Soutenez le forum !
1234
Partagez

Bienvenue au Panda Unijambiste ! [Libre]

Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

Bienvenue au Panda Unijambiste !  [Libre] Empty
Mer 6 Mai 2020 - 0:51
Une odeur, un appétissant parfum enveloppant l’air ambiant titille d’abord vos sens. Il vous chatouille les narines. Vous en cherchez la source, sous le choc d’avoir su détecter un tel arôme. Que se cache-t-il donc derrière cet alléchant nuage? Vous poursuivez votre enquête, dévalant les rues les unes après les autres, le cœur palpitant à l’idée de découvrir l’objet de cette nouvelle obsession. Voilà votre estomac qui s’éveille. Il gargouille. Il vous chuchote des mots doux, vous parle, vous hurlant bientôt qu’il n’est plus en mesure de patienter. Son acidité vous démange. Oui, il s’impatiente, il vous dévorera bientôt de l’intérieur. Le proverbe le dit si bien : Gare à la fureur du lion ou il vous dévorera tout rond ! (Création originale, merci.) Enfin, vous débouchez sur un cul-de-sac. Zut. Vous rebroussez chemin, déçu, abattu. Le lion n’est plus très loin. Il vous dévorera, c’est certain. C’est alors que sous votre regard ébahi apparaît le Saint-Graal. Un minuscule commerce, bien caché, bien aplatit entre deux monstrueux appartements. Un peu plus et vous l’auriez manqué, mais il est là, oui, juste devant vous. Vous n’en croyez pas vos yeux. Ce n’est ni un mirage dû à la faim, ni un genjutsu. Vous avez atteint votre but: le Panda Unijambiste, restaurant & fabrique artisanale de nouilles à base de féculant, venez dégustez les meilleures des meilleures. C’est ce que vous lisez sur le panneau de bois, à l’entrée. C’est votre jour de chance, le panda vient de surgir pour faire fuir le lion affamé. Vous passez aussitôt la porte avec espoir...



« Bienvenue chez nous ! Choisissez votre place. »

Bonheur. Le paradis.


* * * * *


C’était dans mes habitudes d’aller donner un coup de main une fois par semaine à mes parents au commerce familial du village. J’avais repris cette pratique en guise d’entraînement de base, quelques mois auparavant, peu après ma sortie de l’hôpital et la pose de ma prothèse. J'aidais régulièrement, depuis, à l’accomplissement de diverses tâches essentielles à la bonne tenue de l’établissement et au bon déroulement de ses activités, passant graduellement du service à la clientèle au transport de charges moyennement lourdes et au ménage. Rapidement, je redevins assez habile dans mes déplacements pour zigzaguer entre les tables sans m’y accrocher ou encore faire de petits sauts. Ce n’était pas sans contrecoups, car les douleurs fantômes me faisaient bien vite retomber - les deux pieds ? - sur terre le soir venu, mais l’euphorie liée à ce regain de liberté en valait la peine. Je pus, bien vite, retrouver la majeure partie de mes moyens, de mes capacités antérieures.

Toc ! (Traduction : bruit de porte qui s’ouvre !)


« Natsumi, je crois que nous avons un client ! »


Le hurlement de mon paternel me tirant de mes pensées, il était temps d’aller accueillir ce nouvel affamé. J’époussetai mon tablier blanc par deux ou trois tapotements aléatoires, resserrai les boucles retenant l’ensemble de ma chevelure brune en une splendide queue de cheval, pris une bonne gorgée d’eau fraîche, puis me précipitai en direction de l’entrée. Un peu trop rapidement. Un peu trop. Badaboum. Une chute. Un cri. La honte, trébucher au pire moment possible, un faux pas, alors que ce genre de choses ne m'arrivait normalement plus depuis belle lurette. Je ne bougeai plus, telle une proie craignant pour sa survie, de peur d'être mangée toute crue par un féroce prédateur. Feindre la mort ou fuir, le choix était fait, Je ne pouvais point reculer. M’avait-on,d'abord, vu ? Avais-je été repérée ? Avec un peu de chance, non, et le danger passerait bien vite. Ni vue, ni connue. Je l’espérai, toujours étendue de tout mon long sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Bienvenue au Panda Unijambiste !  [Libre] Empty
Mer 6 Mai 2020 - 13:12
Un soir d’hiver alors que Tengoku était chez lui, affamé, il se dit qu’il allait sortir pour se rassasier dans un restaurant local. Ce soir-là, il n’avait aucune envie de cuisiner. Parfaite occasion pour lui de continuer à découvrir les nombreuses petites rues qui quadrillaient la cité des nuages. Mais Tengoku ne cherchait pas un restaurant comme le commun des mortels. Non. Il ne se baladait pas dans les rues et ne choisissait pas au hasard le premier établissement venu.

Il sortit de chez lui et, grâce à son pouvoir, il augmenta considérablement son sens olfactif afin de partir à la recherche de la perle rare. De multiples odeurs indétectables pour un nez humain commencèrent à affluer. Il aurait été dur pour un homme non averti de trier et séparer ce tumultueux mélange olfactif. Mais Tengoku était habitué et il savait faire le tri dans ce mélange cacophonique afin d’apprécier à sa juste valeur chaque odeur qu’il captait.
Sa capacité ayant bien évidemment une limite il commença à descendre la rue pour continuer ses recherches car pour le moment tout ce qui lui parvenait ne l’enchanté pas plus qu’à l’accoutumé. Non pas que les odeurs qu’il captait étaient déplaisantes, au contraire. Les artisans du village nuageux savaient égailler les papilles des habitants, le jeune Genin avait déjà pu en faire l’expérience plusieurs fois. Mais, cette fois, il cherchait quelque chose de spéciale, quelque chose qui pourrait réchauffer son âme en plus de réchauffer son corps. Et lui remplir la panse, par la même occasion.

Au fil de sa balade nocturne le jeune homme commençait à être en désaccord avec son estomac qui lui intimait l’ordre de s’arrêter dans le premier boui-boui qui servait quelque chose de comestible. C’était un fait, les bonnes odeurs l’avaient encore plus affamé.
Puis, au détour d’une rue, une odeur attira l’attention du jeune homme en alerte. Encore invisible à l’œil nue, un restaurant dégageait de subtils arômes tels qu’ils rendaient fades tout ce qui pouvait se trouver autour. Une odeur chaleureuse qui le tirait de force pour le serrer dans ses bras et le laisser fondre contre elle. Cette fois il n’hésita pas et, sur ordre de son estomac au bord de la mutinerie, il se lança en direction de cet établissement.

Le pas bien plus pressant, il arriva très vite devant un très modeste commerce, presque invisible dégageant une faible lueur pâle entre deux bâtiments le surplombant. Tengoku fut très amusé en découvrant le nom de cet établissement : le Panda Unijambiste. Drôle de nom dont il ignorait encore la signification mais qui n’était pas sans lui rappeler son pouvoir peu commun. Etait-ce un signe ? Se demanda-t-il légitimement.

Le jeune homme affamé ne perdit pas plus de temps que ça et passa les portes du restaurant. Le choc fut total. Immédiat. Si à l’extérieur l’odeur qu’émettait le Panda Unijambiste était prédominante, ici, à l’intérieur, elle était exclusive. Si puissante que Tengoku n’eut d’autre choix que de désactiver son pouvoir afin de retrouver ses sens humains.

Il choisit une table vide pour s’y installer comme on lui avait indiqué. Mais alors qu’il allait s’y assoir une jeune femme arriva en trombe pour l’accueillir. Il l’a regardé arriver et avant même de comprendre qu’elle tombait elle était déjà au sol. Dans un premier temps Tengoku eu envie d’exploser de rire puis il se dit qu’elle s’était peut-être fait mal.
Je jeune Genin rejoignit la maladroite pour lui porter assistance.

« Ça va aller ? » Lui lança-t-il avant de lui tendre la main, accompagné d’un sourire.

« Rien de casser ? Vous avez fait une belle chute. Les plats doivent être à tomber par terre ici. » Ajouta-t-il pour détendre l’atmosphère voyant que la jeune femme avait un peu honte de sa maladresse.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

Bienvenue au Panda Unijambiste !  [Libre] Empty
Jeu 7 Mai 2020 - 7:56


La honte.
Ce qui me vint d’abord en tête, ce n’était point les mots du garçon qui venait, de toute évidence, d’observer l'intégralité de la pitoyable scène, mais bien à quel point la température venait brusquement d’augmenter dans la pièce. Nous étions en plein hiver et, pourtant, on aurait pu se croire perdu au milieu du désert de Kaze no kuni, les deux pieds dans les dunes, fabriquant un beau château de sable en compagnie de serpents, scorpions et autres espèces tolérant bien ce type de climat. Comme je l’aurais voulu, mon château, en ce moment... Dommage, je devrai me contenter du Panda Unijambiste. Pour l’instant.

Les bouffées de chaleur continuèrent un certain temps, par intermittence. Je cuisais, littéralement. Une belle cuisson vapeur, visiblement. Vous désirez un homard bien cuit avec votre bol de nouilles? Misère. Suffoquant presque sous le poids de la honte, je saisis la pince que me tendit le jeune homme. Il avait, à n’en pas douter, une certaine classe, un certain charme. Un vrai prince charmant, prenant la main de sa dame pour l’amener à son palais. Quel beau conte. Et rien pour ne pas empirer mon état. Retenant une larme, mon instinct me dicta la prochaine chose à faire :


« Merci... Vraiment navrée, monsieur... Ce que je suis nouille, parfois ! » Lançai-je avec un rire nerveux, espérant détourner l’attention, comme l’avait fait juste avant moi le garçon, avec son (très) mauvais jeu de mots de client exaspérant. Il gagnait des points, le prince ! Je pris le temps de m’asseoir sur le siège le plus près, puis entrepris l’inspection de ma prothèse, question de voir si je n’avais, effectivement, rien de cassé. Le moignon était tout endolori. Malheur.


« Non, ça va aller, je crois que tout est en ordre. Un peu de douleur... rien de grave, si on peut dire ça ainsi, quand on porte une prothèse. Haha... »


Le malaise. Je regardai timidement en direction de l’inconnu, cherchant à voir s’il me fixait. Ce que je vis me fit l’effet d’une bombe. Quelle beauté ! Celui-ci faisait définitivement honneur à son faux titre de prince charmant. Un corps parfait, une musculature de béton, digne d’un athlète. Un Hercule tout craché, avec sa splendide chevelure orangée. L’un de ces hommes sculptés à même le roc par des mains de maître ou mis au monde par une déesse iwajine de légende. Bref, de quoi faire rougir plus d’une personne, peu importe le sexe. Je détournai bientôt la tête, craignant l’arrivée soudaine d’un maléfice, un mauvais sort pour avoir osé jeter un œil sur une pareille création divine. Plus rapidement que la première fois et, avec une apparente nervosité, je repris parole :


« Je... Je suis Natsumi, Harusame Natsumi. Encore pardon pour la chute. Disons que ma ‘blessure de guerre’ me fait encore souffrir régulièrement. C’est généralement supportable, mais, de temps en temps, ça me surprend au point de me faire trébucher. C’est assez frustrant, pour une shinobi, pour être honnête avec vous... Peu importe. Vous désirez quelque chose à manger ? Nous préparons les meilleures harusame de tout le Yuukan ! »


Je me relevai, le visage écarlate, d’un bond assez maladroit. Je grimaçai, la douleur semblant se reviver. Puis, évitant de croiser le regard du client, je secouai le pauvre tablier empoussiéré après sa fâcheuse rencontre avec le sol, m’assurant de son impeccabilité. Il n’aurait pas digne d’une future princesse d’être dans un si lamentable état. L'habit pouvait, après tout, faire le ninja, contrairement à ce qu'affirmait le fameux dicton.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Bienvenue au Panda Unijambiste !  [Libre] Empty
Jeu 7 Mai 2020 - 22:43
La jeune femme, encore au sol, hésita quelques secondes. Rouge comme une tomate, vraisemblablement la tentative de jeu de mots faite par le jeune homme n’avait pas eu l’effet escompté. Quoique, elle tenta également un jeu de mot pour détendre l’atmosphère. Tengoku étant bon publique, il ne put s’empêcher de s’esclaffer discrètement.

Mais les rires furent rapidement remplacés par un silence glacial suite à l’annonce d’une jambe manquante du côté de la jeune fille. Le jeune homme ne savait pas trop quoi dire, en même temps il était peu commun de tomber face à quelqu’un à qui il manquait une jambe. Mais la serveuse disait ça si légèrement, comme s’il lui manquait juste une chaussette. Malgré son air si fragile cela caché une force morale exceptionnel, Tengoku savait déceler ce genre de choses, au-delà du paraitre.

Et elle se mit à rougir de plus belle, cette fois une tomate semblerait bien pâle à côté d’elle. Au passage ce contraste fit ressortir d’autant plus ses yeux bleus, des yeux comme le jeune homme n’en avait jamais vu. C’était comme se noyer dans un océan composé de l’eau la plus pur au monde. Avant de rougir à son tour, le Genin fut ramené à la réalité par la voix de la serveuse, qui semblait d’un seul coup bien plus mélodieuse.

Elle se présenta, un vrai CV. Mais, mais... Quelle serveuse faisait ça ? Elle, apparemment. Une vraie pipelette. Si elle racontait sa vie comme ça à tous les clients le restaurant ne devait pas être très rentable ! Mais pour autant, Tengoku restait suspendu à ses lèvres, il en oublia même sa faim, pendant un instant.

Une blessure de guerre ? Il comprenait mieux sa chute, la bataille ne datait pas de si longtemps encore. Et elle marchait déjà ? Tengoku s’en doutait mais cela lui confirmait encore plus : cette femme, derrière ses airs de petit oisillon fragile, devait être un vrai monstre de détermination et d’acharnement. Qui pouvait se vanter d’avoir perdu une jambe et de pouvoir remarcher et travailler quelques mois plus tard ? Mais elle a dit « de guerre », était-elle ninja, avant tout cela en tous cas ? Car il doutait qu’on puisse redevenir apte à servir après une telle blessure.

Un peu perturbé par la situation Tengoku tenta de paraitre le plus serein possible avant de répondre.

« Enchanté Natsumi, moi c’est Kappa Tengoku. J’ai débarqué ici juste après la bataille et ça devait être terrible, je suis désolé pour ce qu’il vous est arrivée. Vous forcez le respect à être debout et travailler après une telle blessure. Cela étant dit, nous sommes dans un restaurant donc euh oui je suis venu manger. »

Ayant déjà repris toute sa confiance en lui qui le caractérisait si bien il fit un clin d’œil à la jeune fille en rajoutant

« Etonnant non ? » Puis un sourire.

En partant s’asseoir il ajouta.

« Servez-moi ce que vous avez de meilleur, s’il vous plaît. J’ai une faim de... Disons… Panda ! »



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

Bienvenue au Panda Unijambiste !  [Libre] Empty
Ven 8 Mai 2020 - 9:06

Nom d’un nom ! Kappa Tengoku.
Unique. Mélodieux. Un nom à vous en arracher les cheveux, tellement il était merveilleux ! Sans blague, vous le prononcez et vous voilà caressée. Porté par ce baume symphonique, vous vous retrouveriez, vous aussi, bientôt hystérique. Croyez-moi sur parole. Je sais, je sais: il me fallut aussi un instant pour en croire mes oreilles. Était-ce là la véritable identité de ce preux Héraclès ? Et lui qui, voilà, me complimentait déjà, faisait se répandre en moi les papillons de ce nouvel émoi.

Je rougis de nouveau. Foutues hormones. Il me fallait reprendre le contrôle de mes moyens, ou sinon, bientôt, l’on ne me prendrait plus au sérieux. Je fermai les yeux, traçant en mon esprit les contours d’une image fort désagréable: un bébé panda blessé, hurlant à plein poumon. Quelle tristesse. Absurde, me direz-vous, mais c’était la meilleure manière de me tirer d’affaire et de retrouver un certain professionnalisme. Oui, oui, je le jure Votre Honneur, je ne suis pas une adepte du sadisme ! Après tout, mon travail, aujourd’hui, était de remplir la panse de ce joyeux garçon, non pas de lui faire la cour.

Je notai la commande du bel homme, lui suggérant les plats les plus populaires auprès des habitués, puis, pris aussitôt congé, me déplaçant habilement cette fois vers la cuisine, pour revenir quelques minutes après avec une dizaine de bols différents. Je déposai le tout sur la table en faisant attention de ne rien échapper. Une seconde maladresse m’aurait anéanti, écrasée sous le poids de la honte. Ouch. Je décrivis chaque plat, un par un, tout en scrutant attentivement mon prince du coin de l’œil. Ce qu’il était mignon, ce charmant glouton.


* Bon appétit ! *


Je m’apprêtai à retourner à l’arrière quand, soudain, surgit en moi une idée saugrenue. Une vraie coquine, la petite maligne de Natsumi. Je revins, timidement, la tête inclinée, vers un Tengoku en plein processus d’aspiration de nouilles et m’assis sur le banc d’en face sans attendre une quelconque invitation de sa part. Qui ne tentait rien, n’avait rien, n’est-ce pas? J’hésitai, un bref instant, avant de me lancer :


« Pardon de vous déranger pendant votre repas... Je suis un peu curieuse. Vous êtes arrivé après l’assaut de l’Empire, c’est ça? D’où venez-vous ? Avec une pareille carrure, vous devez être shinobi, non? J’ai cru le sentir en vous prenant la main, tantôt. Une telle force, ce n’est pas donné à tous. Je sais que je suis étrange comme serveuse, peut-être même irrespectueuse. Vous me pardonnerez, j’espère, ce n’est pas mon métier... disons... habituel. Je suis une genin d’ici, en fait. Une ninja. Probablement pas la plus forte, ni la plus utile, avec ce qui est arrivé à ma jambe. Haha ! »


Il me revint alors en mémoire d’étranges événements passés, de ceux que l’on ne peut effacer facilement. Des traumatismes, ça oui. C’était à l’époque où Kumogakure n’appartenait pas encore au Teikoku. Bien avant l’attaque, l'annexion et la perte brutale de ma jambe droite. Je devais avoir quatorze ou quinze ans, maximum. Haute comme trois pommes, je vous le jure ! Je m’entraînais à marcher sur l’eau avec l’aide de mon chakra, je crois. Un phénomène inédit s’était produit, inexplicablement, se présentant d’abord sous la forme d’une sensation de vertige. J’en avais eu la nausée. En regardant plus bas, je constatais avec stupeur que je ne touchais plus la surface du ruisseau. Oui, je flottais, à quelques centimètres dans les airs. Quelque chose de fou, hein ! En panique, j’avais brusquement cessé de malaxer mon chakra, pour me retrouver, vous l’aurez compris, submergée sous l’étendue aqueuse. L’expérience s’était répétée à plusieurs reprises ensuite, sous différentes formes, sans que je puisse comprendre ce qui m’arrivait. Non, pour être honnête, j’en avais saisi quelques-uns des rudiments, mais sans plus. Ce... pouvoir... me faisait peur. Terriblement peur.

C’est ainsi que je pris le risque, quoique probablement sans graves conséquences, d’en glisser un mot au bel homme roux dévoreur de harusame. Il y avait une chance, même si faible, qu’il sache ce que cela pouvait bien représenter. Était-ce une malédiction jetée par une vilaine sorcière, un pouvoir de superhéros ou encore... Non, impossible, je devais me tromper. Moi, morte, devenue fantôme, ayant pour unique mission d’effrayer les enfants la nuit ou d’errer dans les cimetières sans but précis? Je devais en avoir le cœur net. Vite !


« Hmm... Je voulais te poser une autre question. C’est... un peu plus délicat. Aurais-tu déjà vécu une expérience... disons, surnaturelle, avec ton chakra ? Je veux dire, autre que ce qu’on voit à d'habitude, tu sais. De la... lévitation, par exemple? Tu sais, lorsque tu flottes dans les airs... »


J’attendis, avec crainte, la confirmation de mon hypothèse la plus farfelue. J'étais bel et bien décédée (ou pas).
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Bienvenue au Panda Unijambiste !  [Libre] Empty
Ven 8 Mai 2020 - 14:38
Cette fille, n’était pas maladroite que physiquement. C’est ce que se dit Tengoku quand il vit la dizaine de bols arrivés sur sa table. Attendait-il quelques invités pour partager son souper ? La jeune serveuse avait pris au premier degré son jeu de mot mal amené. Quand il avait dit « faim de Panda » c’était pour faire référence au nom de restaurant et non pas à son estomac. Ou alors, voulait-elle rentabiliser sa perte de temps avec ce jeune innocent. Quelle maligne, cette coquine, voulant lui chaparder toute sa monnaie ! N’aimant pas gaspiller, le jeune ninja accepta le défi proposé. Il devrait y passer la soirée, à n’en pas douter. Alors qu’il observait les plats plus attirants les uns que les autres, la serveuse, encore nerveuse, présentait la spécificité de chaque met. Non mais il y croyait pas ses yeux, ou plutôt ses oreilles, elle faisait un exposé ou quoi ? Alors que son ventre crié famine il se devait d’écouter la provenance du moindre ingrédient présent dans les bols. Jusqu’aux épices !

Enfin, elle partait ! Le jeune glouton allait finalement pouvoir se régaler, avant que ça ne refroidisse. Alors que la première bouchée de nouille était à peine entamée la jeune femme surgit de nouveau. Elle regarda Tengoku, avec ses deux grands yeux bleus. Qu’attendait-elle au juste ? Ils étaient beaux ces yeux quand même, l’avait-il déjà dit ? Ni une ni deux, elle s’assit sur la banquette en face de lui. Le temps qu’il finisse sa bouchée la jeune femme se mit à parler. Mais c’était une salle d’interrogatoire ici ou un restaurant ? Il ne fallait pas exagérer quand même. Il devait l’envoyer balader, oui c’est ce qu’il allait faire, ce qu’il devait faire…

Il lui tendit un bol de nouilles épicées avant de répondre.

« A vrai dire, je suis même arrivé pendant la bataille mais je n’ai pu que l’observer un moment. Je ne suis pas originaire d’ici mais bien de Kaminari, proche de la frontière. J’ai vécu toute ma vie, jusqu’à maintenant, avec mes parents dans une ferme. Un métier très physique ahah. Je suis Genin que depuis peu de temps. J’ai rejoint le village pour aider mes parents à payer les factures disons. Mais, je ne m’attendais pas à le trouver dans cet état en arrivant. La guerre fait des ravages, vous en êtes l’exemple même. »

Il s’étonna d’entendre la jeune Genin se dévaloriser, était-elle folle ?

« Je ne peux pas te laisser dire ça, tu me permet de te tutoyer ? Tu ne peux pas dire être faible alors que quelques mois après ta blessure tu es déjà là à marcher correctement. »

Tengoku leva les yeux au ciel dans une moue gêné.

« Bon tu as trébuché, c’est vrai, mais, même les valides tombent souvent ! Et puis faut se l’avouer : je suis à tomber par terre. »

Il fit son plus beau sourire et s’adossa sur son dossier, plus à l’aise.

« Genin tu dis, mais c’est fini non ? Tu ne peux plus exercer avec un tel handicap ? »

Alors qu’ils discutaient la jeune femme se jeta sur un troisième bol de nouilles, sans même demander. C’était donc sa stratégie, elle voulait se faire inviter ! Quelle manipulatrice se dit le jeune homme, il devait l’envoyer valser maintenant !

Mais si seulement elle ne venait pas de poser une question qui l’interpella, si intéressante. Bon, il continua la discussion, mais purement par professionnalisme. Elle gigotait son visage de partout en déversant un flot de paroles ininterrompu, sa queue de cheval brunâtre suivait le rythme de ses mouvements. Elle était mignonne, tout de même.

« Lévitation tu dis ? Tu sais, il existe un paquet d’habilités dits ‘’héréditaires’’, moi aussi j’ai fait l’expérience, il y a quelques années, d’une capacité très... spéciale, dont je j’ignorais l’existence. Mais, depuis, j’ai appris à la maîtriser même si je n’en connais pas l’origine. Toi aussi tu dois contrôler ce pouvoir depuis le temps ? Tu sais quoi, il parait qu’il n’y a aucune réponse en ce monde qu’on ne puisse pas trouver à la grande bibliothèque du village. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’y aller, peut être que ce serait sympa d’aller y faire un tour pour trouver des infos sur nos pouvoirs respectifs ? »

C’était clairement un rendez-vous, mais habillement camouflé. A vrai dire, Tengoku avait vraiment l’intention de se rendre à la bibliothèque pour abreuver sa soif de connaissance. Rien n’empêchait que ce soit en charmante compagnie.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

Bienvenue au Panda Unijambiste !  [Libre] Empty
Lun 11 Mai 2020 - 19:47

Le destin se met en marche.
Et il marche vite, très vite. Sans même chuter ! Vous y croyez ?
Observez. Petite gloutonne que je suis, déjà deux bols avais-je finis. Mâchouiller, mastiquer, aspirer, avaler : c’était la clef pour ainsi me sustenter. Et le tout, avec un bruyant bruit, une vive succion, comme un énergique aspirateur engouffrant son déjeuner (Sluuurp !). En compétition de gros mangeurs, il n’y avait pas meilleure compétitrice. Un panda tout entier, je n’en aurais fait qu’une bouchée ! Est-ce une exagération ? Pas du tout ! Ne me comparez pas à cette grenouille qui, trop envieuse, la sotte, s’était bien gonflée, trop orgueilleuse pour reconnaître qu’elle ne faisait point le poids face aux bœufs. S’enfler la tête n’est pas une option, car elle mène à l’explosion. Boum ! Éclat de cadavre grenouillesque et du sang partout. Dégueu. Nous mangeons, voyons, pauvre gueux! Il serait fâcheux que nous régurgitions un repas si bonnement préparée... Passons.

Je pris le temps de me rincer les joues, buvant, glou-glou-glou, un plein verre de fraîcheur liquide, avant de poursuivre la conversation avec le prince charmant. Je le fixai si intensément de mes yeux cyan qu’il aurait pu fondre sur place, alors qu’il tentait de me remonter, visiblement choqué que je me sois ainsi dévalorisée. Il avait raison, le panda, après tout. Je rougis, puis replongeai mon regard, gênée, sur le bol de nouilles à moitié entamé, qui refroidissait à vue d’œil. Je ne sue pourquoi, mais ce qu’il avait prononcé m’entraîna plusieurs mois auparavant, dans ce lit d’hôpital, ce chaos du champ de bataille, ce moment où je fis la macabre découverte qu’un membre inférieur me faisait défaut. Douleur profonde. Un traumatisme. J’en avais bien bavé, depuis, ça oui.

Une mauvaise blague, bien placée, me fit aussitôt ressortir de cet infernal tourbillon. Voilà que je m’esclaffai, riant à gorge déployée. Cible touchée. Encore une fois, il avait raison : il était définitivement à tomber par terre ! Une fois calmée, je repris parole, répondant à l’une de ses interrogations. Je le fixai, une détermination nouvelle me propulsant. Je m’emportai, vlam!, dans les dents :


« Je suis toujours shinobi. J’ai pu retrouver une majeure partie de ce que j’avais perdu, lors de cet... accident. Ce n’est pas parfait, comme tu as pu le constater par toi-même, haha. J’ai travaillé... d’arrache-pied, pour me rendre où je suis aujourd’hui. Je sais que je ne deviendrai pas la plus grande des ninjas, mais si je peux réussir à aider ne serait-ce qu’une personne qui en aurait besoin, peu importe la manière d’y parvenir, je crois que je serai fière et que j’aurai atteint mon objectif. Je ne crois pas être venue au monde pour en entraîner d’autres dans la tombe. Ce serait idiot, à mon avis. Il y a d’autres moyens de parvenir à ses fins qu’en éliminant les gens sur notre chemin. Je suis peut-être naïve... mais je ne veux pas utiliser de techniques dans le but de tuer. Maîtriser par la force, oui, si c’est nécessaire pour protéger, mais sans assassiner qui que ce soit. Ah, pardon... je parle toujours trop. C’est une mauvaise habitude, chez moi, parfois... »


Il me fallut un instant pour redescendre les deux pieds sur terre, après cette lancée. Alors que je plaçai mes derniers mots et que mes yeux glissaient une fois de plus vers ce plat épicé que je n’avais pas particulièrement apprécié - on n’aime pas toutes les recettes de ses parents, hein ! - je croisai, une fraction de seconde durant, l’étendue de ses lèvres, si bien dessinées et modelées à son visage, comme si un divin artiste s’en était occupé. À en craquer, ce mec ! Ah, et le voici qu’il répondit, bien calmement pourtant, aux questions qui m’assiégeaient, me terrifiaient, depuis des lustres, concernant cette capacité toute particulière que je possédais et que je ne pouvais nommer. Héréditaire, avait-il suggérer ? Intriguant. Surfant sur la vague que je lui avais envoyé, il m’invita, prestement, à un prochain rendez-vous galant, un rendez-vous quelque peu original : partir à la recherche de nos capacités respectives entre les quatre murs de la bibliothèque de Kumogakure. Une chasse aux trésors avec cet Hercule, donc? J’acquiesçai. Oh oui. C’est parti !


(Conclusion)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi

Bienvenue au Panda Unijambiste ! [Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: