Soutenez le forum !
1234
Partagez

Les idéaux ardents de l'Empire

Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Mar 31 Mar 2020 - 19:57

Les idéaux ardents de l'Empire 1pkk
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Sur une commode posée contre un mur de bois, il observait en silence une petite relique qui semblait sacré, mais qui n’avait rien de la sorte en réalité. Elle représentait en apparence un homme à moitié équidé, à moitié humain, sur la tête duquel avaient poussé des bois ; étrange créature coiffée de branchages mystérieux sur lequel, en toute négligence, semblait se tenir un petit écureuil, tenant en ses mains une noisette. De ce symbole émanait, sinon une évocation de sacré, une aura de nostalgie qui s’agglutinait aux pensées de celui qui se faisait autrefois appelé le « chapardeur » mais qui avait hérité, depuis peu, du titre de Lieutenant.

Il ferma les paupières et se concentra. Debout, figé tel un épouvantail abandonné sur les champs, il visita l’intérieur de sa propre personne. Introspection profonde. Voyage aux fins fonds du néant. Pèlerinage immobile. Il s’enfonça dans les méandres abyssaux de son esprit, tentant de creuser toujours plus loin l’exercice de sonde à l’intérieur d’une personnalité qui lui semblait, sous certaines coutures, désarticulée. Comme s’il jetait une pierre dans le vide, en espérant entendre sa chute dans un bruit de fracas que l’écho répandrait jusqu’à lui, mais que cette pierre, otage de sa chute vertigineuse, n’atteignait aucun fond.

Il n’était personne. Il n’était rien.

Plusieurs minutes durant, il lui semblait qu’il chutait dans ce vide sans fin, dans cette tourmente du néant infâme qui défigurait sa propre perception de lui-même ; ne lui restait plus, pour se sauver de cette fatalité, qu’à se déconstruire lui-même pour se construire sous un nouveau jour.

Ou du reste, une nouvelle nuit.

Enfin, il rouvrit les paupières. L’exercice était psychologiquement épuisant. Il n’arrivait que peu à le maintenir, tout au plus quelques secondes, quelques minutes avec un peu de persévérance. Les idées avaient tant et tant mitraillé son esprit qu’il lui semblait qu’elles vibraient à l’intérieur de son crâne ; étaient-elles à l’origine de cette migraine qui le harcelait dans un sifflement lancinant et continu ? Il se figura que les causes et les conséquences étaient plus ou moins lié et, en parvenant à se défaire de la sorcellerie qui l’habitait quand il observant cet homme, moitié cerf, sur les bois desquels se tenait un écureuil, ce qui n’était pas sans évoquer son histoire avec le Roi au Crâne Parricide qui régnait sur les peuples de ces rongeurs arboricoles, il décida, pour s’aérer l’esprit, de fuir son domicile. Dans son départ, il observa une liste qu’il avait judicieusement camouflé quelque part dans son appartement. Son doigt glissa lentement sur la longue liste de noms qu’elle comportait. Il s’arrêta sur l’un d’eux. Puis, après avoir enfilé sa longue cape et mis sa capuche sur sa tête aux traits durcis par les responsabilités de son grade, il partit.

Quelques temps plus tard, ayant avisé son accoutrement le plus sombre et le plus discret pour l’occasion, il arriverait là où il s’attendait à le trouver ; ôterait son capuchon noir pour révéler son identité. Peut-être l’ancien mercenaire aurait-il entendu parler de lui ; cela n’avait rien d’une surprise. La notoriété de Shinpachi était grimpée en flèche ces derniers temps, faute de son passage à l’examen qui avait révélé toute l’étendue de ses capacités. Toutefois, eu égard à ses désirs, le Lieutenant improviserait comme il avait appris à le faire avant même d’être un soldat du Teikoku. En débutant la phrase par la nomination-même de son vis-à-vis :

« Enma Gozen ? »


HRP:


Dernière édition par Shinrin Shinpachi le Sam 18 Avr 2020 - 13:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Uzumaki Gozen
Uzumaki Gozen

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Mar 31 Mar 2020 - 22:23
Fulgurant comme la foudre, l'homme est rapide, puissant et dévastateur. Pouvant paralyser n'importe quel être sur cette terre, le shinobi sait qu'il est capable de bien des choses grâce à l'électricité qu'il peut manier adroitement.

Rugueux comme le roc, l'homme est solide et incassable. Il est capable de protéger des populations entière, tout comme profiter d'une situation quelconque pour s'enfouir dans le sol afin d'échapper à ses assaillants.

Tempétueux tel le vent, l'homme est acéré comme terriblement dangereux comparable au cyclone des plus destructeurs. Aussi puissant qu'un typhon en pleine mer, la possibilité de de créer de véritable tempête lui est autant possible que familier.

Dévorant comme les flammes de l'enfer, l'homme est un brasier humain pouvant calciner la moindre parcelle de terre présente sur ce monde éteignant toute trace de vie s'y trouvant. Capable de créer une véritable mer de flamme, le shinobi est un adepte de cet élément, aussi violent que ravageur.

Par toutes ces facettes de son potentiel armé, l'Uzumaki possède le don de destruction comme celui de protection envers celles et ceux qu'il considère comme important à sa vie. Toutefois, il se dit que voir au-dessus de cet aspect empirique est bien le plus important. Conquérir d'autres terres est une éventualité mais le faire sous le nom du Feu en prétextant la paix est symboliquement le présage d'une inintelligence et d'un sens profond égoïste de la part de son conquérant. De plus, le faire sous l'allégation de la vengeance est bien stupide, du moins, pour l' "Enma". La vengeance entraine la vengeance, rien de plus rien de moins. C'est un cercle vicieux dont les hommes ont du mal à se sortir si personne n'est capable d'ouvrir les yeux et de prendre sur lui-même afin de rétablir l'ordre. Cette personne, Gozen veut l'être. Il veut être celui qui changera cet Empire du Feu en quelque chose de meilleur. Être le sauveur de ce monde. Celui qui évitera une énième guerre pour des raisons stupides. Même s'il faut bien l'avouer, Yamanaka Rei est actuellement cette personne. Car par la parole, personne n'arrive malheureusement à rien. Il fallait une énième guerre pour faire prospérer une bonne fois pour toute la paix.

Sur ce terrain d'entrainement, affichant les marques de sa toute puissance élémentaire, l'Uzumaki a le souffle coupé après un effort conséquent et dont le corps torse nu est recouvert de suie et de crasse responsable d'un entrainement plus qu'intense. Mais dans cette frénésie à toujours devenir plus fort, sur l'un des nombreux terrains dédier à l'entrainement des soldats de l'Empire, l'Hayashijin peut ressentir une présence derrière lui. Ne lui voulant pas de mal, mais possédant une certaine force de par son chakra, l'individu est commun au ninja élémentaire. Cette présence lui rappelle quelqu'un qui l'a connu lors de ce fameux jour. Lors de la conquête des Nuages.

« Shinpachi ... » Même si ce dernier ne doit pas trop s'en rappeler, étant donné qu'à l'époque, tous ne se connaissaient pas. Seul le Teikoku les avaient rassemblés sous une même bannière. « Que me vaut l'honneur de ta visite ? Lieutenant. »

Calme mais surpris de la visite d'un membre de l'Unité Impériale, Gozen sait que Shinrin Shinpachi est quelqu'un de puissant et de redoutable à l'instar de son indiscrétion vis-à-vis de son appartenance à cette unité qui, de base, reste secrète quant aux membres qui y appartiennent.

Et dans tout ça, le balafré se demande bien ce que cet individu fait là, à venir à sa rencontre. Cette visite peut être bien fortuite constructive pour l'élémentaliste cherchant à rallier à lui de nombreux partisans pour libérer le Feu de son empereur.

_________________
w3docs logo


Dernière édition par Uzumaki Gozen le Sam 18 Avr 2020 - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8787-uzumaki-gozen-pour-l-empire-malgre-lui#74009 https://www.ascentofshinobi.com/t8796-uzumaki-gozen https://www.ascentofshinobi.com/u1303
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Mer 1 Avr 2020 - 2:30

Les idéaux ardents de l'Empire 1pkk
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Une atmosphère électrique se dégageait par sa seule présence ainsi que par l’intensité de sa fougue. Gozen, sous un soleil écrasant, semblait pouvoir soulever des montagnes. Son exercice avait dû être particulièrement harassant pour le mettre dans un tel état de fatigue. Pourtant, même affaibli, il semblait toujours particulièrement redoutable. En témoignaient ses nombreuses cicatrices et ses muscles saillants ; symboles d’un homme taillé pour la guerre. Même son aura semblait rugir autour de lui, farouche évocation d’une puissance monstrueuse qu’il n’avait pas utilisé pour monter dans la hiérarchie de l’Empire, mais qui méritait toutefois d’être considérée à sa juste valeur. Visiblement, l’ancien mercenaire s’était cultivé par l’effort et n’avait assurément rien perdue de sa hargne et de son ambition. Les deux Hayashijins partageaient, outre leurs origines, au moins cette passion pour les entraînements épiques qui les poussaient, à juste raison, dans leurs ultimes retranchements ; jusqu’à frôler les risques de blessure par l’effort. La grandeur, par la démesure. Le Shinrin n’avait-il pas, quelques jours plus tôt, failli se briser lui-même en tentant de fracturer, par les flux de chakra, sa propre création ?

Oui. Le bois s’était bel et bien brisé par l’effort de sa pensée et de son règne résineux ; quelque chose qui était devenu, au fil des années et des méditations, une extension de son propre corps. Sans le moindre geste, sans le moindre mot ; rien que par cette lutte de l’esprit contre l’invisible structure qui faisait la solidité du chêne immense qu’il avait créé de toute pièce, comme pour s’essayer dans un jeu mortel, comme pour briser… ou être brisé, il était parvenu à achever la destruction. Il avait, dans un moment de douleur et de rage insidieuse, déchaîné ses forces invisibles, envoyé, dans une tornade du chaos, l’absoluité de son chakra, tel un dieu des océans faisant déferler son royaume sur toutes les terres du monde. Un déluge de chakra, un duel vibrant avec la matrice. Son corps avait frôlé la déchirure, son âme s’était plié dans l’horreur d’un vortex de pouvoir.

Mais il avait vaincu. Le géant d’écorce s’était facturé, jusqu’à se fendre en deux, avant de se recroqueviller sur lui-même à chaque étage de son tronc, pliant tel un roseau dépecé.

En ce jour cependant, une toute autre ambition avait attisé la curiosité du Shinrin qui, de loin, avait dépassé le niveau qu’on espérait de lui ; fallait-il être intrépide pour ne pas craindre de déranger Gozen en plein entraînement. Après avoir ôté son capuchon, il ne tarda pas à être reconnu par celui qui faisait l’objet de ce débarquement soudain ; de simples paroles confirmèrent qu’ils ne se négligeaient ni l’un, ni l’autre. Shinpachi, usant de ses sens, sonda la force de cet individu qui sembler transpirer d’un chakra infini et dévastateur. Il en eut des frissons d’excitation. L’intime désir de se mesurer à lui germa en lui. Mais il le fit taire toutefois. Cette hypothèse n’était pas encore envisageable. Pas avant de le connaître.

« J’aimerais m’entretenir avec toi quelques instants… si tu me l’accordes. »

Il attendît sa confirmation avant de poursuivre.

« J’ose croire qu’il n’est pas nécessaire que je t’explique ma fonction au sein de l’institution. Je t’épargnerais donc toute la logorrhée à ce niveau. Toutefois, il y a plusieurs éléments que je souhaiterais éclaircir concernant ton implication au sein de l’Empire. N’y vois aucune offense. Tu n’es pas le seul que j’interroge. Acceptes-tu de répondre à mes questions ? »

Il se voulut assez cordiale et surtout, paisible. Gozen n’était pas un sot et, à n’en pas douter, il devait deviner que la présence de ce Lieutenant n’était pas innocente ; un refus était fondamentalement de son droit. Mais dès lors, il devinait tout aussi bien qu’il ferait l’objet de bien des doutes à son égard.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Uzumaki Gozen
Uzumaki Gozen

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Mer 1 Avr 2020 - 15:57
Transpirant à grosses gouttes, le souffle reprenant un rythme classique après tant d'efforts, le shinobi élémentaire se trouve au milieu de ce terrain d'entrainement entre les impactes de foudre, la terre modulée, le bois lacéré par le vent et un sol totalement calciné. Puissant et charismatique, c'est le torse nu que se retrouve l'Enma face à son interlocuteur du jour venant à sa rencontre en cette fraîche journée d'hiver. Une venue bien surprenante ou simplement un contrôle cachée sous de fausses excuses de la part du Shinrin désormais Lieutenant de l'Empire ? Gozen ne sait quoi en penser pour le moment, il patiente et attend de voir.

Si les innombrables cicatrices sur son corps peuvent témoigner d'un passé tumultueux, ces dernières laissent une impression d'invincibilité auprès de ceux posant les yeux dessus. Mais la venu d'un Lieutenant - qui plus est membre de l'Unité Impériale - reste suspecte aux yeux de l'Hayashijin. Pensant premièrement que les membres de cette unité restent anonyme aux yeux de l'Empire comme du monde entier, Shinpachi est le seul à proclamer son appartenance à ce groupe élitiste du Teikoku.

Une suspicion certaine se créer alors consciemment dans la tête du scarifié.

Pourquoi avouer son affiliation quasi certaine à ce bataillon de l'Empire alors que ce dernier est censé resté secret pour tout le monde ? L'Uzumaki est songeur quant à sa réelle allégeance à l'Unité Impériale comme au Feu lui-même. Physiquement entreprenant et ouvert à toute discussion, le shinobi reste secrètement retranché derrière le faux visage d'Enma Gozen pour interpréter au mieux les mesures prises par son acolyte Teikokujin.

L'élémentaire reste un ancien mercenaire engagé par l'Empire pour être officiellement l'un des leurs mais n'a jamais réellement prêté serment à l'Empereur pour prouver sa bonne foi et son allégeance suprême. Est-ce pour cela que le Shinrin s'invite à lui en ce jour ? Il n'est sûr de rien et préfère ne pas s'avancer. Car s'il n'est réellement là que pour un simple entretien, alors qu'il en soit ainsi ; l'Uzumaki ne fera pas de chichi pour une simple discussion de ce type. Après tout, il se doit d'être du côté de l'Empire pour le bien de Hi.

« Un entretien ? Pourquoi pas ... Tant que les questions qui me sont posées restes courtoises. » dit-il un léger rictus au coin des lèvres.

C'est alors que le ninja à la pupille en cercle s'engage dans des paroles plus sûres, plus entreprenantes. Cherchant une certaine vérité. Cherchant à prouver la loyauté du Hijin d'adoption, son implication au sein de l'Empire du Feu. Même si principalement son attitude reste sereine, plein de bonne volonté.

« Et bien je t'écoute, pose moi tes questions. J'y répondrais avec la franchise la plus totale possible. Mais tout d'abord ... » rétorque alors le maître sceau s'accroupissant au sol tout en croisant les bras, montrant une certaine allure sereine et démonstrative, avant de reprendre un poil plus sérieux. « dis moi ce qu'un Lieutenant de l'Empire vient faire ici ? Surtout un membre de l'Unité Impériale pouvant enquêter généralement sur les membres du Teikoku pour prouver la bonne obéissance de ses soldats. »

Son regard alors plongé dans celui de Shinpachi, Gozen montre alors toute sa prestance et son assurance vis-à-vis de son supérieur hiérarchique. Désormais et pour la suite des opérations, l'Uzumaki s'engage sur le plan de la franchise. Et il entend bien le faire des deux côtés.

_________________
w3docs logo
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8787-uzumaki-gozen-pour-l-empire-malgre-lui#74009 https://www.ascentofshinobi.com/t8796-uzumaki-gozen https://www.ascentofshinobi.com/u1303
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Jeu 2 Avr 2020 - 23:37

Les idéaux ardents de l'Empire 1pkk
PAYS DU FEU | 火の国の物語


La longue chevelure de jais du cabalistique lieutenant, nouée en queue de cheval à l’arrière de sa tête, chutait jusque dans sa large capuche au milieu de ses omoplates qui sous les coutures semblaient presque être acérés tant son physique était svelte, mélange d’une musculature affûtée et d’un manque évident d’épaisseur lipidique qui faisait que sous le vêtement, on ne savait si les saillances étaient osseuses ou musculaires. L’amplitude de son long paletot suffisait toutefois à dissimuler ces formes étriquées et nerveuses, et conféraient à son allure une dimension particulièrement ténébreuse. Un foulard, qui entourait son menton et toute la partie basse de sa mâchoire en enlaçant sa gorge chaudement, laissait choir deux longs pans qui, tout comme son corps biseauté, étaient enrobés par ce large manteau noir.

Une ombre dans le jour.

Plus magnétique que cet accoutrement fort révélateur du fond de sa personnalité, ses deux iris érubescentes brûlant d’une lueur vermillon qui n’était pas sans évoquer l’hémoglobine qui coulait à l’intérieur de lui fixaient, avec une étrange intensité, celles de son agoniste aguerri. Le calme olympien qui émanait de Shinpachi n’avait rien d’ordinaire. Sa visite n’avait rien d’ordinaire non plus.

Il put lire, aussitôt qu’il attaque le vif du sujet, une pointe de réticence dans la réponse de Gozen. Assurément, le visiteur de l’Unité Impériale avait une idée derrière la tête en s’approchant d’un mercenaire comme lui. Assurément, il n’avait pas tort d’exiger certaines justifications. Mais s’il suffisait de répondre à une question par une question pour mettre en déroute le Shinrin, ce dernier n’aurait sans doute jamais mérité sa place au sein de l’Unité Impériale. Fort heureusement, il était assez habile dans le jeu du Verbe pour rebondir avec subtilité.

« D’ordinaire, Gozen, ceux qui me demandent de justifier ma présence sont les mêmes qui ont quelque chose à cacher. »

Sans exprimer le moindre scrupule, il le dévisagea puis laissa courir ses pupilles fauves pour le déshabiller du regard, de la tête aux pieds, comme s’il cherchait le moindre indice d’un possible mensonge. Il n’en était rien en réalité. Il s’agissait là d’un simple apparat, une façon de lui signifier que le moindre signe de réticence serait aussitôt sujette à des doutes de sa part ; la moindre résistance, suspecte.

« Pour autant, je te rassure, je ne suis pas ici à titre suspicieux. A l’inverse, ton cas m’intéresse. Selon les informations que j’ai à ma disposition, tu as participé à la bataille contre Kumogakure ; le dossier ne fait pas mention toutefois du nombre de combattants kumojins que tu aurais traité. Peux-tu d’abord me faire un petit résumé des faits afin que nous mettions à jour les informations en notre possession ? »

Demanda-t-il sur un ton plus doux et bienveillant, envisageant construire un dialogue avec son interlocuteur.

« Ensuite, je suis curieux de savoir comment tu te projettes au sein de l’Empire. Je n’ai constaté aucune affiliation officielle au sein d’une Unité, comme si ton dossier avait été… oublié. Gozen, comment vois-tu l’avenir au sein de notre institution ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Uzumaki Gozen
Uzumaki Gozen

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Ven 3 Avr 2020 - 1:35
Et comme un coup de chaleur qui traverse l'ensemble de son corps, l'Uzumaki ressent soudainement une certaine tension s'installer entre lui et le manieur de bois lui posant certaines questions. Mais pourquoi ressentir un stress quelconque alors qu'en tant normal, le shinobi est totalement impassible et affiche une mine des plus décontracté à la limite de l'insolence totale. Lui, le pacifiste du Feu. Loin de faire ressentir à ce membre de l'Empire - semblant totalitairement dépendant de l'Empereur - qu'il ressent la moindre once de peur ou d'inquiétude vis-à-vis des doutes qu'il peut alors ressentir envers l'Hayashijin. Car depuis maintenant de nombreuses années, le ninja a apprit à contrôler ses nombreuses émotions en fonctions des différentes situations qui se montrent à lui. La faut ou grâce à qui ? À tous ces hommes qui depuis presque deux siècles traquent sans relâche les membres du clan Uzumaki pour les exterminer. Et ce, génération après génération.

D'entrée de jeu, il est vrai que l'homme n'a pas été très honnête avec Shinpachi. Répondre par une question à une question peut évidemment soulever des interrogations sur ses véritables intentions. Surtout lorsque, comme le Lieutenant le mentionne si bien, son dossier n'a pas été traité depuis l'installation du Teikoku au cœur de Kumogakure no Satô.

« Excuse moi, c'est vrai qu'en me montrant quelque sur la défensive, je peux te montrer des sentiments contraires à ce à quoi tu peux t'attendre. »

Ses yeux dans les perles aubergines de son interlocuteur, Gozen se montre déterminant dans sa façon de penser.

« Mais il est vrai, j'ai participé à la prise du village caché des Nuages. Comme à peu près les trois quarts des membres de l'Empire je pense. »

Débouchant le bouchon de liège refermant sa gourde d'eau, l'élémentaliste prend une gorgée avant de poursuivre. La question du nombre de Kumojin tué. Non traité. Tué.

« Hum ... Je dirais une centaine. Je ne compte pas lorsque je suis concentré sur une tâche qui m'est demander avec le plus grand sérieux. »

Une centaine de personne sauvée. Lui le pacifiste du Feu sauvant en cachette les civils Kumojin au lieu de leur ôter la vie. Seul les shinobi de la Foudre venant pour le tuer ont trouvés la mort malheureusement. Et encore aujourd'hui, il s'en veut un peu. Cependant, c'était soit eux ou lui. Le choix fut rapide. Et puis ... l'Empire est puissant et n'a pas que des mauvais côtés. Il est d'ailleurs à l'origine d'une paix certaine au pays du Feu comme de la Foudre.

« Je suis arrivé au cœur de Kumogakure no Satô quelques minutes après la grande explosion et l'arrivée des troupes. Je me suis alors dirigé à l'Est du village pour ... m'atteler à la tâche si je peux me permettre. »

Il était à l'Ouest, un peu vers le Nord, là où plusieurs centaine de civils ont échappés à la mort.

« Quant à mes projets au sein de l'Empire ? Hm .. Je ne sais pas trop si je peux t'en parler. Après tout, je suis quelqu'un d'ambitieux. Mais je tiens à être le plus honnête avec toi, je veux grimper les échelons et pouvoir être une figure importante de l'Empire. Être aux côtés de l'Empereur et de ses capitaines. En être un. Je ne sais pas comment m'y prendre. mais peut-être que toi tu pourrais faire quelque chose ? Hm ? »

Être au plus proche de l'Empereur pour mieux le faire tomber oui. Lui a l'origine du génocide des Kumojin et ne pensant qu'à une vengeance liée aux erreurs du Sôshikidan. Même si secrètement, il le jalouse. Lui, l'enfant de Hi ayant apporté la paix.

« Toutefois, tu as dis que mon cas t'intéressait hein ? Dis moi pourquoi. »

Plus sérieux encore, les bras éternellement croisés, il fixe avec insistance son homologue Teikokujin pour avoir désormais une réponse à sa question.

_________________
w3docs logo


Dernière édition par Uzumaki Gozen le Sam 18 Avr 2020 - 13:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8787-uzumaki-gozen-pour-l-empire-malgre-lui#74009 https://www.ascentofshinobi.com/t8796-uzumaki-gozen https://www.ascentofshinobi.com/u1303
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Sam 4 Avr 2020 - 23:31

Les idéaux ardents de l'Empire 1pkk
PAYS DU FEU | 火の国の物語


La posture du mystérieux lieutenant était de marbre. Rien ne vint bousculer cette attitude si ancrée sur ses positions. Comme s’il s’était enraciné, le Shinrin ne semblait guère exprimer de faiblesse face à son environnement ; que ce fussent des eaux torrentielles, des tempêtes déchaînées, des éclairs dévastateurs ; rien, sinon le feu, ne pouvait menacer sa souche. Tels étaient les Shinrin. Même un être aussi fébrile en apparence que Shinpachi imprimait dans son rayonnement quelque chose d’indétrônable ; car, avant d’être haut, avant d’être lourd, l’arbre était d’abord profond. Profondément ancré dans le sol.

Nul autre ne pouvait mieux dire qu’un Shinrin à quel point il était important d’avoir de bonnes bases.

Fondamentalement, le zélote de l’Empire était une réplique de tous ses aïeuls. Le même garçon qui haïssait l’approche paternaliste des siens était définitivement en train de se transformer pour devenir comme eux. Un être habité par le vide, et mettant entre lui et la reste de la société des barrières invisibles. La différence de langage entre la faune et la flore. La différence entre l’écorce et la fourrure. La différence entre lui, et les autres. Sa psyché s’était imbibée de façon naturelle avec le vin résinifère qui faisait l’ivresse d’une arrogance exécrable. Nectar de tous les orgueils. Sève de la tyrannie.

Certaines plantes étaient carnivores et n’avaient qu’un seul dessein : dévorer, ou l’être.

« Oserais-tu me leurrer, Gozen ? Un homme qui serait capable d’évincer une centaine d’ennemis n’aurait jamais été dans le rang des soldats. On t’aurait promu… »

Il croisa les bras, comme pour montrer qu’il se mettait sur la défensive à son tour. Il n’aimait pas que l’on se joue de lui.

« … ou exilé. »

Le ton, évidemment, avait changé.

« Je te prie donc de me dire la vérité et rien que la vérité. Sache que, bien qu’il reste certaines zones d’ombres, j’ai pu feuilleter quelques pages à ton sujet. Le mensonge est un art qu’il nous appartient d’entretenir, je n’y vois aucune offense ; mais tâche de ne pas exagérer ta situation. »

Il s’était voulu volontairement ferme avec son vis-à-vis mais, comme pour accompagner ses paroles et leur donner une crédibilité, il décida d’agir. Il attrapa les deux pans de son long manteau puis les écarta, laissant apparaître son costume impérial. Les manches de son pourpoint glissèrent le long de ses bras. Il attrapa néanmoins ce dernier dans sa chute, puis le tendît sur le côté droit, son bras tendu, et ses yeux dardant farouchement celui qui avait osé lui mentir.


« Du reste, si tu prétends dire la vérité, il te faudra me le prouver. »

Un défi ouvert. Un défi qu’il souhaitait intimement, comme pour mesurer sa force. Il avait entendu dire de Gozen qu’il possédait un certain « potentiel ». Il voulait le vérifier par lui-même mais du reste, il ne pouvait le faire sans un bon prétexte. Et tant que sa veste pendait au bout de son bras droit, il n’en avait aucun : il attendît que Gozen accepte ou refuse sa proposition pour lâcher son manteau et ainsi, se déclarer ouvert aux hostilités pour un duel qui s’annonçait épique.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Uzumaki Gozen
Uzumaki Gozen

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Dim 5 Avr 2020 - 0:54
Tenace, c'est très certainement le mot le plus juste pour qualifier le jeune homme se trouvant en face de l'Uzumaki. C'est cette ténacité qui peut bien faire flancher l'Hayashijin si tenté qu'il possède un mentale aussi faible que la valeur des convictions de l'Empire. Cependant, tout mensonge renferme une part de vérité et Gozen se veut le plus sincère possible. Loin de lui l'idée de provoquer une embrouille quelconque avec un membre de l'armée Teikokujin qui semble être un fervent défenseur des idéaux de ce dernier. Rien de plus normal quand on est membre de l'Empire. Et c'est très certainement pour ça que Gozen, malgré un passé de grand guerrier, n'est encore qu'un simple soldat. D'où les inquiétudes du nommé Shinrin.

C'est le ton quelque plus stricte qui est employé après que le ninja élémentaire termine d'expliquer sa situation au sein de Hi et du Teikoku. Les pupilles fauves de Shinpachi s'aiguisent de plus en plus, montrant un certain doute ressentit. Cependant pourquoi douter sur le nombre de Kumojin éliminés des mains du balafré ? Pourquoi prétendre que son dossier ne renferme pas les mêmes informations alors qu'à la fin de la guerre, c'est exactement les mêmes termes qu'a pu employer le guerrier élémentaire.

Pourquoi ? Il bluffe tout simplement. Pour trouver la véritable personnalité de l'homme ? Enquêter sur lui et connaître ses véritables intentions doivent être un moyen pour lui de recruter les soldats de l'Empire. Pour l'Unité Impériale ? Très certainement. Ou simplement pour examiner chacun des hommes et chacune des femmes à la solde du Feu. L'Uzumaki ne voit que ces deux possibilités.

Mais il ne se fera pas avoir.

« Tu peux avoir autant de doutes que tu veux, Shinrin ... Mais saches que je t'ai dis ma version des faits. Si on ne peut pas se faire confiance entre membre de l'Empire, où on va ? C'est pas comme si j'étais un Kumojin ayant tué plusieurs des nôtres et que j'étais déjà promu Capitaine pour surveiller nos frontières. T'imagines ? La blague. Non, je suis sincère avec toi. Et la raison pour laquelle je ne suis pas encore promu c'est très certainement qu'à l'époque, je ne me sentais pas d'être un grosse tête de l'Empire. Aujourd'hui, peut-être que mes envies ont changées. Pour le Teikoku. » répond alors Gozen aux accusations de Shinpachi, plus affirmé et confiant que jamais. Plus patriotique que jamais.

Toutefois, alors que son léger monologue s'étale dans l'air, le Lieutenant se déshabille de son long manteau sombre, le gardant plié à la main droite. Déployant son costume de bon soldat impériaux, peut-être pense t-il impressionner l'Hayashijin ? Ou du moins le provoquer pour lui faire perdre un tant soit peu le contrôle qu'il maitrise tant ? Non, simplement une invitation à se battre. Et même s'il vient de s'entrainer, l'Enma ne dirait pas non à un petit combat autre que contre une panoplie de mannequin en bois. Cependant, avant de se plier au bon vouloir du Lieutenant, l'élémentaliste souhaite à tout prix connaitre les intentions de son interlocuteur. Pour le bon déroulement de la suite des évènements.

« Penses-tu prouver mes dires par un simple échange de coup ? Avant toute menace de ce genre, dis moi pourquoi tu es là, et ce que tu me veux. Et peut-être ... que j'accepterais de me battre avec toi. »

Et si les palabres de l'homme peuvent être vu comme une quelconque menace, Gozen se prépare mentalement à contre-attaquer une potentielle première tentative de la part du Shinrin. Restant alors accroupit face au Lieutenant, ses dernières gouttes de sueur séchant à la chaleur du soleil haut dans le ciel.

_________________
w3docs logo
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8787-uzumaki-gozen-pour-l-empire-malgre-lui#74009 https://www.ascentofshinobi.com/t8796-uzumaki-gozen https://www.ascentofshinobi.com/u1303
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Dim 12 Avr 2020 - 22:43

Les idéaux ardents de l'Empire 1pkk
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Deux rubis scrutant l’apollon, un manteau pendu à bout de bras, et une volonté flambante de dilapider les secrets qui se tapissaient derrière ce visage laconique ; le zélote s’apprêtait à combattre avec toute la ferveur d’un parangon de l’Empire. L’atmosphère était depuis lors envahie de tensions difformes et surnaturelles, invisibles certes, mais capables de passer la barrière d’un épiderme perméable à cette excitation ambiante. L’air était surchargé de chakra et d’intensité, semblable à une tornade incolore qui naissait autour d’eux pour libérer toutes les pulsions destructrices des deux boutefeux. Perceptible par quelques frissons, mais pas acté pour autant, le début de ce tourbillon de chaos qui n’attendait que de s’émanciper de cette courtoisie saupoudrée de quelques bribes de complotisme verbal se languissait d’une confrontation dangereuse.

Mais avant la lutte, il y avait les mots et si d’aventures ces derniers étaient assez subtils et habiles, peut-être pouvaient-ils permettre d’éviter un affrontement dispensable. Encore fallait-il, pour que cette hypothèse se réalise, que Gozen et Shinpachi puissent s’entendre sur une certaine réalité des faits ; ce qui, en l’occurrence, ne semblait pas encore être le cas. Gozen transpirait d’une étrange confiance et ses propos, que le Shinrin pensaient à tort ou à raison mensongers, corroboraient la supposition que son vis-à-vis puisse effectivement s’estimer, de droit, dans une situation assez confortable face à son visiteur incongru. Ce qui n’était pas pour plaire à l’émissaire de l’Impériale.

Mais si d’aventures ce qu’il tendait à affirmer était vrai, alors ce protagoniste avait été trop longtemps ignoré par négligence, et n’était pas en mesure d’exprimer son plein potentiel au service de l’Empire. Cela déplaisait tout autant à Shinpachi. Son objectif était clair à ce propos : son devoir depuis qu’il était devenu Lieutenant était fort bien de solliciter toutes les forces vives du Teikoku et de les mener à leur plus haut potentiel.

Mais la manigance n’était pas terminé. Son manteau était toujours dansant au creux de son poing. Tant qu’il ne le lâchait pas, il ne démarrait pas l’affrontement. Avant tout, certaines zones d’ombres devaient encore être éclaircies. Il reprit le sujet.

« Les mentions que tu fais au sujet d’un kumojin promu Capitaine et responsables de surveiller nos frontières… je vois. Tu évoques Sairyo Hiko. Vraisemblablement, tu ne sembles pas lui accorder ta confiance. Sache toutefois que parler de Kumojins est en passe de devenir obsolète. Bientôt, nos deux armées ne feront plus qu’un ; et il faudra s’y accoutumer. Quant à notre échange… tu te doutes bien qu’il n’est pas si désintéressé, n’est-ce pas ? Je ne m’amuse pas à enquêter sur tous ceux qui composent nos troupes ; mais ton record n’est pas quelque chose de négligeable, comme tu peux t’en douter. J’ai à cœur de connaître le véritable potentiel de nos forces ; et de le nourrir autant que faire se peut. S’il est vrai que tu es celui que tu prétends être, alors tes conseils pourraient se révéler fort avisés pour entraîner nos propres soldats… voire les commander, pour peu que ta loyauté soit totale envers l’Empereur. »

Il lâcha son manteau, puis fonça. Quelques mundras plus tard, il fit apparaître sur son bras gauche un large pavois de bois, mais n’attaqua pas ; laissant cette aubaine à son vis-à-vis.


HRP:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Uzumaki Gozen
Uzumaki Gozen

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Lun 13 Avr 2020 - 0:02
C'était une prise de risque que de mentionner le potentiel Kumojin devenu Lieutenant puis Capitaine au sein de l'Empire après les évènements passés. Qu'aurait-pu ressentir le Shinrin à ce moment-là vis-à-vis du guerrier élémentaire qu'il, on le croirait, méfiant quant à sa position politique envers le Teikoku ? Simplement ce qu'il prétend répondre. Car en bon soldat de l'empire, la réponse parfaite est qu'au jour actuel, l'armée Kumojin n'existe plus ou est sur le point de ne plus exister. Le doux rêve des hauts gradés comme des simples soldats fanatique du grand Yamanaka Rei. Oui, des fanatiques d'un seul et unique homme, pas de fier et forts guerriers du Pays du Feu. Non, ceux là sont destiné à libérer Hi de se royalisme totalitaire qu'exerce le Teikoku sur le Feu, la Foudre et bientôt le monde.

« Il est vrai ... Le Teikoku voue à ne faire qu'un avec Kaminari no Kuni. Je ne suis pas encore habitué à tout ces changements. »

Des changements qui ne plaisent guère à l'Uzumaki mais l'idée de quitter, voir de déserter l'empire pour les plus fervents soldats, n'est pas envisageable. Gozen pense qu'il sera jeté en prison ou voir pire s'il prétend être un réel défenseur des droits de Hi, meilleur et plus juste que le Teikoku. Ces Hommes sont bien trop arrogant et avide de pouvoir et de guerre pour se rendre compte qu'ils commettent la plus grosse erreur de leur vie. Est-ce également le cas de l'Hayashijin ayant prétexter avoir tuer plus de cent ennemis lors de la guerre au lieu de dire la vérité ? Très certainement car par cette fausse réputation c'est Shinpachi qui s'avance vers lui à la fin de son discours, un bouclier de bois se formant sur son avant bras.

Il la décide seul, la décision d'engager un combat contre le shinobi élémentaire sans même savoir à quoi s'attendre. Mais que veut-il réellement évaluer ? Pourquoi enquêter sur les membres internes à l'Empire ? Peut-être que l'Empereur du Feu, derrière ses airs confiants et forts, craint une potentielle révolte au sein de ses propres forces armées ? Sinon, pourquoi des hommes comme Shin s'embêteraient à interroger et provoquer les soldats du Feu ? C'est louche.

« Qu'il en soit ainsi. »

Alors soit, Gozen combattra.

Joignant l'index et le majeur de ses deux mains pour former une croix, il fait apparaitre à sa gauche puis à sa droite une parfaite réplique de sa personne pour ensuite se reculer afin de voir ce que le Lieutenant va bien pouvoir faire. Mais voyant qu'il utilise promptement du chakra pour former ce bouclier sur son bras, l'un des deux clones prend l'initiative lui aussi et compose une série de mûdra. Soudainement, le sol sous les pieds du Shinrin s'enfonce avant de provoquer un déluge de boue pour former un marécage géant. Tout autour de lui, comme sous ses pieds, le marécage embourbe tout ce qui peut se trouver à l'intérieur. Le parfait piège pour commencer une entrée en matière. Désormais, que va bien pouvoir faire le Lieutenant du Feu ?

Résumé:

_________________
w3docs logo
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8787-uzumaki-gozen-pour-l-empire-malgre-lui#74009 https://www.ascentofshinobi.com/t8796-uzumaki-gozen https://www.ascentofshinobi.com/u1303
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Ven 17 Avr 2020 - 19:47

Les idéaux ardents de l'Empire 1pkk
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Immédiate, la réplique du mercenaire presque loyal envers le Teikoku leva le voile sur au moins un doute : Gozen était bel et bien un shinobi et possédait un potentiel indiscutable. Après avoir lâché sa veste et incanté son bouclier boisé, un large pavois de couleur auburn avec des liserés noirs qui lui couvrait le flanc gauche, le Shinrin en fonçant comme une ombre constata que dans le même temps son antagoniste avait fait apparaître auprès de lui deux clones. Un standard parmi les standards. Comme cela était envisageable, le véritable Gozen commença à engager une certaine retraite et se positionna en triangle inversé ; ses deux clones formant la base, à l’avant, et lui la pointe, à l’arrière. Militairement parlant, cette tactique permettait de créer une sorte de rempart pour l’attaquant. Shinpachi eut comme une pointe de déception. Au vu de l’intensité physique de l’entraînement de ce nouvel allié, il s’était imaginé en découdre au corps-à-corps, à l’aune d’un pugilat épique dont il aurait potentiellement été le martyr, n’étant lui-même qu’un standard parmi les standards lorsqu’il s’agissait d’affrontement physique pur et dur. Mais il s’était leurré. En créant la distance, Gozen recherchait une forme plus lointaine d’opposition.

Déjà l’un des clones se mettait à recomposer des mundras pour sans doute couper la progression du Shinrin. Ce dernier hésita un instant. Alors que ses foulées l’entraînaient en direction du Gozen originel, il ne sut s’il devait bondir, continuer de progresser ou se figer ; trois options possibles, avec chacun leurs désavantages comme leurs avantages. Il prit la première, songeant que c’était la meilleure méthode pour acculer son adversaire. Soudain, ses pieds commencèrent à s’enfoncer de plus en plus profondément dans le sol à chaque enjambée, comme s’il se lançait dans des sables mouvants. Un marécage boueux. Grand classique du doton que le Shinrin connaissait notamment pour ses vertus défensives, car le marécage était une technique relativement intéressante pour embourber un combattant de courte portée et l’empêcher d’exploiter son potentiel.

Shinpachi se figea.

« Intéressant. Mais j’espère que tu ne comptes pas te contenter de fuir. »

Fit-il pour provoquer Gozen et l’exhorter à se montrer plus offensif, ce qui était susceptible de lui faire prendre certains risques qui pourraient potentiellement devenir autant d’opportunités pour le stratégique Lieutenant qui, s’il n’avait pas excellé comme Gozen avait pu le faire lors de l’invasion de Kumogakure, cachait lui aussi bien son jeu ; chose qu’il prouva en dressant son pavois devant lui. Le bouclier était l’arme favorite du Shinrin, qui regrettait au demeurant que cet instrument soit si souvent sous-estimé et parfois délaissé au profit d’armes plus aiguisées, tel le katana. D’abord, le bouclier avait des propriétés défensives, connues de tous. Ensuite, il possédait également un potentiel offensif non négligeable, puisqu’il pouvait non seulement permettre de frapper, soit du plat soit de l’arrête, mais aussi servir de support pour un utilisateur de mokuton ; ce que Shinpachi était. Enfin, le fait qu’il reposait sur l’avant-bras permettait de libérer ses doigts et de pouvoir exécuter des mundras sans contraintes ; mais en plus, sa simple présence aidait à camoufler les signes incantatoires exécutés.

Le beurre, l’argent du beurre, le sourire de la crémière. N’est-il pas ?

Shinpachi ne se pria pas pour mettre ces avantages à contribution. Derrière son pavois, ses signes étaient imperceptibles, et pourtant il pouvait continuer de regarder par-dessus pour observer les mouvements de son adversaire. Après quelques symboles exécutés très rapidement, il enfonça sa main droite directement dans ce marécage où il s’enfonçait à vue d’œil, alors même que ses jambes avaient déjà été complètement englouties.

A l’adresse de Gozen, il fit un clin d’œil.

Tout de go, un immense tronc le souleva du sol pour l’élever jusqu’à quelques mètres en se courbant vers l’avant, c’est-à-dire en direction de Gozen et de ses clones. Seulement, la contrainte imposée par le marécage de son adversaire empêcha l’arbre du Shinrin de pouvoir s’exprimer dans toute sa splendeur ; car outre son avantage défensif, sa technique avait aussi un potentiel offensif redoutable. Alors qu’il atteignait sa taille maximale, ses branches les plus hautes semblèrent exploser en s’expulsant vers le sol : autant de pointes mortelles qui fondirent sur les clones de Gozen, mais ne purent aller jusqu’à l’original.

Shinpachi, qui se dressait désormais au-dessus de sa création d’écorce, décida d’enchaîner ses actions sans attendre la réaction des clones et de Gozen. Il continua de composer des mundras et posa de nouveau sa main droite, cette fois-ci sur le même arbre sur lequel il était dressé ; de lui naquit une épouvantable forêt désarticulée. Les troncs se lancèrent de tous côtés depuis sa position, partirent s’enraciner dans le sol sur plusieurs dizaines de mètres, et s’élevèrent jusqu’à presque dix mètres. Surtout, dans leur façon de s’entortiller les uns autour des autres, ils semblaient former un réseau particulièrement complexe et hors du commun, comme lui et tous ceux qui se trouvaient autour se trouvaient être piégés dans un nid de serpent géants, constitués de bois et de sève au lieu de chair et de sang. Un pandémonium. La capitale de l’enfer. Et comme pour respecter ce symbole, la lugubre mer d’arbre sembla absorber et engloutir la lumière du ciel, de sorte que l’univers devint particulièrement sombre. Une parfaite incarnation de l’esprit du Shinrin : ténébreux et complexe.

Il se croqua le pouce, puis en sautant sur de nouvelles branches pour ne pas rester sur sa position initiale et ainsi espérer perdre visuellement Gozen, il posa sa main sur un tronc, duquel naquit, discrètement, son invocation. L’écureuil sembla s’extirper de l’écorce elle-même, et sauta derechef sur l’épaule de son invocateur. Il ne lui adressa pas un mot. Ils s’étaient déjà compris.


HRP:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Uzumaki Gozen
Uzumaki Gozen

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Sam 18 Avr 2020 - 13:38
La terre sous les pieds du Shinrin se liquéfie jusqu'à former un marécage géant embourbant tout ce qui y pénètre. La parfaite technique pour emprisonner ses adversaires et les noyer s'ils paniquent trop dans une énorme flaque de boue. Un sort dôton aussi efficace que puissant que l'Uzumaki ne se cache pas d'utiliser pour neutraliser les personnes qu'il combat. Fonçant vers lui le bouclier à la main, Shinpachi tombe dedans ce qui a pour effet de l'empêcher de bouger avant qu'il ne s'enfonce un peu plus profondément chaque seconde où la panique le gagne. Un bon moyen de constater par la même occasion si la personne en face de Gozen possède un tempérament calme et réfléchi ou nerveux et impatient. Et en ce jour hivernale, l'adversaire du guerrier élémentaire démontre un calme olympien tout en analysant la situation pour se tirer du marécage. Ce qui en dit long sur la suite des évènements. Oui, ce Shinpachi sera un adversaire redoutable et est déjà une bonne arme de choix pour l'Empire. Une bonne chose ...

S'il parvient à entrer au sein de l'Unité Impériale, Gozen pourra enfin monter en grade et prouver sa loyauté envers l'Empire et plus particulièrement, envers l'Empereur. Une chose qu'il souhaite à tout prix réaliser pour que ces envies les plus secrètes se réalisent. Pour qu'une bonne fois pour toute, Hi no Kuni redevienne tout puissant. Car s'il est un shinobi accomplit, il est avant-tout et désormais, un soldat de l'Empire.

Prenant un peu de recul les deux clones gardent les yeux rivés sur la marre de boue noyant petit à petit le Lieutenant face à eux. Derrière ses deux copies conformes, l'Uzumaki n'en perd pas une miette prêt à intervenir si jamais cela tourne mal. Perdre l'un des siens durant un entrainement serait la chose la plus horrible et la plus absurde. Ce combat n'est ici que pour évaluer la puissance et les dons combattifs de l'un comme de l'autre. Rien n'est laissé au hasard. La manieur du mokuton s'enfonce, s'enfonce puis disparaît. Regardant encore quelques secondes son partenaire du jour, le balafré s'apprête à annuler sa technique pour faire ressortir l'impérial de l'embourbement. Mais avant-même qu'il ne puisse faire quoi que ce soit, un arbre géant ressort de terre, ramenant le Shinrin à la surface. Une nouvelle fois, les talents de son clan démontrent un potentiel énorme. Un rictus s'affiche alors que le faciès de l'homme aux cicatrices. « Les choses sérieuses vont pouvoir commencer. » Un murmure qui témoigne de son animosité quant au combat qu'il peut effectuer après toutes ces années. L'adrénaline que ça procure, le stress, la stratégie. Tous ces aspects font qu'il se sent dans son élément et qu'il excelle dans ce domaine.

Prenant toujours plus de recul avec ses clones, Gozen le regard haut dans le ciel, remarque son compère de faction perché sur cette branche composer de nouveau mûdra. Hâte de voir ce qu'il va bien pouvoir faire, l'Uzumaki laisse faire avant de voir deux branches se former et se déformer avant de se diriger à toute allure pour transpercer les deux clones. La vitesse est incroyable mais très vite, les deux copies se mettent en place de façon à ce que les deux branches soient dans la même ligne de tire. Composant tout deux des signes incantatoires, les deux Gozen s'exécutent ensemble.

« Ninpô — Katon, Gogakyuu no Jutsu ! »
« Ninpô — Fûton, Kaze-fū no Jutsu ! »

Si le feu l'emporte sur le vent, lorsqu'ils sont combinés les deux éléments se révèlent être une combinaison plus que redoutable. Ainsi, les extensions de mokuton destinés aux clones disparaissent, embrassées par le feu démultiplier par le vent. À peine que les cendres retombent, laissant la fumée se dissiper, que l'original ainsi que ses clones constatent une forêt impressionnante se dresser sur le premier tronc ayant éjecté le Shinrin du marécage boueux. Et en son sein, une explosion vient retentir, laissant une épaisse fumée blanche apparaitre avant de dévoiler un écureuil. Même s'il reste de taille classique, un invocation animale est un avantage certain dans un combat. Ce qui a pour effet, ironiquement, de faire réagir l'Hayashijin.

« Ah non ! Je suis désolé mais les Kuchiyose c'est de la triche ! »

Le doigt pointer en direction de l'immense forêt qui l'entoure également, l'Uzumaki fait une remarque culottée alors que de son côté, ils sont trois. Même si lorsque ses clones utilisent des techniques, c'est son chakra qui s'envole directement. Quant à ce rongeur au pelage roux, il possède sa propre source de chakra. Un avantage de taille. Mais ne tentant rien de stupide, Gozen souhaite en savoir un peu plus quant à l'Unité Impériale. Après tout, connaitre les dessous de l'Empire est quelque chose d'intéressant. D'important.

« Sais-tu que les écureuils adorent les glands ? »

Et ...

« Dis moi plus sérieusement ... Qu'est-ce qu'il faut vraiment que je fasse pour intégrer cette unité de prestige ? »

Le visage de l'homme change, sa voix s'assombrit, tout comme ses propres convictions. Si Shinrin Shinpachi à l’œil du haut de son château de bois, il peut alors voir que la personnalité de l'Uzumaki change du tout au tout, attirée réellement par l'Empire — si Shin' en doutait encore —, envieux de voir le Teikoku prospérer.

Résumé:

_________________
w3docs logo


Dernière édition par Uzumaki Gozen le Ven 24 Avr 2020 - 3:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8787-uzumaki-gozen-pour-l-empire-malgre-lui#74009 https://www.ascentofshinobi.com/t8796-uzumaki-gozen https://www.ascentofshinobi.com/u1303
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Dim 19 Avr 2020 - 23:32

Les idéaux ardents de l'Empire 1pkk
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Brasier inhumain. Flammes dévorantes et tempétueuses escaladant les branches qui avaient déferlé du ciel vers la terre ; comme la chute des anges déchus qui deviennent des démons en s’enterrant dans les limbes pangéennes d’une terre sèche ou, en l’occurrence, boueuse. Au-dessus du marécage immense, le feu dévora le bois, et bientôt tout l’arbre du Shinrin prit feu à cause de la combinaison des éléments. Le ténébreux Lieutenant en fit la somme : Doton, Fuuton, Katon. Une triple maîtrise affinitaire était quelque chose d’assez exceptionnel. Alors que son bois se répandait sous l’azur comme des cobras gigantesques, il comprit qu’il avait affaire à quelqu’un qui techniquement le dépassait peut-être. Tant mieux. Cela ne pouvait que le ravir. C’était comme acquérir une lance dans un monde où la meilleure arme n’est encore que le bâton.

« Bunbô…
- Vous n’avez même pas besoin de me le dire, Maître. »


L’écureuil, sur l’épaule de son invocateur, exécuta quelques mundras. De sa petite bouche naquit alors un courant d’eau puissant, assez incroyable pour un si petit animal. Tel un torrent virevoltant, le jet d’eau fonça avec d’autant plus d’aisance sur sa cible du fait qu’il venait du ciel, encore une fois, comme un châtiment céleste. L’attaque ne visa ni les clones de Gozen, ni ce dernier toutefois. Elle se répandit en se fracturant sur les branches pour se répandre un peu partout, comme si tout à coup une averse gagnait le terrain. Les flammes crépitèrent alors avec moins de vigueur, affaiblies par l’humidité ; du reste, certaines branches continuaient de brûler. Dans ce décors de feu et de flotte, dans le temple boisé et ténébreux du Shinrin, une ombre tomba des cieux.



Shinpachi. L'ange déchu était tombé du ciel. Des gouttes de pluie, vestiges de l'averse provoquée par Bunbô, continuaient de tomber sur sa silhouette qui paraissait à présent être la créature de cet univers fantasque. Puisqu'il s'était réceptionné sur l’un de ses genoux, sa chevelure humide tomba devant son faciès. Il releva alors la tête en dégageant ses mèches imbibées et dévisagea celui qui lui faisait face, et s’approcha ainsi de son adversaire pour pouvoir lui parler avec plus de profondeur. L’écureuil, plus léger, tomba sur son épaule deux secondes plus tard. Dans ce paysage enflammé et pluvieux, la lumière jetait des ombres dansantes sur les faciès des deux illustres guerriers.

« Je n’irais pas par quatre chemins : j’ai besoin d’un homme sans attaches, susceptible de jouer un rôle complexe pour l’Unité Impériale. Ce rôle toutefois nécessite que la personne en question puisse faire face à de véritables dangers. Pas de ces dangers qu’on rencontre en poursuivant quelques brigands ou fugitifs avec une équipe de soldats, non… »

L’incendie crépitait autour d’eux. Ils devenaient, au fil du temps, les otages des flammes, alors même que la pluie artificielle cessait.

« … plutôt de ceux qu’on rencontre quand on se retrouve seul, face à tous. »

Sur l’instant, le silence donna du charme à leur univers. L'odeur du bois brûlé se mêlait au craquement de l'écorce qui se rompait sous la pression de la chaleur. Une lourde branche tomba même derrière l'ange déchu tombé du ciel, en se fracassant au sol. Une autre tomba directement dans le marécage, plus loin, dans un bruit de clapotis bourbeux étouffé. La scène se déroulait comme s’ils avaient plongé dans les enfers. Déchéance.

« L’Unité Impériale n’en est encore qu’à ses balbutiements. Pourtant, je peux te révéler sans trahir nos projets que nous sommes prêts à passer à l’action. La volonté de notre Capitaine est claire : nous voulons mener une vaste campagne de stabilisation au sein du Teikoku. Voilà pourquoi je mène moi-même certaines enquêtes spéciales… surtout dédiées à des individus qui, selon moi, pourraient apporter leur contribution à la consécration de nos plans. Un recrutement. Mais un recrutement spécial, lui aussi. »

Dans cet enfer paradoxalement harmonieux, sous la chaleur étouffante et la lumière jaune des flammes, le bois se noircissait et ses yeux rubiconds brillaient d’une lueur sanguine comme s’il était dans son élément ; un diable qui déambulait dans le pandémonium sylvestre enflammé. Les ténèbres gagnaient le monde.

« Gozen, ancien mercenaire, capable d’évincer plusieurs dizaines d’adversaires lors d’une guerre et paradoxalement, un nom rempli d’ombres dans nos données… j’ai besoin de quelqu’un comme toi. Depuis que l’Empire est né des cendres de la guerre contre Kumogakure, nous avons constaté comme tout un chacun qu’il était difficile de pouvoir compter sur certains de nos éléments. La politique de Son Altesse l’Empereur tout comme son idéologie n’attirent pas que des sympathisants. Il est inéluctable que la forme avec laquelle est née l’Empire – par la destruction, et la vengeance – est fondamentalement contradictoire avec son ambition : unifier ce monde et propulser des notions tel que la fraternité au rang de lois et de coutumes. La chose n’est pas simple malheureusement. Le Teikoku a vu le jour grâce à des mercenaires, des opportunistes, des revanchards ; rien de ce que nous envisageons pour la suite. »

Un pas. Deux pas au milieu de ce décors dantesque. Ses traits étaient habillés d'une étrange tension. Luisait en eux l'extrême dévotion d'un fanatique. Il tira un kunai malgré la gêne imposée par son bouclier et entailla la paume de sa main droite d'un geste vif qui ne souffrait d'aucune hésitation. La précision avec laquelle la pointe du projectile lacéra sa peau en disait long sur la maîtrise qu'il avait des instruments de la mort. Tout se mariait avec le chaos autour de lui ; et il n'était lui-même qu'une extension de ce chaos ambiant.

« C’est là qu’intervient l’Unité Impériale. Chaque mot compte dans ce nom qui nous est donné. L’unité, d’abord, symbole de l’union et de cette fraternité. Et l’impériale, ensuite, symbole de pouvoir et de règle. Nous ne pourrons transmettre et nous assurer que les valeurs de l’Empire sont bien diffusées à l’ensemble des esprits que lorsque nous aurons la certitude que nul n’envisage d’avoir d’autres ambitions que celles décrites par notre Empereur. Cela peut ressembler à de l’endoctrinement, certes, mais c’est encore plus profond : nous voulons transformer les paradigmes sociaux et idéologiques. Et pour cela, nous n’avons besoin ni de bourreaux, ni de révolutionnaires, ni de marginaux. Ce qu’il nous faut… »

Il referma ses doigts, et se mit à brandir son poing droit devant lui, bras tendu, en le serrant si fort qu'il donnait l'impression d'étrangler quelque chose, son lourd pavois retombant sur le côté avec sa main gauche. C'était d'autant plus saisissant qu'il avait brandi son poing au niveau de sa propre gorge.

« … ce sont des fidèles qui respectent leur vœu d’allégeance envers l’Empereur. »

Il serra son poing encore plus fort, au point que ses doigts en jaunissaient. Serment de sang. L’hémoglobine coula de sa poigne et germa d'entre ses doigts comme une écume rosée ; et commença à goutter jusqu’au sol, sous l’intensité de sa pression, comme les gouttes qui tombent unes à unes des stalagmites dans les cavernes lugubres et humides.

« Évidemment, l’Unité Impériale interviendra dans un cadre auréolé de doutes et de mystères. Le secret est notre bouclier ; ce même bouclier que je porte, c’est celui que Son Altesse lui-même porte en se munissant d’une Unité telle que la nôtre. Nous sommes ceux qui protègent le pouvoir. Nous sommes ceux qui garantissent, au plus près de notre souverain, que rien ne peut l’atteindre. Ceux qui font régner l’ordre sous l’autorité de notre guide. C’est bel et bien le désordre et la division qui sont les choses les plus menaçantes pour la pérennité de notre armée, car ce sont là les sources de l'infidélité, du chacun pour soi et de la transgression. L’homme est né pour l’ordre, Gozen… »

Il ramena sa main près de lui, et fouilla dans sa sacoche malgré le sang qui dégoulinait entre ses doigts, tout en le fixant sans cligner des yeux. L'écureuil, sur ses épaules, s'était immobilisé comme un totem de bois.

« … et quand il l’oublie, l’ordre se venge. Tel est le credo de l’Unité Impériale. »

Alors que sa main droite fouillait dans sa sacoche, il tira par surprise le kunai qu’il tenait encore dans sa main gauche, et qui lui avait servi à entailler sa main, en direction de son interlocuteur. A cause de son bouclier, le mouvement manqua un peu de souplesse, mais l'effet escompté fut réussi. L’écureuil sur son épaule s'adapta au mouvement et n’attendît pas les consignes de son invocateur ; il recomposa des mundras et recommença, une nouvelle fois, avec son torrent dévastateur. Cette fois, le jet fonça directement vers Gozen comme pour le repousser en espérant qu’il se casse une côte ou deux dans sa chute.

« Je veux que tu intègres notre Unité, Gozen, si d’aventures tu te reconnais à travers mes paroles ! Que tu fasses partie de ce bouclier qui protégera Son Altesse de ses détracteurs ! Que tu sois la Vengeance qui fait régner l’Ordre, et punit tous ceux qui aspirent à trahir notre cause ! Nous défendons les valeurs de l’Empire. Et nous n’avons pas besoin de traîtres. Qu’en dis-tu, Gozen ?! Ai-je tort de croire en TOI ?! »

Le ton venait de monter, et l'intensité de leur duel reprenait sa forme réelle. L'ardeur était ce qui se dégageait désormais de ce guerrier du clan d'Hayashi, maître dans l'art du Mokuton. Son écureuil était la réponse parfaite aux flammes de son adversaire. Plus il y avait d’humidité dans ce paysage, moins le bois risquait de succomber à l’incendie. Le Shinrin, tout de go après avoir terminé ses explications, avec l’espoir que celui qu’il défiait se révélerait comme la perle rare dont il était en quête, composa de nouveaux mundras derrière son pavois avec ses doigts pleins de sang, puis posa ses mains au sol. Partout, des racines émergèrent des limbes de l’enfer pour tenter de s’emparer des chevilles de tous ceux qui étaient à leur portée.


HRP:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Uzumaki Gozen
Uzumaki Gozen

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Lun 20 Avr 2020 - 1:57
Par le feu et le vent, les branches puis l'immense forêt du Shinrin s'embrasse, laissant les flammes se délectant du bois de son adversaire. La sève de l'écorce émet des flammes plus intenses lorsqu'elle brule et au pied de la forêt, Gozen suite à la révélation de sa véritable personnalité fixe le Lieutenant de l'empire, souhaitant savoir ce qu'il prépare. C'est alors que le petit rongeur au pelage roux crache un un puissant jet d'eau pour neutraliser le feu carbonisant le bois de son maître. Une méthode bien utilise pour stopper la propagation du brasier, faisant sourire le guerrier élémentaire. Désormais, le "mokuton-boy" peut se rendre compte que l'homme en face de lui n'est pas un homme ordinaire, classique comme tous les autres shinobis. Non, car pour le moment, l'Uzumaki vient de montrer la maitrise de trois des cinq éléments de base de l'art du ninjutsu. Et cela n'est pas permis à tout le monde. Loin de là.

De là, le Lieutenant du Teikoku s'empare de la parole pour émettre toutes les convictions qui l'habitent. Tout ce qui fait qu'il est la personne qu'il est aujourd'hui. Ses paroles sont fortes, et embrase la volonté de l'Enma, voyant en lui la possible version d'un futur proche de l'idée que Gozen se fait d'une potentielle paix. S'il peut faire croire au monde entier qu'il souhaite bâtir une nouvelle nation pour sauver Hi no Kuni, en vrai il n'en est rien. Yamanaka Rei l'a déjà. Alors même s'il a utilisé la force par la voie de la haine et de la vengeance, il est le seul ayant apporté un possible équilibre entre deux peuples se faisant jusqu'à lors éternellement la guerre.

Le monde a ses tords, mais seule la finalité compte.

Tout ce cinéma, Shin' venant à Gozen, ce combat, n'est pas le fruit du hasard. Un recrutement. Voilà la raison de la présence du shinobi au mokuton. Un rendez-vous tout monté pour proposer à l'Hayashijin de faire parti réellement de l'unité qui fait sa renommé ; l'Unité Impériale. Cette fois-ci, c'est pour de vrai. Le principe même de cette unité est de stabiliser le Teikoku sur son territoire. Autrement dit, la gestion de ses membres ainsi que de ceux que l'Empire protège comme Kumogakure no Satô désormais. De plus, les membres de l'Impériale se doivent une allégeance totale envers l'Empereur et ses principes, ce que l'Uzumaki possède et tente tant bien que mal de démontrer à Shinpachi. Des valeurs qui se partagent.

L'homme est né pour l'ordre et quand il l'oublie, l'ordre se venge.

Un rictus réjoui se dresse sur le faciès du guerrier, avant d'être interrompu par une nouvelle offensive. Les choses sérieuses reprennent alors que la discussion n'est pas encore terminé. Drôle d'entretien d'embauche. Mais Gozen est satisfait, il va pouvoir démontrer ce qu'il sait faire, sans trop en dévoiler non plus. La parfaite occasion de rentrer définitivement dans l'unité la plus prestigieuse de l'Empire.

L'eau du rongeur se met alors à filtrer l'air de nouveau pour venir percuter l'Uzumaki de plein fouet. Toutefois, après plusieurs mudra effectués relativement vite, un mur de terre se dresse devant le soldat, bloquant l'offensive de l'invocation. L'homme montre sa supériorité élémentaire. De plus, il laisse ses clones se faire immobiliser par les nouvelles branches du Shinrin, lui laissant le champ libre pour attaquer à son tour.

Concentrant du chakra raiton dans l'une de ses mains, il en fait apparaitre une sphère électrique. Vient alors sa seconde main, étirant et modélisant rapidement cette dernière e façon à lui donner la forme d'une flèche aussi grande qu'une lance. Une lance foudroyante.

« Ninpô — Raiton, GIAN ! »

En un éclair, il balance la foudre qu'il détient dans sa main, filant instantanément en direction du Lieutenant. C'est une démonstration de force que Shin' souhaitait ? Il allait être servit. Quant à sa réponse concernant la proposition de son adversaire ...

« Bien évidemment que j'accepte; Shinpachi-senpaï. »

Un nouveau sourire aux lèvres, Gozen emploi un familier montrant que désormais, Shinpachi est son supérieur hiérarchique directe, comme son nouveau coéquipier de l'ombre.

Résumé:

_________________
w3docs logo
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8787-uzumaki-gozen-pour-l-empire-malgre-lui#74009 https://www.ascentofshinobi.com/t8796-uzumaki-gozen https://www.ascentofshinobi.com/u1303
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Mar 21 Avr 2020 - 16:41

Les idéaux ardents de l'Empire 1pkk
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Dans le pandémonium brûlant, la bataille poursuivait son cours. Du sol avaient germé les engeances souterraines pour s’emparer des appuis des clones de Gozen et de ce dernier, comme si soudain les enfers voulaient les saisir et les entraîner dans les abysses de l’horreur et de la souffrance. Dans le même temps, le rongeur cracha le fléau aquatique diluvien, sous la forme d’un torrent furieux fonçant à une allure extraordinaire vers le premier Enma. Derechef, ce dernier dressa un rempart contre l’assaut ; puis, ripostant, lança à l’adresse de son antagoniste principal un puissant trait de foudre qui hurla dans le bois sombre et enflamma comme le cri d’un aigle torturé. L’invocation du Shinrin, tueur de grande renommée dans le Rizu no Zugaikotsu (la dynastie du « crâne d’écureuil »), bondît aussitôt de l’épaule de son maître.

« Non, ne… »

L’assassin du Roi au crâne parricide - qui portait la tête de son propre père, le Roi avant lui qu’il avait tué pour lui succéder - avait voué allégeance au Seigneur capable de boire le sang de ses ennemis dans les ossements de son propre géniteur. La dynastie du crâne d’écureuil avait cette tradition macabre de l’héritage par le meurtre parricide ; le Roi ne devenait Roi qu’en tuant le Roi, et en buvant le sang de ses conseillers dans le crâne du déchu. Le Seigneur actuel de la dynastie avait ainsi assassiné son propre père et ses fidèles ; et avait bu le sang de ces derniers dans la tête de celui qui l’avait élevé. Il n’y avait rien de tel pour instituer une véritable psychologie de barbares dans ce peuple qui, sous certaines coutures, pouvait paraître attendrissant ; mais qui, dans les faits, était profondément ignoble. Celui qui avait été invoqué par le Shinrin n’était pas une exception à ces traditions sinistres ; sa lèvre fendue était une preuve de la brutalité qui peuplait chacun de ses jours. Alors que son petit corps semblait danser dans les airs, une ombre dans ce bois dense car son pelage roux profitait d’une discrétion naturelle dans ce paysage, la foudre semblait traverser le terrain en ignorant tout des écorces calcinées qui étaient tout autour. L’animal, pour s’en protéger, cracha encore le même torrent diluvien hérité du dragon Amatsu avec l’espoir d’empêcher la foudre d’atteindre son maître. La technique suiton alla à la rencontre du trait vibrant.

« Bunbô ! La technique se… ! »

Malheureusement, cela relevait du pur sacrifice. L’électricité pénétra le torrent et s’enroula en suivant le courant en sens inverse, jusqu’à toucher le museau fendu qui crachait ces litres et ces litres d’eau. Bunbô fut tétanisé par le choc, électrocuté sur place. L’intensité de la technique fut si puissante qu’elle commença même à brûler littéralement la gueule de l’écureuil, au point qu’une fumée commença à se dégager de son épais pelage. Le petit rongeur trembla de tous ses membres, secoué de convulsions morbides, jusqu’à ce que, fondant comme une ombre derrière lui, Shinpachi le frappe de son bouclier pour le dégager de cette sentence. Aussitôt, ce fut son tour ; fort heureusement, son pavois fut assez épais pour le protéger des dégâts, la technique suiton ayant tout de même atténué l’intensité électrique de la foudre de Gozen. De la même façon, l’écorce fut brûlée et des fourmillements secouèrent le bras du Shinrin. Rien qui cependant ne l’empêcherait de se mouvoir et d’utiliser ses bras.

« Impressionnant. Je pense ne pas m’être leurré. »

A quelques mètres de lui, l’écureuil était encore secoué de spasmes et poussait un râle douloureux. Il finît par disparaître dans un petit nuage de fumée, son museau encore brûlé par l’affaire. Shinpachi songea à cet instant que l’animal eut de la chance de ne pas venir aveugle, et brûlé de façon beaucoup plus sérieuse au point d’engager son pronostic vital. Sans doute que les dégâts de la technique s’ajouteraient aux quelques brûlures qui peuplaient déjà son pelage, et que sur une petite zone de son visage le poil ne pousserait plus ; chose dont l’écureuil se targuerait plus tard. Bunbô n’était pas du genre rancunier, au contraire ; chaque blessure était une preuve qu’il avait survécu à la mort.

L’héritier du clan Shinrin ne tarda pas toutefois à remiser l’assaut, mais cette fois-ci, pour conclure. Il se débarrassa de son bouclier qui chût à terre, paroi inerte et noire, calcinée comme l’écorce de bien des arbres formant cette forêt. Une rapide série de mundras plus tard, il posa ses mains au sol. Aussitôt, les racines ceignant les chevilles des clones de Gozen dans les airs s’épaissirent et soulèvent leurs otages dans les airs. Ils ne pouvaient malheureusement rien faire pour esquiver la sentence, car la vitesse à laquelle les racines les ôtèrent du sol fut presque aussi rapide que celle avec laquelle elles fracassèrent les clones sur ce dernier. Le choc fut d’une telle violence que même l’air sembla trembler sous l’impact mortel. N’importe quel homme qui aurait encaissé cette technique aurait succombé sur place, ses os fracassés littéralement par la puissance de frappe d’enclume extraordinaire.

Shinpachi se redressa, et fit face à Gozen.

« Il me semble que cela sera suffisant. J’ai vu ce que je voulais voir. Une telle maîtrise des arcanes du Ninjutsu est au-delà de mes espoirs. Voilà quelque chose auquel je ne m’attendais guère. Il faudrait être sot ou désespéré pour se confronter à toi en combat singulier, à moins que d’être quelqu’un de véritablement expérimenté. Au sein même de notre Empire, les cas dans ton genre doivent se compter sur les doigts d’une main. Laisse-moi te dire que je te crois sur parole, désormais. »

Fit-il en observant son bouclier inerte à terre, en songeant au sort de Bunbô, et à tout l’étalage des techniques de son adversaire qui possédait une maîtrise bouleversante de la plupart des affinités primaires.

« Et que tu peux officiellement prétendre faire partie de l’Unité Impériale. Je te proposerais, d’ici quelques temps, de réaliser des missions confidentielles afin que tu puisses prouver tes compétences et te démarquer. Avoir de tels prodiges au rang de Soldat revient à frapper avec le dos de la lame. C’est idiot. Prouve-moi ta loyauté lors des prochains temps ; et je te recommanderais sans doute auprès de notre Capitaine. »

Le feu continuait de crépiter autour d’eux. Le Feu n’avait jamais autant brûlé qu’en ce jour.


HRP:
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Uzumaki Gozen
Uzumaki Gozen

Les idéaux ardents de l'Empire Empty
Sam 25 Avr 2020 - 16:10
La conduction et la vélocité de la foudre embrase naturellement le bois de l'héritier du mokuton, perçant les défenses de ce dernier. Le rongeur au pelage roux tente tant bien que mal de protéger son invocateur mais il n'en est rien, sa plus grosse erreur reste de vouloir s'attaquer au guerrier élémentaire. Et alors que derrière lui, ses clones se font réduire dans une explosion fumeuse, Gozen aperçoit face à lui son compère impériale tombant le bouclier, le genoux à terre. Une nouvelle victoire pour le prince Uzumaki. Non pas parce qu'il a gagné ou non ce combat contre Shinpachi, mais bel et bien car désormais, grâce à cette démonstration de force, il affiche le profil parfait afin d'intégrer l'Unité Impériale. L'unité la plus prestigieuse de l'Empire, celle qui tire les ficelles, qui contrôle et contrôlera les autres unités. Une bénédiction pour le balafré, adepte des principes fondamentaux de Yamanaka Rei.

« Allez, relevez-vous. Shinpachi-senpaï. »

Une main tendue, un peu au dessous du visage du lieutenant, l'Uzumaki s'agenouille légèrement comme marque de respect envers son semblable du feu. Une nécessité pour prouver encore une fois qu'en plus d'honorer son engagement envers lui et les impériaux, l'élémentaliste se montre démonstratif de satisfaction envers les termes qui les lient désormais.

Comme Gozen, pour estimer son adversaire le maître de la forêt s'empare de bon nombre de compliment à son sujet, trouvant un certain aspect de bêtise quant à la volonté de vouloir combattre en combat singulier. Un élément de la conversation allouant un léger sourire carnassier sur le faciès du guerrier, confirmant bien les dires de son interlocuteur. Qu'importe qui se dresse face à lui, Uzumaki Gozen aura éternellement l'avantage affinitaire. Une force qu'il ne faut pas prendre à la légère, il est certain.

« Je vous remercie pour vos compliments, Senpaï. Néanmoins, j'aimerais également vous montrer mon respect et mon admiration pour le panel de technique dont vous avez fait preuve. Le Mokuton est bien un élément qu'il ne faut pas prendre à la légère, même pour une personne comme moi. D'autant plus que votre invocation est le parfait reflet de votre maîtrise. Vous n'avez rien à m'envier, je peux vous l'assurer. »

Et après ces compliments communs, Shinpachi parvient sur un sujet plus important, l'admission officielle de l'Uzumaki. Désormais, il était un impérial de l'ombre et se doit d'exécuter des missions confidentielles pour le compte de l'Empereur. Un rôle des plus importants pour le simple soldat qu'est le balafré. D'un simple geste de la tête, il remercie son supérieur direct.

« Je ne vous décevrais pas, Shinpachi-senpaï. »

Dorénavant et prochainement, son rôle sera de trouver et de punir ceux ne portant pas les convictions de l'Empereur dans leur cœur. Autrement dit, de possibles blâmables.

_________________
w3docs logo
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8787-uzumaki-gozen-pour-l-empire-malgre-lui#74009 https://www.ascentofshinobi.com/t8796-uzumaki-gozen https://www.ascentofshinobi.com/u1303

Les idéaux ardents de l'Empire

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Même but, idéaux différents [PV : Luna]

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: