Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 3 Empty
Jeu 11 Juin 2020 - 19:53
Plus la lumière était forte, plus les ténèbres se devaient d'être épaisses. Si Yasei Reikan rayonnait de tout son être tigré sous ce soleil de plomb, Yasei Tadao lui, demeurait prêt à tout pour éventrer la lueur d'espoir qu'elle incarnait parmi les Hommes. Car elle représentait la figure qu'il n'avait jamais pu devenir, à cause de ses œillères forgées par l'égocentrisme et de sa soif de gloire personnelle. Même entre ses crocs, il songeait encore à réduire à néant la jeune femme qui portait des valeurs délibérément opposées aux siennes. À tout prix, il était obstiné à réaliser son terrible souhait ; celui que tous ceux qui se dressaient face à son autorité obtenaient le droit de périr de sa poigne ou de son venin. Même si cela voulait dire que ses plus fidèles alliés ou son propre clan devaient trouver la mort dans ce maudit Désert, le Scorpion noir avait décidé de ne plus s'alourdir de leur fardeau et de charger jusqu'à la fin.

Un cœur qui bat, Tadao semblait ne pas en avoir. Or, Reikan était différente.

« Tadao, laisse-moi t'aider. Laisse-moi vous aider. »

Face à celle-ci, le prétendu chef des Yasei avait chu sur un os. Comme le bouclier sanguinolent qui capitulait sous la force aberrante de sa mâchoire, la féline cherchait aussi à écraser ses convictions rendues folles pour lui ouvrir les yeux à défaut de le dépouiller de sa tête. Elle avait eu l'ingéniosité de paralyser sa redoutable queue pour amoindrir le péril qu'elle pouvait engendrer, mais il n'en était rien. Le changeforme à la peau d'ébène se révélait dévoré par une haine d'une âpreté inestimable et illimitée, prêt à produire une monstrueuse pluie de poison sur la zone. Un déluge aveugle, qui ne savait différencier ses soutiens de ses ennemis, allait voir le jour pour coucher une bonne fois pour toutes un voile meurtrier dans l'arène. Mais l'urgence de la situation de Zeref était vouée à attirer la ténacité de sa cousine ailleurs qu'auprès du Gouverneur du Vent en déclin. Volontairement, l'enfant des Bêtes relâcha la protection émiettée de son rival pour le laisser tomber sur le sable, libérant par la même occasion son dard qui pointait déjà vers le ciel. En toute conscience, elle tourna le dos au Scorpion noir et braqua ses perles d'éther en direction du pachyderme qui était en train de soulever son cousin au-dessus du sol.

Un moment de flottement eut à peine le temps de s'écouler que la rincée criminelle s'envolait déjà pour rejoindre les hauteurs, instant au cours duquel le regard céruléen de la jolie brune croisa celui de Mizuchi. Alors que la tension germée en tous jusqu'à lors explosait à la vue du poison propulsé droit vers la voûte céleste, la sérénité sur le visage de la dame serpentine lui rappela la fatalité de leur discussion. Ces choix infimes mais essentiels qui jalonnaient nos existences, faisant de chacun un être unique en ce monde. À ce moment précis, Reikan y était confrontée plus que quiconque. Et dans sa prise de décision qui ne dura finalement qu'un pauvre battement de cils, sa gorge se noua et ses pupilles brillèrent sous l'émotion, sans toutefois avoir le temps de devenir liquides.

Cette averse de souffrances ne saurait doucher les espoirs de l'opiniâtre Tigresse blanche.

D'un revers de volonté, l'Héroïne de l'Eau chassa l'ombre de découragement qui se glissait en elle. En se détachant de sa douceur habituelle, le fauve immaculé concentra du chakra dans ses quatre pattes pour, d'un bond magistral, abandonner Tadao à son sort et fuser aussitôt vers le mastodonte bien amusé à torturer la chair de sa chair. Sans prévenir, le félin relâcha en route un rugissement qui ricocha sur les dunes pour insuffler la terreur dans le cœur de quiconque aux alentours et forcer le pachyderme à relâcher le Loup noir. La Fille de Yasei Ragna élevait très rarement la voix, encore moins sous une forme aussi bestiale. Mais quand cela se produisait, seuls les fous n'aspiraient pas à l'invisibilité. Le puissant et effrayant cri retentit dans toute l'arène et vint même à en faire trembler les grandes portes, craquelant au passage les masques de sentiments conflictuels enfilés par tous ceux présents.

Projetée à toute allure sur l'Éléphant colérique qui voyait le maintien de son emprise mis en échec par la portée de l'hurlement, Reikan s'empressa de retrouver sa forme mi-humaine mi-animale en vue d'attraper de ses deux bras le bassin du ténébreux en plein vol. Pour parfaire son sauvetage, la Yasei à la peau dorée par le soleil de ce pays n'arrêta pas d'elle-même son déplacement, espérant s'éloigner le plus efficacement possible de la portée du colosse. Elle encercla ensuite son cousin de ses bras afin de le protéger de la chute et se laissa retomber non loin de la caravane des Yasei de Taiyō, près de laquelle la bestiale put apercevoir la faiblesse de la défense qu'ils élevaient face à ce que le ciel s'apprêtait à leur déverser sur la tête. Tout s'était déroulé en une poignée de secondes à peine et déjà, son lien tellurique retrouvé avec le sol, la féline déposa sans délicatesse son ancien élève sur le sable avant de tourner le dos à sa famille de la Capitale du Vent. Elle n'attendit pas que le Faucon les prévienne du danger extrême de l'attaque-suicide de Tadao pour enchaîner une série de mudrās et propager tout son chakra dans les entrailles de la roche qui soutenait les ergs sur une large zone autour d'elle.

La Terre hurla dans un vacarme sans nom, suite à son appel.

Couverte d'éraflures et la jambe abîmée par l'atterrissage de sa charge, Reikan se concentra. Son sang coulait jusqu'aux grains pour les teindre d'un rouge inquiétant, mais elle outrepassa la douleur sans même geindre. Car ça en avait bien valu la peine. À mesure que son dos regagnait sa droiture et que ses bras s'élevaient loin au devant, de gigantesques colonnes de roc naquirent de la surface dans le but de faire grandir un imposant plafond au-dessus d'elle, ses camarades et la centaine de métamorphes rassemblée autour de la caravane de voyage. Aux yeux des protégés, l'astre solaire disparut en un rien de temps derrière l'apparition du barrage terrestre monstre contre le venin. Les vents libérés par la formation de la défense vinrent soulever sa longue chevelure de jais, tandis que la pluie assassine se déversait déjà contre le roc levé en priorité pour garantir à temps la survie des siens. Le rempart renversé termina de se dresser jusqu'à l'emplacement du Scorpion noir, comme s'il agissait sous l'espoir de Reikan qui souhaitait voir son opposant échapper à une mort certaine. Parce qu'aussi odieux avait été son assaut, la Tigresse blanche préférait voir Tadao survivre pour le laisser traîner cette horreur derrière lui toute sa vie. Cependant, il était peut-être trop tard.

Yasei Reikan n'avait jamais tué. Mais il se pouvait que cela ait changé aujourd'hui, malgré elle.

décision de reikan:
 

résumé:
 

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Yasei Zeref
Yasei Zeref

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 3 Empty
Ven 12 Juin 2020 - 15:33
Mort. C’est l’état qui devrait être celui de Kado. La mort l’a frappé, j’ai gagné, c’est moi le… vainqueur ? Non, pas vraiment, mais alors, j’ai perdu… ? Est-ce ça, la justice ? Porter le coup fatal, et se faire ainsi charger, puis saisir par les mains du pachyderme pour qu’il vienne porter le coup de grâce ? Esquiver ? Impossible. Contrer ? Peu probable. Résister ? Rah, non, c’est trop tard, sa force est trop grande. Est-ce le pouvoir de quelqu’un qui s’apprête à rendre son dernier souffle ? Non, il est trop puissant, et dès le début, j’ai tenté de vaincre un ennemi trop fort pour moi, c’est donc avec justesse que malgré ma ruse finale, je me retrouve devant l’épée du destin. Ou plutôt le genou… Le temps s’est arrêté autour de moi, je ne sais pas ce que font Reikan et Gine, mais d’une certaine façon, ma fierté m’interdit d’espérer qu’elles viennent m’aider. Plutôt mourir que d’appeler à l’aide, c’est la vie que j’ai décidé de mener.

Mes yeux se posent sur celui qui va achever ma misérable existence, d’un coup bien placé. Me rompre le dos… Après tout, il n’a lancé que des attaques mortelles, depuis que nous avons commencé à nous affronter. J’ai eu la force de résister, mais la réalité m’a rattrapé : il est plus fort, plus résistant, possède plus de chakra, est plus vif… Il me surclasse dans tous les domaines, et j’ai espéré le vaincre, l’espace d’un instant. Ah, oui, je suis plus malin, mais voilà où l’intelligence m’a menée. Je me suis heurté à un mur, celui de la puissance absolue, qu’aucune ruse n’aura su percer. Son sang coule, mais il ne tombe pas. Tombe, tombe, enfoiré, meurs pour de bon, crève… Non, tu ne tomberas pas, c’est sûr, tu vas achever ce que tu as commencé. Tu vas m’achever, moi. Avec seule mon intelligence de supérieure, cela ne faisait pas le poids. Les cartes n’étaient pas équilibrées dès le départ. Qu’avais-je d’autre pour le vaincre ?

Alors que je pense à ma défaite, un cri terrible me glace le dos. La terreur m’immobilise, mais… je n’aurais pas pu bouger, de toute façon. Je m’en souviens désormais. Il y a une carte que j’ai, et que j’ai déjà utilisée, sans le vouloir, à deux reprises. Un Joker, si je puis dire. Qui a dit que j’avais besoin de l’appeler ? Depuis que je la connais, elle a toujours agi pour m’aider. M’aider à me surpasser, m’aider à me battre, et m’aider à gagner. La prise de l’éléphant est moins importante, et se sont les mains de quelqu’un d’autres qui m’attrapent. Un ange, une déesse. Non, rien de tout cela. Une guerrière sans égal, qui m’arrache à la mort, pour la troisième fois déjà. Je n’ai pas à blâmer les cartes que j’ai reçues, car elles sont les meilleures que j’aurais pu avoir. Je fixe la scène devant moi, tandis que Reikan me relâche sur le sol, sans délicatesse aucune. J’observe le dernier assaut de Tadao, qui semble avoir abandonné l’idée de gagner. Cette carte, tu ne l’avais pas, Kado : un allié qui ne t’abandonnera jamais. Tu ne peux rien faire, contre ma meilleure carte, ce Joker invincible, qui même après son combat acharné sauve une multitude de vies d’un poison sans nul doute mortel. Incapable de me relever, je regarde une fois encore celle qui est mon modèle dans ce monde shinobi porter le poids du monde sur ses épaules.




résumé:
 

_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 3 Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Suzurane Gine
Suzurane Gine

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 3 Empty
Sam 13 Juin 2020 - 12:49
En sursis !


Gine tentait de trouver une solution pour le vaincre, mais c’était compliqué à l’état actuel de sa force. Elle n’était pas assez forte, pas assez expérimenté pour contre-attaquer, même si elle était parvenue à le blesser légèrement l’une de ses ailes. Se rapprocher ? Compliqué avec ses attaques à distance, en plus, elle se sentait épuiser par le manque de chakra qui commençait à se faire ressentir, mais pas seulement, aussi la chaleur. Ce n’était pas à l’avantage de la Suzurane, elle n’avait pas autant de chakra que ce type malgré ses nombreux assauts mortels et puissants. Gine n’a pas l’avantage du terrain, la chaleur l’étouffe peu à peu. Franchement, même en ayant passé une semaine à Kaze, on ne s’habitue pas si rapidement à une telle chaleur en si peu de temps. Son combat, elle voulait vraiment le gagner pour protéger tout le monde, Sanaé, Kasha, Aguni, Mizuchi et les autres Yasei, même pouvant apporter son aide à Zeref et Reikan. Or, la blonde ne sait pas comment se débrouillent ses camarades, elle est trop concentrée sur son propre combat. Un moment d’inattention et ça pouvait lui être mortel. D’ailleurs, elle était bien contente que pouvoir résister aussi longtemps face à ce type. Incroyable, mais vrai, pour une petite Genin comme elle avec peu d’expérience en combat ou peu forte. Cela dit, ce combat lui aura appris qu’elle a vraiment besoin de se perfectionner aux attaques à distances pour vaincre des ennemis comme Kanno, mais aussi, augmenter ses réflexes et sa vitesse. Elle ne peut pas toujours compter sur son assimilation en Katon pour éviter les attaques de ses opposants. Cela lui gaspille pas mal de chakra, à son niveau de puissance.

Gine allait tenter quelque chose contre le Yasei Faucon, cependant, ce dernier semble abandonner la poursuivre et décide de partir en direction de ses alliés. La blonde ne le comprend pas avant de poser son regard vers Reikan et Tadao, il semblait que sa sensei ait gagné, mais à quel prix ? La blonde pouvait voir un jet toxique allait vers le ciel et la fuite de Kanno n’était pas due au hasard. Au loin, elle voit Zeref en difficulté et serre les poings, il allait se faire tuer. La Suzurane est trop loin, si faible pour lui venir en aide. Heureusement, le Tigresse Blanche semble préférer sauver son ami que de succomber à la haine en voulant tuer Tadao. La blonde ne sait pas quoi faire exactement, mais elle peut voir Reikan et le loup noir retournaient auprès de la caravane. Au loin, Kasha la supplie de revenir vers eux pour se protéger d’un futur danger. La jeune Genin se déplace rapidement, épuisé et sous cette chaleur implacable, renforcer par ses efforts durant son combat contre son adversaire. Concentrant son chakra à ses pieds, elle se déplace rapidement sur les derniers mètres à parcourir avant d’être près des Yasei de Taiyô, mais elle finit par tomber devant eux assez catastrophiquement dû à l’épuisement. Elle avait tout donné pour arriver à temps, elle ne voulait pas mourir ni même mourir seule. Au sol, la blondie tente de reprendre son souffle en versant des larmes pensant à ses parents et à sa petite sœur. « Je… Je ne veux pas…mourir. » Dit-elle en s’efforçant de se relever. Kasha arrive devant elle, sa tante, elle l’aide à se relever avant de se transformer en panthère noire hybride et la prendre sur son dos pour l’emmener vers les autres. Il n’y avait plus loin à elle, par chance. Un plafond de terre se soulève et semble les protéger de la dernière attaque de Tadao. Kasha dépose sa nièce contre une des caravanes tandis que Sanaé lui donne à boire pour l’hydrater. « Tiens bon, cousine. Bois, doucement. » Dit-elle tandis que la blonde avait perdu sa forme prémices de Yasei depuis quelques minutes.

Kasha regarde autour d’elle, tandis que Gine boit doucement de l’eau auprès de sa cousine. La femme se transforme en panthère Noire totalement et tente de les protéger en se mettant au-dessus d’elle avec délicatesse. « Je ferai tout pour vous protéger, mes enfants. » Dit la femme. Gine est faible et boit doucement avec un peu de mal. Elle souhaite fermer les yeux, dormir pour reprendre des forces et se réveiller quand ça ira mieux. Mais, elle ne le doit pas, elle doit rester éveiller pendant qu’Aguni et un autre oiseau lié au volatile font de leur mieux pour protéger tout le monde. Il en était de même pour Reikan qui puisait dans ses réserves pour les sortir de ce pétrin. Au loin, elle peut voir Tadao et le Yasei éléphant, difficile de savoir ce qu’ils ont en tête. Sa jeune cousine se blottit contre la blonde, la jeune Yasei avait peur de mourir aussi. La Suzurane l’enlace tendrement et attend patiemment la fin de l’attaque ultime de Tadao. « Tata, cousine, je vous aime et merci du temps passé avec vous. En rentrant à Kiri…je vous promets de vous inviter tout le monde à manger à la maison. Maman est douée pour faire sa ramen au poulet et papa avec ses pâtisseries. Et… Naoko, elle sera contente d’avoir une famille complète avec qui partager ses bons et tristes moments. Je veux qu’on soit enfin réuni. » Finit-elle en souriant. « Je vous aime. » À présent, qu’allait-il se passer ?

Spoiler:
 



_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 3 Naoko_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8447-suzurane-gine-imperatrice-des-flammes#70874 https://www.ascentofshinobi.com/t8471-destiny-of-fire-empress https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Yasei Tadao
Yasei Tadao

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 3 Empty
Jeu 18 Juin 2020 - 3:00
Tout allait si vite. Un torrent de sang noir, une vague de mort menaçait de s’abattre cruellement et sans discrimination sur l’ensemble des personnes se trouvant dans la zone où la vie d’un grand nombre d’innocents était dans la balance, c’est la colère d’un homme refusant la défaite qui allait se répercuter sur ceux qui avaient eu le malheur d’être présents. A commencer par les premiers concernés, les Kirijins qui se trouvèrent dans une situation pour le moins précaire n’avaient d’autre choix que de se reposer sur le jugement de la prétendante au titre de cheffe de clan. Au fond de lui, Zeref était nourri par l’amertume de voir son adversaire accomplir ce baroud d’honneur avant de rendre l’âme comme il aurait dû le faire - comme beaucoup l’auraient sûrement fait, c’était déjà le signe qu’il était venu à bout d’un ennemi contre lequel il aurait dû perdre sur le papier. Kado n’était plus qu’un mort refusant de mourir, animé seulement par la rage d’avoir été vaincu en dépit de sa supériorité physique évidente.

Alors qu’il affichait un sourire carnassier à l’idée de briser le corps de celui qui avait réussi à le tuer, il fut frappé de plein fouet par un cri d’une puissance terrible faisant trembler la terre et vibrer les tympans… Lui faisant lâcher prise. Il tomba alors à genou en se tenant les oreilles, l’adrénaline redescendant et une vague de douleur jusqu’alors contenue par sa colère remontait à la surface. Un dernier soupir, les yeux écarquillés en voyant la pluie de venin comme dernière vision. Il réalisait que sa mort était venue, souriant à l’ironie de s’être fait ainsi vaincre par un adversaire qu’il pensait faible… Il s’était trompé.

Reikan et Zeref rejoignirent aussitôt Gine qui dépensa le reste de son énergie pour demeurer aux côtés de sa famille, là où le reste de la caravane des Yasei où Aguni et Yamanami tentaient de repousser le déluge toxique de toutes leurs forces, des efforts qui furent rapidement conjugués avec une défense titanesque qui prit racine depuis le sol en une multitude de piliers finissant par une plateforme monumentale, donnant l’impression d’un temple qui se dressait au-dessus de leurs têtes et les protégeait du courroux céleste. Si les Yasei de Taiyô furent pour la plupart inquiets de voir cette structure soudainement sortir du sol, comme une sorte d’intervention divine, ils comprirent qu’il ne s’agissait rien d’autre que d’une technique ninjutsu exécutée par la tigresse déterminée à sauver son clan. Elle finit alors par couvrir l’ensemble de la zone d’un immense plafond de terre, inondant la plaine sablonneuse de la pénombre à l’abri duquel la caravane fut mise en sécurité.

Un long silence planait parmi les spectateurs de cette scène incroyable, sentant les gouttes de pluie ricocher sur la surface terrestre… Ils réalisèrent qu’ils étaient sauvés. Mais l’heure n’était pas à la joie même si certains d’entre eux ne surent la contenir en éclatant prématurément d’euphorie à l’idée d’avoir échappé à la mort. Le corps gisant dans le sable de Tadao tremblait de partout, victime de son propre venin, on pouvait voir des taches noires sur l’ensemble de sa peau le brûlant comme de l’acide et se propageant à l’intérieur de son corps à une vitesse terrifiante. La cornée de ses yeux se noircissait et du sang coulait en abondance de l’ensemble de ses orifices, une mort horrible qui ne l’empêcha pas de prononcer ses derniers mots teintés de mépris envers les Yasei de Taiyô.

— Soyez… mourrez… TOUS! Usurpateurs… partout….Traîtres… Tr-

Avant qu’il ne puisse finir son mot, sa gorge fut tranchée par les serres de l’Aile d’acier qui l’avait servi en tant que lieutenant, désormais son devoir était accompli. Mettant fin à ses souffrances, l’homme-faucon se tenait devant les corps de ses camarades tombés au combat, impassible ou du moins incapable d’exprimer sa tristesse après avoir constaté avec quelle indifférence le Scorpion avait choisi de sacrifier les vies de ses congénères sur l’autel de sa fierté. Sans maître ni chef de clan, Kazushige considéra Reikan, plongeant dans ses yeux comme il plongerait dans son âme afin d’y lire la vérité. Faisant quelques pas dans sa direction, on aurait pu penser qu’il allait lancer l’armée à l’assaut de la Kirijine pour avoir tué le gouverneur… mais celui-ci s’était lui-même donné la mort. Il prit enfin la parole d’un ton chargé de regret, mais aussi admiratif du trio de shinobis qui ont su livrer un combat de haute volée sans pour autant mettre de côté leur intégrité morale.

Nous avons fait le voeu de combattre aux côtés du plus fort des Yasei. Vous avez prouvé votre supériorité que vous étiez meilleure que Tadao, que ce soit en combat singulier mais surtout… Que vous aviez véritablement les qualités nécessaires pour succéder à Ragna. Pardonnez-nous d’avoir mis en péril la cohésion du clan.

Posant un genou au sol, la tête baissée, il se frappa la poitrine en signe de respect, un salut qui fut progressivement imité par le reste des hommes devant la Porte de l’Est, s’agenouillant afin de montrer à leur tour leur souhait d’honorer la tradition des Yasei, ou du moins leur vision qui est celle de la loi du plus fort. Tadao n’était plus, Reikan était maintenant celle détenant les clés de l’avenir du clan. Accepteraient-ils l’allégeance de cet ancien lieutenant du despote dans ses rangs, lui ainsi que l’ensemble des Yasei qui avaient daigné suivre le mouvement du révolutionnaire plein de zèle?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei Reikan

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 3 Empty
Jeu 18 Juin 2020 - 21:42
Depuis ses plus lointains souvenirs, Raion no Musume* avait été bigornée par cette soif de vaincre la moindre adversité sur son chemin. Et malgré les a priori populaires sur la gente féminine dans ce monde pétri par la violence, l'élégance qui lui collait à la peau et parfois à la fourrure n'entachait en rien la dangerosité qui coulait en elle. Dorée de pugnacité dès l'enfance, forgée pour n'avoir que ce goût de la victoire entre les lèvres, Yasei Reikan était devenue un véritable monstre d'espoirs, aussi fascinant qu'effrayant, pour tous ceux qu'elle chérissait. Une machine muselée par sa seule volonté qui n'avait encore jamais grippé sous l'ampleur de ses monstrueux efforts, aux dépens de bien des sacrifices. Des sacrifices de taille comme la mise en pièces de Yasei Tadao qui, même avec l'odeur de la mort pendue au corps, espérait toujours garder la tête haute devant le titan de fierté et d’égo que la Tigresse blanche incarnait au milieu de tous.

Après ces sueurs froides, les dernières appréhensions de la féline s'évanouirent afin de rejoindre le néant de ce Désert. Ses mains, douces et fines mais porteuses d'un si grand courage, retombèrent lentement sur les côtés de sa silhouette après avoir tourmenté les tréfonds et façonné une structure aussi prodigieuse. À son dos, les métamorphes avaient déjà le cœur à la fête ainsi que les visages polis de joie et d'euphorie. Mais Reikan elle, demeura silencieuse au point d'en devenir inquiétante. Comme si la prédatrice venait de rejeter toute sa fatigue au sol sans en effacer les marques sur sa chair, elle foula le sable de ses pas pour sortir de l'ombre née de son propre miracle.

Arrêtée devant le Scorpion noir, elle broya définitivement en son sein ses derniers regrets de l'avoir laissé à ce tragique sort qu'il s'était lui-même infligé. En même temps que la vie quittait le corps de Tadao, l'enfant des Bêtes sentit la chaleur de la réussite la caresser et l'apaiser pour faire s'éveiller en elle un soulagement sans peine. Une exaltation, pareille à une onde nitescente, qui consumait la moindre parcelle de son esprit pour anéantir toute cette négativité qui l'avait investie durant la lutte, tandis que la souffrance de sa jambe s'estompait. Disparaissait presque totalement. Pour la laisser profiter pleinement des mots prononcés par Kazushige et de cette réalité qui se déployait sous ses yeux ; celle de tous ceux qui déposaient un genou au sol face à elle.

Reikan était une Héroïne de l'Eau. Mais dès aujourd'hui, elle était aussi l'Héroïne de son clan.

La Fille du Vent traumatisa ses bronches d'une profonde inspiration et déjà, sa mutation partielle en animal perdait du terrain sur le peu d'humanité qu'elle avait avalé. Les traits de son minois faiblirent en bestialité sans abandonner leur indéniable exotisme et leur grâce. Des pétales de saphirs et d'or traditionnels reprirent place dans sa longue chevelure d'ébène. Le soleil jouait avec la changeforme de ses rayons, rebondissant sur ses joyaux, sa dague de cristal clanique et son épiderme qu'il avait doré quelques années en arrière, plongeant pour de bon dans les profondeurs céruléennes de ses pupilles d'aigue-marine. Sans s'adresser à ses camarades ou ceux qui l'avaient suivie dès le départ de la Capitale du Vent, Reikan planta son regard sur l'armée qui s'était prosternée au-devant. Elle qui avait rêvé d'embrasser ce jour, au prix de tant de pénibilité et d'efforts hargneux, sentait grandir en son être une satisfaction ébouriffante.

Elle était la plus puissante des Yasei, mais son âme se révélait tout aussi grande que sa force.[invisible_edit]

Par un élan de bonté contagieuse, la femme courba gracieusement l'échine et plia ses genoux pour être au niveau du Faucon et ses frères d'armes. Ses cheveux de jais tombèrent en cascade autour de sa figure déterminée et ruisselèrent jusqu'au bas de ses reins, pendant que sa dextre raffinée se déposait sans gêne contre le menton du combattant volant en vue de l'obliger à redresser la tête.

« J'ai fait le vœu de protéger le clan Yasei, mon clan. Et vous en faites tous partie. Si je regrette les actes de Tadao, il n'y a pas l'once d'une haine qui rôde dans mon cœur pour ceux ayant décidé de le suivre par le passé. Seulement de l'espoir. Ralliez-vous à moi et quittons cet enfer en devenir. Du moins, si vous aspirez à forger la gloire du clan tout entier et non pas celle d'un seul Homme. »

***
Printemps de l'An 204, Désert aride

Ces ergs cruelles, Reikan y avait vu le jour deux décennies plus tôt. Dorénavant, elle les traversait afin de déterrer pour de bon les siens de ce pays puits de misère et de malheurs. Son bandeau de Kiri retrouvé au front, sa plaie bandée pour affronter la marche sans plaintes, la féline avait décidé de prendre sous sa protection les Yasei enrôlés par Tadao, touchant un peu plus du bout des griffes ce rêve de réunification. Leur retour lui parut aussi rude que leur arrivée sur les terres de grains, en ce qu'elle était devenue le fil de réconciliation entre deux groupes déchirés du clan. Mais pas à un seul instant sous ce soleil traître, la Yasei à la peau cuivrée regretta de s'être abandonnée à cette quête avec un tel dévouement. Celle qui avait retrouvé ses frères et sœurs pour mieux garantir leur sécurité comptait bien leur transmettre la flamme d'amour et d'entraide qui brûlait dans son cœur, avec pour seul but de fonder une chose devenue rare en cette époque ; un clan fort et soudé.

***
Village de Kiri, Port Naragasa

Les yeux de Yasei Reikan avaient vu bien des paysages dans ce monde, contrairement à ses pairs tout juste arrachés au Vent. Quelle ne fut donc pas leur surprise, lorsque les monstres de bois qui les portaient, aux couleurs de Kiri, vinrent truander les ténèbres blanches de l'île-mère de l'Archipel afin de leur dévoiler la vue sur la Cité Brumeuse? L'air avait beau être humide, il était frais et léger à côté de celui du Désert, si bien qu'être en activité n'était plus une épreuve. L'abondance du Port Naragasa, centre névralgique du commerce maritime de la Brume, se trouvait à mille lieux de toute la pauvreté qui gangrenait Taiyō. Les édifices rebâtis depuis l'attaque du Dieu de l'Eau étincelaient et les rues grouillaient de civils en cette fin de journée printanière. Sur le pont du navire, les yeux de la Tigresse blanche se baladèrent à travers les personnes à son dos, dont Gine, Aguni, Mizuchi et Kazushige. Puis, son visage se dirigea vers Zeref pour lui accorder le majestueux et fier sourire qui se dessinait sur ses lèvres charnues. Elle était parvenue à ramener sa famille là où ils seraient en mesure de la protéger. Convaincue de ses capacités, elle se retourna vers Kiri qui n'attendait que d'accueillir le clan Yasei et leur nouvelle cheffe.

La Tigresse blanche, qui était enfin de retour à la maison.

Spoiler:
 

*Raion no Musume (獅子の娘, litt: Fille du Lion)

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Jeu 18 Juin 2020 - 23:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Yasei Zeref
Yasei Zeref

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 3 Empty
Jeu 18 Juin 2020 - 22:59
Le corps imposant de Kado s’écrase sur le sol d’une manière si pitoyable que j’ai du mal à réaliser qu’il a failli me tuer, quelques instants plus tôt. Pourtant, la douleur dans mon corps reflète bien ce moment où je me suis retrouvé entre ses mains, prêt à voir l’os le plus important de mon corps se rompre sous la force de son puissant genou. Ces images ont du mal à sortir de ma tête, celles de mon corps détruit par sa force, et ce qui me dérange le plus est de ne pouvoir m’en prendre qu’à moi-même. Je l’ai vaincu, mais sans l’intervention de Reikan, cela aurait été un match nul. Un mort pour un mort, rien de plus. Alors que la brune s’avance vers l’armée de Yasei, je me relève de mon côté, manquant de chuter, un peu perdu entre la chaleur accablante, mon manque de chakra et mon corps meurtri, mais je parviens à rester debout. Sans m’intéresser au sort d’aucun des métamorphes présents, je vais vers la dépouille du pachyderme, donc l’abdomen est empli de terre.

« Tu faisais le malin, mais c’est toi qui est froid maintenant. Ordure, tu fais honte aux nôtres, j’espère que tu continues à souffrir là où tu es, crevure. »

Je lui donne un coup de pied dans la tête, mais il ne réagit pas. Il est mort, c’est certain, et cette montagne de muscle et de gras a perdu la vie de ma main. Je regarde les miennes, et me dis que ce n’est pas si déplaisant, au fond. Je n’avais jamais pris la vie à un être aussi fort, par le passé, et je pense que si c’était à refaire, j’hésiterais encore moins à frapper pour tuer. Je dois devenir fort… Mes yeux se tournent alors vers celle qui est désormais la cheffe du clan. Toujours droite, je crois ne l’avoir jamais vue poser un genou au sol. Voilà comment je dois me comporter, si je veux progresser. Refuser la défaite, refuser de tomber. Tant que je ne serais pas capable de ne pas tomber, je me devrai au moins de me relever au plus vite. Un jour, je devrai être le plus fort si je veux protéger ceux que j’aime. Un jour, je devrai prendre sa place à la tête du clan, pour prouver que je suis le plus fort.

J’écoute le discours de la Tigresse Blanche, impassible malgré la chaleur qui me brûle la peau. J’ai bien failli connaître l’Enfer, le vrai, mais ici, la chaleur peut être comparable à ce lieu de légende. En l’écoutant, je comprends que nous serons encore plus nombreux à revenir à Kiri. Il n’y aura pas que les Yasei à protéger, mais aussi ceux qui savent se battre. Tous autant qu’ils sont, ils seront plus en sécurité là-bas qu’ici, de toute façon. Des choses mauvaises se trament ici. L’histoire de Kaze a toujours été sombre, et je doute que cela ne se soit arrêté lorsque Tadao a pris le pouvoir.

*********

La traversée du désert est aussi difficile qu’à l’aller, voire même plus encore. La présence de l’armée de Tadao me permet de ne pas être sur le qui-vive, laissant la sécurité de tous les change-forme à leur bon soin. Pour ma part, je marche à côté d’une charrette en essayant de ne pas penser à la chaleur. Je me remémore Kiri la Grande, et la fraîcheur hivernale qui nous y attend. Ah… non, maintenant, cela doit être le printemps, je pense. Là-bas, il y a aussi Saeko, qui n’est sans doute pas tirée d’affaire. Mais pourrais-je seulement trouver ce que je cherche pour la sauver ? J’en doute, pas en restant à Mizu en tout cas. J’aperçois, après plusieurs heures de marche sous cette chaleur de plomb, la côte, qui me libère de bien des souffrances…

*********

L’arrivée à Kiri est salvatrice, et les navires transportant la véritable armada de Yasei sont accueillis avec des regards mitigés, par les locaux. Peu savent de quoi il en retourne, mais notre présence, à nous trois, membres de la Kenpei, suffit à les rassurer. Je jette un regard vers Reikan, et lui retourne son sourire, bien que plus timidement. Sans dire que c’est un sourire forcé, je dirais qu’il est exagéré, malgré son apparence plutôt discrète. J’ai encore du mal à éprouver la même joie que la Chûnin, mes tourments étant de nouveaux présents. Mes yeux dérivent sur les abords du port, et bien que l’ensemble des dégâts semblent avoir été réparés, une bâche couvre quelque chose, à un endroit précis. Non loin de cette bâche, les dalles sont marquées par le sang. Des frissons parcourent mon échine : que s’est-il passé en notre absence ?




Spoiler:
 

_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 3 Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee https://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Suzurane Gine
Suzurane Gine

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 3 Empty
Ven 19 Juin 2020 - 14:51
Retour au pays !

Gine était épuisée, fatiguée, elle avait utilisé trop de chakra et la chaleur ne l’avait pas aidé, un comble pour une assimilatrice de Katon. Une dernière utilisation de chakra, après avoir vu Reikan avec Zeref se dirigeait vers les caravanes pour une raison qui lui était obscure sur le moment. Tombant, non loin des Yasei de Taiyo, c’est sa tante qui est venue la récupérer la mettre à l’abri pendant que la tigresse utilise un mur Doton tel un plafond pour les protéger d’une pluie toxique qui aurait pu tous les tuer sans distinction, même les Yasei de Tadao. Assise contre une caravane, était prise en soin par sa tata et sa cousine pour pas qu’elle s’évanouisse par la chaleur et la fatigue à cause de son combat contre Kanno. La blonde avait peur de mourir, elle ne voulait pas mourir ni voir sa famille mourir, maintenant qu’elle sait qui elle est à présent. Elle les connaît que depuis une semaine, mais elle les aime déjà. Kasha s’était transformé en panthère noire pour protéger sa fille et sa nièce, mais surtout pour leur éviter de voir la mort atroce de Tadao. Le gouverneur est certes un monstre, mais il était humain et un Yasei avant tout. Cela dit, il méritait de mourir de sa propre attaque, qui aurait décimé tout le clan si la fille de Ragna et Kanno n’auraient pas tout fait pour protéger les leurs. Tadao est coriace, mais sa vie va s’éteindre et ce fut le cas quand son Lieutenant abrège ses souffrances. Fin de ce spectacle morbide, la femme reprend sa forme humaine et reste auprès de Gine et de Sanaé. La blonde pouvait voir le chef de la Porte mort et un autre de ses bras droits aussi. Kanno était toujours vivant, au fond, elle était contente qu’il le soit toujours. Après tout, elle veut encore le combattre et apprendre à ses côtés.

Il semblerait que tous les Yasei, même ceux ayant rejoint Tadao dans le passé rejoignent Reikan et décide de partir pour aller jusqu'à Kiri. Gine était contente pour sa sensei, la brune avait enfin atteint son objectif et à présent, il était temps de rentrer à la maison. La Genin se relève faiblement avant de voir flou et perdre l’équilibre, tombant au sol. Inconsciente, un coup de chaleur ou lié, tout du moins. « GINE ! » Crie Kasha, inquiète. Quelques Yasei la mettent sur un chariot, y mettant un peu d’ombre pour l’aider. Sanaé s’occupe de l’hydrater de temps en temps. Malheureusement, ils ne pouvaient pas se permettre de perdre trop de temps à Kaze. Kasha reste auprès de sa nièce, lui tenant la main, espérant qu’elle se réveille et qu’elle aille mieux. Le voyage sera long et le sourire ainsi que la bonne humeur de la Suzurane lui manque beaucoup. Sanaé venait de temps en temps la voir, pour s’informer de son état. Un Yasei avec des compétences en médecine les rassure, disant que son corps n’est pas habitué à une telle chaleur, surtout après tant d’effort dans son combat contre Kane. La fatigue et le manque de chakra ont beaucoup joué sur son état de santé. Selon lui, Gine ira mieux sur le bateau, voire même, à Mizu no Kuni. La traversée du désert était longue, mais sans problème ni attaque de qui ce soit. Il faut le dire, qui oserait s’attaquer à tout un troupeau de Yasei dont certains sont des combattants d’exception. La blonde s’était réveillée vers la fin du trajet dans le désert, mais Kanno lui a demandé de se reposer. Le Yasei Faucon avait aussi veillé sur elle, un ennemi qui l’avait combattu avec de féroces attaques. Elle ne se relève pas et sourit en restant allonger.

Sur le bateau, Gine tombe malade à cause de son mal de mer. Sans être trop inquiété, Kasha part discuter avec d’autres membres du clan. Gine, se trouve dans une soute, en train de se reposer avec un seau pour y vomir quand elle doit le faire. Sanaé est restée à ses côtés pour lui tenir compagnie et lui expliquer qu’elle a atteint ses prémices de Yasei lors de son combat contre Kanno. La Suzurane ne s’y était même pas rendu compte. Selon sa cousine, c’est normal, ça ne se ressent pas que ce soit dans ses mouvements, mentalement ou capacités de combat. C’est juste un signe qu’elle appartient réellement au clan Yasei, tout simplement. Quelques jours, après, les voilà débarquer au port de Naragasa, dans le village de Kiri. Tout le monde descend des navires de transports. Reikan et Zeref semblent appréciait ce qui se passe. Un peu plus loin, Gine voit son père et sa mère ainsi que sa petite sœur, ne sachant pas quoi leur dire, elle va tout de même les câliner. « Va… Va falloir qu’on parle, mais vous m’avez tant manqué ! » Dit-elle heureuse de les revoir. Kasha et Sanae arrivent vers eux, la réunion de famille se passe plutôt bien. Ils décident de laisser le reste à Reikan, pour emmener Kasha et Sanaé au restaurant familial pour discuter ensemble. Marchant un peu, Gine voit Aya, ses yeux s’écarquillent, des étoiles dans ses yeux et s’approche doucement de la rouquine. Aya lui fait signe de la main avec un sourire. « Tu es revenue en vie, Impératrice des flam… » Elle n’a pas eu le temps de finir que la blonde l’embrasse devant tout le monde. L’enlaçant, le baiser durant quelques minutes et la blonde lui sourit. « J’ai failli perdre la vie et…l’un de mes regrets est celui de ne pas avoir pu te dire, je t’aime et que je veux vivre à tes côtés, Aya-san. » La rousse rougit et sourit. « Il t’aurait fallu attendre un tel événement pour te confier. Allons au restaurant, j’aimerais rencontrer ta nouvelle famille, tête brûlée. » Maintenant, direction le restaurant des Suzurane pour discuter.

Spoiler:
 



_________________
[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES - Page 3 Naoko_10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8447-suzurane-gine-imperatrice-des-flammes#70874 https://www.ascentofshinobi.com/t8471-destiny-of-fire-empress https://www.ascentofshinobi.com/u1136

[MISSION/A/KIRI] NOS AMIES LES BÊTES

Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: