Soutenez le forum !
1234
Partagez

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan)

Ashiyama Ayato
Ashiyama Ayato

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) Empty
Jeu 16 Avr 2020 - 11:04





Hellow



Suite à la rencontre avec la marchande, le jeune shinobi de la brume remarque la présence de Yasei Reikan, une personne avec qui l'occasion de discuter ne s’est jamais réellement présenter, mais peut-être que ce jour serait l'occasion parfaite pour cela. Pourquoi pas après tout ? De toute façon ce n'est pas comme s'il avait mieux à faire de sa soirée, en attendant son départ pour la banque. Il hoche alors la tête calmement et se dirige d'un pas calme vers la femme, s'approchant d'elle tranquillement sans pour autant chercher à se la jouer furtif. Après tout ce qu'il veut c’est discuter, pas lui planter un kunaï dans le dos.

- Mes salutations, Dame Reikan. J’ignorais que vous étiez vous aussi en voyage au pays du vent, quelle agréable surprise. Vous aussi vous êtes ici pour raison personnelle, ou bien est-ce le village qui vous envoie ?


Bon, il y avait sûrement mieux comme moyen d'engager une conversation, mais ce n'est pas vraiment le domaine dans lequel il est le plus doué, donc c'est déjà pas mal pour lui. Et puis, il valait mieux ne pas donner l'impression qu'il essaie de la séduire, ce serait assez ennuyeux pour lui, après tout elle est certes une belle femme, mais lui n'est pas vraiment ce qu'on peut appeler un Don Juan, mais plutôt tout le contraire en fait. Et puis, c'est sans compter le fait qu'il ne saurais même pas comment faire pour en serait-ce qu'obtenir son attention. Bien que de toute façon, ce ne soit pas son objectif premier. Il n'empêche qu'elle portait vraiment des tenues légères... Peut-être à cause de la chaleur du désert ? C'est vrai qu'en y repensant... Lui aussi avait un peu chaud, d'où l’allégement de sa propre tenue, en enlevant par exemple la cuirasse de cuir sous celle-ci pour ne garder que le kimono. Enfin en tout cas c'est ce qu'il comptait faire, mais il avait plutôt opter au final pour garder cette cuirasse, par simple précaution, quitte à avoir un peu plus chaud, c'est toujours mieux que se faire poignarder. Enfin bref, il observe toujours calmement la jeune femme en attente d'une réponse, ce sentiment de voir en elle une prédatrice ne lui était pas vraiment étranger, en fait, elle lui faisait un peu penser à Fuu pour la peine.. Un frisson le parcouru alors... Est-ce qu'elle aussi tournerait cette discussion en un combat expresse ?


_________________
La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) A4f77e94471a03ef0ea464096a5e27a9eac54b4ar1-500-224_hq
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7360-la-montagne-faisant-des-vagues-fiche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t7369-carnet-de-akiyama-tatsuya
Yasei Reikan
Yasei Reikan

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) Empty
Jeu 16 Avr 2020 - 22:46
Hiver de l'An 204, Pays du Vent, Taiyō

La Cité des dunes était un véritable oasis de richesses, malgré l'hostilité du Désert qui l'entourait. Pourtant, elle était loin de couver l'havre de paix qu'elle aimait laisser paraître dans ses rues les plus fréquentées et que Yasei Reikan arpentait, en cette soirée de visite. Et un tel constat, la féline n'avait pas tardé à l'établir lorsqu'elle était descendue dans les plateaux les plus bas de la Capitale du Vent pour retrouver les métamorphes, la chair de sa chair qui avait été forcée à vivre à l'écart des autres quartiers de cette maudite ville. Plus ses pas la faisaient s'avancer au creux des artères marchandes, plus elle était affligée par la différence de la qualité de vie entre les plus aisés et les plus pauvres entre les murs de la citadelle. Ce détail, qui à ses yeux était loin d'en être un, avait d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles son paternel s'était obligé à se rendre sur les routes du monde, avec sa famille entre les pattes. Revenir dans les entrailles de cette ville la submergea de réminiscences, au fil de son avancée à travers les silhouettes des citadins.

Du moins, jusqu'à ce que l'un de ses confrères de l'Eau fasse son apparition à ses côtés.

Après cette rencontre imprévue autour de la table d'échanges de la Marchande, Reikan aurait dû se douter qu'elle n'était pas passée inaperçue du fait de sa réputation en tant qu'Héroïne de l'Eau et Capitaine de la Kenpei, encore moins à l'égard d'un enfant de la Brume. Si elle avait tendance à rester sur ses gardes dans ces terres où elle avait vu le jour, bercée par les brises et tourmentées par un soleil meurtrier, la venue de cet Akiyama Tatsuya ne provoqua pas en elle la naissance d'une once de méfiance vis-à-vis de lui.

Au contraire, la jolie brune ressentit même un petit sentiment familier en voyant le jeune homme, qu'elle ne connaissait pourtant qu'à travers les données détenues par les hautes instances de Kiri à son sujet et auxquels elle avait secrètement accès en tant que membre du Shiden. À côté d'elle se tenait un combattant de la Brume, alors il était tout à fait naturel pour elle de faire une entorse à sa balade pour converser avec. Car au fil du temps, la féline avait appris à aimer la Cité Brumeuse, son peuple et ceux portant son bandeau, raison pour laquelle elle fut incapable de le considérer comme un véritable inconnu. Il fallait dire que la Yasei Reikan du passé, qui détestait la sédentarité et par conséquent cette idée de village qui l'avait si longtemps rebutée, était désormais bien loin derrière elle. À force d'efforts, elle était devenue la Tigresse blanche de Kiri.[invisible_edit]

Ainsi interpellée par Tatsuya au milieu de la rue animée, la Yasei à la peau dorée par le soleil de Kaze s'arrêta et se tourna en sa direction pour planter ses pupilles d'éther dans les siennes, tandis que les voiles orientaux de sa tenue flottaient au gré de la brise du pays.

« Salutations, Tatsuya. En effet, cette surprise est partagée, puisque nous sommes bien loin de notre chère Kiri. Ma venue dans le Désert est justifiée pour des raisons familiales, couplées aux intérêts du village. En somme, disons que je suis ici pour retrouver les miens dans le cadre d'une mission. Et vous? »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Ven 19 Juin 2020 - 15:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Ashiyama Ayato
Ashiyama Ayato

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) Empty
Ven 17 Avr 2020 - 10:56





Hellow



Il écoute calmement la femme et se gratte un peu le menton, il ne s'attendait pas à ce qu'elle retourne al question, pour être franc, même si dans le fond, c'était quelque peu prévisible. Il sourit alors calmement en regardant le ciel.

- Je suis aussi ici pour raison familiale si on peut dire. Je voulais voir à quoi ressemble le pays d'origine de mon père, pour être franc. C'est assez.. Atypique, bien que je n'y ai encore pas vu grand chose. Disons que ça as son charme.

Pour le coup il ne ment pas, et puis, ça fait toujours plaisir de voir un peu de paysage. Mais il ne s'entendait à ce qu'une telle oasis puisse exister dans un désert mortel de ce genre. Il ferme les yeux un instant et rit légèrement.

- C'est amusant, mais j’imagine bine mon père enfant courir dans ces rues. Enfin, il le ferait sûrement aujourd'hui encore s'il le pouvait, mais je doute qu'avec son âge ce soit possible, il n'est plus tout jeune, et puis avec mère alitée, il refuse de sortir de la maison, donc bon. Je l’emmènerait sûrement avec moi lors de mon prochain voyage ici.

Il souriait calmement, il avait reçu ce matin une lettre annonçant la mort de sa mère, emportée par sa maladie, mais il ne montrait pas sa tristesse, inutile de rendre triste une rencontre si plaisante. Néanmoins, malgré tout ces efforts, ce sourire sonnait faux, la tristesse se lisait sur son visage. Malgré tout ses effort, il céda finalement, une larme roulant sur sa joue droite, pour tomber au sol. Remarquant celle-ci, il essuya son œil, riant légèrement.

- C'est bien le seul point faible que je trouve à ce pays, ces fichus poussières qui vous rentre dans l’œil sans crier gare ! Une véritable plaie.


Il ne s'attendait pas à perdre sa mère de la sorte, elle était bien affaiblie par la maladie, mais de là à penser qu'elle rendrait son dernier soupire lors de son voyage à Kaze, elle qui semblait si enjouée à l'idée de voir son fils voir du pays. Son père demandait expressément de ne pas rentrer tout de suite, de profiter de son voyage. Comme quoi c'est ce qu'elle aurait voulu. Il baissa alors les yeux, fixant le sol, murmurant pour lui-même.

- Vous êtes idiots... Comme si ce voyage était plus important...


Même si dans le fond, il n'avait pas envie de rendre sa mère triste. La connaissant elle s'en voudrait probablement qu'il coupe court à son voyage à cause d'elle.


_________________
La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) A4f77e94471a03ef0ea464096a5e27a9eac54b4ar1-500-224_hq
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7360-la-montagne-faisant-des-vagues-fiche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t7369-carnet-de-akiyama-tatsuya
Yasei Reikan
Yasei Reikan

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) Empty
Ven 17 Avr 2020 - 23:02
Tandis que la Tigresse blanche avait été envoyée au cœur du Pays du Vent pour satisfaire à la fois ses intérêts personnels et ceux de la Brume, le fameux Tatsuya, lui, n'était pas enchaîné par la moindre restriction et était libre comme l'air. Selon les mots du natif de l'Eau, ce dernier avait pris la décision de se rendre sur les traces de l'enfance menée par son paternel, entre les dunes et leur exotisme tantôt craint, tantôt envié. Pendant une poignée de secondes, elle détourna son regard céruléen sur le côté pendant qu'il faisait naïvement mention du charme de cette Capitale qu'elle trouvait pourtant bordée de bien des défauts, bien des failles. N'était-ce donc qu'à travers ses yeux que l'on pouvait voir le terrible mal social qui rongeait ces lieux? L'esprit de l'enfant des Bêtes s'égara un instant ailleurs avant d'être de nouveau happé par les paroles de son confrère, lui qui ne tarda pas à avoir les airs d'une coupe pleine de réminiscences et de ressentiments.

Yasei Reikan était quelqu'un de rigide et de très strict envers elle-même et, par conséquent, avec les autres aussi. Mais futée comme l'animal qui sommeillait en son sein, elle comprit très vite que la peine qui grignotait son vis-à-vis était véritable. Du mieux qu'il put, il tenta de déguiser sa tristesse en une émotion plus joyeuse, plus agréable. En vain. Car ce n'était pas une gamine née de la dernière pluie qui se tenait devant lui, mais bien la Fille du Lion de l'Atlas, combattante perspicace et avide du détail. La changeforme haussa les sourcils un bref instant comme si prise dans une bulle de silence avec pour seule compagnie l'Akiyama, alors même que la festive rue dans laquelle ils s'étaient trouvés ne cessait d'être animée par le flux de passants.

S'ils avaient été plus proches, par le sang ou l'amitié, Reikan lui en aurait probablement retourné une grosse dans la tronche aux yeux de tous. Non pas qu'elle ne supportait pas voir les autres se plaindre, mais plutôt parce qu'elle n'était pas du genre à conforter autrui dans ses tourments et qu'elle était certainement la mieux placée pour les aider à se relever, d'une manière plus forte mais surtout plus efficace. Née sous l'égide d'une charismatique mais exigeante figure paternelle et modelée par la perte de sa tendre mère, la métamorphe était devenue une machine à espoirs que beaucoup enviaient, mais que peu arrivaient à suivre de loin. Malgré tout, que ce soit sur les routes du monde entier ou sur les sentiers de Kiri, la jolie brune n'avait jamais renoncé à tendre la main à son prochain pour l'entraîner dans son ascension fulgurante sur la montagne du progrès. Toutefois, elle savait qu'elle ne pouvait se permettre une telle réaction, obligée de se plier à une douceur dont elle ne faisait preuve que très rarement.

Ses paupières se plissèrent, tandis que sa tête se penchait sur le côté à la manière d'une mimique féline qui entraîna le tintement de ses boucles d'oreilles griffues.

« L'être humain est ainsi construit de la sorte, hélas. Difficile pour lui de savoir où il va sans savoir d'où il vient. Vous avez du courage de venir sur ces terres faussement paisibles, juste pour découvrir ce que cachait le vécu de votre père. Mais j'ai du mal à croire qu'il aimerait, comme tout parent doté de bon sens, voir les poussières de ce pays vous causer tant de mal. »

À peine la Yasei eut-elle pris le temps de se tourner à moitié pour reprendre la route qu'elle s'arrêta net et redirigea son minois en direction de Tatsuya. Un maigre sourire vint se peindre sur ses lèvres charnues, alors qu'une idée venait de germer dans les parois de son psyché.

« Je connais un endroit sur ces hauts plateaux, où nul grain de sable, nulle présence impromptue n'oserait troubler une discussion entre deux dignes combattants de la Brume. Si vous avez le cœur à converser, toutefois. »

Son sourire se fit plus malicieux, plus taquin suite à sa proposition qui était finalement de sortir de cette mer de visages. Sans attendre une réponse par les mots de sa part, puisque sa venue ou son absence allaient parler d'elle-mêmes, elle détourna les talons et se faufila en chemin à travers les personnes placées sur son chemin. Bon nombre d'entre elles s'écartèrent devant celle qui n'était pourtant qu'une jeune femme, mais qui était assez solide et élégante pour porter en toute beauté les épaulières de lions d'or. Sûre d'elle malgré les menaces qui pouvaient rôder dans les ombres de la Capitale, Reikan avait plus que quiconque la tête sur les épaules et continua sur sa lancée.[invisible_edit]

Mais la prédatrice avait surtout le ventre vide.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Sam 18 Avr 2020 - 15:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Ashiyama Ayato
Ashiyama Ayato

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) Empty
Sam 18 Avr 2020 - 10:22





Hellow



Le jeune chûnin écoutait, buvait même les paroles de la femme se tenant devant lui. Elle mérite bien son titre d’héroïne de Mizu, c'est indéniable. Il ferma les yeux un instant comme pour chasser cette poussière fictive, mais vu qu'elle semblait y croire, ça le soulageait un peu. Il décide donc de la suivre calmement. Un endroit où il n'y as ni sable ni poussière ? Sûrement une taverne, une auberge, ou quelque chose dans ce genre, un bâtiment quoi. Il se contente donc de marcher à sa suite, se disant que de toute façon, il commençait un peu à avoir les crocs mine de rien. Lentement, il marche aux côtés de la féline, les bras croisé, observant un peu les ruelles défilant autour de lui.

- C'est gentil de vous en inquiéter, mais ça n'arriveras plus, je me suis simplement fait prendre par surprise si l'ont peut dire. Et puis je pense avoir trouver une technique a peu près viable.

Il sourit alors calmement, c'est ça, il avait été pris par surprise. Mais maintenant sa garde était remise, et il ne flancherait plus. Il s'attendait à la mort de sa mère de toute façon, ce n'est pas comme s'il avait grand espoir de la voir surmonter la maladie, il aurait seulement voulu être à ses côtés quand elle rendrait le dernier soupire.

- De vous à moi, je suis aussi ici pour les intérêt du village. Je comptais obtenir quelques informations pratiques, mais jusque là rien du tout. Je pensais qu'en allant dans ce désert je trouverait d'anciens textes ou quelque chose comme ça pouvant aider à assurer la défense de Kiri face à une autre éventuelle attaque, mais rien de bien intéressant jusque là. Enfin, ce voyage m'aide aussi à parfaire ma maîtrise du doton, chose qui me manquais jusque là, maintenant c'est chose faite, je contrôle aussi cet élément.

Autant partir sur autre chose de toute façon, inutile de s'attarder sur des choses aussi futiles, mais plutôt parler de choses utiles au village, et surtout susceptible d’intéresser la jeune femme. Il la suivait donc par la suite calmement jusqu'à ce fameux endroit, regardant autour de lui calmement avant de fermer les yeux comme pour s’imprégner un peu de l'atmosphère, souriant calmement. En effet, comme elle l'avait souligner plus tôt, c'est un endroit bien plus calme, et une discussion entre eux ne serait sûrement pas troublée en cet endroit.


_________________
La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) A4f77e94471a03ef0ea464096a5e27a9eac54b4ar1-500-224_hq
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7360-la-montagne-faisant-des-vagues-fiche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t7369-carnet-de-akiyama-tatsuya
Yasei Reikan
Yasei Reikan

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) Empty
Jeu 7 Mai 2020 - 17:13
...Aussi? En avançant pas à pas au cœur de la Capitale, la Yasei ne put s'empêcher d'esquisser un sourire taquin sur ses lèvres charnues. D'un naturel compétitif et sans crainte, sa perspicacité, qui l'avait démarquée de tant d'autres combattants aux yeux de la Main de la Justice, lui avait vite fait comprendre que ce fameux Tatsuya était un maître des éléments. Elle qui était la Fille du Vent et de la Terre à la fois se surprit à se demander à quel point cet homme pouvait être fort et polyvalent, en tant que Chūnin de la Brume. Mais comme à son habitude, la changeforme gardait ce masque de marbre et de rigidité fixé sur ses traits pour ne laisser quiconque se méprendre à son égard. Une halte fut nécessaire selon la jolie brune, qui s'arrêta à côté d'un stand de bectance. Sans demander l'avis de l'Akiyama, elle s'empara de quatre brochettes de viande grillée qu'elle paya aussitôt, avant de reprendre la marche pour mieux s'éloigner du brouhaha ambiant.

Les réminiscences de Taiyō qui animaient le cœur de la Tigresse blanche se révélaient rares, dans la mesure où son seul rapport avec la sédentarité avait débuté avec son entrée dans les forces de Kiri. Tout ce qu'elle connaissait de ce fameux carrefour des commerces et des cultures était qu'il y régnait des inégalités en masse comme jamais il n'y en avait eu ailleurs. Un détail pour certains, qui à ses yeux arborait pourtant une importance toute particulière. Ainsi, la Fille du Lion de l'Atlas se détacha de l'armada humaine avant de se rendre dans l'ombre d'une ruelle. Immobile, elle s'affaira à grimper d'un bond en cloche sur les marchandises entassées afin de rejoindre les hauteurs des toits. Ses semelles foulèrent les tuiles des riches habitations de Taiyō, proies à un ciel bien étoilé en cette soirée hivernale, lui permettant d'aller s'asseoir non loin pour admirer la vue sur les différents quartiers et les remparts des terres arides.

« Le Désert n'a malheureusement que très peu de choses à offrir, si ce n'est un soleil de plomb et une chaleur à en étouffer toute forme de vie trop faible pour lui tenir tête. Les Hommes d'ici n'ont visiblement rien changé à cela. J'ai même l'impression qu'ils ont régressé, à cause de cette peur qui ne cesse de terroriser leurs cœurs et leurs esprits. Tu es venu chercher des informations parmi le sable, mais je crois bien que les ennemis à la Brume sont passés dessus il y a un bon bout de temps déjà. »

Reikan dévia son regard myosotis sur le côté, avant de zieuter fixement son confrère d'armes et de lui tendre deux de ses mets de chair fraîchement obtenus pour que la faim ne vienne pas perturber leur discussion. Ses paupières se plissèrent de manière instinctive et ses longues mèches d'ébène dansaient autour de son minois, sous la tyrannie du vent de Kaze. S'ils étaient en réalité de parfaits inconnus, il n'empêche que le symbole de la Cité Brumeuse trônant sur leurs fiers bandeaux faisait d'eux des êtres liés par une même appartenance. Tous les enfants de l'Archipel appréciaient Kiri, sans exception. Et même ceux qui venaient d'au-delà des flots, comme Yasei Reikan, avaient avec le temps appris à l'apprécier, elle et son allégeance à cet espoir de paix qu'elle désirait tant.[invisible_edit]

Une paix qu'elle souhaitait atteindre au point d'en devenir obnubilée.

Bien des choses étaient incapables de faire chavirer le fort caractère de la Tigresse blanche. Mais cet idéal de paix incarnait l'une des rares exceptions à ce principe, comme la question de ces Dieux qui la tourmentait depuis tant de nuits. En tant que fière Héroïne de l'Eau, la changeforme avait eu le courage d'affronter la Déesse de l'Eau et la tortue géante qui était à son service... ou à sa merci. Le combat qu'elle avait mené à même la tête du Démon à trois queues avait fini par la pousser à voir la réalité en face et à discerner la souffrance dans ses cris ; ce jour-là, cette énormité ne faisait pas partie des tortionnaires de ce cruel monde qui essayaient de déverser sa puissance sur le Pays de l'Eau, mais elle avait plutôt été victime de ce terrible et impardonnable fanatisme. Voilà pourquoi Reikan doutait à ce point de l'étiquette que l'on avait tendance à placer à tort sur ces êtres. Dans un élan de curiosité, elle tourna alors la tête vers le maître des affinités avant de s'exprimer, dans le seul but de découvrir son avis à ce sujet.

« Pardonne mon indiscrétion, mais je t'ai entendu parler des Démons à queues tout à l'heure, devant la Marchande. Quel est ton point de vue sur ces créatures? »

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Ven 19 Juin 2020 - 17:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Ashiyama Ayato
Ashiyama Ayato

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) Empty
Ven 8 Mai 2020 - 13:51





Hellow



Il marche aux côtés de la femme calmement, les bras croisés contre son torse en l'écoutant parler. Elle avait une certaine réputation à la Brume, et il n'allait pas mentir en disant que cette envie faible mais bien présente de l'affrontée n'est pas présente dans ses pensées. Mais ce n'est pas vraiment li l'endroit, ni le moment. Il ferme alors légèrement les yeux, essayant de calmer cette flamme au creux de son cœur, cette passion brûlante qui le pousse souvent à se dépasser, à vouloir relever des défis plus importants les un que les autres. Non, il devait se contenir, pour l'instant. Mais il fût bine vite tiré de ses pensées, quand l'odeur de la viande cuite remontait à ses narines, présent de sa comparse de la Brume, qu'il accepta en hochant la tête calmement.

- Merci bien.

Il se met donc à se délecter de ce plat, atypique et pourtant commun. Comment dire.. La viande semblait bien cuite, et les épices assez présents pour rehausser ce goût, sans le masquer. Un travail de maître en un sens. Bien que ce n'est que de la nourriture, il est toujours appréciable de déguster quelque chose préparer avec passion et connaissance. Mais cette fois c'est autre chose qui attire son attention. Une question pertinente sortant de la bouche de la demoiselle se tenant à ses côtés. Il avale alors sa bouchée de viande et soupire légèrement.

- Je suppose que vous avez déjà compris que je suis un maître élémentaliste, un Gardien, comme on nous appel à Hayashi. Vous devez donc savoir que nos capacités ont un liens intime avec ce qu'ils appellent « Dieux ». Le Dieu de l'eau qui à fait des ravages au pays de l'eau n'est qu'un des neufs. Le troisième. Bien que la plupart des moines les vénèrent comme un dieu, je les voient pour ma part en ce jour comme des démons. Un dieux ne se mêle pas aux Hommes, encore moins pour répandre destruction et tuerie. J'ignore d'où ils viennent exactement, et pourquoi ils sont là, mais ce qui est certain, c'est que s'ils sont enfermés, ce n'est pas pour rien. C'est une des raisons qui font que j'ai quitter le temple pour me mettre au service de Kiri. Logiquement, j'aurais dût signer pour le pays d’origine de ma mère, mais ce pays n'est plus, merci à ces chiens de l'Empire.

Il était facile de voir une certaine rage dans le regard de Tatsuya à la mention de l'Empire, mais aussi une certaine tristesse à la mention de sa mère, dont il venait seulement d'apprendre la mort.

- Ils ont pris d'assaut le village ninja du pays natal ma mère, et on pris un nombre de vie innocente non négligeable dans le processus, dont celles de mes grands-parents, et pour ça, je ne leurs pardonnerait pas, cette cupidité digne de ces démons à queue. Pour moi, certains hommes ne valent pas d'être appeler de la sorte, et ils en font parti. Je suis bien conscient qu'ils sont loin d'être les seuls dans ce genre, mais quand bien même, je ne peut leurs pardonner, tous autant qu'ils soient. Je ne chercherais cependant pas la vengeance, ce serait un acte stupide, et n’engrangerais qu'un cercle vicieux. La vengeance entraîne la vengeance comme le répète souvent mon père. Mais vous savez.. J'ai peur, peur de l'avenir de ce monde. L'Empire, l'homme au chapeau, les démons à queue... Tellement de menace planent sur la tête de notre village. Et pourtant, même en sachant tout cela, je suis aussi conscient que je n'ai pas la force de protéger ces personnes qui me sont devenues chères. Donc... Reikan-san.. Vous, que pensez-vous de tout ça ?


_________________
La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) A4f77e94471a03ef0ea464096a5e27a9eac54b4ar1-500-224_hq
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7360-la-montagne-faisant-des-vagues-fiche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t7369-carnet-de-akiyama-tatsuya
Yasei Reikan
Yasei Reikan

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) Empty
Sam 6 Juin 2020 - 23:10
La rancune. C'était le mot qui trônait en roi au fond du cœur dudit Akiyama Tatsuya, juste sous le nez de Yasei Reikan. Elle qui avait tenu tête à la délégation de l'Empire de jade sur les terres de la Brume avant son départ pour le Pays du Vent, comment devait-elle se sentir en encaissant toute la hargne qui affluait dans les propos de son vis-à-vis? Le temps s'écoulait sans remède, obligeant la Tigresse blanche à redoubler d'efforts à chaque instant pour mieux se confronter aux maux les plus terribles de ce monde. Des maux, qu'elle s'était jurée de combattre de toute son âme et de tout son être jusqu'à son ultime souffle, pour préserver les siens et crever l'abcès de cette haine viscérale qui avait consumé déjà bien des Hommes. Ses épaules semblaient loin d'être aussi larges que celles de son paternel et pourtant, elles portaient déjà de lourdes promesses pour l'avenir. Alors, pourquoi diable vacillerait-elle sous la colère d'un de ses confrères?

Si elle comprenait sa rancœur envers les Hommes, la Fille du Vent fut incapable de saisir celle qu'il éprouvait aveuglément envers les Démons à queues. S'ils sont enfermés, ce n'est pas pour rien. En écho, les dires de Tatsuya résonnèrent contre les parois de son psyché, torturant la matière qui y bouillonnait jour et nuit. D'aucuns devaient se permettre de penser une chose aussi inconcevable à ses yeux ; cette seule idée fit du mal à l'enfant des Bêtes, qui avait été convaincue de l'innocence de ces créatures forcées à l'état d'armes à la botte des si avides et si égoïstes intérêts des nations. Démons, Dieux, Cataclysmes incontrôlables, qu'importe le nom que les peuples s'amusaient à leur donner. Yasei Reikan, qui avait combattu avec bravoure à même la tête de la tortue géante, n'était pas prête de laisser aux griffes de l'oubli la douleur qu'elle avait entendue dans les cris du Démon. Elle était prête à découvrir plus en profondeur qui étaient vraiment ces Démons à queues, au-delà de toute idée de vengeance à leur égard pour leur mise à feu et à sang du globe.

Porter sur le monde un regard sans haine n'avait jamais cessé d'être le credo de Reikan.

La féline profita des mots de son confrère d'armes pour s'alimenter et faire disparaître sa brochette de viande grillée. Se voir retourner sa propre question ne fit pas naître de surprise en elle, mais sa réflexion la poussa à aller piocher de ses yeux myosotis une réponse assez légitime au creux des étoiles greffées sur le ciel nocturne. Un silence pesant s'installa, que la brune éventra sans attendre plus longtemps après avoir regroupé ses pensées.

« Je pense sincèrement que tu te méprends, comme bon nombre d'entre nous. Qui sont-ils? Pourquoi donc mettent-ils le monde à feu et à sang avec tant de férocité? Si beaucoup n'ont pas eu l'occasion de se tenir devant l'un d'eux, moi, j'ai combattu à même la tête d'une tortue géante plongée dans la souffrance, comme si elle agissait contre son gré. Si je ne sais rien d'eux, à part les calamités qu'ils peuvent causer rien qu'en existant, je suis certaine d'une chose ; ces monstres sont bien loin d'être aussi abominables que tu le prétends. Cette cupidité que tu pointes du doigt n'est pas la leur, mais celle des Hommes qui exercent sur eux un pouvoir qui échappe encore à notre portée. »

Le regard céruléen de la Fille du Vent s'échoua sur les toits de Taiyō, dans l'optique de marquer un temps de pause. Tatsuya n'était pas un individu aussi rêveur et confiant qu'elle ; il se savait faible au point de ne pas pouvoir protéger ceux à qui il tenait et l'affichait au grand jour, sans honte. Voilà des mots que la Tigresse blanche n'aurait jamais pu prononcer, au risque de froisser le squelette de principes et de promesses autour duquel elle avait construit son être entier. L'enfant de la Foudre avait le cœur fraîchement brisé par la perte de sa mère et pourtant, il lui fallait aller de l'avant. Tout comme Reikan l'avait fait, dans l'espoir de chercher son salut et gagner en force, l'ancien Gardien se devait de surmonter cet obstacle et ne pas pester devant le prochain, aussi grand et monstrueux pouvait-il être.

« Toute ma vie, j'ai été confrontée aux horreurs perpétrées par l'humain sur ce globe. Hélas, seuls peu parviennent à échapper aux vices les plus profonds de notre genre. Ces incessantes guerres poussent les enfants à devenir des boules de haine que la vue et l'odeur du sang n'effraient plus. Pourtant, je continue à croire qu'il existe un bien à protéger, dans n'importe quel camp. Tout le monde contient une part d'ombre et de lumière en son sein, seulement... il appartient à tout un chacun de choisir celle à entretenir. J'ai perdu ma mère sous la main du Collectif, plus jeune. Mais ce n'est pas une raison pour détester tous les enfants qui ont vu le jour sur les terres de la Pluie, pas vrai? Je préfère garder la noirceur de ma haine pour ceux qui la méritent et pour qui il est trop tard de faire un retour en arrière. La Cité Brumeuse m'a aidée à avancer, sans craindre cet avenir incertain. Je pense que nous parviendrons à nous en sortir, pour la simple et bonne raison que nous savons nous serrer les coudes et que notre village est uni, au cœur de l'Archipel. Au-delà de protéger mon clan et ceux que j'aime, je suis prête à veiller sur Kiri pour que nous puissions vivre en paix. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Ashiyama Ayato
Ashiyama Ayato

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) Empty
Lun 8 Juin 2020 - 13:42





Hellow



Tatusya regarde calmement la jeune femme à ses côtés, fermant un peu les yeux ensuite en souriant un peu, il savait dans le fond qu'elle avait raison, mais pour le moment, c'était encore trop tôt pour lui. Il hausse alors les épaules calmement en se rapprochant d'elle, croisant les bras contre son torse en la regardant droit dans les yeux.

- Je comprend ce que tu veut dire, je sais aussi qu'on devrait juste les laisser en paix, mais que veut tu ? Peu importe ce que nous pensons, si certains décident autrement, nous devrons nous adapter, c'est comme ça que ça fonctionne malheureusement. Crois moi, j'aimerais vraiment vivre en paix, ne pas avoir à me soucier de devenir plus fort, juste.. Vivre ma vie. Malheureusement, c'est pas comme ça que fonctionne les choses pour nous, surtout en cette période troublée. Croyez moi, je préférerais largement que cette balade en votre compagnie soit quelque chose de simple, de joyeux. Malheureusement la situation ne le permet pas vraiment. Vous êtes d'une école différente de la mienne, votre réputation vous précède, je ne peut me permettre d'être familier avec vous. Mais j'adhère à vos idéaux, sachez le.

Il soupire alors légèrement, regardant le ciel calmement en souriant un peu, c'est vrai que mine de rien, tout semblait si calme, là, tout de suite, c'était assez reposant, différent, mais reposant.

- J'en ai entendue des choses vous savez.. Reikan est forte.. Reikan est magnifique... Je mentirais en disant ne pas croire à tout ça, surtout après vous avoir vu en face, mais quelque chose me froisse cependant. On parle de vous presque comme une femme inaccessible. Belle, forte, intelligente.. Pourtant vous conversez avec moi comme si nous étions égaux. J'apprécie grandement cela, sincèrement. Pourtant je suis faible, pas vraiment beau garçon, et très certainement peu important au sein du village.

Il repose son regard sur la jeune femme, riant un peu en secouant la tête calmement.

- Oubliez tout ça, je crois que ce calme inhabituel me fait dire n'importe quoi, veuillez m'en excuser. Cela vous dirait de prendre un verre en ma compagnie, quitte à nous balader ainsi et discuter, pourquoi ne pas faire ça autour d'un verre, j'avoue que j'ai un peu envie de goutter à quelques spécialités locale, tant que je suis ici. Ce seras dommage de ne pas profiter un minimum du voyage, vous ne pensez pas ?


_________________
La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) A4f77e94471a03ef0ea464096a5e27a9eac54b4ar1-500-224_hq
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7360-la-montagne-faisant-des-vagues-fiche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t7369-carnet-de-akiyama-tatsuya
Yasei Reikan
Yasei Reikan

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) Empty
Lun 22 Juin 2020 - 21:09
La fatalité gagnait les cœurs de ce monde, de jour en jour. Et jamais personne n'osait lever la voix à son encontre pour faire barrage à ces stupides idées d'un destin tout tracé. Akiyama Tatsuya était un combattant qui s'y soumettait sans rechigner. Mais Yasei Reikan n'avait cessé d'être animée par cette flamme de vaincre même les plus hauts murs dressés sur son chemin. Détachée de l'opinion d'autrui, la Tigresse blanche s'était enfermée dans une bulle de convictions, poussée par son père et sa plus proche famille pour être sûre d'être en mesure d'atteindre ses buts. Sa vie s'apparentait à une suite de sacrifices, que les épaules de peu d'individus savaient supporter sans sombrer dans la folie. Des sacrifices non pas pour elle, mais toujours pour les autres ; son clan, ses fréquentations, ceux qui méritaient d'avoir une main tendue pour se sortir du pétrin. Si le maître des éléments à ses côtés ne faisait qu'envier une vie de simplicité, la vie de Reikan n'avait rien de simple.

Pourtant, elle n'assumait pas cette image aussi complexe d'elle-même.

Les remarques à son égard défilaient dans la bouche de Tatsuya, comme s'il cherchait à la placer sur un piédestal contre lequel elle ne souhaitait pas monter. Si la Fille du Vent s'était toujours sentie à part, quelque peu différente par sa stricte éducation et sa volonté de fer, elle n'avait encore jamais eu cette prétention de s'élever au-dessus des autres, que leurs cœurs soient bons ou mauvais. Au-delà de la beauté d'ailleurs qui lui appartenait, de sa puissance et de sa notoriété au sein de la Cité Brumeuse, Reikan demeurait une jeune femme simple et aimante derrière l'énigme qu'elle incarnait aux yeux de certains. Prête à aider quiconque dans le besoin, c'était l'espoir qui la faisait avancer plus que toute autre chose. Toutefois, ces dernières qualités, qu'elle travaillait depuis sa plus tendre enfance, venaient tout juste de passer à la trappe sous le couvert des mystères qui façonnaient son être entier.

Inaccessible, l'enfant des Bêtes l'était de son propre fait. Mais sa gentillesse, débordante pour ceux qui en étaient proches, lui rendait insupportable l'idée de se sentir supérieure à n'importe qui, si ce n'était que par sa terrible force. Loin d'être gênée par la situation, la Fille du Lion plongea ses yeux dans ceux de son frère d'armes pour soutenir son regard et non pas le fuir. Elle s'interdisait ainsi de donner raison aux rumeurs à son sujet qu'il venait de déballer. La future cheffe du clan Yasei était une combattante hors pair et rodée, qui ne pouvait se laisser déstabiliser par de tels mots.

« Ce n'est pas comme si nous étions égaux. Nous le sommes délibérément, Akiyama Tatsuya. La force n'a rien à voir là-dedans. »

Ses mains trouvèrent un appui stable sur le rebord de la toiture, pour l'aider à s'y relever sans peur.

« Ma présence en ces lieux ne relève pas d'un voyage, mais d'une mission dont je ne peux me détourner plus longtemps. Puisses-tu profiter d'une bonne détente dans les bras du Pays du Vent en attendant nos retours à Kiri, Tatsuya. »

Les propos de Reikan étaient crus mais francs. Son minois apaisé laissa poindre un discret sourire amical à l'attention de l'Akiyama, pour lui témoigner de sa bienveillance certaine et de son souhait de voir cet enfant de la Brume revenir en vie de ce maudit Désert. Dans la seconde, ses jambes la firent quitter les hauteurs de Taiyō pour descendre d'un bond jusqu'à la ruelle en-dessous, laissant cliqueter ses épaulières dorées et ses bijoux. La brise étouffante de son pays natal, Kaze no Kuni, l'accompagna pour rejoindre la foule nocturne et retourner à ses occupations les plus primordiales, après avoir décliné la proposition de Tatsuya. Mais la discussion autour des Dieux et de la pensée de vengeance n'avait fait que la conforter plus encore dans sa vérité ; celle qu'il fallait lutter contre la haine.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Ashiyama Ayato
Ashiyama Ayato

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) Empty
Mer 24 Juin 2020 - 10:49





Hellow



Le shinobi hocha la tête calmement aux dires de la demoiselle, se disant qu'il serait impoli de la retenir plus longtemps. Surtout sachant qu'elle avait des affaires à gérer, d'une certaine façon, c'est un peu comme si lui-même cherchait à se détourner de ce qu'il voulait faire, pour plusieurs raisons en fait, la première étant sa peur de déranger la personne qu'il désirait venir voir en partie. Il s'incline légèrement pour saluer la jeune femme quand elle le regarde depuis le bas du bâtiment.

- Je tacherais de réfléchir à vos paroles sages. Mais ne comptez pas sur une assimilation rapide de celle-ci. Je ne vous promet rien, si ce n'est d'au moins essayer de renfermer cette haine en moi, pour le bien de notre village au minimum.

Le maître élémentaire sourit lui aussi légèrement et tourne ensuite le dos à la jeune femme, partant de son côté vers la direction opposée à celle de la femme, la direction de la banque de Sabaku. Après tout, s'il était ici, c'est en grande partie pour ça, officieusement en tout cas, personne au village n'était encore au courant de sa relation avec la dirigeante de la banque, en tout cas, pas à sa connaissance. Même le Mizukage en personne n'en savait encore rien, et ce n'était peut-être pas plus mal, sinon allez savoir ce qu'il se passerait. Peut-être bien qu'on le forcerait à épouser Fuu pour créer un lien stable avec la banque.. Peut-être qu'il devrait le dire finalement.

Il secoue la tête en pouffant de rire légèrement, il valait mieux garder ça pour lui pour le moment, après tout, peut-être qu'il était un peu tôt pour parler de mariage, surtout que si quelqu'un du village allait épouser une personne aussi importante pour un lien politique, ce ne serait peut-être pas un simple chûnin.. Cette idée le fit frémir, d'un autre côté, Fuu refuserait toute autre personne que lui, enfin, il l’espérait du plus profond de son cœur en tout cas, Il faudrait peut-être qu'il lui pose la question un jour.. Par simple précaution. Mais au fond il avait un peu peur de la réponse. Et si pour elle la banque passait avant tout le reste, au point même qu'elle préfère épouser un parfait inconnu plutôt que lui ?


_________________
La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan) A4f77e94471a03ef0ea464096a5e27a9eac54b4ar1-500-224_hq
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7360-la-montagne-faisant-des-vagues-fiche-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t7369-carnet-de-akiyama-tatsuya

La Tigresse et le Renard (pv Yasei Reikan)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Taiyô
Sauter vers: