Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi]

Souhei Toji
Souhei Toji

J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi] Empty
Dim 15 Mar 2020 - 18:23
« J'ai beau être matinal, j'ai mal. »



Les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Son arrivé au sein du village caché de la roche n'est que très récentes mais dans ce laps de temps très court, le moine a rencontré de nombreuses personnes qui l'ont permis de se sentir "accepté" dans le village. Koharu en est le plus bel exemple. Elle qui ne connaissait absolument pas le moine, lui a accordé sa confiance et mit fin à une querelle avec un marchand véreux. Mais comment également remercier Teruyo qui a offert un repas de roi à tous les moines venus prêter main forte au village ? Et tandis qu'il médite paisiblement dans un des rares parcs verdoyants de la cité, Toji sourit en repensant à tout ça.

Il en était désormais persuadé, ce village était rempli de personnes débonnaires. Il commençait à s'y sentir chez lui. Bien entendu l'herbes est toujours verte dans le pré d'à côté. Il allait peut-être changer d'avis au fil de nouvelle rencontre mais il espérait se tromper… Sa tranquillité fut perturbée par les cris d'un de ses frères moines. Le jeune Koshiro.


"ONIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIISAN !!"


Toji laissa tomber sa tête de désappointement avant d'ouvrir les yeux et redresser son crâne.


"Qu'est-ce qu'il y a encore…?" Lâchât-il dans un soupir.


Nous sommes dimanche, le jour du seigneur. Et en ce jour saint, chaque croyant doit uniquement se consacrer à Dieu, en temps normal ça aurait été le cas mais étant donné que le Grand moine n'est pas là, les sermons et les différents cours doivent être dispenser par les moines supérieurs (comme Toji) auprès de leur cadet… Une initiative applaudie par bon nombre de moine, Toji compris. Mais il ne s'attendait pas du tout à ce que ce soit aussi difficile de résister à la tentation d'éclater un crane contre le bitume.

"J'ai fini mes milles coups dans le vide ! Quand est-ce que je frappe des vrais trucs ?!" Dit le jeune moine avec une pointe d'impatience. Assis sur son postérieur, Toji décroisa ses jambes et se releva tout en soupirant. Il se tapota légèrement les fesses pour retirer le peu de terre qui s'était accroché à son kimono puis s'approcha du jeune homme. Il posa sa main titanesque sur le sommet de la tête de Koshiro et le tapote *pat pat*."Il faut déjà savoir marcher avant d'apprendre à courir mais peut-être que tu es prêt après tout..." Dit calmement le tuteur du jeune homme. "AH ÇA OUI ! JE GAMBADE COMME PERSONNE !" Répondit Koshiro en poursuivant la métaphore. "Bien…Alors frappe moi. Si tu arrive à me toucher alors c'est que tu sais marcher." Répondit calmement Toji. "Oniisan je ne veux pas te faire mal…" Lâcha le jeune moine. L'habituel moue de Toji se décrispa. Il se retint de rire pendant quelques secondes avant reprendre son sérieux.


"Ne discute pas."


Les deux protagonistes se mirent en garde. A peine le top départ donné via un signe de tête, Koshiro fondit sur son adversaire et envoya une volée de coups qui furent esquivé par Toji en sortant de la ligne d'attaque. Excédé par cette attaque infructueuse, le jeune moine lança un nouvel assaut mais termina sa course au sol, la cause à une projection exécuté dans un timing presque parfait par son tuteur du jour. Il tenait désormais en respect son élève via une clé de bras. L'adolescent ne cessait de se tordre comme un asticot.


"Arrête de gesticuler ou tu va finir par te faire mal…"


Écoutant nullement son tuteur, le jeune Koshiro continua de se dandiner pour essayer de se libérer de l'étreinte du moine qui ne faisait que de se resserrer à chaque mouvement brusque.


"Koshiro tu es battu, accepte la défaite ou tu vas te déboi…"


*Brlock* Un bruit sourd se fit entendre."Et merde…" Soupira Toji tandis qu'il était face au membre disloqué de Koshiro qui restait étonnamment silencieux mais avait arrêté de se déhancher comme surpris par ce bruit. "Hé voilà le résultat, ta tout gagné mon grand…" Il y eut un moment de flottement… "C'est vrai ?! J'ai gagné ?!" Répondit du tac o tac Koshiro qui ne s'était pas encore rendu compte de sa blessure. "Oui bougre d'âne, ta gagné un aller simple pour l'hôpital, je t'avais pourtant dit d'arrêter de bouger !" Le garçon remarqua son épaule sortie de son axe puis baissa la tête "Oh…" Aidant son camarade à se dresser sur ses deux pieds, le moine supérieur chargea son cadet sur ses bras comme une princesse. Koshiro enroula son bras valide autour du cou de Toji pour se tenir. "Cette fois-ci évite de bouger ou je fais sorte à ce que tu sois symétrique."


Foulant la terre du parc dans le sens inverse, le moine pris la direction de l'hôpital. Une chance qu'il ne soit pas très loin. Arrivant sur le pas de l'infrastructure hospitalière, les deux moines entrèrent. Toji déposa délicatement son jeune frère sur une banquette libre et s'approcha de la banque en bois avant de raconter les faits auprès du personnel d'accueil.


"Nom et âge du patient s'il vous plait." "Koshiro, seize ans." "Merci…" Elle gratta quelques notes sur son carnet avant de reprendre. "Le patient s'est donc disloqué l'épaule à cause d'une clef de bras que vous lui avez faites ?" "Entre autre." L'employé chargé de l'accueil leva un cil. "Bien allez-vous assoir, un médecin ne devrait pas tarder…" Toji retourna donc s'assoir auprès de Koshiro et patienta. La secrétaire quant à elle s'en alla transmettre son dossier à un médecin. "Complétement taré celui-là…" Dit-elle dans sa barbe.

@Chiwa Aimi


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville https://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi] Empty
Lun 23 Mar 2020 - 13:08


J'ai beau être matinal... j'ai mal.




Une aura verdâtre rayonnait sur le visage de la kunoichi, dont les mains étaient posées sur une brûlure. Le chakra médical enlevait les tissus morts et toxiques pour en faire de nouveau. Le patient couinait de douleur, gigotait trop. Heureusement le sensei de l’élève était là pour le tenir, à la demande de la jeune femme. En effet, il lui fallait de la concentration pour pouvoir soigner efficacement la grosse blessure. Lorsque les parties calcinées n’étaient plus, la Chiwa pouvait se concentrer sur l’aspect rougeur et brûlure. Elle pouvait alors porter son attention sur l’homme à ses côtés.

« Est-ce le seul cas avec le chakra qui se manifeste depuis la résonance, où il en perd encore la maîtrise ? »

« Nous avons réussi à prendre en charge les personnes qui se voient capables de faire appel au chakra, mais certains accidents arrivent encore. Comme ici. »

La rubiconde hocha de la tête. Les cas liés aux accidents similaires avaient nettement diminué. La prise en charge était efficace, mais on ne pouvait pas tout empêcher. La rousse se fera un plaisir de leur apporter de l’aide quand elle en aura le temps. Quelques minutes après, la jeune femme termina le dernier pore du bras brûlé.

« Voilà ! Tu ressentiras quelques engourdissements, mais ton bras est sain et sauf ! Attention à ne pas tenter de réaliser des techniques sans surveillance, c’est important pour éviter qu’un drame arrive. »

La kunoichi usa d’un ton doux, mais suffisamment ferme pour lui faire comprendre l’importance de respecter ce qu’on lui dit, pour éviter ça. L’élève, comprenant, hocha de la tête tenant une moue déconfite et coupable. Aimi posa une main sur son épaule et sourit.

« Les erreurs, ça t'arrivera souvent. Le plus important est de se relever et de faire en sorte que ça n’arrive plus ! »

Il se détendit sur les mots de l’Irou nin avant de quitter les lieux. Au même moment, la secrétaire se présenta à Aimi, avec un dossier en main : un nouveau cas.

« Koshiro, seize ans. Il s’est disloqué l’épaule suite à une clef de bras de euh… celui qui l’accompagne. »

Un entraînement qui a mal tourné ? Ou une dispute ? La Chiwa hocha de la tête et suivit sa collègue à travers les couloirs avant de se diriger dans la salle d’attente. Devant ses pupilles écarlates, un jeune homme dont le bras était immobilisé, accompagné d’une vraie montagne humaine, pas étonnant si sa force en était de même. La rouquine s’inclina en souriant légèrement.

« Bonjour, je suis Chiwa Aimi, je vais prendre en charge Koshiro, veuillez me suivre s’il vous plaît ! »

Elle les laissa assimiler ses paroles avant de se décaler et de les laisser passer devant. La doucereuse fit un signe de la main pour tourner dans son bureau avant de refermer derrière elle. Aimi fit installer le patient sur le lit, assis sur le bord.

« Je vais tout d’abord inspecter son bras, avant de choisir quel soin lui prodiguer, en attendant, pouvez-vous m’expliquer comment cela s’est-il déroulé ? Euh… Je ne crois pas qu’elle ait noté votre nom. »

Son attention se porta sur Koshiro, il ne semblait pas perturbé par sa blessure, qui devait pourtant lui faire très mal.

« Je vais devoir bouger ton bras pendant mon analyse pour voir quel type de luxation, il s’agit. Ca risque de faire mal et il ne faudra pas trop bouger, ok ? »

Sa main droite se retrouva recouverte d’un halo verdâtre très clair et pur, se reflétant dans leur regard. De sa main gauche, la rousse attrapa le bras tandis que l’autre analysait petit à petit, par petit mouvement du bras, l’épaule disloquée.

_________________
J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi] Aimii
Merci Yenno <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Souhei Toji
Souhei Toji

J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi] Empty
Lun 23 Mar 2020 - 16:10
« J'ai beau être matinal...J'ai mal »



Malgré le flux incessant de nouveaux patients, l'attente ne fut pas longue. Les services médicaux semblaient efficaces et l'établissement de bonne renommé. Dans tous les cas ils n'auraient pas eu d'autre choix que d'aller ici. C'était le seul hôpital de la ville. Toji avait tué le temps en pensant à une éventuelle manière qu'aurait pu opter Koshiro pour se défaire de la clé de bras. Mais il était évident que la réponse était toute trouvée. Il n'aurait pas pu.
Il fut tiré de ses pensées lorsqu'un médecin se présenta à eux. Une jeune femme à peine sortie de l'adolescence, ces cheveux étaient flamboyants comme ceux du moine mais certains reflets plus clairs agrémentaient sa coiffure ce qui lui procurait un esthétisme particulièrement plaisant. Elle les invita à la suivre. Les deux hommes se levèrent et emboitèrent le pas.

La porte close du bureau du médecin signa le début de l'examen médical. A la demande de la kunoichi, Koshiro s'assied au bord de la table d'auscultation et écoute les consignes avec une attention déconcertante. Il était étonnant de le voir aussi calme. Était-il intimidé par l'Irou ? Probable. Il était à peine plus jeune qu'elle mais la demoiselle était déjà à un poste avec des responsabilités prouvant une réelle maturité pour son âge. Et bien qu'il ait fait vœux de chasteté, le petit Koshiro était en pleine puberté. Les hormones sont en pleines ébullition, vœux ou non. Toutefois il ne lançait pas de regards déplacés sur les courbes du médecin. Il savait se tenir et Toji veillait aux grains.

Aimi s'adressa à Toji et expliqua le procédé à venir puis réclama plusieurs informations. La manière dont s'est arrivé et son nom, visiblement la secrétaire a oublié de le mentionner. A moins que ce ne soit Toji qui ne l'ait pas donné. Cela dit on ne lui avait pas demandé.

"Je suis Toji. Tuteur et frère de foi de Koshiro…Nous nous entrainions et cette tête de mule a voulu à tout prix se sortir d'une clé de bras. Il y est arrivé. Mais non sans casse..." Dit-il en lançant un regard en direction de son élève qui fit un sourire gêné.

La voilà la réponse…Paradoxalement le seul moyen de se sortir d'une clé et de la subir et perdre le membre attaqué…Une partie du corps contre la vie de son adversaire…En situation réelle Toji n'hésiterais pas une seule seconde…
Tandis qu'il répondait aux demandes de la kunoichi, celle-ci manipula le jeune moine. L'une de ses mains était entouré d'un teint verdâtre signe d'une technique médicinale. Elle donna des consignes à Koshiro qui montra son approbation d'un signe de tête avec une mignonnerie qui donna un rictus à Toji. L'analyse de l'épaule débuta alors. Des petits mouvements d'élévation et de descente du bras, de rotation…L'examen était pris très au sérieux. Ceci rassura Toji qui observait avec attention la scène. De temps à autre Koshiro grimaçait mais ne poussait pas de râle de douleur.

Il s'approcha du médecin et de son élève.

"Comment ça se présente ?" Dit-il d'un ton soucieux.

Il n'y aurait surement rien de grave mais le moine s'en voulait un peu d'avoir été l'auteur de cette mésaventure. Il tapota le sommet du crâne de Koshiro. Marque d'affection rare de la part du moine mais c'est ce qui la rend justement précieuse aux yeux du moine cadet qui sourit bêtement.

"C'est rare de voir des personnes aussi jeunes que vous dans un service hospitalier comme celui-ci. C'est très courageux de votre part. J'imagine que vous avez fort à faire en ces temps difficile."

Malgré son âge, la kunoichi semblait maitriser son domaine. La question était plus d'ordre psychologique. Il n'est pas forcément évident de gérer son stress face à des blessures de guerre causé par une arme ou un ninjutsu destructeur voir même face à la mort. La plus grande hantise d'un médecin, c'est de voir mourir une personne qu'elle essaie de soigner. Aucune personne sous le serment d'Hippocrate n'a envie de connaitre ça.




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville https://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi] Empty
Jeu 9 Avr 2020 - 14:28


J'ai beau être matinal... j'ai mal.




Toji. Alors c’était bien durant un entraînement que cet incident eu lieu. Sortir d’une clé de bras… En effet, si on n'utilisait pas la bonne méthode, on pouvait en arriver à ce genre de blessure. Aimi sourit alors et hocha de la tête.

« Je comprends bien, ne t’inquiète pas, je compte bien soigner tout ça comme il se doit. Mais il faudra apprendre à te sortir d’une clé de bras sans danger ! »

Car oui, c’était possible, sans prendre le risque de perdre son membre ou de le blesser davantage, il fallait juste s’entraîner dur pour cela. Koshiro laissa faire la rubiconde qui manipulait son bras avec délicatesse tandis que son autre main analysait de manière externe et interne la nature de la luxation. Car en fonction de celle-ci, le traitement sera différent. La kunoichi pouvait sentir un blocage et ne força pas plus, elle stoppa même l’analyse. Bien docile, la rousse arriva facilement à se faire une conclusion de la blessure, quelques minutes après. Elle était désolée pour lui de la douleur provoquée, mais il le fallait.

L’imposante carrure se rapprocha pour demander des nouvelles, elle voyait bien son inquiétude et lui offrit un fin sourire pour le rassurer. La Chiwa appréciait cette complicité entre les deux hommes et comptait bien faire son possible pour qu’ils puissent rentrer sereins.


« Lorsque Koshiro a voulu sortir de l’immobilisation, la tête de l’humérus est sortie par-derrière de sa cavité glénoïdale de la scapula. C’est très rare, mais ça arrive. Ce qui est bon signe, c’est qu’il n’y a pas de fracture sur les os à proximité. Je vais devoir anesthésier la partie à remettre en place, cela serait trop douloureux sinon et ensuite, j’utiliserai mon chakra médical pour rendre sa force à la cavité et soigner les éventuelles petites fractures sur la tête de l’humérus après avoir replacé celle-ci. Il faudra aussi immobiliser le bras pour que les tissus fassent le travail, mais grâce au ninjutsu médical, cela sera moins long d’ordinaire. »

La jeune femme lui sourit avant de positionner son bras en écharpe et d’aller récupérer une fiole d'anesthésiant et une seringue. Pendant qu’elle préparait son matériel, Toji s’adressa à elle saluant son jeune âge et le fait que cela ne devait pas être facile.

« Je dirais qu’on finit par s’habituer. Au début, c’était très éprouvant et difficile. Mon jeune âge a fait parler à l’époque, mais en persévérant et prouvant que j’avais ma place ici, les confrères ont fini par m’accepter et croire en moi. Le plus difficile, ce sont les vies que nous n’arrivons pas à sauver et le monde tel quel ne nous laisse pas beaucoup de répit ahah… Mais nous persévérons et travaillons dur pour que le plus de vies soient sauvées. »

Une fois qu’elle était prête, la kunoichi attendait l’aval de son patient pour pouvoir ensuite injecter l’anesthésiant local sur diverses parties de l’épaule et du haut du bras. Aimi attendit que ça fasse effet pour se préparer. Une main était posée sur l’épaule, l’autre tenait le bras au-dessus du coude.

« Je vais devoir vous demander un peu d’aide, avec votre force, vous pourrez maintenir Koshiro par le torse, pour faire une contre-balance. Je vais agir très rapidement et très brusquement et cela pourrait être douloureux même avec le produit injecté. Dites-moi quand vous êtes prêts tous les deux ! »

Parce qu'il fallait toujours attendre que le patient assimile les informations. Celui-ci pouvait avoir peur, pouvait s'affoler à l'idée de souffrir, même avec la piqûre. Alors la kunoichi préférait attendre que les deux hommes soient prêts pour agir : c'était même très important. La jeune femme restait donc très concentrée sur la méthode qu'elle allait utiliser pour replacer son épaule. C'était quelque chose qu'elle avait appris à son arrivée à l'hôpital. En effet, ce genre de blessure était courante dans le monde shinobi : les entraînements pouvaient aller loin et on se blessait facilement, elle la première.

_________________
J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi] Aimii
Merci Yenno <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Souhei Toji
Souhei Toji

J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi] Empty
Lun 13 Avr 2020 - 17:12
« J'ai beau être matinal...J'ai mal »



Il s'était approché du médecin et de son élève blessé. Souhaitant s'enquérir du sort de Koshiro. Il fut reçu avec des explications médicales. Une personne extérieure à ce milieu n'aurait probablement rien compris et à juste titre. Mais Toji avait étudié le corps humain, il connaissait chaque parcelle d'un être vivant. Ce discours ne lui fut pas dénouée de sens. Il acquiesça d'un signe de tête. Et tandis qu'elle s'en alla récupérer une seringue avec un anesthésiant, Koshiro la regarda avec des yeux ronds comme des billes. Il était certain que la taille de l'aiguille récupéré l'a impressionné. Une si grosse seringue était vraiment nécessaire pour un si petit corps ? devait-il se dire. Toji ne dit rien, il n'aimait pas non plus les aiguilles. Il compatissait.

La jeune femme expliqua ensuite sa situation au sein de l'hôpital. Le moine écoutait attentivement. Son histoire avait été semé d'embuche. Les jugements de certaines personnes combiné à la jalousie de son talent pour son jeune âge n'ont pas aidé. Mais elle s'en est sorti. A merveille même, osons dire les choses. Toji ne répondit rien. Il n'y avait rien à ajouter. Toute flatterie à propos de son passé serait superflue. Elle était une femme forte et déterminée à réussir dans le milieu médical. Tout ce qu'il pouvait lui souhaiter, c'était d'y arriver.

Et tandis qu'elle finissait de remplir la seringue du liquide anesthésiant. Elle demanda l'aval de Koshiro pour injecter le sérum. Il acquiesça non sans appréhension. Lorsque l'aiguille pénétra sa peau, il fronça les sourcils. Mais à peine avait-il pu faire la grimace que l'injection était terminée. La Kunoichi demanda ensuite au moine de l'aider. Maintenir Koshiro le temps qu'elle lui remette l'épaule en place. Sans un mot, le moine se positionne derrière son élève et enroule ses bras nœuds autour de son torse. L'étreinte est ferme mais le cadet n'est pas comprimé. Pas encore. Lorsque le moment viendra, il resserrera ses deux troncs d'arbres qui lui servent de bras. Le moine cadet n'est pas en confiance. Qui le serait ?

"A votre signal."

Koshiro hocha la tête en fermant les yeux de toutes ses forces comme pour donner son accord et essayer de contrecarrer la douleur qui risque d'arriver. La Kunoichi s'exécute. En un éclair, le moine resserre son étreinte tandis que le bras revient dans son axe. L'action est rapide. La vive douleur saisie le moine cadet et lui fait serrer les dents. Puis la seconde d'après, il entrouvre un œil. Toji tapota le dos de son cadet.

"C'est terminé mon garçon."

Le moine se tourna vers la jeune femme au cheveux flamboyant. Sa moue se décrispe.

"Merci infiniment docteur…Quand pensez vous qu'il pourra reprendre l'entrainement ?"

Il ne devait pas prendre trop de retard, il était jeune, c'est à cet âge-là que l'on apprend le plus, de véritable éponge ces gosses. Le moine avait une idée pour remercier sa compatriote médecin. Un parchemin, trouvé dans les vieilles archives du temple. Elle renfermait des informations sur la médecine, peut-être que ça devrait l'intéresser.

"J'ai en ma possession un vieux parchemin sur une technique médicinale. Je n'ai pas les compétences pour le déchiffrer mais je suis sûre que vous pourriez en faire un meilleur usage que moi. C'est avec un grand plaisir que je vous le ferrais parvenir par courrier dès mon retour au temple."

Il n'avait pas d'argent et une consultation n'est jamais gratuite. C'est donc avec un rouleau qu'il paierait.




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville https://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi] Empty
Ven 17 Avr 2020 - 19:38




L’Eisei nin avait l’habitude des consultations d’urgence. Plusieurs types de patients passaient la porte de son bureau. Les plus sensibles, qui criaient à la moindre douleur, au moindre geste. Ceux qui remettaient en doute chaque action de la rousse, alors qu’ils finissaient toujours par rentrer en meilleure forme qu’à leur arrivée. Puis les patients courageux, qui prenaient sur eux et qui lui faisaient confiance. Puis il y avait aussi la peur, qui pouvait parcourir chacun, car ce n’était jamais agréable d’être blessé ou très malade. L’aiguille était la hantise de beaucoup de patients et son jeune blessé ne faisait pas exception. Bien évidemment, la rubiconde comptait bien agir avec douceur pour ne pas le faire s’évanouir ; car oui, certains perdaient même connaissance.

Pour détendre l’atmosphère, la kunoichi prit le temps de réponse à Toji qui l’avait questionné sur sa place et son jeune âge en ces lieux. Elle était fière de pouvoir lui narrer son vécu, autant que de lui affirmer qu’elle ne regrettait rien et qu’elle était déterminée à réussir et à sauver des vies. Avant de le piquer, Aimi lui demanda l’autorisation, car c’était important que le patient soit prêt. Lorsqu’il accepta, celle-ci lui sourit et y alla doucement. La pointe pénétra la peau et aussitôt que le produit fut injecté, elle quitta son bras pour retourner sans son sac stérile. Pour la suite, la Chiwa demanda du soutien de la part de la montagne à ses côtés. Tout le monde allait mettre la main à la patte aujourd’hui ! Celui-ci, sans surprise, vint entourer le torse de son élève et le maintenir fermement. C’était parfait pour la kunoichi qui pouvait y aller sans retenu et avec la plus grande efficacité.

Sa fine main était posée sur l’épaule, l’autre tenait le bras au-dessus du coude, avec la même poigne que Toji tenait son apprenti. Normalement, l’injection aidera à supporter ce qui s’en suivra. D’un geste chirurgical et brusque, la jeune femme tira l’épaule de la paume vers le moine avant puis de son autre main, fit de même, mais vers elle. Un craquement se fit entendre et c’était terminé. La jeune femme utilisa son chakra médical pour analyser l’épaule, tout en la tournant doucement pour vérifier que tout était bon. Ensuite, elle fit apparaître une aura plus intense et chaleureuse qui allait solidifier les tissus et accélérer la guérison. La combattante leva son visage vers son interlocuteur et sourit.


« Je vous en prie voyons. Concernant la reprise d’une activité avec son bras, il faudra attendre au moins une semaine. Si je ne faisais pas ces soins, il lui faudrait trois semaines, mais le ninjutsu médical fait des merveilles. Mais cela ne l’empêchera pas d’entraîner les jambes par exemple.» Son regard écarlate se posa sur le jeune homme assit. « Il faut que tu gardes ce bras en écharpe pour que certains petits os se consolident entre eux, sinon la blessure pourrait revenir plus tard. »

La doucereuse récupéra dans un des placards de son bureau une écharpe de bras. Elle fit passer le soutien autour de son coude et plaça son bras plié à 90° dans celui-ci. Toji l’interpella de nouveau afin de lui proposer un parchemin technique qui pourrait l'intéresser. En effet, celui-ci renfermerait une technique médicale. Son air curieux domina son visage tandis qu’elle comprenait qu’il ne pouvait pas agir autrement pour payer son dû.

L’iwajin réfléchit quelques instants et eut une petite idée.


« D’accord, cela me va ! J’aimerais vous demander une petite requête. Est-ce que vous accepteriez de me recevoir pour assister à un de vos entraînements ? Je suis toujours motivée pour apprendre ! Vous pourriez me dire où vous retrouver lorsque vous m’enverrez ce parchemin ? »

La kunoichi alla sur son bureau et sortit une feuille de son tiroir. Elle y nota quelques choses assez rapidement avant de signer et de marquer la feuille avec de l’encre.

« Voici un calmant si jamais la douleur est trop présente, à bien espacer d’au moins six heures entre chaque prise. Vous pourrez me contacter en envoyant votre courrier ici, si vous acceptez ma requête, au nom de Chiwa Aimi ! Pour ma part, c'est bon pour toi Koshiro. Tâche d'être plus prudent au prochain entraînement ! Merci pour votre aide et pour le rouleau Toji. »

Son travail à elle était terminé pour cette séance. Le ninjutsu médical avait fait son œuvre, il fallait maintenant laisser le temps terminer son travail.


_________________
J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi] Aimii
Merci Yenno <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Souhei Toji
Souhei Toji

J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi] Empty
Mer 22 Avr 2020 - 12:28
« J'ai beau être matinal...J'ai mal. »



Le geste fut incisif. Précis. Il n'y avait eu aucunes onces d'hésitation dans la manœuvre. Koshiro bloqua sa respiration avant le moment fatidique, cela n'allait surement rien changer vis-à-vis de la douleur mais tout le monde fait ça après tout. Un bruit sourd résonna. L'articulation avait repris son emplacement originel. Le moine cadet expira tout l'air qu'il avait emmagasiné. Étrangement il n'avait pas vraiment souffert. Tant mieux, il aurait été malsain de lui souhaiter le contraire. Toji remercia une énième fois la jeune femme aux cheveux vermeils. Et tandis qu'elle procéda à un contrôle de routine de l'articulation, elle répondit aux nombreuses interrogations du moine.

Le jeune Koshiro allait donc devoir reposer son épaule blessée durant une petite semaine, c'était peu. La médecine moderne faisait décidément des miracles. Elle s'adressa ensuite au moine cadet dont le bras était désormais remis en place. Ses yeux ne quittaient pas la belle. Il buvait ses paroles. Il hocha simplement la tête en guise de réponse. En moins de temps qu'il ne fallu pour le dire, le bras de Koshiro se retrouva en écharpe. Il ne lui restait plus qu'à s'armer de patience pour reprendre l'entrainement.

N'ayant pas encore reçu sa solde, le moine ne put qu'indemniser le médecin avec l'un de ses parchemins. Une œuvre remarquable soit dit en passant mais dont il ignorait également les subtilités. Aimi accepta. Elle demanda même d'assister à un entrainement. Les yeux de Koshiro s'illuminèrent.

"Oh oui Oniisan, ce serait vraiment super !" Ne put s'empêcher de dire le moine cadet.

Un sourire en coin marqua le visage du colosse. Lorsqu'Aimi revint avec une ordonnance pour des antalgiques, il récupéra la feuille, la plia en deux et la glissa dans son kimono.

"Merci encore. Je tâcherais de vous faire parvenir les parchemins dans les plus brefs délais…Pour ce qui es de l'entrainement…"

Il jeta un petit regard sournois à son élève cadet.

"Je pense que nous devrions effectivement organiser ceci, tout le monde ici à apprécié votre talent et votre compagnie."

Son ton était sérieux mais il ricanait intérieurement. Il n'osait pas regarder Koshiro qui devait être encore plus rouge que les cheveux de la Kunoichi. Le jeune homme descendit de la table d'auscultation et se mit au côté de Toji pour saluer poliment le médecin en s'inclinant avec son maitre. Ils repartirent ensuite. L'un avait probablement gagné un autre partenaire d'entrainement, l'autre était sur un petit nuage à l'idée de revoir Aimi. Au moins il allait être calme cette fois-ci.




Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville https://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji

J'ai beau être matinal...J'ai mal. [Aimi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: