Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.]

Oreishii Roku
Oreishii Roku

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Ven 3 Avr 2020 - 15:49
Chasser des monstres, cela n'amenait pas à une notoriété particulière, par contre, ramener des trophées permettaient d'acquérir une solide réputation dans le petit monde de la chasse. Des chasseurs, il y'en avait des tas ; Les chasseurs lambdas, qui pratiquaient à l'aide d'arc et de flèches ; Des chasseurs de déserteur, qui ne s'arrêtaient qu'une fois la cible ramenée à la maison, ou bien abattue sur place ; Et des chasseurs un peu spéciaux, comme Roku.

Roku était le type de chasseur capable de faire des milliers de kilomètres, simplement pour trouver le bon « matériel ». Car si Roku chassait des monstres, ses monstres eux, n'existaient simplement pas, et naissaient de l'esprit créatif du jeune homme. Des créatures, mélange de biologie et d'automates, qu'il manipulait via ses fils chakratiques dont il avait le secret. Un marionnettiste devait savoir jouer de son talent dans toutes les situations. Un marionnettiste comme Roku, se devait en plus d'être ingénieux pour se faire de l'argent dans toutes les situations. La nuance est légère.

Ainsi, via des histoires racontées sur les marchés, dans les bars, il prit connaissance d'une île incrobale au sein du Pays de la foudre. Son nom, l'île de la tortue. Selon les dires de ses interlocuteurs, des bêtes gigantesques peupleraient cette terre qui n'en était pas vraiment une. Cela donna des idées aux jeunes homme, qui rêva d'un profit gigantesque grâce à tout ses nouveaux jouets.

Nous étions en été de l'année 200. Le monde restait dangereux, perturbé. Il prit ses affaires, et quitta son pays natal, laissant derrière lui son maître et toutes ses créations qu'il ne pouvait emporter. Roku était quelqu'un de sur-productif dont le cerveaux était toujours en ébullition, prêt à créer des nouveautés incroyables, qui prenaient vie sous ses doigts habiles. Autant pour sculpter, que pour se battre, par ailleurs.

Son maître lui avait apporté tant de choses, sur lesquels il pouvait compter ; De la force de frappe, avec un taïjutsu issu à la fois du Colisée, mais aussi de ses expériences à travers le monde. C'était un nomade, qui se produisait sur les marchés avec ses marionnettes, et qui n'avait cessé de se déplacer que pour prendre soin du jeune garçon.

- Maître, je suis conscient des dangers que j'encours, mais voyez vos conditions de vie ! Je ne peux pas vivre ainsi, comme vous, reclus et coupé des réalités du monde … Fit-il pour se donner bonne conscience, tandis que son senseï, vieux et fatigué, restait sur place et le regardait partir avec un mélange de tristesse et de nostalgie dans le regard. C'était sa faute après tout, se dit-il, il l'avait abreuvé tout jeune de récit fantastique sur le monde qui l'entourait, il ne pouvait pas lui reprocher de vouloir le visiter à présent.

Le voyage fut long et laborieux. Il traversa des pays hostiles, des pays terribles, des pays froid, glacée et gelée. Peut être fit-il des détours, mais arriva-t-il sur place quelques mois plus tard, déjà plus expérimenté et plus à même de concrétiser ses objectifs.

L'île de la tortue se trouvait sur les côtes de Kaminari. Il aurait besoin d'un guide pour trouver sa route, car aucune carte n'indiquait sa position exacte. Le pouvaient-elles ? Ce n'était pas la question, il n'avait qu'une seule solution pour s'y rendre : Passer par Kumo. Et il devrait montrer pattes blanches aux autorités locales pour se faire, sans nul doute.

Ses rouleaux d'invocations à sa ceinture, un lourd manteau de fourrure lui tombant presque jusqu'au genoux le protégeant des températures froides qu'il ne supportait toujours pas, un masque taillé dans le bois représentant un Oni sur la moitié inférieure de son visage, il avançait vers le fier village de Kumo .

Il emportait dans son sillage, tout un univers démoniaque et monstrueux, sortis tout droit de son imagination et de la frénésie collective.


_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.


Dernière édition par Oreishii Roku le Ven 10 Avr 2020 - 15:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Ven 10 Avr 2020 - 2:43

Soufflant comme s’il venait de faire un marathon, le Meikyû devait avouer ne pas avoir l’habitude de suivre un rythme aussi effréné d’entrainement. Entre les patrouilles et les entrainements pour finir par les patrouilles, il devait avouer être plus ou moins saturé par le rythme qu’il s’était imposé. Or, c’était ainsi que la jeunesse se forgeait. Après tout, il venait tout juste d’intégrer la police. Ainsi, il devait faire ses preuves, et ce, même si cela signifiait qu’il devait faire le travail le plus ennuyant qui soit : patrouiller.

Si plusieurs de ses collègues plus vieux avaient compati à son assignation, Raizen y voyait un côté relativement positif. La possibilité d’avoir l’impression de voyager faisait partie des éléments clés, mais bien plus important que cela, il apprenait la géographie de Kumo et ses environs. Lui permettant ainsi de laisser aller son esprit tactique, il en découvrait tant ses merveilles que ses failles. Profitant dès lors de cette patrouille active pour préparer un rapport mental des failles à boucher, ce rôle était définitivement plus enrichissant qu’il le pensait.

Bien souvent peu troublé par la quelconque anomalie, il se demandait pourquoi tant de gens maudissaient ce poste. C’était à croire que les gens n’aimaient pas forcément s’entrainer ou bouger. Épuisant certes, c’était pour lui un moyen idéal de faire d’une pierre deux coups. Autrement, Hisao lui infligerait une savante raclée comme lors de leur dernier affrontement.

Perdus dans ses pensées, ses iris s’arrêtèrent soudainement sur un individu qui s’approchait dangereusement de Kumo. S’il n’était pas interdit de circuler dans les alentours du village, son accoutrement signifiait tous les critères d’un individu suspect. Armé d’un masque aux allures démoniaques, on aurait presque dit la représentation clichée d’une personne dangereuse.

Freinant ainsi sur son chemin, il l’observa de loin avant de venir lui couper calmement le chemin deux mètres plus loin. Se jurant dès lors qu’il devrait améliorer ses aptitudes de détection pour éviter de se fier à ses yeux, il poursuivit sur l’objet réel de son attention :

-Puis-je vous aider ? Vous ne semblez pas être de Kaminari…

Prononçant ses paroles avec légèreté, le Meikyû ne prenait même pas le temps de se présenter. Armés de ses habits légers, une partie de ses tatouages étaient aisément visibles tout comme la curiosité dans son regard. En effet, en observant rapidement l’homme, il ne pouvait s’empêcher d’y voir des traits dignes des plus grandes sectes de ce monde comme le premier cercle. Or, il n’était pas là pour juger, simplement pour faire son travail...


_________________
Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Oreishii Roku
Oreishii Roku

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Ven 10 Avr 2020 - 16:12
Il existait des tas d'histoires, à propos de Kumo et de son fier peuple de barbare au teint halé, comme celui des Kazejin, à force de côtoyer le soleil des altitudes. C'était comme aller visiter de lointain cousin dont on ne savait presque rien, si ce n'était qu'on allait devoir se supporter pendant quelques jours, voir semaine. Et il faudrait faire avec les vices et les tares de chacun, comme dans le voyage de Roku, qui avait dû ménager sa sensibilité de nombreuses fois, sous peine d'exploser et de libérer son côté sombre. Mais si, vous le connaissez, nous l'avons tous. Le côté sombre qui inonde, auquel l'on succombe avec délice, pertes et fracas.

Mais jamais il n'avait entendu parler d'un guerrier avec des tatouages pareils, c'était sa première rencontre avec le clan Meikyû, après tout. La première fois, c'est généralement pas top, où alors on a le talent, ou alors on a la chance avec nous. Voilà tout. Atypique, l'individus titillait sa curiosité maladive, et son imagination fertile.

Il se l'imaginait déjà fier héros avec tout une patrie derrière lui, soulevant des foules, haranguant le manant, faisant de son charisme déjà présent à l'époque, le point d'orgue de ses compétences.

Peut être qu'il ne tomberait pas si loin que ça de la réalité, l'avenir nous le dira. En tout les cas, impressionné par le bonhomme, et n'ayant point envie de se montrer inconséquent, belliqueux, ou inconvenant avec le local, il leva bien haut les mains en signe de paix. Montrer ses poignets, quel drôle d'idée pour un ninja.

Mais pour un marionnettiste, c'était une autre paire de manche, cela voulait dire que l'on venait avec de bonnes intentions à l'égard de son vis à vis, qu'il n'y avait rien à craindre. Le chasseur de monstre espérait que son geste fut bien perçu par le jeune guerrier, et qu'il n'aurait pas à craindre pour son intégrité physique aujourd'hui.

Il avait déjà fort à faire avec les bêtes qu'il devait chasser aujourd'hui.

- Oayo, je vous salue Inconnu-san, je m'appelle Roku, je suis un voyageur qui vient de faire un long voyage pour découvrir les beauté de Kaminari, auriez vous l'obligeance de me désigner l'île de la tortue, si cela serait bien aimable voulez vous ? Bien sûr, dans son esprit, nul mal, mais dans la réalté, l'île en question n'était qu'une légende pour enfant, encore au stade de l'embryon dans l'imaginaire collectif.

Et pourtant, bien souvent, les histoires les plus folles sont également les plus vrais.

- Peut être que vous accepteriez de m'offrir l'hospitalité pour la nuit ? Le jour est encore jeune, mais je ne pense pas arriver à destination avant une bonne semaine ... Au jour des informations révlélées plus haut, il faisait bien fort à voir réussir cette entreprise, tant et si bien que l'espoir faisait bien vivre les plus naïfs. Voilà ce qu'on aurait pû penser de Roku, mais lui, sûr de son coup, n'en démordait pas : Il trouverait son île, coûte que coûte.







_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Sam 11 Avr 2020 - 6:02

Observant l’homme en question en arquant un sourcil, il ne comprenait pas comment en quelques secondes, une demande de direction s’était transformée en demande d’hospitalité. Peut-être aurait-il dû se présenter après tout. La dynamique aurait fort probablement été bien différente bien qu’il n’avait pas l’impression que cet homme avait de quelconques mauvaises intentions… Malgré tout, quelque chose clochait dans son discours.

Prenant le temps de le réfléchir en l’observant silencieusement, l’île de la tortue ne lui disait rien...voire même pas grand-chose. Tentait-il de lui mentir pour baisser sa garde ? Qui sait.

-Enchanté Roku. Je suis Meikyû Raizen…

Marquant une brève pause, son ton se changea soudainement :

-Je dois t’avouer être à Kumo depuis quelques années et ne jamais vraiment avoir entendu parler de l’île à laquelle tu fais référence. Pourrais-tu me la décrire pour que je puisse te guider ?

Préférant ne pas forcément dévoiler le fait qu’il faisait de la police, il préférait jauger et juger du niveau de dangerosité de l’homme en question avant de dévoiler son rôle actuel. Avec un peu de chance, il pourrait l’aider ou simplement lui annoncer qu’il n’était pas au bon endroit.

-Pour tout ce qui est de l’hospitalité, voyons d’abord l’endroit où vous désirez aller. Ensuite, je pourrais vous guider de manière conséquente…

Posant un regard assez interrogateur sur celui-ci, Raizen décida finalement de se risquer :

-D’où venez-vous d’ailleurs ? Est-ce la première fois que vous mettez les pieds à Kaminari ?

Tentant indirectement de jauger son niveau de fatigue possible, le Meikyû effectuait indirectement la totalité de son protocole de manière informelle. Espérant que ce ne soit pas trop brusque, il gardait tout de même tous ses sens éveillés sachant qu’il était possiblement aussi confus que cet homme. L’île de la tortue… existait-elle vraiment ? N’était-ce pas...un endroit fictif qui était raconté aux enfants pour les aider à dormir ?


_________________
Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Oreishii Roku
Oreishii Roku

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Sam 11 Avr 2020 - 6:56
Cette entrevue commençait à tourner casaque, et à devenir une sorte d'interrogatoire. Roku le sentait, mais son voyage touchant presque à sa fin, était prêt à passer au dessus de nombres de convictions, et de conventions, pour arriver aux termes de son entreprise. L'ile de la tortue était sans conteste l'un des petits secrets de la nature, que gardait volontiers et égoïstement les Kaminarijin. Il comprenait qu'on puisse vouloir le tout pour soi, mais il ne comprenait pas qu'entre passionné de bêtes curieuses et géantes, on ne puisse pas s’entraider un peu.

- Peut être porte-t-elle un autre nom chez vous ? Je peux vous la décrire si cela peut aider ... C'est une île-tortue, peuplée d'animaux fantastiques ...


Les mystères de la nature, qu'elle soit humaine ou celle de notre terre, sont parfois impénétrables. Comme ce Raizen, qui était d'un clan que connaissait forcément le jeune homme, puisqu'il venait du désert dont il était lui même issu. Meikyû Fit-il en détachant chaque syllabes, et connaissant fort bien la manière de prononcer à la Kazejin, ne fit pas une faute dans l'accent à adopter pour les honorer. Il n'avait jamais croiser de spécimen -en vie- de ce clan séculaire, au don prophétiques et sois disant tout puissant en matière de fuinjutsu.

Il ne pouvait que deviner qu'une partie ou tout les tatouages de l'homme faisait en réalité partie de son patrimoine génétique, un fuinjutsu ancien et puissant.

- Je vois que je ne suis pas le seul à avoir fait un long voyage pour me trouver ici. Fit-il en faisant tomber la capuche en fourrure de son manteau, dévoilant des cheveux blancs cassés, un regard si brun qu'il en devenait couleur rouille, et un teint halé qui n'avait rien à envier au plus métisse des Kumojin. Seriez-vous originaire de Kaze no Kuni, vous aussi ? Questionna-t-il, comme désintéressé momentanément de sa quête, qui semblait pourtant assez cher à ses yeux pour le trouver ici, et non dans le désert, au chaud. Quoi que la chaleur, en cette saison, était détestable la bas.

- Je proviens effectivement d'un autre pays, loin de chez vous, dans les tréfonds du désert de Kaze. Taiyo m'a vu grandir, mais c'est le désert qui a fait de moi un adulte.
Il disait cela humblement, comme s'il était inconnu au processus. Et c'est ... C'est ma première fois dans vos montagneuses contrées. Il s'inclina légèrement. J'espère y passer d'agréables moment, si vous pouviez m'aider à trouver l'objet de ma quête...

Il sortit de sa poche un recueil, sur lequel une carte était dessiné, représentant plus ou moins le pays de la Foudre... En tout les cas ses côtes. Cela lui avait prit longtemps avant de reconnaître les crêtes acérés de Kaminari, mais il en étai persuadé maintenant, cette histoire de fantaisie se passait dans ce pays là. Voyez vous même, elle se trouverait un peu au dela de vos côtes, en cette saison.

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Jeu 16 Avr 2020 - 4:04

Observant l’homme qui se révélait être Kazejin, tout semblait bien aller jusqu’à ce qu’il parle d’animaux fantastiques. Sur le coup, Raizen prit un court moment de réflexion avant de se demander s’il était possible qu’il fasse référence à des Kuchiyoses. Après tout, il était fort probable que sa définition d’animaux fantastiques ne soit que propre à ce qu’il avait connu à Kaze…

-Voyons voir…

S’accaparant de la carte de l’homme en question, Raizen comptait répondre à ses questions tout en la lisant.

-Sinon, je suis bel et bien né à Kaze. J’y ai vécu toute mon enfance avant de venir à Kumo ...pendant mon adolescence.

Tournant celle-ci de tous les côtés, il reconnaissait la géographie de Kaminari, mais ne constatait aucune anomalie, comme quoi ils n’avaient juste pas la même définition des choses.

-Je connais bien Kumo, mais ma connaissance de Kaminari est assez limitée. Ensuite, si vous faites référence à cette île qui a une forme de tortue, j’ai des doutes sur la présence d’animaux fantastiques. Ensuite, ça ne m’empêche pas de pouvoir vous donner des directions…

Soupirant, Raizen tentait de lutter avec cette facette de lui, mais il devait revenir à la raison. Sa curiosité était piquée :

-Qui vous a parlé de cette île et qu’est qui vous amène vers celle-ci ? Vous faites des recherches sur les animaux ?

Se retournant légèrement pour marcher en sens opposé, c’était indirectement une invitation à le suivre :

-Quoiqu’il en soit, suivez-moi. Aussi bien se diriger dans cette direction tout en discutant non ?

Espérant ne pas se mettre dans le pétrin en faisant cela, il pouvait tout de même considérer que cela faisait partie de ses fonctions non ?


_________________
Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Oreishii Roku
Oreishii Roku

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Jeu 16 Avr 2020 - 8:36
Roku admirait foncièrement ses hommes et femmes, capable d'accomplir cette prouesse que de faire plusieurs choses à la fois. Il était particulièrement impressionné par l'aura de l'homme en face de lui, et il se demandait sur qui il avait pû bien tombé. Un chef de clan, ou bien même un magistrat de la ville ? Un noble sur le retour d'un grand voyage, après avoir vendu toutes ses productions, peut être ? Il ne saurait dire, alors il se permit d'écouter avec attention, tout ce que lui disait l'homme, et de décortiquer chaque phrases, chaque mots, chaque syllabes même, de ce qu'il avait à lui dire.

- Oh, quel choix curieux et intéressant ... N'auriez-vous pas gagné à aller vers d'autres terres, d'autres lieux moins lointain de notre pays natal ? Fit-il sans questionner la raison de sa fuite du pays pour Kaminari, car s'il devait se confier sur quoi que ce soit, Roku préférait que ce soit à coeur ouvert, l'âme libre de toute manipulation de sa part. En tout les cas, sa curiosité aussi, était à vif. Elle se demandait ce qui pouvait bien pousser un homme de sa trempe, hors du désert de Kaze. Il se demandait s'il perpétuait les traditions moniales de son pays, et sa fascination pour un dieu sablonneux, et caractériel. Il se demandait enfin, et surtout, s'il reverrait un jour son pays, à coté de cet homme qui lui semblait fort sympathique.

Il pencha la tête sur le côté, et se mit à mirer la carte en singeant la position de son compatriote de la foudre. Il répondit ainsi à ses questions :

- L'île en question, à été référencé dans de nombreux livres, mais c'est un livre d'histoire fantaisistes qui donne son point d'entrée dans les terres de Kaminari. Ce livre m'a été confié par mon maître, Takeshi-sama, un nomade qui a élu domicile dans le désert, et qui me sauva la vie ... Autant joué carte sur table, et ne garder qu'un ou deux atouts dans sa manche tout de même ... Quand à mes motivations, je suis là pour récolter des échantillons ... De la fourrure, des dents, du cuir ... Il énumérait les types de prélèvements possible sur le bout de ses doigts, un fin sourire visible entre les interstices de son masque de bois.

- On peut dire que je me renseigne sur toutes les bestioles qui peuplent notre monde, et il y'en a un tas, croyez moi ! Fit-il en suivant derechef son guide, comme une ombre à son propriétaire. Ce qui était usité à Kaminari, pays où avait élu domicile les Nara, le clan qui commandait à cet "élément". Allons-y, je vous suis ! Qu'il fit ensuite, emboitant le pas de son homologue, et mirant surtout les beautés sur le chemin.

Le paysage était très différent de tout ce qu'il avait vu jusqu'à présent, c'était fascinant. Les arbres étaient exotiques pour lui, qui ne connaissait que ses palmeraies, ses palmiers et arbustes robustes n'ayant que peu besoin d'eau. Les cactus étaient absent des montagnes, et cela lui manquait de ne plus voir leur face rêche et pleine de piquants. Il n'y avait qu'à Kaze que l'on retrouvait ce genre de choses ... Mais dites moi, Kaze ne vous manque-t-il pas parfois ? Je dois vous dire que depuis le temps que je voyage, j'ai un peu la nostalgie du pays ...

Après tout, il avait passé toute sa vie là bas, pouvait-on vraiment comparer ? Whoa ! Dit-il lorsque l'arche grise se présenta à eux, dans toute sa grandeur et sa splendeur.


-

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Lun 20 Avr 2020 - 3:55

-Vous permettez ?

Effectuant un clone, il envoya celui-ci alerter les autres gardes qu’il délaissait ses fonctions pour agir à titre d’escorte. Ce n’était généralement pas quelque chose de très commun, mais de temps à autre, il pouvait se permettre ce genre d’éléments. Simplement, ils avaient un protocole à suivre. Dans ce genre de contexte, puisque le village était relativement calme et en sécurité, ils pouvaient amplement couvrir ce genre de situation et de requête, surtout que Raizen n’était pour le moment, en aucun cas un des piliers de la sécurité…

-Sinon, pour répondre à vos questions, Kaminari est bel et bien le lieu et le pilier de la connaissance. Mes parents ont donc décidé que c’était l’endroit idéal pour que je poursuive mon éducation. À l’époque, Kaze n’était pour moi plus un endroit sain et sécuritaire si l’on veut…

Haussant les épaules, il ne connaissait pas vraiment l’étendue de la connaissance de cet homme, ni ses contacts. Toutefois, son histoire n’était pas un secret, donc il se permettait d’en parler totalement de manière transparente.

-Par moment, les décisions prises au sein d’un clan ont plus d’impact que l’on ne pense si on veut…

Souriant, il s’imprégna de l’information partagée par l’homme aux activités de chasseur avant de finaliser sa réponse :

-Mais parfois Kaze me manque, c’est d’ailleurs pour cela que je n’hésite pas à y aller dès que j’ai la possibilité. Par contre, découvrir le monde est aussi enrichissant que visiter sa terre natale, donc je suis un peu un nomade dans l’âme aussi…

Revenant à leur mouton, il changea soudainement de sujet :

-C’est assez intéressant en tout cas. C’est la première fois que je rencontre un chasseur aussi passionné que vous ? Si je puis me permettre, quel est votre but final à travers tout cela ? Désirez-vous faire un recueil recensant toutes les créatures du Yuukan ?

Réfléchissant tranquillement, le Meikyû se dirigeait vers un chemin relativement boisé. Représentant une voix par laquelle de nombreuses personnes passaient, elle donnait naissance à un trajet qui était connu pour être particulièrement dangereux dû à la faune qui s’y trouvait. Le tout menait d’ailleurs tout droit vers le lieu répondant le plus à une partie des critères du récit. Or, juste avant, quelques habitations, dont une grande auberge, étaient installées pour accueillir les voyageurs en dehors de Kumo partant vers les différentes régions de Kaminari. Peut-être pourraient-ils en apprendre davantage.

-D’ailleurs, si ça ne vous dérange pas, je serais curieux de savoir de quoi ce nomade vous a justement sauvé la vie. Je dois vous avouer que cela m’intrigue. D’ailleurs, on ne devrait pas tarder à arriver dans une auberge à proximité d’un chemin de transition. Ça devrait me laisser le temps de bien lire la carte et de vous guider pour la suite tout en demandant aux voyageurs s’ils n’auraient pas davantage de pistes...

Était-ce une chimie Kazejin ? Possiblement, sachant qu’il appréciait discuter avec cet homme pour le moment. Semblant curieux, il était suffisamment unique pour avoir l’attention totale du Meikyû, chose relativement rare puisque de plus en plus de gens tentaient de se fondre dans la masse de la routine quotidienne. Ne pouvant les blâmer, ils ne pouvaient pas plus le blâmer de ne pas avoir d’intérêt vers les éléments quelque peu banals du train-train quotidien.


_________________
Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Oreishii Roku
Oreishii Roku

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Mer 22 Avr 2020 - 4:15
Le sujet le passionnait autant que l'homme avait lequel il le partageait. C'était une agréable pause fraîcheur dans son voyage peuplé de ronces, et d'épines, qui même s'il avait été passionnant, n'avait pas manqué de piquant. A contrario de son passage mouvementé à Ame, riche en aventures, celui à Kaminari semblait être une parenthèse enchantée, ce genre de rêve dont on ne se lasse pas, et que l'on regrette de quitter à l'aube de sa nouvelle journée.

Où à l'aube d'une nouvelle vie, pour Oreishii Roku.

- Je comprends tout à fait que le désert ne soit pas un endroit approprié pour élever un enfant, Taiyo est bien dangereuse, le désert encore plus, et je ne dois qu'à la chance d'être tombé sur un nomade aussi passionné d'histoires et d'un tas de domaines, et non pas sur l'un de ses bandits sanguinaire ... Il ne termina pas sa phrase mais tout deux durent penser qu'est-ce qui se serait passé dans le cas contraire, serait-il devenu une de ses brutes de Kaze, l'un de ses voleurs sans foi ni loi ? Au lieu de ça, il était un chasseur redoutable, qui créait des monstres de toutes pièces, autant qu'il en trouvait des réels ... Un genre d'escroc, mais qui restait fidèle à lui même et son idéologie.

- Moi qui n'ait eu pour famille que Takeshi-sama, ait du mal à comprendre que l'on prenne des décisions pour tout un groupe de personne, sans en consulter toutes les parties ... Comment est-ce ? De faire partie d'un clan ? Fit-il tout en marchant à la hauteur du dénommé Raizen, son compagnon de route pour quelques temps, il l’espérait.

- Il y'a de ça, j'aimerais trouver de nouvelles espèces, que l'on a pas encore répertoriées dans les livres et les histoires... Vous savez, la faune du désert regorge de surprise... Je parie qu'il en ait tout autant des créatures qui peuples chaque coin du Yuukan. Une fois que j'aurais vu tout ce qui peut nous donner à voir la nature, je retournerais au pays ... Et ce jours là ... Il ne termina toujours pas sa phrase, comme une sorte de tic chez lui ... Mais il pensa très fort que ce jour là, il changerait les choses dans ce pays qui l'avait vu naître, grandir, et quelque part, mourir un peu.

Tout en parlant, il réalisa qu'il se trouvait maintenant bien loin du village, et bien qu'il n'ait pas pu faire de ravitaillement, il ne pipa mot, car une auberge se présentait à eux, regorgeant assurément de victuailles à se mettre sous la dent, et dans le sac de voyage. Après tout, il avait un beau budget pour cette partie de son voyage, après avoir chassé l'homme à Ame, et effectuer quelque contrats sales mais grassement payé.

Avoir de l'argent sale, ne semblait pas dérangé pour autant le chasseur, qui ne voyait aucun mal à gagne sa croûte sur le dos de pauvre gens persécuté. C'était la limite de sa compassion et de son honnêteté, il n'en avait aucune pour ceux qui n'étaient pas de ses terres natales.

Après tout, il faut bien choisir ses combats, et lui avait choisit le désert comme foyer.

- Arrêtons nous à l'auberge, il y'a des histoires qui s'expliquent que assis, autours d'une bonne mousse, ou d'un bon saké ... Fit en souriant sous masque de bois, qu'il ne semblait jamais quitter. Pure réflexe pour un homme qui n'avait jamais pu dévoiler son identité à qui que ce soit, pendant plus d'une décennie. Pour vivre heureux, vivons caché, dit l'adage. Et puis je préfère faire une pause, cela fait des jours que je suis sur la route. Fit-il en prenant les rennes de l'expédition, après tout, il en était l'instigateur il s'en sentait le droit.

Des bruits et des odeurs particulières se dégageaient de ses lieux boisées, qui semblaient regorger d'une vie palpable par un chasseur de la trempe de Roku. Il n'était peut être pas particulièrement bon en sensorialité, mais il savait reconnaître les traces, les tracés, et les animaux de n'importe quelle forêt.

Il pénétra dans le grand bâtiment de pierre, et le silence se fit entre ses murs épais, sombres et humides. La faune locale était composés de bonhomme hirsutes, pour la plupart au teint halé -ce qui ne le changeait pas trop de son pays, et qui semblaient mal fagotés dans leurs vêtements de tissus bon marché.

Les coupes et les styles de ses vêtements ne lui disaient rien, preuve qu'il était bien dépaysé à Kaminari.

- Vous devez connaître le Colisée ? J'en suis l'un des oiseaux rares, l'un des seuls bannis pour un incident dont je n'étais pas responsable, et que je garderais secret pour l'instant... Fit en enlevant son masque de bois, dévoilant un faciès commun mais pas vilain, au arrêtes aiguës, et au menton pointu. Il en profita pour commander de quoi se sustenter, tandis que les conversations reprenaient doucement dans l'établissement... J'ai donc été bannis de Taiyo et du Colsiée, forcé d'errer dans le désert, si mon maître ne m'avait pas retrouvé, hallucinant et mourant de soif derrière une dune du temple, je n'aurais jamais pu survivre... Il m'a donc sauvé d'une mort certaine, voilà.

Il se tut en laissant arriver son plat et sa boisson devant lui, et ne dévoila pas qu'il l'avait également sauvé d'une vie désuète de sens, où se battre aurait été la seule chose qu'il aurait jamais eu.

- Voilà pour mon histoire, somme toute classique mais tragique. Nouveau sourire, tandis qu'il ponctuât sa phrase en buvant dans son verre l'alcool de riz qu'on lui avait servit. Je suppose que vous aussi, vous avez une historie à raconter à propos du désert, et de ses facéties ?

Après tout, il était un véritable démon, qui vous prenait et vous recrachait ... différent.


_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Sam 25 Avr 2020 - 19:21

Alors qu’ils arrivaient tout juste à l’auberge, Raizen devait avouer trouver cet homme assez curieux et intéressant. Ayant pour la peine vraiment l’impression qu’il discutait avec un cousin avec qui il n’avait pas parlé depuis un bon moment, il ne pouvait s’empêcher de sourire. Étrangement, il appréciait beaucoup les visionnaires ou plutôt les gens qui avaient de longues histoires à raconter et de longues péripéties à braver. À bien y penser, cet homme avait fort probablement un bagage lui permettant de transformer sa vie en un conte ou plutôt un livre…

-La même pour moi.

Dit-il au serveur avant de s’assurer de couvrir les frais pour les deux.

-C’est moi qui invite, d’ailleurs.

Lui souriant pour lui faire comprendre que cela lui faisait plaisir, Raizen prit une délicate respiration avant de prendre un peu de recul sur ce qu’il venait de lui dire.

-Vivre dans un clan n’est pas forcément facile. Si on veut, dépendant le type de clan, il y a de nombreuses politiques semi-religieuses à suivre et lorsqu’une partie du clan défi les postulats de base sur lesquels sont fondés les pratiques du clan, parfois ça tourne mal.

Haussant les épaules, il poursuivit :

-Je suis justement le fils d’un Meikyu qui représentait le camp d’opposition à l’interne du clan. C’est justement ce qui justifie ma présence loin du clan : une défaite politique assez cuisante pour en changer mon enfance…

Repensant à tout cela, Raizen se demandait de quelle manière il aurait évolué s’il avait grandi au sein du clan Meikyu.

-Mais oui, je connais le Colisée… Ensuite, j’ai vraiment l’impression que Kaze est un endroit fort pour ses infrastructures qui créent autant d’appartenances que d’esclavagisme... physique ou mental.

Repensant au premier cercle, tout à Kaze était basé sur des préceptes selon lesquels certains s’en sortaient mieux que d’autres et dictaient la voix à suivre pour plusieurs personnes. Aussi injuste soit-il, le tout faisait indirectement partie de leur identité.

-Si ça se trouve, c’est peut-être pour cela que les Kazejins sont généralement d’importants visionnaires et entrepreneurs une fois qu’ils brisent les chaines les enfermant…

Réfléchissant à haute voix, il porta son verre contre celui de son cousin du désert.

-Ensuite, ton histoire est tragique, mais intéressante. Si jamais ça peut te rassurer, je pense que mon passé est ce qui me permet de croitre aujourd’hui, donc aussi bien s’en nourrir que de se voir accablé par celui-ci, mais je pense que tu es déjà bien parti si je me fie à tes projets…

Souriant, c’était le genre de projets qui le rendait assez curieux.

-Et si ça se trouve, tes expériences et les récits que tu auras à raconter sauront possiblement en délivrer plusieurs du joug de leurs chaines à Kaze…

À bien y repenser, Raizen était un des premiers à vouloir changer certains éléments au sein de sa terre natale. Or, pour le moment, il s’approvisionnait du plus de connaissance qu’il le pouvait à l’extérieur afin de pouvoir avoir un jour avoir un impact.

-Ensuite, qu’en est-il de ton maitre en ce moment et comptes-tu un jour retourner au Colisée pour clore cette histoire à jamais ?

Curieux, il prit une légère bouchée de son plat avant de préciser quelque chose :

-D’ailleurs, tu peux me tutoyer.

Pour une des rares fois, le Meikyu pouvait en oublier toutes ses réflexions pour se concentrer sur le moment.


_________________
Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Oreishii Roku
Oreishii Roku

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Dim 26 Avr 2020 - 23:46

Il pencha la tête sur le côté, pour inviter son hôte à s’asseoir avant lui sur la banquette qui faisait face à une petite table assez pittoresque pour être désuète, mais qui avait le mérite d'exister. Il avait toujours aimé les décors brute de décoffrage, les tentes et les caravanes, l'odeur du cuir et des chevaux. Il croyait que cela avait un rapport avec sa famille, et sa vie antérieur au Colisée, mais il en était pas sûr ; Et quand il n'était sur de rien, Roku se taisait.

- Et n'as-tu jamais penser à revenir en terre natale, pour changer les choses dans ton clan ... Il s'arrêta devant sa propre bêtise, en voyant l'écusson que portait le jeune ninja, à l'effigie du village des Nuages ... A moins que tu n'es trouvé un véritable foyer, ici, à Kumogakure no Satô... Ou que tu ne partage pas les idéaux de ton père ? Un sourire se dessina sur le visage de Roku, un peu triste cela dit car il pensait à tout ce qu'il aurait pu entreprendre avec ce compère, dans les terres arides de Kaze. Enfin, il valait mieux ne rien imaginer, pour ne point être frustré.

- C'est exactement ce que je pense de notre pays, engoncé dans des pratiques culturelles et religieuses sans réel fondement, bloquer dans des pensées arriérés, je pense que du sang neuf lui ferait le grand bien... Dit-il en relevant le coude, buvant une bonne rasade de bière amer qui faisait chaud dans le gosier. Défiez le pouvoir en place, et c'est la mort assuré ... Il exagérait un peu, mais n'avait pas bien tord, les opposants politiques étaient fort rare dans le pays du vent, car ils disparaissaient tous mystérieusement.

- Moi même pratiquant de l'art des sceau,j'ai toujours été fasciné par ton clan et ses possibilités ... Je n'ai pas trop compris comment vous arriviez à pareille résultat. Pourras-tu m'en faire la démonstration un jour ? Dis oui, cela serait vraiment incroyable !

Il ne cachait pas le but de toute ses manœuvres, en apprendre plus sur la capacité du jeune homme, et sur les traditions de son clan, pourtant originaire de chez lui, mais si mystérieux pour tous. Il existait très peu d'écriture sur le pourquoi du comment, et sur la manière dont procédait les membres de ce clan pour créer leur sceau. Et Roku était très excité à l'idée de savoir tout ceci, comme un enfant le jour de noël, qui réclame ses cadeaux au plus vite. Il voulait absolument parfaire ses connaissances sur cet art, maintenant qu'il avait sous la main quelqu'un capable de lui expliquer, et qui il avait entière confiance ; Qui n'essayerait pas de l'enfermer, ou de le tuer, pour un péché qui n'était pas vraiment le sien.

la manœuvre était peut être un peu grossière et maladroite, mais l’intérêt était vide de tout vice, et de toutes arrières pensées néfastes à l'égard de Raizen et des siens.

- Il est vrai que nous sommes comme des crapeau enfermés dans un puit, toujours à regarder vers le haut, vers le ciel, et à rêver d'avoir des ailes ... Donnez nous en, et nous sommes capable de décrocher la lune, assurément ! Fit-il en tendant sa chopine pour trinquer à la santé des Kazejins avec son comparse d'aujourd'hui, et de démain si tout se passait pour le mieux. Une sorte d'alchimie s'était crée entre les deux hommes, semblant les rapprocher comme deux cousins éloignés qui se seraient perdu de vue pendant un temps.

- je compte bien un jour raconter tout ceci, notre rencontre feras partie de l'introduction à mon livre ; Comment j'ai rencontré un réprésentant du clan Meikyu à Kaminari, et disserté de notre beau pays ... Et comment cela me donna l'envie de poursuivre mon voyage, pour revenir plus vite à la maison .. Il porta une nouvelle fois sa bière à la bouche, et attrapa une cigarette artisanale dans sa poche, pour l'allumer avec la bougie qui brûlait sur la table. Il reprit ensuite en ses termes :

- Pour répondre à ta question, je souhaite bien évidement retourné à Kaze un jour, prendre ma revanche ... Mais suis-je assez puissant pour le moment ? Suis-je suffisamment aguerris et expérimente ? Je dois parfaire mes connaissances sur ce monde, sur ses multiples stratèges et stratégies, avant de revenir mettre le feu à la poudrière ... Termina-t-il par dire, les yeux perdus dans le vagues, animé d'une volonté de fer.

Oui un jour, il aurait un pays sûr, et il pourrait y pérenniser ses intérêts, c'était son rêve.

_________________


L'ombre du monstre est parfois plus à craindre que le monstre lui même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8885-si-tu-plonges-longtemps-ton-regard-dans-l-abime-l-abime-te-regarde-aussi-roku#74872
Meikyû Raizen
Meikyû RaizenEn ligne

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] Empty
Sam 2 Mai 2020 - 20:55

Souriant en tendant la bière à son homologue afin de trinquer, il ne pouvait s’empêcher d’apprécier ce genre de moment durant lesquels il découvrait la curiosité, mais aussi les rêves et les objectifs qui expliquaient et traçaient les lignes de l’histoire d’autrui. Animés d’un désir plus ou moins similaire au sien, leur vécu et leurs objectifs respectifs divergeaient. Pourtant, leur méthode était similaire, comme quoi il y avait bel et bien de nombreuses différences dans ce monde.

Encore heureux que tout ne soit pas unidirectionnel, Raizen plissa légèrement son regard lorsqu’il posa cette question qu’il n’avait que trop souvent entendue: Comment faisaient-ils cela ?

Ricanant légèrement en y repensant, mais surtout devant le fait qu’une telle rencontre allait faire partie de son livre et de son récit, il décida de se prêter au jeu :

-Si l’on veut, c’est une faculté gardée secrète par le clan Meikyû qui a été développée à l’époque par les 7 anciens. Étant des experts en fuinjutsu ayant brisé la barrière de la compétence, ils ont plus ou moins innové et détruit à jamais les barrières que les shinobis connaissaient jusqu’à ce jour. Ils ont trouvé un moyen de stabiliser une entité et une force intangible à l’intérieur d’un sceau qui pouvait être utilisé et désactivé, un peu comme un mécanisme d’exploitation, mais ayant pour réservoir une source extérieure…

Posant sa main sur son menton en laissant l’odeur de la cigarette artisanale lui rappeler Kaze, il poursuivit son récit :

-Ils ont non seulement compris ça, mais surtout comment lier le tout à des facultés physiques à l’aide d’un ensemble de règles et de conditions…

À bien y repenser, les 7 anciens ayant fondé les prémisses du clan avaient globalement révolutionné le monde. Toutefois, au regard des risques et dangers qui pouvaient en découler, ils n’avaient pas vraiment eu le choix d’opter pour une manière de perpétuer ce savoir sans que le tout ne pose le moindre danger au Yuukan.

-Le tout est donc, dans la méthode d’apposition des sceaux Meikyûs que seul le clan connait. Au final, ce n’est pas forcément facile et l’échec n’est pas vraiment… une possibilité intéressante sachant qu’on parle de poser un sceau sur un corps et non sur un objet. Qui plus est, le sceau est permanent et rares sont ceux ayant les aptitudes nécessaires pour les briser à tout jamais…

À vrai dire, les sceaux Meikyûs n’étaient pas des sceaux aisés à briser, surtout au regard des puissances qu’elles refermaient.

-Par contre, les sceaux Meikyûs ont un prix et ne sont pas forcément aussi simples qu’ils en donnent l’impression. Il y a une véritable entité et force qui réside et alimente ces sceaux et celle-ci peut facilement se retourner contre son hôte... par moment.

Repensant à l’ancêtre de la putréfaction avec qui il avait effectué un pacte, celui-ci était le concept même de la gloutonnerie. N’ayant aucune difficulté à consumer même son hôte, c’était un pouvoir à utiliser avec précaution…

-Dis-toi que plus tu es en symbiose et tavelle ta longueur d’onde avec tes sceaux et les entités en faisant partie, plus tu arriveras à en puiser la force et c’est là tout l’intérêt des sceaux Meikyûs, elles imposent un mécanisme de protection partiel qui permet graduellement à leur hôte d’apprendre à se servir de leurs aptitudes sans se faire totalement consumer par des forces bien plus fortes qu’eux.

Activant immédiatement son sceau de guerre qui laissa transparaître une lueur rougeâtre avant de le désactiver, il se fit un plaisir à lui montrer le mécanisme.

-Au final, c’est un peu comme les portes célestes, mais avec moins de contrecoups et plus de restriction si on veut et surtout, une force externe…

C’était le moyen le plus simple de résumer les sceaux Meikyûs. Or, Raizen lui-même en avait beaucoup à apprendre sur le sujet d’ailleurs. Il avait hérité de toute la bibliothèque de son paternel, mais comme toujours, il y avait des informations que seuls les hauts gradés au sein du clan détenaient...comme dans de multiples clans…

-Ensuite, il est vrai que nous pouvons décrocher la lune, mais nous avons tout autant le pouvoir de dépasser les limites et de briser le puits qui nous garde protégés, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle le clan Meikyû conserve son savoir, de peur que… le tout tombe entre de mauvaises mains.

Soupirant, il pivota sur une note plus joyeuse.

-Quoiqu’il en soit, j’ai hâte de lire ton récit… Ensuite, si ce la peut t’aider, il y a différents types de force : la force physique et l’influence. Dépendant ce que tu veux développer pendant ton voyage, je suis certain que tu rencontreras des éléments te permettant de grandir sur les deux aspects. Simplement, faire croître uniquement sa force physique sans croître en maturité est dangereux, même si c’est plus efficace.

Se permettant de lui donner un conseil, il lui offrit un sourire, curieux de savoir ce qu’il en penserait.

_________________
Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.] J22k
Merci Aimi o/
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578

Les animaux fantastiques [PV Meikyû R.]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: