Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi)

Fujioka Yukari
Fujioka YukariEn ligne

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi) Empty
Jeu 23 Avr 2020 - 14:44
Plusieurs jours s’étaient écoulés depuis sa rencontre avec Midori. Une adorable personne avec qui elle avait pu beaucoup échanger et qui semblait s’intéresser à ce que lui racontait la jeune genin. La petite Yukari avait repris un train de vie tout à fait banal, revenant à ses petites habitudes dans le village. Néanmoins, la jeune fille mit au profit les jours qui suivirent à tirer des conclusions de cette conversation fort intéressante. Midori lui avait donné quelques alternatives pour pallier au manque d’intérêt de la jeune iwajin et dorénavant, Yukari se retrouvait avec de nombreuses pistes à explorer. Compte tenu de ses centres d’intérêt actuels, le plus logique serait de se tourner vers l’hôpital où elle pourrait tenter de trouver quelques éléments de réponses à ses interrogations.

En réalité, Yukari ne savait pas vraiment s’il était possible de rentrer en contact avec un médecin sans qu’elle ne souffre d’aucune pathologie au préalable. Le plus simple resterait encore de simuler un mal et de dévoiler ensuite le pot aux roses au moment de la consultation mais Yukari détestait user de ce genre de méthodes douteuses pour arriver à ses fins. N’ayons pas d’autre alternative qui la satisfaisait, la jeune iwajin décida de jouer la carte de l’honnêteté et c’est ainsi que, en se présentant aux consultations, elle exposa la raison de sa venue.

« Bonjour, j’aimerais savoir si il était possible de prendre rendez-vous avec un médecin. Je n’ai pas de raison médicale pour prendre rendez-vous mais je voulais savoir si je pouvais rentrez en contact avec l’un de vos spécialistes pour que je puisse m’entretenir avec lui. Disons que je m’intéresse beaucoup à la médecine et j’ai quelques interrogations d’ordre général concernant celle-ci. »

Sa demande suscitait un certain scepticisme de la part du personnel soignant. Restait à espérer que sa requête ne soit pas refusée auquel cas Yukari s’en irait sans trop faire d’histoires. La jeune fille n’avait pas trop tendance à insister pour obtenir ce qu’elle voulait et préférait s’en aller sans basculer dans l’excès de zèle. Heureusement, la brune ne fut pas confrontée à un refus direct et on lui demanda gentiment d’attendre pour voir si il y avait des médecins en service qui étaient disponibles pour accéder à sa demande. Si il le fallait, la jeune femme était prête à payer pour cette consultation qui n’en était pas une, l’argent étant l’un de ses derniers soucis.

En attendant qu’on la prenne en charge, Yukari attendit tranquillement dans ce qui semblait être une salle d’attente feuilletant tranquillement son livre de médecine générale qui pesait bien son poids. Une véritable encyclopédie pour la jeune iwajin qui suscitait parfois des regards interrogateurs de la part de son entourage qui se demandait bien ce qu’une fille de son âge pouvait trouver d’intéressant dans ce genre d’ouvrage. Jeune fille marginale, Yukari n’avait jamais prêtée attention à ce que les autres pensaient d’elles, se contentant d’interagir au minimum avec les personnes dont les intérêts étaient bien trop simplistes pour un esprit aussi développé que celui de la jeune iwajin.

On lui reprochait d’ailleurs souvent de manquer d’ambitions et de ne pas s’intéresser à des sujets plus…terre à terre comme elle aimait les nommer. De son point de vue, Yukari pensait surtout que la plupart des gens ne voyaient pas plus loin que le bout de leur nez et qu’ils se fixaient sur des objectifs qu’on leur faisait miroiter depuis leur plus tendre enfance. Des objectifs dont Yukari s’était désolidarisée depuis bien longtemps déjà. Après tout, fallait-il vraiment se contenter de rentrer dans le rang et de suivre aveuglément tout ce que les autorités voulaient bien nous raconter ? N’y avait-il pas suffisamment de personnes avides de pouvoir et de progression pour permettre à la jeune brune de mener sa vie comme elle l’entendait ? Il y avait fort à parier que Yukari n’était qu’une goutte parmi un vaste océan, un constat dont elle se satisfaisait amplement mais qui ne ravissaient pas toujours ses pairs.

Quoi qu’il en soit, Yukari avait tout de même fait l’effort de venir aujourd’hui afin de voir si le système pouvait lui offrir des alternatives plus en adéquation avec son idéologie car, même si la jeune fille possédait quelques appréhensions, il serait malhonnête et imprudent de trancher avant d’avoir suffisamment d’éléments de réponses. Une conclusion trop hâtive ne ferait que conforter Yukari dans ses appréhensions et constituerait un véritable homme de paille. C’est pour cela qu’en attendant un apport de réponses satisfaisantes, Yukari préférait sagement suspendre son jugement avant de pouvoir conclure raisonnablement.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8387-terminee-la-reverie-est-la-vapeur-de-la-pensee-fujioka-yukari
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi) Empty
Dim 26 Avr 2020 - 19:22


En quête de réponses



Mains dans la paperasse qui débordait de son bureau, seule lumière que la rubiconde pouvait apercevoir, était celle qui passait au travers de sa modeste fenêtre. La vue donnait sur une petite cour intérieure où les patients et médecins pouvaient s’y poser pour profiter de la fraîcheur saisonnière. Mais pour le moment, Aimi était prisonnière de ses responsabilités et s’y attelait avec rigueur. Maintenant qu’elle avait Harumi à ses côtés, elle pouvait souffler un peu plus et se poser sur l’administration et la gestion de l'hôpital. Seulement son rôle ne s’arrêtait pas là et la rousse s’était engagée à aider son prochain en quête de connaissance et d’apprentissage.

C’était pour cela qu’elle avait décidé de créer des créneaux où dans ce laps de temps, des apprentis intéressés à rejoindre le rang des Eiseinin pourraient assister à des cours principalement théoriques pour connaître le monde de la médecine et ses innombrables informations à connaître. La Chiwa savait qu’elle pourrait compter sur l’aide de ses confrères pour assurer certains cours et c’était même plus intéressant d’apprendre de plusieurs manières. Après avoir rédigé un emploi du temps consacré au cours, il lui faudra réserver une salle pour recevoir les élèves, ce qui ne sera pas difficile, étant donné qu’en général la rousse utilisait un laboratoire pour le côté pratique.

Une fois cela terminé, la jeune femme rangea ce dossier dans ceux à partager avec les autres médecins. Elle s’affala complètement contre son fauteuil et ferma les yeux. Il était vraiment difficile de faire la part des choses entre sa responsabilité et sa vie de kunoichi. Il arrivait même à la chunin de douter, de se demander si elle y arriverait. Devait-elle laisser l’un de côté pour se concentrer sur l’autre ? Le rubis n’appréciait pas trop cela, car elle avait besoin de l’un comme de l’autre pour vivre et s’épanouir.

Le bruit d’un toquement à sa porte la fit sortir du brouillard qui recouvrait ses pensées les plus incertaines. La jeune femme se redressa alors et essaya d’arranger son bureau avant d’inviter à entrer. Sauvée par le gong ? Son regard fatigué se posa sur sa consœur, attendant sa requête, car on ne dérangeait pas Aimi sans une bonne raison.


« Bonjour Aimi, désolée te déranger. Nous avons une jeune fille qui s’est présentée et qui souhaiterait s’entretenir avec un médecin en quête de réponses. Elle semble très intéressée à la médecine, alors je me suis dit que tu pourras être la plus à même de l’aider. Si tu n’as pas de temps, je lui dis de revenir une autre fois. »

Intéressant. Alors même qu’elle était en train de préparer son planning pour des cours orchestrés dans le but d’enseigner, voici la preuve même de son dévouement pour son prochain. La kunoichi se leva de son fauteuil, peut-être un peu trop vite, et attrapa le dossier qu’elle leva en l’air.

« Non, c’est très bien ! Très très bien même ! J’en profite pour te faire passer le planning pour les cours avec les apprentis, nous prendrons le laboratoire 11 pour les réaliser. Vous pouvez noter vos noms en face de chaque créneau et de vos disponibilités, je m’occuperai de convoquer nos jeunes pousses. »

Dit-elle alors que certains étaient bien plus âgés, mais il n’y avait pas d’âge pour vouloir apprendre ! Yuka, surprise par l’entrain soudain de la rubiconde attrapa le dossier et sourit amusée avant de quitter la pièce. Blouse immaculée sur les épaules, Aimi suivit sa camarade dans les couloirs de l’hôpital avant de se diriger vers la salle d’attente. Pouvoir simplement marcher faisait un bien fou, lui permettant d’en profiter pour se dégourdir les jambes et penser à autre chose que toutes les tâches qui l’attendaient. Arrivant dans l’enceinte de l’attente, où les moins patients se faisaient force pour ne pas se plaindre, les pupilles sanguines de la chunin analysèrent chaque présence. Son regard se posa alors sur l’imposant ouvrage médical qui reposait entre les mains d’une jeune brune. En la voyant ainsi, la kunoichi se retrouva quelques années en arrière, à la même place, en quête de réponses. La jeune femme se rapprocha un petit sourire aux lèvres.

« J’ai l’impression d’avoir vu maintes fois ce type d’ouvrage, à la bibliothèque par exemple. Je ne pense pas me tromper en devinant que vous êtes la personne qui souhaite s’entretenir, concernant vos interrogations ? » La rousse s’arrêta quelques instants, lui laissant le temps d’assimiler ses paroles ou d’y répondre. Elle lui tendit alors une main.« Je suis Chiwa Aimi, responsable de ce trésor de médecine. Allons marcher un peu. »

La combattante invita la jeune femme à la suivre. Aimi prit la direction de la petite cour extérieure, un endroit paisible et calme. Elle montra un banc de sa fine main, un fin sourire accompagnant l’invitation.

« Si j’ai bien compris, vous avez des interrogations concernant la médecine ? »

Si la rousse pouvait aider la brune à mieux comprendre ce monde si vaste et difficile, peut-être même qu’elle avait affaire à quelqu’un qui souhaitait apprendre le ninjutsu médical ?


Dernière édition par Chiwa Aimi le Dim 26 Avr 2020 - 21:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Fujioka Yukari
Fujioka YukariEn ligne

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi) Empty
Dim 26 Avr 2020 - 20:16
Plongée dans sa lecture, Yukari ne faisait que très peu attention à son environnement. A vrai dire, peu choses nécessitaient vraiment qu’elle daigne lever les yeux sur son bouquin, ne communiquant que très brièvement avec les gens qui essayaient d’entamer une conversation avec elle. La jeune fille était venue dans un but précis et n’avait pas le temps de se perdre en discussions inutiles. Cependant, après quelques minutes d’attente, son calvaire prit fin tandis qu’une femme inconnue vint lui adresser la parole. Très vite, cette dernière s’identifia comme étant la responsable de cet hôpital, des paroles suffisantes pour que Yukari lève la tête pour la contempler. A vrai dire, la jeune fille pensait qu’Aimi était bien jeune pour occuper ce post et elle ne devait sans doute pas être beaucoup plus âgée que la genin. Le formalisme dont elle fit preuve devant Yukari eut pour effet de faire légèrement sourire cette dernière qui n’avait visiblement pas l’intention de lui rendre la pareille.

« C’est exact, un véritable puits de savoir que les gens utilisent bien trop peu. Dommage qu’elle soit soumise à une politique aussi rigide que le fer de tetsu, on pourrait y faire de bien belles rencontres…Sinon, je m’appelle Fujioka Yukari, enchantée. »

Yukari saisit la main de la doctoresse, ignorant si Aimi comprendrait cette allusion mais cela lui permettrait au moins d’évaluer la personne qui se tenait devant elle. En première impression, la doctoresse ne paraissait pas désagréable et la jeune genin voyait bien qu’on essayait de la mettre à l’aise autant que possible. Yukari accepta donc volontiers d’accompagner la responsable à travers le complexe hospitalier jusqu’à une cour exposée à l’air libre. Par courtoisie, la jeune genin laissa son interlocutrice s’asseoir en premier avant de s’installer auprès d’elle afin de reprendre leur conversation.

« Tu n’as pas besoin d’être aussi formelle avec moi honnêtement. A en juger par ton apparence, tu ne dois pas être bien plus vieille que moi. J’ai effectivement des questions sur la médecine en général mais c’est surtout du système que je souhaite m’entretenir. »

Yukari prit un instant pour réfléchir à la formulation de sa requête. La genin jugea bon de ne pas révéler qu’elle en connaissait déjà un gros rayon en termes de sciences, ne désirant pas se montrer hautaine d’entrée de jeu. L’exposition de son souhait ne pouvait se résumer en quelques phrases et Yukari espérait que son interlocutrice avait un peu de temps devant elle pour que la jeune fille puisse expliquer son projet.

« Je ne sais pas si je saurais te résumer cela en quelques phrases mais je me demandais si il existait un parcours plus ou moins officiel afin de se lancer dans des études de médecine. Je te demande de m’écouter jusqu’au bout avant de répondre. »

Yukari prend une bonne inspiration avant de répondre. C’était la première fois que la jeune fille exposait ses projets à une quelconque autorité de son village et elle osait espérer ne pas être l’objet d’un énième jugement de la part de ses pairs.

« En fait, je n’ai jamais eu aucun intérêt pour les arts ninjas et j’irais même jusqu’à dire que je déteste cela. Pendant longtemps, j’ai cherché quelque chose qui pourrait me satisfaire ou qui puisse me donner un semblant d’objectif mais j’ai trop souvent été bridée dans ce que je voulais réellement accomplir. L’académie a été une corvée et je n’en ai rien tiré d’autre qu’un profond ennui. La seule activité qui me permettait un peu de m’épanouir était la lecture d’ouvrages scientifiques et j’ai, par la suite, acquis la plupart de mes connaissances en autodidacte. Aujourd’hui, j’aimerais savoir si il était possible de mettre en pratique ces connaissances pour le bien d’autrui sans forcément m’obliger à devoir passer par le circuit classique que bon nombre de mes camarades ont emprunté. »

La jeune fille avait conscience que sa demande était assez atypique et elle s’était préparée à recevoir un refus. Au fond, Yukari n’en avait pas vraiment besoin d’occuper une quelconque fonction au sein de son village mais la jeune fille aimerait au moins pouvoir s’épanouir au moins une fois sans qu’on lui serve sans cesse le même argumentaire rassis sur la fierté de la citoyenneté iwajine.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8387-terminee-la-reverie-est-la-vapeur-de-la-pensee-fujioka-yukari
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi) Empty
Sam 9 Mai 2020 - 17:45





Comme à son habitude, Aimi s’était rangée du côté de la politesse et du formalisme, une manière qu’elle avait l’habitude d’arborer au sein de l’hôpital pour faire respecter un cadre posé et respectueux. La jeune femme sous ses yeux ne semblait pas dérangée par cela, mais restait très spontanée dans sa manière de s’exprimer. Elle répondit d’ailleurs à sa remarque concernant la bibliothèque en n’omettant pas de rappeler de la règle assez rigide qui empêchait des personnes extérieures de s’y rendre, ou même qu’il ne fallait pas emprunter un livre sans faire tout un processus de suivi. La kunoichi sourit devant la dénommée Yukari qui vint rencontrer sa main et peut-être par ce geste, sceller leur destin.

« Je suis pour que toute personne qui souhaite apprendre, puisse le faire et que la bibliothèque est un lieu parfait pour cela et que des documentations qui peuvent être plus délicates, soient mises dans un lieu plus fermé. Enchantée de même Yukari. »

La jolie brune fit d’ailleurs preuve d’une certaine aisance et spontanéité avec la rubiconde, l’invitant à ne pas se montrer aussi formelle. L’Eiseinin ne pouvait s’empêcher de sourire à cette remarque, elle qui avait pour habitude de demander à son interlocuteur de ne pas la vouvoyer, car elle trouvait cela trop gênant… La Chiwa se contenta de hocher de la tête et s’installa confortablement sur le banc, accompagnée de la genin. Le système ? Voilà qu’elle intriguait la doucereuse qui tourna son buste vers elle et qui penchait la tête sur le côté, attendant de savoir ce qu’elle voulait savoir.

L’iwajin s’interrogeait les parcours et notamment celui de la médecine. À vrai dire, la kunoichi avait une idée bien précise de la réponse, car elle avait été formalisée ainsi, mais depuis quelques temps, Aimi avait adopté un point de vue différent. Mais pour l’heure, elle se contenta d’écouter la jeune fille. Très attentivement d’ailleurs, sans aucun regard jugeur ou moquerie. Elle abhorrait les arts ninjas, et étant dans un village shinobi, cela avait été sûrement difficile à se trouver une place où on ne la briderait pas pour cette vision qui pouvait différer de beaucoup d’individus. Elle se retrouvait dans sa réflexion sur l’académie, qui pour la kunoichi l’avait empêché de se lancer dans les arts médicaux. Bien qu’elle comprenait le passage par ce système, elle pouvait aussi concevoir que certains n’y trouvaient rien d’intéressant.

Sa demande était donc assez spéciale, mais pas vraiment étonnante. Pour autant, la kunoichi avait une idée bien précise de ce qu’elle voulait de mieux pour l’hôpital. Des personnes passionnées, dévouées et épanouies qui savaient pourquoi elles étaient là. Aimi sourit et se tourna vers le ciel froid avant de prendre la parole.


« Ce qui est bien ici, c’est que quand j’ai été formée pour devenir Eiseinin, j’ai d’abord appris la théorie et la pratique civile. Parce qu’avant de penser à user de mon ninjutsu médical, je devais maîtriser les bases.
Je ne pense donc pas qu’on doit empêcher une personne qui ne veut pas se lancer dans les arts ninjas, à exercer dans un lieu où les deux peuvent se mélanger. Et cela je l’ai compris après la résonance, lorsque mes confrères se sont vus privés de leur chakra. Les personnes ne maîtrisant pas le chakra n’étaient pas assez mises en valeur et soutenues et je souhaite changer cela.
»

Son regard écarlate se posa ensuite sur le doux visage de l’érudite, un air assez sérieux arborait le minois de la Chiwa. Elle prenait tout ceci très au sérieux, ce n’était pas un endroit pour les simples curieux. Des vies étaient en jeu, mais Yukari l’intriguait beaucoup et elle ne refusera jamais à quelqu’un d’essayer de comprendre ou d’apprendre. Son avis se forgera alors à ce moment-là sûrement. Et le sien aussi d’ailleurs.

« Je ne peux pas te dire que tu pourras mettre en pratique tes connaissances comme ça, sans une évaluation de celles-ci ou d’évaluer si tu es apte à exercer ici et il y aura sûrement beaucoup à apprendre derrière.

Mais je peux te proposer de découvrir tout cela avec d’autres camarades. J’ai créé un système de cours pour les apprentis médecins à l’hôpital. Certains de nos confrères réapprennent aussi les bases médicales, pour être opérationnelles en situation réelle.

La théorie peut être ennuyant pour quelqu’un qui a beaucoup de connaissances, mais si tu es vraiment motivée, je te conseille d’y assister pour te faire ton avis de comment cela fonctionne ici.

Enfin, je me perds, mais peut-être que je devrais déjà savoir si tu as une idée précise de ce que tu aimerais faire de toutes ces connaissances apprises ?
»


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Fujioka Yukari
Fujioka YukariEn ligne

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi) Empty
Sam 9 Mai 2020 - 19:38
Yukari appréciait beaucoup l’ouverture d’esprit de la jeune médecin. Non pas que la jeune genin s’attendait à un quelconque jugement mais cela faisait du bien de pouvoir discute tranquillement sans qu’on lui dise sans cesse d’abandonner la voie sur laquelle la brune s’était engagée. Il y avait, dans le discours d’Aimi, un fond de vérité que Yukari avait rarement entendu. Il est vrai qu’il existait un certain manichéisme entre ceux qui pouvaient manipuler le chakra et tous les autres. Fait surprenant cependant, la jeune genin ne comprenait pas ce que la doctoresse voulait dire par « résonance ».
Elle ne parlait certainement pas de la propriété qu’adoptaient certains atomes lorsqu’ils étaient soumis à un champ magnétique. Ni à la capacité de délocalisation que possédaient certains électrons à se délocaliser au sein de liaisons intramoléculaires. Intriguée par cette méconnaissance, Yukari garda cette question en mémoire, laissant tout le loisir à son interlocutrice de développer son argumentaire avant de reprendre la parole.

« Je suis assez d’accord avec toi sur ce point même si je ne comprends pas ce que tu entends par résonance. Cela dit, je trouve effectivement que nous sommes dans un système assez inégalitaire qui ne laisse pas beaucoup de place pour les gens comme moi. Je suis prête à faire le nécessaire pour apprendre et je veux bien essayer de m’investir dans les cours que tu me proposes même si je t’avoue que retourner sur les bancs de l’école ne m’enchante pas beaucoup. Cependant, je comprends tout à fait qu’il faille faire quelques compromis et je te promets que j’essaierai de les suivre en essayant de suspendre mon jugement. »

Le scepticisme de Yukari pouvait paraitre un peu brutal mais c’était comme cela que la jeune fille analysait les choses. C’était d’ailleurs un fondement de base de la méthode scientifique que de ne pas tirer de conclusions trop hâtives en l’absence d’éléments probant. La genin fondait de bons espoirs quant à son intégration dans le domaine médical mais la jeune brune savait également qu’elle n’hésiterait pas à s’en aller si cela ne lui plaisait pas. Néanmoins, Aimi montrait une certaine compassion à son égard et Yukari voyait bien qu’elle essayait de lui proposer une alternative qui la satisferait au mieux.

« A vrai dire, je ne sais pas dans quoi je pourrais être utile. J’ai accumulé mes connaissances au gré de mes lectures et souvent pour personne d’autre que moi-même. Il était assez rare que j’en parle autour de moi, les gens trouvant que je ne faisais que perdre mon temps au lieu d’aller m’entraîner. Du coup, je n’ai pas vraiment d’idée précise concernant l’utilité de mes savoirs. Dire que je veux devenir un grand médecin ne serait qu’un mensonge éhonté qui ne serait prononcé que pour te conforter dans tes dires ou alors de me donner un semblant d’objectif. Je pense plutôt que j’aimerais pouvoir trouver un domaine où je puisse m’épanouir sans qu’on vienne m’ennuyer. »

La réponse de Yukari était assez vague finalement et elle n’avait pas vraiment répondu à la question d’Aimi. Cependant, elle avait été parfaitement honnête sur ses opinions et elle n’avait réellement pas d’objectif précis quant à la « carrière » qu’elle s’apprêtait à entamer. Pour l’instant, Yukari se contenterait sûrement de ce qu’on lui proposerait et finirait par prendre éventuellement une décision au moment venu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8387-terminee-la-reverie-est-la-vapeur-de-la-pensee-fujioka-yukari
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi) Empty
Sam 23 Mai 2020 - 14:13





Aimi exprima son point de vue concernant les médecins qui ne pratiquaient pas le ninjutsu médical, ou n’importe qui en fait. Il était hors de question pour elle de rejeter quelqu’un, car il ne voulait pas ou ne pouvait pas user de son chakra. Bien évidemment, lorsque l’homme fut touché par celui-ci, il y a de là 204 ans, il fut voué à l’utiliser et le maîtriser. Mais tout le monde n’était pas forcément capable de le faire, ou d’autres préféraient se cantonner à leurs connaissances ou aux pratiques courantes et manuelles basiques. Ce fut d’ailleurs l’une des meilleures expériences pour la rubiconde.

La jeune iwajin à ses côtés semblaient d’accord avec son point de vue, ce qui était plutôt logique étant donné sa vision des choses, mais ne comprenait pas cette mention de la résonance. Par la suite, elle hocha de la tête et l’écouta exprimer cette inégalité qui la touchait. Pour autant, la proposition de la Chiwa semblait faire mouche ce qui la fit sourire. Elle comprenait bien que la théorie et écouter les leçons pouvaient être barbant, mais il s’agissait là d’oeuvrer pour la médecine et la science, et donc pour les vies qui en dépendaient, mais Yukari semblait bien comprendre à quel point c’était important pour l’Eiseinin.

Personne ne pouvait savoir à part à la chataîgne, si entrer dans le monde médical lui plairait. C’était à elle de se forger son avis, en apprenant et pratiquant. La chunin essayait d’aider la jeune fille comme elle le pouvait, cherchant à comprendre ce qu’elle souhaitait plus particulièrement. Mais même la genin semblait vague et brumeuse sur ce qu’elle souhaitait. Elle avait une petite idée, mais sans l’expérience du terrain, c’était difficile de se faire un avis définitif. Une chose était certaine, celle-ci savait ce qu’elle ne voulait pas.


« Tu sembles avoir des connaissances bien spécifiques, scientifiques, médicales ? Quand tu travailles à l’hôpital, tu dois travailler avec les autres, communication, coordination, organisation. Peut-être qu’un poste qui serait plus de l’ordre de la recherche, de l’avancée scientifique et médicale t’irait mieux ? Tu pourras avoir tes moments à toi sans pour autant être à part des autres. »

La kunoichi sourit doucement, c’était une simple idée, si sa nature curieuse pouvait être un point fort dans un métier, ça serait celui-ci. Aimi fit mine de réfléchir, observant le ciel qui se couvrait doucement avant de poser son regard rubis sur la jolie Yukari.

« La résonance par exemple, fut un phénomène très mystérieux. Il est survenu il y a quelques mois. C’est comme une vague de chakra qui a ébranlé chacun à sa manière ou non. Certains n’ont rien senti, car ils dormaient, d’autres se sont retrouvés secoués, moi-même me suis retrouvée à avoir un chakra incontrôlable et j’ai cru que j’allais exploser de l’intérieur. J’ai rencontré quelqu’un qui s’est vu doté d’un nouveau pouvoir, une autre qui a perdu son énergie chakratique d'antan. J’ai vu des personnes mourir sous mes yeux en se transformant en vent et disparaissant. C’était assez bouleversant, si tu veux, je pourrais te faire partager mes notes à ce sujet.

L’autre point qui me vient en tête, ce sont les greffes. C’est un aspect de la médecine qui est difficile aujourd’hui à mettre en marche si on veut un taux de réussite élevé. Encore faut-il comprendre le greffon ainsi que l’opération qui en découle, il arrive souvent que le corps rejette celui-ci. Le plus difficile étant de relier le système chakratique au greffon. C’est un sujet enclin à des recherches poussées.
»

La kunoichi se leva alors, replaçant son kimono et sa blouse avant de se tourner vers l’érudite. D’un simple signe de la tête, elle lui proposa de la suivre. Ses pas l’emmenèrent de nouveau à l’intérieur de la bâtisse médicale. Les couloirs immaculés et calmes écoutaient silencieusement la mélodie de leur pas. La Fujioka pouvait en profiter pour observer les lieux. Le rez-de-chaussée était réservé aux urgences et aux consultations. Les deux femmes prirent les escaliers pour se rendre à l’étage. Tournant à droite, un nouveau couloir leur fit face avant que la doucereuse s’arrête devant l’une des portes avant de l’ouvrir et de lui montrer une pièce style laboratoire, mais avec une bibliothèque remplie de documentations.

« Dans le cas où tu serais intéressée et que j’en aurais assez vu pour me dire que tu as une place ici, il y a des laboratoires dans ce couloir ainsi qu’une pièce avec des documentations plus spécialisées qu’à la bibliothèque. Notamment sur les réseaux chakratiques qui ont été ébranlés et les opérations. Tu peux aussi réserver un des laboratoires pour y rester et faire tes recherches. Enfin, tout cela en fonction de ce que tu voudras faire ici, si tu finis convaincue que c’est dans l’enceinte de l’hôpital que tu pourras t’épanouir. »

La rubiconde se contenta de sourire et de croiser les bras. Elle ne comptait pas forcer la demoiselle à rester si elle ne le souhaitait pas. Le plus important pour elle était d'avoir des éléments déterminés et qui avaient soif d'apprendre et de travailler. C'était donc à elle de savoir ce qu'elle souhaitait et la Chiwa ne pouvait que lui tendre des cartes.

« Le prochain cours aura lieu dans trois jours, si tu veux y assister… Sinon, tu peux toujours m’écrire ici quand tu auras une idée plus claire et un avis plus précis concernant ce que tu souhaites. À toi de voir. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Fujioka Yukari
Fujioka YukariEn ligne

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi) Empty
Sam 23 Mai 2020 - 17:14
Yukari écouta attentivement les explications d’Aimi. Ce phénomène de résonance était assez intéressant et semblait provoquer des conséquences diverses en fonction des personnes qu’il touchait. La jeune genin commençait quels étaient les facteurs qui déterminaient si une personne allait ou non perdre l’usage de son chakra. La jeune brune fut d’ailleurs compatissante à l’idée qu’Aimi fut touchée par la résonance et Yukari était heureuse de voir que la rubiconde s’en était sortie indemne.

« J’imagine que cela n’a pas dû être facile de vivre avec ce genre de choc. Je serais curieuse de lire les notes à ce sujet, j’ai le cœur solide de toute façon. Pour ce qui est de mes connaissances…disons que je touche à tout. J’aime particulièrement observer les étoiles avec ma lunette astronomique et je possède un recueil où je compile de nombreuses informations concernant les objets qui parcourent notre Univers. C’est un travail minutieux et qui demande du temps mais j’aime bien faire cela alors je ne sens pas vraiment le temps passer. »

La jeune doctoresse bascula ensuite sur le sujet des greffes, ce qui suscita encore davantage l’attention de Yukari. Un sujet bien délicat dont la recherche était compliquée à bien des égards. Outre le sujet en lui-même ; la jeune genin était intéressée par le fait que l’hôpital puisse l’offrir un espace de travail adéquat. Loin d’être patriotique, c’était surtout pour les gens que Yukari œuvrait, indépendamment du bandeau qu’ils portaient. Posséder une telle marge de manœuvre pourrait permettre à la jeune genin de s’épanouir dans un travail avec des gens qui la comprendrait sans qu’elle ne soit amenée à supporter leurs jugements à longueur de journée. Elle se tourna face à la doctoresse, décidée à s’essayer à l’exercice dès maintenant.

« Oui le sujet des greffes est assez délicat, je veux bien le concevoir. Chaque individu possédant un complexe majeur d’histocompatibilité différent, on essaie plutôt d’en trouver deux qui se rapprochent suffisamment afin d’éviter les rejets. Il faudrait trouver des immunosuppresseurs capable d’inhiber la perforine que libèrent les lymphocytes T cytotoxiques lorsque ces derniers ne reconnaissent pas des cellules issues du non-soi. Je dirais que c’est là toute la difficulté de la recherche actuelle. Trouver un compromis entre l’acceptance de la greffe et un moyen de ne pas mener le patient à l’immunodépression puisque cela laisserait la porte ouverte à des maladies opportunistes. »

Yukari s’était encore laissée aller à ses explications ardues mais au moins, cette fois-ci, elle pouvait le faire sans se retenir. Après tout, son interlocutrice était médecin n’est-ce pas ? La jeune genin se tourna vers Aimi, un fin sourire aux lèvres avant de se laisser guider dans les couloirs par cette dernière. Autant dire que la jeune brune avait droit à une visite de ce qu’elle aimait appeler les coulisses de l’hôpital. La jeune fille pensait que ce serait peut-être bien l’endroit où elle pourrait tranquillement faire ce qu’elle souhaitait sans qu’on ne vienne la déranger et l’accès à une documentation plus précise serait d’une grande d’aide.

« Je ne suis pas encore sûre mais je pense que l’idée de faire de la recherche me plait. Je veux dire par là qu’il y a tellement de choses à faire que cela pourrait être un bon moyen de m’occuper pendant plusieurs décennies vu ma soif de connaissances. Cependant, tu as raison Aimi, il est assez difficile de me décider sans avoir essayer alors je veux bien tester ce petit mode de vie pendant quelques semaines au moins. Cela me permettrait d’avoir un avis plus global de la chose et je serais en mesure de te fournir une réponse dénuée de biais. »

La jeune fille laisser sa curiosité la guider vers les nombreux documents qui siégeaient dans la bibliothèque avant de mettre la main sur un manuel d’immunologie. La jeune brune prendrait cela comme point de départ dans sa quête de réponses en prenant appui sur le sujet des greffes que la jeune rousse avait mentionné plus tôt.

« Je ne manquerai pas d’assister aux cours du coup. Je suis quelqu’un d’assidu et j’essaierai de ne pas trop embêter mes camarades avec mon air savant. »

Cette dernière phrase fut prononcée sur le ton de la rigolade, une boutade qu’elle lançait aux yeux de la doctoresse. Yukari devait avouer qu’elle l’appréciait et la façon dont elle avait répondu à ses demandes était un traitement dont la jeune genin n’avait eu que trop peu droit. Sa compassion et la gentillesse dont Aimi fit preuve à son égard motivait Yukari à vouloir faire des efforts afin de ne pas gaspiller le temps que la rubiconde lui avait accordé. Qui sait, peut-être que cela pourrait être un tremplin à l’accomplissement de ses rêves ?

« Tu me demandais ce que je voulais faire de mes connaissances apprises ? Et bien, pour te répondre, je dirais que j’aimerais voyager afin de pouvoir les transmettre à un maximum de personnes. Je ne suis pas quelqu’un de profondément patriote alors à mon sens, quitter ma terre natale ne me gênerait pas du tout. Mais bon, je suis consciente des dangers que peut recéler le monde extérieur alors j’imagine bien qu’on ne laissera jamais sortir une genin comme moi. Enfin si, en faisant des missions j’imagine mais rien que prononcer le mot suffit à me donner la nausée alors ce n’est même pas la peine d’y penser. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8387-terminee-la-reverie-est-la-vapeur-de-la-pensee-fujioka-yukari
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi) Empty
Jeu 28 Mai 2020 - 13:15





En effet, on pouvait dire que cela avait été un moment très difficile pour la kunoichi. Elle se rappelle encore du cri qu’elle avait lâché dans les rues détruites par le feu. Un son qui s’était échappé de sa bouche et qui témoignait de son désespoir et de sa souffrance sur l’instant. Le rousse se rappelait encore de son corps bouillant, de ses mains luisant de chakra médical et qui ne voulait cesser de briller, menaçant de la vider de son chakra, de sa vie. Sa colère, son incompréhension, voir ses camarades mourir sous ses yeux, s’envoler ou se transformer en flaque de lave. Des souvenirs qui l'encourageaient à enquêter sur le phénomène et à le comprendre. Jusqu’à savoir qu’il s’agissait là de quelque chose qui s’était répandu dans le monde, mais jusqu’où ?
Aimi hocha de la tête et sourit à la brune.


« D’accord, je te donnerai cela à la fin de notre entrevue. Les étoiles tu dis ? Je n’ai jamais essayé… Mais cela me semble très intéressant. »

Faire preuve de minutie et de patience était un point très favorable lorsqu’on voulait travailler dans le milieu scientifique et médical. Une chose que la Chiwa n’oubliera pas. Pour tester Yukari et voir à quel point ses connaissances étaient développées, la rousse mentionna les greffes. C’était un vaste sujet qui touchait beaucoup le corps médical de part sa complexité et sa variété. Dans le sens où elle pouvait concerner un membre, une peau, un organe. La kunoichi avait déjà réalisé une greffe de peau à partir avec l’iroujutsu et la propre peau de la patiente. Il a fallu relancer la vascularisation des tissus pour que l’opération réussie. Mais cela serait-il aussi facile pour un organe ou un membre ? Ce fut en tout cas un premier pas dans le monde de la greffe et Aimi ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin.

La rougeoyante ne fut pas déçue de la réponse de la genin qui, comme attendu, semblait en connaître un rayon sur le sujet. D’accord avec ses premières paroles, la jeune femme hocha de la tête tout en croisant les bras. C’était là toute la difficulté de ce type d’opération. Si la peau n’avait pas été un problème. Qu’en était-il d’un organe à remplacer ? La compatibilité devait être parfaite ou quasiment proche pour éviter le plus de rejet et c’était là le mystère pour la rousse. Travailler sur un médicament qui favoriser la libération des lymphocytes T cytotoxiques par exemple, faire des recherches sur les examens possibles pour évaluer le niveau immunologique d’un patient, s’il était susceptible déjà de recevoir un corps étranger ou non.


« En effet, c’est là toute la difficulté du sujet. J’ai pensé à trouver un traitement qui permettrait de prévenir des rejets, en prévenant l’activité du système immunitaire qu’il doit se préparer à la greffe par exemple. J’ai réussi à réaliser une greffe de peau sur une patiente, je dois avouer que le chakra médical m’a beaucoup aidé, mais j’aimerais que les personnes qui ne le maîtrisent pas puissent aussi réaliser ce type d’opération. Nous pourrions travailler ensemble sur ce sujet. »

Serait-elle intéressée ? Que voulait-elle vraiment ? L’idée des recherches, lui plaisait-elle ? En tout cas cette petite salle à la riche documentation semblait lui plaire. La combattante ne put retenir un sourire en l'entendant accepter son petit test. Elle hocha de la tête, tout en l’observant silencieusement avant de rire légèrement à la fin de sa phrase. Elle se souvint avoir été pareille, à couper la parole, à faire savoir qu’elle avait été assidue et que ses connaissances débordaient de sa petite tête, mais elle lui faisait confiance pour ne brusquer personne.

Plus la Fujioka s’exprimait et plus elle intéressait la rubiconde. Savoir qu’elle aimerait voyager pour transmettre toucha son coeur assez facilement. C’était une motivation qui siégeait dans la tête de la Chiwa et elle appréciait donc l’entendre d’une autre voix. L’érudite savait que ce serait une chose difficile pour son grade et malheureusement, elle était peu encline à réaliser des missions pour progresser. Et pourtant… Avait-elle le choix dans un système régi par cela ? De plus, jusqu’où pourrait-elle aller pour réaliser ses rêves ?


« La question est, serais-tu prête à laisser cette nausée dans un coin de ta tête pour pouvoir un jour arriver à réaliser ce que tu souhaites ? Il faut parfois faire des concessions pour parvenir à nos objectifs. Puis il ne faut pas voir les missions comme un poids. Je pourrais très bien par exemple te trouver des missions liées aux recherches, à réaliser à l’hôpital ou pour mon compte. Une manière de pouvoir gravir les échelons par des moyens qui seraient plus intéressants. Tu devrais y réfléchir. Suis-moi, je vais te donner mes notes sur la résonance. »

D’un petit signe de la tête, la chunin invita Yukari à la suivre et referma la porte du laboratoire. Elle descendit les marches des escaliers et bifurqua naturellement dans les couloirs, comme si elle pouvait les traverser à l’aveugle. Se dirigeant vers le bureau, elle l’ouvrit et fut accueillie par des verdures qui apaisaient son esprit. S’approchant de son bureau, elle ouvrit son tiroir et attrapa un petit carnet fermé par un vieil élastique.

« Mes hypothèses, les comptes-rendus des consultations réalisées avec des personnes touchées par la résonance. Mon propre témoignage. Tout y est, et il m’est précieux alors je te fais confiance pour en prendre soin. »

Son regard vermeil se posa sur le visage de porcelaine de la curieuse avant de lui tendre son carnet. Elle attendit de l’écouter, si jamais elle avait d’autres questions.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037
Fujioka Yukari
Fujioka YukariEn ligne

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi) Empty
Jeu 28 Mai 2020 - 15:20
Les informations que lui donnaient Aimi sur les greffes permettaient à Yukari de connaître l’avancement du sujet dans sa forme pratique. Si lire des bouquins et élaborer des théories était particulièrement aisé, reproduire et tester les hypothèses pouvait en revanche s’avérer particulièrement fastidieux. Naturellement, la jeune genin trouva cela parfaitement logique que l’on commence par tester des autogreffes puisque, le CMH étant parfaitement identique, il n’y a aucune chance que le patient rejette une greffe issue de son propre organisme. Cependant, ces dernières n’étaient destinées généralement que pour traiter des brûlures ou encore pour traiter les maladies touchant les lignées de cellules hématopoïétiques. Toutefois, ce type de greffe permettait surtout de se familiariser avec la technique de transplantation en permettant de comprendre concrètement les mécanismes mis en jeu par l’organisme.

« Cela me plairait bien je pense surtout qu’il y a quelques pistes que j’aimerais bien explorer. Tu sais, outre les greffes qui induisent la transplantation de l’organe ou d’un tissu à proprement parler, je pense qu’on pourrait se tourner vers de la thérapie génique. »

Yukari prit un stylo et une feuille afin d’illustrer son propos avant de continuer sur sa lancée.

« Regarde. Si on admet que tous les organes sont constitués de cellules alors, ces dernières proviennent forcément de lignées qui ont permis ces différentiations en divers organes. L’on peut par exemple extraire des cellules multipotentes de la moëlle osseuse, les traiter pour les rendre plus résistantes et ensuite les réintroduire dans l’organisme. Ces dernières se différencieront naturellement en chacun des types de cellules hématopoïétiques présents dans le sang. C’est notamment très utile lorsque l’on veut traiter des patients dont la moëlle n’a pas été trop touché par la maladie. En analysant ces facteurs qui induisent la différenciation, l’on pourrait détecter ceux qui l’induise et pouvoir inverser le processus. De ce fait, l’on pourrait obtenir des cellules pluripotentes capables de se différencier en n’importe quel tissu de l’organisme ! »

L’enthousiasme de Yukari était bien visible sur son visage. Evidemment, ce n’est encore que de la théorie mais avec suffisamment de temps et de matériel, l’on pourrait aboutir à quelque chose de probant durant les prochaines années. La jeune genin était bien motivée à vouloir explorer ce sujet et avait, au gré de ses lectures et de sa compréhension de l’organisme, beaucoup de pistes à exploiter.

« Evidemment, il faudrait acheminer ces cellules jusqu’aux tissus ciblés et là, je pense que l’on pourrait s’aider de ces bons vieux virus et leur effroyable capacité à contaminer spécifiquement certaines cellules du corps. Evidemment, il faudra d’abord veiller à les débarrasser de leurs facteurs de virulence et les remplacer par le gène thérapeutique mais je pense que c’est faisable en réalisant plusieurs lignées. Ces derniers ne possédant pas de mécanisme de réparation de leur matériel génétique, ils perdront naturellement leurs gènes de virulence par mutation, ne gardant ainsi que la capside dans laquelle l’on introduirait nos gènes d’intérêt. Une sorte de paquet-cadeau que l’on enverrait au corps afin de le réparer de l’intérieur. »

Pour le reste, et bien il fallait juste multiplier les injections jusqu’à créer un surnombre suffisamment important afin de relancer une multiplication durable de cellules saines. En effet, même si la vectorisation par les virus s’avère particulièrement efficaces, il faudrait encore choisir un virus suffisamment discret afin que ce dernier ne se fasse pas directement dissoudre par les lysozymes présents dans les monocytes. Cela impliquait beaucoup de recherches préalables afin de trouver un potentiel candidat. Sans parler des protocoles extrêmes de confinement afin d’éviter que l’un d’entre eux ne s’échappent et donne lieu à une épidémie indésirable.

« Enfin, je m’emballe un peu mais tu as compris le principe. »

Yukari suivit ensuite vers son bureau et eut droit à ce que la jeune genin avait demandé. Cette résonance semblait encore être mal comprise tant elle générait des effets différents sur les individus. Elle regardait attentivement les notes de la rubiconde mais il y avait beaucoup de données à analyser et sans doute la jeune genin devrait plutôt lire tout ça à tête reposer et prendre le temps de bien tout comprendre, ce qui était plus sage étant donné qu’Aimi était prête à lui prêter ses écrits.

« Euh…oui, ne t’en fais pas, j’ai tendance à prendre soin des choses surtout lorsqu’elles ne m’appartiennent pas. En première hypothèse, je dirais que l’expression des différentes conséquences de cette résonance est peut-être du au polymorphisme allélique ? Au sein d’une même espèce, tous les individus n’ont pas la même façon de présenter un antigène et du coup, ils ne s’en défendent pas tous de la même façon. A l’instar de certains individus qui présenteront des signes cliniques plus ou moins graves par rapport à une même maladie. Cela permet entre autres, d’éviter l’extinction d’une espèce aussi florissante que la notre en s’assurant qu’au moins une partie des individus survivent. Mais ce ne sont que des spéculations, je te répondrai quand j’aurai lu tes conclusions.

Pour répondre à ta question, je dirais que je ne suis pas encore tout à fait sûr. A vrai dire, tu m’as déjà donné suffisamment d’éléments pour susciter ma curiosité pour l’instant. Du coup, je ne pense pas avoir besoin d’accomplir de missions dans l’immédiat. Mais, je te préviens quand même que je suis assez sélective sur ce qu’on me propose et jusqu’à maintenant, tous les ordres de missions que j’ai reçus ont fini par nourrir le feu de ma cheminée. Toutefois, je reste ouverte aux propositions et si quelque chose m’intéresse vraiment, je te ferais signe mais pour l’heure, je pense que je me contenterais de ce que tu m’as déjà fourni et à ton tour, je pense que tu devrais penser à ce que je viens de te dire. »

Un simple renvoi d’ascenseur en toute courtoisie. La jeune brune lui souriait chaleureusement et c’était l’une des rares fois où Yukari se sentait heureuse de pouvoir parler avec quelqu’un en toute transparence. Même si elle était encore en proie à certaines incertitudes, Yukari se disait qu’il y avait quand même de bonnes chances qu’elle puisse trouver de quoi s’occuper dans cet hôpital et peut-être bien pendant un long moment…

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8387-terminee-la-reverie-est-la-vapeur-de-la-pensee-fujioka-yukari
Chiwa Aimi
Chiwa AimiEn ligne

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi) Empty
Sam 30 Mai 2020 - 16:18





De la thérapie génique ? Voilà que Yukari avait toute l’attention de la jeune femme qui l’observait intriguée. Elle en avait entendu parler dans ses documents, mais ne s’était pas encore penchée sur cette solution. Son premier essai avait été de réaliser cette greffe de peau sur la joue de sa patiente et voilà tout. Aimi se rapprocha pour regarder le schéma de l’érudite avec grand sérieux. Sa tête faisait un mouvement de haut en bas au fur et à mesure qu’elle suivait ses explications.

Tout organe est constitué de cellules, oui. Mais chaque organe est différent et donc les cellules le sont forcément et ne se sont pas formées pareil, c’était ce qu’elle comprenait en tout cas. Pourtant, elles ont forcément une même empreinte pour pouvoir toute cohabiter dans le corps d’un individu. C’est là que la mention de la moelle osseuse a toute son importance. Les cellules multipotentes étaient des cellules-souches qui permettaient de donner naissance à d’autres cellules qui peuvent se différencier et notamment en globule blanc. La Chiwa comprend alors l’importance de cette thérapie.


« On pourrait alors faire en sorte d’avoir différentes cellules du sang. Les globules rouges pour transporter l’oxygène d'un greffon à un autre. Les globules blancs pour qu’ils assurent la défense du corps et pour éviter le rejet, ainsi que les plaquettes pour favoriser la coagulation et éviter des saignements internes ? »

La jeune femme ne savait pas jusqu’où ses connaissances pouvaient aller, mais en l’état, cette idée était vraiment très intéressante et se pencher dessus était nécessaire. La douce savait qu’il faudrait du temps et des recherches, mais cette genin venait de mettre le doigt sur un point très important. Elle l’écouta continuer et proposa d’utiliser des virus pour faire parvenir les cellules pluripotentes dans le corps et qu’elles agissent efficacement. Elle hocha de la tête, d’accord avec l’idée de Yukari et sourit.

« Si on établit un plan pour tout cela, je pense que c’est une idée qu’il faut envisager. Je pourrais faire parvenir des souris de laboratoire pour tester ainsi qu’avec du matériel adéquat qu’on a pas forcément pour pouvoir s’optimiser dans ce projet. Il faudra se montrer très prudent au niveau des tests sur les virus pour éviter une contamination extérieure. Cela prendra sûrement beaucoup de temps, mais c’est un espoir en lequel je veux croire et pour lequel je ne lâcherai pas. Alors si tu veux me prêter main forte, je ne dis pas non. »

Après avoir quitté les lieux, les deux femmes se dirigèrent vers le bureau de la douce pour lui prêter son carnet. Elle sourit légèrement en l’écoutant la rassurer sur son bien.

« Je pense aussi que la différence entre un individu et un autre sur le plan allélique a joué sur la conséquence de cette résonance. Le chakra est lui aussi différent et personne ne réagira de la même manière. C’est pour cela qu’on a de belles surprises, comme de très tristes sorts. Ce que je me demande aussi, c’est comment cela est-il arrivé, un phénomène de cette envergure n’est pas anodin et rien ne prouve que cela ne se reproduira pas. Je ne sais même pas si l’on peut s’en protéger. »

C’était là les limites des recherches de la douce qui n’avait pas encore eu l’occasion de s’y pencher davantage. Mais peut-être que Yukari pourra lui présenter ses idées après l’étude de son carnet. Cette jeune femme ne savait pas ce qu’elle voulait, mais paradoxalement, elle se montrait sélective sur certains plans, notamment avec le système shinobi implanté à Iwa. Cela fit sourire la rousse qui aimait ce côté affirmé et sûr, il ne fallait pas cependant en être aveuglé.

« Nous verrons bien cela, si tu es ouverte aux propositions, alors celles que je considérerai comme utiles et intéressantes pour toi, te parviendront »

Aimi hocha de la tête et sourit à son tour, c’était agréable de discuter ainsi et elle sentait que c’était réciproque pour la brune qui tenait son carnet dans ses fines mains. De toute façon maintenant, il fallait agir et laisser les choses se faire. La rubiconde espérait toutefois que cette genin en herbe saura se convaincre de tout ce qu’elle lui a proposé et que de grandes choses pourraient fleurirent en fusionnant leur force et leur idée.

« Je suppose qu’il n’y a plus qu’à ! J’espère que j’ai pu t’aider en tout cas pour tes interrogations et je te remercie pour tes aiguillages que je compte bien retenir. Nous nous retrouverons bientôt de toute façon pour le cours. Je te contacterai si j’ai une mission ou deux qui pourrait t’interesser et ça sera à toi de voir… Mais sache que toutes les cartes, tu peux les avoir entre tes mains si tu t’en donnes les moyens. »

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente https://www.ascentofshinobi.com/t8393-iwa-equipe-1-aimi-seika-taketora https://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa https://www.ascentofshinobi.com/u1037

En quête de réponses (pv Chiwa Aimi)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: