Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le choc des éléments [PV Oterashi Yanosa]

Hitori Hondô
Hitori Hondô

Le choc des éléments [PV Oterashi Yanosa] Empty
Ven 17 Avr 2020 - 17:40
Le choc des éléments [PV Oterashi Yanosa] 200328053606350633
 
╔═════════════════════════════════════╗
‡ Le choc des éléments ‡
╚═════════════════════════════════════╝
_____________________________________________________________________________
 
village caché de la Roche, hiver 204.
Hitori Hondô.


Pour la première fois depuis de très nombreuses années, je basculais mes habitudes. Je me levais toujours aux aurores, me préparais comme à mon habitude mais la différence résidait dans le fait que cette fois-ci, je changeais mon itinéraire. Oui, cette fois-ci je me dirigeais vers les plaines jadis vides, maintenant garnie par une protubérance jaune, un Ginkgo. C'était mon œuvre et j'en étais fier. Je ne l'aurais jamais cru, moi Hondô, si on m'avait dit avant que je pourrais être capable de changer mes habitudes, pour un simple arbre. Mais les faits sont là et ce jour-ci je me dirigeais vers le feuillage jaune qui surplombait le village. Cet arbre était maintenant un point de repère pour tout les habitants.

En me dirigeant vers cet endroit pour la première fois depuis sa création toute récente, je ne pouvais m'empêcher de repenser à la discussion que j'avais eu avec l'instigateur de ce projet, Oterashi Yanosa. Une personne témoin de notre discussion pourrait sans doute croire que nous entretenons des relations hostiles. Mais de mon côté, il n'en était rien. Je savais que j'avais affaire à une personne passionnée par ce projet et en somme, chaque passion parle une langue différente. C'était à moi de faire l’effort d'apprendre cette nouvelle langue. Néanmoins, cette langue me semblait familière au moment ou je me dirigeais vers le dojo. Cet esprit de camaraderie qui m'étais étranger commençais à se cultiver en repensant à tout instant aux efforts collectif qui ont abouti avec la finalisation de ce bâtiment. Tout les assimilateurs avaient mit la main à la pâte et ont donné une bonne image aux habitants du village. Mais la divergence entre Yanosa et moi résidait sans doute sur le fait que je ne mettais pas les assimilateurs sur un piédestal parce qu'ils partageaient la même condition que j'avais. J'entends par la que je n'avais pas forcément un préavis positif sur un assimilateur pour la simple et et bonne raison qu'il en était un, la où Yanosa aurait été susceptible d'en avoir un. C'était l'impression qu'il m'avais fait, peut-être me trompais-je, après tout nous n'avions pas conversé pendant des heures.

Yanosa était peut-être plus radical dans ses idées et était sans aucun doute plus franc du collier que moi. Mon objectif final en tant que shinobi était de laisser un monde dans un meilleur état que celui dans lequel j'ai vécu, à savoir une issue pacifique à tout ses conflits qui gangrenaient l'humanité. Yanosa, bien que je ne prétend connaître ses objectifs, était plus axé sur la défense du village même si cela signifiait que tuer était une option plus qu'envisageable du moins, c'est cet impression qu'il m'avait faite. Ces deux concepts que nous partagions sont intimement liés, je pensais très sincèrement qu'Iwa serait la cause d'une issue pacifique contrairement à d'autres pays. Je n'étais pas dupe, j'étais au courant du monde qui m'entourait et de la situation geo-politique de celui-ci. Je savais que nous étions soldats et par conséquent, voué à tuer. Mais tuer pour assouvir les envies d'un supérieur de m’intéressait pas, j'étais tout à fait capable de le faire, si la psychologie derrière était cohérente. C'est en devenant shinobi que je savais que je pourrais ajouter ma pierre a l'édifice de ce processus qui me tenait tant à cœur. Je savais qu'un jour je devrais aller contre mes principes pour qu'au final je puisse amener ma mission à bien. C'est le destin que j'avais choisi et j'aurais été encore plus lâche si j'allais contre ce projet dans lequel j'étais déjà très embourbé.

Après quelques minutes de marche, j'arrivais enfin devant ce dojo des assimilateurs. Le Ginkgo était encore plus majestueux que dans mes souvenirs. Je profitais du fruit de notre ballet à Yanosa et moi lorsque nous avions érigé ce grand bâtiment en symbiose et je m'installais sur un banc très proche de l'entrée. Comme à mon habitude j'allumais ma pipe et prenais le temps de profiter de ce moment de paix.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8813-hitori-hondo-un-shinobi-parmis-tant-d-autres-terminee
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Le choc des éléments [PV Oterashi Yanosa] Empty
Sam 18 Avr 2020 - 16:15
Yanosa avait depuis longtemps pris l’habitude du confort sommaire offert par son petit appartement en centre ville, et avait toujours estimé qu’il n’avait pas besoin de plus que sa couche spartiate à l’intérieur pour bénéficier d’un repos pleinement réparateur. Mais, depuis la construction du dojo dédié aux Assimilateurs, il avait du revoir ses standards, car si il avait effectivement passé plusieurs nuits à même la roche de l’un des baraquements à l’étage du bâtiment, dans des conditions que tout à chacun aurait qualifié d’inconfortable, lui au contraire y avait sans doute passé les meilleures nuits de toute sa vie. Depuis son coma, l’Oterashi avait abandonné l’idée de pouvoir se tenir quelque part sous sa forme simplement humaine sans éprouver des douleurs constantes : ses cicatrices, leur lien avec les nerfs de tout son corps, l’intensité de la brûlure qu’elles véhiculaient à chaque geste, à chaque foulée, rien n’avait évolué depuis son réveil. Etsuko l’avait prévenue et, si elle avait été encore en vie, il aurait pu confirmer son diagnostic encore aujourd’hui. Son corps était une plaie ouverte, et il n’y avait rien qu’il pouvait faire contre ça.

Se savoir, en revanche, entouré de pierre et de bois, de nature et de chakra, d’hommes et femmes qui traversaient ou avaient traversé les mêmes épreuves que lui, avoir conscience du but qui les poussait tous et lui le premier à s’entraîner dur chaque jour encore et encore… Toutes ces convictions, projetées tout autour de lui dans ce grand Dojo, lui avaient offert le repos le plus qualitatif qu’il ait jamais connu auparavant, ce qui l’avait bien entendu poussé à réitérer l’expérience jusqu’à ce que, finalement, l’idée d’abandonner totalement son appartement lui apparaisse comme une éventualité tout à fait envisageable.

Se relevant donc ce matin-là d’une simple souche en pierre dans les baraquements du dojo, un couche qu’il avait tout de même modelé sur mesure pour qu’elle épouse harmonieusement la forme de son corps, le guerrier tellurique s’étira longuement et sereinement en descendant tranquillement au niveau inférieur du bâtiment. Il rejoignit le bassin qui entourait l’arbre gingko, croisant plusieurs assimilateurs qu’il commençait à connaître en passant, comme Soraya, et étendit ses perceptions tout autours de lui. D’abord tout près, puis plus loin dans les salles d’entraînement alentours, puis jusqu’aux limites du dojo, et enfin au-delà, bien au-delà, à travers une bonne partie du centre ville. Cet exercice sensoriel lui permettait au réveil de rapidement prendre conscience de l’état d’agitation ou de calme du village, de prendre la température, et l’habituait à toujours rester sur le qui-vive, même au sein de son Berceau. Mais alors qu’il allait en rester là de son exercice, une signature de chakra attira son attention à extérieur.

Yanosa se rendit donc à la sortie nord-est, s’exposant pleinement à la fraîcheur presque piquante de ce matin d’hiver, et aperçut effectivement la silhouette de Hondô, assis sur un banc de l’autre côté de l’allée. L’Oterashi descendit quelques marches, sans pour autant quitter l’ombre du dojo, avant de s’adresser à l’assimilateur de bois.

« Bonjour, Hondô. Tu comptes rester là longtemps ou tu vas rentrer un jour ? Allez, viens » lança-t-il avec un geste de la main.

Rentrant à nouveau dans le dojo après s’être assuré que le Hitori le suivait, il marcha à nouveau jusqu’à l’atrium où se trouvaient le bassin et l’arbre géant.

« Un lieu comme ça, il est fait pour être utilisé tu sais, pas pour être contemplé. Si tu as un peu de temps, suis-moi, j’aimerais m’exercer un peu avec toi. Voir de quoi tu es fait. »

Hondô s’était dévoilé lors de la construction du dojo, affirmant au grand jour ses réticences et ses craintes. Il n’y avait que les sociopathes qui n’en avaient pas, songea Yanosa, mais tous au sein d’Iwa devaient faire l’effort de les affronter et de les mettre derrière soit pour qu’elles ne constituent pas un obstacle au moment fatidique. Aujourd’hui venait de se présenter l’occasion idéale de mesurer le potentiel de Hondô, le vrai potentiel, celui qui pourrait, le jour venu, servir à défendre le village. L’air de rien, continuant à marcher calmement, le Tellurique mena donc son camarade à travers les couloirs jusqu’à l’une des grandes salles d’entraînement, dont l’ouverture apparut devant eux à quelques mètres. Yanosa prit place à l’intérieur : l’endroit n’était éclairé que par la lumière du soleil, encore ténue, qui frappait le sol depuis les ouvertures en hauteur dans les murs. La salle était simpliste, rectangulaire, en roche et en bois brutes.

« Tu n’as pas à avoir peur d’utiliser ton pouvoir. Pas ici en tout cas. Je te demande de te battre… comme si je menaçais ce que tu avais de plus cher au monde. Compris… Hondô ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Hitori Hondô
Hitori Hondô

Le choc des éléments [PV Oterashi Yanosa] Empty
Mar 21 Avr 2020 - 22:43
Le choc des éléments [PV Oterashi Yanosa] 200328053606350633
 
╔═════════════════════════════════════╗
‡ Le choc des éléments ‡
╚═════════════════════════════════════╝
_____________________________________________________________________________
 
village caché de la Roche, hiver 204.
Hitori Hondô.

Je tirais sur cette pipe longue, mon alliée depuis de nombreuses années et profitais du temps doux lorsqu'une voix, désormais familière, me coupait dans mon élan. C'était l'homme fait de pierre, Yanosa. Comme à son habitude, il n'y allait pas par quatre chemins, il m'apostrophais et me faisait signe pour que je rentre dans ce nouvel édifice. Je m'étais levé de mon banc et j'avais éteint ma pipe longue.

Tiens, bonjour Yanosa. Entrons, entrons.

Je suivais ses pas et désormais nous étions devant l'atrium et devant ce fameux ginkgo qui me rendait fier

Ah, voilà une bonne chose de faite. Je dois dire qu'on s'en ai plutôt bien sorti avec ce bâtiment.

Yanosa et moi continuions notre chemin lorsque ce dernier me disait qu'un endroit comme celui-là était fait pour être utilisé, et non contemplé. J'avais là la preuve exacte de ce que je disais plus tôt. Yanosa était quelqu'un de radical. Je n'étais absolument pas d'accord avec son analyse. Toutes créations, quelques soit leurs fonctions peuvent-être analysées sous le prisme de la beauté. Qu'il s'agisse d'une épée, d'un bâtiment administratif, d'une habitation sur un pan de colline ou même d'un ninjutsu. Cet endroit avait certes pour but l'entraînement d'assimilateurs mais rien n'empêchait d'admirer le gingko, l'archiecture et les courbes de ce bâtiment. Mais aussi bien que nous étions en désaccords, je mettais cela sur le compte de ce qu'il avait vécu peut-être dans sa carrière de shinobi. Je savais que Yanosa était un homme avec énormément d'expérience mais cela s’arrêtait la. Je ne savais s'il avait vécu des moments terribles, des blessures graves, la perte de compagnons et je me disais qu'une aigreur pouvait tout naturellement se manifester et pour ainsi dire, se justifier. Je ne pouvais considérer sa vision comme archaïque, moi qui n'était encore qu'un cœur pur qui n'avait pas connu la sauvagerie des champs de bataille.

Il voulait aussi mesurer à moi. Enfin, je pense plutôt que la bonne tournure de phrase serait de dire que c'était moi qui devait me mesurer à lui. En effet, je n'avais pas besoin d'un entraînement pour savoir que Yanosa était un shinobi plus fort et résistant que moi sur bien des domaines. Certes, j'avais cette assimilation depuis bien des années mais je ne n'avais jamais prit la peine d'exercer correctement celle-ci. Je pouvais faire un ginkgo et aménager un bâtiment, mais je ne m'étais jamais exercé dans la perspective d'un combat. Mes entraînements de shinobi étaient encore nouveau pour moi. J'avais prit le temps d'exploiter quelques techniques et quelques styles de combat mais tout cela n'était qu'au stade d'embryon pour le moment. Je savais avec une certitude absolue que Yanosa n'avait aucune intention de me nuire mais je savais également qu'il ne me ferait pas de cadeaux. Je n'avais donc aucun doute quant à ma réponse lorsqu'il m'a proposé cet entraînement.

Avec plaisir, Yanosa. Cela pourrait m'apporter beaucoup.


Nous nous dirigions désormais vers une grande salle d'entraînement. Yanosa l'avait sans doute choisie pour que nous ne soyons pas gênés lorsque viendrait le temps où nous devrions montrer l'étendue de nos pouvoirs. Cette salle était garni de bois et de roche, le fruit de notre création à tout les deux. La lumière du soleil éclairait en plein milieu. La mise en scène était limite théâtrale. Yanosa d'un côté et moi de l'autre, nous étions face à face en silence lorsque l'homme fait de pierre repris la parole et me sommait de de ne pas avoir peur d'utiliser et de me battre comme si je perdais la chose la plus importante à mes yeux.

En écoutant ces mots, je me disais qu'au contraire, j'aurais souhaité avoir usé de ce pouvoir d'assimilateur beaucoup plus longuement avant notre rencontre pour avoir une panoplie plus importante à proposer ce jour-là. Je n'avais jamais peur de mon pouvoir, j'étais simplement frustré de ne pas l'avoir développé beaucoup plus tôt. Et si bien qu'il me disait de penser à me battre pour défendre un être cher, je n'arrivais pas à me projeter dans ce scénario. J'avais accepté la mort le jour ou j'avais débuter ma carrière de shinobi. Cela impliquait la mienne et celle de ceux qui me tenaient à cœur. Je pouvais ressentir les émotions comme la joie, la tristesse, l'émerveillement mais je m'étais fait à l'idée que je devais vivre au jour le jour et que les sentiments ne devaient désormais plus avoir d'importance. Je ne savais pas encore que ma pensée de l'époque était assujetti à de gros changements et que ce raisonnement ne serait que passager.

Je te garantis que je ferais de mon mieux. Allons-y !


C'était sur ces belles paroles que je glissais ma main dans ma poche pour en sortir trois kunais que je lançais sans hésiter sur Yanosa. Je savais que ces kunais n'étaient rien, mais je voulais savoir de quelle manière il allait réagir en voyant ces trois projectiles arriver dans sa direction.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8813-hitori-hondo-un-shinobi-parmis-tant-d-autres-terminee
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Le choc des éléments [PV Oterashi Yanosa] Empty
Mer 22 Avr 2020 - 16:09
Lorsqu’il vit Hondô dégainer plusieurs armes blanches de sa sacoche ninja, Yanosa arqua un sourcil, à la fois songeur et perplexe. Des kunais… Pourquoi utiliser des kunais, quand on disposait comme eux de facultés aussi pratiques que celles proposées par l’Assimilation ? Tandis que le jeune Genin armait son lancer, apparemment sans adjoindre le moindre parchemin ou le moindre sceau à ses projectiles, le guerrier tellurique mûrit la question en se préparant malgré tout à répondre à l’offensive. Mais, en dépit de toutes les hypothèses qu’il se formula alors mentalement, une seule lui parut finalement assez cohérente pour être la bonne.

Sans changer ses appuis d’un pouce, l’Oterashi changea son avant-bras en roche et balaya en revers les trois projectiles, qui allèrent glisser sur le sol un peu plus loin sur la droite dans un cliquetis caractéristique.

« Être un shinobi… c’est avant tout savoir utiliser tous les outils à sa disposition pour atteindre son objectif… quel qu’il soit. Et si en temps normal je n’aurais pas su expliquer le choix de cette première offensive… Je redoute… d’en avoir trouvé la raison. »

Pour la première fois, Yanosa arbora alors soudainement une posture dédiée au combat, sa garde levée et ses jambes pliées, prêt à bondir, attaquer, se défendre… et bien d’autres choses encore.

« Ai confiance en toi Hondô. Tu as aidé à bâtir cet endroit. Tu as des capacités formidables à ta disposition. Utilise-les… Ou subis-en les conséquences. »

Le bras droit du Tellurique se transforma alors à nouveau en roche et, dans un mouvement ample et rapide, extruda et projeta un large projectile circulaire en direction de l’assimilateur de bois. Le croissant de lune rocheux tourbillonnait inexorablement et à toute vitesse en direction de Hondô et, sans réaction appropriée de sa part, il risquait de le sentir passer. Ce que, Yanosa en était persuadé, il était capable d’éviter. Mais encore fallait-il, comme il lui avait soufflé un instant plus tôt… qu’il ait suffisamment confiance en lui pour utiliser son pouvoir.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Le choc des éléments [PV Oterashi Yanosa]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: