du faucon, qui sait.

Résumé:
 



_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Naoko_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8447-suzurane-gine-imperatrice-des-flammes#70874 https://www.ascentofshinobi.com/t8471-destiny-of-fire-empress https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Yasei Tadao
Yasei Tadao

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Dim 31 Mai 2020 - 11:32
L’ordalie des Yasei se poursuivit sur le sable brûlant de Kaze à un rythme échevelé, le combat se prolonge avec la charge du gouverneur de la Porte Est, brandissant sa khépesh afin de taillader la Tigresse qui ne démord pas qui érige face à elle une défense venteuse faisant tampon entre les lames et ses avant-bras. L’enchaînement aussi véloce et virulent soit-il, tranche littéralement le vent et ne manque pas de créer une certaine frustration chez le guerrier basané, forcé de constater qu’il a affaire à un adversaire plein de ressources et disposant d’une certaine maîtrise de l’affinité proéminente de Kaze. Le Fûton. Même pas une égratignure laissée sur la peau immaculée de la kunoichi qui réplique aussitôt avec un bond dans les airs englobant son adversaire dans une ombre menaçante, le pied armé et la rotation du corps lui procurant davantage de force dans le coup à l’impact. La guillotine s’écrase lourdement sur le lieutenant du Yoake.

Un craquement se produit et la puissance du choc soulève le sable environnant, brouillant temporairement la vue où l’on distingue à peine la silhouette des deux chefs rivaux. On pouvait distinguer deux personnes face à face dont l’une avait sa jambe sur l’épaule de l’autre, dont le genou était posé à terre. Alors que les grains de sable retombent à terre, on peut voir au sol une multitude de débris, le sable creusé et dont le métamorphe était l’épicentre. Des morceaux de coquille noire qui continuent de s’effriter après la puissance du coup qui a fissuré l’ensemble de l’armure formée par l’homme-scorpion qui se dévoilait finalement. Son regard sombre témoignait de la déception de devoir reconnaître à cette usurpatrice être digne de le défier sous sa forme animale. Alors qu’il avait dit le contraire quelques instants plus tôt, force était de constater qu’il n’avait d’autre choix que de ne pas retenir ses coups.

Si tu tiens tant à la mort, ton souhait sera exaucé.

Attrapant la jambe qui a plus tôt servi à la féline de lui porter un coup destructeur au point de briser son armure au niveau du torse et de l’épaule, son regard sombre à travers son casque de scorpion reflétait une pulsion plus sanguinaire que jamais. Sa queue se dressa, menaçante et arriva telle une lance perforer la Tigresse sur tout le corps et la cribler d’une nuée de piqûres visant à la paralyser complètement et la tuer sans qu’elle ne puisse plus rien faire, plus se défendre, ni respirer.

Plus loin, le fracas de l’énorme motte de terre contre le mur robuste de l’homme-loup retentit dans l’ensemble de l’arène de sable, à même hauteur de décibels que la frappe de Reikan sur l’armure du scorpion. La caravane des Yasei de Taiyô avait senti leur coeur se soulever en voyant le mastodonte soulever un bloc rocheux colossal et l’envoyer dans leur direction, mais c’était sans compter l’intervention magistrale du Héros de Mizu qui au lieu de l’esquiver simplement trouva la parfaite réponse en érigeant un rempart de terre qui s’inscrivait dans la veine de ce duel affinitaire.

En effet, les deux hommes étaient tous deux des spécialistes du Doton, et la suspicion du senseur se confirma lorsqu’il put détecter la présence de l’éléphant émergeant du sol derrière lui pour tenter de le surprendre dans une attaque encore plus mortelle que la précédente. Il composa des mudrâs pour se recouvrir d’une décharge d’énergie Raiton vivifiant l’ensemble de son système nerveux et sans plus attendre, il prit appuis sur ses jambes et s’élança avec une vitesse déconcertante vers Zeref. La charge fut si rapide que l’air s’en trouvait comme fissuré, relâchant un son explosif et ravageant le sol sous ses pieds, le pugiliste déploya son bras et usant de son élan le ramena au niveau de la gorge de Zeref pour le décapiter.

La rafale de vent emporte comme il l’avait escompté l’assimilatrice dans les airs et qu’il tente d’embrocher d’une multitude de plumes tranchantes mais celles-ci viennent se planter dans la roche épaisse dressée par la Tigresse sauvant son protégé d’une volée cinglante. Une intervention qui surprit l’homme-faucon qui comptait sur cet enchaînement d’attaques pour mettre son adversaire au tapis, mais rien n’y fit. Amer, une lueur intense se lisait à travers ses pupilles alors qu’il replia ses ailes pour atterrir au sol et esquiver la boule de feu projetée par la blonde. C’est sans difficulté aucune qu’il put se dégager à la fois de celle-ci mais aussi des flammèches voltigeant dans sa direction d’un simple mouvement du corps.

Reviens-là!

Il composa alors une série de mudrâs, dégageant une énorme quantité d’énergie Fûton dans ses ailes qu’il fit battre pour produire à partir d’elles une multitude de lames de vent se propulsant comme une nuée d’insectes à la différence qu’elles sont tranchantes et poursuivent leur cible tandis qu’elle tentait de s’enfuir et de rejoindre ses alliés.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Mer 3 Juin 2020 - 0:25
Contre sa volonté propre, le Gouverneur de la Porte du Vent de l'Est fut forcé de ployer le genou face à Yasei Reikan. Le scénario penchant en sa faveur qu'il avait espéré voir se réaliser jusque-là n'était plus qu'un lointain souvenir désormais à ses yeux, car ce n'était au final pas une mise à mort de sa concurrente au titre de chef de clan qui se tramait au cœur de ces dunes étouffantes. C'était plutôt le combat d'une dualité obstinée. Le mélanoderme était un combattant têtu, mais pas assez stupide pour continuer de nourrir aveuglément cette rixe sous sa forme la plus civilisée. Force était de constater que sa rivale se révélait plus puissante qu'il ne l'imaginait, la rendant digne de pousser les hostilités à leur paroxysme selon lui. Le nuage de sable eut à peine le temps de se retirer que le métamorphe à la peau noire était apparu sous un tout autre jour, à la plus grande satisfaction de la féline... mais aussi au plus grand malheur de ceux qui croyaient en elle et voyaient resurgir en eux la peur de leur oppresseur du Désert.[invisible_edit]

Yasei Tadao, le Scorpion, était bien décidé à en finir.

Avant de regagner la couche de grains, l'Héroïne de l'Eau perçut l'aura sanguinaire et furieuse qui émanait de son adversaire, bien qu'elle était venue à bout de cette armure intégrale revêtue juste à temps pour ne pas succomber sous son coup de pied monstrueux. Le Yasei à la peau charbonnée et solide comme le roc n'était délibérément pas prêt de s'en tenir à ce pauvre constat, puisque sur le point de mettre à l'œuvre sa menace de mort fraîchement prononcée. Cette fierté d'avoir poussé le sombre de peau à bout, Reikan la dégustait assurément. Mais elle n'en demeurait pas moins sur ses gardes. Avides du détail, ses yeux myosotis de prédateurs analysèrent au complet la nouvelle apparence ténébreuse de son ennemi, dont la menaçante pince de scorpion qui avait remplacé l'un de ses poings et l'inquiétant dard qui siégeait désormais à son dos. Les fissures de sa protection ne purent lui échapper, comme le trou béant qui s'était étendu de son épaule jusqu'à la naissance de son torse. Aussitôt, la changeforme sentit sa cuisse se faire agripper par la poigne bestiale de son détracteur.

De concert, le Gouverneur et ses Lieutenants décidèrent de renforcer leur menace envers ceux qui étaient pourtant du même sang qu'eux, sans la moindre peine. Le lugubre voile de la Mort qui avait dormi jusqu'à lors dans l'arène de sable se dressait sur les trois combattants de la Brume, devant une foule fiévreuse. Une seconde fois, le glas des hostilités retentit dans l'esprit de Reikan. Celle qui avait déjà affronté la peine de perdre un être cher eut cette impression de faire un bond dans le passé, de nouveau confrontée à cette terrible angoisse qui eut vite fait de rugir contre ses artères pour aller de chœur avec son adrénaline. Retenue par la pince de l'arthropode, la Tigresse blanche fut contrainte d'accrocher son regard à celui de Tadao ; défi et rage, voilà ce qui se côtoyait au fond de leurs prunelles. Le temps semblait suspendu, dans l'expectative que toute cette vaine épreuve prenne fin. Mais la colère qui trônait au creux des yeux de son vis-à-vis et les mauvaises intentions dans lesquelles lui et ses pairs baignaient eurent raison de l'hésitation de la Fille du Lion. Même si elle parvenait à extirper les Yasei de Taiyō de cette prison d'ergs, ces hommes aux actes abjects ne les laisseraient pas en paix.

Devait-elle renoncer au combat aujourd'hui, à la seule fin de mourir demain?

Non. Pour Reikan, il n'y aurait aucun répit, aucune ruse. Seule l'implacable vérité surgira du sang ; celle qu'elle était bien assez digne pour devenir cheffe de clan.

La nuée de coups de dard produisit un râle monstre et souleva une épaisse écharpe de grains à l'endroit où se trouvait la jeune femme, tant la puissance de frappe de l'assaut était à considérer. En même temps que le lariat de l’Éléphant et le fléau relâché par le Faucon, la scène se laissa torturer par la dangerosité des coups qui s'y baladaient. Mais la Yasei devait avoir confiance en ses frères d'armes et se concentrer sur la clé de voûte qui soutenait cette arche titanesque dressée devant eux. Déchirée entre l'envie de les aider et l'idée de broyer Tadao de ses crocs, il lui fallut trancher avant que la Mort ne le fasse à sa place. Ainsi, dès que les grains retournèrent auprès de la terre-mère, tous ici purent se rendre à l'évidence ; Yasei Reikan avait été assez vive pour se défaire de l'emprise de cette fichue pince et échapper à cette attaque mortelle. L'ombre de la féline grandissait déjà sur le scorpion, alors que sa main ne tenait plus que de l'air. La lueur éthérée de ses yeux et de sa dague de cristal eurent du mal à la poursuivre dans son déplacement, tant son bond avait été rapide. Pourtant, ce qu'elle réservait au Gouverneur du Vent était d'une tout autre ampleur encore, aussi dure sa carapace pouvait-elle être.

En cet instant charnier, les talons de la Fille du Vent regagnèrent en silence le sable juste derrière le ténébreux danger du Désert, pendant que sa queue de fauve s’allongeait déjà vers celui-ci afin d'entraver l'entièreté de son dard jusqu'au bas de son dos et l'empêcher de se sortir du pétrin dans lequel il venait de plonger. Avec brutalité, le sublime minois de la Fille de Yasei Ragna adopta une enveloppe dont la férocité avait pour don de dépasser l'entendement. De la tête jusqu'au bout des doigts, l'humaine pleine de bonté qu'était Yasei Reikan disparut pour laisser place en un battement de cils à un imposant Tigre blanc. Sans prévenir et dans un grognement sourd, l'enfant des Bêtes qui venait d'abandonner toute son humanité se rua sur Tadao la gueule ouverte et s'empressa de saisir, à une vitesse aussi effrayante qu'époustouflante, l'épaule mise à nue par son précédent coup de patte dévastateur. Placée non pas pour lui ôter sa vie mais plutôt le mettre hors d'état de nuire, la morsure eut pour objectif de l'amputer du bras armé de sa pince et faucher son épaule, rien que par la puissance de sa mâchoire qui fit naître un claquement sinistre dans l'arène.

résumé:
 

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Mer 3 Juin 2020 - 14:44, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Yasei Zeref
Yasei Zeref

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Mer 3 Juin 2020 - 11:42
Si l’affrontement se fait entre deux Yasei, il semble que celui du désert l’ait oublié, un bref instant. J’ai tout de suite pensé à utiliser une technique sensorielle pour capter les bruits du déplacement de mon adversaire, alors que je n’avais plus la vision sur lui. Il serait embêtant qu’un utilisateur de Doton soit perdu de vue, du fait de ce que cette affinité permet de faire. C’est donc sans difficulté que je perçois le déplacement de Kado au travers du sol, et que j’attends patiemment de déceler où il sortira. C’est donc mon dos qu’il vise… Sans doute prévoit-il de m’attaquer en traître, mais c’est là sa pire erreur. Attendant le dernier moment, me servant du son de son déplacement dans mon dos pour m’apprêter à esquiver, je prépare également une série de signes. Alors qu’il arrive à mon niveau, je m’écarte subitement sur la droite, consommant une grande quantité de chakra, mais sauvant sans doute ma vie de manière in extremis.

Alors que je peux désormais le voir, j’achève mes signes incantatoires, et profite du déséquilibre dû à son mouvement de Taijutsu, probablement, qui avait visé à me toucher, pour poser une main au sol. Le reste se fait rapidement, alors que la terre se forme, une lance meurtrière apparaît en un instant et prend rapidement la direction de l’homme-éléphant. Je n’ai aucun souci à tuer ce changeforme, après tout il n’aurait pas hésité à le faire lui-même, et son appartenance au groupe de Tadao en fait un guerrier, il n’est pas le genre à en vouloir à quelqu’un qui cherche à le tuer, par définition.

« Tu espères attaquer un loup dans son dos… Je n’ai jamais perdu ta trace, et c’était ta plus grande erreur. »

Il a beau être rapide, le fait que je profite de son déséquilibre suite à son attaque ratée, couplé à l’étonnement qui doit le frapper, sont deux éléments qui vont favoriser que mon attaque le touchera. Tout du moins je l’espère, car mes réserves de chakra atteignent déjà un point critique, et je ne serai pas capable d’agir plus longtemps de la sorte. Dresser une défense, esquiver, contre-attaquer… Je pense que je n’aurai plus assez de chakra pour le vaincre, tout simplement, si cette attaque ne passe pas. C’est donc aux cieux que je m’en remets, cette fois, pour qu’il n’ait pas de botte secrète lui permettant une survie inopinée. Mes yeux se jettent du côté de mes alliées, et je constate que Reikan a l’air de s’en sortir plutôt bien. Mais qu’en est-il de l’assimilatrice ? Gine semble en bien mauvaise posture…




résumé:
 

_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Suzurane Gine
Suzurane Gine

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Mer 3 Juin 2020 - 14:26
Duel à mort !


Sans l’aide de Zeref ou de Reikan avec ce mur de pierre, Gine aurait eu de sacrés problèmes. Elle a échappé de justesse à recevoir de graves blessures. Cependant, le combat n’est pas terminé pour autant, la blonde devait encore se battre. Mais ce Kanno est un lâche, préférant attaquer que de loin soit de voler dans le ciel. La blonde ne pouvait pas trop l’atteindre même avec ses attaques à distance, cependant, elle devait tout de même tenter le tout. En colère, elle ne se rendait pas compte de sa légère transformation en Yasei, ça ne lui offrait rien de spécial, ce n’était que les prémices. Tout enfant Yasei obtenait cela, mais ça ne durait pas longtemps. Juste assez pour montrer son appartenance au clan des métamorphoses animales. Contournant le mur de pierre, la kunoichi avait tenté deux attaques, l’une d’elles était une boule de feu afin de lui masquer un peu la vue avec la taille de cette boule, Kanno avait décidé d’atterri et parvient à l’esquiver et de même pour les cinq boules de feu se dirigeant sur ses ailes. Normalement, ça aurait pu servir pour qu’il évite de s’envoler ou de rester dans les airs. Cela dit, aucune de ses assauts n'a pu le toucher et c’était assez frustrant. Comment le vaincre ? Gine n’avait pas la même expérience que Reikan ou Zeref pour être capable de toucher une cible aussi forte. Aurait-elle dû laisser sa place à Aguni ? Au moins, elle se serait transformée partiellement en Colombe pour un combat aérien et ça aurait arrangé la situation. Cela dit, il était un peu trop tard pour changer. La blonde allait tenter de se mettre entre Kanno et le combat entre Tadao et Reikan. Or, le faucon l’en empêche avec une attaque plutôt violente et sans merci.

La blonde se retourne et s’assimile en Katon en encaissant la puissante attaque de Kanno, elle se reforme dans l’élévation du sable causer par les lames. La blonde commence à manquer de chakra, elle a chaud et reprend son souffle. Difficile de la voir dans cette montée de sable, mais la kunoichi en profite pour cracher trois boules de feu en direction de Kanno avant de se déplacer sur la droite. Elle cherche à ne pas être statique et ça, malgré la fatigue qui commence à se ressentir. « Sale lâche, tu ne vaux rien sans tes attaques à distance. » S’écrit-elle en réfléchissant à comment le vaincre sans l’aide de ses amis. La blonde tente de se rapprocher de lui, en continuant à courir sur le flanc droit, mais ça risque d’être compliqué. Elle garde une certaine distance de sécurité et garde un œil sur lui. Espérant que Reikan et Zeref parviennent à vaincre leur adversaire et à venir lui prêter main-forte.






_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Naoko_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8447-suzurane-gine-imperatrice-des-flammes#70874 https://www.ascentofshinobi.com/t8471-destiny-of-fire-empress https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Yasei Tadao
Yasei Tadao

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 2 Empty
Jeu 11 Juin 2020 - 0:45
La fièvre du combat avait gagné les adversaires au bas des murs de la Porte de Vent de l’Est, dont le gouverneur qui s’était maintenant complètement jeté dans les pattes de la fauve au pelage blanc. Relâchant sa pince face à la force de la Kirijine, il ne put la maintenir immobile de sorte à la toucher de ses mille coups de venin. Ses attaques s'avéraient inefficaces face à la vélocité de la féline qui fit un bond dans l’air pour atterrir derrière lui, identifiant la redoutable queue de l’homme-scorpion comme son point faible en même temps qu’il constituait son arme fatale. Entourant le membre de sa propre queue, la tigresse parvint à neutraliser son adversaire aussitôt et réduire de manière drastique son potentiel offensif.

Pour la première fois, une certaine inquiétude s’empara du regard du mélanoderme qui se retourna de justesse pour voir arriver sur lui la gueule géante du prédateur. Dans un réflexe salvateur, il plaça son bras en opposition avant que son épaule ne soit déchiquetée, déployant depuis sa peau un épais bouclier rutilant noir à taille humaine, aussitôt broyée par les crocs qui n’en firent qu’une bouchée. Sa dernière protection volant en éclats, il voyait ses chances de victoire s’amoindrir alors qu’il n’avait jamais été autant mis en difficulté…

Ses pulsions suicidaires refaisaient surface, comme lors du réveil du Dieu du Désert.

Non... Pas maintenant. Pas comme ça.

Est-ce la folie, ou son orgueil qui le força à un baroud d’honneur qui contraindrait son adversaire à abandonner son avantage sur lui? Bien que sa queue était encore entravée par celle de la tigresse, il suffisait que celle-ci soit dirigée vers le ciel afin de relâcher dans une puissante décharge de chakra, une éruption de venin qui semblait manquer sa cible. Or, ce poison n’avait pas vocation à viser une personne en particulier, mais tous ceux qui se trouvaient dans la zone. Trop tard. Une omineuse pluie se déversa sur l’ensemble des personnes présentes, lesquelles devraient trouver un moyen de s’en défendre à moins de mourir dans d’atroces souffrances. Quant à Tadao, il tomba au sol, à bout de souffle, incapable de se défendre lui-même de la pluie toxique qui retomberait sur lui.

Tranchant l’air de son bras chargé d’électricité, le pachyderme eut à peine le temps de réaliser qu’il avait manqué la tête de son adversaire, à quelques millisecondes près. Comment? Comment avait-il fait pour anticiper son attaque alors qu’il avait le dos tourné? Il était si sûr, si certain de le tuer sur ce coup au point qu’il avait l’illusion de ressentir la gorge du loup dans le creux de son coude. Emporté dans son élan qui était quasiment impossible à esquiver tant grâce à l’effet de surprise qu’à la rapidité de sa charge, il lui fallut quelques instants pour tenter d’arrêter sa course et se remettre en position pour reprendre l'assaut.

A peine se retournait-il qu’il ressentit une drôle de douleur au ventre qui le fit basculer de quelques pas en arrière. Baissant les yeux sur la lance qui venait de l’empaler, il était en état de choc si bien que la douleur était complètement secondaire. Il échangeait un regard indifférent vis-à-vis de son adversaire qui venait de le prendre de court et lui infliger un coup qui aurait été fatal pour beaucoup d’individus, mais pour un mastodonte tel que lui, il était encore capable de tenir debout et de marcher en direction de son ennemi. La colère s’empara de lui de voir ce misérable insecte être à l’origine de sa mort.

Tu... vas... LE PAYER !!!

Arrivant rapidement au niveau de l’homme-loup qui avait dépensé presque toutes ses réserves de chakra et fatigué par la chaleur, Kado l’attrapa au niveau de la gorge et le souleva à une main jusqu’à ce que les pieds du chûnin soient à presque un mètre du sol. Celui-ci pouvait sentir sa trachée se faire écraser par la simple force des doigts qui lui enveloppaient le cou. Mais il n’en finit pas là et attrapa les jambes de sa proie avec son autre main et le porter au-dessus de lui, le maintenant en l’air avant de le faire retomber soudainement tout en levant le genou pour lui briser les vertèbres du dos.

L’homme-faucon voyait ses plumes tranchantes traverser l’élémentaire de feu sans lui infliger la moindre blessure. Pourtant il savait que ce genre d’attaques seraient inefficaces face à un assimilateur, et il semblerait que ses pulsions aient eu raison de lui car la kunoichi lui tournait le dos pour éviter le combat singulier en rejoignant ses coéquipiers. N’avait-elle donc aucun honneur? Lorsqu’elle lui déclara qu’il n’était qu’un lâche d’avoir recours à des attaques à distances, cela le mis d’autant plus hors de lui. Voyant les flammes arriver dans sa direction, il eut pour réflexe de se couvrir d’une aile pour se protéger, les brûlures infligées étaient assez superficielles pour être ignorées.

Alors qu’il s’apprêtait à se lancer à la poursuite de l’assimilatrice, il vit son chef en position de faiblesse face à la tigresse et tirer depuis son dard un jet de poison fusant dans les airs… Il reconnut la technique. Il savait exactement ce qui allait arriver. C’est pourquoi il oublia immédiatement le combat pour charger à grande vitesse près des portes et déployer depuis ses ailes une puissante bourrasque de vent couvrant l’armée de soldats gardant l’entrée… Les gouttes toxiques ricochèrent au contact de la barrière Fûton produite par Kazushige, lequel n’avait pas les moyens de couvrir le reste de la zone qui serait inévitablement touchée par l’averse funeste de Tadao.

Ne vous faites pas toucher par le poison!

Il s’adressait non seulement à ses propres alliés mais aussi à ses ennemis, les Yasei de Taiyô qu’il ne désirait pas voir s’éteindre malgré ses convictions qui l’ont rangé du côté de Tadao.

Au milieu de la foule paniquée et confuse quant à la signification de cette averse arrivant sur leurs têtes, Aguni avait pris sa forme mi-femme mi-colombe, déployant ses ailes pour repousser la pluie de poison comme elle le pouvait, elle fut rejointe par la jeune Yamanami et ses petites ailes d’hirondelle pour tenter de combiner sa bourrasque de vent à celle de la doyenne, mais il suffisait de voir l’ampleur de celle-ci pour comprendre qu’elles n’auraient pas de moyen de protéger tout le monde. Quant à Mizuchi, elle restait parfaitement calme, comme si elle avait déjà accepté le destin qui s’imposerait à elle, elle croisa un regard serein avec Reikan comme pour lui rappeler cette promesse qu’elle ne pouvait pas tenir lorsqu’elles avaient eu leur discussion.

Lui rappeler qu’elle lui faisait confiance pour faire le meilleur choix qui garantirait l’avenir des Yasei, à défaut de pouvoir tous les sauver.

Spoiler:
 


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES

Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: