Soutenez le forum !
1234
Le Deal du moment : -39%
Resident Evil VIllage sur PS5 [Précommande]
Voir le deal
43 €

Partagez

Anatomie [PV KO].

Sora no Yume
Sora no Yume

Anatomie [PV KO]. Empty
Mar 14 Avr 2020 - 1:07
Il y'a bien longtemps déjà que le marionnettiste réparait ses petits bobos lui même, ou bien même des dégâts plus graves ; Avec ses maigres connaissances dans le corps humain, acquis auprès de son maître et des créatures qu'il animait sous ses doigts agiles ; Avec un peu de jugeote et de bon sens ; Il arrivait généralement à ses fins d'un point de vue médical. Soigner des plaies étaient somme toute quelque chose de facile, une fois que l'on avait comprit le principe : Cautorisé, ou recoudre était une base des plus saine pour commencer le travail. Parfois il fallait replacer des os et des organes à leur place ... Rien qui ne lui semblait insurmontable, en soit.

Aujourd'hui, c'était différent.

Il était seul, dans une ruelle sombre, une jambe brisée, un coup de poignard porté à son thorax saignant abondamment. Il était seul, et la scène devenait elle même de plus en plus sombre, ses espoirs de survie brisés et ses souvenirs remontant abondamment. Il se remémorait la situation ,; Un contrat de mercenariat qui avait mal tourné, des ninjas du Colisée dans cette ruelle ; Embuscade.

Encore heureux, ils n'avaient pas reconnu le jeune ninja bannis de Kaze par les autorités, pour un fratricide -même s'ils n'étaient alors que frère de combat, dont il n'était pas vraiment le responsable. Alors âgé de six ans, il avait bénéficié d'un manque de moyens et d'attention de la part de se supérieurs, qui étaient arrivés trop tard pour sauver la pauvre âme qui s'envolait vers de plus beaux cieux, et un monde plus calme. Après tout si Dieu à crée l'homme à son image, ça doit être un sacré merdier la haut.

S'en suivit un exil forcé dans le désert impitoyable de Kaze no Kuni, comme si un enfant de son âge pouvait décemment survivre à plus de deux jours dans l'étendue de sable aride qui entourait la ville de Taiyo, et le Colisée. Il n'avait dû la vie qu'à un coup du sort, et à un nomade qui s'était épris du Pays du vent.

Il y'avait gagné, plus qu'il n'y avait perdu.

- Au secours ... Aidez moi ...
Fit-il en attrapant une botte et un manteau sombre qui s'était précipité dans sa direction sans se demander si ce n'était pas une embuscade, ou bien un piège quelconque. Le sens du devoir qui l'animait était irréprochable, son sens du timming, encore plus proche de perfection.

Roku ne pouvait rêver mieux.

En conséquence, il rejoignit le pays des merveilles, assommé par la perte de sang, et la douleur qui lançait sa jambe droite. Son masque tomba de son visage, comme l'aveu de son identité à son sauveur.

Mais après tout, qui a dit que c'était un sauveur, et non pas une sauveuse ?

_________________
Tout s'évanouit dans la fumée ...
Anatomie [PV KO]. 51ev

... Des dieux courroucés.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12062-sora-no-yume-rester-au-zenith-terminee
Daruma Rumi
Daruma Rumi

Anatomie [PV KO]. Empty
Dim 26 Avr 2020 - 7:36
☽ ☾


Toutes les semaines, Ko choisit une journée pour déstabiliser son horaire, dans le but de briser sa routine adoptée depuis de nombreuses années. Sortir lorsque la lune se réveille, est une sensation très agréable, mais avec le rôle qu’elle joue pour l’organisation, elle se doit d’être présent à des heures plus normales. Pour Kuuli, elle s’adapte à un nouveau mode de vie. Avec fierté et surprise, la médecin ne ressent pas une énorme difficulté, ni même un signe de mélancolie ou de résistance. Elle ne se lance pas dans des folies, mais une fois par semaine, elle s’oblige à passer la journée à Taiyô. Se promener dans un décor mouvementé et peuplé, n’est pas une scène courante pour Ko, alors elle s’y habitue pour affronter ses petits démons. Habituellement, elle s’arrête à un petit restaurant pour manger, ensuite approcher les sources d’eaux pour profiter de la fraîcheur des fontaines et dernière étape, l’apothicaire.

L’emplacement de l’apothicaire est situé dans un détour beaucoup plus lugubre, laissant sous-entendre une certaine pauvreté, ou plutôt criminalité. Les regards sont différents et les différentes boutiques ne montrent pas ce qu’ils vendent, elles sont majoritairement froides et cachottières. Ko ne doute pas que derrière les rideaux de cette scène, se cache des trafics douteux, mais cela ne la concerne pas. Elle se concentre sur sa destination. Elle s’y approche, quelques mètres encore. Elle s’arrête. Des formes sinistres lui glissent sous les yeux, ainsi qu’une silhouette oubliée sur un sol inconfortable. Son coeur pince. Rien ne lui permet de fouiner dans une telle situation, mais son devoir de médecin lui oblige de se plier à cette âme délaissée.

Elle l’approche d’un pas rapide, analysant tout de suite les dégâts. Le sang est exagéré, il déborde comme une joyeuse rivière au printemps. Avant de se pencher, une main s’accroche à son pied. L’appel d’une voix mourante est suffisant pour retirer tous les doutes de la médecin. Elle se doit de le sauver. Dans un tel coin, elle risque d’attirer l’attention et de ne pas pouvoir se défendre correctement, alors elle décide de former quelques mûdras pour faire naître un mur de pierre. Suffisamment grand pour les cacher et suffisamment épais pour les protéger.

Ses genoux frappent le sol. Ses mains fouillent sous ses nombreuses voiles pour y sortir une ceinture à plusieurs compartiments. Ko observe rapidement le corps. La jambe est dans un état lamentable, mais la plus grande source de misère provient du torse, et le jeune homme perd la lumière. Le bruit d’aiguilles d’une horloge résonne au loin dans sa tête, le sablier ne tournera pas une seconde fois.

Des bandages humides sont étendus sur le visage de l’inconnu, sauf sur son nez. Le masque qui cachait son identité, est déposé un peu plus loin. Ko a fait très attention pour ne pas scruter les traits du jeune homme, comprenant l’intimité souhaitée. Entre la jambe et le torse, le choix est facile. À l’aide d’éponges et de ses propres manches, la médecin retire le maximum de sang présent. Le vêtement de l’inconnu est bien sûr déchiré pour laisser une chance à la médecin d’agir. Non seulement la plaie est visible, mais il y a aussi plusieurs marques de coups. La plaie est si droite, si parfaite, elle est causée par un objet pointu. L’abondance du sang laisse sous-entendre une artère touchée, mais ce Kazejin est chanceux dans sa malchance. L’arme a réussi à s’enfoncer entre deux côtes, elle a probablement creusée les os tout en coupant les vaisseaux sanguins. Encore quelques centimètres et son artère est affectée, c’est… Impressionnant. Face à une telle situation, Ko ne perd pas une seconde de plus pour appliquer des soins.

La démarche prend un temps fou, mais presser la régénération des vaisseaux et tissus, risquent de perturber le corps affaibli. Si concentrée, elle oublie presque de respirer.

Lorsque ses mains se retirent enfin, le soleil rencontre déjà les dunes, la chaleur disparaît rapidement. Dès que Ko voit son patient redescendre sur terre, elle dépose lentement sa main sur son avant-bras, pour le rassurer qu’il n’est pas seul, pas abandonné.

— Respirez avec douceur, votre corps se repose.

Un détail important : la jambe cassée n’est pas soignée. Ko ne souhaitait pas forcer l’endurance de l’inconnu, alors elle a préféré attendre son réveil.

— J’ai déposé des tissus humides sur votre visage, pour conserver une température agréable, mais vous vous êtes tout de même perdu dans le reflet de ce monde. J’espère que vous n’avez rien aperçu de terrifiant de l’autre côté du miroir, plusieurs y reviennent avec des témoignages.. comment dire, hm… Intéressants.

Un bref rire quitte sa bouche.

— Vous ne risquez pas d’y retourner, dans tous les cas. Il est dans mon devoir de vous protéger de cette seconde vie, votre corps est assez fort pour affronter cette première réalité. Je sais que vous sentez une horrible douleur dans votre jambe, la raison est que je n’ai rien fait pour la soigner, pas pour l’instant. Bien que ce soit pénible, vous devez prendre encore quelques minutes pour respirer et me promettre de rester avec moi. Je vais ajuster votre os, avec votre conscience présente. La négociation n’est pas permise, malheureusement.

Elle marque une brève pause pour venir déposer une bouteille d’eau dans la main du jeune homme et son fameux demi-masque. Il est original, très attirant à l’oeil de la médecin. Elle se cache les yeux, alors qu’il se cache la bouche. Un drôle de duo.

— Avant d’entamer la prochaine étape, puis-je savoir pourquoi vous êtes dans cet état ? Rien ne vous oblige à répondre, mais vous semblez être un charmant jeune homme, votre position dans ce quartier m’inquiète.


☽ ☾

_________________
Anatomie [PV KO]. Mdhd
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8480-ko-terminee
Sora no Yume
Sora no Yume

Anatomie [PV KO]. Empty
Dim 26 Avr 2020 - 18:55
La douleur prenant le pas sur la conscience, il voyait flou, presque blanc sur les cotés, en tout les cas, comme si une neige immatérielle et nébuleuse s'était prise dans les choses et les gens, neige impossible dans le désert de Taiyo. Il se dit que les portes de la mort allaient s'ouvrir, et que bientôt, repasserait le film de sa vie, comme le voulait les croyances de son maître. Selon certains de ses livres au moment de la mort, une forte dose d'hallucinogène puissant, était envoyé directement dans le cerveau, et que les visions que l'on pouvait avoir quand on frôlait de passer de l'autre côté du miroir, résultait de cette combinaison chimique. D'autres pensaient que les Kamis vous envoyaient des messages, et tentaient d'influencer votre vie , pas de là la mort, et qu'y rechapé faisait de vous des élus.

Quand à Roku, il agonisait, ne lui demandez pas d'avoir un avis.

Une ombre s'étendis sur son visage, il sentit plus qu'il ne vit la fille marquée par le feu, qui se penchait sur lui pour lui prodiguer des soins de rigueur. Une apaisante aura se dégageait d'elle, une sorte de calme après la tempête, ou bien même de douceur maternel. Comme si la personne qui était entrain de soigner ses plaies, après lui avoir enlevé masque et habillé le visage de bandages, mettait toute son energie dans la seule tâche de le sauver ; Que rien d'autre n'avait plus d'importance, et qu'il était aussi vitale pour elle que pour lui qu'elle réussisse son opération.

Ce genre de gentillesse naturelle, d'altruisme incroyable, ne se retrouvait que très rarement dans les rues de Taiyo, et toujours hallucinant, il se revit avec sa famille, entrain de suivre une caravane de marchand pour les protéger. Et puis à six ans, il se revit entrain d'entrer au Colisée, comme le faire valoir d'un fils de nobliau bien vu à la cour, et qui pouvait tout s'offrir, sauf une immunité contre la mort.

L'injustice ne s'était pas arrêté là, quand on l'avait chassé du Colisée et de la ville, personne n'avait levé le petit doigt ; Pas même ses parents.

Il se releva en sueur, une douleur intense dans le thorax, et une autre plus vive encore, dans la jambe droite. Il ne regarda pas l'état de la blessure mais plutôt tout autours de lui, cherchant une quelconque arme pour se défendre. Sa lame courbée par exemple, lui manquait à la ceinture, et une étrange et jolie jeune femme se tenait à son chevet. Etait-ce elle la présence douce et agréable qui l'avait sauvé ? Elle prit la parole, confirmant ses hypothèses premières sans en dire de trop.

C'était plutôt rare, quelqu'un d'aussi clair, et conçis. Surtout dans le médical ; Après, qu'elle soit médécin ou bien apothicaire -il savait qu'un magasin se trouvait non loin où l'on pouvait se procurer toutes sortes de plantes, il lui devait la vie. Il se redressa sur deux mains, et se mit à réfléchir à l'histoire qu'il allait raconter.

- Je pense qu'il y'a des choses qu'il vaut mieux taire, mais sachez que je n'ai rien vu qui ne vaille la peine d'être conté, si ce n'est quelques vieilles histories de familles ... Fit-il d'une voix plus faible qu'il ne pensait. Il se racla la gorge et cracha une sorte de bile mêlée de sang, d'une consistance et d'une couleur inquiétante. Il ne se formalisa pas, sachant que l'organisme se débarassait souvent de ce qui ne lui servait plus, ou était corrompu. Peut être même était-ce l'une des opérations de la jeune kunoichi, qui marchait à merveille et lui permettait de se débarrasser du superflue.

Il enleva les bandages de sa figure, lui montrant ouvertement son visage, comme elle le faisait elle même de son côté. Ses yeux rougeâtres tellement leur brun était intense, se fixa dans les iris de la demoiselle. Il lui dit en ses termes, comme s'il avait apprit une leçon, tout d'une traite.

- J'effectuais une mission, je suis mercenaire ... Cela devait être simple, mais je ne suis plus le bienvenue dans ses ruelles depuis des années, depuis ma prime jeunesse ... Je suppose que le passé finit toujours pas vous rattraper, comme ses foutus Soldats du Colisée ... Fit-il en toussotant une nouvelle fois, sans se plaindre de la douleur à sa jambe. Attention, je pourrais vous surprendre, je ne suis après tout, qju'un meurtrier aux yeux de certains ... Avoua-t-il en baissant la tête.

Après tout, qu'est-ce qui peut justifier un meurtre ? La perte d'une vie, cette vie sacrée, qu'elle protégeait d'arrache pied, comme elle le prouvait en cet instant. Et pourquoi aurait-il plus le droit de vivre, que ses victimes ?

Il but une gorgée d'eau et se laissa aller contre le mur Doton.



_________________
Tout s'évanouit dans la fumée ...
Anatomie [PV KO]. 51ev

... Des dieux courroucés.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t12062-sora-no-yume-rester-au-zenith-terminee
Contenu sponsorisé

Anatomie [PV KO]. Empty
Revenir en haut Aller en bas

Anatomie [PV KO].

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Taiyô
Sauter vers: