Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Ekko Snow
L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 9:13 par Ekko Snow

» [Iwa] Daiki Iranos
L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 8:57 par Daiki Iranos

» Renaissance ✘ ft Akio et Ken
L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 8:22 par Zaiki Minako

» Tester ses pairs [Ft Sugimoto Kenzo]
L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 4:00 par Sugimoto Kenzo

» 果し合い Hatashiai [Miyuki]
L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 0:55 par Kogami Akira

» L'hégémonie de la violence
L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 0:43 par Kogami Akira

» 征服者 Le conquérant — Akira
L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] EmptyAujourd'hui à 0:19 par Kogami Akira

» Barrière divine - 3eme édition
L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] EmptyHier à 23:36 par Kentoku Akio

» Rendez-vous à O.K Iwa
L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] EmptyHier à 22:59 par Oterashi Yanosa

» A l'aube d'une nouvelle ère
L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] EmptyHier à 22:26 par Han Musashi


Partagez

L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan]

Asaara Ôji
Asaara Ôji

L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] Empty
Ven 1 Mai 2020 - 13:17
Veille de cette Mission.

Tandis que la Blanche Lune s'emmitouflait dans les Nuages Gris de l'Hiver, la Nuit Noire avait dompté la Capitale du Désert. L'absence de Chaleur et de Lumières, pourtant caractéristiques phares de la Cité des Vents, avait plongé cette dernière dans une anormale morosité. Ses rues, désertes, étaient devenues peu avenantes pour quiconque voulant les arpenter.

Le Berceau parfait des Méfaits.

Lorsque le Printemps de la Révolution gagna le Désert et vainquit le Premier Cercle, la plupart des mauvaises herbes qui y avaient poussé furent coupées. Mais il était de leurs natures d'être tenaces et de subsister là où l'Ombre règne. Et ce soir-là, les Nuages Gris avait couvert la Capitale d'une aura ombrageuse et ces mauvaises herbes eurent la possibilité de sortir de Terre.

L'Asservissement Forcé avait été aboli lors de la Révolution, mais Kaze souffrait toujours de ses Maux d'Antan. Une histoire tâchée de crimes inhumains, pervertie par l'appât continuel du bénéfice et du pouvoir. C'est ce vice qui avait poussé le Clan Asaara du Désert à vendre ses Fils, contre argent et services. Ils étaient nombreux à vivre loin du Clan, enchaînés à des Destins qui n'étaient pas les leurs. Car Princes et Princesses des Sables, plus que quiconque, n'étaient pas destinés à des existences soumises.

Et c'est l'un d'entre eux qui, après avoir brisé les chaînes qui le retenaient prisonnier de sa condition d'esclave, s'était lancé à la destruction de celles qui obstruaient l'envol de son clan. Avait vu sa Soeur, la Femme d'Argent et future Impératrice des Dunes, en prendre la tête. À présent, tous s'étaient attelés à la Libération du Désert. La première étape, qui fut confié à l'Affranchi des Sables Rouges, était de délivrer ceux qui, chaque semaine, assuraient le divertissement des habitants de la Cité des Vents, ici-même, au Colisée.

L'Amphithéâtre des Martyrs.

Paresse et Gourmandises allaient accompagner Colère lors de cette mission hautement importante. Ce dernier, soucieux de la voir réussir, était alors venu effectuer un repérage du lieu afin d'observer les préparatifs. L'évènement de demain, qui allait voir des esclaves s'affronter devant un public qui réclamait toujours plus de pain et de jeux, était particulièrement fructueux pour ceux qui l'organisaient. Seulement, ils ne savaient pas que leur entreprise immorale allait bientôt chuter, renversés par le Souffle Nouveau des Dunes. Leur Fin était proche. Paresse fut d'ailleurs autrefois prisonnier du Colisée et nul doute qu'il serait l'un des acteurs majeurs de sa Destruction.

Colère, dans son habituelle sérénité implacable, observait les déplacements, alors qu'il s'était enfoui dans les Sables. C'est alors qu'un étrange cortège sortit de la pénombre de la Capitale du Désert, dans un cliquetis métallique régulier. Cinq hommes, enchaînés entre eux, marchaient derrière un garde au crâne dégarni. Les esclaves, le dos massif mais voûtés, semblaient être le dernier arrivage de la semaine. Il n'aurait pas été étonnant de voir un Asaara parmi ces cinq-là.

L'Impartial Flegme du Silencieux disparut, remplacée par un Feu de Haine lorsqu'il vit les cinq esclaves arriver. Les Maîtres avaient voulu profiter de la pénombre pour passer à l'action, mais la nuit allait leur être fatale. Il allait en profiter pour libérer ces captifs, qui seraient les premiers d'une longue liste. Deux autre hommes assuraient l'escorte du convoi en s'y plaçant à l'arrière.

C'est par eux que le Silencieux commencera.

Après s'être assuré qu'il avait trois cibles à abattre, tout alla très vite. Il sortit de sa cape une fine lame en forme de croissant, qui trancha dans un même mouvement les deux hommes. Sectionnés à l'arrière de la nuque, ils avaient déjà perdu la vie lorsque leurs genoux tombèrent au sol. Celui au crâne dégarni connut le même sort, alors qu'il s'était précipitamment retourné, offrant par la même occasion sa nuque à l'Affranchi, qui avait contourné le groupuscule. Les cinq esclaves, stupéfaits, ne comprirent pas tout de suite à qui ils devaient leur salut.

L'Affranchi, qui n'eut pas le temps de les libérer, fit volte-face. Une quatrième présence ennemie avait fait son apparition. La Lame de Croissant Rouge fut de nouveau dégainée, prête à abattre ce nouvel adversaire.

Spoiler:
 


Dernière édition par Asaara Ôji le Ven 6 Nov 2020 - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Yasei Reikan
Yasei Reikan

L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] Empty
Jeu 14 Mai 2020 - 16:07
Tant de terres et peuples de ce monde avaient vécu sous le joug de tortionnaires empreints par les plus épouvantables vices du genre humain. Et cela, sans même que ne soit autorisée la moindre exception à cette alarmante règle ni épargnée la moindre parcelle du globe, touchant aussi bien les territoires continentaux que ceux d'outre-mer. Parce que pendant que le Colisée criait toute sa rage au beau milieu de la mer de sable, les arènes gladiatrices de l'Archipel de l'Eau, elles, grondaient et ne manquaient pas de laisser pulluler les réseaux d'esclaves venant de tout horizon. Hélas, cette planète avait perdu en innocence et se révélait intumescente de malice. Pillés, capturés, torturés, façonnés à l'image de leurs maîtres jusqu'à laisser sombrer dans l'oubli leur véritable identité. Voilà donc quelle était l'existence de bon nombre d'opprimés et d'asservis aux quatre coins du berceau de l'être humain, condamnés à ne respirer plus que pour une seule et unique chose.

Le combat pour la vie, destiné à amuser leurs plus vils bourreaux.

Hommes et Bêtes se retrouvaient dans ce même maudit et turpide panier. Il s'agissait là d'un détail que Yasei Reikan ne connaissait que trop bien et qui, sans le vouloir, rapprochait des personnalités n'ayant parfois rien en commun. Si ce n'étaient la souffrance et la rancune. Deux choses que cette enfant des Bêtes combattait à feu et à sang lorsqu'elles se trouvaient sur sa route. Et Asosan, l'île des amphithéâtres de Mizu, n'avait pas su se rendre imperméable à une volonté aussi pure. Depuis son exploit réalisé au cœur de son arène-mère, lorsqu'elle eut libéré et arraché le Lion blanc à ses tyranniques, l'Héroïne de l'Eau avait fait parler d'elle en faisant résonner de terreur les tréfonds de l'esclavage et ce, même au-delà des flots impétueux qui bordaient le pays. Maintes fois, la Tigresse blanche était apparue aux yeux d'autrui en tant que gardienne du juste et porteuse d'espoirs. Mais son but premier demeurait forgé dans le marbre. Défendre son clan et les plus faibles qui n'étaient pas de son sang, tout en combattant les fielleux d'une poigne de fer.

La traversée du Pays du Vent pour renouer avec sa chair constituait un virage majeur dans l'échelle de ses objectifs. Après tant d'années passées sur les chemins de l'itinérance, refouler et ressentir ces grains et ces brises du Désert n'était pas sans effet sur celle qui avait vu le jour dans les bras des ergs, à tel point que la déception avait bassement poignardé son cœur. Après avoir découvert le quartier des métamorphes, mis à l'écart de toute richesse et plongé dans l'ombre de la honte par Yasei Tadao, la Fille du Lion n'avait cessé de voir en la Capitale des dunes une imposture, un faux oasis débordant de ressources dont l'équitable partage ne se trouvait être qu'un rêve encore bien lointain. Les steppes désertiques étaient connues pour la cruauté infaillible qui se dressait en leur sein. Mais Taiyō, elle, n'en était pas moins rude et affligeante.

Elle était même pire, derrière ses remparts.

Durant sa semaine de repos, la changeforme eut vite fait de saisir l'occasion de parcourir la Cité des dunes en pleine nuit, là où sa balade ne pouvait se faire que plus discrète. Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle trouva, dans les entrailles du Colisée, la mise à mort de trois gardes d'esclaves, sous ses yeux. Ledit responsable remarqua vite une présence dans l'ombre, qui n'était autre que la sienne qu'elle n'avait même pas cherché à tapir dans le noir. Les paupières de Reikan se plissèrent à la vue de l'arme dégainée à son encontre, tandis que ses pas l'amenèrent à sortir du voile de satin déposé par la nuit. Ses yeux myosotis et ses boucles d'oreilles d'éther éventrèrent l'obscurité ambiante, révélant alors à la lumière d'une lune en croissant la Yasei à la peau dorée par le soleil de Kaze. Un instant de flottement pointa le bout de son nez devant celui qui souhaitait s'essayer à abattre la Fille du Vent, chez qui le sang-froid était roi, pendant que le vent du soir berçait sa longue chevelure de jais tout juste dévoilée. Prise ou non pour une opposante, elle n'en restait pas moins une enfant du Désert dénuée de toute appartenance visible à autre chose que son pays natal.

Puis sa voix, délicate mais ferme, s'éleva à travers la pénombre.

« Ne penses-tu pas que le sang a déjà bien assez coulé dans cette odieuse bâtisse? Baisse cette arme, ou c'est moi qui t'y obligerai. »

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Asaara Ôji
Asaara Ôji

L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] Empty
Mar 26 Mai 2020 - 18:39
Le quatrième garde qu'il avait repéré avait en réalité une apparence toute autre que celles des trois qui gisaient dans le Sable teinté de Carmin. Dans la faible lumière procurée par les petites flammes qui maintenaient la Cité des Vents hors de la pénombre et sous la bienveillance de la Lune, une jeune femme à la chevelure du Désert des Ténèbres se tenait debout. Sa voix satinée s'éleva, dans un mélange de calme implacable et de détermination farouche. Ses yeux d'Azur, quant à eux, témoignaient d'une assurance à tout épreuve. Des yeux qui semblaient venir d'ailleurs.

D'un autre Monde.

Le regard du Silencieux, quant à lui, s'illumina, l'espace d'un éclair. Loin de lui l'idée de s'attaquer à une femme qui n'avait, finalement, aucun lien avec les gardes qu'il venait de réduire au Silence. Toutefois, la menace à peine dévoilée par ses mots l'intrigua. Bien loin d'être arrogant, le fils du Sable se savait redoutable dans son Berceau. Était-elle de taille à l'obliger à baisser son arme ?

Nul ne sait s'il l'aurait rengainé.

Un coup de sifflet déchira le Silence. Des bruits de pas se firent entendre, en direction de l'Amphithéâtre. Sans perdre de temps, l'Affranchi délia le quintet, grâce à sa lame, des cordes qui retenaient leurs poignets et chevilles fermement liés. Ils n'hésitèrent pas et se dispersèrent aussitôt.

Le Silencieux savait qu'il avait dépassé les limites de sa mission et potentiellement compromis celle du lendemain, aussi serait-il dangereux de continuer le massacre. Il fallait partir.

Se désintéressant momentanément de la jeune femme, il disparut dans les parois d'une tour qui faisait face à cette dernière. Utilisant sa maîtrise du sable pour s'y déplacer, il y atteint son sommet au bout de quelques instants. De son hauteur relative, il put observer une douzaine de gardes se diriger vers la précédente position du Silencieux. Semblerait-il que le retard occasionné par le convoi ait été immédiatement remarqué.

Mais pour l'heure, sa priorité n'était plus son actuelle mission. Intrigué par la jeune femme au Regard Infini, il reporta son attention sur elle. Si elle ne souhaitait pas être pris pour cible par les hommes du Colisée, il lui faudrait s'en aller. Auquel cas l'Affranchi des Sables Rouges la suivrait jusqu'à apprendre qui elle était.

Pour un Homme captivé par les Secrets du Désert, en voilà un qu'il désirait percer à tout prix.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Yasei Reikan
Yasei Reikan

L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] Empty
Lun 22 Juin 2020 - 21:10
Les bras bercés par le pénible vide du Désert, Yasei Reikan conserva une expression figée quand ses perles d'éther eurent croisé celles de l'inconnu. Comme si son conseil fut à l'épreuve du temps, un instant de flottement vint s'abattre sur la scène et séparer les deux combattants que la nuit avait réuni. Du moins, jusqu'à ce que l'arrivée des gardes du Colisée ne vienne morceler le silence établi. Sans se précipiter, l'enfant des Bêtes à la peau cuivrée observa le jeune homme brun s'en prendre aux chaînes des esclaves avant d'abandonner les lieux. Non sans l'ombre d'un doute, sa naturelle minutie presque maladive lui permit de distinguer le cours d'une traînée de grains encore mouvants dans la direction où son vis-à-vis avait fui. Un petit détail qui obligea pourtant la Tigresse blanche à plisser les paupières et à se questionner sur l'identité et le potentiel de celui qui venait tout juste de se dérober à ses yeux. Mais le temps lui manquait délibérément, si elle ne voulait pas tomber entre les engrenages d'une rixe qui ne la concernait pas.

Son regard se déposa au dos d'un des esclaves, qui était sclérosé par la panique.

Les bruits de pas se firent plus lourds et déjà, son minois au teint hâlé se retournait vers les ombres en approche. À l'entente des propos d'un garde, la jeune femme se redressa et remonta sa sombre capuche de velours ténébreux par-dessus ses longues mèches de jais. Ses pupilles se réfugièrent près du gouffre vertigineux et angoissant qui dormait à une poignée de mètres d'elle seulement.

« HALTE! Qui est là? Qu'êtes-vous en train de faire dans les couloirs du Colisée alors que la nuit est tomb-...?! »

La douzaine d'hommes n'eut même pas le temps de traverser proprement le couloir qu'une lourde brise vint les bousculer dans leur formation, au point d'en faire perdre l'équilibre à certains. La Yasei en avait profité pour se propulser sans se faire remarquer en dehors du corridor esquinté, qui hurla entre ses fissures fraîchement créées par la puissance déployée. Et le temps pour eux de retrouver leurs esprits ou se remettre sur pattes, la changeforme avait déjà laissé l'obscurité du vide dessiner ses contours en y plongeant. Si cette chute depuis les étages avait pu s'avérer mortelle pour bien des individus, il n'en fut rien pour l'Héroïne de l'Eau qui retomba en toute douceur sur la couche de sable recouvrant l'intérieur de l'arène. Sonner les gardes de la sorte permit à l'opprimé de revenir à la réalité pour s'accrocher aux bras de la liberté, en disparaissant entre les colonnes de l'enceinte.

La Fille du Désert resta accroupie près du sable froid en laissant sa veste crépusculaire la couvrir, dans l'attente que les gardes déguerpissent afin de poursuivre leurs recherches nocturnes. Puis, en silence, elle se releva et darda de ses yeux myosotis les hauteurs de la structure, vers lesquelles le brise-fer s'en était allé. Cette curiosité née en elle, par les actes de celui-ci, demeura présente mais semblait s'estomper peu à peu. Et elle reprit sa marche sur la couverture sablonneuse au milieu de l'arène, dont la triste teinte tirait symboliquement vers la brique pour honorer tout le sang qui avait été versé au Colisée.

Qui oserait la déranger, au creux de cet enfer?

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Asaara Ôji
Asaara Ôji

L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] Empty
Sam 7 Nov 2020 - 0:04
Était-cela, veiller sur les siens depuis le Ciel ?

Était-cela, avoir un oeil sur le Monde depuis le Paradis ?

Abrité au sommet de sa Tour de Babel, le Silencieux pouvait observer la Fille de Jais sans qu’elle ne puisse le voir. Et même depuis sa position et distance, il pouvait sentir cette aura qui émanait d’elle. Mais cela n’était pas la raison de son trouble, ce dernier était plus subtil.

Il n’aurait su mettre des mots sur ce qui se dégageait de cette Jeune Femme. Le Saut qu’elle effectua pour échapper aux Gardes était à l’image de sa personne. Elle s’éleva dans la Pénombre comme une goutte d’eau qui remontait sa chute. Et dans le Silence, elle s’éloigna de l’Amphithéâtre.

Cependant, quelque chose déstabilisait sa démarche. Elle avait l’aisance de celui qui se trouve dans son Berceau, mais ce sentiment semblait incomplet. Une impression qui échappait à l’Affranchi des Sables Rouges. Une impression qu’il ne saurait déterminer. La manière qu’elle avait de marcher dans le sens opposé du Colisée marquait une divergence plus profonde.

Était-ce étonnant, tant l’Antre de la Perversité était le Symbole de la Perdition du Pays du Vent ?

Ces sentiments troubles se cristallisèrent lorsqu’elle leva les yeux en la direction du Prince des Dunes, comme si elle avait senti que depuis son Trône Divine il tentait de l’apercevoir.

À nouveau, le corps d’Ôji ne fit qu’un avec le sable. L’Enveloppe du Berceau effective, son âme fondit en flèche depuis les Cieux vers la Terre. Longeant les traces de pas encore visibles laissées par la Princesse du Crépuscule, il se matérialisa là où se trouvait la Fin de son Chemin.

- Dame, votre Coeur semble crier quelque chose dont je ne parviens pas à discerner les notes.

L’Asaara se tenait droit, avec la fierté de celui qui maîtrisait le sable qu’il foulait. Une absence de doute à toute épreuve.

- Mon nom est Asaara Ôji, et demain sera le début de la fin pour ce Temple de la Honte.

Le bout de son index pointa le Colisée, qui trônait dans la Pénombre et semblait plus sombre que les Ténèbres eux-mêmes.

- Demain, la réussite de mon entreprise symbolisera le Renouveau à venir de Kaze, qui se libérera de ses Chaînes de l’ÉgoÏsme.

Il put, pour la première fois, mettre des mots sur la force énigmatique qu’elle dégageait, qui l’hypnotisait.

- Qui que vous soyez, que la Flamme qui vous abrite continue de vous guider sur votre Chemin de la Vie. Et que cette Flamme brille de Mille et Un Feux et continue d’illuminer les Foyers qui l’entourent.

Comme à son accoutumée, les mots lui vinrent plus vite qu’il ne les pensèrent.

Mais qu’importe.

Son corps, de nouveau, se maria aux Sables et laissa derrière lui l’écho de ses Dernières Paroles. Le Silencieux, dont les Paroles étaient d’habitudes plus rares, avait suivi l’élan de son coeur et s’était permis de si nombreuses paroles.

Mais dans tout cela, il ne s’était même pas enquis de l’identité de celle qui ressemblait à un Papillon de Nuit.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8902-le-desert-des-murmures https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze https://www.ascentofshinobi.com/t9803-asaara-oji-red-sands#83142 https://www.ascentofshinobi.com/u1207
Yasei Reikan
Yasei Reikan

L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] Empty
Dim 8 Nov 2020 - 19:55
Yasei Reikan avait grandi dans les bras du Désert, au point d'en connaître la cruauté et de ne pas se risquer à follement la provoquer sous tout prétexte. Rasé par les tempêtes, meurtri par le soleil, le Pays du Vent se voulait tortionnaire pour bien des Hommes, des Bêtes et même des Dieux. Et si d'aucuns avaient été incapables de prendre leur courage en mains pour s'en détourner et rejoindre les sentiers du Yuukan, la métamorphe du Tigre blanc avait eu la force de se tenir éloignée de ces dangereuses racines asséchées dans lesquelles cette mort se donnait plus en spectacle que la vie entre les vallons de sable. La Yasei aux éphélides sauvages avait beau tenir en respect ses terres natales, leur vouer un amour particulièrement relié aux traditions des siens, elle restait indéfiniment méfiante à l'égard de ce et ceux qu'une telle mer de grains abritait. Et pour cause, lorsqu'elle foulait ces terres de sang et de haine pour la majorité, la bellissime guerrière ne voulait jamais s'autoriser le moindre repos, la moindre erreur ; constamment aux aguets, cela servait à son œil prédateur de recueillir même le plus petit des détails utile à l'avenir du clan Yasei, sa prospérité mais aussi celle de son tout premier berceau.

Sur les pas d'un retour, la Tigresse blanche prit le temps de rendre mûre sa réflexion, ses ambitions pour l'inévitable combat qui l'attendait et qui allait juger du sort des changeformes. Était-elle prête à abandonner le Vent et à entraîner frères et sœurs dans son sillage, pour assurer la continuité et la descendance pour leur sang bestial? Pouvait-elle se détourner entièrement et sans regrets de ces ergs, qui avaient entendu son premier souffle et senti ses premiers pas? La meneuse du clan Yasei en devenir s'attelait à peser le pour et le contre, mais cela fut de courte durée ; car déjà, des bruits granuleux vinrent mettre en alerte son ouïe aiguisée. Aussitôt, l'Héroïne de l'Eau s'arrêta sur place et se retourna à contre-lune, laissant légèrement virevolter sa capuche de nuit et dévoiler une partie de ses parures exotiques, elles qui encadraient parfaitement ses miroitantes perles myosotis. Ces dernières se blottirent sur la silhouette dressée sur ses traces dans le sable, qui avait pris la parole et pointé du doigt le Colisée.

Cette haine, qui bordait les propos de l'ombre de sable parmi les ténèbres, vint empoigner le cœur de Yasei Reikan sans cependant risquer de lui faire du mal ; car contrairement à d'autres rancœurs, celle-ci voulait finir par baigner dans la lumière en mettant à mal les habitudes esclavagistes de ce pays. Tout comme la féline se servait de ses douleurs pour espérer changer cette réalité, celui qui s'était présenté à elle entendait se servir d'une animosité peut-être similaire afin d'arriver au même juste résultat. Et la Fille du Lion n'était pas insensible à cette volonté de libération, puisqu'elle avait détruit les chaînes de bon nombre d'individus, Hommes comme Bêtes, sur sa route. Plus encore, la métamorphe était à la veille de devenir l'affranchissement en personne de centaines de personnes à l'égard de leur tyran.

Face aux dernières bonnes paroles de cet inconnu, la Fille du Tigre blanc chercha à l'empêcher de partir d'un élan de la dextre vers l'avant ; mais cela avait été fait en vain. Asaara... Ôji. Les traits de la prédatrice, d'habitude de marbre, s'apaisèrent à l'ultime vue de la bâtisse aux combats, vouée à tomber sous le joug de la terreur de ces grains. Et entre ses lèvres charnues finirent par naître des mots, retour naturel des paroles tenues par cet enfant du Sable.

« Pourvu que cette flamme finisse par s'étendre sur ce monde sans manquer le Pays du Vent, dans ce cas. »

Fin du RP.

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan#41980 https://www.ascentofshinobi.com/t11624-kiri-equipe-07-kintsukuroi#101073 https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-dossier-shinobi
Contenu sponsorisé

L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan] Empty
Revenir en haut Aller en bas

L'Amphithéâtre des Martyrs [Yasei Reikan]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Colisée
Sauter vers: