Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le clan Nagamasa et son avenir [Solo]

Nagamasa Kagura
Nagamasa Kagura

Le clan Nagamasa et son avenir [Solo] Empty
Jeu 19 Mar 2020 - 13:16
Sensei et avenir


Se levant ce matin, Kagura ne se serait pas douté que les anciens du clan lui avaient envoyé un message pour superviser les jeunes du clan. L’Onna-bugeisha n’avait pas trop l’habitude d’un tel courrier, cela dit, depuis le décès d’Hisa, ils cherchaient à trouver sa remplaçante. Or, la Blanche Colombe se demandait si elle sera à la hauteur de leur requête. Le dojo du clan, ça faisait un moment qu’elle n’y avait pas mis les pieds. Cependant, elle avait un objectif, c’était devenir Tsuchikage ou Shogun, mais pour cela, il lui fallait des soutiens. Son clan lui tient à cœur et si elle les avait à ses côtés, ça pouvait faire un plus vers son objectif. Remplir des missions pour se faire connaître, c’est une chose, mais il faut aussi se montrer présent en dehors de son statut de Shinobi. La jeune femme partit méditer pendant une heure, au calme et libérant son esprit. Son oncle le faisait dans sa propre chambre, d’ailleurs, elle ira lui parler quand ils auront fini leur méditation matinale. Par la suite, la Shirahito part faire le déjeuner et à table, elle se met à discuter avec son oncle. « Oncle Jiraya, j’ai reçu une lettre de la part des anciens du clan me demandant de venir superviser l’entraînement de jeunes samouraïs. As-tu un conseil à me donner ? » Demande-t-elle à son mentor. « Reste naturel et transmet le savoir que je t’ai transmis et ce que tu as appris au cours de ta vie. Saches aussi qu’aucun enseignement n’est parfait et tout dépend du point de vue des autres. Reste intègre et guide les dans leur apprentissage. » Répondit-il à sa nièce. « Bien, mon oncle ! Je n’oublierai pas vos sages paroles ! » Dit-elle.

Habillé d’un simple kimono noir et de sandale, Kagura avait tout de même gardé ses sabres avec elle. Dans le dojo, elle pouvait faire face à environ huit enfants, âgés entre sept à onze ans. Les plus âgés avaient entraînement individuel ou étant Shinobi à Iwa, ils étaient peut-être en mission ou dans leurs équipes respectives. L’aînée les salue respectueusement et les cadettes en font de même. « Bien le bonjour à vous, je m’appelle Nagamasa Kagura et je serais votre instructrice pour vos futurs cours lorsque je ne serais pas en mission ou si je suis disponible. J’espère pouvoir vous transmettre ce que j’ai appris et vous permettre de progresser. Ce que je demande, c’est le respect que ce soit envers moi et envers vos camarades. Si vous avez du mal à suivre le rythme ou juste du mal dans vos exercices, n’ayez pas peur de me le dire et je viendrai vous aider. Bien sûr, je n’interdis pas l’entraide entre vous. » Dit-elle. L’Onna-bugeisha reconnu quelques têtes, les ayant déjà croisés dans les rues en train de s’amuser. Cependant, elle reconnut directement Zanshi parmi ses élèves du jour. C’était une chance, sa jeune cousine allait pouvoir lui être utile. De plus, tout à gauche, il y avait Miyuki, d’après ce qu’on lui a dit, elle était proche d’Hisa, comme des sœurs. On dit qu’elle a récupéré les sabres de sa cousine, en espérant qu’elle puisse lui faire honneur dans un futur proche. Or, il n’était pas question de se servir de vrais sabres. « Allez chercher vos bokken afin qu’on puisse commencer. » Dit-elle en déposant ses armes sur une table et prenant un bokken également.

Espacé, en ligne face à Kagura, les jeunes élèves se mettent à s’entraîner en suivant les mouvements de sabre de la Onna-bugeisha. Un entrainement basique qui est souvent utilisé dans n’importe quel entraînement et enseignement au Kenjutsu. Cette pratique permet de renforcer les muscles ainsi que de pouvoir tenir correctement un sabre et s’en servir également. Dans un combat, un samouraï se servant que de leur sabre n’ont pas le droit à l’erreur quand il est question de le garder en armes. Il faut avoir une poigne de fer pour ne pas se faire désarmer facilement. De plus, ça permettait aussi d’avoir une bonne garde, une bonne position de combat. La Blanche Colombe veillait à ce qu’ils puissent y parvenir en quelques leçons. Bien sûr, certains semblent avoir de l’avance, mais surprenante, Miyuki semble avoir oublié ses entraînements passés. Or, la petite a perdu son père et sa cousine en peu de temps, ça pouvait se comprendre. Avec de telle perte, on peut perdre goûts à beaucoup de choses. La Blanche Colombe le savait très bien, c’est un sentiment qu’elle a déjà ressenti après la perte de ses parents. « Continuez ainsi, je vais marcher entre vous pour vérifier votre posture et votre maniement du sabre. » Dit-elle en rengainant son bokken. Marchant et vérifiant si tout allait bien, la sensei s’arrête et donne des conseils à des plus jeunes, débutant ou ayant du mal. Zanshi semblait prometteuse, après tout, elle a déjà suivi des leçons avec Kagura, mais elle a encore quelques défauts à corriger.

Kagura se retrouve à présent à côté de Miyuki, la petite semblait perdue dans ses pensées, elle n’était pas concentrée dans son entraînement. À croire qu’elle n’avait pas envie, sa posture, sa façon de tenir son bokkenet son état d’esprit. « Miyuki-san, il y a plein de défauts dans la façon dont tu te tiens. Et aussi, sur la manière dont tu tiens ton sabre. Reste concentré, s’il te plaît. » Demande-t-elle d’un ton calme et amical. Or, la petite ne semble pas trop ravie de ses remarques. « Je sais ce que je fais, je n’ai pas besoin de vous pour m’entraîner… » Dit-elle. « Je me suis entraînée avec les meilleurs, Hisa… Toph-san… » Finit-elle alors que sa façon de faire ressemble juste à un enfant en train de jouer avec un bout de bois qu’à un samouraï maniant le sabre. « Tout ce que je vois, ce n’est pas du Kenjutsu, défie-moi alors si tu m’es supérieure. » Demande la Onna-bugeisha. Les autres élèves sont surpris, surtout Zanshi de la demande de sa sempai. « Bien ! » Dit Miyu. Tout le monde stoppe leur entraînement et se place dans le fond du dojo tandis que Kagura et Miyuki se font face avec leur bokken en main. L’affrontement commence, la petite s’avance rapidement vers Kagura, dans ses yeux, il n'y avait que de la colère, pas de self-contrôle. La blanchâtre expire et respire avant de frappe le sabre en bois de son élève et la désarme rapidement avant de placer son épée près de son visage. « Tu as eu l’opportunité de t’entraîner avec Hisa et Toph, mais ton état d’esprit à l’heure actuelle n’est pas celle qui te permettra de t’améliorer ni d’avancer dans ton deuil. » Dit-elle à une Miyuki surprise d’avoir perdu si rapidement. « Tu es ailleurs, perdu dans ton esprit, tu ne tiens pas fermement ni correctement ton sabre et tu es sous l’emprise de la colère. Si on t’envoie sur le champ de bataille, tu serais la première à tomber. Je doute qu’Hisa aurait apprécié un tel comportement de ta part. » Des propos durs, mais Kagura est son enseignante et il ne fallait pas trop se montrer douce par moments, au risque que son élève n’apprend pas le respect ni le sérieux dans l’implication d’un combat. La gamine semble avoir été blessé mentalement et part en colère. « Reprenez l’entraînement. Minoru, tu es le plus avancés, supervise l’entraînement jusqu’à mon retour. Je reviens. » Dit-elle.

Alors que les jeunes ont repris l’entraînement, Kagura sort du dojo et rejoint Miyuki, assise devant un petit bassin où il y avait des poissons. La Blanchâtre s’accroupit à côté de la petite. « Je comprends ce que tu ressens, Miyuki-san. Or, il faut que tu apprennes à surmonter ça. » Dit-elle. « Comment pouvez-vous comprendre ce que je ressens ? Ce n’est pas possible…» Répondit-elle en baissant les yeux et versant des larmes. Kagura regarde les poissons nager dans l’eau. « Il y a deux ans, mes parents sont morts face à des Kirijins et le Shoshikidan lorsqu’ils ont attaqué Iwa. Ils m’ont protégé en se sacrifiant pour moi. J’ai été comme toi juste après, j’ai eu du mal à faire mon deuil, rempli de colère et d’envie de me venger sur eux. » Une période sombre pour Kagura, mais au moins, elle savait qu’elles se comprenaient en ayant perdu des proches à cause d’une guerre. « Pardon…je ne le savais pas. Comment as-tu surmonté ça ? Moi, je ne sais pas… » Dit la petite. Derrière un mur, une femme du clan regarde la scène avec un ancien du clan. « Mon oncle m’a aidé, j’ai appris la méditation et le zen, j’ai passé mon temps à m’entraîner, mais de ses sages paroles, j’ai permis d’oublier ce sentiment néfaste pour aller de l’avant, car…mes parents n’auraient pas voulu que j’agisse comme un Rônin. » La Blanchâtre caresse le haut du crâne de Miyu. « C’est une épreuve difficile qui demande du temps, mais aussi du soutien. Si tu arpentes le chemin de la colère et de la vengeance, tu dévieras du droit chemin et celle dont tes proches voulaient que tu empreintes. Hisa et ton père ne sont plus parmi nous, mais pense à eux en te disant ce qu’ils auraient voulu pour ton bien. » Raconte la Onna-bugeisha. « La Voie du Samouraï est basée sur l'humanité, l'amour et la sincérité ; le cœur de la valeur martiale est la vraie bravoure, la sagesse, l'amour et l'amitié. Insister sur les aspects physiques de la guerre est futile, car le pouvoir du corps est toujours limité. » Dit-elle à sa cadette. « Je serais toujours là pour te soutenir et t’aider, Miyuki et tu n’es pas toute seule, sois forte et cette vision de la voie du samouraï que je t’ai cité, peut sans doute t’aider. » La petite vient se blottir contre Kagura et la jeune adulte l’enlace tendrement en entendant ses pleurs. « Il n’y a aucune honte à pleurer, lâches-toi, ça va te soulager. »

Plus tard, Kagura se retrouve devant ses élèves dont Miyuki était revenue et semblait reprendre l’entraînement avec sérieux. Des adultes observaient l’entraînement, tranquillement, en attendant que leur enfant se libère tandis que les anciens observaient Kagura. « Bien, c’est fini pour aujourd’hui. Continuez cette pratique chez vous, c’est important. Si vous progressez bien, je vous parlerais du maniement du yumi ou de la Yari et à ceux le désirant, je vous autoriserai à choisir une arme secondaire entre les deux que j’ai citée. Pour l’instant, il y a encore du chemin à parcourir. » Ils se saluent poliment pour se dire au revoir. « Passez une bonne journée. » Dit-elle. Zanshi partit avec sa grand-mère tandis que Miyuki partit avec la mère d’Hisa, elles devaient sans doute discuter ensemble. La Nagamasa range le matériel avant qu’un ancien aille la voir. « Bonjour, Kagura-san. » Dit-il, la blanchâtre se retourne. « Bonjour, Mayamoto-dono. » Répondit-elle. « J’ai pu assister à cet entraînement, commencer par les bases, c’est une bonne idée et leur donner une motivation l’est aussi, c’est toujours motivant de pouvoir ses efforts récompensés par la possibilité de manier une autre arme afin de développer son style de combat. » Dit-elle, cela faisait sourire Kagura. « Merci, Mayamoto-dono ! » En saluant respectueusement son ancien. Le comportement de la jeune femme faisait sourire l’ancien. « J’ai également assisté à ta conversation, en compagnie de la mère d’Hisa, avec Miyuki. De sages paroles et tu ne l’as pas laissé sombrer dans son coin. En ces temps difficiles, il est important de soutenir ceux ayant perdu un proche, pour les guider à nouveau vers le droit chemin. La vengeance et la colère ne mènent qu’à la destruction, j’espère que Dame Takeko ne sera pas dans ce cas-là. Cela dit, il serait intéressant de se rapprocher des Nagamasa se trouvant à Tetsu no kuni pour essayer de calmer les tensions entre Tsuchi et Tetsu, qu’en pensez-vous, Kagura-san ? » Dit-elle avec un certain intérêt. « Merci, je me voyais en Miyuki et je ne pouvais pas rester sans rien faire. La jeune génération est notre avenir et il est important de bien les guider. Et pour ce qui est de la relation entre Tsuchi et Tetsu, je trouve qu’il est important d’apaiser la situation en évitant une autre bataille et d’agir avec diplomatie surtout depuis la fuite du Shogun, Fugaku Taira. » Répondit-elle. « Bien, on est sur la même longueur d’onde, mais je n’en doutais pas. Or, il sera difficile de discuter avec eux et de proposer cela à l’intendante, au vu des derniers événements là-bas. » Dit-elle. « Rien n’est impossible, Mayamoto-dono. Il suffit de le vouloir et d’aller de l’avant, même si ça sera difficile. Je pourrais même me porter volontaire pour essayer de convaincre la Daimyô de Tetsu, si vous le souhaitez. » Réponse inattendue, mais amusante et à la fois intéressante. « Pourquoi, j’y réfléchirai avec les autres du clan. » Dit-il en partant.

Kagura finit son rangement après avoir salué à nouveau Mayamoto et repart en direction de sa demeure familiale pour expliquer sa journée à son oncle. Une journée que la Onna-bugeisha n’oubliera pas de sitôt.


_________________
Le clan Nagamasa et son avenir [Solo] 1555900482-signakagura1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6315-nagamasa-kagura-un-samourai-ne-devrait-etre-ni-pompeux-ni-arrogant-terminee#52357 https://www.ascentofshinobi.com/t6358-nagamasa-kagura-journal-de-bord https://www.ascentofshinobi.com/u1136

Le clan Nagamasa et son avenir [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: