Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'ombre d'un renouveau

Itö Luna
Itö Luna

L'ombre d'un renouveau Empty
Mer 8 Avr 2020 - 3:17



C’était un lourd choc à la tête qui me fit reprendre conscience. Ouvrant les yeux, je ne pouvais apercevoir le monde qui m’entourait, seul le noir était de visu. Pour le reste de mes sens, c’était le contraire total. Les chocs se faisaient aussi bien entendre que ressentir physiquement et vous me protéger instinctivement le crâne, je remarquais que mes mains étaient ligotées avec ce qui me semblait être un bout de corde. « C’est quoi ce bordel, putain! » M’exclamais-je haut et fort. Choquer encore et encore, je pouvais sentir mon crâne exploser de l’intérieur. « Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! » Criais-je une nouvelle fois furieusement. C’était qu’au bout de longues minutes de souffrance perpétuelle que j’arrivais à analyser ce qui était en train de se passer autour de moi. J’étais en train de me faire kidnapper !

Les indices étaient très clairs une fois l’effet de surprise passé. Cagoule sur la tête m’empêchant toute vision sur l’extérieur et mes ravisseurs, entraves aux niveaux des mains et des jambes et se bruit de roues qui m’indiquaient que nous étions en plein mouvement, surement sur une charrette fonçant à toute allure sur une route de terre. Pour le dernier, c’étaient les énormes bosses sur le cuir chevelu qui me l’informait. « Si vous avez des couilles, détacher moi ! Bande de sous-merde, je vais vous exploser ! » Bon, pour se faire, je devais me libérer de ses foutues cordes. Essayant de faire abstraction des chocs qui m’importunait, je me concentrais du mieux que je pouvais pour créer une lame de cristal dans mes mains. Mais rien ne venait… « C’est quoi ce bordel de merdeee ! »

« Hé, oh ! Si vous pouvez faire moins de bruit, le voyage ne se déroulerait qu’en mieux. » La voix grave et granuleuse m’indiquait que j’avais à faire à un homme et à un vieil homme plus précisément… Comment j’avais pu me faire avoir par un individu plus proche de la mort que moi ? « Si tu me libères le vieux, je te laisserai en vie ! » Cette phrase sonnait bizarrement comme un mensonge dans ma tête, mais c’était ma seule solution sur le moment. « Oh et bien j’en suis honoré, mais on m’a confié une mission et je la respecterais. Pour se faire, vous allez vous rendormir, je vous souhaite donc un bon repos. » Comment ça, j’allais me rend…orm…..i……..

« C’est l’heure de vous réveiller ma chère… » Ouvrant de nouveau les yeux, les rayons du soleil éblouissait mes sombres pupilles. « Putain ! » M’habituant progressivement à la chaleur des flashs, ma vision me laissait percevoir ce qui se présentait autour de moi. Au milieu d’un vaste terrain vague, j’étais assise sur une simple chaise en bois. Tout autour, je pouvais voir les cimes des arbres environnants. Le son d’une cascade se faisait aussi entendre derrière moi. Et en face, un homme, d’un âge avancer me regardait fixement, sans même bouger d’un sourcil. Portant une longue robe, il s’appuyait sur une aussi vieille canne que lui. Ses cheveux grisonnant cachaient à moitié ses yeux qui se plissaient tellement que je pouvais avoir un doute sur leurs états d’ouverture ou de fermeture. « Tu es mort, vieux croûton ! »

« Hé bien, hé bien, elle m’avait dit que vous étiez agressive, mais je ne pensais pas que cela était à se point. » Continuant à regarder mon environnement, je remarquais que trop tard l’immense sceau qui se trouvait en dessous de moi. Mesurant une dizaine de mètres, j’étais positionné en son centre. « Je me nomme Kyzuhen et je serais votre pire cauchemar durant un temps que j’aurais moi-même décidé. » Les vagues d’odeurs qui arrivaient sur moi, laissaient deviner un soupçon d’iode. « Avant de vous expliquer les raisons de votre présence, je tiens à vous signaler que vous vous situez sur l’île Spherum. Longeant la côte de Tsuchi, nous sommes à environ six jours de voyage jusqu’à la capital. L’île est également surnommée l’île des Sphenodon pour une bonne raison, c’est le dernier habitat naturel à cette espèce de lézard très dangereux, alors surveiller bien vos alentours. Le sceau que vous voyez au sol vous empêche d’utiliser vos capacités uniques Shôton, les lieux en sont d’ailleurs rempli. Maintenant que vous savez l’endroit, vous devez connaitre la raison et pour cela, je vais citer littéralement la personne qui m’a mis à votre garde : Elle a un potentiel énorme, mais ne sait pas se contrôler. Maître, je vous charge de la remettre dans le droit chemin et de me la renvoyer une fois sont évolution acquise. Intendante d’Iwajin, Hyûga Toph. »

« Oh la sal***, vingt heures ça ne lui suffisait pas en fait… »

_________________
L'ombre d'un renouveau 1529
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77592 https://www.ascentofshinobi.com/t7115-the-sound-of-a-birth
Itö Luna
Itö Luna

L'ombre d'un renouveau Empty
Mer 8 Avr 2020 - 19:07



Deux jours… C’était le temps qu’il m’avait fallu pour calmer ma rage envers le monde. Deux journées à hurler, insulter et à m’agiter dans tous les sens pour essayer de me sortir de cette foutue chaise qui m’avait finalement servi de lit. Le vieux croulant était quant à lui rester, devant moi, à m’observer dans un silence de mort et sans même bouger un petit doigt. « Bon, je crois que j’ai compris le message, le vieux. » Et à ses mots, la canne en bois bougea d’un soupçon de centimètre en avant. Et puis sans un mot, le mode statut reprenait. « Et c’est reparti… J’en ai ras-le-cul de ses conneries, je vous jure. »

Le lendemain matin, après une nuit glacial, je me retrouvais encore et toujours bloquer sur ses quatre pieds. Kyzuhen n’avait, de nouveau, pas bougé d’un millimètre et m’observait toujours, enfin, c’était l’impression qu’il donnait. La nuit avait été rude, un vent frigorifiant avait traversé l’île durant de nombreuse heures, ajouter à cela le manque de nourriture et d’eau, j’avais passé une nuit cauchemardasse. Mon esprit dans tout cela, avait fini par perdre la boule. Durant des heures et des heures, je revoyais le vieux faire le miraculeux geste de canne…. Étant le seul événement concret de ses trois derniers jours, mon subconscient devait trouver ça véritablement fascinant…

« Mais attends le vieux ! » Comme un éclat de supernova, le génie traversa mon stupide crâne. Réfléchissant une dernière fois à cette fameuse scène, je me remémorais les moindres détails. « Mais oui, quelle conne je suis ! » Regardant l’emplacement du bâton de bois, je remarquais, seulement maintenant, que le geste qu’il avait effectué avait brisé le fûinjutsu dont j’étais prisonnière. Maintenant que j’avais compris le stratagème, je concentrais du chakra dans mes mains pour fabriquer une lame de cristal aussi tranchant qu’un rasoir. Et bingo, le sceau était bien là pour bloquer le flux de chakra dans mon corps et également mes mouvements. D’une traite, je coupais les liens qui me retenaient et me levaient. « La patience, l’analyse et l’observation sont les premières attaques dans un combat. La fureur de te colère à obstruer durant trois jours durant ta vision et ta concentration… Je me nomme Yasei Kyzuhen et je serais votre Maître. » Sur ses mots et pour la première fois depuis plus de soixante-douze heures, je comprenais enfin la raison de ma présence ici. Toph sut voir en moi une forte incommensurable, mais comme la puissance d’une montagne, je devais trouver et apprendre la sagesse en moi pour m’élever au sommet des cieux. J’étais donc là pour subir un entrainement intense, le plus dur que je n’avais encore jamais vécu. « Maintenant Rika, tu vas devoir me prouver ton courage. » Et sur ses mots, le vieil homme disparu dans le sol.

Assoiffer comme jamais, faible physiquement et mentalement, je m’étais fait apparemment abandonner en plein milieu de la nature, sur une île dont je ne connaissais rien.

Épuisée, ma première préoccupation était de trouver de l’eau potable. Survivre plusieurs jours sans manger était chose aisé, mais tenir sans boire était tristement impossible et j’étais arrivé à la limite que pouvait subir un organisme humain. « Quand je vais sortir d’ici je promets que je vais te buter Toph ! » Lâchais-je d’une fragile et tremblotante voie. « Bon pour le moment, concentration ! » Réunissant mes dernières forces, je joignis mes mains pour accumuler le maximum de chakra dans mes pieds. Cette énergie avait pour but d’être un réservoir en connexion avec le sol pour ressentir toutes les vibrations. Mais rien ne venait ! « Enc*** ! » Le vieux avait encore activé un sceau bloquant toutes concentrations chakratique dans le corps. J’étais si fatiguée… Et je devais en plus de ça me débrouiller à l’ancienne.

Marchant lentement dans le bois, je n’arrivais même plus à faire la distinction entre un tronc d’arbre ou une paroi de roche. Ma vision trouble commençait à se jouer de moi en m’affichant des fontaines de jouvence qui pour le coup était en réalité des blocs de terres en forêt. Voguant en ce qui me paraissait être en ligne droite, je finissais par m’écrouler sur le sol, complètement à bout de force. « Je vais vraiment crever comme ça… »

_________________
L'ombre d'un renouveau 1529
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77592 https://www.ascentofshinobi.com/t7115-the-sound-of-a-birth
Itö Luna
Itö Luna

L'ombre d'un renouveau Empty
Ven 10 Avr 2020 - 18:42



Je me réveillais lentement, à bout de force, je me retrouvais secouer de tout les côtés par ma jambe. Celle-ci était chahutée de droite à gauche avec une violence excessive. La nuit était déjà tombée sur les lieux et le champ de vision était extrêmement mince, seule la lumière de la lune éclairait les ombres et les formes de la vie nocturne. Toujours en train de me faire bercer comme un bocal de noix, je regardais ce qui était en train de m’agiter. Devant moi, deux yeux jaunes illuminé par le peu de lumière du soir. Pris de panique, ma jambe se retira d’une vitesse folle de ce qui semblait être une gueule. L’effet de panique m’aida à me relever pour courir frénétiquement tout droit. Me prenant des buissons et des branches sur toutes les parties de mon corps, je pouvais entendre derrière moi des milliers de pas me suivre à toute vitesse. Mais encore une fois, je n’avais plus assez d’énergie et courir comme une folle allait m’achever. Tournant la tête pour observer si c’était la folie qui me poursuivait, je voyais des dizaines de ses fameux yeux jaunes donc la pupille allonger centrait la paire. J’étais belle et bien poursuivie par des créatures venant… « Aaaaaaaaaaaah ! »

Ne pouvant voir le déniveler dans la nuit, je débouillis comme une pierre chutant lamentablement la falaise d’une montagne. Chaque membre de mon corps partait en vrille, sans que je ne puisse les contrôler et cognais un à un dans les textures du terrain.

Je finissais ma course dans un petit nuage que j’ai appelé mon petit miracle. Bien que la douleur fût un avec mon corps, les éclaboussures sur mon visage étaient aussi agréables qu’un bon lait hydratant. La fraîcheur des eaux remontait le moral de mon cerveau et me donnait la force de me relever après avoir bien sur avaler plusieurs gorgées de cet hydromel. Et retrouvant la force, je me mis assise en plein milieu de cette source de vie.

Ici, la lumière argent éclairait plus librement les rives et aussi mes poursuivants. Six gigantesques lézards me regardaient bêtement dans les yeux tout en essayant de franchir le lit de la rivière. C’était d’ailleurs à ce moment-là que je remarquais que l’un d’entre eux tenait dans sa gueule une chaussure, ma chaussure… « Quel enf***… Si je te chope un jour, ça va te faire tout drôle. »

_________________
L'ombre d'un renouveau 1529
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77592 https://www.ascentofshinobi.com/t7115-the-sound-of-a-birth
Itö Luna
Itö Luna

L'ombre d'un renouveau Empty
Ven 10 Avr 2020 - 22:31



Une semaine était passée depuis ma douche miraculeuse dans l’eau de la rivière. La soirée, c’était d’ailleurs fini avec un abandon des reptiles après quatre longues heures à me surveiller. Le jour, c’était ensuite lever très rapidement me laissant plusieurs heures pour récupérer de cette aventure. J’étais resté à côté de la source d’eau, celle-ci «était d’ailleurs qu’un petit ruisseau mesurant deux mètres de large à tout casser, heureusement pour moi, les bestioles n’avaient pas l’air d’apprécier les douches fraîches. Celle que j’avais prise d’ailleurs m’avait aidé à réfléchir à la situation à la quel j’étais confronter. Le vieux avait l’air de me connaître et d’après lui, il avait reçu de Toph la mission de m’apprendre des choses. Même si d’après moi, je n’avais pas besoin d’apprendre quoi que ce soit venant d’un érudit aussi sénile que Grand-Ma. « Je vous jure, ça me casse déjà les couil***. » Me lamentais-je ramassant des baies et d’autres fruits près du cours d’eau.

J’avais décidé de faire mon campement à quelques pas d’où j’étais tombée. Les lieux étaient réellement propices à tenir un bon moment sur l’île, il fallait juste un peu d’aménagement. L’eau était déjà à bonne portée, dix mètres de marche et hop, c’était dans le sac. Pour la nourriture, la proximité de la forêt et le climat semi-tropical me laissait tout le libre choix des produits de saison. Pour le plus important, le campement, j’avais décidé de me faire un abri à quelques mètres de hauteurs du plancher des lézards. Une petite cahute de bois et de feuillage était largement suffisante pour me protéger du vent et de la pluie. Je m’étais même permis de créer un petit espace feu à l’aide de plaque d’ardoise que j’avais trouvé sur un coin de l’île, il ne me manquait plus que le onzen pour être tout confort.

Chaque nuit, les créatures sortaient en chasse. Plus d’une fois, je me retrouvais réveiller par les sifflements de leurs langues au pied de mon arbre. Heureusement pour moi, leurs grosseurs remplissaient leurs intelligences et à aucun moment, ils n’avaient pensé à quoi que ce soit pour m’avoir. Mais je remarquais que de nuit en nuit, leurs tailles grandissaient. Je ne savais pas dire si c’étaient les mêmes qui grossissaient où bien si d’autres se présentaient à chaque soirée. Mais vu la taille de leurs cerveaux, je pouvais dormir sur mes deux oreilles pendant un bon bout de temps.

De temps en temps, je réfléchissais à ce que m’avait dit le déchet à la canne. Le courage… Ce n’était pas vraiment ça le courage… Je trouvais plus que cette situation était de la survie que du courage. Enfin, maintenant que j’avais récupéré assez de force, j’allais pouvoir réfléchir à un plan d’évasion. Mais avant, une dernière nuit de repos ne pouvait pas faire de mal.

_________________
L'ombre d'un renouveau 1529
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77592 https://www.ascentofshinobi.com/t7115-the-sound-of-a-birth
Itö Luna
Itö Luna

L'ombre d'un renouveau Empty
Ven 10 Avr 2020 - 23:35



Crrrrrr Crrrrr … Brusquement, je me réveillais avec une sensation de chute. En effet, l’arbre où mon petit nid douillet était installé était en train de s’écrouler comme un château de carte. Ne voyant pas où était le sol, je pris le risque de sauter à ma gauche pour éviter de me retrouver sous un tronc d’arbre de plus d’une tonne. Tombant lourdement au sol, mes genoux se fracassaient sur la terre aussi dur qu’une roche. « Aiiiiie ! » Mais pas le temps de rester sur place, je devais me relever le plus rapidement possible, car ce qui venait de ce passé n’était pas anodin, même pour une île chelou. L’arbre où je m’étais installé, était large de trois mètres et ça ne pouvait pas être un coup de vent ou un tremblement qui aurait pu provoquer sa destruction. Alors, je pris mon courage entre mes mains et je me levais sur ses douloureuses jambes pour me retourner et voir ce que je n’aurais jamais cru possible.

En face de moi, se trouvait un monstre… Comme ses congénères, des yeux jaunes luisaient dans la noirceur de l’heure tardive, mais ceux-ci avait une nette différence par rapport au lézard que j’avais déjà rencontré… Ils étaient aussi grands que moi ! Se trouvant à seulement huit mètres de moi, la gigantesque créature plongeait son regard dans le mien. Tétanisée, je pouvais que seulement observer cette chose qui était en train de m’attaquer. De la taille d’une colline, je pouvais distinguer très clairement ses grandes écailles argentées par la pleine lune. Ses griffes monstrueuses pouvaient me transpercer de part en part et le bruit de son sifflement transperçait mes tympans pour interrompre toutes réflexions faites par mon cerveau. J’avais en face de moi un titan…

Levant une patte en l’air, l’ombre des doigts me fit voir une nuit sans lune. Celle-ci, en à peine une seconde, retoucha terre à l’endroit où j’aurais dû être. Assise sur le sol, l’adrénaline et l’instant de survie m’avait fait sauter en arrière sans même m’en rendre compte. Mais ce n’était pas fini, un cri venu tout droit des enfers jaillit de la créature. Était-ce de la rage ou de la faim, je ne pouvais pas l’expliquer, ne sachant pas communiquer la langue des foutues grosses et trop grosses créatures lézards maléfiques et inimaginables. Pour moi, le cri voulait tout simplement dire : fuis !

Courant pour ma vie, mes sens étaient tous en éveilles. Mes pupilles dilatés au maximum, je voyais chaque souche d’arbre au sol, chaque branche, chaque buisson aussi bien qu’en plein jour. La douleur de mes jambes avait disparu au profit d’une course effrénée à travers la forêt. Dans ma petite tête, les neurones carburaient à toutes allures pour trouver un moyen de survivre à ça. Je n’avais toujours pas la capacité de malaxer mon chakra et ma spécialité était le combat au poing, autant dire que je n’avais aucune chance… La mer !!! Oui, c’était ma seule solution ! De ce que j’avais pu observer, les lézards n’appréciaient pas du tout l’eau, même quelques centimètres, alors si c’était le même, mais en plus gros, l’océan devrait faire l’affaire ! Durant la fuite, je pouvais ressentir chaque secousse dans mon corps, la créature était en train de me suivre et elle n’était vraiment pas loin derrière moi.

Aller plus que quelques secondes et j’allais être enfin tiré de là… Traversant les fougères à m’en lacérer les avant-bras, j’arrivais enfin à la pla…

Devant moi, une immense falaise prônait fièrement à la place de ce qui aurait du être une étendu de sable fin. « C’est quoi ce bordel ! » Regardant rapidement à gauche, puis à droite, je ne voyais aucune échappatoire. Touchant la falaise pour être sûr que je n’étais pas en train de rêver, je sentis le souffle putride de la créature sur ma nuque…

_________________
L'ombre d'un renouveau 1529
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77592 https://www.ascentofshinobi.com/t7115-the-sound-of-a-birth
Itö Luna
Itö Luna

L'ombre d'un renouveau Empty
Sam 11 Avr 2020 - 1:38



« Ça y est, je suis morte… Fait chier ! » Me retournant lentement, je pouvais voir la créature dans toute son immondice grâce ou à cause de l’aube se levant lentement sur l’île. C’était belle et bien ce que je pensais, tel une copie conforme des lézards peuplant cet archipel, celui-ci mesurait néanmoins une dixième de mètre de hauteur et je ne voyais même pas sa longueur. Ses écailles anthracite le recouvraient entièrement de la tête au bout de la queue que je pouvais apercevoir de temps en temps derrière lui. Ses griffes et ses dents reflétaient sont âme de tueur et de mangeur d’humain, après tout, que pouvait-il manger d’autre sur cette île ?

Je me voyais déjà digérer et finir en excrément pour le plaisir d’un vieil homme et d’une jeune frigide intendante d’un village. « Mais je ne te laisserais pas bouffer aussi facilement que ça ! » Levant mes poings en l’air, je savais que je n’avais aucune chance de survivre face à un tel monstre et dans un élan de folle furieuse, je fonçais vers la mort pour frapper au moins une fois mon âme.

« Au final, tu avais raison Kyzuhenzz, elle n’est pas mortezz d’une crise cardiaque. Même si ce n’était pas loinzz. » « Oh oh oh oh oh, Toph m’avait bien dit qu’elle avait du courage en elle, je te l’avais notifié lorsqu’elle a débarquer ici. J’ai pu voir l’énergie qu’elle avait en elle durant le voyage. » « En tout cas, on peut direzz que ce n’est pas n’importe quizz. Elle a réussi à me briser une griffezz sans même utiliser son chakrazz. »

Mes doigts brisés en morceaux, je me tenais en face d’une serre acérer que j’avais à peine cassé en deux. Me laissant m’écrouler à terre, je pouvais voir la tête du vieux en train de parler à la créature des enfers. Celle-ci lui répondait d’ailleurs tous aussi naturellement que lui.

« Rika, je te présente la Reine Serpia. Une créature légendaire et dernière de son espèce. Elle et moi te servirons d’instructeur dans ton entrainement qui commencera dès demain. Tâche de te reposer aujourd’hui, car ce n’est que le début de tes douleurs. »

Épuisée par toutes ses émotions, je n’avais même pas le courage d’insulter mentalement ses deux choses. Je laissais simplement le temps couler, histoire de me faire à cette idée d’entrainement complètement fou.

_________________
L'ombre d'un renouveau 1529
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77592 https://www.ascentofshinobi.com/t7115-the-sound-of-a-birth

L'ombre d'un renouveau

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: