Soutenez le forum !
1234
Partagez

Réflexion [Aimi]

Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Réflexion [Aimi] Empty
Ven 10 Avr 2020 - 1:40

Respirant calmement l’arôme du thé en préparation, le Meikyû avait donné rendez-vous à Aimi dans son lieu préféré d’Iwa. Petit café branché dans un coin pas trop achalandé, cet endroit lui donnait tout de même une vue sur une des rares allées ou la végétation était présente. Après tout, Iwa n’était pas connu pour le luxe de sa flore, fait relativement triste. Plus ou moins gris sous de nombreux angles, le pays de la terre semblait n’avoir jamais vraiment fleuri. Représentant plutôt une terre fertile sur laquelle chaque once de croissance s’était vue putréfiée par le contexte environnant, c’était à se demander qui ou plutôt comment celle-ci viendrait à fleurir…Quelque chose lui disait qu’Etsuko aurait la réponse à cette question.

-Dites-moi Aimi, que pensez-vous d’Iwa et de son contexte actuel ? Quel est votre ressenti par rapport à cette nation ?

Alors qu’il était assis en l’attente de celle-ci, le Meikyû n’eut même pas à se retourner pour savoir qu’elle était arrivée. Guidés par un 6e sens ou plutôt par son aptitude à détecter le chakra, ses sens en étaient devenus plus aiguisés qu’accoutumés.

Si les règles d’usage voulaient qu’il se lève, lui sourie, se courbe et l’accueille, Raizen semblait les transgresser. Se comportant plus ou moins comme s’il connaissait la fameuse Aimi depuis très longtemps, il voulait éviter de passer par les processus normaux. En effet, les formes et règles impliquaient forcément un cadre formel, ce qu’il voulait éviter pour cette situation. Tirant ainsi naturellement, mais bien indirectement sur les ficelles de leur discussion, celui-ci s’ouvrait directement sur le sens de ses réflexions depuis sa venue en territoire Iwajin.

La première fois qu’il était venu, il avait été plus que bien accueilli par les Nagamasas qui se faisaient étrangement plus discrets depuis un bon moment. Le jour de son départ, la déchéance du dernier Tsuchikage avait été apprise de tous, le forçant ainsi à quitter ce village qui allait devenir aussi troublé que le berceau de nombreuses réflexions.

Or, depuis, rien n’avait vraiment changé. Indirectement, il avait l’impression d’y voir un village mi-mort, mi-vivant. Était-ce causé par le fait de ne toujours pas avoir une représentante officielle ? Était-il biaisé par son propre pêché partiel lié à la désertion ?

De multiples questionnements traversaient son esprit et en ce jour, il avait choisi une personne qu’il ne connaissait pas pour participer à cet exercice de réflexion. Du moins, si elle le désirait. Entre temps, quelle que soit le sujet de conversation qu’ils allaient abordés, une carafe de thé et deux coupes n’allaient pas tardés à arriver. Ce n’était pas digne du thé de Kaze, mais il n’avait jamais vraiment été nationaliste au point d’en faire un reproche.


_________________
Réflexion [Aimi] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Réflexion [Aimi] Empty
Ven 10 Avr 2020 - 12:19


Réflexion



Comme convenu, la kunoichi avait proposé à ce mystérieux Meikyu de la rejoindre pour qu’ils puissent discuter plus amplement. La rouquine avait choisi le lieu qu’elle affectionnait le plus pour prendre le thé. Aussi humble qu’elle l’était et offrant une vue sur une verdure si rare mais si précieuse au pays de la Terre.

Il était arrivé en avance, ce qui fit sourire la jeune femme. Sans avoir besoin de se tourner pour deviner que c’était elle, le brun semblait déjà le savoir et la questionnait sur son village et son ressenti. Était-ce son odeur ? Ou des capacités sensorielles ? Si la kunoichi avait l’habitude de gestes formels, celui-ci faisait démonstration d’une aisance assez déconcertante. Mais la Chiwa accepta de jouer le jeu. Elle contourna Raizen et s’installa face à lui dans un des fauteuils confortables. Son regard écarlate se posa sur ses orbes perçants, tandis que ses lèvres affichaient un sourire mystérieux.


« Je suis née dans un village qui est bordé par des champs de tournesols. Rare est la végétation, mais précieuse elle est, c’est pour cela que j’aime cet endroit. »

Avant de lui répondre quant à ses interrogations, une présence familière arriva avec une carafe de thé et deux coupes. Il s’arrêta en constatant que la jeune femme était là, ne pouvant cacher l’air surpris sur ses traits fatigués.

« Aimi ? Oh je ne savais pas que tu serais là ! Ça fait si longtemps ! »

La chunin se leva de son siège et se posta devant le vieil homme, un doux sourire aux lèvres. Que de souvenirs faisant surface, des bons et agréables d’ailleurs.

« Bonjour Shiro, je suis désolée de ne pas être venue, cela a été… difficile dernièrement... »

« Mes condoléances pour ton père, c’était un homme bien. Attends, je vais t'apporter le Seicha de Mai que tu aimes tant ! »

La doucereuse hocha de la tête et s'assit de nouveau, un air un peu gêné sur le visage. Évitant alors les formalités et pour essayer de faire passer la scène qui s’était déroulée devant ses yeux d’étranger, la jeune femme prit la parole.

« J’aime Iwa. J’aime Iwa, car la volonté de la roche coule dans les veines de chacun. Nous nous soutenons, nous nous relevons ensemble, plus fort. Ses habitants sont accueillants et chaleureux. C’est un village dynamique qui cherche toujours à s’améliorer et je suis contente de pouvoir ajouter ma pierre à l’édifice avec l’hôpital. Mais c’est aussi un village déchiré par des événements récents, des vies perdues et des murs détruits. En ce moment, la vivacité d’antan n’est plus au beau fixe, cela a dû t’étonner de voir un Iwa morne et triste. Et cela me rend triste, il faut du temps pour panser les blessures et j’espère bien qu'Iwa retrouvera cette couleur qu’il mérite. »

Un endroit qu’elle chérissait, des habitants auxquels elle tenait, c’était difficile mais pas insurmontable. Shiro arriva à nouveau avec une théière bien plus raffinée et des coupelles immaculées où étaient gravées des fleurs dorées. Le Seicha de Mai est un thé vert qu'elle affectionnait particulièrement pour ses touches de fraîcheur végétale et florale, cela allait bien avec cet endroit et avec ce qu’était Aimi. Elle espérait que Raizen en sera touché. Remerciant le chef, la kunoichi laissa l’infusion chatouiller le nez de son interlocuteur, car c’était tout aussi important que le goût. La rubiconde pencha la tête sur le côté, laissant tomber en cascade sa longue chevelure écarlate.

« Et toi, qu’as-tu ressenti en foulant des terres que tu as déjà connues ? Me parleras-tu aussi de ton village et de ce que tu ressens de votre situation ? »



Dernière édition par Chiwa Aimi le Sam 11 Avr 2020 - 12:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Réflexion [Aimi] Empty
Sam 11 Avr 2020 - 3:47

Peu surpris de la voir sauter à pieds joints dans la conversation, il appréciait la fluidité initiant le début de leur dialogue jusqu’à l’interruption de l’homme en question. Si le tout pouvait être relativement banal et synonyme du fait qu’elle était une habituée de l’endroit, la mention du décès de son père fit résonner une légère cloche chez lui tandis qu’elle continuait de parler, comme si de rien n’était. Surpris, Raizen avait du mal à comprendre comment elle pouvait poursuivre sur son amour d’Iwa tandis qu’elle semblait tout juste sortie d’une situation délicate familiale.

Posant dès lors sa main sur son menton, il plissa légèrement les sourcils, tentant dès lors de comprendre s’il avait manqué quelque chose qui puisse expliquer un tel comportement… Or, il ne pouvait juger la manière dont chaque individu gérait ses problèmes personnels. Simplement…

-Toutes mes condoléances pour ton père. Nous nous connaissons très peu, mais lorsque j’ai perdu mon père, j’ai eu besoin de beaucoup de temps pour moi-même. Je comprendrais donc que tu ne sois pas totalement disposée à discuter. Sache que si jamais tu veux t‘exprimer à ce sujet, la porte est ouverte.

Alors qu’il venait d’avancer ses mains sur la table, sans forcément réfléchir, il prit le temps de saisir ses mains afin de soutenir ses propos à ce sujet. Puis, tranquillement, il freina son geste en lui laissant quelques secondes pour penser à ce qu’il venait de dire.

-Sinon, il est clair que le village vient de souffrir. Ma dernière visite s’est conclue par la déchéance de Yoshitsune et si Iwa a perdu beaucoup de gens, je ne peux que comprendre que le poids soit difficile, d’autant plus qu’il n’y a aucune… gouvernance officielle pour le moment.

Soupirant, ceci expliquait bien des choses, beaucoup plus qu’il l’aurait cru même…

-Je préfère éviter de te parler de Kumo. Par contre, je peux te parler de mon ressenti. Pour tout ce qui est lié à Kumo, en dehors du fait que nous soyons réputés pour notre technologie, je te laisserais le soin de découvrir ce village une fois que tout ira mieux.

Ses paroles semblaient très légères. Pourtant, elles étaient très lourdes en implication et il le savait.

-Je pense toutefois que ton ressenti sur Iwa est un peu similaire à celui que je ressens pour Kumo. Simplement, il est un peu plus...intense sachant que la situation n’est pas terminée. Après plusieurs morts lors de la conquête de Kumo, ils sont maintenant obligés de vivre sous le même toit que leur envahisseur, ce qui est un peu plus destructeur. Donc, le simple fait d’être à l’extérieur et de ne pas pouvoir aider dans ce mal continu n’est pas simple, ni facile.

Soupirant, le phénomène de captivité était loin d’être agréable, au contraire…

-Donc, c’est un peu comme un cauchemar qui se répète chaque jour et qui est plutôt réel…

Énième soupir :

-D’un point de vue externe, tu en penses quoi au regard de ce que tu sais à ce sujet ?

Réalisant que cette discussion était déjà trop négative, il décida de renchérir sur quelque chose de plus positif :

-Je n’ai pas l’impression d’avoir un jour connu Iwa à son paroxysme, donc selon toi, à quoi ressemblerait Iwa dans son meilleur état ?

Beaucoup trop absorbé par la conversation, Raizen en avait déjà oublié le thé.

_________________
Réflexion [Aimi] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Réflexion [Aimi] Empty
Dim 19 Avr 2020 - 21:00





L’intervention de l’hôte et sa conversation se fit sous le regard silencieux de Raizen. Celle-ci enchaîna en lui expliquant ce qu’elle ressentait vis-à-vis d’Iwa. Imperturbable, celui-ci semblait réfléchir et Aimi, assise, posa ses mains sur ses jambes et l’observa en penchant sa tête sur le côté et en attendant un signe de sa part. Que pouvait-il bien se dire ? Et bien la première chose concernait son défunt père. Ses mains se refermèrent en deux poings qui se serrèrent autour de son kimono. Si elle avait fait comme si de rien était, en elle, s’en était bien différent. Parler de lui était quelque chose de douloureux, bien qu’elle essayait d’avancer vers l’avenir, ces images et ce passé la rattrapaient toujours. Ses mains fermes et bien plus grandes que les siennes vint entourer les siennes. Aimi était très surprise par ce geste, mais ne réagit pas. La rubiconde ferma les yeux quelques secondes, avant de les rouvrir et de les poser sur le visage de son interlocuteur.

« Merci Raizen… Je ne peux que te comprendre, et je suis désolée de l’apprendre. C’est… difficile, mais je ne veux pas infliger ça à Shiro, il a déjà beaucoup à gérer depuis l’attaque… Je ne sais pas si je veux en parler tout de suite… C’est…et je ne veux pas gâcher cette agréable ambiance. »

L’Eisei nin termina ses paroles par un doux sourire, reflétant une peine certaine. Elle le laissa reprendre une position moins pénible et l’écouta s’exprimer sur Iwa. La roche souffrait de son passé, de son présent, et elle espérait qu’il ne serait pas question du futur.

« En effet, le village souffre, et sans gouvernance officielle, cela sera difficile. Mais, j’aspire à croire en Toph et en ses choix, depuis qu’elle a prit les rennes, elle polie la roche du mieux qu’elle le puisse et cela se ressent dans la dynamique militaire. »

La mention de Kumo était plus délicate. Il n’avait pas vraiment le cœur à lui en parler davantage, mais était ouvert à exprimer son ressenti. La rousse hocha de la tête et l’écouta attentivement. Découvrir la cité nuageuse par soi-même était alléchant oui, et elle espérait bien pouvoir le faire un jour. Une fois que tout irait mieux… Cela aussi, la jeune femme aimerait bien que sa visite dans n’importe quelle cité extérieure à la roche se passe dans de bonnes conditions. Mais actuellement, c’était compliqué et délicat… Le brun affirma que leur ressenti était assez similaire. Mais étant donné que leur situation n’était pas terminée, le Meikyu ne pouvait pas se permettre de se reposer sur ses lauriers et de se dire qu’il fallait maintenant reconstruire. La Chiwa ne savait pas ce qu’elle aurait fait si Iwa avait été envahie. Chose certaine, elle continuerait d’y rester pour protéger ce village qui lui serait si cher. En tentant de reprendre le village ? En faisant en sorte que le sang ne coule plus, s’en était certain. L’homme face à elle semblait en avoir beaucoup sur les épaules et elle le comprenait.

Il lui demanda d’ailleurs son avis sur cette situation. Celui-ci avait divergé plusieurs fois, car en possession de toutes les clés, la vision pouvait changer.


« Je pense que je ne peux que te comprendre Raizen. Quand Iwa a été attaquée, je me suis fait les pires scénarios possibles… L’idée que le village puisse être envahi et que ses envahisseurs vivent sur les terres aurait été très difficile pour moi, en sachant que mon père avait été tué lors de celle-ci... Lorsque j’ai appris cela pour Kumo, j’étais indignée. Nous avions perdu deux camarades dans cette bataille. Mais je ne savais rien, je ne connaissais pas les raisons et le contexte. Après la réunion, je peux mieux voir les choses. Tu vas peut-être me trouver trop utopiste. Mais je pense qu’il y a eu beaucoup trop de sang qui a perlé sur vos deux nations. Réagir par la vengeance pour moi ne mène à rien qu’à part le désespoir et encore plus de vengeance. Mais qui suis-je pour juger de ce qu’ils ont subi ou de leur sentiment ? J’espère simplement que chaque nation arrivera à trouver cette paix recherchée et qu’on arrêtera de s’entretuer. Et que toi Raizen, tu pourras retrouver ce village qui t’est cher. Et j'espère que ceux qui l'ont assiégé traitent bien les villageois et qu'ils aspirent à quelque chose de bien. Mais que je sais que tu sauras agir sans utiliser forcément la violence, car elle n’engendrera que la violence... »

La Chiwa se sentait d’autant coupable qu’elle avait participé récemment à une attaque de haute envergure envers Tetsu. Si les raisons étaient louables, ce qu’il s’était passé et les ombres derrière les surprises sur le champ de bataille lui faisaient comprendre qu’ils n’avaient été que de la poudre à canon à déverser sur autrui. Perdre un camarade, une amie… défendre ses idéaux, ses valeurs, venger les siens, tout était légitime, mais la fin justifiait-elle les moyens ? Sa main vint se poser sur sa jambe, dont la cicatrice de la brûlure lui rappelait l'échec et la douleur. Être un shinobi, elle l’avait choisi et l’assumait, mais parfois, c’était si injuste… La rousse se frotta l’arrière de la tête en se rendant compte qu’elle avait beaucoup parlé.

« Vous êtes des gens bien, qui veulent des choses bien pour leur village, personne ne peut vous en vouloir pour cela. Ce qu’il ne faut pas, c’est finir aveuglé au point de ne plus entendre la parole de chacun. Enfin, suis-je vraiment bien placée pour exprimer cela ? »

La chunin soupira avant de lui sourire timidement. Raizen lança un sujet sur une dose plus positive. Iwa à son paroxysme. Un fier sourire se posa sur ses lèvres.

« Iwa à son paroxysme… C’est les vives couleurs qui transcendent le gris de nos montagnes. C’est le roc incassable qui coule dans nos veines. Le dynamisme, le travail mutuel de chacun pour développer la nation de la Terre pour en faire un beau pays. C’est l’investissement des shinobis et leur dur labeur pour protéger ses habitants. Iwa à son paroxysme, c’est Iwa qui est capable de se surpasser, de se développer pour que son pays s’agrandisse dans le monde de la bonne manière, en partageant avec les autres ? En échangeant, en inspirant. »

Aimi remarqua qu’elle s’était encore emportée. Elle rigola légèrement, rougissant légèrement. Elle se gratta la gorge et servit le jeune homme du thé, pendant qu’il était encore chaud. La kunoichi s’en servit aussi et attrapa la tasse avant de la rapprocher de son visage. La fumée caressait son visage et son nez ainsi que l’essence fraîche qui le rendait aussi bon. D’un simple signe de la tête, elle invita le Kazejin à commencer.

« Goûte, et dis-moi ce que tu en penses. »





Dernière édition par Chiwa Aimi le Dim 26 Avr 2020 - 19:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Réflexion [Aimi] Empty
Ven 24 Avr 2020 - 1:50

Définitivement, les paroles de cette Aimi étaient très intéressantes. Si au début, il pouvait sentir la nécessité qu’elle avait de se confier, il crut rapidement la voir bifurquer sur un sujet beaucoup plus partagé des deux, comme si elle n’était pas encore tout à fait prête à faire son deuil. Sur le coup, il félicitait ce courage et cette résilience bien que ça ne devait pas être facile.

-Si jamais tu veux en parler, au contraire, il ne faut pas hésiter. Être seul dans ce genre de moment n’est pas forcément facile.

S’en suivit ainsi d’un long fil d’information qui le fit réfléchir. Il était vrai que la violence n’engendrait que la violence au final. Or, leur approche n’était pas tout à fait de reprendre Kumo par la force coûte que coûte, mais plutôt d’utiliser les moyens nécessaires pour rétablir la situation, ni plus ni moins. Trop de gens avaient souffert certes. Or, il ne servait à rien de préserver des gens sous l’oppression d’un quelconque empire. Autrement, ils finiraient par être les bourreaux d’un cycle infini d’erreurs. Malgré tout, Raizen osait espérer que les Kumojins soient bien traités. Autrement, ce serait l’élément perturbateur de trop pour le peuple qui venait tout juste de se faire envahir et qui se faisait dorénavant dominer sur son propre territoire…

-Voyons voir.

Goûtant calmement l’arôme du thé en laissant ses narines comprendre les nuances des feuilles, il devait avouer être assez étonné. Cet effluve semblait beaucoup plus raffiné qu’il ne l’aurait cru. Loin des feuilles de Kaze, les notes étaient tout de même suffisamment distinguées pour rendre l’arôme et la substance attrayante. Amenant dès lors la tasse à ses lèvres, il la sirota tranquillement avant d’en prendre une gorgée pertinente. Dès lors, il laissa ses papilles gustatives flirter avec le goût mixte que lui offrait cette merveille Kazejin. Pas mal pensa-t-il alors que ses yeux pétillaient d’un éclat nouveau.

-Très rafraichissant et floral… Merci pour ce thé Aimi.

Ne pouvant s’empêcher de sourire, il était comique d’y voir le constat qu’il venait tout juste de consolider :

-C’est assez particulier, mais la saveur de ce thé me fait un peu penser à ce que tu partageais comme étant ta vision d’Iwa, un lieu florissant…

Ayant un léger sourire de nostalgie, il poursuivit :

-À croire qu’Etsuko m’avait caché les thés Iwajins…

Soupirant en repensant à tout cela, il leva de nouveau le regard vers Aimi. Ce qu’elle disait était très pertinent. Or, était-ce bel et bien la direction vers laquelle ils se dirigeaient :

-J’aime beaucoup la vision que tu décris d’Iwa. Toutefois, penses-tu que votre région a vraiment besoin de cela en ce moment : de communiquer sur le rétablissement de la sécurité ?

Penchant la tête sur le côté, Raizen savait que ses paroles allaient paraître tranchantes. Toutefois, il défiait ce qui était défiable, avec légitimité, bien entendue :

-Ou as-tu plutôt l’impression que le village a justement besoin d’un meneur décidé qui saura communiquer sa vision et inspirer les Iwajins au point de les mobiliser à faire renaître le pays... et à faire partie de cette vision future ?

Après tout, sécuriser le village pouvait se faire dans l’ombre. Certes important, ce n’était généralement pas le facteur le plus rassurant pour une population. Au contraire, il y avait un besoin criant d’une vision qui allait au-delà du fait de s’en sortir.

-Penses-tu que ta vision est ce vers quoi les Iwajins ont l’impression de s’y diriger actuellement ?

Si le partage était si important, partageaient-ils tous cette vision ?

-N’y voit pas dans mes questions des attaques, je suis simplement curieux.

Précisant le tout d’une voix calme, il avait hâte de voir quelle réponse sortirait-elle. Il y avait de multiples possibilités en fonction de son avis et plusieurs d’entre elles voire toutes étaient très parlantes...


_________________
Réflexion [Aimi] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Réflexion [Aimi] Empty
Sam 9 Mai 2020 - 15:44





Devant ces douces paroles pleines de bonnes intentions, la kunoichi lui offrit un doux sourire. Elle ne préféra pas répondre et se contenta de continuer sur un autre sujet. Ce n’était pas qu’elle ne voulait pas en parler, mais elle trouvait que ce n’était pas le bon moment, ni l’endroit pour cela. La rubiconde souhaitait sincèrement échanger avec le Meikyu sur des sujets peut-être pas plus joyeux, mais qui concernaient l’état actuel du pays ou du Yuukan, et ça, c’était un présent auquel ils faisaient face et qui pouvait avoir une incidence sur un futur proche. Alors que parler de son père ne faisait que ressasser un passé et des souvenirs à la fois heureux et très douloureux.

La kunoichi en profita pour expliquer ses pensées concernant ce qu’il s’était passé à Kaminari. Elle souhaitait lui donner son point de vue et voulait lui montrer qu’elle avait bien ses propres idées de la situation et que peu importe qui était en face d’elle, elle les assumait parfaitement. Donc oui, pour elle, la violence n’engendrait que la violence et ce n’était pas s’enfermant dans un cercle vicieux de haine et de vengeance, qu’on arrivera à trouver la paix dans ce monde. Aimi savait très bien de quoi elle parlait, ayant elle-même était rongée par ces sombres sentiments à la perte de son père et suite à cette attaque orchestrée par l’homme au chapeau. Même encore, elle savait qu’une noirceur avait naquit dans son cœur et elle se faisait force pour ne pas se laisser dominer par celle-ci.

La Chiwa espérait tout de même que les kumojins étaient bien traités et que ce Teikoku, qui avait agi pour une raison inconnue, aspirait à une paix sur le long terme, sans avoir à rester sous une occupation qui ne fera que nourrir le ressenti de ceux qui n’oublieront pas ce massacre. Rougissant légèrement, la jeune femme termina sur une touche plus fraîche en lui proposant de goûter à ce thé. Une bonne manière d’adoucir le cœur des deux shinobis qui s’étaient lancés sur un sujet très épineux. Ses pupilles rubis, curieuses, l’observaient silencieusement pour voir sa réaction. La jeune femme aperçu de l’étonnement sur son faciès arboré par une barbe sombre, une petite victoire pour elle déjà. L’éclat qui s’installa dans ses orbes perçants fut une nouvelle victoire pour l’Eiseinin qui ne put s’empêcher de laisser ses lèvres s’élargir dans un grand sourire.

La rousse hocha de la tête en échange de ce remerciement et apporta son thé à ses lèvres aussi, après avoir soufflé dessus légèrement. La vapeur réchauffa son cœur et la boisson éveilla ses papilles. Elle fut même surprise de le voir constater que les saveurs du thé faisaient penser à ce qu’elle avait d’écrit d’un Iwa florissant. C’était une façon de voir très appréciée de l’Irou nin qui sourit de nouveau en observant son thé. La mention d’Etsuko fit tiquer la rousse, qui releva son regard vers son vis-à-vis.


« J’aurais aimé apprendre d’Etsuko, c’était un vrai exemple en ce qui concernait la médecine. Vous semblez l’avoir bien connue. »

Aimi était curieuse de connaître un peu plus les relations de Raizen qui concernait Iwa. Il était déjà venu ici, elle l’avait bien compris, et il semblait en avoir gardé un certain souvenir. La jeune femme croyait en ses paroles concernant Tsuchi et son futur, elle y croyait dur comme fer parce qu’elle comptait bien œuvrer dans cette direction. L’ancien kumojin semblait apprécier sa vision de la Roche. Mais il était rempli d’interrogations, très intéressantes d’ailleurs. Avant de lui répondre, elle le laissa renchérir pour mieux comprendre où il voulait en venir. Son regard vermeil ne quittait pas le sien, ne se laissant pas déstabiliser par des questions que certains auraient trouvé osé. Il s’agissait là d’idées qu’elle avait déjà imaginées et sur lesquelles elle s’était déjà interrogée. Avant de répondre, la kunoichi décida de boire une bonne gorgée de son thé avant de le déposer. Une profonde inspiration après, la jeune femme darda de ses pupilles sanguines l’homme face à elle, lui faisant bien comprendre qu’elle était en accord avec ce qu’elle disait et qu’elle était pleine de volonté.

« La communication pour moi est aussi importante que les actions qui seront menées dans son sens. On ne peut pas promettre à un pays une sécurité, si on n’agit pas en conséquence. Il y a autant besoin qu’on le fasse savoir, qu’on agisse dans cette direction. Les villageois ont peur, mais croient en nous, on ne peut pas ne pas agir, ils ont besoin de nous. Et pour ça, il faut un meneur qui va dans cette optique. Un pays, un village, une nation, un cœur, ne peuvent battre sans ceux qui l’habitent. C’est ce que je pense en tout cas. J’aspire à ce que Toph pendant son intendance, en soit, et que la future tête de Tsuchi inspire les iwajins, les tsuchijins. Parce qu’avant de convaincre au-delà des frontières, il faut convaincre les siens. Je pense que ce serait être trop sûr de soi que de penser que ma vision touche tous les iwajins et que certains ne sont pas emplis de doute. Je pense que c’est normal, et qu’un dirigeant a le devoir de convaincre et de faire partager ses convictions et ce qu’il y a d’important pour le village, le pays. Sécuriser peut se faire dans l’ombre, comme on peut faire participer chacun. À Iwa, nous sommes solidaires et nous bâtissons, réparons ensemble, soudés. Pour ce qui concerne le côté plus militaire et secret, ils savent très bien que des forces sont présentes sur le village pour les protéger, même s’ils ne savent où ils sont, quand, comment, ils ne sont jamais loin. Il faut simplement maintenir cette conviction, ce vers quoi nous aspirons et que nous restions fidèles à cette vision. Sécurité, puissance, partage, paix, tout peut être réuni quand on s'en donne le pouvoir. »

Un soupir quitta ses lèvres, après avoir posé une main sur sa poitrine pour reprendre son souffle. Elle en avait dit des choses. La rubiconde s’était laissé aller dans son monologue sans faire attention. Des rougeurs se dessinaient sur ses joues, détournant les yeux.

« Enfin, ce n’est que mon humble pensée… Je ne suis pas dirigeante, alors je n’ai pas ce pouvoir d'impacter ma façon de voir... »

Ses mains se posèrent sur la tasse de thé, qu’elle apporta à ses lèvres pour s’abreuver de sa source d’énergie. Elle resta alors silencieuse pour le laisser s’exprimer sur ce qu’elle venait de dire.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Réflexion [Aimi] Empty
Dim 10 Mai 2020 - 0:00

-Bien connaître Etsuko serait poussé je dirais, mais nous nous sommes affronté en finale du tournoi de Kaze tout juste après nous être rencontré et avoir échangé quelques éléments au regard de nos corps policiers respectifs. Ensuite, je n’étais pas aussi haut gradé qu’elle dans mon village. Simplement, elle a fait partie d’une de mes grandes rencontres lors de ma venue à Iwa sachant que j’y avais justement été invité par le dernier Kage, Yoshitsune, mais que je n’ai pu le rencontrer dû aux malheureuses circonstances ayant encadré son sort.

Souriant soudainement, la philosophie et la perception d’Aimi étaient très intéressantes. Flirtant relativement sur les prémisses qu’il aurait vues pour un village comme Iwa, elle n’était pas du tout passé à l’écart des faits importants et clés pour son village et sa région, signe qu’elle avait beaucoup de maturité et une bonne vision de la situation. Or, le sujet de s’occuper de l’intérieur avant de parler de l’extérieur l’intrigua, le poussant ainsi à se poser des questions assez intéressantes et pertinentes. Bien qu’il était vrai qu’il était important de sécuriser l’intérieur d’un village avant de s’intéresser aux voisins, cette vision des choses était possiblement réductrice de ce qu’était l’internationalisation. Or, c’était normal compte tenu de la manière dont le Yuukan avait évolué jusqu’à présent. Après tout, sa vision des choses était peut-être farfelue, voire impossible.

-Je suis aligné sur plusieurs éléments que tu mentionnes à la différence près que je considère la consolidation des relations extérieur comme étant tout aussi importante, voire plus importante que la consolidation de l’interne.

Souriant, Raizen amenait soudainement un point de divergence et de disruption qui n’allait surement pas faire l’unanimité

-Consolider, faire évoluer son village et ensuite penser aux relations externes est ce qui est fait depuis la création des villages shinobis. Pourtant, j’ai l’impression que nous recommençons toujours tout de A à Z. Pourquoi selon toi ?

Sirotant calmement son thé le temps de lui laisser réfléchir, il poursuivit :

-Selon moi, c’est parce que tout se passe toujours seul. Les villages se voient ravagés et se rebâtissent seuls, sans prendre en considération le fait qu’être aidé avec des relations bilatérales serait une manière plus simple de se remettre sur pied tout en s’assurant d’avoir ses arrières de couverts à un moment des plus fragiles grâce à un investissement quelconque…

Certains prêchaient le partage, d’autres le vivaient, et pour le moment, c’était le cas d’aucune des grandes nations.

-Mais bon, ce n’est que ma vision des choses. 

Mettant fin à cette brève divergence, il retourna sur un sujet qui avait le mérite d’être élucidé.

-Ensuite, tu as mentionné Toph à titre d’intendante, mais l’histoire a prouvé que le cheminement vers l’obtention du titre de Kage n’a pas forcément toujours été linéaire… 

Longeant dès lors son regard vers l’extérieur, Raizen prit quelques secondes pour la faire languir de la suite des événements. Atteignant dès lors le paroxysme de la turbulence, il osa diverger dans son discours :

-Or, crois-tu qu’elle a ce qu’il faut pour porter cette vision d’Iwa ou considères-tu un autre prétendant comme étant un proche rival peut-être plus à même d’occuper ce rôle ?

Tentant d’en apprendre davantage sur la géopolitique Iwajin, Raizen n’avait aucun mal à remettre en question ce qui n’avait possiblement jamais été remis en question. Ce n’était ni une critique, ni une attaque, mais bien qu’une simple prise de note et de considération. Après tout, s’il y avait une autre personne intéressante dans le décor, Raizen, le Fukkatsu et possiblement le Nouveau Kumo devait le savoir. Mieux encore, il se demandait quel était l’avis d’Aimi à ce sujet sachant qu’il jugeait bon de l’écouter.

-Ce pourrait être toi d’ailleurs...

Ramenant dès lors sa tasse à ses lèvres, il sirota de nouveau ce liquide avant de prendre une grande respiration et de la regarder dans les yeux. Qu’allait-elle lui répondre suite à ce clin d’oeil aussi surnois que provocateur ?


_________________
Réflexion [Aimi] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Réflexion [Aimi] Empty
Sam 23 Mai 2020 - 15:10





Le tournoi de Kaze… Elle en avait entendu parler bien évidemment, mais elle ne faisait le rapprochement que maintenant entre Raizen et cet événement dont il était sorti victorieux. Sa bouche s’ouvrit en rond, surprise de sa bêtise et se contenta de l’écouter. Comprendre son lien avec Etsuko et donc Iwa lui permettait d’assimiler l’expérience d’autrui vis-à-vis de la Roche. Il était vrai que les têtes de ce village étaient vouées à connaître un sort bien funèbre, elle osait espérait que Toph s’en sortira haut la main là-dessus.

La suite de la conversation se tourna vers une longue prise de parole de la rubiconde qui lui exprima sa pensée et sa façon de voir la direction d’Iwa et comment elle agirait. Avec sa place à l’hôpital, elle accordait beaucoup d’importance au fonctionnement de la cité rocheuse et bien qu’elle n’était pas l’un de ces éléments qui pouvaient avoir une importance, la rousse avait un avis bien précis de la situation. Oh bien sûr que oui, elle aimerait pouvoir se faire entendre, mais comment, quand ? Était-elle prête à prendre ce genre de rôle ?

Le silence régna de nouveau, la tisane vint rafraîchir le palais de la rousse qui était essoufflée de son monologue. Elle sourit doucement avant de déposer sa tasse maintenant vide et d’écouter l’ancien kumojin. S’il semblait d’accord avec les paroles de la kunoichi, il trouvait néanmoins que les relations extérieures étaient aussi importantes, voire plus que la gestion interne d’un village. Aimi était intriguée, parce qu’elle ne pensait pas que les relations extérieures n’avaient pas leur importance, ou peut-être s’était-elle mal exprimée ?


« Et bien je suis d’accord avec toi. Je pense qu’il est important de prendre en compte les potentielles aides extérieures et se soutenir pour mieux se protéger. Mais en qui pouvons-nous faire confiance ? Je suis la première à vouloir de connaissances, d’aventures, de partages, mais je pense aussi au bien de mon village et si j’étais Tsuchikage, je ne prendrais pas l’aide de n’importe qui. Ensuite, comment bâtir quelque chose avec un allié s’il n’y a plus de mains pour poser des pierres à l’édifice ? Mais je comprends ce que vous dites et le rejoint, j’essaie juste de penser à tout. »

La mention de Toph fit redresser la kunoichi, le dos droit, jambe toujours pliée, elle s’interrogeait sur ce qu’il sous-entendait tout en fronçant des sourcils. Bien sûr que chaque intronisation est différente, cela signifiait-il qu’il fallait remettre en question celui de l’Hyûga ? Elle avait l’habitude de constater que le Meikyû mettait toujours quelques secondes avant de continuer ses dires et la Chiwa avait bien envie d’en savoir plus sur ce qu’il voulait expliquer. Bien qu’elle tentait de rester impassible, la fin de ses mots surprit la kunoichi au point de lui faire écarquiller les yeux. Elle aurait même pour s’étouffer avec son propre thé s’il y en aurait encore dans sa tasse.

Son regard écarlate se posa sur la fenêtre à côté et contempla longuement les rues du village. Celui-ci se remettait petit à petit, et la pupille pâle n’y était pas étrangère. Son minois se posa alors que le visage du membre du Fukkatsu tandis que ses rubis le dardaient.


« Je ne sais pas ce que tu voulais sous-entendre, mais concernant Toph, si elle est intendante, c’est qu’elle le mérite. Beaucoup critiqueront son âge, son inexpérience peut-être. Pourtant, ses épaules sont aussi solides que la plus grande montagne de Tsuchi. J’ai confiance en elle, et en ses décisions.. Peut-être même qu’elle finira par prendre officiellement ce titre, peut-être que je serai de ceux qui la conseillera, qui sauront lui dire si quelque chose ne va pas ?

Me concernant… Qu’est-ce qui ferait de moi une meilleure personne pour prendre cette place ? Qu’en sais-je ? Et qu’est-ce cela pourrait bien t’apporter de le savoir ?
»

Entre lui et Teruyo, les sous-entendus faisaient vague en ce moment. Pourquoi pensaient-ils tous qu’elle pourrait être capable de prendre ce rôle ? Aimi fronça des sourcils, elle n’aimait pas se retrouver aussi confuse et déstabilisée par une simple hypothèse. Puis en quoi ça le concerne, ce qu’il se passe d'Iwa ? Qu’avait-il bien derrière la tête pour s’interroger sur la place du Tsuchikage ? Son regard perdu se posa de nouveau sur l’extérieur, une main posée contre sa bouche, son coude appuyé sur le fauteuil confortable. Toujours songeuse, la jeune femme continua de regarder la fenêtre et soupira.

« Et toi, quelle est ta place dans ce monde Raizen ? »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Réflexion [Aimi] Empty
Sam 23 Mai 2020 - 16:34

Ayant un léger sourire en observant Aimi, Raizen devait avouer prendre plaisir à la déstabiliser par ses questions. Après tout, si elle ne se les était jamais posé par le passé, il était fort possible qu’elles l’ébranlent suffisamment pour la pousser à remettre tout en question. De sa perception d’elle même à sa loyauté combinée à ses ambitions, voilà que Raizen venait de brasser la totalité des cartes qui étaient présentes devant lui.

Marquant une pause tandis qu’il la suivait, il se demandait si elle réfléchissait plus aux motifs de ses questions qu’aux questions elle même. Si on veut, c’était deux manières de gérer la situation qui avaient aussi deux symboliques et lignes directrices complètement différentes. Or, était-ce réellement une bonne idée de lui répondre ? Il n’en était pas certain. Certaines choses étaient généralement plus simples de comprendre par soi-même, par constat personnel plutôt que par affirmation sans forcément l’avoir vécu. Il était certes intéressant d’entendre les expériences d’autrui. Toutefois, il existait un long fleuve entre son vécu et celui des autres.

-Je n’ai aucun sous-entendu en dehors du fait que je me demandais si Toph était, selon toi, le meilleur choix en fonction des possibles rivaux ou prétendants à ce titre. La réponse me semble claire à cet effet.

Ayant un sourire en coin, il s’apprêtait à toucher un sujet qu’elle attendait avec beaucoup moins de patience…

-En dehors d’une curiosité naturelle pour la chose, je pense qu’il est important de connaître les gens qui auront une quelconque influence sur les différents meneurs, qu’on adhère à leurs idéologies ou non…

Lui laissant le temps de décanter ce qu’il venait de dire, Raizen n’avait pas encore eu l’opportunité de discuter avec Toph depuis leurs échanges par lettres. Toutefois, à titre de conseiller, il était important pour lui d’apprendre à connaître les autres personnes qui graviteraient autour de la direction du village. Après tout, derrière les grandes têtes se trouvaient généralement des gens influents aptes à les guider, conseiller et les aider dans leurs décisions. Étant aussi important que la face du village, il ne fallait pas sous-estimer ce genre de rôle. Mieux encore, il fallait à tout prix comprendre certaines choses pour être en mesure de prétendre un minimum pouvoir conseiller la direction d’un village.

-Je pense toutefois qu’il te faudra répondre à ces éventuelles questions puisqu’il est important d’avoir une posture ferme par rapport à autrui, mais surtout par rapport à soi. Elle n’a pas besoin d’être rigide, mais c’est important…

Sirotant légèrement son thé, il observa à son tour l’extérieur avant de poursuivre :

-À titre de conseiller, il est important de savoir la valeur ajoutée qu’on apporte. Il est clé de savoir ce qu’on représente et ce qu’on ne représente pas pour pouvoir mieux déterminer de quelle manière avoir une plus-value pour le meneur qu’on aura choisi.

Utilisant forcément son propre vécu sans vouloir le généraliser, il considérait tout de même que ce genre de qualités et de constats étaient nécessaires.

-Tout comme il faut avoir un dialogue sincère avec ceux qu’on conseille, il faut aussi avoir un dialogue sincère avec soi. Ensuite, les réponses ne viendront pas instantanément, mais se poser les questions suivantes est nécessaire. Je pense que ça t’aidera dans les événements à venir… mais qu’en sais-je ? Ce ne sont que des suppositions.

S’arrêtant soudainement de parler, il soutenait son regard, sachant pertinemment que ses paroles ne feraient pas l’unanimité. Pourtant, il était au courant de leur portée, mais surtout de leur importance. Il savait que quelqu’un comme Aimi pouvait sensiblement être perturbé par ce genre de paroles, mais autant l’être tôt que tard non ?

-Ma place dans ce monde uh ?

Maintenant, c’était à son tour de se poser des questions et de se faire attaquer sur son propre territoire, comme quoi, tout n’allait pas forcément à sens unique…Or, alors qu’il s’apprêtait à répondre, il freina brusquement ce geste...

-C’est une très bonne question.

Était-ce une bonne idée d’y répondre… ?

-Je pense que j’occupe le rôle de messager. À travers la situation de Kumo dans laquelle j’essaye de mener nos troupes à regagner leurs terres pacifiquement, j’essaye de traduire cette vision et cet équilibre sans que nous ayons à prendre les armes. Pour ce faire, je seconde Sazuka et agit à titre de conseiller. Or, je ne véhicule pas que les messages ou plutôt notre vision à travers mes paroles, mais aussi à travers mes actes, stratégies et tactiques que je dessine…

Affichant un léger rictus en coin, il avait encore du mal à croire qu’il s’ouvrait sur un tel sujet, mais il allait devoir le faire :

-Au-delà de Kumo, le message que je porte est celui de l’amélioration continue et de l’innovation, tant dans nos réalisations que dans nos relations. C’est pour cette même raison que l’équilibre international m’importe autant. J’espère pouvoir occuper une position me permettant d’avoir suffisamment d’influence pour communiquer tout symbole de progrès, mais aussi d’alarme… pour nous et pour notre monde.

S’arrêtant tranquillement, il poursuivit :

-Étant un éternel insatisfait, je suis très observateur et à l’écoute, afin de justement comprendre quel message communiquer et avec quels leviers m’assurer qu’il se réalise…

Étrangement, Raizen ressemblait beaucoup à un corbeau. Observateurs, ils étaient pourtant les premiers sur la scène une fois qu’une opportunité se présentait à eux pour saisir l’objet de leur désir, un peu comme Raizen lorsqu’il constatait une opportunité. Il allait porter un message jusqu’à ce que sa réalisation soit à portée de main, que ce soit physiquement ou verbalement…

-Si on y ajoute le fait que j’ai pour méthodologie de tout remettre en question et tout déconstruire pour mieux reconstruire, même ce qui peut sembler positif, suffisant et bon, je pense que cela fait de moi un messager chaotique ?

Lui faisant un léger clin d’oeil, il se demandait quelle allait être sa réaction à cela.

-Après, je ne suis pas de ceux qui prétendent être un individu lambda, simple qui ne fait que passer. Je n’ai pas peur des projections ni du jugement qui seront associés à ce que je fais puisque je m’implique généralement corps et âme à ce que je fais et préfère ne pas me mentir… Par contre, ce n’est pas pour autant que j’en suis mauvais. Je suis juste réaliste et honnête avec moi-même.

Tournant la page sur cela, il lui laissait un peu le temps de digérer ses paroles avant de lui retourner la pareille :

-Et toi, quelle est ta place dans ce monde Aimi ?


_________________
Réflexion [Aimi] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Réflexion [Aimi] Empty
Jeu 28 Mai 2020 - 12:06





Une réponse très claire. Aimi était très fidèle à Toph et donc à la Roche. Mais surtout, elle aimait cette hyûga et la respectait profondément. Pour avoir échangé avec elle longuement, elle savait que c’était une personne qui avait les épaules très solides et un poids sur celle-ci conséquent. La princesse du Byakugan se remettait en question très souvent et souhaitait le bien pour le village et le pays. Comment pourrait-il en être autrement ? Quant à ses rivaux et si elle en était, alors ils auraient du pain sur la planche pour reprendre ce que Toph avait instauré et mériter cette place.

Pensait-il que la kunoichi pourrait avoir une influence sur ce qu’il se passe au sommet de la Roche ? Cela en avait tout l’air en tout cas, mais que cela lui apporterait-il ? Pourquoi imaginer voir la rougeoyante aux côtés de Toph, voire à sa place ? En cela, elle restait très intriguée par ce qu’il pensait. Une posture ferme par rapport à soi. C’était peut-être pour cela que le Meikyû était autant intéressé par la chunin. Car ses réflexions le rejoignaient sans doute beaucoup. De plus, bien qu’elle ne sût pas si elle était légitime pour une telle place, elle savait ce qu’elle voulait et croyait dur comme fer en ses valeurs. Est-ce que cela suffirait à être cette plus-value dont aurait besoin le meneur ? Peut-être bien oui.


« Bien que je ne sache pas si ce genre de place serait pour moi, rien ne me fera changer d’avis sur ce que je souhaite de ce monde, ça tu peux en être certain. »

Un léger sourire s’échappa de ses lèvres, alors qu’elle le regardait siroter son thé et qu’elle avait fini le sien, sous la précipitation et la déstabilisation de ses questions.

« Est-ce que mon désir ardent de faire porter ma voix pour ce que j’aspire suffirait ? Je ne sais pas, mais si l’oreille de Toph ou d’un autre meneur en serait attentif, alors j’essaierai. »

De là à gouverner tout un pays ? Aimi ne se sentait pas prête pour cela, elle avait encore beaucoup à prouver. Puis, le voulait-elle vraiment ? Elle aurait dit que non, il y a quelque temps, mais après certaines discussions, elle ne savait plus. En fait, la question qu’elle se posait, c’était de savoir où était sa place dans ce monde… Une vraie énigme, qu’elle voulait d’ailleurs partager avec Raizen, en lui posant cette même question. À son tour de le surprendre et de l’interroger. Une très bonne question hein… Aimi sourit et le laissa réfléchir, croisant les jambes. Messager. Un rôle qui pour la rousse était très important en fonction de l’impacte qu’il pouvait avoir sur les autres. Utiliser la paix pour atteindre son objectif était quelque chose que la rousse entendait et avec laquelle elle était d’accord. Conseiller. Est-ce qu’être un messager permettait aussi de pouvoir conseiller un grand pilier, n’était-ce pas similaire que de conseiller et de faire passer un message ? Agir et parler, pour la rousse, on ne pouvait pas faire l’un sans l’autre.

Les mimiques sur son visage étaient intéressantes, parce qu’ils trahissaient de ses pensées et cela fit sourire la rousse. Elle le fixait de ses orbes rougeoyants à la recherche de réponses, elle voulait le connaître, le comprendre et qu’il ne se défile pas. Et elle se doutait bien que de s’ouvrir à quelqu’un qu’on ne connaissait pas était aussi difficile que si on ne retrouvait au pied du mur, avec une douce Eiseinin qui posait des questions existentielles.

Aimi découvrait alors les points sur lesquels son interlocuteur aspirait. Étrangement, elle se sentit très concernée en l’écoutant et se vit même surprise, rehaussant ses sourcils devant ses paroles. La chunin n’aurait pas pensé qu’ils se rejoignent autant, bien que lui avait beaucoup plus d’expérience et qu’il savait ce qu’il était et où il allait. La doucereuse esquissa un doux sourire, avait-il essayé de l’influencer elle aussi en lui parlant de tout cela ? C’était possible, mais était-ce vraiment mal ? Messager chaotique hein ? Remettre en question même les belles choses de ce monde ? C’était un fort pari à tenir et en effet, cela pourrait engendrer beaucoup de casse et de désaccord. Aimi rit, doucement, c’était le cas de le dire.


« Un tel pouvoir, que celui qui transmet un message, qui remet tout en cause, même les belles choses. Tu peux le dire oui que tu es un messager chaotique. Mais n’avons-nous pas besoin de toujours remettre tout en cause pour nous améliorer ? Si j’avais un message, il serait assez similaire, en plus que de vouloir la paix en ce monde. Je cherche l’avancée, l’amélioration et le dépassement de ce qui existe dans le Yuukan. Il mérite qu’on s’y acharne pour le faire évoluer. Je veux un futur sain pour ceux que je chéris. Si je dois travailler avec d’autres pays pour cela, je le ferai, tant que ça concorde avec mes principes.
Mais pour pouvoir aspirer à tout cela, faudrait-il que je sache où est ma place dans ce monde...
»

En voyant le thé vide de son camarade, la jeune femme se leva avant de chercher dans sa sacoche de quoi payer le tout, qu’elle déposa sur la table. Son regarde sanguin se posa sur ses orbes dorés avant de sourire.

« Ca te dit de prendre l’air un peu ? »

Avant de quitter les lieux, la rousse se rapprocha du gérant et prit l’une de ses mains entre les siennes. Elle le remercia et lui promit de repasser dans la semaine pour discuter plus amplement avec lui. Enfin, elle retourna vers Raizen, qui faisait une bonne tête de plus qu’elle et l’invita à la suivre à l’extérieur. Aimi s’étira alors de tout son long pour dégourdir ses muscles avant de prendre le premier chemin qui lui vint à l’esprit. L’âme de ses pupilles semblait se perdre, troublée par sa question.

« Ma première réponse serait de dire qu’elle est auprès de ceux qui ont besoin de moi pour les soigner et pour les accompagner. Que ce soient mes patients ou mes camarades. Mais puis-je avoir un rôle plus important et influent, une place où je pourrais faire les deux ? Je ne sais pas, je ne suis qu’une âme qui vit et qui cherche encore sa place, je pense. »

Son visage regardait ses pieds, marchant aux côtés de l’ancien kumojin. La Chunin n’aimait pas se questionner en sachant qu’elle n’avait pas les réponses, une certaine frustration montait en elle et lui faisait froncer les sourcils et arborer cette moue adorable et boudeuse. Alors, elle préféra jeter son dévolu sur le brun et le questionner encore, curieuse.

« Que ferais-tu si Kumo n’était pas annexé, à l’heure actuelle ou si tu y retournes un jour en tant qu’habitant kumojin ? Conseiller Sazuka ? Ou transmettre ce message à travers le monde ? Ou autre chose ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Réflexion [Aimi] Empty
Dim 7 Juin 2020 - 16:38

Écoutant Aimi parler, il admirait le fait qu’elle soit transparente et sincère avec elle même. Contrairement à plusieurs, elle ne prétendait pas savoir ce qu’elle ne savait pas, raccourci qui était facile pour plusieurs. Au contraire, elle était en recherche et en questionnement perpétuel, signe qu’elle avait les bases d’un bon chef à son avis. Après tout, la remise en question continue était clé. Tant qu’elle ne freinait pas la prise de décision, celle-ci était une arme valeureuse. Or, saurait-elle la canaliser ? C’était une des difficultés que Raizen confrontait chaque jour et plus les jours avançaient, plus il devenait efficace. Comptait-elle traverser une expérience similaire ?

-Pourquoi pas ?

Se levant pour la suivre, il remerciait l’initiative leur permettant de se dégourdir les jambes. S’il n’avait pas été attentif à son interlocutrice, il n’aurait pas remarqué que ses questions l’avaient laissé perplexe au point d’y lire une quelconque frustration. Or, avant même qu’il puisse soulever le tout, elle l'assomma d’une nouvelle question.

Sur le coup, il continua sa marche en gardant ses mains à l’intérieur de son long manteau qui portait dorénavant le logo du Fukkatsu.

-Tout dépendra de ce qu’il se passe. Il y a plusieurs scénarios dans la reprise de Kumo qui sont possibles. Toutefois, je risque de faire ce qui selon moi aidera le plus Kumo et le monde. Si on parle d’une situation typique où nous reprenons Kumo et Sazuka est acceptée par tous à titre de Raikage, je pense que j’agirais en tant que conseiller ou peut-être à titre de chef d’une division quelconque.

À vrai dire, Raizen était plus ou moins au courant du type de division qu’il pourrait mener. Toutefois, il préférait garder le tout confidentiel sachant qu’il ne savait plus si l’intérêt y serait d’ici là.

-Ensuite, reprendre Kumo signifie devoir remettre rapidement la nation sur pied. En fonction de l’état dans laquelle nous la trouverons, nous devrons rapidement faire l’état des lieux des shinobis et stabiliser la situation pour leur faire voir la vision du futur que nous avons afin qu’ils se projettent et fassent partie du changement. Après quoiqu’il arrive, mon rôle au sein de Kumo me permettra toujours de pousser ce message au monde entier. Faire cavalier seul serait une possibilité seulement si Kumo ne me permet pas d’atteindre mes objectifs aussi efficacement au sein du Yuukan.

Haussant les épaules en levant la tête vers le ciel, il se questionnait sur ce que l’avenir lui réservait. Pourtant, il préférait laisser ses songes pour une autre fois.

-Sinon, ne fait pas cette tête Aimi, j’ai l’impression d’y voir un Kage qui a déjà passé 15 ans à gouverner un village.

La taquinant, il déposa calmement sa main pour venir tapoter son épaule d’un geste aussi doux que chaleureux.

-Trouver les réponses du premier coup serait trop facile et plusieurs pensent avoir la science infuse et s’assoient sur de faux lauriers nourris par leur manque d’humilité. Devant ce que nécessite la compréhension de ce monde en constant mouvement, la seule constante est le fait que le Yuukan est instable et ne sera jamais vraiment stable.

Amorçant calmement ce qu’il comptait dire, c’était si on veut une manière pour lui de l’encourager.

-Donc, ne sois pas trop difficile avec toi-même. Par contre, nourris-toi de cette frustration pour manifester tes objectifs dans ta vie réelle. Il y a une différence entre croire et faire. Personnellement, je trouve cela noble qu’une Eisei-Nin passe des soins physiques et corporels aux soins structurels et sociologiques de nos populations. C’est noble et je pense qu’il n’y a personne de mieux placer pour approfondir cet équilibre que ceux qui comprennent les bases et fondations mêmes du corps humain. Toutefois, c'est tout une autre dynamique. J’ai donc hâte de voir comment tu stabiliseras tout cela pour écrire les premières lignes de ton futur Aimi.

Tournant la tête pour lui sourire, on pouvait pour la première fois voir un rictus sincère, sans prétention et aucunement masqué. Il était important pour lui de s’exprimer sur la cause sachant qu’il adhérait fortement à cette idéologie. Autant s’entraider non ?

-Sinon, parle-moi un peu de toi Aimi. Qui es-tu en dehors de cette mission ultime que tu te donnes ? Qu'est qui se cache derrière ce visage semi-pensif ?

Question piège ? Évidemment. Or, il était toujours intéressant de changer le rythme de la danse dans une conversation. La continuité était agréable pour certains, mais manquait d’éclat pour Raizen. Comme corbeau, il ne pouvait se passer des possibles éclats lorsque l’opportunité s’y prêtait. C’était contrenaturel pour lui. Ainsi, il venait de jeter la balle dans son camp alors qu’il laissait planer une aura mystérieuse tel qu’accoutumé.


_________________
Réflexion [Aimi] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Réflexion [Aimi] Empty
Mar 23 Juin 2020 - 12:00





Bien qu’elle aimait beaucoup ce salon de thé, pouvoir profiter de l’extérieur et de l’air faisait du bien. Aux côtés de Raizen, elle laissait ses pas la guider à travers les rues éveillées de la Roche. Le brun avait laissé pleins de questions dans la tête de la rubiconde, tout cela la frustrait lourdement, ne pas savoir, ne pas avoir de réponses à ses questions ne lui plaisaient pas. Mais si elle devait être déstabilisée, lui aussi aura le droit à son lot de questions. L’une d’elle concernait Kumo et elle savait que c’était un terrain miné, mais elle espérait tout de même qu’ils aient assez parlé pour qu’il s’ouvre un peu plus. Sa réponse était ce à quoi, elle s’attendait, elle n’était pas vraiment surprise et se contenta de sourire. C’était sûrement quelque chose que la kunoichi aurait fait aussi. La suite de ses mots fut pertinente et logique, c’était ce qu’il y avait de mieux pour le village si cela devait arriver. Bien évidemment, il y avait toujours ce petit clin d’oeil envers la vision internationale qu’il portait.

« Mais du coup, tu dois avouer qu’il est important de remettre sur pied la nation et le village et de gérer ce qu’il y a à faire en interne, avant de penser à voir au delà des frontières non ? »

Son visage se tourna vers le sien, lui adressant un clin d’œil à la fin de ses mots. Elle espérait qu’il comprenne où elle voulait en venir. La kunoichi piqua un fard lorsqu’il s’adressa à elle ainsi. Elle tenta de rétorquer, mais bégaya trop pour pouvoir répondre, pourquoi voulait-il absolument lui mettre ça en tête ? Son visage se baissa jusqu’à observer ses pieds silencieusement. Un monde instable, oui, c’était ce qu’il était. Pouvait-on réellement y changer quelque chose ? La douce ne savait pas.

« C’est gentil d’essayer de m’encourager Raizen. Je ne pourrais jamais arrêter de sauver des vies, mais si mon objectif pouvait se répandre à au delà, j’ai même quelques projets en tête pour l’hôpital… J’essaie de faire au mieux avec ce que j’ai. J’ai du mal à comprendre pourquoi tu portes autant d’espoir en moi... »

Rougissant légèrement face à ce sourire qui se voulait plus que sincère, la kunoichi ne répondit rien de plus. C’était déstabilisant de voir quelqu’un qu’elle connaissait à peine croire autant en elle, elle ne savait même pas quoi en dire. Le maître des sceaux s'interrogea alors sur Aimi et ce qu’elle était en dehors de son rôle de médecin sauveuse du monde. Les deux étaient trop curieux, jamais ils ne finiraient s’ils s’échangeaient des questions ainsi. La rousse reconnut alors la rue dans laquelle elle était et un triste sourire s’échappa de son visage pensif, comme il disait. Ses pas s’arrêtèrent alors, forçant le membre du Fukkatsu à en faire de même.

« Cela se voit tant que ça que je suis pensive ? Mais bon, tu y es pour quelque chose, tu sais. » La rubiconde sourit timidement avant de faire un signe de la main et de montrer une maison fraîchement reconstruite, dont on pouvait encore voir les traces de brûlures et de destruction par endroit. « Voilà ce que je suis en dehors de tout ça. La fille qui a perdu son père, qui tenait cette boutique détruite lors de l’attaque. Je suis aussi une personne qui aime lire et qui rêve de voyager, je suis très curieuse, mais ça, je pense que nous l’avons en commun n’est-ce pas ? »

La doucereuse s’approcha alors de la boutique et s’adossa à un muret tout en croisant les bras. Il était toujours difficile de revenir ici, mais maintenant qu’elle s’y était installée à nouveau, elle devait être forte.

« Et toi alors, qui es-tu derrière cette figure sérieuse et réfléchie ? As-tu des rêves qui ne concernent pas ce Yuukan instable, mais bien toi et toi seul ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Réflexion [Aimi] Empty
Dim 5 Juil 2020 - 23:02

Appréciant étrangement la présence de l’Eisei-nin, le Meikyû poursuivait son chemin en prenant le temps d’écouter Aimi.

-Il est vrai que remettre une nation sur pied en gérant l’interne est important et prioritaire. Malgré tout, je pense que dans cette gestion, il faut vraiment que les gens puissent se projeter au-delà des facteurs concrets pour avoir un équilibre quelconque pour savoir au moins ou on s’en va.

Retournant ainsi le clin d’oeil qu’elle lui avait adressé, Raizen semblait ne pas être le seul à être taquin du regard. Poursuivant ainsi leur promenade, ils arrivèrent finalement jusqu’à ce qui semblait être les ruines d’un passé avec lequel elle devait dorénavant vivre, quelque chose qui la marquait, mais qui semblait aussi la motiver à vouloir poursuivre et aller de l’avant…

S’adossant ainsi contre le muret, malgré la négativité qui pouvait peupler ses souvenirs en se présentant à cet endroit, il appréciait sa transparence et ouverture, chose qu’il se permettait même de réciproquer. En venant même à oublier le teint rougeâtre qui s’était emparé de ses joues tout comme la timidité qu’elle semblait masquer à merveille, il déposa simplement sa main sur son épaule d’un délicat geste de réconfort.

Pour une des rares fois, Raizen se permit même un léger sourire, chose qui était assez rare chez cet individu aussi mystérieux que sérieux.

-Tu n’as pas tort, nous avons cela en commun, tout comme nous avons respectivement perdu notre parent…

S’ouvrant publiquement pour la première fois sur le sujet, Raizen comprenait ce qu’elle vivait. Il n’en avait pas parlé par le passé, pas parce que personne n’en était digne, mais simplement que l’ambiance et l’ouverture ne prêtaient pas au sujet…

-Derrière cette figure sérieuse et réfléchie hein…

Ricanant légèrement, il leva soudainement la tête vers le ciel avant de délaisser soigneusement sa prise sur son épaule. S’adossant à son tour contre le muret, il regardait toujours le ciel, pensif...se cherchant peut-être à un certain degré… Après tout, on ne lui posait jamais ce genre de questions…

-C’est une bonne question…

Étant cette fois-ci l’être qui était possiblement déstabilisé, il se mordit légèrement la lèvre alors qu’il s’ouvrait sur de nouvelles facettes de sa personne.

-Ce n’est parfois pas facile de penser à soi sachant que je suis un éternel insatisfait, mais au-delà de cette facette de moi, je suis surtout en quête d’un dépassement individuel constant. Je ne peux m’empêcher de vouloir comprendre les gens et leur fonctionnement. C’est tellement intense que parfois j’en oublie peut-être même ma personne qui sait.

L’altruisme...Pas vraiment… Simplement, il se voyait mal se concentrer sur autre chose au regard de tous les maux dont il était témoin.

-Autrement, j’aimerais écrire un livre relatant des facettes cachées du Yuukan, chose dont les gens ne parlent jamais… Ça me permettrait d’en profiter aussi pour découvrir ce monde beaucoup trop vaste et inexploré pour demeurer ainsi. J’aime beaucoup trop la nouveauté et l’inconnu pour pouvoir m’en passer. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à devenir un maître en fuinjutsu, ce désir de compréhension et d’exploration…

Se détendant peu à peu, il tourna sa tête pour regarder Aimi :

-Et aussi étrange soit-il, j’ai envie d’élucider le mystère des Dieux et de la création de ce monde. Pour en avoir vu deux, dont un que j'ai pu affronter, je me dis qu'il y a beaucoup d'éléments à découvrir sur leur véritable nature et historique... Je pense qu’à travers le temps beaucoup de matières historiques ont été noyées et reconstituer cela serait très intéressant… je pense

Haussant les épaules, il poursuivit :

-Après, qui sait… Je ne sais pas encore si je veux une famille, mais si je devais ne choisir qu’un seul objectif ou désir, ce serait…

Marquant une pause, ses yeux pétillaient soudainement d’un éclat nouveau :

-Surement d’atteindre un moment où je pourrais être réellement satisfait de ma personne et finirait épanoui...même si cela implique un ensemble de choses pour le moment abstrait.

Lui laissant un aperçu du monde dans lequel il habitait, c’était cela que Raizen abritait sur ses airs très sérieux et mystérieux : un flou gaussien dont lui-même peinait à naviguer. Il savait ce qu’il aimait de ce qu’il n’aimait pas. Or, cela ne l’empêchait pas d’avoir une forte partie d’inconnue dans ses objectifs. Malgré tout, ce qu’il aimait par-dessus tout demeurait la découverte et l’évolution...dont lui-même était le principal objet.

-Bienvenue dans mon monde Chiwa Aimi…Après, dis-toi que le fait que je te partage le tout corrobore les espoirs et le potentiel que je vois en toi. Tu sais maintenant des choses que très peu de personnes savent sur moi…

Haussant de nouveau les épaules, il changea de sujet, se concentrant cette fois-ci sur une tonalité plus positive :

-Et si je demandais à la femme curieuse qui aime lire et voyager son lieu préféré à Iwa, où m'emmènerait-elle ?

Ils y étaient peut-être déjà. Or, il était curieux de savoir s’il n’y avait pas un endroit sympathique au sein de ce village qu’il n’avait pas dcouvert et dont ils pourraient terminer leurs discussions.


_________________
Réflexion [Aimi] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Réflexion [Aimi] Empty
Dim 9 Aoû 2020 - 0:40





« Je pense qu’à ce moment-là, celui où les gens devront se projeter au-delà de leur village, cela sera au dirigeant de les guider dans cette voie. N’est-ce pas ? »

Un fin sourire se dessina sur ses lèvres. Les deux shinobis venaient de contrées différentes et pourtant, ils arrivaient à se comprendre et se compléter dans leur idée, c’était à la fois amusant et agréable, car il en ressentait un échange très intéressant et plaisant. Aimi s’appréciait donc à s’ouvrir sur ses propres idées, qu’elle ne déballait que rarement et ne se gênait pas pour émettre un avis à ce qu’il disait. Mais elle se surprit à lui en faire plus qu’il en faudrait. L’emmener devant sa maison n’était pas rien pour elle et la Chiwa espérait qu’il le comprendrait.

La main sur son épaule confirma l’opinion qu’elle lui portait et qui était plutôt bonne, un seul regard suffit de sa part pour lui montrer sa reconnaissance, pas besoin de le remercier dans un moment qui pouvait être difficile pour l’Eiseinin. La rousse fut d’ailleurs touchée de savoir que lui aussi avait vécu un deuil, un moue triste prit possession de son doux visage et de la compassion naquit dans une poigne sur la main posée sur son épaule. Pour passer sur quelque chose de plus sérieux et moins triste, la jeune femme l’interrogea sur le Raizen autre que ce qu’il laissait montrer, paraître. Cette question semblait faire mouche à en croire son rire et sa réaction. Elle croisa alors les bras et l’observa amusée, que pouvait-il bien cacher sous ces airs de diplomate et politicien ?

La kunoichi agrandit ses lèvres pour laisser apercevoir une parfaite dentition. En quête de dépassement individuel hein… elle avait l’impression de se retrouver dans ce qu’il expliquait, vraiment. L’écarlate hocha de la tête, comme pour acquiescer à cette confession. Si Aimi portait un côté plus altruiste, elle pouvait comprendre qu’il était plus évident pour lui de se pencher sur ce qu’il se passait autour, que sur soi. Son souhait d’écrire un livre intrigua la Chiwa qui se releva de son muret. Une main se posa sur son front, décidément.


« Tu sais, ça en serait presque effrayant, de voir à quel point nous avons beaucoup de points en commun. Cette éternelle satisfaction, cette quête de réponse, de découvrir le monde, ne pas se sentir entier tant qu’on ne sait pas… En plus, j’écris depuis toujours, des notes sur tout ce que je découvre, mais aussi sur des projets et des idées… Les dernières concernaient la résonance et sur les greffes par exemple… Tu me parles des Dieux, je t’avoue que j’en sais trop peu pour comprendre quelle est leur place dans ce monde… Mais être face à eux, ça doit être inoubliable… Mais oui, ça serait intéressant d’utiliser leur existence pour mieux comprendre notre cher Yuukan. »


Une famille ? Il fallait sûrement attendre le moment où on serait prêt et qu’on aurait la personne pour. Pour sa part, elle ne savait pas encore si elle était faite pour ça ou si simplement, elle le voulait. Avoir perdu ses parents lui avait suffi et l’infliger à ses futurs enfants ne l’emballait pas…

« Ce sont des projets louables, et j’espère qu’un jour, tu sauras trouver celle qui pourra t’offrir cette famille que tu mérites. Merci de m’offrir l’entrée de ton monde Raizen… Mais sache que c’est réciproque, je m’ouvre très rarement sur mon passé ou sur ma vie, sauf ce que les gens savent de ce que je fais à Iwa. »

Un endroit qu’elle aimait particulièrement à Iwa ? Il y’en avait très peu, voir qu’un seul. Le vrai lieu qu’elle préférait n’était pas ici en fait. -

« Pour tout t’avouer, mon endroit préféré n’est pas à Iwa, c’est mon village natal, bordé par un champ de tournesols magnifiques. Je t’y emmènerai peut-être un jour, qui sait. Pour l’heure, il y a endroit que j’aime bien, j’y passe mes pauses d’ailleurs, on voit tout, on se sent grand, mais c’est calme et la solitude est reposante parfois. Tu me suis ? »

D’un signe de la tête, la jeune femme l’invita à la suivre. Encore un petit peu de marche, tandis que l’après-midi touchait à sa fin et que le village s’apaisait petit à petit. Ses pas arpentaient les rues de la Roche, vers un lieu très important pour Aimi, elle y passait la plupart de ses journées, et même ses nuits. En fait, c’était l’endroit qui la poussait à se lever tous les matins. Parce qu’elle n’avait plus vraiment personne pour qui le faire. Son attention se portait donc sur l’Hôpital d’Iwa.

Arrivant en bas de celui-ci, la kunoichi l’invita à passer sur le côté et leva les yeux au ciel. Un petit sourire se dessina sur son minois, avant de tourner la tête vers le maître en Fuinjutsu.


« Prêt à prendre ton envol ? »

La rousse concentra du chakra dans ses pieds et bondit sur un muret avant de bondir de nouveau vers le toit de l'hôpital. Une fois arrivée, l’écarlate attendit l’ancien kumojin avant d’observer face à elle. Une vue offerte sur le village de la Roche s’offrait à eux. On pouvait voir au loin les hauts plateaux d’entraînement, les remparts et les montagnes au loin. Bien plus loin peut-être un brin de forêt et par le sud-ouest, un désert aride, beaucoup d’imagination s’offrait alors à l’Eiseinin qui aimait passer du temps ici.

« Bienvenue dans ma petite cachette. »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Réflexion [Aimi] Empty
Lun 17 Aoû 2020 - 3:53


Écoutant attentivement les paroles de Aimi, Raizen devait avouer être assez surpris de voir à quel point ils se ressemblaient sous de nombreuses facettes. Pourtant, tous les deux avaient l’air très différents. En caricaturant un peu, il était facile de les percevoir comme les deux faces d’une même pièce de monnaie sur laquelle Raizen représentait la parcelle la plus sombre des deux. En effet, bien qu’ils semblaient alignés, Aimi dégageait une positivité qu’il ne saurait jamais dégager.

À y voir et ressentir sa positivité, bien que difficile à décrire totalement, elle n’en demeurait pas moins un des rares brins de fraicheur qu’il connaissait. Donnant ainsi la joie de vivre aux gens, le Meikyû était certain que l'entourage de l'Iwajine était entre de bonnes mains. Rarement aussi utopiste, tout n’était qu’une question de longueur d’onde.

Assez pragmatique de nature, le Kazejine faisait confiance à son instinct, élément primordial qui faisait de lui un homme réfléchi, mais aussi très intuitif. Or, cela ne l'empêchait pas d'être un visionnaire. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il lui demanda de l’amener à son lieu préféré d’Iwa. Étant capable de voir le meilleur comme le pire d’un village, quelque chose lui disait qu’elle saurait lui donner une vue d’ensemble de ce territoire. Lui confiant ainsi cette responsabilité sans pour autant s’en rendre compte, bien que le champ de tournesols aurait été intéressant, la vue à laquelle ils avaient droit était simplement majestueuse…

Lui rappelant indirectement Kumo avec ses montagnes et les remparts, un brin de nostalgie animait le faciès généralement neutre du Meikyû.

-L’espace d’un instant, j’ai cru qu’on allait devoir s’envoler, mais c’est suffisamment beau pour que j’y invite mon compagnon…

Mordant son doigt pour y faire apparaître un gigantesque corbeau de 5 mètres, celui-ci apparut avant de contempler la vue qui s’offrait à eux. Il se tourna ensuite vers Aimi et Raizen.

Courbant dès lors sa tête devant celle-ci, il précisa :

-Mademoiselle, tout l’honneur est pour moi.

Observant ensuite Raizen, alors que le Meikyû comptait lui parler, il leva une de ses ailes pour l’interrompre :

-Spero, pourrais-tu…

Et puis d’un seul coup, celui-ci se désinvoqua, n’écoutant en aucun cas celui avec qui il avait fait un pacte… Légèrement ridiculisé par la situation, Raizen éclata légèrement de rire, chose qui était très rare chez lui.

-Pardonne-moi ces manières, mais le fait qu’il t’ait salué est assez intéressant. Il se contente généralement d’observer les gens sans leur accorder d’attention…

Passant ainsi sa main dans sa propre chevelure en guise de gêne, il décida de s’asseoir devant ce magnifique décor qui s’offrait à eux.

-J’aurais aimé te faire découvrir cet endroit sur le dos d’un oiseau, mais ce sera pour une prochaine fois, je suppose…

Paraissant drôlement apaisé, le Meikyû ne quittait aucunement des yeux ce qui se profilait devant lui… Semblant même ému, ce n’était pas tous les jours que le décor s’offrant à lui lui rappelait la totalité de sa vie… Que ce soit le brin de forêt qui symbolisait son séjour à Hayashi, le désert qui lui rappelait Kaze, les hauts plateaux Kumo ou même Joheki avec les remparts, il avait l’impression de voir la totalité de sa vie défilée devant lui.

Comprenant que l’éclectisme qui avait fait composer sa vie était pourtant un tout quelque part dans ce monde, il appréciait le fait de pouvoir contempler cela au même endroit. Sur le coup, il ne pouvait que se sentir bien...

-Étrangement, sans entrer dans les détails, ce décor résume la totalité de ma vie à travers son éclectisme...avec beaucoup de précision…

Regardant cette fois-ci Aimi, il ajouta :

-À croire que c’est peut-être pour cela qu’on se comprend et s’entend si bien…

Son timbre de voix venait-il de changer ? Possiblement. Étrangement, il était beaucoup plus calme et détendu, comme s’il se découvrait à travers ce moment…

-Si je peux pousser les coïncidences plus loin, je suis certain que tu considères Iwa comme étant ta famille entière…, mais j’espère aussi que quelqu’un saura t’offrir la famille que tu mérites, si ce n’est pas déjà le cas. Le monde a besoin de gens qui prennent le temps, un peu comme ce que tu as pris le temps de faire Chiwa Aimi.

Prononçant la totalité de son nom, une mèche vint voiler ses iris sans pour autant détruire la sincérité qui trahissait ses yeux dorés…

Comme si c’était la dernière fois qu’il pourrait à jamais profiter d’un instant de paix, il agrémenta son geste en posant sa main sur son épaule pour lui témoigner de sa sincérité et reporter ses yeux sur le décor…

-D’ailleurs, que représente cet endroit pour toi ?

Curieux de savoir pourquoi elle aimait tant cet endroit, ils trouveraient peut-être un autre point en commun, qui sait...

_________________
Réflexion [Aimi] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Réflexion [Aimi] Empty
Lun 17 Aoû 2020 - 23:37





Cet endroit représentait beaucoup pour la kunoichi et y faire venir quelqu’un n’était pas anodin. C’était un peu comme son jardin secret et sa cachette à elle, alors elle s’y sentait un peu gênée, réservée, comme s’il pourrait lire en elle comme dans un livre ouvert. Il était vrai qu’ils se rejoignaient sur beaucoup d’aspects, mais n’en étaient pas identiques non plus. D’ailleurs, elle pourrait plutôt représenter la face lumineuse de l’astre et lui celle ténébreuse. Les opposés ne s’attiraient-ils pas ? Peut-être alors qu’ils étaient voués à joindre cela pour faire de grandes choses.

La rousse pouvait lire sur son visage que cette vision ne le laissait pas indifférent et elle en sourit, simplement. La mention d’un compagnon étonna la kunoichi qui comprit très vite par sa démonstration qu’il invita son invocation à profiter du décor naturel et immense face à eux. Aimi recula légèrement en voyant la créature ténébreuse et ailée à leur côté, qui faisait cinq fois sa taille. Surprise devant le corbeau et ses paroles, elle tenta de remettre ses idées au clair et s’inclina légèrement avant de répondre confuse.


« En...chantée de vous ren...contrer ! »

La rougeoyante le dévisageait, impressionnée et fut témoin d’un court échange entre eux, assez étrange d’ailleurs. Il était alors arrivé aussi vite qu’il repartit. Le rire du Meikyû sortit la Chiwa de ses pensées confuses, alors qu’elle le regardait de manière vague et incompréhensible. Elle s’installa à ses côtés, et l’écouta avant de sourire.

« Observer ? Je vois… C’est quelque chose que je fais souvent aussi, j’aime bien analyser les gens… Quant à découvrir cet endroit à dos d’oiseau, il est vrai que ça aurait vraiment été plaisant, je pense, tu te rattraperas dans ce cas ! »

La jeune femme posa ses bras sur ses genoux et y appuya son menton pour observer le paysage qui s’offrait à eux. C’était calme et apaisant et ce décor se reflétait dans les paroles de chacun et sur leur humeur. Celui-ci avoua alors que tout ce qu’il voyait ne représentait pas qu’une forêt ou une montagne ou un désert, mais même une partie de sa vie. Surprise, elle aurait aimé en savoir plus, mais n’osait pas le lui demander de peur de trop s'immiscer dans sa vie. Alors elle se contenta de refermer sa bouche et de le laisser continuer. La douce souria et hocha de la tête, comprenant ce qu’il voulait dire. Cet endroit semblait refléter ce qu’ils pensaient l’un de l’autre, mais pas que, comme s’ils se comprenaient, comme il l’expliquait. Raizen voyait juste dans ses mots, comme toujours d’ailleurs. Même si sur certains points, elle n’était pas forcément d’accord… D’ailleurs, en sentant sa main sur son épaule, l’écarlate détourna le regard et fixa le sol, comme douteuse. Devant sa dernière interrogation, la jeune femme décida de se lever et de se rapprocher du bord du toit.

« Iwa est et sera toujours ma famille. De toute façon, je n’ai plus qu’elle… Mais j’ai un peu plus de mal avec le fait d’avoir ma propre famille avec quelqu’un… Déjà, parce qu’il faudrait trouver la bonne personne, et je suis difficile, mais aussi parce que je ne sais pas si je veux que mes enfants vivent dans un monde où la mort nous menace à chaque moment. Un monde où je n’ai pas l’impression de pouvoir prendre mon temps… »

La combattante se tourna alors vers le manipulateur des sceaux, un air assez triste sur son visage. C’était la première fois qu’elle s’ouvrait sur cet aspect de sa vie et étant donné qu’elle n’aimait pas parler d’elle, c’était quelque chose d’assez important.

« Pourquoi j’aime bien cet endroit ? Parce que j’y vois mon passé, mon présent et mon futur. Parce que j’ai vécu au-delà et ici même, que je vis à l’intérieur et que je me donne corps et âme, mais que j’aimerais aussi un jour pouvoir découvrir les paysages lointains et que je les arpenterai. Peut-être que j’aurai mon rôle à jouer aussi. Et aussi parce que c’est beau, que chaque image marque mon histoire et que ça m’apaise.

Et toi, me dirais-tu ce que te fait ressentir cet endroit ?
»

Elle qui n'osait pas lui demander, avait fini par le faire. Aimi baissa alors les yeux vers le sol et attendit une quelconque réponse de sa part alors que son ombre bougeait au fur et à mesure que le soleil se couchait.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Réflexion [Aimi] Empty
Lun 24 Aoû 2020 - 3:19

Laissant l’air frais remplir ses poumons, Raizen se sentait léger physiquement, mais aussi psychologiquement. Étant étrangement plus ou moins serein malgré le poids important des sujets qu’ils abordaient, il devait avouer être surpris de trouver autant de plaisir à échanger. Généralement, la curiosité d’autrui s’arrêtait bien plus tôt, freinant ainsi toutes les réflexions qu’il désirait partager. Or, cette fois-ci, tout semblait couler de source , que ce soit ce paysage qui était un délice visuel ou leur discussion.

Vibrant sur une longueur d’onde parfois différente, mais tout de même synchronisée, tous deux composaient dans leurs échanges une rythmique assez unique et particulière. Laissant un libre arbitre à l’écho de leurs réflexions, devant lui se traçait une représentation réelle des paroles qu’elle illustrait.

Ce monde était certainement cruel, voire menaçant. Or, devaient-ils vraiment se retenir de vivre au risque de ne laisser que les insoucieux et autres léguer un certain héritage ? Était-ce plutôt le contraire ? N’était-ce pas cruel de vouloir mettre au monde une progéniture si le Yuukan était tout sauf stable et dangereux ?
Tant de questions et pourtant, il ne comprenait que trop bien ce qu’annonçait Aimi. Pourtant, dans tout cela, certaines constantes demeuraient : l’oubli de soi… Pourtant, dans tout ce paradoxe, elle déclarait être difficile. L’était-elle réellement ou avait-elle plutôt peur de s’ouvrir pour finir blessée ?

Délaissant ses réflexions pour un autre moment, le manieur de sceau scella ses pensées pour se concentrer sur le moment présent. Rares étaient les occasions dans lesquelles il osait délaisser son pragmatisme, mais si la conquête lui avait bel et bien appris quelque chose, c’était bien la force et l'importance du moment.

Ainsi, lui qui était bien souvent ailleurs, tantôt trop loin, tantôt perdu dans ses pensées profitait du moment, comprenant de mieux en mieux les motifs pour lesquels cet endroit avait marqué l’iwajine au point d’y lire les prémisses d’un secret…

Libérant un sceau sans appel, il déploya une légère couverture sur ses épaules de manière à la couvrir pour éviter qu'elle attrape froid. Laissant dès lors un léger silence planer, il maintenait tout de même le contact visuel avec celle-ci, comme s’il attendait qu’elle relève son regard. Lui faisant par le fait même prendre conscience qu’il n’y avait aucune gêne à faire preuve de curiosité et de transparence, l’étincelle généralement sombre du Meikyû trahissait un éclat plus positif qu’accoutumé. Ne perdant tout de même pas sa nature égoïste pour autant, elle donnait tout de même un reflet positif, comme quoi il savait reconnaître ce qu’il considérait comme bien et cette curiosité l’était en tout point…

-C’est assez intéressant sachant qu’on se ressemble plus que je l’aurais cru...tout en étant assez différent.

Laissant un délicat sourire percer son faciès, on aurait presque dit que Raizen en développait une certaine empathie. Lui qui comprenait bien souvent les gens, leur réaction et leurs mécanismes, n’en était pas forcément le plus empathique. Pourtant, ses paroles lui étaient suffisamment familières pour qu’il puisse la comprendre, mais aussi les vivre quitte à même s’y reconnaître à un certain degré.

-Pour ma part, ce décor est assez particulier sachant qu’il représente la totalité de ma vie, mais possiblement mon futur, un peu comme toi…

Reposant son attention sur le décor pour mieux personnifier ce que le tout générait en lui, il déclara finalement son ressenti :

-Le désert me rappelle Kaze, ma terre natale et le lieu dans lequel j’ai grandi pendant mon enfance pour finalement me retrouver à Kumo. En montagnes, les hauts plateaux me font vraiment penser à ma terre adoptive… À travers mon parcours, j’ai atteint un point tournant à Hayashi alors que j’y étais à des fins diplomatiques… C’est aussi à cet endroit que ma vie a changé et que j’ai été témoin de la résonance. La forêt me rappelle cela, mais aussi la profondeur de ce que j’ai découvert sur moi après avoir perdu Kumo…

Un peu comme la densité d’une forêt, de loin, on pouvait y voir un ensemble cohérent et co-existant ensemble. Pourtant, lorsqu’on se donnait la peine de la visiter, on y découvrait des particularités assez intéressantes, synonymes mêmes de ce qu’il avait découvert. Ayant découvert ses aptitudes sensorielles, mais aussi l’aptitude à redécouvrir ses émotions, Raizen avait su délaisser la surface de ses pensées pour s’ancrer dans les racines de ce qu’il vivait et de ce qu'il était.

-Puis finalement, les remparts représentent plus ou moins le lieu dans lequel, en compagnie de gens de confiance, que j’ai un peu tout remis à plat jusqu’à ce que je puisse de nouveau sortir de ses murs pour y découvrir le futur qui s’annonce devant moi.

Reportant dès lors son attention vers Aimi, il lui fit un léger clin d’oeil pour s’assurer de transmettre le positif qu’il voyait dans les bons comme les mauvais moments de son passé. Gardant pour lui-même qu'ils écrivaient à l'instant les premières lignes du futur, il poursuivit.

-Par contre, la seule certitude que j’ai est que nous n’avons d’emprise que sur nos actions, donc je suis certain que tu auras un rôle à jouer… Par contre, même si je suis d’accord qu’avoir une famille alors que le Yuukan est en pleine crise existentielle n’est pas l’idéal, il ne faut toutefois pas oublier ton bonheur personnel au détriment de ton envie de créer le meilleur pour les autres. Autrement, ce serait l'équivalant de créer un monde en se privant ce qui reviendrait à se sacrifier, ce que plusieurs ne seront jamais prêts à faire hélas.

Divergeant, car il avait une conscience de lui très importante, il pouvait ainsi se permettre un tel conseil :

-Ne pas s’oublier est important, c’est d’ailleurs pour cela que je suis si curieux, car personnellement, la découverte compose mon bonheur personnel.

Tel un corbeau, Raizen aimait plus que quiconque s’enrichir de savoir, de découvertes, mais aussi de mystères…

-Donc, toi qui te considères difficile, quel genre de personne cherches-tu réellement ? Es-tu vraiment difficile ou plutôt pas encore ouverte aux possibilités environnantes dues à la situation actuelle ?

Réfléchissant, Raizen était drôlement curieux de connaitre sa réponse. Si elle lui permettait d’en apprendre davantage sur les préférences personnelles d’Aimi, il pourrait surtout en apprendre plus sur un phénomène qu’il n’arrivait pas totalement à saisir… Étant beaucoup plus patriotiques que lui, son sens du sacrifice et la volonté qui l’animaient représentaient un réel point d’interrogation chez le Meikyû qui était né du chaos et n’avait d’attache qu'envers le progrès… Ainsi, quelque chose au plus profond de lui-même le poussait à vouloir en savoir davantage. Frôlant l’instinct pour personnifier une intuition, il ne pouvait éviter de poser sa question sachant que le seul risque était de se tromper...

Puis, quoiqu’il arrive, il ne pouvait cacher sa curiosité quant au type de personnes que pouvait chercher la femme à la chevelure de flammes.

Quel type d'ombre pouvait compléter le fameux soleil protecteur qui se levait chaque jour dans l'unique but de protéger Iwa ...


_________________
Réflexion [Aimi] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Réflexion [Aimi] Empty
Mar 20 Oct 2020 - 16:17





Il était bien dommage que des actes et des secrets sombres recouvraient le village de la Roche. Chaque nation avait son lot de crimes ou d’erreurs commis, mais Aimi voyait ces lieux comme sa famille et penser qu’on pouvait le voir comme une Iwa mauvaise et meurtrière l'attristait. Heureusement, Raizen ne semblait pas le voir ainsi lorsqu’ils contemplaient ensemble les paysages merveilleux qui s’offraient à eux ce qui la rassurait. À son tour, la rubiconde inspira une grande bouffée d’air qui allégeait son cœur de tous ses doutes.

Leur échange était aussi fluide que la brise qui caressait leur peau, c’était agréable et intriguant au point où la jeune femme se laissait aller à la conversation sans prendre forcément de pincette ou en étant sur la retenue.

Elle savait qu’elle s’oubliait en offrant sa vie à son prochain et que le Meikyû pouvait ne pas être satisfait de cela et elle comprenait. Mais c’était ce qu’elle était. L’Eiseinin lui expliqua ce que représentait cet endroit, c’était comme ouvrir son cœur que de lui exprimer ce qu’elle ressentait en ce moment même. Tout comme elle était agréablement surprise de leur trouver des points en commun qui n'étaient pourtant pas tous similaires, elle le fut encore plus lorsqu’elle sentit la couverture sur ses épaules. Ses joues se colorèrent timidement alors qu’elle glissait ses mains sur les bouts de tissu pour la serrer encore plus contre elle et de coller son épaule contre la sienne pour ne pas avoir froid. Un geste sans arrière-pensée bien évidemment alors qu’elle continuait à l’écouter tout en le regardant dans ses abysses sombres.

Tout comme elle, cette vue représentait pour lui sa vie ainsi que son futur, cela l’amusa alors qu’elle attendait de comprendre pourquoi. Kaze… un pays dont elle avait entendu parler de sa jumelle et de son chaton, un endroit vaste et sableux qu’elle aimerait découvrir un jour. Kumo était une nation très intrigante pour son côté scientifique. Elle avait toujours rêvé d’y aller et espérer pouvoir le faire un jour pour en apprendre davantage sur la Foudre et ses connaissances. La douce ne connaissait pas beaucoup le pays du bois, mais c’était aussi un endroit qu’elle aimerait arpenter un jour, surtout pour sa végétation qui pourrait lui permettre de développer ses connaissances en Rentanjutsu.


« Je suis désolée pour Kumo… Ne plus pouvoir vivre dans son chez-soi ne doit pas être évident. J’espère que notre futur n’en sera que meilleur et que nous utiliserons le mauvais pour en faire du bon. »

Il lui conseilla cependant de ne pas oublier son propre bonheur et de penser à sa vie future. La douce ne savait pas ce que le futur lui réservait alors comment se dire qu’elle voudrait une famille ? Puis de toute façon, ce n’était pas comme si elle avait trouvé quelq’un pour la fonder…

« Je suis quelqu’un de très curieux, qui s’est beaucoup sacrifié pour autrui, mais qui n’oublie pas de satisfaire ses petites lubies comme découvrir les secrets que recèle ce monde. Je ne peux être épanouie que quand je fais ce que j’aime le plus : soigner, protéger les miens, enseigner et apprendre. »

Sa dernière question surprit la kunoichi qui ne savait pas vraiment s’il parlait vraiment du type de personne qu’elle voudrait à ses côtés. Malheureusement, trop tard pour elle de cacher ses rougissements alors elle se contenta de détourner son regard vers un point précis du paysage. Aimi haussa des épaules alors que ses pupilles brillaient d’une certaine intensité. Raizen arrivait à la faire réfléchir sur des faits et des pensées qu’elle se refusait d’avoir.

« Je ne sais pas... Quelqu’un de fort, qui me fait me sentir vivante et qui sait ce qu’il veut… qui me pousse à me surpasser ? Être simplement aimée ? Est-ce que moi-même, je sais ce que je veux ? Contrôlons-nous vraiment ce que nous ressentons pour autrui ? Ai-je envie de m'attacher à quelqu'un qui pourrait disparaître à tout moment ? Est-ce que ça en vaut vraiment le coup Raizen ? »

Une petite moue sur le visage se dessina alors qu’elle plongeait ses pupilles écarlate dans celles du maître des sceaux.

« Et toi ? Tu rêves d’un jour pouvoir fonder ta famille quand tu seras prêt, sais-tu quel type de personne, voudrais-tu avoir à tes côtés ? »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Réflexion [Aimi] Empty
Lun 26 Oct 2020 - 1:48

Écoutant attentivement Aimi alors que celle-ci s’était rapprochée de lui pour ne pas avoir froid, il posa un regard chaleureux sur celle-ci avant de reposer son attention sur le décor qui lui faisait autant penser qu’il ne l’apaisait. Entendant par le fait même les sentiments qu’éprouvait Aimi au sujet de la perte de son village, il eut un court moment de tristesse avant de pouvoir se concentrer sur quelque chose d’un peu plus positif, mais de tout aussi mystérieux.

Portant toutefois attention ce qu’elle cherchait, mais aussi à son vécu, Raizen était rassuré de savoir qu’elle était consciente qu’elle ne devait pas s’oublier. Après tout, dans un monde comme celui-ci, il pouvait arriver que certains en viennent à nier leurs propres besoins au point d’en oublier qui ils étaient réellement ou d’être tout simplement insatisfaits de tout après avoir accompli de nombreuses choses pour autrui.

Continuant dans cette lignée, il appréciait énormément la description qu’elle faisait de la personne qu’elle recherchait. Représentant un profil semblant assez typique et accessible, elle amenait tout de même de bonnes questions qui servaient à nuancer l’aisance à trouver ce genre de caractère. Qui plus est, ce n’était pas avec tous les gens qu’un lien amoureux était possible. Raizen en était même à se demander ce qu’était réellement un lien de ce genre à ce rythme… Était-ce le genre de lien qui faisait justement mal lorsqu’une rupture se produisait. Était-ce pour cela qu’on pouvait confirmer et désigner une relation comme étant une liaison amoureuse ?

Prenant un court moment de silence lorsqu’Aimi lui posa ces dernières questions, Raizen avait réponse à de nombreux sujets. Toutefois, lorsqu’il ne savait pas, il ne prétendait pas savoir, préférant ainsi aborder ses réflexions, des possibilités, mais pas des réponses claires, nettes et précises.

-Je ne saurais te dire sincèrement si ça en vaut le coup. Je pense que ça dépend beaucoup des gens et que plusieurs peuvent très bien vivre leur vie sans ressentir ou éprouver d’amour de ce genre. Je pense qu’une passion fait partie d’un type d’amour, un peu comme notre passion mutuelle pour la découverte et tout ce qui attise notre curiosité…

Semblant aller très loin du véritable sujet, il eut un léger sourire avant d’y revenir calmement.

-Pour tout ce qui est de l’amour romantique, je dirais que ça dépend des gens et que c’est surtout quelque chose qu’on ne choisit pas vraiment. Pour n’avoir jamais réellement été amoureux, ce n’est pas pour autant que je ne m’en suis pas intéressé. Je pense qu’à la seconde où nous ressentons un désir qui va au-delà de l’amitié envers quelqu’un, que nous décidions de suivre ce sentiment jusqu’à possiblement le perdre, le rejeter et l’éviter ou autre, je doute que ce soit possible d’éviter le moindre risque. Si on veut, l’amour, dépendant à quel point on la vie et la ressent est un peu un appel ou un besoin plus fort que soi…

Réalisant qu’il s’exprimait sans pour autant avoir vécu quelque chose qui allait au-delà d’une affection sincère dans laquelle il était plusqu'investi, il eut un léger sentiment d’imposteur.

-Après, je dis cela, mais comme dit, je n’ai pas l’impression d’avoir pu me rendre jusqu’à cette étape d’où le fait que je ne sache pas totalement ce que je cherche de ce côté. Tout ce que je sais c’est que je cherche une surprise, quelqu’un qui saura me faire voir les choses différemment que sur un angle intellectuel, quelqu’un qui me permettra de vivre un moment et qui partagera aussi un intérêt pour la découverte. Évidemment, je pense qu’il n’y a pas d’amour sans qu’il y ait un intérêt mutuel et je pense qu’il est important que chaque individu puisse répondre et offrir un ensemble à l’autre qui lui correspond. Autrement, la relation risque de manquer de stabilité…

Il n’avait certainement jamais été amoureux, mais ce n’était pas pour autant qu’il n’avait jamais eu des relations surfant sur les prémisses de la romance.

-Après, j’ai l’impression comme toute chose que l’amour se construit à travers le temps et la communication. Le tout se produit selon moi à la seconde même où il y a une résonance entre deux individus qui va au-delà du respect ou de l’amitié...et je pense que c’est justement l’expérience de ce lien imparfait, mais évolutif que j’aimerais pour fonder une famille si un jour c’est quelque chose que je désire…

Gêné de savoir qu’il intellectualisait même ce qu’il ressentait, il lâcha un profond soupir :

-Par contre, si je peux me le permettre, quel genre de force recherches-tu réellement chez quelqu’un? Je pense que c’est important sachant qu’il existe divers types de forces haha…

Laissant un léger rire s’échapper, il ne semblait pas inquiet de sa situation même s’il n’avait pas encore eu cette chance.

_________________
Réflexion [Aimi] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

Réflexion [Aimi] Empty
Mar 17 Nov 2020 - 15:56





La vie offrait des surprises parfois désagréables comme le contraire. Raizen en était une plutôt positive. De nature timide, la kunoichi ne s’attendait pas à se lier d’amitié avec quelqu’un venant d’ailleurs alors qu’elle ne le connaissait que depuis peu. Elle n’était pas contre rencontrer des gens bien sûr, mais elle n’osait pas et n’était pas du genre à faire le premier pas en général. Être là, sous cette petite couverture contre le Meikyu rendait l’échange encore plus étrange et la douce n’osait même plus bouger. Aimi préféra se concentrer sur la conversation et le paysage que sur les gestes et regards, de peur de perdre ses moyens : elle n’aimait pas perdre le contrôle sur ses pensées et ce qu’elle faisait. Le sujet des amourettes ne semblait pas être celui de prédilection des deux shinobis qui se posaient chacun des questions. Elle exprima ce qu’elle voyait de celui qui atteindrait son cœur, mais rien ne prouvait que c’était ce qu’il arriverait. Puis, à quoi bon si c’est pour perdre l’être qu’on aime ?

Tout dépend de chaque individu de toute manière, pour ça ils étaient d’accord. Peut-être que la Chiwa n’était simplement pas faite pour vivre ce genre de passion ou d’amour ? Peut-être que vivre d’aventure et de médecine était tout ce qui lui suffisait. Pourtant, une part dans son coeur se disait que ce n’était pas le cas.


« Je suppose que le jour où ça nous arrive, c’est plus fort que tout alors… Que lorsqu’on croise le regard de la personne, on sait si ça en vaut la peine ou non... »

Déclara doucement la kunoichi qui tourna son visage vers son interlocuteur afin de croiser ses rubis dans ses onyx et de lui adresser un petit sourire. À vrai dire, elle n’en savait strictement rien mais c’était un point de vue à défendre. Raizen ne semblait pas en savoir plus qu’elle sur le sujet, ce qui l’amusa étrangement pour quelqu’un qui parlait beaucoup sur le sujet. Une chose était certaine : il savait ce qu’il voulait.

« Pour quelqu’un qui n’a pas vécu cela, tu en dis beaucoup en tout cas, c’est assez amusant. Je pense qu’il faut aussi arrêter de réfléchir et laisser faire les choses. Nous réfléchissons trop Raizen. »

La jeune femme se leva alors d’un coup et laissa tomber la couverture le long de ses épaules pour prendre sa place. La kunoichi se positionna alors devant lui et lui tendit la main pour l’aider à se relever.

« Le temps est le remède à beaucoup de choses, je suppose que pour une relation aussi. Je ne sais pas quelle force, je recherche réellement et je suis plutôt le genre de personne à laisser le destin faire. Je ne sais pas quelle force, je recherche réellement et je suis plutôt le genre de personne à laisser le destin faire. Mais tout ce que je sais, c’est que je veux que ce soit une force qui m’emmène vers le haut. Aller viens, arrêtons de trop nous tracasser sur le sujet et vivons simplement ! »

L’Eiseinin ne savait pas où aller et que faire, elle ne savait pas si le temps était compté pour le Meikyu ou s'il avait encore un peu à partager avec la rousse. Cette poigne tendue était le symbole de l'espoir, d'un futur plus sain et de ce lien naissant.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Meikyû Raizen
Meikyû Raizen

Réflexion [Aimi] Empty
Sam 21 Nov 2020 - 23:03

Étant la plus sage des deux, Aimi se rendit rapidement compte que le Meikyû en disait long pour quelqu’un qui n’avait pas vraiment vécu beaucoup d’éléments amoureux dans sa vie. Or, si ses pensées et sa perception du tout pouvaient passer pour des pensées de trop, la source du tout était très différente. Tombant ainsi dans la catégorie d’intuition, il y avait beaucoup d’éléments pour lesquels Raizen percevait ou écrivait les premières lignes de son ressenti en fonction de ce que son intuition lui dictait.

Lui permettant dès lors de vivre le moment, ce genre de situations, bien qu’il aimait constamment comprendre les phénomènes, lui permettait d’obtenir un certain équilibre avec sa personne. Après tout, en tant que Meikyû, il portait son passé dans son présent qu’il vivait de plus en plus intuitivement en prenant le temps de comprendre chacun de ses aspects pour nourrir ses ambitions et le futur qu’il tentait de créer.

Souriant devant la main de la rousse après ces quelques paroles, il se redressa à son tour en prenant le temps de la marquer d’un regard amusé. Plongeant ainsi ses iris dorés et miroitants dans les yeux, il laissa un silence planer quelques secondes alors que sa main demeurait en suspens.

-Réfléchir n’est pas un défaut à condition que nous n’oubliions pas de vivre le présent Aimi.

Lui tendant finalement la main, il serra celle-ci avec attention avant de terminer ses paroles

-...dans l’objectif d’avoir l’impact nécessaire pour construire un meilleur futur bien évidemment…

Scellant ainsi une nouvelle alliance avec cette femme de confiance, il ne savait pas vraiment là où l’avenir les mènerait, mais il était tout de même reconnaissant de s’être fait un nouveau lien qui ne pouvait qu’évoluer dans le futur qu’ils créeraient à travers leurs ambitions et courages.

-Je suis heureux de te compter parmi les rares personnes je pense pouvoir bâtir une confiance Aimi et j’ai hâte de collaborer avec toi.

Sur ses dernières paroles, le Meikyû était prêt à rentrer.

-Retournons au village pour rejoindre les autres.

_________________
Réflexion [Aimi] J22k
Merci Aimi o/

Kumo - Assemble:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t2252-shambles-l-art-de-la-deconstruction https://www.ascentofshinobi.com/u578

Réflexion [Aimi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Quartiers désolés
Sauter vers: