Soutenez le forum !
1234
Partagez

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun

Sad
Sad

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Lun 4 Mai 2020 - 0:23
Dans une montagne enneigée de Tsuchi — @Kobane Harumi / @Nizawara Eishun

Rappel Mission et Objectifs:
 


Croc Hivernal
Mission de Rang B


Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Manj
Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun 3f41

Nouvelle mission et nouveaux coéquipiers pour celle-ci, avec une fois de plus, aucune information à proprement dite sur ceux-ci hormis leurs noms. De quoi agacer le samouraï par avance. Ils allaient encore devoir se taper les présentations d'usage et refaire les topos de leur capacité et de leurs compétences. À ce rythme Sad se sentait de plus en plus l'envie d'envoyer une note véhémente au Yamagenzo. Il espérait d'avance que les soldats mandatés auraient des capacités au moins en rapport avec les tenants et les aboutissants de la mission. Un soigneur était par exemple indispensable, car ses quelques rudiments dans le domaine de la guérison n'allaient certes pas suffire en cas de graves blessures.

Heureusement pour rattraper la chose, la mission en question intéressait cette fois beaucoup le samouraï. Que ce soit pour le terrain à visiter qu'elle promettait, car les montagnes durant les hivers, zone dangereuse, rugueuse et difficile lui plaisaient, ou que cela concernait les loups, animaux qu'il respectait et qu'il avait déjà mainte fois côtoyé dans le passé. Habitués à fréquenter ce que les nobles appelaient le bas peuple, il avait le sentiment qu'il serait cette fois-ci beaucoup plus dans son élément. D'autant que d'après ce que disait le feuillet de mission, il s'agissait en plus d'un domaine dans lequel il avait de modestes connaissances.

Une fois de plus et comme sa coutume l'y motivait toujours, armuré et l'espadon au dos, il se rendit sur la route qui mènerait vers la montagne et le hameau qu'il devait rejoindre avec ses compagnons du moment. Sans doute pas plus qu'un très modeste village d'éleveurs où tout le monde se connaissait et très éloignés des intrigues politiques, des conflits sanglants de la cité d'Iwa. Il fallait s'attendre à des gens rustiques au regard plus pragmatique sur la vie et ses conséquences.

En attendant de devoir gravir la montagne, en tout cas, Sad ferait comme d'habitude, il se présenterait et se mettrait sous les ordres du plus haut gradé de l'équipe. Passer un col de montagne n'était pas toujours de tout repos, mais heureusement le bâtard avait son endurance pour lui. Il était pour l'heure bien plus intrigué par les étrangetés de cette mission. Par exemple qu'il existe là où ils devaient se rendre une meute d'une douzaine d'individus. Si cela était tout à fait possible, il était extrêmement rare que les loups se rassemblent en si grand nombre, de même que la très large majorité des attaques de troupeaux étaient bien plus du fait des chiens sauvages que de loups. Bref, en tout cas, c'était sur la route enneigé, très tôt le matin, à l'aube, que le samouraï attendait maintenant ses compagnons pour se mettre en route.

_________________

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun L15d
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9147-sad-le-batard#77164 https://www.ascentofshinobi.com/t8397-iwa-equipe-cataclysme-toph-rika-takeru https://www.ascentofshinobi.com/t9166-dossier-de-sad#77294
Kobane Harumi
Kobane Harumi

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Mar 5 Mai 2020 - 13:55
Voilà qu’une des rares missions que le conseil voulait bien lui confier arriva dans son escarcelle. Cela lui changerait de rester à l’hôpital tous les jours. Ce n’était pas qu’elle n’appréciait pas évidemment, mais cela provoquerait un peu de changement salutaire. Cela faisait longtemps au final qu’elle ne s’était pas attaquée à une mission. D’habitude, elle se contentait de soigner des gens à droite à gauche. La femme médecin avait l’impression de débuter sa véritable vie de ninja seulement maintenant, enfin, c’était surtout un renouveau finalement.

La brunette s’était levée tôt, car le rendez-vous l’était, et c’était également son genre. Pour une fois, la jeune femme se couvrit un petit peu plus que d’habitude, mais toujours avec une tenue assez lâche qui permettait des mouvements de corps à corps aisés. Ils allaient se rendre dans les montagnes en hivers, il fallait prévoir au cas où des problèmes. Son matériel médical dans des parchemins à l’aide de fuinjutsu, elle avait pris des rations pour trois personnes pour quelques jours, juste au cas où. Le transport était aisé lorsque l’on maitrisait à son niveau l’art de l’écriture runique. Des cigarettes pour quelques jours, il ne fallait pas non plus oublier son addiction la plus détestable, elle était prête pour le voyage.

Ce fut alors avec des vêtements chauds, pratique, qu’Harumi arriva alors au lieu de rendez-vous, et il se trouvait ce qu’elle identifia rapidement comme un samouraï ou alors un combattant spécialiste du corps à corps, qui attendait. La femme d’expériences s’approcha alors avec un léger sourire à son encontre. Apparemment assez détendue, elle hocha la tête doucement.

Kobane Harumi • « Bonjour, tu es Sad c’est cela ? Enchantée, je m’appelle Kobane Harumi, je suis médecin ninja. J’ai déjà pas mal d’expériences, mais je ne fais pas partie de l’armée du pays de la Roche. Je suis une mercenaire directement au service du conseil du village caché d’Iwa. Je propose que l’on attende le dernier et de se mettre en route. Le temps du voyage, on aura largement le temps de se connaitre un peu mieux. »

Son éternel chapeau de bambous dans le dos pour le moment, un objet de paysan ou d’homme du peuple, elle sortit une cigarette le temps de l’attente. Elle l’alluma et cracha la fumée toxique vers le haut en évitant de ne trop polluer le samouraï. Harumi posait déjà les bases de ce qu’elle était avant de sentir si jamais elle dirigerait la mission ou non. Quoi qu’il en soit, elle ne laisserait pas le choix pour le côté médical bien évidemment. Si jamais elle n’avait pas de grade à proprement parlé, elle ne portait même pas le symbole du village d’ailleurs, elle avait toute autorité sur qui que ce soit pour ce qui était de la santé.

Kobane Harumi • « Cela fait longtemps que tu es dans le village Sad ? Je peux te tutoyer j’imagine ? Je suis ici depuis peu de temps, habituellement, je suis une médecin itinérante. Mes pas m’ont amené jusqu’ici après avoir voyager par nombre de pays. Je suis du genre à ne jamais tenir en place, hehehe. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 https://www.ascentofshinobi.com/u1034
Nizawara Eishun
Nizawara Eishun

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Mar 5 Mai 2020 - 18:38


Gris était son teint, noire était son âme. Son bras était parcouru de scarifications qu’il s’était faites la veille à la faveur de quelques instants rouges d’automutilation ; assoiffé de douleur qu’il était, il s’était laissé griser par la course hasardeuse de ses scalpels en tentant de retracer par amusement les chemins empruntés par ses veines. Puis, avant de s’auto-régénérer, il avait dessiné de grandes fresques de sang sur le mur déjà épouvantable d’horreurs innommables de sa chambre : des corps dessinés réduits à l’état de supports scientifiques, avec toutes sortes d’impertinentes caricatures. Le jour de son départ toutefois, il s’était affairé à adopter une attitude plus soignée, et n’ingurgita après son petit déjeuner et sa toilette qu’une once des substances addictives qu’il prenait habituellement, de sorte à ne s’immiscer qu’à peine dans l’état de béatitude qui le caractérisait. Puis il s’en était allé, plusieurs couches de vêtements chauds sous sa blouse (mais pas trop, au risque de suer trop abondamment), tout son attirail dans les multiples poches cousues de son uniforme d’eisenin, et quelques vivres et changes dans son sac. Tandis qu’il marchait en direction du point attendu, il observa la cité d’Iwagakure qui semblait dormir sous le froid du jour, tel un monstre de roche paisible. Quant à lui, des tics nerveux, pluriels et incontrôlables, faisaient de lui une sorte de créature horrifique dont la tête paraissait être désarticulée et chancelante, se secouant dans tous les sens par sursauts et penchant d’un côté ou de l’autre parfois, tremblant souvent et sujette à des crispations soudaines, semblable à une sphère se déstructurant d’elle-même par un étrange processus de dégénérescence. Et dégénéré, il l’était indiscutablement. Le filet de bave qui coulait à la commissure droite de sa lèvre en mouillant son masque n’aidait pas, outre mesure, à lui donner un air plus rassurant. Il se dégageait d’ailleurs de cette bouche secrètement infâme et édentée, même à travers le tissu, une haleine putride et repoussante, comme si quelque chose avait pourri à l’intérieur de sa gueule. Sa langue noirâtre n’était sans doute que le reflet d’un cruel manque d’hygiène. Loin des archétypes imberbes et juvéniles de la plupart de ceux de son espèce, Eishun se démarquait par son odiosité et sa haine du genre humain.

Encore une fois cependant, il lui incombait de s’employer à tout mettre en œuvre pour tenter d’apaiser les malédictions qui s’acharnaient sur quelques sujets de cette misérable race.

Ses pas l’entraînèrent presque mollement vers la destination fixée par la missive. Il s’en trouvait presque harmonieux avec la paix ambiante dont la cité d’Iwagakure traçait les contours, alors que la lumière continuait de s’étirer en chassant les ombres de la nuit. Le bruit de sa foulée semblait presque spongieux, souple tel la patte secrète d’un félidé. La hâte n’était pas préconisée dans le monde scientifique. A ce titre, il préférait offrir à ses méninges quelques délais de bon aloi afin d’avoir les idées plus claires ; jugeant que les hormones du stress pouvaient, à défaut d’être stimulantes, paralyser ses moyens de réflexion. En suivant son itinéraire, il songea un instant au parcours que pouvait avoir un message électrique dans le circuit vaste terriblement complexe des nerfs rachidiens. Il s’imagina la course folle d’un stimulus électrique, écho de la neuro-réception d’une pointe sensitive montant vers l’organe majeur de la réflexion, affrontant les limbes de la moëlle épinière, transformé, défiguré par l’automatisation synaptique des circuits de réflexe, pour s’en retourner de là où il était venu et induire, esclave d’une automatisation du mouvement, une réponse motrice ; tout cela en une fraction de seconde, sans même déranger la conscience de son hôte organique. Un paysage intérieur, vivant et dynamique, dont seul un zélote des sciences du corps humain pouvait être admiratif. Mais de cette extraordinaire introspection il fut bientôt délesté ; en face de lui, se détachant de l’horizon de pierre, deux silhouettes l’attendaient.

Quand il arriva enfin à portée audible de Sad et Harumi, il se présenta et attendit de ses compagnons qu’ils en fassent de même. Nizawara Eishun, enchanté. Les deux olibrius avaient déjà engagé la conversation, prompts à une étroite collaboration, mais après qu’il eut révélé son identité, le second eisenin ne tarda pas à faire l’étal de sa personnalité dantesque.

« Pour ce qui est de soigner les primates, vous pourrez aussi compter sur moi. Mais alors, qui tuera les cabots ? »

Il jeta ses yeux noirs sur Sad, dont l’espadon massif pendait lugubrement dans le dos. Derrière son masque, il attendit que l’homme se prononçasse. Puis il suivit le mouvement, tandis que le groupe se mit en marche.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8205-nizawara-eishun-termine https://www.ascentofshinobi.com/u967
Sad
Sad

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Mer 6 Mai 2020 - 1:24
Rappel Mission et Objectifs:
 


Croc Hivernal
Mission de Rang B


Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Manj
Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun 3f41

Prestement, car l'attente ne fut pas bien longue, approchait une femme d'un âge sensiblement identique à celui de Sad. Cette première coéquipière aux manières abruptes saupoudrées de jovialités le reconnu rapidement en le signalant de son nom, tandis qu'elle se présentait elle-même en prenant soin d'ajouter son statut et ses capacités à son patronyme. C'était la première nouvelle de cette matinée et elle fut bonne. Médecin mercenaire au service de la Roche, elle précisait donc n'avoir pas le même statut que le bâtard qui tout en se trouvant heureux d'apprendre qu'une Eisenin se trouvait parmi eux, se trouva ennuyé de ne pas savoir si le commandement lui revenait ou non.

Assit dans la neige durant ce court moment d'entremise, il en appréciait cependant la façon de faire de la donzelle dont il reconnaissait les absents manquements de la jeunesse. Ceux-là qu'ils rencontraient un peu trop souvent depuis qu'il était devenu Iwajin. Cette cité militaire avait en effet la coutume de ce qu'il vit, d'envoyer bien souvent des adolescents, voire des enfants au combat. Autres pays, autres mœurs, autres coutumes. Cela ne l'empêchait pas de trouver agréable de tomber pour cette fois sur quelqu'un de plus mûre. Sachant qu'en ce qui concernait le soin, elle aurait le dernier mot en toutes circonstances car c'était ce qu'il y avait de plus logique, lorsqu'il lui revenait de répondre à ses questions, le samouraï envisagea d'abord puis décida finalement de prendre les commandes si le coéquipier suivant ne se trouva pas d'un grade plus élevé. Une manie de soldat qu'il avait et importante pour lui, car il savait qu'une hiérarchie claire sur un champ de bataille sauvait la vie à beaucoup d'hommes, sans compter les nombreux autres bénéfices qu'il y avait toujours à observer cette discipline.


« Me tutoyer ? Mais bien sûr. D'ailleurs, tu en as une pour moi ? Commençait alors à lui répondre le bâtard en faisant allusion à la cigarette. Je suis Iwajin depuis peu en réalité. On m'a bombardé Chûnin à cause de mes antécédents. Enfin depuis peu... C'est relatif. Ils ont eu la bonne idée de nous donner un bon médecin pour cette mission au Yamagenzo c'est déjà ça de prit. Du coup pour le soin c'est toi la patronne. Moi je suis un chasseur de nécromancien et samouraï de campagne, campagne au sens martial du terme. Si la personne que nous attendons n'est pas plus gradé, je crois que je vais prendre les commandes de cette mission, mais ne t'inquiète pas, je ne suis pas un capo, ça veut seulement dire que si ça foire, c'est sur moi qu'on gueulera. »



Dès lors debout, ne tardait plus à arriver le dernier compagnon assigné à la mission. Un fort curieux personnage de nature repoussante pour le tout-venant. Prétendument Eisenin lui aussi, il donnait plutôt l'impression à Sad d'être un nécromancien et cela était un défaut de prime abord à ses yeux. Non qu'il le craignît ou le déconsidérait, mais plutôt la résultante d'un lourd passif et d'une déformation professionnelle. Toujours fut-il qu'un médecin de plus, même Génin, était plus que Bienvenue. Quant à l'apparence ou ses manières, peu l'importaient du moment qu'elles n'interféraient pas avec la mission. Plutôt détendu jusque-là quand il le saluait et refaisait les topos des présentations de chacun, lui et Harumi, avec noms, grades, capacités et tout le toutim, lorsque le Genin prénommé Eishun eut le malheur de traiter les éleveurs de primate, puis de parler du massacre de cabot, l'ambiance virait au sombre.

Force tranquille et sage, il conservait son calme, mais cela dénotait avec un verbe clair et incisif à souhait. Pas le ton et timbre d'une menace quoi que la voix grave de la grande personne qu'il état ne pouvait se dissimuler, ce fut simplement un fait qu'il annonça, pas une menace, un fait :


« Les primates sont ceux qui contribuent à nous nourrir. Tu es sous le symbole de la Roche, lorsque tu la représentes, je te conseille, au moins pour cette mission et en ma présence, de mâcher tes mots avant de les régurgiter. Quant aux loups, tues un seul d'entre eux alors que nous n'y sommes absolument pas obligés, et je t'empale au sommet d'une colline. »



Il n'y avait rien de personnel à cette mise en garde. Les loups étaient une partie importante du passé de Sad et il les considérait conséquemment avec un grand respect. Des raisons qui lui étaient propres et qu'il ne comptait pas évoquer avec ses compagnons. Aussi calmement qu'il s'était adressé à Eishun, il déclarait ensuite « allons y, la route est longue jusqu'au hameau » et se mit simplement en marche en direction de la montagne, le lieu indiqué sur le feuillet de mission. Quelques jours durant, tous devraient ainsi traverser et grimper parfois à travers des vents enneigés, car la météo n'allait pas être clémente d'après les renseignements qu'il avait glanés.

_________________

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun L15d
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9147-sad-le-batard#77164 https://www.ascentofshinobi.com/t8397-iwa-equipe-cataclysme-toph-rika-takeru https://www.ascentofshinobi.com/t9166-dossier-de-sad#77294
Kobane Harumi
Kobane Harumi

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Jeu 7 Mai 2020 - 19:03
La première chose que fit la femme médecin fut d’examinée avec soin le nouvel individu. Il ne semble pas être au mieux de sa forme. Ses manières étaient étranges, il y avait comme quelque chose de casser en lui, mais la brunette ne se doutait pas à quel point. Elle ne pouvait supposer que des problèmes médicaux, et elle était un petit peu ennuyée.

Kobane Harumi • « Eishun, Es-tu certain d’être en état de courir pendant des jours dans la neige et en montagne, de soigner et d’enquêter avec sans doute du combat avec peu de repos et un rythme élevé ? Si ce n’est pas le cas, que tu as un souci quelque part, peu importe lequel, il vaut mieux le dire qu’être un poids par la suite. Cependant, si tu me dis que tout est ok et que cela va bien se passer, on peut y aller. »

Demanda avec calme la femme d’expériences à ce jeune homme, dont elle ne savait pas trop quoi penser. Elle partait du principe que cette personne assumerait son choix. Elle n’était pas sa mère, ni son supérieur, mais si elle le jugeait inapte, elle avait tout de même le pouvoir de le suspendre pour raisons médicales. Elle dépeignait des conditions plus difficiles qu’elle ne pensait rencontrer, mais c’était pour saisir à quel point il était atteint ou non.

Kobane Harumi • « Pour le moment, je pense que pour ce qu’il en est de soigner les habitants de ce village, je vais m’en occuper, et tu pourras m’assister. Cependant, je ne pense pas que se séparer est une bonne idée sans connaitre la situation. Il vaut mieux rester ensemble et nous aviserons de la meilleure réaction. Si la difficulté de la mission est juste, je pourrais m’en sortir seule en cas de besoin, mais méfiance, souvent ce genre de structures qui demande de l’aide peuvent mentir pour payer moins cher. Il faudra de toute manière régler le problème de la bonne façon. »

Harumi était du genre à rester calme, à être seule ou accompagnée d’ailleurs, mais de choisir plus ou moins collégialement la direction du groupe selon les compétences. Lorsqu’il y avait des gradés ou non, leur laisser le choix de l’action était souvent une bonne idée, surtout quand c’étaient eux qui payaient. Cependant, elle n’allait pas aller contre ses principes pour autant. Elle avait été également soldat dans une armée, dans une autre vie, la Kobane savait bien comment cela devait fonctionner, ce qu’il était possible de faire. Un peu surprise au sujet du tabac, mais pour une fois quelqu’un de suffisamment âgé pour être responsable à ce niveau-là, alors elle tendit son paquet de petits bâtons de mort en sortant la plus proche de l’ouverture du paquet à l’aide d’un doigt.

Kobane Harumi • « Je t’en prie, sers-toi. »

Lança alors avec un petit sourire la tatouée, elle n’était pas du genre à pousser à la consommation. Elle connaissait bien les effets sur le corps, mais que voulez-vous, elle n’avait pas eu envie d’affronter cette addiction jusqu’à maintenant. Elle hocha la tête doucement.

Kobane Harumi • « Devenu Chunin dès l’arrivée ? C’est pas mal oui, moi … c’est en discussion, enfin …. C’est compliqué. On m’a proposé de rester, mais je dois envisager toutes les conséquences et bénéfices. »

Dit alors en restant vague la médecin itinérante en tirant sur sa clope.

Kobane Harumi • « J’ai soigné sur les champs de batailles, dans les plus grands hôpitaux du continent que ce soit à Kiri, Kumo, Iwa, et d’autres pays encore. Cela fait un moment, et je pense que je peux m’en sortir pour la plupart des blessures. J’ai également un moyen de transport qui nous fera gagner du temps, j’espère juste qu’il ne fera pas trop froid pour lui. »

Légèrement surprise, Harumi leva un sourcil en l’entendant.

Kobane Harumi • « Un chasseur de nécromancien hein ? C’est … original, quant aux samouraïs, il y en a toujours eu dans le pays de la Roche, mais je n’ai jamais eu l’occasion de voyager à Tetsu no Kuni. Je crois qu’ils n’apprécient pas des personnes comme moi, alors j’évite d’aller où on ne veut pas de moi quand cela n’est pas nécessaire. Tâchons pour que tout se passe bien, et je prendrais ma part, peu importe ce qu’il se passera. »

Harumi tourna son regard entre Sad et le jeune médecin, cela commençait bien. Une remise en question visiblement était nécessaire ou au moins apprendre à faire semblant lorsque l’on n’appréciait pas les autres. Peu encline à entrer dans le débat entre eux deux, elle laissait cela de côté et s’éloigna de quelques mètres. La femme d’expériences n’était pas dans le genre du massacre gratuit, et ce peu importait d’ailleurs leur nature.

Kobane Harumi • « Je crois qu’il vaut mieux que je n’appelle mon grand ami à plume, uniquement qu’en cas de besoin. Il ne va pas faire très beau, alors restons à courte portée. Si jamais un déplacement rapide est nécessaire ou envoyer un message, demandez-moi. »

Inutile de préciser évidemment que la brunette parlait d’une invocation. Elle ne savait pas trop où allait mener leurs pas, ni comment son chakra allait devoir être utiliser. Il valait mieux être prudent dans un premier temps. Plaçant sur sa tête son chapeau de bambous, elle commença à s’élancer sur le chemin. Les discussions allaient sans doute se poursuivre, mais bien rapidement de la neige commença à tomber, et plus ils montaient, plus cela devenait difficile.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 https://www.ascentofshinobi.com/u1034
Nizawara Eishun
Nizawara Eishun

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Sam 9 Mai 2020 - 14:07


La rencontre avait eu une introduction des plus conventionnelles, fruit de l’éducation (ou du conformisme, tout était une question de point de vue) sociale de chacun. Mais derrière les apparats d’une politesse mesurée se dessinèrent rapidement les visages infâmes de ce qu’ils étaient réellement dans le fond de leur âme. Eishun, le moins gradé du lot d’un certain point de vue, devint aussitôt la cible des menaces de l’un, et des inquiétudes de l’autres. Derrière son masque, sa langue glissa dans l’entaille de sa joue avant que sa bouche ne se plie dans une grimace évidente de mécontentement ; encore et toujours la même rengaine, la même incompréhension de ce qu’il était. Toujours ce refus catégorique de le voir comme une éminence scientifique au-dessus de tout le reste ; et dans ce reste, il y avait évidemment les autres. Les homo sapiens.

Les considérations à son égard s’étaient accumulées d’un coup, aussi sûr que la présence et l’attitude d’Eishun avaient une nature… dérangeante. En dehors du simple fait qu’il semblait peu talentueux en ce qui concernait toutes les dimensions du contact humain et social, il paraissait littéralement avoir quelques tics de névrosé perceptibles par ses étranges sursauts. Lorsque, après les promesses d’un empalement apothéotique à la pointe d’une colline (qui, dans le fond, ne ferait que le rapprocher des cieux), Harumi tenta de s’enquérir de sa santé, il ne fit que rouler des yeux. Il la regarda puis fit craquer chacune de ses articulations phalangiennes : de la partie proximale de ses métacarpes jusqu’à la partie distale. Il parvint, fruit de ce geste répété, à produire plus de vingt craquements consécutifs, tel un enfant prostré par l’anxiété, tentant de subjuguer ses démons intérieurs. Puis, les regardant tout deux avec une certaine forme de provocation dans le regard, il décida de conclure, non sans balayer tout ce qu’on avait pu lui dire, par une réponse des plus déplaisantes.

« Vous avez fini, on peut y aller ? »

En d’autres termes, il refusait de s’adapter et de reconnaître ses torts. Tel était le Nizawara : un énergumène à la psychologie écorchée, ne tolérant nulle leçon, nulle autorité sur sa coupe. En parfaite négligence de tout ce qui venait de lui être dit, il regarda ailleurs, ses yeux suspendus à d’autres rêves morbides, refusant de s’attarder sur ces primates. Quel n’était cet acharnement qu’on lui destinait sans cesse ? Pourquoi ces mortels refusaient de se prosterner sagement devant ce nouveau genre, aube d’une nouvelle ère de promesses ? Eishun se représentait comme cela : l’avenir, la science inassouvie, le progrès insatiable. Nul n’était besoin de s’attarder sur le peu de moral dont il disposait, car tout manichéisme dans sa tête avait été balayé par des pulsions dévorantes de mégalomanie mélangées de sadisme. Nécromancien, il ne l’était pas. Mais il pouvait tout à fait le devenir, à partir du moment où la connaissance, son petit trésor, sa quête sacrée, prenait de la hauteur. Ainsi résumait-il cet adage : science sans conscience n’est que ruine de l’âme.

Mais stupide, il ne l’était pas. Bien qu’il ne veuille qu’assouvir ses propres désirs, le psychédélique avait tout de même quelques notions de sa difformité, et pouvait à certains égards faire preuve d’un peu plus de complaisance. Ainsi, alors que Harumi évoquait la voie des airs, une vague de raison l’anima.

« Puis-je suggérer qu’on me laisse œuvrer à ma guise sans qu’on ne me promette la mort ou que l’on me jette en disgrâce, plaît-il ? »

Cette phrase était décousue et n’avait presque aucun sens ; rien de plus normal pour qui voulait pérorer avec le joli verbe. Eishun était de cette espèce-là, et pourtant, tout en ayant conscience de tartiner la confiture, il poursuivit, en figeant ses rétines malades sur Sad qui de fait semblait destiné à prendre la direction de l’équipe.

« D’ailleurs, chef, je ne vois pas pourquoi cette femme devrait avoir plus de droits que moi dans le traitement des... patients. J’ai moi aussi parfaite connaissance de la médecine, et puis tout autant que quiconque dans le rang des eisenins me charger de leurs pansements. Si vous estimez ma présence dispensable toutefois, vous êtes libre de me laisser sur le bord de la route. Oh, et je n’ai jamais parlé de tuer les cabots moi-même ; il est inutile, dès lors, de vouloir me pourfendre. A moins que vous n’ayez des problèmes psychologiques dont vous refusez de nous faire confidence ? »

Un comble que cette question venant d'un esprit aussi détraqué.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8205-nizawara-eishun-termine https://www.ascentofshinobi.com/u967
Sad
Sad

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Dim 10 Mai 2020 - 4:52
Rappel Mission et Objectifs:
 


Croc Hivernal
Mission de Rang B


Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Manj
Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun 3f41

La limite des neiges éternelles se trouvant à 5000 mètres d'altitude, le nouveau trio était encore loin de sa destination et n'aurait pas à souffrir de l’intempérie avant un certain temps. Jours et nuits de voyage jusqu'au village promettaient cependant des difficultés, car leur rencontre donna des tonalités mitigées. L'équipe avait pourtant été soigneusement choisi et les talents de ses membres paraissaient parfaitement correspondre aux besoins de la mission. Se considérant comme le chef d'équipe pour cette fois, le samouraï mit un frein sur lui-même et tout en sifflant la cigarette qu'Harumi lui offrit généreusement, décida de ne pas relever brutalement tout ce que le Genin Eishun ergota avec plus ou moins de véhémence et non sans une certaine maîtrise du mot.

C'était que pendant qu'ils avançaient sur le sentier cotonneux, le second médecin shinobi ne démordit pas de sa rhétorique, avec fallait-il le répéter, plus ou moins de style. Un langage soutenu en toutes circonstances était surtout la marque d'un ego démesuré qu'il convenait de ne pas trop froisser, en tout cas si Sad souhaitait maintenir une certaine cohésion dans l'équipe. Avançant calmement de chacun de ses grands pas, le bâtard ne se retourna pas pour lui répondre. N'offrant ainsi que son dos, lorsqu'il finissait sa cigarette et avalait une énième pilule d'antidouleur, c'était calmement qu'il rétorquait ce qu'il avait de mieux en bagage. Un timbre aussi mesuré que des mots qu'en d'autres circonstances il aurait sans aucun doute beaucoup moins nuancés. Il n'était en effet d'ordinaire pas un homme que l'on pouvait provoquer sans en subir certaines conséquences :

« Agir sans que l'on te mette à mort tu le peux. Mais à ta guise cela t'est interdit, autant à toi qu'à nous. Nous sommes trois pour cette mission, et indivisible. S'il advenait que ta vie soit en péril, je devrais te protéger au péril de la mienne, Harumi devrait en faire autant. Notre devoir n'est pas seulement de réussir cette mission, mais d'en revenir tous en vie. »



Quelques nouveaux pas suivaient, puis la douleur demeurant trop active, encore, le samouraï avalait une pilule. Sans chercher à tenir rigueur quant à la provocation d'Eishun et contrôlant au plus possible son humeur amenuisée par la douleur, il continua de parler en tentant de mettre un minimum de tendresse dans ce qu'il eut encore à dire. Le Genin avait raison, Sad avait des soucis dont il ne voulait sûrement pas faire l'étalage, mais de le faire remarquer eut-il été réellement profitable à qui que ce fut dans l'instant présent ?

« Connais-tu des shinobis, des samouraïs ou des guerriers, qui ne souffrent d'aucun mal intérieur toi ? Notre devoir, à nous ceux qui combattent, c'est d'endurer. Endurer toujours plus jusqu'à ce que nous ne le puissions plus. Équité, qualité, unité, intégrité. Tel est mon credo. Se plaindre à vous de ce que j'ai vécu n'aurait pas plus de sens pour vous que pour moi. Tu souffres aussi, peut-être plus que moi ou Harumi qu'en sais-je, mais je ne te jugerai pas pour ça, ni ne t'abandonnerai sur le bord de la route. Pour l'heure son grade est plus élevé que le tien dans son domaine. Quand bien même tu serais plus talentueux, même un sensei a à apprendre de son élève. Si tu ne sais pas cela, tu n'es pas aussi savant que tu le crois. Pas encore. Tant qu'on y est, ne m'appelle pas chef s'il te plait. Sad, ou le bâtard, c'est comme ça qu'on m'appelait avant Iwa. »



Jusque-là, le samouraï ne releva pas la proposition d'Harumi concernant sa créature volante, mais après les premières heures de marche, l'horizon se glaçait dans une nuit tombante et cela ne présageait rien de bon. Ignorant si ses deux compagnons savaient survivre en terrain montagneux par grand froid d'hiver, c'est alors que se tournant sur la shinobi, il saisissait cette fois son antérieure proposition :

« On ne peut pas voler sur un oiseau en haute montagne. En altitude les orages frappent sans prévenir, il est très difficile de les prévoir et les vents glacés sont encore plus violents là-haut qu'au sol. En revanche, si tes compagnons peuvent s'envoler pour nous servir de reconnaissance cela nous serait utile. Ils pourraient nous prévenir d'une tempête à venir ou d'une intrusion prochaine d'animaux sauvages. Nous allons devoir camper pour la nuit. Sans feu ou abris nous allons mourir de froid, il nous faut une forêt, un bosquet, ou une crevasse. Puis-je compter sur tes compagnons . En attendant de trouver le bon endroit, nous devrons continuer même si la nuit tombe. Je pourrais nous éclairer, mais nous ne devrons pas nous endormir dans la neige, ce serait la mort assurée. »


_________________

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun L15d
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9147-sad-le-batard#77164 https://www.ascentofshinobi.com/t8397-iwa-equipe-cataclysme-toph-rika-takeru https://www.ascentofshinobi.com/t9166-dossier-de-sad#77294
Kobane Harumi
Kobane Harumi

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Ven 15 Mai 2020 - 17:49
Peu véritablement intimidée par l'attitude d'Eishun, Harumi l'observait avec attention. Elle était une femme ouverte d'esprit, c'était évident, et à voir la réaction du masqué sans doute qu'il estimait être en parfait état pour poursuivre cette mission. C'était un adulte et un ninja, il devait savoir ce genre de choses. Alors elle allait lui faire confiance sur ce côté-là et prendre le risque. Croisant les bras avec un léger sourire, la femme d'expériences lui répondit sur un ton léger et amusé.



Kobane Harumi • « Finit loin de là, la mission ne fait que commencer mon cher. D'ailleurs, cela fait longtemps que tu es irounin ? »



Demanda plus pour discuter la brunette à son imminent confrère. Il aurait tant à apprendre auprès de la médecin itinérante, c'était bien dommage, mais elle n'allait pas lui courir après non plus. Ce n'était pas son élève, et sans doute ne l’accepterait-elle pas et lui non plus. À le voir regarder ailleurs ainsi, on aurait dit qu'il boudait tel un enfant, c'était trop mignon. Cela lui arracha un sourire davantage prononcé.



Kobane Harumi • « Nous sommes une équipe, on doit travailler ensemble que l'on s'apprécie ou non, alors on ne peut pas te laisser agir comme tu l'entendrais. On ne sait pas ce qui nous attend dans ces montagnes, il faut être prudent et rester sur ses gardes. »



Ne se laissant aucunement dérangée par la manière de parler d'Eishun de sa propre personne, Harumi sourit légèrement. Il ne désirait qu'appuyer sa position en rabaissant la sienne. Elle observa la réaction du samouraï, non décidée de lui couper l'herbe sous le pied et elle ne fut pas déçue d'une certaine manière.



Kobane Harumi • « Tu peux m'appeler Harumi tu sais, je ne doute pas de ta capacité à reconnaître le genre chez la race humaine. Sinon pour ta gouverne, je prends la tête du côté médical tout simplement car j'ai plus d'expériences. J'exerce depuis des années un peu partout sur le continent et il n'y a pas d'hôpitaux qui me soient inconnus. J'ai également traité nombres blessés de guerres. D'ailleurs, si vous le voulez bien, je vais apposer sur vous un sceau de fuinjutsu qui me permettra de vous soigner à distance et tous en même temps en cas de danger extrême. Cela nous sera fort utile. »







Harumi n’allait forcée personne à supporter le sceau de fuinjutsu sur sa peau. Si quelqu’un allait refuser catégoriquement par principe ou par méfiance tant pis pour lui. Elle ne pourrait pas le soigner à distance et la personne assumerait ! Ce n’était pas vraiment pour prouver qu’elle était douée, plutôt une habitude dès qu’elle n’était pas seule que la mission promette ou non des affrontements. La brunette ne releva pas les petites phrases mesquines du jeune médecin masqué, cela ressemblait davantage à une réaction enfantine ou non mature qu’autre chose. Si jamais elle aurait fait une excellente mère, durant une mission et par un professionnel de ce genre, elle n’avait pas de patience ou l’envie d’éduquer.



Harumi était assez rassurée et confiante alors qu’elle avait entendu les propos de Sad quant à la manière de voir l’esprit d’équipe. Ils avaient pour ainsi dire la même. Peut-être était-ce dû qu’elle avait beaucoup voyagé, qu’elle avait côtoyé nombre de genre de personnes différentes, de pays différents et diverses cultures. La femme d’expériences estimait pouvoir se mêler à plus ou moins tous les milieux ou types de personnes tant qu’elle en avait envie.



Kobane Harumi • « De plus, même si je ne porte pas le symbole d’Iwa, car je ne fais pas partie de l’armée de la Roche, nous en sommes les représentants. Chaque agissement envers qui que ce soit démontre comment agit les forces du Daimyo. Il est donc nécessaire d’agir comme il convient de le faire, même si cela ne nous plait guère. »



Se permit alors la femme médecin, finalement, en essayant de rappeler quelque chose ou de l’enseigner. Elle jouait également sa réputation, car en fin de compte, il n’y avait que cela d’important lorsque l’on était mercenaire. Elle suivait tranquillement sans grande difficulté, elle était habituée à voyager. Elle était prête et avait toute sorte de matériels pour d’ailleurs. Elle regarda le samouraï prendre un produit, mais elle ne dit rien et se contenta de lancer un regard appuyé dessus, croisant les yeux du batard. Si jamais il comptait en parler, c’était le moment, mais Harumi ne désirait pas le mettre dans l’embarras évidemment. Surtout à parler de quelque chose de sûrement personnel si ouvertement entre la poire et le fromage.



Chaque combattant, peu importe sa nature d’ailleurs, avait son lot de souffrance et ce peu importait leur type. Elle n’y faisait sûrement pas exception, et elle ne comptait pas en faire étalage non plus. C’était quelque chose qu’elle gardait et réservait pour elle ou des personnes assez intimes ou dignes de confiance. Tous sans exception étaient des meurtriers, des assassins, et c’était même pour cela qu’ils étaient payés. Les titres et les explications pompeuses ne trompaient que ceux qui le désiraient vraiment. La tatouée se contenta de hocher la tête doucement en direction de Sad lorsqu’il expliqua la souffrance de tous. Il était véritablement inutile de poser davantage de questions ou demandes de détails. C’était surtout un regard entendu pour un autre.



La nuit tombait rapidement, et les premières pluies glaçantes commençaient à apparaitre, à moins que ce soit déjà de la neige. Il fallait trouver quelque chose pour se cache ou poursuivre tout de même. Soigner les blessés était une priorité bien entendu, mais leurs bonnes santés et l’arrivée dans de bonnes conditions étaient encore plus importantes. Quel serait l’intérêt d’arriver épuiser et défait ?



Kobane Harumi • « Il risque d’avoir de grands vents, de la neige, ce n’est pas terrible pour un oiseau, c’est certains ! Je pense que pour un petit moment, c’est possible de faire appel à un oiseau messager, il pourrait bien servir de reconnaissance. Quelqu’un maitrise le katon ? Je vais m’occuper de l’abri, je doute que l’on trouve un miracle en pleine montagne. Je maitrise le doton, et je peux créer quelque chose de basic à flanc de montagne. Il faut rassembler du bois, sinon on devra se tenir chaud entre nous. À la guerre comme à la guerre. »



Harumi se mordit un doigt en ayant preléablement retirer ses gants évidemment et elle fit des mudras avant de poser sa main sur le sol. Un petit nuage plus tard, un albatros des plus classique apparût. Ce n'était guère un oiseau adapté à la haute montagne, mais il fera bien l'affaire.







Kobane Harumi • « Est-ce que tu pourrais voir dans les environs si jamais il y a quelque chose de particulier, un danger, des prédateurs ou quoi que ce soit de notable. Si jamais tu trouves un abri, n'hésite pas, mais en attendant ... »



La femme médecin observait d'abord les environs pour trouver le meilleur emplacement. Elle fit attention de ne pas choisir un lieu pour la cabane qui serait un écoulement naturel d'eau, qu'il n'y ait pas de rocher par terre qui pourrait prouver la présence de roches friables. Plus le temps passait, et plus se serait compliqué de trouver le bon endroit. La nuit allait vite tomber, il ne valait mieux pas se faire surprendre. Elle commença alors des suites de mudras afin de procéder à de solides murs, normalement dressés pour résister aux assauts, mais cela ferait bien une petite pièce en formant chaque paroi contre un flanc de montagne. Une seule pièce simple, ce serait suffisant pour une nuit, assez de place pour trois sans être trop grand et perdre de la chaleur. Un espace pour le feu, de quoi dégager la fumée et en guise de porte, il fallait se débrouiller. Le toit était penché, elle avait évidemment penser à la neige.







Kobane Harumi • « Je refermerais quand tout sera bon, alors si vous devez aller au toilette hein ... Dans pas longtemps, il devrait avoir le retour de mon ami à plumes, on aura une idée de ce qui nous entoure. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 https://www.ascentofshinobi.com/u1034
Nizawara Eishun
Nizawara Eishun

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Mer 20 Mai 2020 - 18:57


Sitôt qu’il eu exprimé sa désapprobation sur les conditions que semblaient vouloir fixer ses deux responsables Eishun parvint à obtenir un peu plus de souplesse et décerna presque un petit sentiment de culpabilité qui ne fut toutefois que passager, les deux autres shinobis étant plus enclin à vouloir briller par leur compétence qu’à creuser le lien humain, au risque de rallonger la mission. Cela arrangeait véritablement l’eisenin car il se savait facilement acculé lorsqu’il s’agissait de lui faire un examen de conscience. D’un signe acquiescement et de quelques petites onomatopées gutturales pour montrer son accord, il sut racheter sa cause auprès de ses supérieurs et dès lors ils l’acceptèrent de le garder pour compagnon en barricadant un peu moins ses possibilités. Il s’offrait à ce titre plus de liberté, mais devait au demeurant prouver ses capacités à pouvoir mériter cette dernière. Quel était ce monde où les plus distingués socialement faisaient leur loi sur les originaux dans son genre ? Il n’aimait guère cela. Il s’agissait d’un comportement primaire, bestial, qu’on pouvait notamment retrouver dans…

… une meute de loups.

Pour répondre à Harumi concernant ses capacités en médecine, il se contenta de dire qu’il avait été formé à Iwa et qu’il travaillait dans une clinique depuis quelques années ; il savait que son parcours n’étaient en rien comparable à celle qui les assisterait, mais il prouvait du reste qu’il avait déjà traité quelques patients. Puis Sad reprît la parole pour dresser l’éloge d’une certaine forme de fraternité. Ce que Harumi décida de soutenir.

« Bien. Sad, Harumi. C’est un plaisir de pouvoir travailler ensemble. Il convient comme nous venons de le faire de partir sur une bonne base sociale, car l’humain se caractérise par un comportement très affectif lors de ses interactions, et peut par le biais de ses interactions devenir nuisible à sa propre espèce si par aventure son cortex sécrète trop d’hormones de colère. »

Une réponse complètement décalée, fruit de son esprit distrait et souffrant de nombreuses lacunes en ce qu’il s’agissait d’avoir un comportement mimétique avec ses semblables, véritable frein à sa relative grégarité. Mais sans doute que ses compagnons comprenaient un peu mieux désormais ce protagoniste hors du commun ; à surveiller, sûrement ; à bousculer, parfois ; à découvrir, impérieusement ; aussi ne semblèrent-ils pas lui en tenir en rigueur. Harumi poursuivit en leur proposant d’accueillir un sceau sur leur corps. Eishun était enclin à tout genre d’expérience corporelle, douloureuses ou langoureuses, pour peu que cela puisse appâter sa soif de connaissance. Devant le sceau qui fut tracé sur lui, il écarquilla les yeux.

« Cette idée est tout simplement géniale ! Que diable n’y ai-je pas songé plus tôt ! »

Le voyage se poursuivit. Bientôt, grimpant dans la montagne, leur foulée se mit à ralentir et leur montée se fit en plus en plus musclée. Eishun sentît ses jambes et ses tendons se raidir à force de gravir le mont escarpé, et la froideur accompagnée d’une pluie perçante n’aidèrent guère à arranger le mal. En montagne, l’astre solaire ne tarda pas à être camouflé par les lignes de crète et la clarté commença à décliner lorsque Harumi décida d’utiliser ses techniques pour bâtir un mur de pierre une fois le groupe ayant trouvé un endroit de choix. L’eisenin était en nage, il lui était difficile de savoir si l’humidité présente sur lui relevait de sa sudation ou de la pluie, mais une désagréable sensation de vêtements collants et humide lui fit ôter tout son accoutrement, dévoilant un corps parcouru de cicatrices de toutes parts.

Des cicatrices qu’il ne devait pas à la guerre, mais à son sadomasochisme.

La route avait été longue et pénible, le climat inhospitalier et le rythme soutenu. Il songea d’une certaine façon que la difficulté de la mission ne relevait pas de ce qu’ils feraient là-bas ; c’était surtout d’y arriver en pleine possession de ses moyens. Il était fondamental pour eux de ne pas succomber au froid.

« Navré, je ne maîtrise pas ce genre de choses. Il est pourtant fondamental que nous puissions nous réchauffer, car notre système nerveux ainsi que nos capacités d’attention risque d’être troublés par le froid et la fatigue. Notre niveau de vigilance doit pouvoir rester optimal. Qui monte la garde ? »

Dans la nuit, un hurlement retentît.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8205-nizawara-eishun-termine https://www.ascentofshinobi.com/u967
Sad
Sad

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Sam 23 Mai 2020 - 13:16
Rappel Mission et Objectifs:
 


Croc Hivernal
Mission de Rang B


Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Manj
Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun 3f41

Finalement, un relatif équilibre s'installait et chacun des compagnons assignés à cette mission trouvait sa place, l'approuvait, s'y formatait. Plus seulement parce qu'aucun n'avait le choix, mais certainement parce que la première mise au point fut des plus salvatrices à l'égard de leurs relations. Hiérarchies et attributions clairement définies, il ne restait qu'une mission à accomplir et c'était dès lors à cette tâche que Sad tint à ce que tous les trois se concentrent entièrement. Comme Eishun, le samouraï se laissa marquer par Harumi et ne manqua pas lui aussi de la féliciter pour cette idée. Les soins de Tetsu sur le champ de bataille étaient plus que précaires et son expérience de la vie parmi les Shinobi le conduisit à admettre qu'ils étaient vraiment immensément plus développés que les bushi à ce niveau.

S'acharnant à faire face à la rudesse de l'hiver montagnard, ils gravirent la pente enneigée jusqu'à ce ce que la pointa sur eux la nuit, jetant le voile sombre et le poids de la mort sur les épaules car ils ne trouvèrent, hélas pour eux, aucun abri pour s'y reposer le temps que le jour reprenne sa place. La crainte du samouraï prenait ainsi corps et il savait qu'ils devraient continuer d'avancer même dans la nuit noire s'ils ne voulaient pas mourir de froid. Heureusement, Harumi offrit au groupe un moment d'accalmie. Laissant s'en aller un volatile qu'elle invoquât pour qu'il partit repérer les alentours, elle utilisa intelligemment son doton de manière à former des murs capables de les protéger du vent et un peu du froid. Certes insuffisant sans feu, mais néanmoins terriblement propice dans leur situation. Elle eut d'autant plus la bonne idée de le faire en se servant de la paroi rocheuse du sentier comme mur naturel. Ainsi, si un feu il y avait, il servirait de réflecteur naturel.

Ainsi installé, Eishun en profitait pour ôter ses vêtements et s'ils étaient aussi trempés qu'il semblait le croire il avait bien raison de le faire. Cependant, demeurait encore le souci du feu, car apparemment aucun parmi eux ne possédait cette affinité et encore, quand bien même c'eût été le cas, il n'avait pas de quoi le maintenir sans brûler leur chakra jusqu'à l'épuisement. Pas plus que lorsque Harumi parlait avec Eishun, il ne releva ou ne s'intéressa aux nombreuses cicatrices parcourant le corps de l'Irou. Réduit à l'attente des nouvelles que donneraient supposément l'oiseau d'Harumi lors de son retour, Sad craignait bien plus que l'un d'eux ne se réveille jamais de cette nuit glaciale que des marques sur un corps (d'autant qu'il en avait au moins autant sur le sien).

Réfléchissant pendant un bon moment à une solution, Sad retrouva la réalité lorsque Eishun insistait sur le malheur du moment. Ainsi prouvait-il qu'il n'était pas qu'un original, mais qu'il savait se servir de sa tête, « Navré, je ne maîtrise pas ce genre de choses. Il est pourtant fondamental que nous puissions nous réchauffer, car notre système nerveux ainsi que nos capacités d’attention risquent d’être troublés par le froid et la fatigue. Notre niveau de vigilance doit pouvoir rester optimal. Qui monte la garde ? » Proclamait-il avant que le hurlement d'un loup tinta dans l'horizon ténébreux. Avalant un cachet d'antidouleur pour la énième fois, Sad décidait dans l'urgence d'utiliser le seul moyen à sa disposition capable de réchauffer un minimum ses compagnons. Sans crier gare, proche de la paroi, il planta son espadon dans le sol et la fit parcourir d'un intense courant électrique. Certes bien moins efficace qu'un véritable feu de camp et risquant de l'épuiser rapidement, c'était le mieux qu'il put offrir sur le moment. Ainsi éclairés et lui aussi fixé que concentré sur sa technique, venait son tour de donner une directive :

« Les loups ne dorment pas dans la plaine sous ce temps. Ce hurlement, il doit venir d'un endroit boisé ou d'une caverne plus au moins proche. Je peux mettre le feu avec mon raïton, mais à moins que vous ne souhaitiez me voir tomber d'épuisement, quelqu'un va devoir aller chercher dehors du combustible. Sauf si vous avez des vêtements de rechange, je cramerais les vôtres, cependant ce n'est pas mon cas. À priori demain nous arriverons, ce n'est que l'affaire d'une nuit. Il n'est pas exclu que ce loup fasse partie d'une meute dangereuse aussi. Si l'oiseau d'Harumi revient assez tôt, je pourrais maintenir cette technique pendant trois ou quatre heures, profitez en pour dormir, puisque je dois rester éveiller, je montrais la garde. Sinon, que l'un de vous se désigne pour aller explorer l'environ.»




Personne n'était ainsi forcé à faire quoi que ce soit. S'ils voulaient tous restés là à l'abri, ils le pouvaient, mais étaient prévenus de ce qu'ils risquaient. Les laissant donc réfléchir, Sad, lui, ne faisait plus qu'une chose, le poignet solidement accroché à la fusée de son espadon, il les éclairait et les réchauffait.

_________________

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun L15d
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9147-sad-le-batard#77164 https://www.ascentofshinobi.com/t8397-iwa-equipe-cataclysme-toph-rika-takeru https://www.ascentofshinobi.com/t9166-dossier-de-sad#77294
Kobane Harumi
Kobane Harumi

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Mer 27 Mai 2020 - 18:07
Harumi hocha la tête doucement en réponse au curriculum vitæ du jeune médecin.

Kobane Harumi • « À force de voyager et de voir des personnes différentes, j'ai été amenée à comprendre qu'il y a toujours à apprendre des autres en toutes circonstances. Il y a beaucoup de techniques de soin différentes, l'importance est que la personne soignée s'en sorte avec le moins possible de séquelles. C'est notre rôle après tout. »

Indiqua la femme d'expériences comme pour indiquer qu'elle était satisfaite de ce qu'elle avait entendu tout en glissant une petite leçon aussi, tant qu'à faire. Elle doutait qu'elle pourrait prendre Eishun comme élève, leurs moi et surmoi étaient bien trop différents sans doute. De plus, Harumi doutait qu'il en veuille de toute manière. Elle sourit légèrement en se disant qu'en prononçant une phrase si douce, Eishun devait avoir les lèvres qui gercent.

Kobane Harumi • « On n'est pas obligé de devenir si intime, ne t'en fais pas, mais tu as raison, les sentiments trop forts nuisent à la raison. »

Répéta la brunette en disant la même chose en changeant simplement la phrase. Elle préférait largement vulgarisée les termes pour que tout le monde comprenne généralement. Faisant un clin d'œil, Harumi reprit à la suite de la pose du sceau sur l'un puis l'autre.

Kobane Harumi • « Je pense que j'ai quelques surprises encore, et je pourrais toujours de l'apprendre si tu insistes, comme toi peut-être as-tu des éléments intéressants. »

Peut-être venait elle de gagner un minimum d'intérêt ou de respect dans le regard d'Eishun par cette simple démonstration. Harumi observa le corps meurtri d'Eishun davantage d'une manière scientifique ou médicale qu'autre chose. Elle n'en dit mot, et préféra se concentrer sur autre chose.

Kobane Harumi • « Si jamais on ne peut pas faire de feu, on se réchauffera mutuellement, sinon, on monte la garde à tour de rôle, sauf si quelqu'un est trop fatigué ou atteint. On est une équipe, et on doit se faire confiance. »

Indiqua la femme médecin en réponse à Eishun avant de plisser les yeux en entendant les hurlements des loups ou du moins d'un seul pour le moment, mais il était rare qu'ils le soient totalement. Elle leva une main en direction de Sad.

Kobane Harumi • « Ce n'est pas la peine de dépenser ton énergie à ce point là, j'ai de quoi allumer un feu avec des silexes ou on peut utiliser un morceau de bois. L'importance est de trouver du bois sec, je maîtrises le suiton, je pourrais surement extraire l'humidité. Le mouvement, c'est la vie, alors on se bouge et on récupère du bois le plus sec possible dans les bois proches, on se retrouve ici dans vingts minutes maximum. Au-delà, on peut considérer que la personne est en danger. Eishun, inutile de jouer les héros. »

Finit par dire la femme d'expériences au jeune du groupe, elle n'avait pas besoin de le dire à Sad, c'était un grand garçon expérimenté. Elle pourrait toujours soigner les engelures, mais immédiatement, il fallait trouver du bois.

En utilisant un peu de chakra, Harumi s'élança en prenant appuie contre la paroie rocheuse en direction de l'hurlement. Elle se disait qu'il y avait plus de chances que des bois soient dans cette direction. Après quelques sauts rapidement effectués, elle put voir en descendant un petit peu par des chemins abruptes le sommets d'arbres. Il y avait de la neige tombé il y a peu, donc tout devait être mouillé, mais elle avait une petite idée pour régler le problème. Sortant des cordes d'une de ses pochettes ninjas, elle commença à prendre les morceaux de bois déjà tombés en les accrochant dans le dos à l'aide des cordes. Elle avait l'habitude de vivre seule en pleine nature lors de ses voyages, sans compter son expérience en tant que soldat. Elle n'avait pas peur. Au bout d'une quinzaine de minutes, la brunette avait rassemblé pas mal de bois, cela suffirait bien amplement pour la nuit. Le mieux était de rester tranquillement dans la cabane de pierre avec un feu la nuit. Seulement une personne devait être attentive au cas où. Elle revint alors dans les temps qu'elle avait donné en observant qui était présent. Puis, bien dans l'idée de purger le bois d'un maximum d'eau, elle rassembla tout le bois dans la cabane de pierre, à l'abri. Si jamais les autres arrivaient avec du bois, elle les joindrait également dans le tas.

Kobane Harumi • « Si tu veux démarrer la garde Sad, libre à toi ... Bon, attention les yeux ! »

Se plaçant directement devant le tas de bois et regardant vers l'extérieur de la cabane, Harumi commença une suite de mudras, mais au lieu d'utiliser pour la technique uniquement son chakra, elle allait utiliser l'humidité du bois rassemblés et environnant. C'était une méthode comme une autre de permettre au bois de brûler par la suite. Elle fut évidemment utiliser un peu de chakra, mais pas la dose complète. Le bois se retrouva alors parfaitement sec dépourvu d'une grande partie de l'humidité.




Harumi ensuite sortit d'un parchemin des pierres de silexes et après quelques tentatives, une étincelle put enflammer le petit tas de bois que la femme médecin plaça au centre de la pièce. La réserve de bois bien à l'abri sous une couverture. Elle resta planté devant en profitant de se réchauffer et de surveiller le feu. Après tout ses efforts, il n'était pas question que cela s'éteignit. Quelques temps plus tard, l'oiseau qu'elle avait invoqué arriva en trompe, trop pressé de se mettre pas très loin du feu, frigorifié. Légèrement tremblant, il prit la parole comme si c'était tout à fait normal, mais ce n'était pas un albatros comme les autres.

Jeune Albatros• « qu'est-ce qu'il fait froid ! Brrrr ! Vous êtes à une grosse demi-journée du village que tu m'as indiqué ! Je n'ai pas vu vraiment d'abris, ni de poissons. En tout cas, j'ai senti des loups, et des humains, rien d'extraordinaire mais bon, cela sentait un peu le sang d'ailleurs du village. En tout cas, ce n'est pas à mettre ses plumes dehors ! »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5036-medecin-itinerant-fiche-finie#39461 https://www.ascentofshinobi.com/u1034
Nizawara Eishun
Nizawara Eishun

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun Empty
Mar 9 Juin 2020 - 9:26


Le psychédélique dévot des sciences anatomiques admira avec quelle ferveur Sad et Harumi se démenèrent pour tenter de former un abri somme toute plus confortable que ce qu’il aurait pu espérer. A l’aune d’un esprit absolument déséquilibré, il eut l’intention pendant un temps de venir toucher l’épée du Bâtard pour vérifier à quel point l’électricité conduite par ce maraudeur du chaos pouvait être dangereuse ; mais il se ravisa suite aux réflexions de la méticuleuse Harumi.

Sans demander son chemin, il posa ses affaires à l’abri, à côté de celles de l’autre eisenin. A l’évocation du réchauffement par les corps, il eut de nombreuses pensées malsaines qu’il se garda de partager. Il considéra cette allusion comme une avance faite par Harumi qu’il mit dans un coin de sa mémoire ; après tout, il était normale qu’une race telle que l’homme tende à vouloir procréer pour perpétuer son espèce. Cette dimension prenait dans son esprit une sorte de réponse psycho-physiologique liée à l’instinct de survie et de pérennité de l’espèce ; sans doute quelque chose de codé dans l’ADN humain (ou quelque chose du genre, le terme semblant anachronique). Sitôt qu’il eut fini de déballer ses effets, il se mit en quête à son tour de quelques ressources de bois, mais ne prit pas la peine de s’emparer d’une corde comme l’avait fait l’eisenin. A sa mise en garde, il renouvela ses réticences à être ciblé comme le mouton noir, en dépit d’agir toujours de façon à ce que ce soit le cas.

« Les héros sont ceux qui peuplent les cimetières. Ces derniers se caractérisent par des comportements sociaux qui tendent vers l’abnégation et le sacrifice de soi, comportement que l’on retrouve dans certaines espèces à composante sociale, entendons par là celles qui vivent en meutes ou niches, comme la fourmi par exemple. Comme la race humaine aussi, il est vrai. Mais je suis supérieur à cette dernière, moi. Et jusqu’à preuve du contraire je ne suis pas une fourmi. Comme vous, Sad, n’êtes pas un loup. »

Pour lui, cette réponse paraissait tout à fait logique, et pourtant elle révélait encore une fois combien sa raison pouvait être parfois l’objet d’une certaine confusion en plus d’une arrogance appuyée. Cette intervention faite, il fit sa corvée de ramassage de bois dans les alentours sans trop s’éloigner, tout de même inquiété par la présence des fauves, malgré ce que Sad avait pu prétendre à leur égard. Il n’en rencontra aucun cependant et put, une fois le feu fait et traité de sorte à ce que la fumée s’évacue en dehors de l’abri (au risque d’être enfumé et de mourir d’asphyxie pendant leur sommeil), il se logea sous sa couverture et s’endormît, réveillé par Sad pour prendre le second tour de garde avant de finir sa nuit de sommeil.

Alors que la rosée du nouveau jour perlait sur les parois du petit abri de pierre encore chaud, le trio se leva et s’affaira. Prestement, ils se mirent en route pour achever leur voyage en direction du village. Après avoir passé une nuit aussi confortable, le froid n’en fut que plus rude. Pourtant, ils marchèrent sans regarder derrière eux ; descendirent les quelques pentes qui remontaient aussi sec, grimpèrent les pans de montagne au versant suspendu au vide, résistèrent aux vents furieux d’altitude, luttèrent contre la neige mordant la peau et mouillant leurs bottes et firent rougir leurs mollets sous l’effort. Eishun dût s’arrêter par deux fois pour pouvoir récupérer des efforts consentis ; les deux autres paraissaient plus affûtés que lui dans l’art du crapahutage, tandis que lui avait peut-être trop profité de l’âtre de sa petite clinique. Mais il parvint, en dépit de la rusticité de cette marche forcée, à parcourir la distance nécessaire pour voir, depuis une ligne de crête, le petit village qui les attendait.

« Nous y sommes ! Chef, comment procède-t-on ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8205-nizawara-eishun-termine https://www.ascentofshinobi.com/u967

Croc Hivernal [Mission B] — PV Kobane Harumi - Nizawara Eishun

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: