Soutenez le forum !
1234
Partagez

Quand les féministes s'en mêlent [Mission B]

Naragasa Daisuke
Naragasa Daisuke

Quand les féministes s'en mêlent [Mission B] Empty
Dim 19 Avr 2020 - 4:05
Mission:
 

Pour la toute première fois j’étais assigné à une mission en tant que membre de la Kenpei…
Avant même de faire plus attention au contenu de la missive, mon regard s’arrêta sur les noms des personnes qui allaient être à mes côtés, Yukino Shizune et Yuki Akira. A aucun moment je m’attendais à voir le nom de la praticienne et encore moins pour la main de la justice, parce que tout bêtement je pensais qu’elle ne travaillait que dans le service hospitalier, ce qui était logique en tant que médecin. Un médecin dans les forces de l’ordre ce n’était pas quelque chose de banal, et bien évidemment cela éveilla encore plus ma curiosité par rapport à cette dame, beaucoup plus que durant notre première rencontre. De ce que j’avais vu et retenu d’elle, cela me permettait de savoir plus ou moins comment celle-ci fonctionnait et par conséquent à quoi m’attendre.
Cependant pour le second nom je m’attendais à voir une personne d’un standing plus élevé puisque cette personne appartenait au très célèbre clan Yuki. Si réputé que même oncle Kira était appelé ainsi, c’est pour dire l’influence que possédait cette caste sur tout le territoire. Avec un tel patronyme cette personne devait être respectée et respectable, j’en attendais beaucoup d’elle au vu de son rang. En y pensant ce Yuki était-ce une femme ou un homme ? Ce prénom mixte ne m’aidait pas à identifier le genre de cet individu, mais soit, tant que cette dernière faisait le travail demandé c’était l’essentiel.
Après une lecture attentive de l’ordre de mission j’étais à présent consterné par ce que je venais de lire…
Comment était-il possible qu’un tel groupe se soit attaqué à l’un des symboles de La Brume ?
La raison même de leur vandalisme était risible, au point de me dire que cela allait être très compliqué de les appréhender surtout qu’en tant qu’homme, j’allais être une cible parfaite pour ces dames. Enfin si on pouvait appeler ça comme ça. A mon avis, ces féministes ne savaient pas que derrière chaque grand homme se cachait une femme. Une épouse, une mère, une sœur, une fille, il y avait tant de possibilité. Leur ignorance m’attristait…
Une fois remis de mes émotions, je revêtis une de mes tenues favorites : une veste en cuir noir sans manches, des gants noirs, une longue écharpe pour couvrir le bas de mon visage, l’insigne Kirijin enroulé autour de la cuisse droite et le brassard de la Kenpei au bras gauche. Je pris par la même occasion mon sabre que je fixais ensuite au dos à l’aide d’une attache, pour ce genre de mission il n’y avait pas besoin de prendre bien plus.
Ne connaissant pas les adresses de mes collègues il était impossible pour moi de leur adresser un message pour leur fixer un point de rendez-vous. Alors par intuition je me rendis sur le lieu du délit c’est-à-dire devant les locaux de la Kenpei, en espérant que mes camarades s’y rendraient également.
Etonnement je semblais être le premier arrivé, bon fallait patienter encore un peu on dirait bien. J’attendais leur venu adossé contre le mur du bâtiment de la Police les bras croisés.



_________________
Quand les féministes s'en mêlent [Mission B] Yikj
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8389-un-lourd-heritage-naragasa-daisuke
Yuki Akira
Yuki Akira

Quand les féministes s'en mêlent [Mission B] Empty
Mar 21 Avr 2020 - 2:35
Voilà une mission de taille pour la genin qui allait faire sa première mission de rang B depuis qu'elle avait été considérée comme apte à réaliser des missions, soit donc depuis bientôt un an désormais. Une petite excitation passagère avait-elle eut à l'annonce de sa première mission, qui fut quelque peu amoindrie lorsqu'elle apprit l'objectif de la mission : de la traque. Chercher le chat d'une personne âgée ou tout simple pratiquer la chasse aux insectes volants n'étaient les rares fois où elle dû trouver quelque chose, si on pouvait vraiment parler de recherche et traque. Un petit doute s'installait sur son utilité dans la mission, elle qui avait pour seule connaissance sur le pistage ce qu'elle avait apprise au cours de son apprentissage à l'académie ninja.

Apparemment dans cette mission, la jeune Yuki allait être accompagné de deux adultes - comme toujours - afin de mettre fin à cette mission en succès. De nom il était impossible de savoir avec qui elle allait devoir coopérer, si ce n'est que l'un était membre de la Kenpei - étant le groupe victime de l'incident - et une chûnin qui allait être la personne qui représentera le groupe et donc être chef de l'équipe. Encore une fois sûrement allait-elle devoir un peu dépendre des ninjas totalement inconnus pour elle afin de mettre à bien la mission... la brune espère quand même trouver son utilité dedans, même si sur le coup elle doutait fortement.

Pas de lieu de rendez-vous ? Sûrement était-ce à eux de se débrouiller pour cela. La genin allait devoir deviner elle-même le lieu de rendez-vous, et le première lieu qui pouvait être un point de rendez-vous ne pouvait être que finalement les locaux saccagés par le groupe féministe, du moins comme c'est là qu'ils allaient devoir commencer pour avoir des indices, sûrement était-ce là que tout le monde allait se rejoindre. Et puis qui ne tente rien à rien.

Donc la Yuki en ce jour qui allait des plus spéciales en raison de la nature de la mission se rendit donc au local de la Kenpei saccagé par des individus qui cantonnait le droit de la femme. Ce n'était pas le genre de chose qu'elle comprenaient tellement. Après tout pour elle il n'y a pas de problème que ça soit un homme ou une femme qui soit Mizukage, d'ailleurs elle ne se posait même pas la question tellement elle était superficielle. Puis ce n'est pas le genre de questions dans le quotidien que la Yuki se posait. Non loin on pouvait la voir arrivée dans une de ces fameuses tenues de la culture nippone, laissons apercevoir le kimono d'une blancheur éclatante accompagné d'une serre bleutée azur. Difficile de ne pas l'apercevoir dans ce genre de tenue vestimentaire des plus traditionnelles et dans la finesse de l'art nippone.

Au loin alors qu'elle approchait des lieux, la fille voyait une figure fort imposante au pied des locaux. Un homme des plus grands et forts à première vue fit-elle le constat en s'approchant en petit trot qui devenait plus lent au fur et à mesure qu'elle s'avançait. Elle venait à avaler sa salive à la vu de l'homme imposant. Une mouche pouvait-elle être comparé avec son mètre cinquante et un face au grand monsieur. Etait-ce un membre de la Kenpei qui était sous la surveillance du site ? Le mieux n'était autre que finalement demander directement à ce dernier, mais disons que ce dernier au vu de son corps imposante n'inspirait pas l'envie de s'approcher. Mais pas le choix, il fallait prendre son courage à deux mains. Au bout du compte, la jeune genin venait à se tenir plus ou moins en face pour l'interpeller, pour finalement venir à légèrement balbutier pour prendre la parole :

- Bonjour... Est-ce... Est-ce ici ?

_________________
Akiki Akiki ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6306-akira-yuki#52152 https://www.ascentofshinobi.com/t7474-carnet-de-bord-yuki-akira
Yukino Shizune
Yukino Shizune

Quand les féministes s'en mêlent [Mission B] Empty
Mar 21 Avr 2020 - 20:05

Kenpei t’es ‘ken’


Un doux petit chant résonnait dans l’unique couloir de son appartement, un fredonnement en provenance de la salle de bain où une bien jolie jeune femme, passée la trentaine, se prépare pour sa première mission depuis son retour. En recevant son ordre la veille, Shizune ne pouvait dissimuler sa joie alors qu’elle rentrait du boulot. On lui confiait les rênes d’une affaire assez cocasse pour ne pas dire ridicule. Ce n’était pas tant le groupe extrémiste qui prêtait à sourire, mais que les locaux de la Kenpei eurent été dégradé, ça, c’était poilant. Bien évidemment, ses actes barbares contre l’autorité devaient être punie, mais la situation était bien trop délirante pour garder son calme une seconde. Shizune préféra en rire un bon coup avant de sortir de chez elle, il valait mieux évacuer maintenant plutôt que devant les officiers de Kenpei une fois sur les lieux. C’est le cœur léger que la grande brune acheva de se préparer, se brossant négligemment les cheveux, leurs donnant ce petit look rebelle. La kunoichi ajusta ensuite sa tunique blanche et ne décida de prendre avec elle que le strict minimum en matériel ninja : juste une bobine de fil de fer. D’habitude prévoyante, elle ne voyait pas l’intérêt de s’armer pour une bande d’allumée qui avait sans doute trop picolé le soir de l’attentat’, poussant le bouchon un peu trop loin. C’est sur cette pensée que Shizune passa le pan de sa porte, non pas en blouse de médecin, mais en chûnin dans l’exercice de ses fonctions.

La situation était urgente, mais avant de se présenter à la Kenpei, petit détour au marché pour rendre visite à son marchant ambulant préféré. Le vieux Tamasaburō était une véritable attraction dans les rues commerçante de Kiri. Ce bon petit père avait survécu à tout, arpentant sans relâche les rues du glorieux village, même en période de reconstruction, réchauffant le cœur des habitants avec sa spécialité : les taiyaki. Shuzine les adorait. Il n’y avait pas d’autre mot, depuis qu’elle habite ici, elle est tombée amoureuse de Kiri et de ses friandises gaufrées en forme de poisson, symbole de chance. Tamasaburō-san avait son petit stand yakai qu’il faisait régulièrement bouger chaque semaine. C’était un cuisinier hors pair qui exerçait son métier depuis plus de soixante ans, une vraie force de la nature qui refuse de raccrocher, toujours heureux de transmettre son savoir et ses bonnes recettes à qui s’y intéresse. La kunoichi se présenta tout sourire et fut immédiatement reconnue, après tout, elle était une fidèle cliente. Elle lui demanda six taiyaki, préparé rapidement sous ses yeux. La pâte à gaufre posée dans le moule, vient ensuite une bonne dose de pâte d’haricot rouge, rebelote avec la gaufre, on referme et cuit des deux côtés. Habituellement, il fallait les manger tout chaud pour en avoir la pleine saveur, mais pas aujourd’hui, malheureusement. Shizune demanda un petit sac en papier qu’elle réchauffera de son mieux avec sa maitrise du katon, la dame avait ses petites techniques pour cela. Elle remercia son ancien favori d’un large sourire et son paiement grandement mérité avant de se remettre en route.

Les bureaux de la Kenpei. Une véritable institution depuis sa mise en place, néanmoins, la chûnin évitait souvent l’endroit. Non pas qu’elle n’appréciait pas l’autorité, au contraire. Mais il lui est arrivé à plusieurs reprise de finir en dégrisement dans le quartier, dans sa folle jeunesse où chaque retour de mission périlleuse, se soldant par la perte d’un proche de temps à autre, demandait une décompression appropriée. Oui, Shizune a eu, à une époque, un problème avec l’alcool. Fort heureusement, elle s’était assagie, et consommait de manière plus raisonnable, pour une kirijin. Ce qu’on ne pouvait lui enlever cependant, c’était sa joie de vivre et ça faculté à… briser la glace.

- Hop là ! Voilà mon grand blesser de guerre Daisuke-san !

Apparue dans son angle mort, coupant l’élan de la jeune et timide Yuki Akira ici présent, la grande brune s’était interposée en donnant une vigoureuse tape sur l’épaule du géant qui ne vacilla pas d’un poil. La chûnin aimait toujours provoquer le sourire, quitte à en être chiante, très rentre dedans. Sans attendre la réponse du colosse, elle se tourna vers la plus jeune ici présente, l’étudiant de ses yeux de biches. *Tiens tiens tiens. Mais revoilà une autre tête connue, ne serait-ce pas ma charmante Akira ? Je sens qu’on va bien s’amuser entre filles et notre grand gaillard ‘ci présent.* La chûnin s’approcha de l’adolescente, tout sourire :

- Comme on se retrouve, Yuki Akira ! Je ravie de pouvoir partir en mission avec toi, je serais votre sensei pour la journée, sympa, non ?

En se redressant, la brune tendit son paquet entre les deux genins, leur proposant de manger un peu avant de s’y mettre sérieusement :

- Faites-vous plaisir, je régale. Après on se mettra au boulot.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014 https://www.ascentofshinobi.com/t9281-kiri-yukino-shizune
Naragasa Daisuke
Naragasa Daisuke

Quand les féministes s'en mêlent [Mission B] Empty
Mar 28 Avr 2020 - 16:07
Au loin j’apercevais une silhouette qui semblait approcher de ma position, et plus celle-ci avançait et plus je pouvais mieux distinguer la personne en question. A priori c’était une jeune fille d’environ mon âge ou un peu moins, difficile à dire étant donné sa petite taille. Son style vestimentaire concordait parfaitement à une famille ou même à un clan aisé, ce qui me fit penser que celle-ci devait être le fameux membre du clan Yuki. C’était donc elle Akira, je vois…
A peine les premiers mots décrochés qu’elle se fit interrompre par Yukino-san qui apparut de nulle part, ou plutôt je ne m’attendais pas à ce qu’elle vienne dans mon angle mort. Fallait dire que cette façon d’arriver était spéciale pour ne pas dire autre chose. Moi qui pensais avoir tout vu d’elle, enfin de compte je faisais fausse route depuis le début. La gradée semblait totalement détendue malgré la gravité de la mission, comment c’était possible ? Prenait-elle ça à la légère ? Ou simplement c’était son tempérament ? En tout cas passer d’une personne rigide comme Hayame-san à une personne enjouée comme dame Yukino n’allait pas être chose aisée. Espérons qu’elle fera preuve de professionnalisme.
Tiens, la jeune Yuki et la praticienne semblait déjà se connaitre ce qui me soulagea légèrement, parce qu’au moins la sensei allait plus facilement souder le groupe puisqu’elle nous connaissait. Il ne me restait plus qu’à me présenter auprès de ma jeune équipière.
« Bonjour mesdames. Je présume que vous êtres Yuki Akira ? Ravi de faire votre connaissance. Pour ma part c’est Nagasama Daisuke. » dis-je en regardant la jeune fille.
Incroyable… Au lieu de se mettre pour en route pour examiner la scène du délit, notre supérieur préféra improviser une sorte de gouter, à quoi tout cela pouvait-il rimer ?
« C’est gentil mais non merci. Ça ira. Dites-moi vous êtes médecin mais également membre actif de la Kenpei ? »
Après observation, je ne remarquais aucun insigne de La Main de la Justice chez la Yukino. Eh bien, je ne savais pas que des tierces personnes pouvaient participer à ce type de mission. Comme quoi on en apprend tous les jours.

_________________
Quand les féministes s'en mêlent [Mission B] Yikj
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8389-un-lourd-heritage-naragasa-daisuke
Yuki Akira
Yuki Akira

Quand les féministes s'en mêlent [Mission B] Empty
Jeu 30 Avr 2020 - 17:21
Apparemment le géant n'avait pas vraiment l'air de se préoccuper du fait est qu'elle était plutôt tendue à sa vue, et tant mieux pour elle si ce dernier ne faisait pas de remarque concernant cela. Elle se serait mal vue expliquée comment expliquée cela, car après tout l'explication aurait pu éventuellement vexé la personne, chose que la genin du clan Yuki ne voudrait pas qu'on pense d'elle. En plus le mensonge n'était guère une chose dont elle était forcément une adepte. Quand elle ment, généralement on le sait bien. Ce n'est pas une chose pratique dans la vie en y pensant, mais on ne peut pas toujours être bon dans tout ce que l'on convoite.

Une voix venait à la couper, ce qui fit au final permettait d'éviter la jeune Yuki à se couvrir de honte à communiquer en balbutiant avec le membre de la Kenpei, aka la police de Kiri. À l'ouïe d'une nouvelle voix provenant guère des bouches du soldat, bien trop efféminée pour être celle de celui-ci et qui plus est non provenant d'en face - pratique d'avoir deux oreilles - mais bien d'autre part. Son regard par réflexe se tournait donc vers la voix, pour y découvrir finalement la chunin. Tant bien que la première et seule rencontre fut il y a déjà belle lurette pour la genin, sa manière de se rappeler des individus par leur traits physiques particuliers la permettait plus ou moins de se rappeler qui était la dernière arrivante. Il y avait au moins une personne qu'elle connaissait dans l'équipe, et apparemment Shizune et le géant qui se prénommait Daisuke se connaissait mutuellement aussi, une bonne nouvelle donc.

Avec Shizune, la Yuki aurait déjà plus d'assurance à communiquer avec la chunin puisque que ce n'était pas la première fois qu'elle venait à parler avec cette dernière, tant bien même que ce n'était que lors d'une première rencontre. Le sourire comme on dit peut être contagieux, en tout cas contagieux pour la jeune brune qui venait à saluer de la main la mate.

- Oui j'ai hâte de la mission avec vous !

Venait-elle à s'exclamer. En ce qui concernait par contre la nourriture, manque de chance la Yuki n'était pas venue avec le ventre vide, pour cette fois elle allait devoir refuser la proposition de la part de Shizune, venant simplement à hocher de la tête de gauche à droit en signe de refus, venant à ajouter un "merci tout de même" pour la proposition. Peut-être plus tard, mais actuellement Akira avait encore dans son estomac le repas dans le fond de son estomac rempli. Son yeux se posaient de nouveau vers le géant de la Kenpei. Cette fois-ci déjà plus assurée qu'au premier instant de la rencontre, la genin venait à baisser son buste un pendant un bref instant avec une tête baissée en signe de révérence. Ceci fait, une voix calme prit-elle pour répondre.

- Oui. enchanté aussi, en espérant pouvoir être utile pour aider la Kenpei.


_________________
Akiki Akiki ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6306-akira-yuki#52152 https://www.ascentofshinobi.com/t7474-carnet-de-bord-yuki-akira
Yukino Shizune
Yukino Shizune

Quand les féministes s'en mêlent [Mission B] Empty
Ven 1 Mai 2020 - 18:13

Dans le vif du sujet


Shizune se sentait un peu seule en tendant son paquet de pâtisseries, les plus jeunes étaient bien aimables, mais personne ne piocha dedans : un échec cuisant. Elle se consola comme elle le pouvait, ça en ferait plus pour la grande personne… Six taiyakis pour une seule personne, ça faisait beaucoup, mais il ne fallait pas gâcher. La mine boudeuse, une vraie gamine, elle attrapa l’un des petits poissons et le mangea lentement, l’air quasi-désespérée. Grande comédienne, capable de jouer toutes les émotions, ce stade passager de l’échec passa plus rapidement au sérieux quand Daisuke pointa une information plus que correcte, à part lui, qui était vraiment de la Kenpei ? La question semblant s’adresser précisément à la chûnin, elle répondit d’abord par un haussement des épaules :

- Non, je ne bosse pas directement pour la Kenpei, mais on a juger bon de demander mes services pour cette enquête, les renseignements ça me connait après tout.

La grande brune se posta devant l’entrée du célèbre bâtiment de la police de Kiri, tout beau tout neuf, sauf peut être l’intérieur à en croire le rapport qu’on lui avait fait parvenir. La kunoichi resta le regarder en silence, le temps de finir son premier taiyaki. Après l’avoir englouti, elle se tourna vers ses compagnons de missions :

- On finira le reste une autre fois… ( Elle replia l’ouverture du paquet des taiyakis. ) Ce n’est pas mon genre de la jouer autoritaire, mais on va tout de même établir quelques règles entre-nous. ( Shizune prit le temps de s’éclaircir la gorge. ) Gardez à l’esprit que nous devons nous occuper de soi-disant féministes particulièrement violentes dans leurs actions, malgré tout, elles restent des citoyennes kirijins, par conséquent, j’interdis que l’on vienne à leur faire du mal, sauf si je juge la situation incontrôlable sans l’usage de la violence. On va devoir faire preuve de diplomatie sur cette affaire. Sans trop vous mettre la pression, avec ce genre d’individus, le moindre mot de travers peut faire vriller une situation dans la seconde. En tant que responsable, j’ai la charge de votre sécurité, et j’aimerais que vous prêtiez attention aux moindre de mes paroles. Je ne vous enlève pas votre libre arbitre non plus, nous nous consulterons tous ensemble, chaque idée mérite d’être entendu. Mais j’aurais toujours le dernier mot. ( Elle souffla, comme si dicter des règles lui était quelque peu difficile, pas naturel. ) Daisuke, tu connais bien mieux les locaux de la Kenpei, tu nous guideras dans le bâtiment. Si les pièces sont vraiment sans dessus dessous, tu as le plus de chance de trouver le moindre indice, connaissant leur disposition précédant les faits. Jeunes gens, en route.

La kunoichi prit les devants et pénétra dans le hall d’entrée, donnant vu immédiatement sur un poste d’accueille où surveillait un agent de la Kenpei, sans doute doublé d’un secrétaire au vu des dossiers qu’il avait à sa charge, veillant les entrées et sorties du bâtiment. La grande brune se présenta immédiatement à lui en allant au guichet. Adressant un habituel sourire réconfortant, elle lui remit à la même occasion son titre et sa convocation :

- Yukino Shizune, chûnin, j’ai la charge de l’équipe d’investigation concernant la dégradation des locaux. Ces deux jeunes gens sont avec moi, l’un d’entre eux travaille ici. Avons-nous l’autorisation de nous rendre sur les lieux ?

Le vigile l’écouta tout en inspectant l’ensemble des documents qu’on lui remit, vérifiant leur exactitude. Il avait été prévenu de leur venue, et semblait même reconnaitre Daisuke, lui adressant même un signe de la tête. Il reporta son attention sur la médecin, tendit le bras pour lui remettre ses effets. Shizune se tourna vers son équipe et leur fit signe de la rejoindre :

- Tu pourrais nous faire un tour du propriétaire ? Akira et moi seront tes charmantes accompagnatrices.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4276-yukino-shizune-retour-au-pays#33014 https://www.ascentofshinobi.com/t9281-kiri-yukino-shizune

Quand les féministes s'en mêlent [Mission B]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: