Soutenez le forum !
1234
Partagez

Crown Maker [Asaara]

Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Crown Maker  [Asaara] Empty
Sam 4 Avr 2020 - 18:11
La cape flotte dans le vent, ses pas s'enfoncent un à un dans le désert et le sable. Son regard droit vers ce qui se dresse devant elle. En contrebas, la cité clanique, bien loin de son manoir, bien loin de sa zone de confort. L'aube se lève derrière elle, révélant derrière elle ses partisans et sa bannière qu'on plante dans la dune de sable. La démi-géante inhale un instant avant d'allumer une cigarette, aujourd'hui c'est l'accomplissement de toute une vie. Aujourd'hui c'est un moment sacré que les futurs générations retiendront, l'histoire s'écrit par les vainqueurs et les vaincus l'apprennent, elle vaincrait tout qu'importe les adversaires et leurs origines. Est-ce l'heure de répandre le sang des siens sur le sol sableux de ces terres? Combien de sacrifices pour arriver à son idéal? Combien de morts, de cadavres dans l'armoire devrait-elle cacher avant que tous ne rejoignent ses idéaux? Un tremblement sur son échine, un sourire non une grimace morbide sur son visage angélique. Une main sur son visage pour cacher le rire fin résonnant comme un échos d'un fantôme du passé, elle n'est pas seule. L'avait-elle seulement déjà été? Des objectifs qu'elle pouvait cocher à chaque semaine se passant, elle s'assoit un instant tournant son visage de trois quarts vers son fidèle acolyte. Son bras-droit Asaara Genji, depuis le début à ses côtés. Ils avançaient ensemble, elle lui avait promis, le sang ils avaient échangés et aujourd'hui le temps, leurs expériences et la puissance qu'ils acquéraient en propulsant l'organisation vers le sommet offrait cet avantage. Un souffle rauque, respirer et fermer ses yeux juste quelques secondes, repenser à ce qu'impliquait cette décision, cette fois le retour en arrière était véritablement impossible. Mais elle le devait, pour sa cadette, pour ses loyaux compagnons, pour son clan, pour sa famille et pour Kaze, Asaara Kuuli devait monter sur le trône des siens. Sa nuque craque, ses articulations aussi, et puis subitement elle se lève et avance sans ordonner à qui que ce soit de la suivre, elle marche tout d'abord doucement comme si elle semblait flotter sur le sable fin qu'elle descendait, et alors que l'entrée du domaine clanique se rapproche, son rythme accéléré, les enjambées se font plus grandes, puis c'est au tour du trot comme une bête de course s'élançant vers la ligne d'arrivée. Et puis, et puis elle se laisse emporter par sa fougue et ses pulsions, courir en avalant la distance, courir vers la gloire ou la mort cela importe peu, elle a le sentiment qu'il faut se dépêcher. Rien ne presse et pourtant l'épée de Damoclès semble titiller sa nuque à chaque pas qu'elle engloutit. Et soudainement la voilà face à face devant l'entrée des siens. L'immaculé pose un genou à terre, tend les mains et prie en direction de l'astre divin à l'origine de toute chose. Sa destinée l'attend, elle élue d'entre les élues, elle fille des sables et du vent. Elle patriote ayant tout sacrifiée pour sa nation, il est temps de confronter ses rêves et la réalité, tant de discussions avec tout à chacun à échanger autour de sa nouvelle vision des siens. Et puis, et puis le silence et la tranquillité se brise.

Un hurlement, un hurlement monstrueux déchirant et annonçant à tous l'arrivée de la futur maîtresse des lieux. Et la bête sort sous cette apparence humaine, le sable rugie autour d'elle, le sable lui obéit ici et maintenant, ils sont à elle. Tous, toutes ces vies dépendant de sa personne elle vient les cueillir comme un paysan avec la moisson, la violence ne saurait tarder. Les silhouettes sortent des habitations, des regards emplis de peur ou de dédain, de dégoût ou d'admiration cela importe peu. Ce qui compte c'est la foule s'amassant derrière elle, comme envoûtée par cette ange de la mort semblant appartenir à un autre monde au sein d'une société pacifique depuis bien trop longtemps. Et dans son sillon, comme les rats avec le joueur de flûte tous suivent la Dame de Kaze jusqu'au halle sous les montagnes, le repaire d'une génération qu'elle pourrait vomir. L'antre de la corruption, de la pourriture rongeant son clan comme des insectes sur un fruit trop mur. Et dès qu'elle grimpe les marches en plein air, dans cette vallée caverneuse, les premiers gardes sortent, poliment on lui dit que les coupables sont à l'abris et qu'ils ne comptent guère répondre de quoi que ce soit maintenant ou plus tard. Qu'un pas de trop, que des gestes déplacés pourrait lui coûter sa place au sein de la communauté. Et pour la première fois depuis qu'elle avait pensée à ce jour, elle rompt son silence et son inaction. Le sable emporte, fixe contre les piliers massifs ces insolents et dociles animaux au service de maîtres retraités.

-Genji, personne ne sort ou ne rentre sans mon aval. Les autres avec moi, pour l'honneur du clan Asaara.

Le ton n'était pas enjouant ou particulièrement fait pour motiver des troupes, elle annonçait ses directives froidement et méthodiquement. La haine, la folie l'accompagnaient sur ses épaules, chuchotant et murmurant des idées ô combien horrible de supplices qu'elle ferait subir à ces misérables incapables. Et à chaque nouvelle porte ou sas de sécurité, des gardes à affronter, une opposition qu'elle laissait à ses subalternes. Marchand au milieu des combats, comme posséder et hypnotiser par le fond ce halle autrefois illustre place des dirigeants Asaara. Elle poussa la dernière porte en envoyant dessus le corps alourdis et inconscient des derniers membres du service de sécurité. Et comme dans ses souvenirs, lors de ses jeunes années rien n'avait changé. Une immense arène, des sièges en sable durcis dans des gradins surplombant le cercle d'une quinzaine de mètres de circonférences. En face, pile poil dans l'axe de la sortie ou de l'entrée, un siège encore plus haut que tous. Un siège qui n'était pas occupé depuis tellement d'années, et derrière cinq places plus dans l'ombre derrière des voiles. Un crachat contre le sol, les manches qui se remontent. Et des ombre sortant comme des apparitions des enfers, des applaudissements résonnant dans toute la salle vide. Les cinq anciens, cinq pour que jamais l'égalité ne puisse arriver et pourtant ils étaient tous du même avis sur sa personne. Après avoir infligé à sa génération et ses cousins une jeunesse délaissée pour devenir les gardiens et protecteurs du désert, un changement radicale de vision politique. Incompréhensible et pourtant tous semblaient l'avoir acceptés.

-Tout ce chemin...

-Pour quoi au final?

-Penses-tu être digne de siéger à nos côtés Asaara Kuuli?

-Ou disparaîtras-tu aujourd'hui comme ta maudite sœur, aveuglée par ta colère?

-Nous sommes l'ordre et l'équilibre et toi tu ne représentes que...

Il ne termina jamais sa phrase, un nouveau beuglement et le sable de l’Arène prenant vie pour former des projectiles fusant dans leurs directions. Comme elles s'étaient montrées les figures auscultes disparurent. Se cachant, usant des stratagèmes bien rodés depuis leurs années à la tête du clan. Un conseil de régence ne s'achevant jamais, ils conduisaient son peuple au bord d'un immense gouffre. Ils paieraient de leurs vies cette folie, et l'insulte sur sa défunte cadette Tali.

-Je suis le vent chaud de l'Ouest, je suis la tempête des dunes de l'Est. Je suis le sable brûlant du Sud et les sables mouvants du Nord. Je suis Asaara Kuuli et je redonnerai au notre un idéal et la prospérité. Que la chasse commence anciens, nous ne sortirons pas tous vivants de ce dédale souterrain.
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Genji
Asaara Genji

Crown Maker  [Asaara] Empty
Dim 5 Avr 2020 - 18:18
Genji n’était peut-être pas le plus actif des membres de l’organisation, mais il était là et avait naturellement toujours répondu présent quand sa cousine eut besoin de lui. Il fut après tout le premier à avoir rejoint ses rangs, le premier à avoir cru en elle et son projet, et sera sans aucun doute le premier à se sacrifier pour elle, si cela s’avérait nécessaire. En définitive, sa vie appartenait à Kuuli, et elle pouvait en faire ce qu’elle voulait, pourvu qu’elle respecte leur accord.

Ainsi, marcher aujourd’hui aux côtés de sa cousine et des siens, à l’image de Fuu, Keiji ou encore Mariko, dans le but de mettre un terme à l’inertie et le laxisme dans lequel leur illustre clan était tombé lui procurait une immense fierté. Il fallait dire qu’il attendait ce jour depuis des années. Il avait toujours œuvré en ce sens, et c’était d’ailleurs pourquoi il n’avait pas hésité à supprimer son propre géniteur, ainsi que son frère aîné, qui avaient failli à l’époque à leur devoir le plus indispensable.

Il n’y avait bien entendu pas que les siens, puisque la plupart des membres de leur organisation, avec lesquels il avait souvent eu du mal à s’entendre, avaient naturellement répondu à l’appel de Kuuli, la future impératrice de Kaze. S’il fut difficile pour le fils du désert de les accepter ou de les reconnaître à leur juste valeur, aujourd’hui il était malgré tout heureux de pouvoir les compter dans leur rang.

Car, il savait que sans eux tout cela n’aura peut-être pas été possible. Comme quoi le destin faisait les choses, car aussi fragmentaire que Genji pouvait être, il était forcé de reconnaître que parmi ces têtes étrangères certaines étaient tout aussi des élues que l’étaient les Asaara qui avaient choisi de se ranger à leurs côtés.

Le fils du désert eu une drôle de sensation lorsqu’ils furent – enfin – face à la cité clanique. Un lieu qu’il connaissait bien, très bien. Des souvenirs. De la nostalgie. Mais aussi du mépris et de la colère...

Enfin, lorsque l’alerte fut donnée, Genji fit mine de replacer correctement son masque de fer au milieu de son visage, tandis que son regard fustigeait les infames qui se préparaient à les accueillir. Des mudras, et le sable se mettait à danser autour de lui, autour d’eux. D’autres mudras, et des éclairs foudroyèrent les hérétiques qui cherchaient à mettre fin à leur progression.

Il adressa un léger mouvement de tête à sa cousine qui venait de lui donner les premières instructions. S’efforçant d’ouvrir le chemin à sa cousine, il espérait que les autres feraient de même, car à lui seul il n’arrivera jamais à contenir toutes ces vermines.

« Avancez, avancez sans jamais vous retourner, Kuuli-sama ! » Lâcha -t-il, tandis qu’il dirigeait son sable contre trois nouveaux gardes.

C’était bien la première fois qu’il la vouvoyait.

Genji espérait en quelque sorte montrer l’exemple auprès des autres. Car, s’ils voyaient celui qui était censée être le second se soumettre de la sorte, alors qu’ils le voulaient ou non, ils devraient eux aussi se soumettre à hiérarchie.

Quoi qu’il en fût, tout était désormais en place pour que la prophétie se réalise, pour que le destin s’accomplisse. Genji envisagera de s’effacer de la scène seulement, et seulement lorsque Kuuli se sera emparée du trône, qui n'était que la première grande étape de leur immense projet....


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8297-pour-la-grandeur-de-kuuli#69361
Asaara Ôji
Asaara Ôji

Crown Maker  [Asaara] Empty
Dim 5 Avr 2020 - 22:35
Lorsque le Jour se leva, les rayons du Renouveau illuminèrent les Sables. Lorsque le Jour se leva, les Enfants du Désert s'apprêtaient à épouser leur destinée. Lorsque le Jour se leva, une nouvelle Page se tourna.

Pour s'ouvrir sur celle d'une ère nouvelle.

Plus de vingt printemps furent nécessaires pour que Princes et Princesses des Sables se réunissent et décident de renverser le Pouvoir actuel, qui régnait sur un clan qu'ils avaient mené à la perdition. Des Anciens qui n'avaient à coeur que leurs intérêts personnels et qui avaient semé, des années durant, la discorde au sein de la Royauté du Vent. Aujourd'hui, ils allaient payer de leurs crimes. Aujourd'hui, ils allaient périr dans la souffrance. Aujourd'hui, la conclusion de leur histoire s'écrira dans un encre de sang.

Les Enfants du Désert étaient menés par la Princesse Kuuli. Future Reine. La Créatrice, la Femme d'Argent. Celle qui avait transformé Souffrance en Force et avait embrassé la Douleur de chacun, pour les unir sous la même Lumière qu'elle était. Elle était celle qui règnera sur le Désert pour l'éternité.

Ils se mirent en route, prêt à s'emparer de l'Arène, où siégeaient les Anciens. La Prise de Pouvoir se ferait par la Force. Et tant que les Sables, les accompagnèrent, ils seraient invincibles. Et lorsque la Foudre vint s'abattre sur le Désert, la Victoire leur était assurée.

Les Gardiens de l'Arène furent emporté par le Sable, sans que leur opposition puisse réellement arrêter les jeunes Asaara. La Princesse du Sable s'avança comme si rien ne pouvait lui résister. Et rien ne lui résista. Elle s'avança en niant les Gardiens qui s'étaient rués pour protéger l'Arène, et qui, quelques secondes plus tard, gisaient ci et là, les os brisés et leurs corps bientôt exsangues.

Les Anciens se dressèrent alors. Deux Générations se firent face. Tous Maîtres de Sable, l'Affrontement Ultime décidera de l'Avenir du Vent. Mais la Prophétie avait d'ores et déjà décidé que les Enfants du Désert s'empareraient du Pouvoir et que la Princesse Kuuli siègerait sur le trône. La Froideur et la Détermination qui émanaient d'elle contrastaient avec la chaleur et la tension ambiante.

Les attaques fusèrent rapidement. Et lorsque le combat s'engagea, le Silencieux s'était résolu, pour la première fois, à se battre non pas pour lui, mais pour ses Frères et Soeurs.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Asaara Mariko
Asaara Mariko

Crown Maker  [Asaara] Empty
Lun 6 Avr 2020 - 10:43


Le jour J était enfin arrivé. Tant d'attente, tant de jours et de nuits passés à préparer cette prise de pouvoir méritée. Due, son manque allait jusqu'à calciner certains Asaara de l'intérieur tellement leur sang bouillait à l'idée d'être dirigé par des imbéciles ignares.

C'était en quelque sorte le cas de Mariko.

Toujours éduquée dans l'objectif d'obtenir, d'avoir, de posséder dans un monde de guerriers où ne règne que la loi du plus fort, il allait sans dire qu'elle attendait ce jour avec impatience. Mue par cette rage de vaincre, elle avait déjà agité le sable de sa cruche avant même de se rendre au point de rendez-vous, lui-même point de départ vers leurs cibles.

Aujourd'hui, elle possédait le titre d'Envie et n'avait jamais vraiment su comment s'en rendre méritante. A vrai dire, Mariko ne savait même pas vraiment comment et pourquoi elle l'avait obtenu. Lorsque l'occasion se présenterait, elle en profiterait pour demander à Kuuli, son guide. Du moins si sa modestie et son respect vis-à-vis de sa cheffe lui permettront de le faire.

Cependant, elle était sûre d'une chose : c'est qu'elle allait tout donner pour le mériter et ce à partir de maintenant. De nature anxieuse, elle ne voulait surtout pas se voir ôter ce pseudo. Sur le chemin qui menait à leur destination, Mariko s'était même surprise, en imaginant les combats à venir, se sacrifier pour Kuuli. Cette pensée l'occupa pendant une bonne partie du trajet. Cette foi intarissable envers son guide la secouait quelque peu par moment. Comment était-elle née ? C'était une question sans véritable réponse. La plus probable à son sens était le fait que la vie que proposait Kuuli et feu sa soeur cadette lui convenait en tout point : combat, soumission, possession et surtout justice. Telles étaient les premières lois établies par mère nature et dieu sait à quel point Mariko la respecte.

En arrivant au temple des anciens, l'Asaara à la cruche dorée ne perdit pas de temps. Motivée par la victoire des siens et prête à tout pour vaincre, les guerriers alentours pouvaient cependant légitimement être surpris de son style de combat. Pour une femme aussi déterminée que Mariko, pour une personne qui encourage les batailles en le criant haut et fort, elle restait plutôt une personne axée sur la défense et bien souvent immobile. C'était là son style de combat : protéger les autres pendant que ces derniers préparent des attaques dévastatrices. Fixe, elle générait pourtant des vagues de sables relativement robustes afin d'abriter les siens par ce qu'elle nomme ses "dunes maternelles." Ainsi, ces dernières absorbaient des couteaux et étoiles ninjas, venaient faire obstacle aux flammes Katon etc...

La prise de pouvoir de Kuuli avait commencé et les affrontements avec. Le coeur de Mariko battait à l’unisson avec ses frères d'armes.














Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8903-asaara-mariko-enfant-de-la-verite?nid=1#75067
Asaara Fuu
Asaara Fuu

Crown Maker  [Asaara] Empty
Lun 6 Avr 2020 - 17:34
Une prise de pouvoir, un changement de leader du clan … jamais elle n’aurait pensé faire partie d’un tel renversement. Elle qui a toujours été une personne qui ne privilégie pas la violence, plus le dialogue et la diplomatie, elle a été convaincue du but de cette prise de pouvoir. A vrai dire, son but est simple : c’est pour ses cousins assimilateurs qu’elle fait ça. En quittant Kaze, elle espérait que les assimilateurs Sunaton, apparu d’un seul coup après la Résonnance, serait accepté dans le clan Asaara, car c’était des Asaara tout comme les manipulateurs de sable, mais en revenant, elle voyait que rien n’avait changé. Les assimilateurs sont vus comme des étrangers, comme des parias, des êtres indignes d’appartenir au clan Asaara, tout ça pour une question de “pureté”, des conneries. Ces anciens vivent bien trop dans le passé, à cause d’eux, une partie de sa famille souffre à cause de leur propre cousin, certains vivent misérablement, d’autres ont été exilé, et elle savait que son heure viendrait, surtout elle, qui est partie à Mizu no Kuni sous l’ordre de la banque Sabaku. Mais elle préfère mettre cette institution à l’écart de la prise de pouvoir de Kuuli, après tout, leur implication ne concerne pas tout de suite les membres du clan des manipulateurs de sable.

Elle se trouve au côté de Kuuli, la voilà maintenant face à l’endroit où se trouve ces anciens, ces personnes qui ont mis à l’écart ses semblables, qui ont scinder leur propre famille en deux tout ça pour une question de pureté et de pouvoir différent. Elle a encore le départ de sa cousine manipulatrice de poison dans la gorge, et elle sait qu’une nouvelle tête avec une vision bien plus ouverte sera la bienvenue, une personne qui se fiche du passé des membres, mais qui se soucis de leur futur. Kuuli avait beau être une personne renfermée, elle semblait être capable de s’ouvrir, et Fuu décide d’agir au nom de tous les assimilateurs qui ont été reclus, grâce à elle, tous ces assimilateurs vont pouvoir retrouver les siens, pareil pour les autres, ceux qui ne manipulent pas le sable, mais qui ont quand même le sang Asaara.

Elle le fait pour tout ceux qui sont des protecteurs du désert qui ne peuvent le manipuler, mais qui ont quand même la même conviction qu’eux.

Protégée par sa cousine Mariko, Fuu assimile ses deux bras, observant les gardes qui se présentent à elle pendant que Kuuli se fraye un chemin. Elle étend ses deux bras, bras de sable qui grossissent fortement, jusqu’à écraser sous le poids de ses paumes sableuse deux gardes, deux gardes qui les empêchaient de suivre Kuuli, mais qui étaient occupés avec eux, permettant à la véritable cheffe de clan de prendre le pouvoir face aux anciens.

D’autres arrivent, du moins, elle se doute que d’autres vont arriver. Il était temps de montrer tout ce que les assimilateurs peuvent faire.

_________________
Crown Maker  [Asaara] 1560052146-asaarasigna
Merci à mouton pour le kit o/
♫ Thème ♫
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6652-les-eaux-ont-beau-couler-dans-tous-les-sens-le-sable-restera-toujours-au-fond-presentation-asaara-fuu-terminee#55560
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Crown Maker  [Asaara] Empty
Lun 6 Avr 2020 - 17:36
Dehors l'anarchie.

Dedans la folie. Sautant, se propulsant avec le sable pour atteindre la loge des dirigeants. Sa main droite se pose instinctivement sur le siège du dirigeant Asaara, elle poserait son fessier royal dessus avant la fin de la journée. Avant que la nuit ne tombe les siens auraient un nouveau meneur et une nouvelle philosophie, elle s'enfonce dans la pénombre. Le silence semble presque être plus bruyant que ce qu'il se passe à l'extérieur, les insectes se cachent, l'âge fait fondre puissance et orgueil pour faire pousser les coups dans le dos et la trahison. Kuuli ne supporte quand à elle pas de patienter ni de devoir jouer à cache cache avec chacun d'entre eux, ils ne se sauveront pas mutuellement. Chacun pour sa peau, dans les conditions extrêmes la véritable nature de l'homme se révèle et ceux là ne sont pas du genre à combattre pour quelconque union. Ils sont des vaniteux, des misérables vicieux ne cherchant qu'à prospérer en asservissant une population entière. Les saphirs luisant dans la pénombre, un regard cherchant à discerner n'importe quoi ou n'importe qui dans le labyrinthe interdit à la populace, la poussière remplace le sable tant personne n'a jamais marché ici depuis des années. Alors pour ne faire qu'un avec son environnement, la demi-géante ferme les yeux inspire profondément et médite, détecter des présences ne se fait guère aisément. Mais elle doit vaincre, seule contre ce groupe, seule alors que ses partisans bataillent au dehors. L'avènement d'une nouvelle ère, un âge d'or attendant le pays du vent et les anciens ne sont que les premiers adversaires possédant un véritable pouvoir qu'ils doivent vaincre.

-Vivre dans l'obscurité, tissant des toiles pour contrôler les nobles manieurs de sables. Vous êtes d'avantage comme les bêtes Yasei que comme les preux protecteurs du désert. Je vous ferai sortir de vos cachettes misérables insectes, si je dois tout détruire pour reconstruire comme le sable submergeant les constructions de l'homme, je le ferai. Ne doutez pas de ma volonté, la seule issue est la mort pour chacun d'entre nous.

Tourne le sable, tourne et tourne entourant la futur Imperatrice des dunes, tourne emportant avec vengeance et colère. Le sable détecte, le sable n'obéit qu'aux plus téméraires et méritants. Qui aujourd'hui peut d'avantage mériter que Asaara Kuuli, les larmes coulent mais ce n'est pas de la tristesse c'est la joie. C'est la folie et l'ambition qui enfin réalisant un accomplissement dont elle rêve depuis le début. Et puis subitement, le retour à la réalité frappe de plein fouet, la tempête semble avoir heurter quelque chose. Un camouflé, et un deuxième objet. Non deux, deux figures tremblantes dont le regard n'est emplit que de dédain et de dégoût. La tempête s'arrête un instant, et Kuuli en sort. C'est ce qu'ils attendaient, de toute part les attaques fusent, faibles séparément mais forte ensemble. Alors Kuuli hurle de nouveau, un crie faisant tout taire tandis que le sable de la tempête se mue en un dôme protecteur sous lequel elle bouillonne. Elle attend son moment, une ouverture lorsque le calme revient, et elle en sort avec la rage et la hargne propre à son caractère et sa personne. Quatre ont profités pour fuir, le cinquième est à la traîne, titubant en se tenant aux murs des couloirs. Gémirait-il? Les pas des bottes de Kuuli font échos à sa lenteur, la main droite de la femme s'accroche à sa toge poussiéreuse. Elle le tire en arrière avec violence le faisant chuter au sol. Et dans ses yeux elle lit que tout ce qu'il reste c'est la peur et la soumission. Pas besoin de parler, il sait et elle le sait, la pitié n'a jamais eue sa place dans des moments critique. Le pied gauche s'enfonce dans son plexus pour le maintenir au même endroit, la douleur et les râles qu'il pousse ne sont que des encouragements dans les oreilles de Kuuli. La main droite de la Justice s'élève, le sable forme un marteau et se propulse contre le crane de la décadence.

-Sale dégénérée!

-Tu oses t'en prendre à nos valeurs!

-Nous sommes ce qui maintient le clan en place! Tu es la perdition!

Les voix viennent de toute part, mais Kuuli n'a rien à répondre à part un rire franc et provocateur. Le chakra peut diminuer, ses réserves aussi qu'importe elle finira même à la main d'achever sa victoire.

-Je remarque surtout que vous n'êtes plus que trois à parler, l'Ancien Sajako adopte la meilleur stratégie il se terre en vous laissant être le centre d'attention de ma chasse. Continuez à parler, vous finirez comme votre camarade la cervelle sous le sable et le corps en pâture aux scorpions.

Il faut accélérer, Kuuli n'est pas non plus naïve, une victoire prompte et rapide donnerait plus de légitimité que des combats acharnés et traînant dans le temps. Les mains s'agitent, les mudras donnent naissance à deux copies. Trois Kuuli, pour trois cible car Sajako est probablement l'ultime prédateur dans cette génération amorphe. Et surtout il est celui qui était favorable pour le sacrifice des jeunes Asaara de la génération de Genji et Kuuli, favorable à maintenir une force armée malgré les folies et les morts que cela entraîna. Il peut laisser ses collègues mourir, cela l'arrange surement n'est ce pas? Au final si il parvint à défaire Kuuli la révolte s'arrête net, et sans quatre croûtons pour l'embêter, c'est les pleins pouvoirs qui l'attendent.

-Sajako ne bouge pas.

Elle sait qu'il l'entend, l'affrontement final sera rude ou au contraire expéditif mais quoi qu'il en soit désormais le sang a coulé. Longue vie au sable pourpre, longue vie à Kaze et au clan Asaara.

Mort aux imposteurs.
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Keiji
Asaara Keiji

Crown Maker  [Asaara] Empty
Jeu 9 Avr 2020 - 16:40

L’heure était sombre, la nuit aussi et pourtant le grand temps était arrivé. Voilà plusieurs semaines que Keiji traversait une aventure qui, il le savait, allait changer sa vie à jamais, mais aussi la face de son pays. Tous cela avait commencé grâce à sa rencontre avec Ko qui lui avait permit d’entendre parler du projet de la femme qu’il suivait aujourd’hui.

Asaara Kuuli voyait grand, voyait loin et surtout voyait juste, il était grand temps de changer les choses dans le fond et aussi dans la forme. Le projet bien évidemment sur le long terme était d’apporter du renouveau au peuple de Kaze no Kuni, pour mettre en forme un avenir ensoleillé sur chacun et chacune, habitant du sable.

La route n’avait pas été longue, la troupe de jeunes asaara avait prit le chemin de la cité clanique, Keiji ne s’y était jamais rendu, cependant il en avait entendu parler de part ces parents. Ces derniers avaient vécus en errance toute leur vie dans le désert, marchandant ci et là tout ça parce que les anciens de ce clan les avaient rejetés à l’époque. Et maintenant en quelque sorte, il allait tenir leur vengeance.

La troupe approchait de leur cible de la nuit, mais était bien évidemment attendue par d’autres membres de leur clan, des insectes qui protégeaient les anciens. De la chair à pâté, comme on dit dans le milieu qui ne firent pas faire grand-chose.  Kuuli attaqua la première et une vague de sable envoyant valser la majorité quand tout à coup la foudre vint frapper à son tour. Geiji, le bras droit de la reine avait fini le travail pour l’instant.

Ils pouvaient rentrer, avancer vers leur destin et c’est ce qu’ils firent, passant de couloirs en sas vers leur cible, Keiji s’occupait de gardiens se trouvant devant lui tout en protégeant Kuuli qui se préservaient pour la future bataille.

Réajustant sa calebasse de sable dans son dos, Keiji essuya le sang qu’il avait sur les mains après avoir tranché la gorge de l’un des derniers gardes qui protégeaient les portes de la salle du conseil en forme d’arène, ou de l’arène qui servait de salle de conseil. Il était temps.

Mais alors que Kuuli parvenait enfin à rentrer dans l’enceinte du conseil, d’autres gardes arrivèrent et alors au coté de ces congénères asaara que Keiji allait devoir combattre, alors que celle qu’il avait identifié comme étant une certaine Mariko créait des murs de sable pour les protéger. Il se plaça à coté de cette dernière, il fallait pouvoir elle aussi la protéger. Faisant exploser sa calebasse directement, il projeta le sable dans la direction d’un de leur assaillant. Une pyramide se forma autour de l’ennemi et rapidement l’empêcha de bouger, sauf que ce n’était pas suffisant, le vent allait conclure l’affaire, chargeant son ennemi il lui trancha simplement la tête avec une épée futon. Le sang jaillit sur le mur, marquant l’ardeur des combats qui se tramaient ici et éclaboussa aussi Keiji. Le combat s’annonçait bien de leur coté, la majorité des gardiens avaient soit péris ou étaient en train de fuir leur responsabilité et cela semblait bien se passer aussi du côté de Kuuli. Du moins, il l’espérait.

Keiji s’exclama en direction de ces camarades :

- Tout le monde va bien ça va rien de casser ?

Tout le monde paraissait en vie, c’était le principal, au pire ils appelleraient Ko par apparition magique si il fallait soigner quelqu’un. Craquant son cou, le jeune errant allant rejoindre le bras droit de la reine, Genji, tout en s’assurant que des gardes ne traînaient pas ci et là. Les deux hommes s’étaient déjà rencontrés par le passé pour un entraînement sous l’égide de Kuuli, il connaissait les valeurs de cet homme. Il s’alluma une cigarette après essuyé le reste du sang sur son visage.

- C’est à toi de leur parler, ils doivent aussi rencontrer le soleil, voir l’avenir. C’est ton rôle.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8814-asaara-keiji-finie
Asaara Ôji
Asaara Ôji

Crown Maker  [Asaara] Empty
Sam 11 Avr 2020 - 19:55
Des Sables Rouges.

Le Sable vint se mêler au Sang et se gorgea de sa teinte vermeille. Des corps de Gardiens gisaient ci et là, vaincus. Leur Résistance était farouche et dénudée de couardise mais ils ne pouvaient faire face, avec leur Arsenal de Métal, à cette Colère. Cette Envie. Cette Volonté de prendre un Destin en main, qui depuis longtemps était bafoué par ces Anciens. Ces Cinq qui, en ce moment même, devaient faire face à la Femme d'Argent.

Princesses et Princes des Sables continuaient leur combat sans sourciller. La Force qui les habitait les élevaient au rang de l'Invincible et ils ne sauraient être arrêtés. Des lances, projectiles, bras et murs de Sable de partout qui prenaient le dessus sur les Gardiens de l'Arène. L'un de ceux-ci se rua vers le Silencieux mais percuta rapidement un mur sableux qui fut érigée face à lui, et, lorsqu'il reprit son état naturel, les lames de l'Affranchi tranchèrent la gorge de l'homme. Son sang se vida rapidement de son corps.

Des Sables Rouges.

Les Enfants du Vent se rassemblèrent peu à peu, alors que le nombre de leurs adversaires diminuait drastiquement. Bientôt, ils auraient nettoyé l'endroit et pourraient enfin rejoindre leur Soeur qui s'en était allée à la rencontre de son Destin. Bientôt, l'Hiver du Désert prendra fin. Bientôt, le Printemps Asaara verra un Soleil nouveau se lever sur Kaze no Kuni.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Asaara Genji
Asaara Genji

Crown Maker  [Asaara] Empty
Sam 11 Avr 2020 - 22:15
Un massacre.

Voilà ce qui était en train de se produire dans le domaine des Asaara.

C’était tout ce qu’ils méritaient, songeait le fils du désert, dont les éclairs fusaient de part et d’autre pour neutraliser les gardiens qui tentaient de leur barrer la route. D’ailleurs, la facilité avec laquelle ils étaient parvenus à entrer démontrait, pour Genji, à quel point son clan était devenu méconnaissable. Il avait désormais la certitude que les vieux croulants ne les avaient pas vu venir. Ou alors ils les avaient lourdement sous-estimés. L’un ou l’autre n’avait désormais que peu d’importance, car leurs sorts étaient scellés...

Genji s’efforçait d’ouvrir le chemin pour sa cousine, Kuuli. Ainsi, après les éclairs, ce fut le sable écarlate sous ses pas qui se soulevait pour neutraliser ses adversaires. Leur adversaire. Ses autres cousins étaient là, tous aussi déterminés que lui, s’efforçant de lui alléger la tâche et de faciliter l’ascension au trône de la future impératrice.

Après avoir neutraliser la première vague de soldats, les enfants du désert eurent quelques instants de répit. Keiji profita pour s’assurer que tout le monde allait bien, chose que les uns et les autres confirmaient, même si la fatigue commençait à se lire sur le visage de certains, dont Genji. Se retrouvant rapidement dos-à-dos avec son cousin, l’homme masqué se vit inciter à encourager les autres. C’était indispensable pour le moral du troupe, et il en avait conscience.

« Ecoutez-moi enfants du désert !

Certains nous ont certes quittés… d’autres nous ont abandonné… trahi… et même vendu ! Mais aujourd’hui nous tous sommes là, nous les véritables enfants du désert ! Chacun de vous ici présent n’est pas arrivé là par hasard : vous avez été choisi ! Vous êtes tous porteur de la volonté du vent, et vous avez tous sans exception été désigné pour défaire ce qui a été fait. Pour construire quelque chose de plus immense.

Grâce à vous tous et tous vos efforts, notre clan va pouvoir retrouver sa force, sa dignité et sa grandeur d’antan !

Alors ne faiblissez pas, enfants du désert ! Avancez, avancez sans ne jamais vous retournez ! Suivons notre soleil et faisons-la briller de tout son éclat ! Pour le clan Asaara ! Pour Kaze ! Pour Kuuli-sama !
» Déclara Genji, avec beaucoup de vigueur.

Alerté par les mouvements des soldats, le fils du désert se retourna immédiatement et franchi le seuil du deuxième hall. Ils étaient nombreux, toujours aussi nombreux, mais cela ne le décourageait pas pourtant.

Alors qu’il commençait à soulever son sable pour lancer les hostilités, une jeune femme qu’il connaissait bien se dressa face à lui.

« Allez-y, soyez sans pitié ! » Lâcha Genji à l’égard de ses cousins.

Un visage sévère derrière son masque, il attendait des explications de la part de la jeune femme.

« Genji. Laisse-moi passer, je n’ai rien à avoir avec vos querelles. »

« Raskreia. Je m’étonne de te voir ici. Les ordres sont clairs, à l’exception des élus, personne ne sortira de ce bâtiment vivant. »



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8297-pour-la-grandeur-de-kuuli#69361
Asaara Fuu
Asaara Fuu

Crown Maker  [Asaara] Empty
Dim 12 Avr 2020 - 16:52
Fuu avait un avantage par rapport aux autres : elle ne pouvait pas être blessée, du moins, elle ne le pouvait pas tant qu'elle pouvait s'assimiler, tout reposait donc dans un équilibre entre attaque et réserve, entre assimilation et non. Mais tout ces cousins sont des êtres ne pouvant perdre leur tangibilité, s'ils sont touchés, alors ils seront blessés, elle devait donc se mettre en avant, mieux vaut que ce soit elle qui prend les attaques, car elle elle peut se retrouver sans blessure. Cela devait probablement étonné les autres, de voir une si petite fille prendre les devants et créé du sable à partir de son corps capable de remplir à nouveau le désert. L'assimilatrice devait servir de protection à son tour, après que sa cousine lui a permis de lancer une attaque en étant sacrifié.

Elle se met devant, car elle devait éviter que ses cousins soient blessés, le sable est déjà souillé du sang de ces personnes qui ont profité de l'apparition des assimilateurs pour prêcher leur mauvaise paroles, leur soi-disant pureté qui n'a fait que du tord à tous ces frères et sœurs qui sont devenus assimilateurs à cause de cette Résonance, et non pas parce qu'ils n'étaient pas purs comme ils étaient si fiers d'avouer devant tout le monde. C'était un grand pas à faire, même s'il devait être destructeurs, elle voulait se battre pour les siens, même si elle devait faire des dégâts colossaux pour faire entendre leur voix.

Et quand elle entra dans le deuxième hall, elle sentit son instinct se réveiller, ses yeux brillaient d'une bestialité qui représentait sa part animale qu'elle n'avait pas réussit à camoufler. Être dans une pièce peu éclairée devait aider à réveiller l'animal en elle, même si elle ne se transformait pas, c'était juste comportemental.

La prédatrice était réveillée, et la chasse commençait.

Celle de ces personnes qui ont fait tant de mal au sien.

_________________
Crown Maker  [Asaara] 1560052146-asaarasigna
Merci à mouton pour le kit o/
♫ Thème ♫
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6652-les-eaux-ont-beau-couler-dans-tous-les-sens-le-sable-restera-toujours-au-fond-presentation-asaara-fuu-terminee#55560
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Crown Maker  [Asaara] Empty
Mar 14 Avr 2020 - 18:52
Les cadavres.

De ses camarades, de son unité, de sa famille, jonchant le désert et recouvrant, maculant la couleur or du sol en une mer carmin. L'odeur commence sérieusement à atteindre ses narines, elle se retient de vomir, inspire et se plante son kunaï dans la jambe pour reprendre ses esprits. Droit, droit vers le sommet de la montagne, d'ou les ennemis du clan bombardent la position des autres groupes. Le clan guerroie, le clan envoie mourir sa jeunesse dorée, le clan broie les individualités pour ne faire qu'une bouillie de pensée commune, comme une seule entité, une ruche ne fonctionnant que par symptôme, par accoue instinctif. Un esprit pour une armée, une biomasse avançant sans se retourner qu'importe les pertes et les morts, les souvenirs sont flous les corps sont frais, le sang coule qu'importe la page qu'elle tourne mentalement. C'est son existence, c'est le système, ce sont les règles. Obéir et mourir, conquérir et jamais fuir, ce sont les règles ce sont ainsi que fonctionnent les Asaara depuis des générations. L'esprit surchauffe, les mémoires s'entremêlent, la montagne prise d'assaut le sable gagne de nouveau grains depuis les os de ses camarades. Les corps disparaissent, dans des sceaux, ceux de ses cousins sont offerts en sacrifice au désert, pour ne faire qu'un avec le pays. Qu'un avec la nation entière du vent. Du sang pour un avenir meilleur, des blessures pour devenir plus fort. Dans l'intensité des combats une génération émerge, coquilles vides ne renfermant aucune âme, des pantins dont les ficelles sont tirés par une poignée d'individus décidant de leur destin à tous. Ne pas protester, être fière d'être choisi pour partir en guerre, pour combattre dans les légions du sable et du clan. Honneur et traditions, modernité rejeté, la bien pensance sur le droit individuel. Tous ensemble unis pour une seule cause.

***

L'Asaara avance, demi-géante traînant un passé qui ne semble jamais l'affecter. Un passé qu'elle n'a jamais décrie, parce que les souvenirs s'effacent devant la seule certitude que l'avenir lui appartient, à elle et ses camarades. Les entrailles de ce temple, de ce lieu dont elle pourrait aisément tout détruire. S'effondrer en même temps que la structure plutôt que de passer sa vie à chercher, à déterrer des cloportes se cachant de sa furie, du renouveau qu'ils semblent tant redouter subitement. La lumière vacille, les torches s'éteignent et de nouveau l'obscurité l'engloutie. Bien loin du vacarme dehors, bien loin des affrontements fratricides elle se retrouve confronté seule, comme toujours, comme depuis le début de son réveil, malgré les compagnons la rejoignant à ses démons. Le visage est presque desséché, le regard vide et absent de toute émotions même négatives. Elle avance, vers une destination inconnue sans se soucier de sa santé ou de son sort. Des bruits dans les coursives, des pas se rapprochant derrière les rangées de statues des anciens dirigeants, des pères fondateurs du clan, de la figure de proue de chaque décennie. Les années défilent, les présences se font plus proche, mais qu'importe, Kuuli traine sur le sol poussiéreuse le cadavre sans tête, le sang coagule, le sang sèche et pourtant toujours laisse des marques derrière, le corps refroidit comme l'atmosphère. Comme sa vision qui semble devenir floue.

-Tu es une abomination.

-Nous écorcherons vifs chacun de tes petits laquais.

Les lames se plantent comme des surins dans le poumon droit et dans le flanc gauche de l'Asaara. Pourtant le sang ne coule pas, le sable lui en revanche est omniprésent, ses deux mains qui s'effritent lâchent le corps flasque et inerte du macchabée pour empoigner par le col et les hisser avec toute la force qui lui reste. Et le corps redevient l'élément que tous manipulent, les traits s'effacent, un monticule se forme et les deux symboles d'un régime inefficace tournent leurs attentions vers l'obscurité d'ou émerge une autre forme. Identique à cette victime, non identique à cet appât. La demi-géante ne daigne même pas leur accorder un regard, les larmes coulent le long de ses joues, s'agenouillant pour saisir une poignée et recouvrir ses mains de sables. Elle ignore le danger et les menaces potentielles, non elle s'en moque éperdument, l'un effectue des mudras l'autre reste pétrifié par ce spectacle que lui offre cette immondice. Kuuli ne fait que porter son index droit contre ses lèvres, se relève et convoque le silence pour l'éternité dans ces couloirs oubliés par le temps. Le monticule change de forme, comme prit subitement de vie, comme animé par une entité propre. Le sable devient lances, les lances fusent, les corps tombent comme des poupées de chiffons qu'on aurait malmenés. Comme un jouet qu'un bambin trop violent aurait prit savamment soin de transperce avec des aiguilles, le sang coule en abondance sur les dalles marbrés. Les larmes continuent de couler, les mains se joignent dans un dernier salut. La haine quitte l'esprit de Kuuli au fur et à mesure qu'elle abat ses cibles, il ne reste que le vide remplissant son être. Non le vide a toujours été présent, la vengeance, la haine et l'envie de rétribution n'étaient que passagères c'est désormais certains.

-Sajako...

Elle repart, allume une clope pour s'éclairer, traînant les trois cadavres par le col d'une seule main. La faucheuse, la justice divine, quel rôle peut-elle prendre? Les migraines s'intensifient, la vision de nouveau se trouble mais comme guidée par une autre présence, les pas la guide vers les tréfonds du clan. Vers l'origine du mal, de son mal? De la corruption rongeant la prospérité. Tout ceci prendrait bientôt fin, personne ne peut véritablement prédire le verdict, Kuuli peut perdre la vie, lasse de devoir se mettre en avant pour les siens.

***

Il court, se ramasse contre le sol, s'éraflant dans sa robe d'apparat, il n'a pas de nouvelles de ses camarades. L'âge ne l'aide pas, derrière lui le monstre qu'ils ont créés. Non que Sajako a formé, de ses mains comme un Dieu créant l'Homme dans l'argile, voilà que la créature se retourne contre les divinités. Voilà que l'Olympe est assiégé par des misérables âmes en peine, il pousse les portes de ses mains, utilisant toute ses forces se fichant guère d'y perdre des ongles, le bruit derrière lui provoque une hystérie dans son être. Enfin il réussit à ouvrir, enfin il peut appeler à l'aide. Sa gorge et sa gueule s'unissent mais aucun son ne sort, devant lui le spectacle est tout bonnement apocalyptique. Les gardes sont à terre, les visages inertes ou privé de vie, la marée révolutionnaire ne semble pas s'arrêter et leurs forces ne sont pas invincibles. Comment en arriver là? Comment n'ont-ils pas prévus ça depuis le temps qu'ils dirigent ces imbéciles naïfs? Sauf si... Sauf si, le temps qu'une théorie traverse son esprit une tentacule de sable s'enroule autour de son torse.

Un cri, la panique, faisant terre et cesser tous les combats, reportant et focalisant l'attention sur cette scène d'ordinaire impossible. Derrière sa figure tremblante émerge l'autre clone de la femme à la chevelure blanche, elle ne parle pas. Lui grogne, pleure et tremble de tout son fragile petit être, elle le devance continuant de l'enrouler avec une tentacule sableuse, puis le traîne malgré ses protestations. Elle avance, marchant parmi les combattants des deux camps adverse, elle ressent ce qu'affronte l'originale, l'air n'est plus tendu. Il n'y a plus de motivation ou de desseins cachés et dissimulés, il n'y a que des traumatismes et des coupables. Il n'y a qu'un seul moyen de gagner la légitimité.

La tentacule s'élève, la gloire déchue continue de vociférer et est projeté directement contre les marches menant au temple. Il tombe, gémit de douleur et pestifère, surement des os de cassés. Mais pire, sa tenue, ses bijoux, ce qui le différenciait de la plèbe est désormais teinté par du sable et salit par cet élément leur donnant leur pouvoir. Peut-être à cet instant comprend il l'ironie de leur folie. Dans tous les cas, il se relève péniblement au milieu des civils, au milieu des partisans adverses loin de ses soutiens. Son air redevient grave, s'enfuir est tout ce qui compte.

-Laissez moi passer vermines! Je suis le conseil! Obéissez! Attaquez ces impies! Obéissez à votre devoir!

Il tente d'écarter la foule.

Loin de sa sécurité, un retour au bas de l'échelle sociale.
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Genji
Asaara Genji

Crown Maker  [Asaara] Empty
Ven 17 Avr 2020 - 19:21
Kuuli avait pris de l’avance sur eux. Grâce à eux. Chacun des Asaara présent dans ce deuxième grand hall de l’édifice du clan des sables luttait pour contenir, neutraliser, et ou éliminer la vague des soldats qui déferlaient sur eux. Genji, légèrement en retrait par rapport aux autres, se voyait faire face à une personne qui lui était bien familière. Une femme qu’il connaissait assez bien, et qu’il s’étonnait de voir au sein de cet arène souterraine. Ce n’était pas une des leurs. Elle n’avait pas leur sang qui coulait dans ses veines. Elle ne faisait entre autres pas partie des « élus ». Alors, qu’est-ce que cette paysanne venait faire ici, si ce n’était pour comploter ?

« Ainsi donc, tu m’espionnais, Raskreia. » Fit-il, d’un regard sombre.

D’abord silencieuse. La jeune femme détourna le regard, et se laissa un moment de réflexion avant de lui répondre :

« En effet. » Reconnut-elle. « Je ne le regrette pas. C’est mon métier. Mais au final cela a -t-il vraiment de l’importance, Genji ? Je n’ai su rien te soutirer. Ni sur votre fanatique de cheffe, ni sur vos sombres projets, ni sur toi. Alors ne perds pas ton temps avec moi, laisse-moi passer et fait ce que tu as à faire avec les tiens. » Reprit-elle, en évitant tant bien que mal un bloc de pierre qui s’écroulait sur elle.

Portant son regard vers le plafond de l’arène, le fils du désert réalisa que celui-ci n’avait pas pour longtemps, et qu’ils devaient par conséquent vite rejoindre la partie supérieure du temple souterrain le plus rapidement possible.

« Tu as choisi ton camp, Raskreia. »

Des projectiles de sable tentait de perforer la mercenaire. Elle les évitait de justesse, et s’efforçait de progresser vers Genji. Elle regrettait que les choses prennent cette tournure, mais elle était bien décidée à se défendre. Une fois suffisamment proche du fils du désert, elle tenta de lui porter une dizaine de coup de poings imprégnés de chakra, mais toutes ses tentatives moururent dans un mur de sable protégeant parfaitement le shinobi.

« Qu’espérais-tu faire avec des coups aussi minables ? »

Après les poings, la femme voulait utiliser ses pieds, mais c’était sans compter sur le sable qui vint s’enrouler autour d’elle sans qu’elle ne s’en rende compte. Chercher à combattre un Asaara au corps à corps, avec des techniques aussi basiques, n’était-ce pas du suicide ?

« Moi, Asaara Genji, bras-droit de l’impératrice Kuuli, te condamne à la peine capitale ! »

Déjà bien immobilisée par le sable de Genji, un lance se forma derrière la jeune femme, venant alors l'empaler pour sceller son sort...

A court d’énergie, le fils du désert chercha à voir où en était ses autres cousins avant de rejoindre Kuuli…

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8297-pour-la-grandeur-de-kuuli#69361
Asaara Ôji
Asaara Ôji

Crown Maker  [Asaara] Empty
Sam 18 Avr 2020 - 2:05
Lorsqu'il avait prononcé ses voeux sacrés à la Femme d'Argent, le Silencieux avait dès lors accepté dans son coeur tous ces Fils des Sables qui avaient décider de la suivre. Car tous étaient rattachés à des valeurs et objectifs qui dépassaient la Vie de chacun. Pour la première fois de sa courte existence, le Vide qui l'habitait s'était empli d'une Force étrangère.

Cette Force était celle qui lui permettait de mener son combat à bien, sans vaciller. La fatigue commençait à gagner les rangs mais en voyant ses frères et soeurs lutter à ses côtés, jamais il ne saurait faiblir. Car jamais il ne saurait les abandonner. C'était sans doute car il tissait des liens pour la première fois que ses sentiments se montraient autant puissants. Un coeur plein de vitalité se cachait à présent sous son expression neutre, lui qui n'avait jamais appris à communiquer ses émotions.

L'incohérence était de taille, mais qu'importe. Les sentiments étaient bel et bien présents.

Lorsque la voix de Guerre résonna derrière lui, il eut à peine le temps d'apercevoir un individu féminin périr des sables de l'Asaara. Alors qu'il vacillait dangereusement, l'Affranchi accouru lui porter son concours, alors même que deux des derniers gardes avaient profité de son moment de faiblesse pour tenter de l'achever. Croire que l'homme masqué serait facile à abattre leur fut fatale, alors même qu'ils se faisaient empalé à leur tour.

Le Silencieux, pendant qu'il aidait son frère à se maintenir debout, observait les autres mettre un terme à l'affrontement. Qu'en était-il de l'Impératrice des Sables ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Asaara Fuu
Asaara Fuu

Crown Maker  [Asaara] Empty
Sam 18 Avr 2020 - 19:12
Une proie s'échappe ...

C'est ce que hurlait l'instinct de Fuu, occupé à faire des ravages physiques sur tout ce qui lui passait sous la vue, ou plutôt, sur tout les proies qu'elle détectait, mais il y en a une, lointaine, qui semblait intéressé la partie bestial de l'assimilatrice. Ses yeux dorées se tournent vers la sortie de la pièce, encore ouverte, elle pouvait sentir dans ses jambes le rythme de course d'une personne en train de fuir, une vibration qui se transmet facilement grâce au sable présent même dans cette pièce, restant d'une lutte alors que le groupement de personne sous le jong de Kuuli remportaient haut la main. Ils ne devaient pas s'attendre à une prise de pouvoir aussi éclatante, et pourtant, le groupuscule est parvenu à prendre le foyer des anciens d'une rapidité et efficacité étonnante. Mais il ne devait pas y avoir de survivant parmi les hautes figures du clan pour que Kuuli puisse avoir les pleins pouvoirs.

Fuu tend sa main, l'assimile pour projeter son bras devenant une masse de sable au loin. Le bras, comme un missile de terre, vient s'écraser sur la jambe de l'ancien qui prenait la fuite. Le vieil homme lâche un cri de douleur, avant que Fuu tracte sa cible jusqu'au bâtiment, de la manière la moins délicate possible, lui faisant prendre tout les obstacles de la route. La jambe avait pris une forme étrange, comme si elle avait tournée sur elle-même et qu'elle tentait de faire une barre perpendiculaire à l'autre jambe encore intact. L'ancien se tourne, dévisageant l'assimilatrice du regard.

- Toi, cette histoire ne te concerne pas l'assimilatrice, tu n'es pas digne du clan Asaara, tu n'es pas de la même pureté que n-...

La main libre de Fuu vient lui saisir le visage, lui coupant automatiquement la parole. Malgré son physique d'enfant, Fuu a un bon niveau en Taïjutsu, de plus, son côté bestial semblait lui conférer une certaine force, une certaine poigne qu'il pouvait ressentir. Le visage de l'homme devait blanc, farineux, il saisissait le bras de Fuu pour tenter de l'extirper de son visage, en vain : malgré ses mains plus grandes que la sienne, sa force d'autan n'est plus, ou alors elle ne rivalise pas avec celle de la bête qu'est Fuu en ce moment.

- Vous vous trompez, c'est vous qui n'êtes plus digne du clan, vous avez séparez notre famille, vous l'avez fait fuir au quatre coins du Yuukan, tout ça pour une question de pureté. Vous avez salit le nom Asaara et rendu Kaze encore plus vulnérable, maintenant, vous en payez les conséquences.

Elle assimile son bras qui maintenait son visage par terre, et c'est tout son visage qui commençait à être envelopper dans du sable, ainsi que ses mains, englober par une masse de sable qui commençait à broyer sa tête. Elle pouvait sentir son corps se débattre, ses jambes tenter de frapper le vide, ses gémissements de douleur qui semblait enchanté son côté bestial, avant qu'un très violent craquement retentisse dans le bâtiment. Le corps de l'ancien, si agité, se calma après quelques convulsions, la prison de sable qui enveloppait sa tête prend une teinte carmin, avant de devenir écarlate. Elle retire son bras de ce qui reste de la figure de l'ancien, ses mains s'étaient détacher de ses bras sous la force de broyage de cette prison de sable mortelle, sa tête n'avait plus forme humaine, on ne pouvait même plus dire qu'elle avait une forme dans cet état chaotique. La main de Fuu redevint normal, entièrement vierge de toute trace d'hémoglobine, si quelque part, cette mort violente lui donnait envie de vomir, une partie de sa personnalité semblait satisfaite, presque heureuse de cette mort qui était méritée pour Fuu. Mais elle se met assise par terre, luttant intérieurement dans une sorte de mélange de sentiments et d'émotions, ainsi que de ressentis, qui commençait à lui donner le tournis.

Après tout, jamais elle n'avait donner de mort avant ce jour-ci, et jamais elle n'aurait pensé que sa première victime serait un membre du clan, même s'il ne méritait plus ce titre.

_________________
Crown Maker  [Asaara] 1560052146-asaarasigna
Merci à mouton pour le kit o/
♫ Thème ♫
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6652-les-eaux-ont-beau-couler-dans-tous-les-sens-le-sable-restera-toujours-au-fond-presentation-asaara-fuu-terminee#55560
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Crown Maker  [Asaara] Empty
Dim 19 Avr 2020 - 13:29
https://www.youtube.com/watch?v=DgUEXe019l0&list=RDDgUEXe019l0&start_radio=1

Il fait froid. Drôlement froid dans ce désert si chaud chaque fois que le soleil se lève, il fait froid au plus profond du pays du vent. Le corps tremble, le sable n'offre aucune chaleur réconfortante, pourtant malgré les températures négatives jamais la pensée de se lever pour s'abriter ne traverse son esprit. Les secondes, minutes et heures défilent étrangement, entre semi-perte de connaissance et le regard guettant ses camarades. Son unité, unis dans cette épreuve et pourtant tous seul face à l'adversité. Certains ne verraient pas le lendemain, ces pauvres âmes finiraient par rejoindre les générations précédentes en apportant le déshonneur sur leurs familles, ils devaient devenir des armes. Devenir de quoi protéger le clan et ses traditions, un discours en boucle qu'on leur crachait à la figure. Jusqu'à perdre leur identité, tous répondaient désormais à l'appel avec un numéro que jamais ils n'oublieraient. Un numéro pour les unir dans une grande addition géante, comme des prisonniers, comme des condamnés ils perdaient jusqu'au nom de famille à l'origine de ces supplices. Les forts vivraient, les faibles disparaissaient, c'était ainsi dans le règne animal et le cycle de la vie, dehors au delà des frontières de Kaze comment était la vie? Parfois N°014 y pensait, était-ce réellement une chance de naître Asaara? N'avaient-ils donc guère le droit à des loisirs et plaisirs comme les autres jeunes du monde entier? Pour ces pensées, le fouet plusieurs fois s'abattit sur son dos forgeant petit à petit un caractère digne de rentrer dans le moule désiré par les instances supérieurs. Ne rien contrôler, se reposer sur la hiérarchie et croire, donner son âme et essence vitale à cette machine dont chaque rouage était parfaitement huilée. Les années enlèvent les émotions, les missions forment au combat et aux adversaires qu'on découvre, aux mensonges devenant vérité, au commandant ayant raison.

***
Il n'y a pas de logique dans cette tristesse, cette façade misérable qu'elle affiche sans pression ni camarades à ses côtés. Elle traîne les cadavres dans les escaliers, le regard vide, elle descend marche par marche vers le dernier endroit qu'elle connaît et certainement là ou se trouve la dernière épreuve. Sa formation s'achève-elle ou commence elle seulement réellement? Les barrières s'écroulent, la réalité et les souvenirs remontent dans une bouillie commune venue du fond de ses tripes. Elle s'en veut, la culpabilité c'est comme ça que le clan fonctionne, non c'est comme ça que Sajako forme ses recrues, brisant ce qui définit un être humain pour que ses pantins soient gentiment dociles et loyaux. Il n'y a pas de haine, la demi-géante se contente de déposer les corps sans vies à l'entrer de la porte qu'elle ouvre du bout de ses mains. Elle laisse l'obscurité l'aveugler, même sans voir cette salle, elle connaît par cœur chaque centimètre de l'endroit dans lequel elle se trouve. Les voix de ses défunts camarades semblent lui murmurer quelque chose, traîtresse, paria, erreur, abomination, rejet de la société. Des insultes, les remords n'y changeront rien. Elle ne lève pas la tête, les bras sont fixés le long de son corps, machinalement par instinct les muscles fonctionnent comme le dernier des anciens a dressé le corps en brisant l'esprit.

-Que fais-tu N°014?

Le salut militaire, il est son adversaire et elle ne peut trouver le moyen de l'attaquer. Sa voix résonne parmi les ombres, son habitude préféré ne jamais se mettre trop en avant, manipuler son monde et mentir à chacun avec des demi-vérités. Son numéro, un moyen de se réapproprier et de la plonger de nouveau dans une époque révolue. Le décors change, l'illusion et le maître de cérémonie se mettent en place. Les années défilent en arrière, les mains de N°014 se pressent contre son crane et elle tombe à genoux. Crier est impossible, elle ne peut agir que quand on lui donne l'ordre. Pour le clan, pour un avenir meilleur et radieux, pour que les siens dominent la scène national un jour prochain. Un mensonge de plus, Sajako n'a fait que d'amasser des expériences à moitié ratés, créant des monstres pouvant éclater à tout moment. Infiltrer le clan comme un scientifique fou avec ses créations, pour un jour prendre le contrôle en blâmant un mannequin de paille. La politique c'est ainsi que tout commence et tout se termine, et il peut tout recommencer ici et maintenant. Lui ôter sa volonté, refaire de cette chose pitoyable une marionnette qu'il contrôle derrière les rideaux. Tout est possible à qui sait agir au bon moment.

-Tu es seule N°014, regarde autour de toi toute ton unité est morte par ta faute. Tu es incomplète sans une formation de plus, tu aurais pu devenir tellement de choses. Et quoi, une crise de nerfs? Un besoin d'attention? Tu veux plus, tu as les yeux plus gros que ce que tu peux picorer. Je pourrai te tuer ici et maintenant petite sotte!

Mais tu ne le feras pas, tu ne peux le faire, la peur se maquille mais reste présente dans le ton d'une voix. C'est comme ça que fut formée N°014 après tout, tuer la demi-géante et après? Pourrait-il affronter tout ceux dehors qui s'en sont remit à l'immaculée? Doucement les mains cessent de triturer cette chevelure blanche, doucement le souffle reprend un rythme moins saccadé. Doucement elle ouvre les yeux, finalement on s'habitue à l'obscurité. Doucement, sur des muscles tremblants elle se relève un sourire béant sur ses lèvres. L'illusion reprend plus fort, la remettre contre le sol, forcer le respect et la torture avec les pire souvenirs. Inventer même ne le dérange plus, tout est bon, tous les moyens sont bon pour parvenir à ses fins. Et c'est là que N°014 se rend compte des similitudes entre eux deux. Elle lui doit beaucoup, c'est ça la vérité après tout ce temps. Elle s'incline en guise de respect, son visage à lui qui se crispe avant qu'il ne manipule la réalité de nouveau.

Tali, Asaara Tali se dresse face à elle. Sa cadette, disparue en mer pour des idéaux, pour une conquête de Kaze. Seule, sans son aînée, seule surement dans la peur, seule à se battre pour ce qu'elle croyait juste. Veut-il la blâmer pour ça? Pas besoin, Kuuli s'est déjà tourmentée depuis son réveil pour la mort de son unique famille. Pourtant le sourire ne disparait pas, pourquoi pleurer de nouveau? Elle l'a déjà tant fait seule, le soir, à désespérer, à errer dans le désert pour pouvoir la rejoindre. Mais, mais désormais et plus que jamais Sajako commet sa dernière erreur.

Kuuli n'est pas Tali et inversement, et Tali n'était pas vraiment seule non plus. Asaara Fuu changea Tali au point de la faire quitter Kaze, Asaara Kuuli, oui tel est son nom. Les numéros n'existent plus, elle est la demi-géante futur impératrice de Kaze et Kuuli n'a rien, n'a plus rien à se reprocher. Elle se rapproche, lui recule et désormais tout devient limpide. Le sang n'a déjà que trop coulé, par sa folie et parce que personne n'osait se dresser contre ce qui est maintenant beaucoup moins terrifiant.

-Tu n'es qu'un vieillard Sajako, tu n'es qu'une relique du passé s'accrochant comme il peut à ses fils pour tirer les ficelles de ce clan sombrant dans la passivité. Tu n'es pas digne de ma colère ou de ma vengeance, j'y renonce officiellement, tu me fais pitié Asaara Sajako. Tu me parles de solitude, mais et toi? Ou sont tes 'amis' ou sont donc tes contacts et tes créations? Ou sont ceux que tu contrôlais? Devenir tant de choses? Je suis Asaara Kuuli Shodai Kogo Kaze, je suis le salut de mon peuple et le symbole d'une nouvelle ère.

La peur change de camps. Il recule, son monde illusoire s'effondre doucement, Kuuli ne cesse d'avancer sans sa direction. Pourquoi avoir peur? Les cauchemars ne sont que des inventions de l'esprit, quand on se réveille d'un mauvais rêve la réalité est tellement différente, tellement plus simple. Sajako n'est plus rien, non il n'a jamais été que le miroir du pouvoir que chacun lui offrait sans protester.

-Je te remercie Ô illustre mentor. Je ne crains désormais plus rien, tu m'as bien si formé que regarde ce que tu as engendré. Ta propre fin, celle de ton époque, me tuer? Tu n'as jamais ôté une vie de tes mains, tu trembles comme une feuille morte Sajako. Tu n'as jamais tué parce que tu ne supportes pas de te salir les mains, c'est pour ça que nous étions là non? Avoir les yeux plus gros que le ventre? De nous deux aujourd'hui, c'est franchement toi qui n'a pas sur terminé ton assiette. Je ne te tuerai pas vieillard, tu n'en vaux pas la peine j'ai tant à accomplir j'ai trop perdu de temps ici.

Elle tourne les talons sans autre forme de procès, elle a gagnée, il ne peut qu'assister impuissant à sa victoire et son couronnement. Il ne peut que bégayer ou vociférer des ordres, c'est à son tour d'être prisonnier de l'obscurité et des fantômes du passé, Asaara Kuuli remonte les escaliers en détruisant chacune des marches de sables dans son passage, traînant de nouveau les trois corps inanimé vers la surface.

https://www.youtube.com/watch?v=1iIa3kpyyTU

***

Il fait froid, il fait froid mais elle tient bon. Depuis sa position, assise en lotus et malgré les rondes de leurs supérieurs N°014 met en place une tactique audacieuse, prête à en assumer les conséquences. Le sable peut réchauffer, elle creuse des tunnels sous le postérieur de chaque membre de son unité et y laisse circuler la chaleur que dégage naturellement leurs corps. Elle laisse ceux maîtrisant les flammes partager avec le reste de son équipe leur talent, elle rassemble au lieu de ne penser qu'à elle. Elle soude des numéros, elle tisse des liens que rien ne pourra détruire. Ensemble ils surmonteront les épreuves.

***
Ensemble ils ont prit le contrôle du clan. L'arène est détruite mais cela ne la dérange pas, elle force son passage parmi les décombres et les débris, elle enjambe les corps sans vie des naïfs n'ayant commis comme crime que d'être loyaux jusque dans la mort. Elle sort du Temple, délaisse les signes du passé pour se retrouver sur les marches y menant. Dans son champs de vision, des dizaines, des centaines d'Asaara parmi lesquels se mêlent ses partisans, civils et survivants du camp adverse. Elle laisse tomber en bas des marches les trois cadavres, jette un regard au quatrième mort en contrebas à côté de sa nouvelle protégée, descend lentement pour sourire comme jamais pareil rayon de soleil ne fut affiché en direction de Genji et Oji, pousse de l'épaule en ricanant Keiji et baisse la tête pour remercier Mariko.

Devant la foule, dans un silence complet. Maintenant les combats sont terminés, c'est maintenant que les grands dirigeants sortent du lot, que les conquérants affirment leurs égides et les politiciens mentent à tout le monde. Mais Kuuli n'est rien de tout ça, elle n'est qu'une femme comme eux.

-La paix, le pardon, la reconstruction. Nous n'aspirons qu'à ça, je ne veux tenir responsable personne d'autre que ceux gisant dans le sable pour coupables, j'enterrerai personnellement et avec tous les honneurs qu'ils méritent ceux ayant rejoins nos ancêtres aujourd'hui.

Elle pose deux genoux au sol et s'incline en direction des indécis, elle qui vient de tuer les têtes dirigeantes du clan quémande le pardon et la bienveillance de son peuple. Elle reste ainsi pendant de longues minutes avant de se relever et de lever ses deux mains en croix vers le soleil et le ciel.

-Moi Asaara Kuuli avec l'appuie et le soutient des braves ayant combattus contre la corruption me nomme à la tête du clan, je me nomme Shodai Kogo Kaze. Et si quelqu'un veut m'en empêcher maintenant, je ne réagirai pas. Je refuse de combattre un membre de mon clan, je refuse de lever la main sur un ou une Asaara de plus, je viens d'une génération ou ceux qui en sont encore vivants ne sont pas nombreux. Nous avons tellement sacrifiés pour la vanité d'une poignée de personne, tellement de vies gâchées pour qu'enfin nous apprenions de nos erreurs. Le clan Asaara mérite mieux, le clan Asaara est fière et ne se soumet devant personne encore moins devant ceux n'ayant pas prouvés qu'ils étaient aptes à prendre n'importe quel décision. Je m'excuse, et moi et moi seule doit être tenu responsable si vous aviez dès à présent une haine ou une rancune contre nos actions. Ne juger pas ceux qui sont derrière moi, ils n'ont fait que m'obéir en leurs âmes et consciences en faisant un choix certes, mais en mettant en danger leurs vies à cause de mon idée. Mon idée pour que tous vivions en harmonie, assimilateurs ou manieurs de sables quelle est la différence? Nous sommes des fils et filles du désert, nous sommes les élus du pays du vent et nous devrions nous entredéchirer pour des querelles aussi ridicules? Pendant ce temps nos adversaires profitent de ces luttes internes pour déstabiliser encore plus notre fière nation! Je dit que cela suffit, je dit que plus jamais nous ne resterons spectateur en acceptant chaque décision quand nous sommes les premiers à vivre et mourir pour et par le sable! Je proclame, moi Asaara Kuuli l'ère du renouveau. Je proclame que plus jamais des enfants seront forcés de combattre, je n'ai jamais et jamais ne le ferais, qu'on me tue si j'ose rompre cette promesse! Jamais je n’enrôlerai de force quiconque! Nous ne faisons qu'un, et je ne saurai blesser celui qui est mon semblable. Ensemble, notre clan s'épanouira, ensemble nous bâtirons un monde meilleur pour les futurs générations, que celui ou celle qui veuille rétablir les mêmes erreurs du passé soit maudit! A l'unissons nous brandirons notre drapeau, vive Kaze! Vive le clan Asaara! Vive les fils et filles du sable!

Son couronnement.

Son peuple.

Son plan d'action.
Revenir en haut Aller en bas

Crown Maker [Asaara]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Désert aride
Sauter vers: