Soutenez le forum !
1234
Partagez

Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi

Aditya
Aditya

Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Empty
Lun 6 Avr 2020 - 20:10
Enterrer les griefs

ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi


Hiver 204, Cité d’Hikari, Pays du Bois.


Guidé hors des murs imprégnés des tensions qu'avait abrité ce sommet par des pas avides de redécouverte, Aditya laissait courir son regard sur les courbures blessées du paysage en ruine qui berçait l’épicentre de la cité, où débits et traces de souffrance s’amoncelaient telles des poisons sur des étoffes de fierté. Un paysage déformé par l’apparition du chapelier, par la Résonance qui avait balayé espoirs, cultures et reliques de cet antique ordre monastique. Ses yeux se plissèrent sous le joug de l’amertume, en étant ainsi à nouveau témoin d'un si douloureux spectacle : car même pour ce natif de la Forêt Millénaire, jamais l'occasion ne lui avait été laissée de poser les yeux sur la Cité Lumineuse lorsqu'elle fut en plein essor, lorsque la vie répandait sa splendeur chez chacun des habitants. Il ne pouvait que comprendre désormais pourquoi ceux-ci avaient cherché à se cacher de leurs pairs, à se terrer au fond de la gigantesque fissure en proie à tant de mystère. Abriter son peuple et le protéger, n'était-ce pas là après tout, le devoir de tout dirigeant ?

Il délaissa un soupir discret, à la pensée que tant d’entre eux n’avaient pourtant d’yeux que pour leur patrie, et étaient incapable d’appliquer ce principe de vie à chacune d’entre elles qu’ils croisaient. Mais alors que les silhouettes des membres de cette assemblée se succédaient dans son dos, quittant eux aussi cette égide passée, l’ascèse se refusa une fois encore à se laisser aller au jugement. Il ne pouvait prétendre être supérieur à un autre, sur le plan décisionnel ou n’importe quel autre. Alors, il laissa ses poumons s'emplir à nouveau de cet air boisé dont il avait été privé pendant tant de lunes, depuis l’aurore du printemps passé ; un doux souvenir qui revigorait d’avantage son être que toute minute accordée à la méditation.

Peut-être y avait-il encore l'espoir d'un renouveau, pour toutes ces querelles passées. Tout du moins, ce fut ce qui traversa l'esprit de cet enfant soleil lorsque ses pupilles éthérées se déposèrent sur la chevelure rougeoyante de Chiwa Aimi qui, visiblement, avait enjoint ses pas jusqu'à l'extérieur de la bâtisse. Un sourire humble accompagna son regard tandis que du coin de l’œil, l'éclat métallique d'une garde demeurée respectueusement à la hanche de l'Intendante de la Roche. Ses yeux, parcourus de veines, donnaient à son regard des airs d’avantage sérieux que celui qu'elle avait démontré lors du débat de plus tôt ; et s'il faillissait à réellement reconnaître la raison de leur présence, lui qui ne détenait que des connaissances limitées sur l'infinité des possibilités du chakra, il ne passa pas plus de temps à se questionner à ce sujet.

Il avisa l'accompagnatrice d'un air bienvenu lorsqu’elle se tint jusqu'à son flanc ; et dès lors, sa voix posée rompit l’écho du silence.

« Serais-ce osé de ma part de demander une audience à votre Intendance ? Je dois vous avouer avoir un sujet dont j'aimerai lui faire part. », déclara-t-il en désignant la Hyûga d'un discret geste du menton. « Notre échange de plus tôt, à l'étage, a confirmé certaines de mes réflexions personnelles : dans le bon sens du terme. Néanmoins, je ne voudrais pas vous importuner ou retarder votre départ. », termina-t-il en accompagnant ses mots d'un geste de la main bienveillant. L'ascèse la laisserait la guider vers sa partenaire, si toutefois l'écarlate accédait à sa demande.




_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Empty
Ven 10 Avr 2020 - 21:50
Les réunions s'enchainaient, chacune avec son lot de surprises. Ce sommet n'était pas ce que Toph s'était imaginé être, c'était certain. Les Pupilles Pâles n'avaient pas encore révéler le secret du retour de Taishi à ses deux compagnes. Il avait demandé de la discrétion là-dessus, et Toph tint sa langue. Gabushi-san était dans les parages, mais pas directement visible. Toph devrait activer son byakugan pour la retrouver, sans doute.

Ce qu'elle fit.

Néanmoins, elle ne se rua pas à la recherche de la deuxième Amazone, car ses yeux aperçurent deux personnes se diriger vers elle. Un homme étrange et mystérieux venait à leur rencontre, menée par Aimi-san. Son appartenance ne faisait aucun doute, c'était un kirijin. Il demanda, courtoisement, une audience. Et Toph serra les poings.

Il y avait des silences gêné, et des silences de réflexions. Ce n'était ni l'un ni l'autre.

Ce silence était un silence de rage et de répression. Pour autant, le Bushido prônait le respect, et courtoisie - même s'il n'exigeait pas d'aimer son prochain inconditionnellement. "Marchez avec moi quelques instants, Kirijin."

Ce ne fut pas long, une vingtaine de secondes. Et ils arrivèrent au sommet de cette petite colline de débris. Des restes d'un temple, ou un tertre. Devant eux, ils avaient une vision des dégâts à la cité Hikari. Une dévastation qui avait enragée Toph depuis qu'elle l'avait vue, et cette rage ne l'avait pas quittée. Quand elle tourna ses yeux vers le Kirijin, elle l'observa jusqu'au tréfond de son âme, comme pour y déceler de la noirceur ou une arrière pensée sombre.

"Ceci aurait pu être Iwa, quand votre nation nous a attaquée. J'aurais toute les raisons de de céder à la colère pour cet acte d'agression, mais je vous écouterai pour une bonne raison. Votre représentante à montré aujourd'hui une volonté d'améliorer les choses et de mettre le Yukan avant son village. Remerciez Kaya-san, car elle a réussi l'impensable, elle a changée mon avis sur les vôtres, et je suis disposée à vous écouter."

Ou du moins, pendant un laps de temps limité. Sa patience ne serait pas infinie, et ce sommet avait déjà fortement énervée certains de ses penchants. Elle avait fort à faire, et le temps lui manquerait très certainement. Pourtant... Pourtant, Kiri semblait l'allié qui serait le plus pratique a travailler avec pour cette chasse aux gardiens et aux bijuus. Peut-être se trompait-elle. Peut-être était-ce un subterfuge.

_________________
Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Empty
Sam 11 Avr 2020 - 14:06


Enterrer les griefs



La coalition avait été proposée par la journaliste du kunai émoussé. Elle avait posé les conditions de l’intégration et les conséquences si traîtrise. Tous se rassembler, prêter la puissance de chaque nation pour se lever contre un même homme que la plupart ne comprenait pas. Cela semblait fou et dérisoire, mais pourtant bien réel. Aimi était la première à se poser des questions, tiraillée entre le désir de venger son père et celui de connaître les raisons qui le poussaient dans ses actions.

Taishi et Toph acceptèrent sans sourciller, ce qui ne l’étonnait pas. Si ces deux avaient du mal à se voir, ils avaient certaines choses en commun qu’on ne pouvait pas omettre. Sazuka eut la bravoure d’exprimer son ressenti et de faire comprendre que Kumogakure passera toujours avant les enjeux du Yuukan. Elle espérait sincèrement qu’ils arrivent à se sortir de leur démon pour pouvoir leur prêter main forte, car ils avaient autant besoin d’eux qu’eux-mêmes. Quant à Kaya, une fois de plus, elle surprit la kunoichi, bien qu’elle ne puisse pas donner de décision sans l’accord de leur supérieur.

La réunion touchait donc à sa fin et la jeune femme avait quitté l’étage du dessus sans oublier les paroles de cet homme qui était venu à elle. La chevelure dorée partageait les inquiétudes de la rubiconde et comprenait qu’elle puisse accorder sa confiance en son ancienne sensei. Aimi lui répondu par un simple sourire, mais très sincère. C’était assez déconcertant, car à chaque fois qu’elle voyait un kirijin, elle ne pouvait s’empêcher de sentir une douleur dans sa poitrine en se rappelant d’un passé tortueux lié à leur nation. Pourtant, ici, présentement, la Chiwa en arrivait à tout remettre en question. Et si le monde ne changeait pas qu’on mal ?

_____________________

Une fois à l’extérieur, les deux kunoichis rejoignirent leur intendante. Les trois femmes profitèrent de ce moment pour échanger avant de se poser dans la contemplation de ces terres désolées. La chunin n’avait pas oublié les paroles de l’Hyûga quant à une aide de leur part et elle était d’accord. La poitrine de l’Eisei nin se gonfla d’air avant de l’expulser doucement. Un processus qui lui permettait de garder son calme et de ne pas se perdre dans la peur. Tout ce qu’elle avait appris aujourd’hui avait été éprouvant, bien que source d’un trésor précieux : la connaissance et le savoir. Bien que perdue dans ses pensées, la rouquine remarqua la présence à ses côtés et n’eut pas besoin de tourner la tête pour la reconnaître. Cette aura bienfaisante et calme détendait les nerfs la rousse.

Mais lorsque sa sage voix passa les barrières de ses lèvres, ses pupilles vermeilles n’eurent pas le choix de se poser sur les ambres de son interlocuteur. Aditya, se prénommait-il, souhaitait avoir une audience avec la pupille pâle. L’irou nin semblait avoir fait bonne impression auprès du kirijin qui souhaitait discuter d’un sujet qui lui tenait à cœur. La kunoichi ferma doucement les yeux, son faciès accompagné d’un de ses doux sourires. Elle hocha de la tête.


« Nous avons encore un peu de temps avant de devoir rentrer à Iwa. Je vais vous guider vers elle. »

Un simple geste de la main dans la direction de son mentor et ils avancèrent doucement vers l’adolescente aux épaules solides. Le cœur de la rousse battait assez vite plus ils se rapprochaient de la princesse du Byakugan. Elle savait ce que pouvait éprouver Toph et l’avait elle-même ressentir et espérait que tout se passerait bien. Une situation délicate qui méritait tout de même des éclaircissements. Une fois proche de l’intendante, Aimi interpella celle-ci sérieusement.

« Toph-san, je suis accompagnée d’Aditya, qui est venu aux côtés de Kaya-sama. Il souhaiterait s’entretenir avec vous et je pense sincèrement que cela serait une bonne chose, d’écouter ce qu’il a à dire. »

Lorsque celle-ci accepta, prenant sur elle ce qu’Aimi salua, elle laissa Toph diriger la conversation et invita l'ascèse à suivre la brune. La Chiwa resta derrière, comme une sorte de garde de corps et écouta ce qu’avait à dire son amie. La mention de l’attaque perpétrée sur la roche fut douloureuse pour chacune. Mais bien que les sentiments obscurs étaient présents, l’Hyûga laissa la lumière s’installer dans son cœur, faisant acte de sagesse. La rubiconde ne jugeait pas nécessaire de prendre la parole pour le moment, laissant les deux ombres échanger. Et qui sait, cela sera peut-être le début d’un nouveau chapitre ?



_________________







Chiwa Aimi

Iwa ♠ Iroujutsu ♠ Patate





Dernière édition par Chiwa Aimi le Dim 26 Avr 2020 - 21:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Aditya
Aditya

Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Empty
Mar 14 Avr 2020 - 11:30
Un sourire franc se glissa sur les lèvres d’Aditya lorsque sa vis-à-vis accepta sa requête avec autant d’entrain qu’elle n’en avait démontré plus tôt, lors de leur échange posé à l’étage de cette bâtisse. Au cœur d’un conflit d’une telle importance, il s’était surpris à apprécier sa compagnie, si courte fût-elle. Alors, lorsque ses pas la menèrent auprès de l’Intendante, il l’enjoigna et tâcha de rythmer ses pas avec la même cadence qu’elle arborait.

Bientôt, tous deux furent rejoins par la silhouette de la Hyûga, dont le visage semblait légèrement crispé par l’agacement, peut-être – ainsi, sans la connaître personnellement, il lui était impossible de supposer les pensées auxquelles elle était en proie. Son regard plana sur l’écarlate qui, adressant quelques mots favorables à cet échange à sa dirigeante, se refusa à les suivre sur le chemin de cette colline désolée. Ainsi, lui adressant un dernier air reconnaissant, l’enfant du bois prit le chemin dicté par la jeune femme, plus que conscient du poids de ses paroles à venir.

Et tel un voile que l’on venait de lever de ses yeux ignorants, la raison de la colère de l’opaline lui fut révélée ; c’était sa présence même, celle de Kirijins, qui avaient éveillé un tel sentiment en elle, nourrissant une rancœur à leur encontre ; mais Kaya, maître des mots qu’elle était, avait tâché d’enliser ne serait-ce qu’un peu ce ressentiment et de démontrer la bonne foi des rejetons de la Brume. C’était là la seule raison pour laquelle elle avait acceptée sa requête. L’ascèse retint un soupir, plus porté par un certain malaise que tout autre chose ; mais il ferait foi de la même indifférence qui avait guidé son âme depuis sa naissance, encore aujourd’hui. Qui était-il pour la blâmer ?

« Je vous remercie. »

Son dos ploya légèrement sous le respect qu'il incombait à la Roche, cette fois-ci porté par la gratitude.

« Je ne suis pas de ceux qui jugent la valeur d’une âme à celle pour qui elle prend les armes, encore moins de ceux qui se complaisent à leur prendre la vie pour de futiles raisons. C'est pour cette raison que je me trouve devant vous ; car pendant ces instants offerts au Sommet, vous m'aviez semblé partager les mêmes idéaux. »

Il laissa un léger silence planer, devant l’inconfort que lui provoquait ses propres paroles.

« À l’aube de cette coalition où les pays du monde se verront forcés de travailler main dans la main face à un « ennemi commun », je ne souhaite pas que cette entraide se termine avec l’achèvement de notre but, si toutefois nous réussissons. J’ai eu l’occasion de discuter avec Chiwa Aimi, votre partenaire, à l’étage du conseil, et cela m’a conforté dans la vision du monde que je chéris. Seules les barrières que nous créons entre nous sont la véritable excuse aux conflits passés et à venir, il n’y a jamais eu d’autre raison que de vouloir dominer l’un pour asseoir sa puissance sur l’autre ; car au-delà de celles-ci se trouvent des êtres qui nous sont tout à fait semblables. »

Il accorda une brève œillade à l'écarlate, restée en retrait telle une garde du corps.

« J’ai pendant de longues années refusé de me mêler des affaire du monde et des hommes, car je ne me juge pas légitime à pouvoir décider de leur sort et qu’en m’impliquant de la sorte, j’aurai perdu, peut-être, l’objectivité de les observer. »

Alors pourquoi le faire aujourd’hui, et devenir shinobi ? pourrait-elle demander. Aditya cherchait encore la réponse à cette question, même si son cœur avait gardé une certaine distance avec autrui, encore en ce jour.

« Je n’ai, une fois encore aujourd’hui, aucune légitimité à faire des promesses au nom de mon Ombre, ni à engager la Brume par mes seules paroles. Néanmoins, je ne souhaite pas alimenter les griefs et la rancœur. Il est impossible d'ignorer le passif de la Roche et de l’Eau, qui ont résulté en la mort d’un dirigeant de l’un et des pertes du côté de l’autre, parfois lors d’un rassemblement tel que celui-ci. Mais, en tant que personne parcourant ce monde pour une si courte durée, non pas en tant que Kirijin, j'aimerai vous le demander, comme une égale devant cette fin que nous partagerons tous un jour ; non pas en tant qu’intendante de la Roche. »

On aurait pu croire qu’il s’agissait d’un discours dicté avec passion, avec la ferveur de défendre ses idéaux et conquérir le cœur de ceux qui l’écoutait – comme Reikan l’aurait fait, sûrement. Pourtant, dans la bouche d’Aditya, il n’y avait eu que calme et humilité, malgré les mots forts qui avaient passé la barrière de ses lèvres qu’il gardait close, d’ordinaire. Plus que l’entente entre ces deux factions – car ça n’était pas là une alliance qu’il s’apprêtait à demander, plus que conscient de l’impossibilité d’une telle chose aujourd’hui – c’était la première pierre à l’édifice d’une paix future qu’il lui proposait de forger, si toutefois Hyûga Toph acceptait de rejeter sa rancœur pour ses pairs. De tous ceux présents à ce conseil, elle s’était montrée la plus ouverte à l’échange, entre les Nuages et le Feu Impérial qui rejetaient la faute sur l’opposé et prenaient en otage la liberté des uns pour sécuriser la leur. Cet homme – l’Éclair Vert, avait montré les mêmes qualités que l’opaline, à son sens. Peut-être disposerait-il d’un peu de temps avant son départ pour lui échanger quelques mots. Mais présentement, c’était à elle qu’il s’adressait.

« Seriez-vous prête à ce que nous enterrions nos griefs, pour plus de temps que la guerre dans laquelle nous venons de nous engager ne menacera nos simples vies ? Le sang a déjà bien trop coulé lors de notre Histoire, et je ne souhaite rien de plus qu’aucun autre ne coule, qu’importe à qui il pourrait appartenir. », déclara-t-il. « Je ne vous propose point de vous allier ; votre réaction de plus tôt m'a montré la réticence avec laquelle vous envisagiez seulement de parler à un kirijin, et les moyens me manquent d'avancer une telle chose sans l'absence de l'Ombre de l'Eau ; une telle proposition serait invraisemblable, aujourd'hui. », glissa-t-il sur un ton teinté d'une part de regret, mais aussi de réalité. « Néanmoins, je demeure convaincu qu'il existe plus de bienfaits à cesser ces conflits et admettre les torts que nous partageons qu'à les poursuivre, au risque de voir naître ce chaos que vous avez décrit lorsque notre quête face au chapelier ait cessé. »

Une nouvelle fois, le blond abaissa légèrement son visage vers le sol, laissant quelques mèches d'or voiler son regard, le temps d'une seconde.

« Merci de votre attention. »


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Empty
Mer 15 Avr 2020 - 21:48
La Princesse Hyûga écouta attentivement. L'Homme était bien différent de l'image de barbare auquel elle s'imaginait.

...

Elle se tourna et regarda Aimi. C'était non nécessaire, puisqu'elle avait le Byakugan et qu'elle la voyait déjà, néanmoins le geste était important dans son intention. Qu'en penses-tu ? C'était une question sans la formuler.

L'Intendant réfléchissait et pris son temps. Ce n'était pas aussi simple que le rejeton de la brume semblait laisser entendre.

Toph était divisée. Bien entendu, elle adorait personnellement la baston. Idéologiquement, elle comprenait que ce n'était pas un optimum sociétal que d'être tout le temps en guerre. Elle abhorrait les pertes iwajins, et pouvait comprendre que personne ne voulait perdre des siens. Pour autant... pouvait-elle faire confiance à cette société ? Pouvait-elle faire confiance à ce village qui avait attaqué Iwa par deux fois ? La nature des shinobi se terrait dans la violence et la domination. Sortir de ce schéma était impossible.

Pourtant, il fallait essayer.

Enterrez les griefs est ardu. Allez expliquer à la veuve qu'elle n'obtiendra jamais justice. Mais je suis prête à donner à Kiri l'occasion de montrer sa bonne foi dans cette collaboration. Voir peut-être à ouvrir la voie au commerce entre nos deux nations.

Iwa était un village commerçant, après tout. Toph elle-même avait une petite société de vente et d'achats de parchemins par correspondance. Elle avait tenté de commercer avec Kumo, de par le passé - sans succès ! Peut-être que Kiri serait un peu plus efficace ? La Hyûga ne se donnait pas l'espoir de faire de plantureux bénéfices non plus, mais elle savait compter sur la négoce passive des Iwajins pour s'en retrouver grandit par cette échange. Et le commerce était la meilleure façon de faire la paix au jour le jour.

Et comme je n'attends rien sans rien, je fais aussi faire preuve de bonne foi. Nous avons des kirijins dans nos geôles. Je serais enclin à un échange d'embassades en vu de les faire libérer.

L'Intenda parla. Et attendait la réponse de l'Homme. Est-ce que son mizukage savait-il seulement que de ses compatriotes avaient attaqué Iwa ? Certes sous les ordres de Mamushi, mais les relâcher aussi simplement aurait été un suicide politique. Toph aurait besoin d'une forme de reconnaissance de la part de Kiri pour pouvoir le justifier. La coalition pourrait être un léger argument, mais ce n'était en soi et par soi-même trop faible.

C'était néanmoins une concession.

_________________
Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Empty
Dim 26 Avr 2020 - 15:34





La rubiconde était plutôt contente que l'ascèse souhaite s’entretenir avec la pupille blanche. En effet, elle avait gardé une bonne impression de cet homme de la Brume et elle sentait que ce futur échange pourrait terminer sur de bonnes choses. Aimi comprenait ce que pouvait ressentir la princesse Hyûga, beaucoup de souffrance nourrissait les lignes de la vie des deux iwajins. En connaissance de cause, les paroles de la médic étaient donc d’autant plus pertinentes qu’elles voulaient convaincre son intendante. Elle savait que celle-ci accordait une grande confiance en la kunoichi et que c’était sûrement pour ses talents et celle-ci qu’elle était présente à cette réunion secrète. Durant ces moments-là, la douce avait l’impression d’endosser une sorte de rôle de conseiller. Quelque peu en retrait, la rousse restait tout de même à proximité pour écouter l’échange et tenir son rôle d’accompagnatrice. Les mots de Toph étaient sûrement difficiles et Aditya devait se faire force pour comprendre et ce fut ce qu’il fit, arrachant un maigre sourire sur le visage de l’Eiseinin.

Ce fut alors à son tour de se prononcer. La raison de sa présence se reflétait à celle pour laquelle la Hyûga avait accepté sa requête, le partage de mêmes idéaux qui aspiraient peut-être à un quelque chose de plus grand. En l’écoutant parler, Aimi se retrouvait un peu dans la chevelure dorée, ce qui lui donnait encore plus envie d’échanger. Étrangement, elle qui ne voulait pas particulièrement prendre part à l’échange, ne détachait pas ses pupilles vermeilles de la silhouette du Kirijin. La Chiwa fut satisfaite à la suite de ses mots qui se corrélaient avec sa façon de penser. Un monde qui s’alliait pour une même cause devait-il forcément se séparer à l’accomplissement de la quête ? Pas pour la combattante et elle était d’accord que c’étaient les barrages mis en place par chacun qui empêchaient d’aller vers l’autre. Ces barrières étaient construites sur la souffrance, le sang, le chaos, alors la rousse pouvait comprendre qu’il était difficile de les relever et d’accorder sa confiance. Touchée par ses mots, la chunin découvrait aussi qu’elle n’était pas la seule à se forger cet avis, et que même avec un passé houleux, on pouvait avoir de belles surprises et d’agréables rencontres, qui la réconfortaient dans ce qu’elle aspirait du Yuukan.

La puissance pour la puissance, c’était une vision qui n’allait pas à la jeune femme, mais elle savait que tenir un pays au-dessus de l’eau nécessitait une force de pouvoir et des épaules solides. L’œillade dorée se rendra compte que la kunoichi continuait de l’observer, un petit sourire aux lèvres. Il avait le monopole de la parole alors l’attention était bien évidemment sur lui après tout. S’il avait évité de se mêler au monde, en se présentant de la sorte à la Roche, Aditya venait pourtant de faire un pas qui aura sûrement une importance capitale dans les futures relations qu’entretenaient l’Eau et la Roche, qui étaient alimentées actuellement par un passif conséquent. Pourtant, il était convaincu de ce qu’il souhaitait, sa requête semblait évidente pour Aimi, car elle le comprenait plus que quiconque.

À Iwa, on aurait dit qu’il venait de poser la première pierre des remparts qui protégeaient la cité. La question était : allait-il y déposer le ciment et tendre l’autre pierre ? Et bien oui. Il était évident que l’homme qui se tenait aux côtés de l’intendante aspire à un avenir sans coulée de sang et violence injustifiée. Enterrer les griefs était une requête osée et difficile à accepter. Même pour la kunoichi, elle ne savait pas si elle pourrait oublier tout ce qu’elle avait subi en raison des Kirijins. Mais ils avaient aussi souffert, et elle était de ceux qui pensaient que la violence n’engendrait que la violence, que la vengeance ne fait qu’animer la vengeance et qu’il s’agissait alors d’un réel cercle vicieux. Une alliance serait sûrement mal venue en l’état et sans la présence de l’Ombre encore moins. Mais poser cette pierre était une bonne idée et que les bienfaits sur le long terme seraient présents.

Il était certain que ce discours était bien différent de ce que pouvaient penser bon nombre d’iwajins. La kunoichi fut surprise de voir son amie bien qu’intendante représentée aujourd’hui, se retourner vers elle. Elle comprit dans son regard qu’elle voulait avoir son avis sur la situation. La Chiwa ne voulait pas se prononcer pour influencer sa réponse, pourtant, le regard brillant et le sourire qu’elle afficha sur son visage suffiraient à lui faire comprendre.

Oui, il fallait essayer, Toph.

La Hyûga s’exprima alors de la bonne manière, on ne pouvait pas faire table rase de tout ce qui s’était passé. Mais la bonne volonté de la représentante de Kiri ainsi que son accompagnant poussaient à accorder cette requête. Ouvrir une voie au commerce était là un bon début et représentait bien la dynamique de Tsuchi no Kuni. L’adolescente aux robustes épaules proposa, en gage de bonne foi, de leur rendre les kirijins dans les geôles de la Roche. Les poings de la rousse se fermèrent par automatisme. Cela lui rappela alors l’attaque orchestrée sur Iwa il y a quelques mois. Si ces hommes s’étaient présentés sous la manipulation de Mamushi, elle ne pouvait oublier qu’elle avait perdu son père dans cette attaque. La rousse s’approcha doucement, une lueur de tristesse reflétant ses pupilles intenses et rouges.


« Si je peux me permettre… Je soutiendrai les décisions de l'intendante de la Roche, mais je salue votre courage et vos convictions qui me ressemblent en beaucoup de points. Si Toph-san accepte de poser cette pierre que vous lui tendez, alors il en sera de même pour moi, bien que je ne suis sûrement pas plus légitime qu’un autre.

Nous avons beaucoup… perdu… il y a quelques mois et je pense qu’il serait important, avec la proposition de Toph-san de pouvoir ouvrir à un échange, une rencontre avec l’Ombre de Kiri, mais je suppose que vous aviez déjà en tête cela. Je m’engage à être présente si c’est nécessaire.
»

Une petite esquisse se dessina sur ses lèvres rosées, s’il fallait qu’elle en soit, elle le fera. En grandissant, l’avis qu’elle se faisait sur les pays avait changé et elle se rendait compte que les gens étaient souvent nourris par une pensée commune et que cela bridait sur ce que pouvait aspirer un homme comme Aditya.


_________________







Chiwa Aimi

Iwa ♠ Iroujutsu ♠ Patate



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Aditya
Aditya

Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Empty
Mer 29 Avr 2020 - 19:50
Un sourire humble prit place sur les lèvres d’Aditya lorsqu’il entendit les paroles de l’opaline. Une ouverture du commerce était tout ce qui pouvait être désigné par leur conversation ; un accord simpliste, où le minimum de confiance était requis mais qui pourrait permettre de voir s’ouvrir devant eux les voies d’une entente plus ferme et décidée entre les deux nations, pour peu que les maux soient laissés aux morts et aux regrets.

« Cela me semble être une très bonne idée. J’en ferai part à notre Ombre au cœur d’une missive ; il me faut demeurer à Hayashi quelques temps afin de remettre la position de Kiri sur la coalition au Daimyo, et ce en mains propres. »

Néanmoins, l’expression apaisée qui trônait sur les traits de l’ascèse laissa bien assez tôt place à l’incertitude, dès qu’elle proposa une nouvelle clause à cet accord n’ayant pour but que de perpétuer la paix du monde au lendemain du conflit les opposant au Chapelier ; celle de libérer des enfants de l’Eau détenu au cœur des geôles de la Roche. Entre surprise et incompréhension, il devait avouer n’avoir eu vent d’aucune information de ce genre ; Kaya les aurait partagés avec elle si toutefois elles existaient, ne serait-ce que pour lui éviter la gêne présente de devoir faire face à une situation pareille. Deux bras vinrent se croiser sur son torse en signe de réflexion, tandis qu’il fouillait ses souvenirs à la recherche d’une quelconque raison que ce soit qui pourrait expliquer leur emprisonnement. Mais il fut contraint de ployer devant la réalité : le feu de la guerre n’avait pas agité les relations entre ces deux nations depuis bientôt trois années ce qui, en temps d’un tel climat de guerre ambiant, relevait simplement du miracle.

Mais lorsqu’il vu la Chiwa se rapprocher de leur position et éveiller à nouveau sa voix à la discussion qui prenait place, l’enfant du bois décida de plaider le silence, ne serait-ce que pour quelques instants ; car peut-être qu’au cœur de ses paroles se trouveraient la raison derrière tant de questionnements intérieurs. Néanmoins, il n'en fut guère. Mais son discours, à défaut d'explication sur sa confusion, était porté par un intérêt profond pour sa proposition d'enterrer la hache de guerre – ou tout du moins, de la poser au sol sans l’enserrer à nouveau d’une poigne vengeresse. L’ascèse ne put que lui adresser un signe de tête respectueux, à la fois pour ses mots revigorants et sa tempérance.

Alors, au fait de son impossibilité d’éclairer ses pensées diffuses par les indices laissées dans le sillage de leurs dires, Aditya redressa son regard éthéré au cœur des pupilles de Hyûga Toph et, adressant un coup d’œil à la rougeoyante qui se tenait non loin d’eux, réagit à leurs paroles. S’il en croyait ce qu’avançait Aimi, la Roche semblait avoir amorti le choc d’un évènement néfaste, quelques mois auparavant. Il tâcherait de l’avoir à l’esprit en s’adressant à nouveau à elles.

« Je tâcherais d'inclure cela dans ma lettre, et glisserait quelques mots à Yuki Kaya afin qu'elle appuie cette idée. Je vous transmettrais bien évidemment sa réponse, que j’espère positive. Peut-être cela découlera même à une rencontre vouée à ne pas répéter les affres du passés entre vous deux – c’est ce à quoi j’aspire, en tout cas. », glissa-t-il sur un ton humble, comme pour prévenir la tranchante sincérité qui succéderait à ces paroles.

Retenant un soupir frustré, il poursuivit le dialogue en rapportant sur le devant de la scène la question des prisonniers de la Brume ; il devinait, rien qu’à l’ombre que sa méconnaissance sous-entendait, qu’il s’agissait là d’un sujet des plus épineux.

« Détenez-vous ces Kirijins depuis le meurtre de quatre des vôtres en l’an 201, peu après les évènements tragiques ayant suivi un sommet de ce genre ? À ma connaissance, aucun échange de feu n’a eu lieu entre nos deux nations depuis lors – et bien que je ne veuilles m’avancer sur le savoir de ma partenaire, j’ai foi en notre diplomate pour m’avertir du contraire si cela avait pris place, avant que ce sommet ne débute. »

Par ces simples mots, Aditya trahissait certainement son ignorance. Mais elle n’était qu’honnêteté, dénuée de ces faux-semblants dont la diplomatie était d’ordinaire pavée et florissante. Cela n’avait pas sa place dans le cœur du blond.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Hyûga Toph
Hyûga Toph

Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Empty
Sam 2 Mai 2020 - 11:37
Aimi, Aimi, la parfaite petite Aimi qui malgré ses émotions soutenait mordicus son ancienne chef d'équipe. Top eut un sourire. Puis elle écouta le Blond. Une fois de plus, Kiri ne pouvait prendre de décisions finales sans leur kage. Il aurait mieux fait de se déplacer lui-même, selon l'Intendant. Ils avaient bien parlé mais n'avaient encore rien acté. Intérieurement elle pesta.

Le Blond posa ensuite une question s'il y avait encore des prisonniers de longue date dans les prisons Iwajins. Toph n'en savait, en vérité, pas grand chose.

Hmm cela date avant que je ne sois genin, je devrais vérifier. Je ne pense malheureusement pas qu'ils soient en vie. Ce que je sais, par contre, c'est que le... sabre à pouvoir a été retourné aux Kirijins lors du tournoi de Kaze par un de mes cousins.

Elle avait assisté à la scène, à l'époque. Personne n'avait vraiment fait attention à la petite Hyûga, et elle avait espionnée à outrance tous les participants importants du tournoi - en particulier les Kirijins sous une tente - mais également leur rencontre avec son énigmatique cousin. Un cousin qui avait pris sa retraite depuis, laissant toute la place à Toph pour qu'elle prenne son envol. L'Histoire l'avait oublié lui. L'Histoire l'oublierait-elle également ? C'était probable et amusant. Toph ne courrait pas derrière la renommée ni la célébrité. Elle ne désirait que le bien d'iwa, et protéger les Tsuchijin. Cela avait été sa deuxième promesse de Bushi.

A l'époque, elle s'était demandé ce que manigançait Takumi. Rendre une telle arme, sans l'accord de son chef ? Cela avait été une trahison, en quelques sortes. Car Kiri était l'ennemi. Kiri avait tué des siens, et Takumi avait fait comme si tout avait été oublié ?

Mais le fil de ses pensées s'égarait.

Le Blond semblait en avoir terminé avec ses commentaires. Et la patience de Toph arrivait au bout, de toute manière.

Bien, tenez-nous au courant. Je ne vous retiens pas plus longtemps, Homme de la Brume. Aimi-san... peux-tu jeter un coup d'oeil à ma main avant que nous ne retournons à Iwa ?

Toph avait ainsi donné congé à Aditya de manière un peu sèche. C'était tout ce dont son humeur du moment lui permettait. Car la rage était bien entendue toujours là. Bouillonnante, à fleur de peau. Toph faisait preuve d'un semblant de sang froid alors que du magma figuratif coulait dans ses veines et résonnait à ses tempes.

En finir aussi vite avait donc été une nécessité. Au diable la bienséance diplomatique, elle avait déjà fait suffisamment d'efforts.

Elle tendit sa main ensanglantée vers Aimi-san. Aimi-san, une eisenin de premier ordre, mais pas que. C'était son ancienne élève, sortie avec tous les honneurs de son équipe. C'était une kunoichi efficace, terriblement forte. Et, avant toute chose, c'était un être humain. On l'oubliait souvent, mais c'était un corps, un cerveau et des émotions. Avoir son accord pour tendre la main à Kiri ? Cela signifiait pas mal pour Toph.

Cela signifiait vraiment pas mal.

Son ordre tonna, impératif, en désignant la main tendue dont le liquide vitale ambré coulait lentement au sol.

Laisse la cicatrice et la douleur.

Car jamais Toph ne voudrait oublier sa promesse, et elle comptait sur cette marque pour s'en rappeler à chaque moment de sa vie, que de sa main elle avait promis l'impensable et s'était avancée plus qu'aucun kage n'avait osé le faire. Toph avait pris les choses en main.

_________________
Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Toph1_1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3493-hyuga-toph#26646 https://www.ascentofshinobi.com/t5136-hyuga-toph-jishin-master#40301
Chiwa Aimi
Chiwa Aimi

Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi Empty
Sam 2 Mai 2020 - 13:53





L’ascèse semblait d’accord avec cette idée de route commerciale, une petite pierre en plus placée sur un grand édifice à l'orée de sa naissance. Les mots de Toph vis-à-vis des hommes de Kiri enfermés dans les geôles de la Roche prirent au dépourvu le blond qui fit place à un silence de plomb. Celui-ci ne devait pas vraiment comprendre de quoi voulait parler la pupille pâle. S’enfermant dans une réflexion intime, la kunoichi se rapprocha d’eux respectueusement. Durant ce laps de temps, Aimi avait fait monstre de ses sentiments et de ses souffrances pour voir plus loin, pour penser à cette cause qu’elle visait comme objectif. Donner une sorte d’accord à ce qui se profilait entre les deux présences, deux nations marquées par les pertes et la douleur, découlait d’une mûre réflexion. Avant de prendre la parole, la rubiconde leva son visage vers le ciel recouvert et sourit tristement. Prenait-elle la bonne décision ? Son père lui avait toujours dit de suivre ce qui semblait juste, et de toujours respecter ses valeurs. Alors, elle s’adressa à l’homme faisant une tête de plus qu’elle, avec douceur et respect et une pointe de tristesse dans sa voix. Pourtant, elle aspirait vraiment à quelque chose de durable et de grand dans ses mots. Aimi aussi venait de poser sa pierre à ce début de construction.

La suite de ses paroles fit doucement sourire l’Eiseinin. Elle se contenta de hocher de la tête, après avoir repris une posture plus en retrait. C’était une bonne chose, la Chiwa le sentait, il le fallait. La question concernant les kirijins résonna alors. C’était légitime qu’il s’interroge sur ce fait et la rousse avait évité de raconter ce qu’il s’était passé, ne sachant pas si c’était vraiment le bon moment. Il ignorait vraiment ce qu’il s’était déroulé sur les terres de la roche, à l’entendre, mentionnant l’événement de 201 qui avait été très éprouvant aussi par ailleurs. Son attention se porta sur l’Hyûga, attendant patiemment de savoir ce qu’elle allait conter. Mais l’ignorance en était de même pour elle, n’étant même pas certaine qu’ils soient encore en vie. Elle mentionna l'existence d’un sabre à pouvoir que la jeune femme ne cernait pas vraiment. Sûrement un lien avec ces kirijins de l’époque... L’enfant aux lourdes épaules semblait vouloir en terminer avec cet échange. Les muscles du rubis se tendaient légèrement, espérant que son amie ne craque pas. Un peu sec et direct, l’Irou nin sentait qu’elle allait devoir rattraper au vol ces mots qui n’étaient que reflet de ses sentiments d’être humain.

Sa main ? Le regard vermeil se posa sur une peau ensanglantée. Elle soupira alors et lança un regard presque sermonné à son intendante. La Chiwa s’abaissa alors, ployant un genou devant son intendante et posa une main sur le côté de la sienne, se voyant à son tour tâchée du liquide rougeâtre pour maintenir la paume ouverte. C’était sûrement dû au coup porté sur la table, si intense, si significatif et lourd de sens. Après l’art incantatoire réalisé, une aura verdoyante émana pour venir caresser sa paume blafarde. La demande de la pupille pâle fit sourire Aimi. Elle referma la plaie suffisamment pour que le saignement se stoppe, sans pour autant tout faire disparaître. Prenant sa main au creux des siennes, elle vint apposer ses lèvres sur celle-ci, juste un simple contact qui marquait l’affection qu’elle lui portait et le respect ainsi que sa fidélité pour Iwa. Elle recula ensuite.


« Toph-san… Vous commencez à me ressembler un peu trop… Mais la prochaine fois, ne restez pas avec une telle blessure sans soin administré, c’est en pleine forme qu’on a besoin de vous. »

La douleur diminuera avec le temps bien évidemment, mais si elle souhaitait s’en souvenir pour le moment, qui était-elle pour le refuser ? En se relevant, la doucereuse posa un regard sur sa jambe marquée par la blessure de Tetsu. Elle aussi avait décidé d’en garder les marques. Aimi s’inclina alors pour laisser son intendante à ses pensées et se rapprocha d’Aditya qui s’était sûrement mis en retrait devant cet échange. Elle se racla la gorge et leva son regard intense vers ses pupilles dorées.

« Je pense savoir que pour vous aussi, cela n’a pas dû être facile et que votre décision de venir faire cette requête auprès de Toph a été lourdement réfléchie. J’espère que vous ne lui en voudrez pas pour ce qu’elle transparaît, je sais qu’elle fait de grands efforts et qu’elle sait que la cause qu’on aspire est très importante pour nos nations. » Un doux sourire se dessina sur son visage, à l’attention de cette personne qu’elle ne connaissait que de son armoirie et de son nom, mais qui pourtant méritait tout son intérêt. « J’espère que nous aurons l’occasion de nous recroiser pour pouvoir échanger plus amplement. Merci Aditya. »

La kunoichi inclina sa tête très respectueusement. Elle attendit un peu pour connaître sa réponse et finira par quitter les lieux, elle voulait visiter un peu Hikari avant de quitter le pays. C’était une manière pour elle de mieux comprendre la situation dans laquelle ils se trouvaient après la résonance et ô combien les cicatrices étaient encore bien présentes.


_________________







Chiwa Aimi

Iwa ♠ Iroujutsu ♠ Patate



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037

Enterrer les griefs — ft. Hyûga Toph & Chiwa Aimi

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Événements :: Intrigue n°10 : La lutte qui nous attend
Sauter vers: