Soutenez le forum !
1234
Partagez

Voyage n°1 de la Silencieuse

La Silencieuse
La Silencieuse

Voyage n°1 de la Silencieuse Empty
Sam 28 Mar 2020 - 19:15
Quelque-part, dans une taverne…

« Eh les gars venez voir, y a encore Jôburô qui a trop bu ! »

Tout le monde ou presque se retourna, et ils levèrent leurs chopes. Qu’importe s’ils buvaient du saké, des liqueurs ou de l’eau, ils connaissaient tous le fameux Jôburô. Et pour certains, c’était encore l’occasion de l’écouter raconter la même histoire. Quelques-uns se levèrent donc pour se rapprocher du comptoir. Et encore une fois, ils allaient pouvoir se marrer.

« M-mais puisque je vous répète que ce n’est pas l’alcool ! C’est la vérité ! »

Les habitués de la taverne s’échangèrent à nouveau des sourires, d’autres s’éclaffèrent. Même le responsable de l’établissement ne pouvait contenir son amusement.

« Haha, raconte-nous encore ! Allez, Jôburô ! »

Le pauvre Jôburô plongeait son regard dans son saké. Encore une fois, il racontait.

« J’effectuais un transport de marchandises l’autre soir. On avait établi le camp mais j’arrivais pas à dormir. Cherchant un endroit où aller pisser, je… me suis amusé à suivre une luciole. Y en a eu d’autres qui sont apparues au fur et à mesure, jusqu’à former une sorte de chemin. Et là… »

Il se remémora ce qu’il avait vu, tandis que presque toute l’auberge se moquait de lui.

« … je l’ai vue. Cette jeune femme masquée qui semblait commander à ces lucioles. Elle était là, une sorte d’instrument à la main. J’ai essayé de lui parler, mais elle ne semblait ni m’écouter, ni même savoir parler… »

Et si tout ceci se faisait dans une bonne ambiance malgré les moqueries, personne ne croyait à l’histoire de Jôburô.


Quelque-part à Jôheki no Kuni…

De l’autre côté du Rempart Millénaire, lorsque la nuit tombe, quelques lucioles tutoient l’obscurité. Pour ceux qui s’y intéresseraient et qui auraient la patience pour une marche hasardeuse, ils trouveraient tôt ou tard davantage de ces insectes lumineux. Et en suivant cette piste, ils comprendraient que les lucioles forment un chemin.

En le suivant, ils pourraient alors tomber face à une jeune femme au masque de chat. Un instrument à cordes à la main, l’inconnue joue. Mais vous ne savez pas si elle joue pour vous, pour les lucioles ou pour elle-même.

Peu de personnes l’ont rencontrée.
Encore moins ont réussi à la faire parler.

Car elle est… La Silencieuse.

Choses à savoir:
 
Revenir en haut Aller en bas
Hakurei Suijin
Hakurei Suijin

Voyage n°1 de la Silencieuse Empty
Jeu 14 Mai 2020 - 18:15

Voyage Numéro Un de la Silencieuse
La Silencieuse

All life is a prelude of death.
To serve me until you are a corpse
Or to be cut down or become one
You have two option at the end of my sword





Dans la taverne perdue à travers les méandres d'une contrée abyssale qui se dressait derrière le mur ancestral, les paroles grivoises des badauds aux nez rubiconds pouvaient bien souvent tenir de chimères abstraites. Les histoires invraisemblables, qui tournaient autour d'apparitions mystérieuses d'éléphants roses ou bien d'autres faits encore plus fantasmagoriques, s'avéraient malheureusement légion. Qui allait croire à ce genre de conte sorti tout droit des esprits les plus brumeux ?

En tout cas, le marmoréen, qui se trouvait - au mauvais endroit au mauvais moment - dans le sanctuaire des voyageurs, ne pouvait que tirer les conclusions qui s'imposaient. Ce Jôburô était aussi rond qu'un tonnelet de saké, mais il ne fallait pas être fin finaud pour s'en rendre compte immédiatement, car cet état de fait sautait directement aux yeux. Néanmoins, malgré la déchéance qui hantait le bougre, celui-ci n'en démordait pas, affirmant avec fougue que son histoire était véridique. Bien sûr, personne ne croyait en ce pauvre Jôjô qui se vautrait dans la boisson comme un possédé afin de noyer son chagrin. En tout cas, c'était ce qu'il transparaissait dans le regard terne et morne des habitués des lieux, mais le cristallin taciturne fut intrigué par les propos sibyllins de l'homme hirsute. Qu'est ce qu'une femme ferait dans la forêt la nuit, à jouer du luth pour une foule de lucioles en liesse ? Il s'agissait au mieux d'une détraquée qui avait vu tous ses amis et sa famille mourir sous ses yeux et avait donc décidé de s'isoler du monde, et dans le pire des cas d'une sorcière de la forêt qui auraient de sombres desseins. Vu que Jôjô était toujours bon pied bon œil, la seconde hypothèse semblait peu probable. Néanmoins, quelqu'un qui pouvait influer sur des lucioles était quelque chose attisant la curiosité de tout adepte des légendes de la nuit des temps.

Transperçant le voile ténébreux de la vespérale soirée, le Hakurei arrivait dans la forêt des damnés afin de découvrir la vérité sur la femme masquée au luth enchanté et à la luciole enjouée. Nul doute que son odyssée éternelle se targuerait d'une nouvelle page encrée des mélopées du songe onirique. Il fallait trouver les feux-follets qui mèneraient à un passage vers l'inconnu et au-delà.

Après quelques déboires ne manquant point de rappeler les péripéties les plus rocambolesques que de partir à l'aveugle à la chasse aux dragons, les fameuses nitescences fluorescentes apparaissaient comme par magie, révélant une radiance captivante. L'esprit du badaud n'avait donc pas tout inventé sous le joug d'une coupelle de trop de gouleyant saké. Alors que le chemin tortueux se dressait dans les ombres des arbres qui masquaient le ciel d'encre, l'écho d'une mélodie, qui en ce monde paraissait irréelle, faisait rage. Ça tonnait fort ! Enfin, la démoniaque sorcière apparaissait au cœur de sa tanière smaragdine où les lanternes ambrées virevoltaient avec allégresse.

Bien, sûr, le Hakurei n'allait pas déballer la marchandise sans cérémonie aucune. Conscient que le Jôjô avait été selon ses dires littéralement ignoré par la vilaine, il fallait attirer son attention, mais surtout sa curiosité. C'est pourquoi le plan machiavélique du marmoréen se devait d'être dantesque.

« Subarashi ! » -applaudissant avec panache-

Après avoir vanté les talents de la sorcière qui faisait là une représentation musicale et pyrotechnique fabuleuse, le Hakurei tentait d'établir la communication.

« ... » -fixant le masque inexpressif avec une lueur passionnée dans les yeux- « Excusez-moi de vous déranger, Mais êtes vous intéressée par une proposition aussi alléchante que votre luth est virevoltant ? »

Mettant en exergue sa besace bien pleine, le goguenard en sorti une bouteille de saké et en proposa à la gourgandine.

« Que diriez vous d'une coupe de ce gouleyant saké ? » -exhibant la délicieuse ambroisie-

La ruse était finaude, car si la demoiselle acceptait, elle ne pourrait point se requinquer sans enlever son masque démoniaque. Néanmoins, cela tenait plus d'une approche qu'une réelle tentative de dévoiler le mystère de ces traits. Soudain, par un malencontreux hasard, un imposant et épais rouleau turgescent glissa de la sacoche de cuir et vint s'écraser sur le pied de l'Hakurei.

« AIE ! » -s’exclamant de douleur-

Le renard se dépêcha de le ramasser et de le remettre dans sa besace, car apparemment il s'agissait là d'un bien inestimable.

« Que je suis maladroit ! Ah ah ah ! » -riant de manière gênée-




résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4346-topic#33433 https://www.ascentofshinobi.com/t4398-hakurei-monogatari
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Voyage n°1 de la Silencieuse Empty
Sam 17 Oct 2020 - 21:27
Alors qu'elle venait d'arriver au sein du pays du Rempart, la jeune femme aux yeux carmin s'arrêta dans une taverne. Là, simplement à l'écoute des discussions pour se tenir au courant des rumeurs du lieu où elle venait d'arriver, elle entendit les mots d'un homme visiblement saoul. D'un âge moyen, il était là, sur le comptoir devant le barman qui le fixait d'un air méprisant. Visiblement, cela faisait longtemps qu'il était là, qu'il y revenait sans cesses. Cette manie qu'avait certains hommes de revenir toujours au même endroit pour se lamenter pouvait être terrible pour certains établissements. Après tout, ce n'était pas la plus charmante des publicités que d'avoir un poivrot à son bar en permanence.

S'approchant de lui, Neiko s'installa au bar sur la chaise à côté de lui mais agit comme s'il n'existait pas. Se tournant vers le barman, elle lui fit un doux sourire avant de se lancer dans sa méthode d'approche.

« Konbawa, pourrais-je avoir un verre de saké je vous prie ? »

Un peu confus, l'homme la servit après quelques secondes d'inaction, comme s'il n'était pas sûr d'être éveillé. Comme s'il était face à une illusion bien trop étrange pour être crue. Pourquoi une femme comme elle venait-elle s'assoir à côté d'un homme comme lui ? Pourquoi ne semblait-elle même pas l'avoir remarqué ? Et comme elle s'y attendait, à peine le barman avait-il commencé à s'éloigner que l'ivrogne s'accrocha à son bras, y appuyant son poids pour attirer son attention.

« Mam'zelle... Aussi vrai que... J'm'appelle Jôburô... Même si personne m'croit d'puis l'temps... J'vous l'dis... Jl'ai vu... La maîtresse des lucioles... Un masque de chat... Un instrument dans les mains... Aussi vrai qu'j'vous vois... »

Le repoussant avec un sourire gêné, la Chinoike venait d'obtenir ce qu'elle souhaitait. Ne restait que les détails maintenant.

« Oui monsieur, sans doute, oui. Mais ne vous accrochez pas à moi ainsi je vous prie. Continuez plutôt votre histoire, je vous écoute. »

Sans pour autant en avoir l'air, fixant le bar devant elle avec toutes ces étagères qui lui faisaient face, pour ne pas montrer son réel intérêt aux autres clients, elle attendait son verre.

« J'vous dit... La nuit... J'ai suivi les lucioles... Et j'l'ai trouvée... Elle a rien écouté quand j'ai parlé... Pas réagit... Ils me croient pas, tous... Ils disent que j'suis fou... Et alcoolique... »

Sans un mot, la demoiselle tourna son regard carmin vers l'homme qui semblait se laisser dépérir dans ce bar. Laissant ainsi planer quelques secondes alors que le barman lui posait devant elle son verre.

« Ils ont sans doute raison. Un homme sain d'esprit passe à autre chose au lieu de rester bloquer des semaines à détruire sa fortune dans un bar pour raconter une histoire qui n'intéresse personne. Disparaît. »

La voix glacée, l'informatrice fixa lourdement Jôburô pendant de longues secondes jusqu'à ce que, trop gêné, il décide de partir en gromellant, se plaignant en permanence. Sidéré, le barman la regarda mais ne pipa mot jusqu'à ce que la porte se ferme derrière l'ivrogne.

« Eh bah, j'ai jamais vu personne le faire partir aussi facilement. »

Sans répondre au serveur, la vampire se replongea sur son verre et dans le silence, elle le termina rapidement avant de sortir de quoi payer. Se levant alors, elle soupira.

« Il m'a coupé l'envie de boire. Tant pis. Sayonara. »

Quittant l'enceinte de la taverne sans plus attendre, elle enfila sa cape à capuche, souvenir principal qu'elle gardait d'Ame et qui, s'il était moins discret ici qu'il ne l'était au pays de la Pluie, demeurait un bon vêtement pour ne pas se montrer au grand jour. Il lui restait quelques heures pour s'enfoncer dans les forêts autour du Rempart pour trouver cette étrange femme que lui avait décrit l'ivrogne.

Ainsi, alors que la nuit commençait à s'avancer, elle tomba par hasard sur une luciole. Comme dans l'histoire du poivrot. Intriguée, elle choisit de la suivre et au bout de quelques minutes, elle vit une lumière plus rougeoyante, moins verluisante. La lumière d'un feu. S'en approchant tranquillement, l'Informatrice entendit peu après une mélodie commencer. Douce mais étrange, elle semblait comme envoutante.

Patiente, Katsuko préféra ne pas parler dans un premier temps. Elle l'observait, l'écoutait. Elle se laissait bercer par sa musique. Ce n'était pas si mal, parfois, de simplement écouter. Ce qui aurait pu être simplement les élucubrations d'un homme trop saoul s'était montré véritable. Il restait désormais à voir si elle allait réagir ou si elle se contenterait de rester silencieuse, mais cette femme intriguait la vampire, et elle ne comptait pas partir de suite. Pas sans en apprendre un peu plus sur elle. La curiosité était parfois une vertue, parfois un défaut. Il restait à voir dans quel cas elle se trouvait en cette nuit tranquille.

HRP:
 

_________________
Voyage n°1 de la Silencieuse 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Asaara Ôji
Asaara Ôji

Voyage n°1 de la Silencieuse Empty
Dim 13 Déc 2020 - 5:19
La vision affûtée, les pas du Silencieux pénétrèrent l'Autre Côté du Rempart qui protégeait le pays le mieux sécurisé du Monde. Pas aussi florissant que les forêts du Feu, mais le paysage restait tout autant pur et harmonieux. Contrastant toujours autant avec le Désert de l'Ouest, certes, mais l'Asaara continuait de s'habituer petit à petit à l'extérieur de son Berceau, bien que l'exercice soit difficile.

Son Sceau de l'Adresse brillait intensément de sa couleur rubis caractéristique, alors qu'il découvrait le paysage tout en cherchant celle qu'elle cherchait.

Qu'il trouva plus tôt que prévu.

Ce n'est pas elle qu'il vit en premier, mais plutôt la lumière que dégelait les lucioles qu'elle contrôlait. Les informations du Scorpion étaient donc bel et bien fondées, puisque l'on pouvait voir les coléoptères qui dansaient autour de la Marchande du Savoir, dont Ôji pouvait voir le chakra.

En revanche, la source de chakra se tenant à côté d'elle était d'une puissance phénoménale, bien que parfaitement tamisé. Sa densité en disait cependant beaucoup. Il s'agissait là d'un shinobi de très haut niveau.

S'approchant de la zone, Ôji put entendre une mélodie caresser ses oreilles, s'y immiscent à mesure qu'il s'approchait. Ne décelant aucune aura négative, celui-ci ne prit pas la peine de se déplacer discrètement.

Le shinobi qu'il avait vu était en réalité une kunoichi de petite taille aux cheveux rouges et au regard sanguin. Même regard, curieux, qui observait celle qu'il découvrait comme étant la Silencieuse, dont la présence des deux shinobis ne semblait pas perturber sa partition de musique.

Dans la nuit qu'elles illuminaient, les lucioles continuaient de danser.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Shinrin Funka
Shinrin Funka

Voyage n°1 de la Silencieuse Empty
Lun 21 Déc 2020 - 0:06




Voyage n°1 de la Silencieuse
ft. Participants.

Les pas de la princesse l'avait menée jusqu'au Pays du Rempart là où elle devait accomplir une mission de grande importance ne concernant pas qu'un seul pays mais bien le monde entier. Ayant laissé le destin de l'Empire entre les mains de ceux qui prétendaient au rôle d'Empereur, elle ne connaîtra pas la véritable réponse avant un petit moment car là, elle était occupée à découvrir le pays frontalier qui réclamait l'aide de ses voisins. Même si elle n'était pas là pour le tourisme, rien n'empêchait à Funka de visiter le pays en quête de nouveaux horizons, après tout elle avait été recensée et les autorités savaient qui elle était et pourquoi elle était ici, de plus elle n'était pas hostile aux Jôhekijins, de toutes manières il fallait être aliéné pour tenter une attaque seule contre le pays se voulant le plus sûr de tous. C'est aux abords du Rempart Millénaire que la fille du Feu s'était rendue à des fins de découverte, observant ce que l'on considérait comme l'une des merveilles du monde, cette frontière inexpugnable encore plus imprenable que les remparts d'Urahi.

Elle avait eu vent d'une présence particulière aux alentours du vestige millénaire, une présence attirant l'oeil de beaucoup ou désintéressant certains. Certains la considère comme une simple rumeur venant d'un simple homme ivre, et avant de rendre aux abords de la fameuse femme, c'était auprès de l'homme que la Sylphide du Feu voulait montrer présence et poser quelques questions. Il n'était pas si dur à reconnaître, même après des semaines il continuait de raconter ses rumeurs, les mains liées devant elle alors qu'elle s'approchait d'une simple auberge présente à la frontière, la voix singulière d'un individu lui parvint à l'oreille, attirant son attention. C'était son homme.

« Mais si je vous dis que c'est pas l'alcool ! Cette femme est toujours là, entourée de luciole et elle ne dit aucun mots. Allez voir de vous même vous verrez que je mens pas ! »


Il semblait se faire écarter de l'auberge pile au passage de Funka qui esquisse un petit sourire en s'approchant, la femme grimée de maquillage blanc fit interruption entre l'homme de main de l'auberge et le dit "ivre", déposant sa main sur son épaule.

« Une femme silencieuse n'est-ce pas? Pouvez vous m'en dire plus?
Vous m'croyez? Je m'appelle Jôburô, les gens ne cessent pas de dire que je mens alors que je vous le jure.. elle..
Allons ne faites pas tout un cirque. Je suis une diplomate du pays du feu missionnée pour une enquête, j'ai entendu parlé de cette rumeur alors que je visitais le pays, alors comme ça, une femme silencieuse entourée de lucioles.. Pouvez vous m'indiquer sa position?
Tout de suite Madame.
»


L'homme indique un chemin à la Sylphide qui le remercie d'un geste de la main alors qu'il semble ravi d'avoir été cru par quelqu'un. Quittant les quartiers illuminés de Jôheki et rejoignant l'autre coté du Rempart Millénaire, Funka suivait les lucioles en quête de cette fameuse femme. Elle se demandait bien qu'est-ce qu'elle pouvait lui dire ou lui demander, ou si sa présence allait être remarquée, après tout si elle était La Silencieuse, ça n'était pas pour rien. Espérons simplement que cette femme masquée puisse se lier avec Funka d'une quelconque manière.

Bercée par la mélodie de l'instrument à corde, Funka s'arrête en remarquant la femme au masque de chat éclairée par les lucioles. Ça nous fait un point commun. Songe t'elle en remarquant le masque. " Bakeneko " de son surnom, se rapproche afin d'être illuminée elle aussi par les lucioles alors qu'elle laisse échapper quelques mots.

« Quelle douce mélodie. »

Spoiler:
 




_________________
Voyage n°1 de la Silencieuse Yuyuyu
Funka s'exprime en #978C71.
VOIX DE FUNKA
Un grand merci à Mimi pour le kit


TeikoQ:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t10454-shinrin-funka-terminee
La Silencieuse
La Silencieuse

Voyage n°1 de la Silencieuse Empty
Sam 30 Jan 2021 - 13:13
Vous suivez ces lucioles, tutoyant la nuit de leur lumière pure. Vos intentions le sont-elles aussi ? Vous seuls pouvez le savoir. Un, deux, puis vous voilà trois à vous rassembler autour de celle dont vous avez entendu des récits. Un masque de chat, un instrument à cordes dont elle semble posséder la parfaite maîtrise, et un mutisme jusqu’alors que vous ne sauriez déchiffrez. Sans connaître encore ce surnom – bien que vous pourriez déjà le lui prêter – vous arrivez devant la Silencieuse.

Ni grande ni imposante, l’inconnue vous paraît si élancée que vous ne pouvez vous imaginer autre chose qu’une jeune femme. Mais aussi bien ses habits que, bien entendu, son masque vous empêchent toute conclusion. Et vous n’avez pour l’instant d’autre choix que de l’écouter.

Sa musique est singulière. Si vous vous y connaissez un peu, elle vous paraîtra simple mais également d’une extrême… harmonie. Ce qui peut alors vous impressionner n’est ni la difficulté de ce qu’elle joue, mais sa technique et le parfait choix des tonalités. Un parallèle vous attrape l’esprit : c’est comme si vous étiez face à un forgeron qui ne vous façonne rien d’autre qu’un simple katana, mais dont la courbe et le poids seraient parfaitement équilibrés.

Le morceau s’arrête, encore une fois à un moment propice. Aucune erreur, aucune fausseté ni dans l’exécution ni dans le son. Vous venez d’écouter quelque-chose de beau. Et le silence de la nuit semble alors lui aussi en redemander.

Quelques secondes, c’est le temps durant lequel ce silence vous permet d’espérer que l’inconnue ne se mette à vous parler. Mais malheureusement, aucun mot ne sort et aucun geste de sa part n’est à signaler.

Hormis celui de reprendre son instrument, et de se remettre à jouer.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Voyage n°1 de la Silencieuse Empty
Sam 30 Jan 2021 - 16:07
Après quelques minutes à écouter cette femme silencieuse qui se plaisait à jouer quasi incessamment, Neiko remarqua une autre silhouette qui s'approchait elle aussi de la zone. Un homme assez jeune arriva alors, lui aussi en silence. Troubler cette musique ne semblait, dans un premier temps, pas la bonne chose à faire. D'autant plus qu'elle était particulièrement douée et que ses notes envoutantes étaient particulièrement justes.

La musique, chose si rare et si précieuse, se déversait alors dans ce bosquet comme un fleuve issu de la corne d'abondance. Loin de toute représentation habituelle, parcourue d'erreurs et de tentatives incertaines, faits de l'humain imparfait, ce que produisait là la Silencieuse était plus proche de ce qu'on aurait pu considéré comme divin, ou du domaine mécanique comme l'étaient les marionnettes des shinobis manipulateurs de fils.

Décidant d'en savoir plus mais sans pour autant oser la question dans un premier temps, Katsuko lança sans le moindre mudra une analyse sur cette étrange personne qui jouait devant eux. Elle ne savait pas trop comment l'aborder, comment la questionner, mais la situation était là et la Chinoike sentait la curiosité la dévorer. Elle avait besoin d'en savoir plus. Elle n'était pas du genre à accepter de partir sans réponses.

« Qui êtes-vous ? »

La jeune femme aux yeux rougeoyants avait patiemment attendu la fin d'un nouveau morceau. Elle ne savait pas trop si elle devait faire quelque chose de particulier, rien ne se dégageait comme élément particulier à ses yeux, comme si toute la scène était normale. Rien ne faisait tache, rien ne lui permettait de se raccrocher pour savoir quoi faire, quoi dire. Elle qui avait une tendance à voir la vie comme une énigme où quelques indices étaient semés ne trouvait là aucune accroche, aucun départ aisé. Il fallait qu'elle le crée par elle-même.

« Ou plutôt... Qu'êtes-vous ?.. »

Se raclant la gorge, elle clarifia sa pensée l'instant d'après.

« Vous jouez extrêmement bien. Un musicien est quelque chose de rare, alors quelqu'un de si doué que vous l'est plus encore. Vous êtes humaine ?.. »

Si elle espérait une réponse, une réaction, elle espérait aussi que, si cette personne devant elle était bien humaine -et à vrai dire, elle n'en doutait pas tant que ça- alors sa question la destabiliserait et la ferait rire à minima. Qu'elle provoquerait une réaction visible qui lui prouverait qu'elle n'avait pas à faire à un automate.

HRP:
 

_________________
Voyage n°1 de la Silencieuse 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Asaara Ôji
Asaara Ôji

Voyage n°1 de la Silencieuse Empty
Mer 3 Fév 2021 - 16:46
Le Silencieux observa calmement celle dont il s'était, depuis quelques temps déjà, lancé à sa recherche. Il se demanda si elle aurait été suffisamment forte pour se défaire des mercenaires de Kaze, pour autant qu'ils l'aient retrouvé. Était-elle une shinobi, usant de son chakra pour contrôler les lucioles ? Ou seule sa mélodie, particulièrement enivrante, en était capable ?

Il l'écouta, laissant les notes pénétrer son coeur. Sa perception du temps en fut particulièrement troublée, lui qui eut du mal à estimer durant combien de temps il écoutait la Silencieuse jouer sa partition lorsqu'elle eut terminé.

Ce fut à ce moment que la jeune femme aux cheveux blancs se mit à poser une série de questions, dont il y avait de fortes chances qu'elles demeurent sans réponse. Impossible de savoir à quoi pensaient la soliste et donc ce qui l'intéressait. D'où venait-elle ? Que faisait-elle ici ? Tant d'interrogations qui resteront sans doute sans réponse...

Croisant les bras, Ôji observa la suite de la discussion entre les deux femmes.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
La Silencieuse
La Silencieuse

Voyage n°1 de la Silencieuse Empty
Sam 27 Mar 2021 - 10:37
Demander l’identité de quelqu’un sans soi-même se présenter, une tentative audacieuse de la part de Katsuko. Mais celle-ci n’était peut-être pas irréfléchie. Peut-être que face à celle que l’on réputait pour être souvent voire toujours muette, jouer la carte de l’autorité ou du moins de l’initiative soutenue pouvait s’avérer être une stratégie payante.

Ou pas. Puisqu’en effet, l’inconnu(e) continue de jouer. Difficile de dire s’il vous suffit d’attendre la fin de son morceau pour espérer obtenir un mot ou si son comportement monotone la poussera à vous ignorer. Dès lors, le membre du Seichi pense à poser une autre question. Et celle-ci a sûrement davantage de chances de fonctionner, car elle se repose sur ce que l’étranger – ou l’étrangère – connaît forcément : la musique.

Mais la forme est peut-être maladroite. Toujours sans se présenter, c’est limite une accusation d’inhumanité qui est envoyée au masque de votre interlocuteur. Ce dernier continue alors à jouer, pendant une trentaine de secondes.

Puis au moment de finir son morceau, vous avez un brin d’espoir, qui se concrétise que timidement.

En effet, plutôt que de reprendre le manche de son instrument pour jouer à nouveau, l’inconnu au masque retire à moitié l’un de ses gants. Vous y découvrez un teint de peau qui, malgré le peu de luminosité vous paraît forcément sombre, mais surtout bel et bien humain.

Est-ce une façon pour votre interlocuteur de vous répondre ? Sûrement. Mais encore une fois, ce dernier ne prend pas la peine de vous énoncer le moindre mot. A la place, il renfile son gant et caresse à nouveau les cordes de son instrument. Une nouvelle mélodie vient à vos oreilles…
Revenir en haut Aller en bas
Chinoike Katsuko
Chinoike Katsuko

Voyage n°1 de la Silencieuse Empty
Sam 27 Mar 2021 - 14:42
Après avoir posé sa question provocatrice, la vampirette aurait espéré une réponse rapide, indignée, quelque chose de visible. Mais rien. La Silencieuse continuait de jouer sans rien dire, comme une automate. Avait-elle raison ? Ou alors est-ce que cette personne était sourde ? C'était... C'était possible après tout. Mais alors qu'elle réfléchissait à cette possibilité, la Silencieuse se mit à bouger d'une manière inattendue. Ainsi, la femme au masque de chat dévoilà légèrement la peau de sa main d'un geste silencieux.

Toujours sans le moindre commentaire, la silhouette le renfila et reprit sa musique. Plutôt surprise qu'elle ait malgré tout réagit, l'informatrice eut un léger sourire qui s'étira sur ses lèvres. Elle avait donc bien à faire à un être humain et ce dernier entendait bien ce qu'il se disait autour de lui. Décidant alors de se reprendre dans son arrivée et sa présentation maladroite, elle avait bien compris que cette personne ne dirait rien si elle restait ainsi. Cette approche ne fonctionnait pas. Il restait donc à découvrir si la femme qui lui faisait face, à elle et au kazejin qui était arrivé après elle, accepterait de lui laisser une seconde chance ou si cette première tentative l'avait froissé. Patientant cependant jusqu'à la pause de la musique suivante, réfléchissant bien à ses paroles pour éviter une nouvelle gaffe, Katsuko se relança d'une voix posée.

« Désolée pour mes questions gênantes. J'ai perdu l'habitude du contact normal entre êtres humains ces dernières années. Permettez moi de me reprendre pour repartir d'un bon pied je vous prie. »

Inspirant un instant, elle se relança après s'être installée dans une position plus formelle, à genoux face à la musicienne presque imperturbable.

« Konbawa, je m'appelle Neiko, je suis informatrice et j'ai entendu parler de vous. Votre musique m'a enchanté et vous me rendez très curieuse. Accepteriez-vous d'échanger avec moi ? Je pourrais vous parler de moi en retour si vous le souhaitez. J'aurais aimé savoir jouer d'un instrument pour vous accompagner, malheureusement, je ne maîtrise que ma voix et je suis une piètre parolière je le crains. »

Souriante, toujours attentive, la Chinoike acceptait que cette nouvelle approche serait plus à même d'obtenir une réponse, quelle qu'elle soit. La nuit qui les entourait avec quelque chose d'apaisant, de rassurant. Peut-être était-ce simplement les notes de musique qui y résonnaient encore. Espérant que son approche plus respectueuse qu'elle faisait en toute sincérité aurait un meilleur résultat, la vampirette restait suspendue aux lèvres invisibles de la femme au masque de chat.

HRP:
 

_________________
Voyage n°1 de la Silencieuse 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine https://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues https://www.ascentofshinobi.com/u336
Asaara Ôji
Asaara Ôji

Voyage n°1 de la Silencieuse Empty
Ven 16 Avr 2021 - 11:47
Lorsque la femme à la chevelure blanche questionna la Silencieuse sur sa condition d'humaine, la seule réponse qu'elle reçut fut un gant ôté, donnant une réponse claire. Une preuve qu'elle écoutait bel et bien ce qui lui était dit. Rien d'étonnant, étant donné qu'elle avait besoin de son ouïe pour jouer de son instrument. Mais était-ce par volonté qu'elle refusait d'énoncer le moindre mot ?

Quant au Silencieux, il préférait observer et suivait la même voie du silence. Celle qui se dénommait Neiko semblait porter à elle seule le poids de la discussion, ce qui arrangeait l'Asaara. Cela dit, il n'était donc pas le seul à avoir entendu parler de cette mystérieuse marchande. Savait-elle, toutefois, qu'elle était la cible de marchands kazejines ? Difficile pour Ôji de savoir si elle détenait des talents shinobis en plus d'être une excellente musicienne.

Le marché des lucioles était en plein essor dans le Désert, beaucoup seraient prêts à tout pour s'emparer d'un être capable de les contrôler. Tant qu'elle demeurait dans l'enceinte du Rempart, rien ne pourrait lui arriver. Mais dès qu'elle s'aventurerait en-dehors, nul doute que sa sécurité serait compromise.

Là encore, il décida de se taire. Il en savait encore trop peu sur elle...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207

Voyage n°1 de la Silencieuse

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Jôheki no Kuni, Pays du Rempart :: Rempart Millénaire
Sauter vers: