Soutenez le forum !
1234
Partagez

Dans les fleurs des cerisiers d'hiver

Kibo
Kibo

Dans les fleurs des cerisiers d'hiver Empty
Mer 29 Avr 2020 - 15:09
Hiver 204 - Urahi, grande capitale du pays du feu, recouverte par encore tellements de mystères et pourtant si réconfortante..

(HRP: Ce topic fait suite a la demande de RP de hue mirko, c'est aussi mes premiers pas au Teikoku, il s'agit également de la mise en place d'un future entertainments pour l'armée du Teikoku en compagnie de Inuzuka Sakka)

Kibo revenant d'un long périple au travers du reste de monde sentit le besoins de retourner a ses origines, le pays du feu ! Pour accomplir la suite de ses aventures, il rejoignit alors les ninja du Teikoku...
Afin de pouvoir servir celui-ci et commencer a effectuer des missions, ill s'était installer en ville dans un petit appartement, dans les combles d'une ancienne maison retapé depuis, en plusieurs petit logements.



Cela fait maintenant près de trois semaine qui Kibo vit ici,en ces temps froids d'hivers, les habitants sont reclus chez eux, les nuages sont bas et les temperatures ne laissent personnes sans réactions.. il se dit alors:

« Il fait froids, mais va bien falloir que je rencontre les autres ninjas des environs.. Ok, c'est décidés, je sorts faire un tour! Après tout, j'ai besoins de m’entraîner, je rencontrerais sans doute quelqu’un de motiver ! »

Kibo fermât sa porte à clef et  pris le sentier en bas de chez lui. Plusieurs pattés de maisons plus loin, il arrivât le long de la rivière, il fit plusieurs bons de branches en branches et se postât tout en haut d'un vielle arbre, sans doute millénaire. Depuis son emplacement, il pouvait observer la capital et ses merveilles architecturales.

« Quel beau paysage!  j’ai vraiment bien fait de venir m’installer ici. Je suis certains de trouver les personnes que je cherches.. A tient, il y a quelqu’un là bas ! Je me demande ce qu'il fait.. »

En effet, perché sur le toit d'un temple à quelques centaine de mètres, un jeune homme semblait être en train de méditer.

« Je vais lui envoyer un parchemin enroulé sur un de mes kunai pour le saluer, j’espère qu'il ne le prendra pas mal, une bonne occasion pour vérifier ses réflexes! »

Kibo sortit de sa besace un kunai et un bout de papier, il inscrivit la note suivante sur le parchemin:  "Yo! tu fait quoi au juste, tu dors?!" et après l'avoir bien enroulé autour du kunai, l’envoya en direction du toit d'en face en visant exprès le plus proche possible du jeune homme, sans le toucher pour autant.


(à toi de jouer, Mirko





Dernière édition par Kibo le Sam 2 Mai 2020 - 15:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9028-presentation-de-kibotermine
Hue Mirko
Hue Mirko

Dans les fleurs des cerisiers d'hiver Empty
Mer 29 Avr 2020 - 20:05

Une affaire du divin


Les sessions d’apprentissage auprès de son collègue de chambre à la caserne avaient une finalité, non pas que Mirko s’en lassait, mais plutôt son sensei. Un problème pour ses compagnons de dortoir, l’originaire de Jôheki no Kûni était d’un naturel curieux, peut être même trop étant donné que le bougre n’avait pas vraiment eu de notion de liberté depuis lors. Pour une fois qu’il avait l’occasion de faire ses propres choix, quand Mirko aperçu cet étrange jeu de cartes entre les mains de Hayato, le jeune homme eu cette passion dévorante pour cette activité. Cependant, léger burn-out pour Hayato, et on recommanda à Mirko d’aller prendre l’air. Alors… Il profita de sa permission.

Et voila l’histoire, dans sa version la plus simple, le Hue fut de manière assez subjective subtilement accompagné à la porte. Ce à quoi ce dernier haussa les épaules en lâchant un grognement, avant de déplacer sa mèche cendrée sur le côté, mirant le temps qu’il faisait. Il ne pleuvait pas, pas un nuage, une journée qui invitait à la balade et pourquoi pas la découverte de son nouvel environnement. Il était vrai que depuis son arrivé, Mirko avait campé la garnison sans vraiment prendre le temps de faire du tourisme. Sapé de son unique kimono blanc aux motifs floraux roses, non pas que la couleur lui déplaisait, mais il se souvint ne pas avoir prévu de bagage en arrivant ici, peut-être serait-il de bon ton de faire quelques achats. Les autres collègues du camp d’entrainement ne le brimaient plus sur ses choix vestimentaires depuis qu’il avait brisé un mannequin à main nue, un peu de variété ne ferait pas de mal cependant.


En chemin, il s’arrêta devant une bien étrange bâtisse, l’écriteau le précédant indiquait un temple. L’étranger fut perplexe, ne comprenant pas vraiment son utilité, de ce qu’on lui avait enseigné, jamais on n’avait trop évoqué la religion, sinon un système bien rôdé de manipulation des foules. Intrigué, le jeune homme se présenta auprès d’un moine, lui demandant qui on vénérait ici. Une histoire forte intéressante pour un conte pour enfant, Mirko l’écouta tout de même jusqu’au bout de son récit, acquiesçant de temps à autre pour signifier sa totale attention. Ce qu’il en conclut : une perte de temps. Le shinobi du clan Hue était bien trop matériel et pragmatique pour se vouer à l’activité de culte, cela ne l’intéressait pas aucun que les cartes de Hayato, ou l’achat de nouveaux vêtements. S’il y avait bien une chose qui l’inspirait, c’était cette architecture singulière dont les religieux pouvaient être fiers. Profitant d’un moment d’inattention, Mirko échappa à la vigilance du moine, contournant le bâtiment par les jardins. Comme un chat à l’affut, il inspecta les éléments de style dans l’art architectural, jugeant leur beauté, mais aussi la possibilité de facilement escalader. Non pas que cela soit vraiment difficile pour un shinobi, mais il était bien plus stimulant de fonctionner par pallier plutôt que sauter toutes les étapes pour arriver directement au sommet.

Finalement, il n’y avait pas grand-chose d’intéressant à relever. Sinon ce rassemblement, plus bas, les fidèles venus prier. Mirko les observa depuis le sommet, songeur. Cela ne correspondait pas vraiment aux souvenirs qu’il avait d’une réunion dans un temple. La dernière fois, accompagnée de sa sensei, Nodoka-sama, les cultistes étaient plutôt des miliciens armés, on lui avait demandé de faire le ménage. Mais ceux-ci ne portaient ni arme ni armure, étrange… Tout cela ne collait pas avec sa précédente expérience. Quant un évènement imprévu le tira de son songe, un kunai rebondissant non loin de lui, l’attrapant par réflexe avant qu’il ne retombe. Son regard comme reptilien passa de la foule au projectile, bien aiguisé cela dit, l’ayant serré trop fort, une perle de sang migra jusqu’à sa pointe. Un léger picotement, rien de plus, fort heureusement, Mirko n’était pas à une coupure près, à en juger les nombreuses marques sur son corps, non pas qu’on puisse s’en vanter. Sa méthode de formation n’aurait sans doute pas été approuvé par des enseignants reconnus et diplômés. Le shinobi distingua un parchemin enroulé autour du manche, un message lui étant adressé ? Mirko s’empressa de le déplier et d’explorer son contenu. *Eh. Il n’a pas tort, ces lieux de cultes sont d’un ennui qu’on m’aurait cru assoupit…* Venait alors un autre problème, qui en était l’auteur ? Il releva la tête, la tournant en la direction d’où était parvenu ce kunai. Rien, sinon le jardin du temple, plus bas, mais aussi ces arbres qui coupaient la vue. En plissant les yeux, on pouvait apercevoir une crinière aussi blanche que la sienne déteignant contre l’écorce sombre du plus haut feuillu du coin. Intéressant qu’on le contact de la sorte, cela lui rappelait la maison, pourquoi ne pas rencontrer ce charmant inconnu ? Mirko eut un sourire malaisant à cette idée, une manière pour lui d’affirmer sa curiosité, bien que cela ne corresponde point à la signification d’un sourire correcte*.

Le jeune homme se redressa, fit tournoyer le kunai par son anneau et la balança avec violence, aucune finesse dans le geste, propulsant le bout de ferraille vers son envoyeur, sans vraiment se soucier de sa sécurité. Ce à quoi Mirko se laissa glisser le long du toit, atterrissant dans les jardins, plus bas, invitant d’un signe de la main cet inconnu à venir le rencontrer.

Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Sakka
Inuzuka Sakka

Dans les fleurs des cerisiers d'hiver Empty
Ven 1 Mai 2020 - 16:22
Hiver 204 – On nous attaque !

Urahi, la capitale du Feu, le cœur de l'Empire, cité gardienne du pouvoir, d'habitude si agitée se retrouvait en stase par la froideur de l'hiver. Un voile immaculé recouvrait la cité flamboyante. Une généreuse couche de neige s'était déposée pendant la nuit, profitant de la fraîcheur nocturne pour persister toute la journée. Le soleil, blafard en cette saison, irradiait la ville de ses maigres rayons. Le vent s'était absenté. Cette douce alchimie météorologique offrait aux habitants une charmante journée, bien que la température flirtait avec le négatif.
Ceux qui osaient s'aventurer par delà le seuil de leur porte profitaient de rues quasi-désertiques. Contraste saisissant avec une journée habituelle où la ferveur quotidienne vous emporte dans un tourbillon de bruits et de stress. La cité tombait le masque et montrait un tout autre visage.

Sous leurs pieds et leurs pattes, Sakka et Shiroi entendaient la neige crisser. Courbant l'échine et laissant traîner une main dans la poudreuse, la jeune fille roulait discrètement une boule de neige dans le creux de sa main. L'espace entre ses pas s'amenuisait, laissant à son compagnon canin quelques mètres d'avance sans qu'il ne s'en aperçoive. Tout le monde aime ça : la bataille de boules de neige, que l'on soit jeune ou âgé. Sakka n'échappait pas à la règle et savait profiter de ces rares moments de plaisir. Pour Shiroi, son loup, ça n'était pas tout à faire la même chose.

« Tiens, prends ça Monsieur le Râleur ! »

Ces deux-là s'entendaient à merveille, ils étaient les meilleurs ennemis. Tout aussi caractériel l'un que l'autre, ils ne perdaient jamais la face, comme deux chiens se disputant un bout de bois. Après une énième altercation au sujet d'une brochette trop ou pas assez cuite, la dresseuse se mit en tête de détendre l'atmosphère.
Après avoir crier gare, elle balança la boule blanche dans la gueule de son loup. Son regard colérique la fit éclater de rire. S'esclaffant dans la rue, elle attira l'attention de quelques badauds à leur fenêtre. Eux virent que l'animal en colère fonçait droit sur elle, tandis qu'elle séchait naïvement les larmes de ses yeux. A peine eut-elle essuyée les perles lacrymales qu'elle vit les pattes animales lui écraser la tronche et la projeter en arrière dans l'épaisse couche de neige. A son tour, la bête se mit à ricaner d'un son grave, pour les habitants, un aboiement parmi tant d'autres.

« Tu ne perds rien pour attendre ! »

< Essai toujours ! > rétorqua le loup en s'enfuyant gaiement.

La couverture moelleuse ralentissait leurs mouvements, lui faisait de petits bonds alors qu'elle enjambait les monticules. Dans sa poursuite, Sakka façonna plusieurs boules de neiges qu'elle lui lança avec plus ou moins de réussite. Finalement, le jeu s'arrêta brusquement lorsqu'une boule s'écrasa sur le crâne reluisant d'un moine. Râleur, ou plutôt mauvais joueur, il ordonna au duo Inuzuka de s'éloigner de ce lieu propice au calme et à la prière.

Leur plaisir gâché, ils s'éloignèrent silencieusement du temple. Dans le calme olympien qui régnait à nouveau sur le quartier, le sifflement d'un kunai se fit entendre. Sakka se retourna instinctivement vers le temple et perçut le claquement de l'acier sur les tuiles du bâtiment. Quelques secondes plus tard l'arme voyagea de nouveau vers l'extérieur de la ville.

« On nous attaque Shiroi ! »

Soudain, ils surprirent un soldat s'élancer du toit pour se jeter dans la cour intérieure du temple.

« Allons voir ce qu'il se passe ! »

_________________
Dans les fleurs des cerisiers d'hiver Dibrug13
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7731-presentation-d-inuzuka-sakka https://www.ascentofshinobi.com/t8258-carnet-de-sante-d-inuzuka-sakka#68994
Kibo
Kibo

Dans les fleurs des cerisiers d'hiver Empty
Sam 2 Mai 2020 - 15:25
Perché du haut de son arbre, Kibo sursautât en voyant son propre kunai déjà de retour, en une fraction de seconde et au dernier moment, kibo le saisi de ça main droite.
Il prit alors un air plus sérieux en fronçant des sourcil et, en regardant dans la direction du jeune homme inconnu, il le vit lui faire un signe et glisser depuis le toit jusqu'au sol.

Kibo se dit alors :

« Hum, quelle drôle de type, il se la pète ou quoi ?! Bon après tout j’ai rien à perdre, et puis on dit des moines qu'ils sont aussi calmes que les feuilles d'un arbre en plein hiver..haha, je vais aller lui lancer un duel, ça lui apprendra les bonnes manières ! »


Ainsi, Kibo se mit à courir jusqu'au bout de la branche enneigée la plus élancée en direction du toit d'en face et sauta jusqu'à celui-ci, il se laissa, lui aussi, glisser le long des tuiles recouvertent de neige et rejoignit enfin ce mystérieux jeune homme dans les jardins du temple.

Kibo avait l'habitude d'aller a la rencontre de son prochain, même si souvent, cela lui avait laissé plus de marques douloureuses et de stigmates de souffrances que de vraies relations amicales. Quoi qu'il en soit, Il avait toujours su prendre les mesures qu'ils fallait si ça tournait mal. Ainsi, malgrès son tempérament assez ardu, kibo restait assez ouvert et clément de manière générales; sur un ton assez élancé mais légèrement sarcastique, il lui dit :
« Hoy, tu ne devrais pas faire joujous avec ce genre d'armes blanches.. Hii.. »


Lui montrant ainsi le kunai qui avait servi de support à son message, en le faisant tournoyé autour de son index, comme pour le faire réagir;
« Tu as l'air plutôt souple, que dirait tu d'un duel ? On se fait ça en un contre un avec seulement notre équipement de base, ok ?! »


À ce même instant, kibo se mis à penser :
« Haha, je suis sûr qu'il n'est même pas du coins, je suis simple soldat de l'empire, mais cela fait bien longtemps que je m’entraînes, et mes 8 années d’errances ont faits de moi un dur a cuir, héhé, Je vais vite me rendre compte de ce qu'il vaut vraiment! »

Au même moment, Kibo aperçu une vague silhouette animale suivit de ce qui semblait probablement être une personne. Dans cet instant si calme que l'on aurait cru sentir le temps s’arrête, Kibo était presque sur d'avoir vu se dessiné deux silhouettes aux loin. Mais n'étant sur de rien et restant sur ces gardes, il fit brusquement un quart de tour sur sa gauche et un pas en arrière!

Il vu alors en fasse de lui, une ravissante créature qui lui donna immédiatement une impression de "déja-vu". D'abord surpris, il se rappela quelques histoires qu'il avait entendu un peu plus tôt dans les rue de la capitale.
Apparemment, on raconte qu'une jeune femme shinobi, étant accompagnée par une bête mystérieuse serait devenu lieutenant en seulement quelques semaines!!

La description paraissait se matérialisé sous ses yeux, et kibo feint quelques mots, du genre, pas très confiant d'un coup:

"Eu, bonjour, eu nous étions sur le point de nous affronter en duel en fait..."





(HRP, Super intéressants vos post, à vous la suite, Mirko first je pense...à voir par MP
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9028-presentation-de-kibotermine
Hue Mirko
Hue Mirko

Dans les fleurs des cerisiers d'hiver Empty
Dim 3 Mai 2020 - 18:47

New contender


* Quelle guigne, cette neige… * Ça réflexion à l’atterrissage dans les jardins pouvait tout à fait se vérifier. La plupart des Hue n’aimaient guère la poudreuse et le froid, surtout leurs combattants, les handicapants plus qu’autre chose. Leurs méthodes reposaient sur le fait d’avoir le moins de parties du corps recouvert d’un vêtements, les pieds plus qu’autre chose, de fait, Mirko ne portait que des getas en bois, aisées de s’en débarrasser. Sa masse fit volter quelques flocons une fois en bas, en logeant même quelques-uns où il ne fallait pas, lui arrachant une grimace de gêne. Une poisse qui n’allait pas en s’arrangeant à la venue du mystérieux individu l’ayant contacté précédemment. Mirko eut un sourire bien à lui pour l’accueillir, enfin quelqu’un avec qui discuter qui avait une chance de le comprendre, lancer des kunaïs sur les gens, voilà qui lui ressemblait bien. Ayant presque l’envie de lui proposer une poignée de main cordiale qu’il fut coupé dans son élan. * Hein ?! *

Sur le moment, il ne comprit pas vraiment, venait-il de se foutre de sa gueule ? Le visage enjoué, si on pouvait le dire ainsi, du Hue, vira rapidement à la trogne énervée d’un caïd de l’Académie Shinobi. Pour l’instant, aucune rage envers ce parfait inconnu, l’incompréhension le bloquait d’une certaine manière. Les choses ne s’arrangèrent guère plus quand le petit blanc, en référence à ces cheveux, lui proposa d’en venir aux mains. Mirko ne… comprenait pas. Enfin, il savait ce qu’était la castagne et les « règles » qui pouvaient s’y appliquer, la première étant qu’il n’y en avait aucune de valable. De là à envisager un duel sans s’être présenté ? Il se croyait sur un champ de bataille, ce gars ? Lentement, Mirko baissa sa main et commença à le dévisager, à en croire l’excitation de son prochain, il semblait bien motivé, ce qui n’était pas forcément le cas du concerné. Cruel dilemme, on lui avait bien dit avant de partir de Jôheki no Kûni de ne pas faire de vague, ne pas entacher la réputation de la famille. Mais là… c’était vraiment tentant.

Mirko ferma les yeux, expira pleinement, puis inspira en mirant son adversaire. Son regard se fit plus intense, on pouvait déceler de la malice aux travers de ses pupilles vacillantes aux tons pourprés. Un léger ricanement qui s’échapper entre ses dents :

- Voilà une drôle de façon de se présenter… Mais si tu veux le prendre comme ça…

Il tira une partie de son kimono blanc, dévoila la face droite de son buste et l’intégrité de son bras. Révélant son teint mat, déteignant avec les couleurs de l’hiver les entourant, on pouvait aussi admirer ces raies blanches, témoignant d’anciennes blessures s’apparentant à des coups de fouet répétés. A cet instant, on distinguait une étrange pellicule savonneuse se former le long de son bras, dégoulinant par le bout de ses doigts. Avant que la rixe ne puisse démarrer, les deux duellistes sentirent une présence étrangère, les tirant de leur concentration. Tournant légèrement la tête à sa droite, Mirko aperçu une grosse boule de poil, un manteau de fourrure majestueux à la robe de nacre, dont les canines dévoilées lui semblaient tout particulièrement destinées : un loup. Le Hue eu de quoi ne pas se sentir à l’aise, il n’aimait pas les animaux, il les détestait, cela était encore plus vrai pour les canidés. Ces bêtes étaient généralement très attachés à leur maitre, ou dans le cas d’un loup, plutôt à sa meute. Le plus grave dans tout cela, c’était leur instinct, pouvant lire dans les pensées les plus profondes des personnes. Mirko le savait, avec cet animal autours, si en plus il était capable de communiquer avec son propriétaire… il serait vite épingler pour ses sombres projets et son aura inquiétante. D’où pouvait-il penser à un compagnon à cette bête ? Forcément, un Inuzuka, on les disait très présent à Hi no Kûni, d’autant plus qu’un animal aussi sauvage ne se puisse se retrouver ainsi en ville en toute impunité. Là où son adversaire trouva le moyen de justifier leur présence aux nouveaux arrivants, Mirko resta silencieux, posant son regard tantôt sur le loup, tantôt sur l’étrangère qui se présentait à eux.

Revenir en haut Aller en bas
Inuzuka Sakka
Inuzuka Sakka

Dans les fleurs des cerisiers d'hiver Empty
Mer 6 Mai 2020 - 16:53
Hiver 204 – Les joujous

D'une poigne ferme au niveau du cou, Sakka agrippa la toison blanche de Shiroi. Le loup bondit une première fois entraînant sa maîtresse avec lui dans les airs. D'une main expérimentée, la cavalière ramena son corps sur celui de la bête pour finalement l'enjamber et la monter. Son pelage immaculé entre ses paumes refermées, tel une bride, elle maîtrisait l'animal. Ses pattes s'enfonçaient profondément dans la poudreuse pour chercher l'appui nécessaire à sa prochaine envolé. A chacune d'entre-elles, ils parcouraient plusieurs mètres. La neige, mais aussi ses coussinets, conféraient au loup une approche silencieuse mais néanmoins véloce.

Entre les murs des deux bâtiments, le temple et son voisin, le duo se faufila sournoisement pour épier l'attaque. Une ombre au sol survola Sakka qui leva immédiatement les yeux en l'air, quelqu'un venait de passer... Shiroi fléchit les patte, Sakka se couche en avant sur son dos, leurs deux têtes s'empilaient l'une sur l'autre. A ras de sol, il longeait le mur extérieur de l'enceinte de la cour, espionnant la conversation.

« Hoy, tu ne devrais pas faire joujous avec ce genre d'armes blanches.. Hii.. »

* Ils se provoquent en duel ? *

« Pas de baston dans le quartier sans qu'on y participe ! » chuchota Sakka à son compagnon.

< Ils doivent avoir froid, si on les réchauffait un peu ? >

L'animal releva la tête, l'arrière train à ras de terre. A travers les poils, on visualisait les muscles se contracter puis les propulser tout en haut du mur. Comme elle l'aimait, Sakka dominait ses proies. Le soleil dans le dos, les deux garçons ne pouvaient que deviner l'ombre qui s'érigeait face à eux, éblouis par les quelques rayons blancs. Il ne restait qu'à leurs sauter à la gorge pour les achever d'un coup. Une seule morsure pour faire couler le sang. D'abord dans leur gueule pour les nourrir, puis sur le manteau immaculé pour le salir. Deux biches jouant dans le prés, surprise par le prédateur.
Sakka s'en amusait, Shiroi quant à lui menaçait Mirko de ses pupilles jaunes. Il ne le lâchait pas des yeux, l'animal sentait que le gamin ne l'aimait pas, c'était réciproque.

« Depuis quand les soldats de l'Empire s'envoient des kunais en pleine ville ? » les réprimanda-t-elle.
« Tu ne devrais pas faire joujou avec ce genre d'armes blanches... » rappela-t-elle à Kibo, qui semblait sûr de lui.

* Je sens que j'vais m'les faire ! *

< Invite le à l'entraînement de demain. C'est justement sur le maniement des armes, on verra bien si ce gamin est aussi habile qu'il le prétend. Invite l'autre aussi, il sent trop le propre, je vais le barbouiller un peu ! > ricana le loup, pensant au sale tour qu'il allait lui jouer.

« Si vous voulez vous battre, ça ne se passera pas dans la cour de ce temple... Idiots ! » les sermonna-t-elle, devant les moines soulagés de voir leur beau jardin d'hiver préservé.
« Je suis Inuzuka Sakka, lieutenant de l'Empire. Rendez-vous demain matin 8h dans la forêt au nord de la ville. J'y entraîne une partie de l'armée coloniale. Nous verrons bien si vous savez faire 'joujou'. » sourit-elle.
« Et soyez à l'heure, je déteste les soldats en retard. » leur rappela-t-elle sans préciser l'endroit exacte de l'entraînement.

< Oui, soit à l'heure ! > grogna le loup, la gueule pointée vers Mirko.

Par là où elle était arrivée, elle disparut.

Hrp:

_________________
Dans les fleurs des cerisiers d'hiver Dibrug13
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7731-presentation-d-inuzuka-sakka https://www.ascentofshinobi.com/t8258-carnet-de-sante-d-inuzuka-sakka#68994

Dans les fleurs des cerisiers d'hiver

Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Même les cerisiers les plus robustes ont besoin de soin [PV : Aimi]
» Notre vrai tombeau n'est pas dans la terre, mais dans le coeur des hommes ∥ Meikyû Kaito
» CS Fleurs
» Fleurs 花 & 灰 Cendres
» Les fleurs immortelles d'un cerisier

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu
Sauter vers: