Soutenez le forum !
1234
Partagez

Esprit de famille [Solo]

Suzurane Gine
Suzurane Gine

Esprit de famille [Solo] Empty
Jeu 30 Avr 2020 - 12:51
Secret des Suzurane


Cela faisait déjà quelques jours qu’ils étaient à Taiyo, cité se trouvant dans le pays du vent, là où vivait une partie du clan Yasei. Cette ville a été celle de Reikan enfin là où elle avait vécu une partie de son enfance. Gine a été heureuse de participer à cette mission, cela lui permettait d’aider sa Sensei et Zeref à revoir ou à rencontrer leur famille, selon l’un et l’autre. D’ailleurs, elle n’aurait jamais pensé que ce voyage lui permettrait de découvrir une vérité sur sa propre famille et sur elle-même. Sa dernière discussion avec Aguni l’avait rendu perplexe, perdue même. Lorsqu’elle lui avait montré son collier porte-bonheur à la Colombe, la blanchâtre avait sous-entendu que Gine était aussi une Yasei. Enfin, ce n’était pas un sous-entendu, mais ça ressemblait même à une confirmation. Le collier semblait porter la marque du clan des métamorphes. Le soir même, la kunoichi n’a rien dit à ses partenaires ni même trop parler, ce qui pouvait être étrange. La blonde a fait paraître cela comme de la fatigue. Les jours qui ont suivi, la Suzurane s’est montrée discrète et silencieuse, voire évasive à propos de tout cela. Cela dit, ça ne l’a pas empêché d’aider des membres du clan Yasei, même si certains semblaient la regarder étrangement. Une vieille dame lui a même donné un morceau de gâteau en guise du bon vieux temps. Alors là, la blondie n’avait pas trop compris, car elle ne connaissait pas cette dame. Cette phrase "Elle est là, elle a toujours été là, dans ton sang." Cela la perturbait à un certain point. Si c’est une Yasei, pourquoi ses parents ne lui ont rien dit ? Naoko est-elle au courant de quelque chose ? C’est sa petite sœur, elles ne se cachent rien. Marchant dans une ruelle, la tête dans ses pensées, la blonde se sentant un peu mal. Elle n’a rien contre les Yasei et si s’en était une, elle serait contente. Or, ça la perturbait quand même.

Tournant à un carrefour pour changer de direction et éviter de toujours marcher tout droit, elle voulait rester dans le quartier Yasei. Soudain, quelque chose la percute ou plutôt quelqu’un. Sur ses fesses, elle frotte sa tête et regardant ce qui l'a touché, elle voit une fille. L’adolescente en question semble avoir son âge, blonde, même taille et portant une tunique orientale jaune et rouge. La kunoichi se relève et lui sourit. « Désolée…tu n’as pas eu mal ? » Demande-t-elle à l’inconnue. « Quoi ? Mais, c’est ma faute, j’ai couru comme une dingue ! C’est à moi de te demander si tu veux bien ! » S’écrit-elle. Gine la regarde bien et semble qu’elle n’a rien de casser. « Euh… On va dire que c’est la faute à pas de chance. Je vais bien, merci ! J’avais juste la tête dans mes pensées. » Finit-elle en ricanant. « Oh, tu es l’une des étrangères qui sont arrivées, il y a quelques jours. J’avais bien envie de vous rencontrer ! » Finit-elle avec le sourire. « Ah bon ? Je m’appelle Suzurane Gine, enchantée ! » Se présente-t-elle à la jeune Taiyojin. « Enchantée ! Je m’appelle Yasei Sanae. Ça te dirait de venir boire un verre à ma maison ! Je te présenterai à ma mère aussi. » Dit-elle en prenant la main de la Kirijin et l’emportant vers sa demeure familiale. L’assimilatrice n’a eu le temps de rien dire, à croire qu’elle se voyait dans un miroir. Maintenant, elle commençait à comprendre son entourage lorsque c’est elle qui le fait. Sur le chemin, Sanaé lui parlait un peu des rues, de leur culture et également, de ses plats favoris, voulant un jour, pouvoir découvrir d’autres choses en dehors des murs de Taiyo.

Devant la maison de la maman de Sanae, le duo y entre. Gine la suit en restant derrière elle, la blonde semble un peu timide sur le moment. Leur maison n’est pas des plus joyeux à cause de la pauvreté, mais on pouvait y vivre sans problème. Sanaé est vraiment adorable et semble chercher quelque chose dans un meuble de sa maison. Soudain, quelque chose semble s’être cassé. La blonde se retourne et voit une femme, les yeux de la kunoichi s’écarteler de surprise. Cette femme semble aussi sur le choc. « Maman ? » « Sakura ? » Disent-elles en même temps. Naé les regarde d’un air perplexe et croise les bras. « Hein ? Il se passe quoi là ? » Demande-t-elle. Gine penche la tête d’un air curieuse. « Sakura ? Non, je m’appelle Gine et…désolée…vous ressemblez comme deux gouttes d’eau à ma mère. » Dit-elle. La femme soupire. « Veuillez aussi me pardonner, je vous ai confondu avec ma sœur cadette, or vous lui ressemblez beaucoup. » Répondit-elle. L’adulte se rapproche, d’un air intrigué et voit quelque chose de familier, en plus, chez Gine. Sa main se dirige vers la nuque de la Kirijin et soulève un peu le collier pour le regarder d’un peu plus près. « Où avez-vous eu cela ? » Demande la femme Yasei. « C’est ma maman qui me l’a donné. Elle s’appelle Sakura… » Réponds Gine avant que quelque chose lui tilte lorsque cette madame l’a appelé Sakura. « Attendez-vous m’avez…appelé comment ? » Lâchant le collier, l’adulte soupire et sourit. « Je suis la seule Yasei de Taiyo à faire ce genre de collier et le dernier en dehors de Taiyo qui peut en avoir, c’est ma petite sœur, Suzurane Sakura. Si tu n’es pas elle alors je me trouve en face de ma nièce. Je suis donc ta tante, je m’appelle Yasei Kasha. » Gine est sur les fesses et Sanaé également. D’ailleurs, sa cousine prend la parole. « J’ai une chance de fou…j'ai…j'ai rencontré ma cousine par hasard…les Dieux sont avec moi. Ce soir, je commence à prier sérieusement. » Dit-elle. Gine est perturbée et semble encore plus perdue. Elle se pose contre un mur, sous le choc.

Gine tombe dans les pommes, mais se fait rattraper par Yoko. Se réveillant, allongé sur un lit et un linge trempé sur le front. La jeune assimilatrice se redresse doucement avec l’aide de Sanaé. « Eh ben, c’est la première fois que je vois quelqu’un s’évanouir après une telle annonce. » Dit la jeune Taiyojin. « Dé... Désolé…ça fait beaucoup en si peu de temps… » Dit-elle avant que Kasha entre dans la chambre et s’accroupit devant sa nièce en lui nettoyant le visage. « Que veux-tu dire par là ? » Demande l’adulte. « Eh ben… Aguni m’annonçant que le sang des Yasei coule dans mes veines…que j’ai une cousine et une tante du clan Yasei, ce qui…veut dire que ma mère et mon père me mentent depuis si longtemps…et je ne sais pas si ma petite sœur connaît la vérité ou pas… » Finit-elle en soupirant, ne sachant pas quoi penser de tout cela. Sanaé s’assoit à côté d’elle et la câline tendrement. « Ma cousine adorée, je comprends mieux avec tant d’information, c’est difficile à encaisser. Mais je suis contente d’avoir une cousine proche, même deux d’ailleurs, bisous. » La Taiyojin lui fait des bisous pour l’embêter. « Sanaé, laisse-la respirer, voyons. » Dis Kasha avant de reprendre la parole. « Je ne suis surprise que Sakura ne t’a rien dit sur ton héritage Yasei et sur nous. La connaissant, elle est plutôt franche et sincère, ce n’est pas son genre à cacher une telle chose. Tôt ou tard, tu l’aurais su avec l’apparition de caractéristique de l’animal que tu es. Parle-moi de ton passé, je veux te connaître, chaton. » Dit la femme. « Oh oui, parle-nous de toi ! J'suis sûre qu’on va découvrir quelque chose qui va nous faire comprendre ta situation, Ginou. » La blondie les regarde et baisse la tête, pensant savoir le pourquoi du comment, mais n’est pas trop sûre pour autant.

« Ce n’est pas une histoire que j’aime raconter. Mais comme vous le savez, je ne sais pas me transformer en animal comme vous, cela dit, j’ai obtenu un autre pouvoir qui a dû laisser mon côté Yasei cacher. » Dit-elle. « Un autre pouvoir ? » Demande Kasha. « Je suis une assimilatrice Katon, je peux me transformer en être fait de flamme et je contrôle le feu à ma guise enfin juste venant de moi. Petite, je ne contrôlais pas ce pouvoir et je causais bien des malheurs autour de moi. Mes parents m’ont enfermé dans un bâtiment qui ne pouvait craindre mes flammes, car ils ne connaissaient pas d’autres solutions. J’étais toute seule, impuissante, faible, triste et malheureuse…ce pouvoir me privait de ma joie d’être avec mes parents et de prendre soin de Naoko encore bébé. Mes parents venaient me voir de temps en temps, essayant de me réconforter. J’avais peur de les blesser…je voulais même mourir pour ne plus leur causer de problème. Un jour, un membre du clan Yuki a répondu à la demande d’aide de mes parents. Usant de son suiton pour calmer mon pouvoir, j’ai beaucoup souffert, de l’eau contre du feu, or c’était la seule solution. Lorsque Kiri a été construit et ouverte, un vieil homme m’a pris sous son aile, il avait le même pouvoir que moi. Depuis, j’ai appris à contrôler ce pouvoir et d’aller de l’avant. » Finit-elle avant que Sanae lui donne la main avec un air triste. « Désolée pour ce qui t’est arrivée, Ginou. » Dit-elle avec sincérité. Kasha pose sa main sur l’épaule droite de sa nièce. « Tu n’as pas eu une enfance facile, désolée. Cela dit, je comprends mieux la situation. Peu de gens le disent, mais se transformer en son animal peuvent parfois, être douloureux et risqué si on se laisse entraîner par l’instinct animal. Tu as dû être traumatisé et revivre une autre expérience de ce genre t’aurait peut-être détruite psychologiquement. Sakura, ta mère, voulait te protéger et attendre le bon moment pour t’en parler. Maintenant, je suis là pour toi et ils le seront aussi pour te soutenir dans cette voie, mon enfant. Je suis une Yasei Panthère, Sanae peut se transformer en Guépard…comme tu peux l’entendre, on ne choisit pas son animal, c’est le destin qui le fait. Pardonne à ta mère et à ton père, ils voulaient juste te protéger, j’en suis sûre. » Finit-elle avec un sourire et la prend dans ses bras.

Quelques minutes plus tard, Kasha, Sanaé et Gine apprennent à mieux se connaître, dévoilant donc certains aspects semblables, comme leur bonne humeur, les câlins et autres. Décidément, Gine tenait du côté maternel pour son comportement. D’ailleurs, Kasha a été surprise qu’Aguni ne l’avait pas envoyé vers elle pour la présenter. Ceci dit, la Colombe aime croire au destin, ce qui ne surprend pas la femme. Son père n’est pas un Yasei provenant de Taiyo, c’est pour cela qui a gardé le nom Suzurane, au lieu de Yasei, une préférence pour le nom de famille de sa mère, grand-mère de Gine. Ils ont quitté Taiyo bien avant Ragna pour explorer le monde et rechercher d’autres Yasei. Sakura et Byakuya sont de bons combattants, Kasha sait se battre également, jouant les espions et assassins, il fut un temps. Cette rencontre permit à Gine de sortir de ses doutes et reprendre goût à la vie en apprenant à les connaître. Elle ne disait toujours rien à Zeref et Reikan, ça lui sortait un peu de la tête de leur faire un rapport. La blonde avait hâte de revoir sa famille. Les deux derniers jours avant la réunion, Kasha donne quelques conseils pour développer et éveiller l’aspect Yasei de sa nièce. Hormis cela, Gine et Sanaé passent beaucoup de temps ensemble. La Kirijin apprend même qu’elles ont le même âge et se prennent pour des sœurs jumelles en s’habillant pareils et autres pour s’amuser. La vieille de la réunion, avant de retourner à l’auberge, Gine mange chez sa tante. « Demain, c’est le moment de savoir si tout le monde souhaite venir vivre à Mizu No Kuni. Je me demande ce qui a été décidé. » Dit Gine. « Aguni et Mizuchi ne sont pas toujours sur la même longueur d’onde, mais elles arrivent souvent à se mettre d’accord quand il le faut. Ne t’en fais pas, je pense qu’elles prendront la bonne décision. Reikan est la fille de Ragna, ce vieux lion reste respecter par tous, de plus, toi, moi, Sanaé, tes parents et ta sœur sommes de la même famille que Ragna. Le savais-tu ? » Dit Kasha. « De la même famille ? C’est-à-dire ? » Demande Gine. Sanaé semble écouter attentivement. « Nous sommes des félins de base, même si tu ne sais pas lequel que tu es, tu restes un félin. Chaque animal à sa propre famille lié à sa race, mais le clan Yasei réunit chaque métamorphose en une plus grande famille. Reikan peut être considéré comme ma nièce et ta cousine très proche tandis qu’Aguni et Mizuchi sont tes tantes éloignées, mais reste ta famille quand même. Je dois avouer que parfois je m’y perds avec les explications des uns et des autres. » Finit la Panthère.

« Oh je vois à peu près…je suis la cousine de Reikan…et une cousine éloignée de Zeref. Je suis à la fois heureuse et un peu déçue. » Dit-elle. Sanaé la regarde un peu perplexe. « Ah pourquoi ça ? » demande-t-elle à sa cousine de l’eau. Kasha sourit en voyant Gine rougir légèrement. « Ah l’amour, rien de t’empêcher d’être amoureuse de l’un et l’autre enfin pour Reikan, ça risque d’être difficile vu qu’elle fait partie de notre famille animale, mais si ce Zeref est un poisson ou un canidé, pourquoi pas m’enfin, ça reste quand même compliqué. » Dit-elle. Gine soupire. « Difficiles d’en être amoureuse de l’un des deux s’ils font partie de ma famille…proche ou éloignée. Tristesse… Moi qui n’a pas de chance avec l’amour. » La Guépard caresse le haut du crâne de sa cousine. « Tu es belle comme moi, tu vas trouver. Je ne savais pas qu’on pouvait aussi aimer des femmes, c’est intéressant comme le monde extérieur est ouvert d’esprit. » Raconte-t-elle. « Rien n’est impossible, ma fille. Gine, tu es encore jeune, tu trouveras, belle comme tu es, mais soit patiente. » Dit la femme avant de débarrasser la table. « Va falloir se coucher tôt, demain risque d’être une grosse journée. Gine, il est très tard, reste dormir à la maison. Ce n’est pas bon de sortir la nuit dans ces quartiers, même si tu es une Kunoichi. » Dit Kasha. Pour cette nuit, Gine ira dormir avec Sanaé, discutant un peu entre elles et Gine promettant à Sanaé de la protéger de tout son être. Le lendemain, ça risque d’être compliqué.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8447-suzurane-gine-imperatrice-des-flammes#70874 https://www.ascentofshinobi.com/t8471-destiny-of-fire-empress https://www.ascentofshinobi.com/u1136

Esprit de famille [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Taiyô
Sauter vers: