Soutenez le forum !
1234
Partagez

Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max]

Nagamasa Kagura
Nagamasa Kagura

Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] Empty
Mer 6 Mai 2020 - 11:13
Visite à l'hôpital

Difficile de savoir combien de temps Kagura avait été inconsciente, cependant, elle s’était réveillée dans un lit d’hôpital. La Onna-Bugeisha n’avait plus son armure ni rien juste une simple tenue blanche et légère. Les médecins lui avaient tout retiré pour mieux la soigner et vérifier si tout était en ordre. Après tout, la samouraï avait reçu des coups un peu partout et il fallait bien tout soigné pour qu’elle puisse mieux récupérer. La Blanche Colombe avait les yeux ouverts, se demandant où elle était, or son dernier souvenir était une Seika souffrante des contrecoups de ses ouvertures de porte. Mais il n’y avait pas que de ça, elle se rappelait les douleurs qu’elle subissait, de la violence des coups de la Yawa contre son corps. Un os de brisé, une fracture, elle ne lui a pas fait de cadeau. Or, comment en vouloir à Seika ? Kagura n’allait pas la blâmer pour son sort. Non, après tout, la Nagamasa lui avait formellement dit de se donner à fond sinon elle lui en voudrait. Il était juste vrai que la blanchâtre ne s’attendait pas à une telle violence de la part de sa cadette, c’était surprenant. Cela dit, Seika arrêtera de dire qu’elle est faible et de surestimé la fille aux yeux rouges. Kagura n’était pas forte ni faible pour autant, mais comme beaucoup, elle a encore à apprendre pour progresser. Ce combat lui avait appris sa faiblesse sur bien des domaines et qu’elle devra travailler pour ne plus subir. D’ailleurs, elle ne savait pas si Seika a fait par la suite ni même où en était l’examen Chûnin. Pour l’instant, elle était toute seule dans sa chambre enfin elle le croyait à cause du silence qui y régnait.

Kagura tente de se mettre en position assise, mais elle a beaucoup de mal en sentant une légère douleur à son bras droit. Bras droit se trouvant dans une attelle, du coup, elle a dû prendre appui sur son bras gauche. Soudain, une tête aux cheveux mauve apparaît à sa gauche et monte sur le bord du lit pour poser ses deux mains sur les épaules de la Nagamasa. « Reste allongé, Nee-san. » Cette voix, c’était celle de Zanshi. La regardant, elle pouvait voir la petite avec les yeux rouges comme si elle avait pleuré. Sans rien dire et d’un regard assez triste, la Onna-bugeisha se laisse faire et se rallonger. « Je… Je suis…désolée. » Réponds Kagura. Zanshi sèche ses larmes et l’enlace tendrement, la pauvre, elle qui a tout perdu, elle avait dû avoir peur de perdre Kagura à tout jamais. En général, c’est ce que représentent les hôpitaux pour Zan. La main gauche de la Onna-Yuki caresse les cheveux de la petite et lui adresse un bisou sur la joue. « Ne… Ne me refait plus peur…comme ça…Pitié, j’ai déjà perdu une maman, je ne veux pas te perdre… » Dit la petite de huit ans. « Promis…mon cœur. » Dit Kagura en la gardant contre elle, laissant la petite pleurer à nouveau. Pendant ce temps-là, Jiraya entre dans la chambre et les voit. « Ça me rassure que tu sois réveillé, mon enfant. On s’est fait beaucoup de soucis pour toi et surtout, Zanshi. » Raconte le vieil homme. « Je vois ça…j’ai manqué de prudence. Je me suis montré… » Avant d’être coupé par son oncle. « Trop gentille envers Yawa Seika ? En effet, tu as voulu combattre sérieusement, mais tu sembles apprécier énormément cette fille, la considérant comme une sœur cadette. Ton combat contre Shando aurait dû te faire comprendre certaines choses. » Dit-elle avant que Zanshi se calme un peu, toujours silencieuse. « En effet… Va falloir que je change…que je mûrisse. » Dit-elle d’une légère voix. « Exacte, je ne te tiens pas rigueur ni ceux du clan, d’ailleurs pour ta défaite. On progresse mieux dans la défaite que dans la victoire, on peut mieux comprendre nos erreurs de cette manière. Retiens bien cela. » Dit-il.

Kagura reste silencieuse, elle aurait bien demandé à son oncle pour le tournoi chûnin, mais elle préfère penser à autre chose. L’homme la regarde avant de tourner son regard vers Zanshi. « Zanshi, va chercher de l’eau pour Kagura, s’il te plaît. » Demande-t-il à la petite qui hoche timidement la tête avant de sortir de la chambre. « As-tu quelque chose à me dire mon oncle ? » Dit-elle. « Tes blessures auraient pu être très graves si Chiwa Aimi ne se serait pas occupé de toi. Fracture de la jambe gauche et bras droit cassé. Selon les médecins, tu vas avoir besoin de repos et d’une rééducation pour que tu reviennes en forme. Tu sais ce que ça signifie ? » S’exprime-t-il. « En effet…je ferai tout ce qu’on me demandera…et je sais que si notre avancée en médecine n’aurait pas évolué, je n’aurais plus été capable d’être un samouraï. » Dit-elle en baissant les yeux. « En effet. Dès que tu sortiras de l’hôpital, tu vas reprendre les entraînements tranquillement et on montera l’intensité, petit à petit. » Dit-il avant que Kagura hoche la tête. Cela dit, son oncle n’a pas terminé de parler, il avait un air grave. « La grand-mère de Zanshi a eu une attaque, il y a trois heures de cela. Elle est placée sous haute surveillance et ne peut plus assurer l’éducation de Zanshi. » Dit-il devant une Kagura profondément touché par cette nouvelle. La petite a perdu ses parents et sa grand-mère était l’unique personne de vivante, lui rappelant ses parents. « Que va-t-elle devenir ? Je… » Avant de se faire couper la parole. « Je sais ce que tu vas dire et malgré ton jeune âge, tu es en droit de l’adopter et j’ai les documents nécessaires que j’ai remplis, il faut que tu signes. » Dit-il avant de reprendre la parole. « Cependant, être mère et tutrice de Zanshi, voire d’un enfant, ce n’est pas un jeu ni à prendre à la légère. Tu vas avoir des responsabilités et revoir certains de tes plans, comme aller à Taiyo pour retrouver le clan Yasei. Cela dit, je serais là pour t’épauler et Misa, sa grand-mère, avait déjà accepté que tu sois la tutrice de Zanshi si un malheur lui arrivait. » Finit-il en déposant les documents. « Je te laisse réfléchir et en parler avec Zanshi, mais dès que tu signeras alors il n’y aura plus de retour en arrière. » Dit-il avant de sortir de la chambre, croisant Zanshi qui les espionnait.

Zanshi entre dans la chambre, tête baissée et apporte une bouteille d’eau à Kagura. Elle dépose la bouteille sur la table de chevet et s’assoit sur le bord du lit. Elle voit les documents. « Tu… Tu as donc appris pour…ma grand-mère… » Dit-elle avec une petite voix. Kagura la regarde avec un air triste. « Oui, je suis désolée pour toi, Zan. » La petite sèche encore ses larmes, elle avait tellement subi psychologiquement entre sa grand-mère et Kagura à l’hôpital, elle avait tellement eu peur de les perdre en même temps. « Tu sais, je ne signerai pas ce document sans ton accord. Saches que je ne veux pas te savoir seule et quelque part où tu te sentiras triste. Je ne remplacerai jamais ta vraie mère ni ta grand-mère, mais je ferai toujours en sorte d’être là pour toi en te donnant mon amour. » Dit-elle à la petite. Zanshi regarde son aînée et pose sa main gauche sur celle de la blanchâtre. « Je… Je le sais ça… Tu sais, tu es importante pour moi et je t’aime fort tout plein. J’vais avoir un peu de mal à m’y habituer, mais…je…je veux que tu signes…j’ai confiance qu’en toi…» Dit la petite violâtre en câlinant Kagura. La Blanchâtre soupire et prend la plume, plonge le bout dans l’encre et signe le document. « Voilà, c’est officiel. » Dit-elle en rangeant la plume sur l’encrier. « Déjà…mais tu aurais pu…te reposer un peu avant, non ? » Réponds Zanshi. « Me reposer . Peu importe mon état, la réponse aurait été la même, Zanshi. Je t’aurais adopté quand même, tu es ma fille et tu n’as plus à avoir peur pour ton avenir. » Dit la Nagamasa. « Merci… Kagu-chan. » Pour l’appeler maman, ça attendra et Kagura aime quand les choses prennent du temps. Et puis, ça l’aidera à se sentir mieux au fil du temps. « Peux-tu apporter tout ceci, à oncle Jiraya ? S’il te plaît. Il va sans doute t’aider à déménager à la maison. » Dit Kagura en déposant un baiser sur le front de la petite. « Je…ça fera fait sans faute ! » Sautant hors du lit et prend les documents en les mettant dans son petit sac à dos. « Je reviens plus tard, reposes-toi bien... Oka…Kagura-chan ! » Elle y était presque. « Bien, ne te force pas à m’appeler Okasan, prend ton temps et reposes-toi aussi. »

Suite à cela, Zanshi est partie de la chambre après un bisou sur la joue de Kagura. Elle pouvait être adorable, mais à l’état actuel, la petite tente de s’accrocher à quelque chose pour tenir le coup. Cette nouvelle semble lui ravir, même si elle aime beaucoup sa grand-mère et aurait préféré qu’elle soit encore en forme. La Nagamasa regarde par la fenêtre, le temps semble long et elle se sentait un peu fatiguée. Son bras droit lui fait un peu mal, dans une attelé et un plâtre aussi, tandis que sa jambe gauche, il n’y avait qu’un bandage. À peine réveiller qu’elle devait déjà signer un document, son oncle n’est pas du genre à perdre du temps pour régler des choses. Au moins, la question de Zanshi a été réglé et la petite pouvait se concentrer sur son avenir, plus sur qui va s’occuper d’elle. Posant sa tête contre son coussin, elle regarde le plafond. Seule, elle revoit encore le visage de Seika et ses coups, comme si elle ressentait encore la douleur, les poings de pierre de la Yawa contre son corps. Difficile de fermer les yeux, cette image revient tout le temps. En tout cas, Kagura allait mettre du temps pour s’en remettre, mais elle se soignera pour repartir de l’avant.


_________________
Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] 1555900482-signakagura1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6315-nagamasa-kagura-un-samourai-ne-devrait-etre-ni-pompeux-ni-arrogant-terminee#52357 https://www.ascentofshinobi.com/t6358-nagamasa-kagura-journal-de-bord https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Yawa Seika
Yawa Seika

Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] Empty
Mer 6 Mai 2020 - 16:34
Le néant a happé tout ce qui entoure Seika, alors qu’une pointe de douleur se répand dans son organisme tout entier. A vouloir jouer à Dieu, en dépassant les limites humaines, on se retrouve aisément à en subir un contrecoup plutôt énorme. Si chaque porte ouverte par la châtaigne est un pas de plus vers la tombe, vis-à-vis des retombées qu’elle en subit, alors la quatrième est à sa juste place, pile au milieu de l’ascension vers le sommet du dépassement des limites. A l’inverse, si la puissance octroyée par chaque porte augmente aussi drastiquement à chaque fois, il viendra un moment où la brune ne se limitera plus à briser des os, mais pourrait bien ne laisser aucune chance aux personnes en face de survivre. Dans tous les cas, ces questions resteront en suspens, car son corps a lâché la Yawa, qui n’aura finalement subi la douleur insoutenable qu’un faible instant. Même la réception de Teruyo, qui, tel le preux chevalier qu’il est à encaissé le coup final de Meho pour elle, reste ignorée de la princesse tyrannique qui quitte le monde des conscients pour atteindre celui des rêveurs.

Le temps passé inconsciente lui est inconnu, mais à son réveil, la petite ressentit une douleur atroce, comme si tout ce qu’elle aurait dû ressentir jusqu’alors s’était accumulé pour attendre qu’elle soit en mesure de le vivre de la plus belle des façons. Une infirmière qui passait à ce moment-là en profita pour lui donner un antidouleur puissant. D’après ses explications, même si les soins prodigués par Aimi étaient fabuleux, cela n’avait pas éradiqué le tourment subit par les zones impactées. Par ailleurs, si l’intensité est telle, c’est aussi parce que la jeune fille a perdu connaissance avant de pouvoir être frappée par les premières secondes du contrecoup, qui sont les pires. Son cerveau, connaissant les résultats de l’ouverture des portes, a donc supposé qu’elle devrait être prise d’une terrible douleur. Les deux choses combinées ont déclenché ce choc. Le plus gênant pour elle aura été d’avoir mal au point d’en vomir le peu de choses qui restaient dans son estomac.

L’infirmière est aux petits soin avec elle, mais la brune est mal à l’aise. Pourquoi sa Senseï l’a soignée, elle, plutôt que Meho ? Même si les blessures se valaient, il méritait bien plus son aide que Seika. Sa bouche ne présente aucune forme de sourire ou de joie. Ses lèvres forment une ligne droite, et si elles s’ouvrent par moment, c’est pour manger, ou respirer, sans plus. Son cerveau ressasse les récents événements, mais pour combattre son apitoiement, elle se répète parfois les mots d’Aimi à voix basse. Cela ne suffit pas, et au bout de quelques heures, la châtaigne commence à devenir folle, à force de s’accabler avec ses pensées sombres. Elle finit par quitter son lit, contre l’indication de l’infirmière, et commence par tomber. La douleur ne veut décidément pas s’en aller si facilement. Ses muscles la tiraillent, et s’appuyer sur le matelas du lit pour se relever lui arrache un gémissement de douleur. Elle bataille quelques minutes pour se mettre sur ses deux pieds, puis il lui en faut encore à peu près autant pour quitter sa chambre. Sa vue n’est pas au mieux, sans doute parce que la souffrance augmente à chaque pas, et qu’elle était déjà grande au départ.

Les voix dans le couloir ne lui échappent pas. Un médecin semble exaspéré, et fait savoir une infirmière qu’il n’apprécie pas ce tournoi. Trois blessés graves en l’espace de quelques jours, dont un qui sera renvoyé pour sa finale alors même qu’il n’aura pas récupéré comme il se doit. Il s’énerve un petit peu, et la jeune fille ne peut que s’en vouloir un peu plus. Les trois blessés graves sont tous de son fait, elle-même se trouvant dans le lot. Ce médecin ne serait pas en colère contre ceux qui ont organisé le tournoi si elle avait été une vraie kunoichi, comme Aimi ou Kagura. Au long de son parcours du couloir, sa vue devient un peu plus trouble, mais ses idées plus claires également. Pourquoi continuer dans cette voie, si cela engendre le malheur de ceux qu’elle aime ? Si de gentilles personnes souffrent de son fait ? Elle prendra le temps de récupérer, puis ira annoncer à Aimi qu’elle renonce à continuer d’être shinobi. Cela devrait soulager beaucoup de personnes, entre ceux qui doutaient de l’intérêt d’une Kunoichi qui ne veut pas tuer, et ceux qui l’ont vu faire preuve de brutalité lors de deux combats. Elle s’adosse un instant contre un mur, épuisée et légèrement transpirante, lorsqu’elle aperçoit devant elle, dans une chambre dont la porte est restée ouverte, l’incarnation de la bonté et la personne qui se rapproche le plus d’un ange, dans son apparence physique comme dans sa personnalité.

Elle voudrait fuir, ne pas la regarder. Elle ne le mérite pas, car c’est sa faute si Kagura est à l’hôpital, plutôt qu’auprès de sa famille. Elle n’a même pas réussi à gagner son combat pour honorer son amie qu’elle a à ce point amochée. Mais si son cerveau lui ordonne de courir jusqu’à sa propre chambre, quitte à se déchirer ses muscles tout juste réparés, son corps en décide autrement. Avec une démarche digne d’un zombie, la Genin traverse le couloir et se tient à l’encadrement de la porte pour ne pas chuter. Dans ce qui ressemble presque à trois derniers pas assez pitoyables, elle finit sa course à genoux, la tête entre ses bras, ces-derniers posés sur le lit, juste à côté de la Nagamasa. Peut-être que celle-ci a été surprise, et ne l’a pas vue arriver, qui sait ? Quoi qu’il en soit, Seika n’ose pas montrer son visage, et parle d’une façon difficile à comprendre, comme ses bras couvrent le son de sa bouche :

« Kagura… J’ai honte, je suis désolée… Je ne sais pas quoi dire… »

Il est difficile de le percevoir, mais la brune pleure, les manches de ses vêtements de patient se retrouvant imbibées de ce précieux liquide lacrymal. Elle n’arrive pas à en dire plus, et ne sait que dire. Si son amie veut qu’elle quitte les lieux, alors la châtaigne s’exécutera au plus vite, quitte à doubler sa souffrance.




_________________
Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] Ww18

♥ Merci Aimi pour cet avatar et Aditya pour cette signature, tous deux parfaits ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7615-quoi-feur-enfin-plutot-fleur-pour-le-coup-yawa-seika#63983
Nagamasa Kagura
Nagamasa Kagura

Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] Empty
Ven 15 Mai 2020 - 7:19
Le pardon d’une soeur

Kagura avait reçu la visite de son oncle, Jiraya et de Zanshi, sa fille adoptive depuis quelques minutes, voire heures. La blanchâtre n’aurait jamais cru qu’à son réveil, il se passera autant de choses. Cela dit, ça lui permettait de se replonger dans une vie normale, comme si de rien n’était. Cependant, son état la rattrape assez vite avec quelques cauchemars à propos de sa défaite. En réalité, la Nagamasa n’en veut pas à Seika et ça ne sera jamais le cas, car elle l’aime trop pour cela. Or, son corps est tout simplement marqué et traumatisé par la violence qu’il a dû recevoir. Après tout, selon l’infirmière, c’est tout à fait normal et il faudra quelques jours pour que ça passe un peu. Mais, on lui a surtout conseillé de reprendre une vie simple et une activité pour mieux supporter tout cela. Selon Kagura, son oncle a dû être averti et il n’a pas cherché à attendre pour lui parler à propos de Zanshi. La blanchâtre allait devoir se concentrer sur son nouveau rôle, être mère. Cela la fait rire, car, il y a peu, elle ne savait pas comment faire des bébés ni comment s’y prendre pour faire l’amour. Franchement, elle avait l’impression d’être née, il y a peu, comparer à d’autres femmes. En tout cas, la Onna-bugeisha fera tout son possible pour s’instruire et être une bonne mère pour la petite Zan. Cela allait être tout nouveau pour l’Iwajine et ça allait occuper pas mal son esprit.

Seule dans sa chambre, elle se sentait un peu fatigué avec tout ce qui vient d’arriver. La jeune femme tente de se reposer pour ses prochaines visites. Fermant les yeux, elle revoyait la scène où Seika l’enchaîne d’attaque violente avant de succomber. Difficile de fermer l’œil à cause de cette vision répétitive. Or, il fallait être plus fort que ça, savoir se relever après être tombé. Aller de l’avant, se montrer forte et ne pas baisser les bras. Après tout, Kagura veut entrer dans la Shishiza et devenir Tsuchikage, il n’était pas question de baisser les bras. Du coup, la blanchâtre referment les yeux et tente de s’endormir, faire une sieste pour reprendre des forces. Penser à des choses positives, Zanshi et leur nouveau lien, Ryôko et ses jumelles, Tsuyoshi et son charme, Seikan et son sourire d’ange ainsi qu’à Aimi et sa timidité. Et tant de bonnes choses comme les fraises qu’elle mange dans sa chambre. Cela semble fonctionner, la Nagamasa ferme les yeux et s’endort pendant une heure. Ouvrant les yeux, elle sent tout de même une présence dans sa chambre et des bruits de pas. Se mettant en position assise, Kagura aperçoit une jeune fille, mais pas n’importe laquelle, Yawa Seika. Cette dernière semble en piteux état, comme si elle venait de sortir d’un lit d’hôpital enfin elle porte une blouse blanche comme n’importe quel patient. En tout cas, Kagura était très surprise de sa présence. La châtaigne semble lui parler, mais difficile de la comprendre. Elle semble transpirer et pleurer, ça pouvait surtout s’entendre. Peut-être s’excuse-t-elle de l’avoir mis dans cet état ? Il y a des chances, connaissant la Yawa.

Kagura soupire et se lève de son lit, utilisant son unique bras pour s’aider. Son bras droit se trouvant dans un attèle. La Nagamasa se déplace dans sa chambre avec sa blouse blanche alors qu’en dessous, elle n’a rien, il y avait même une ouverture à son dos où on pouvait presque tout voir. La jeune femme semble boiter un peu et se place à côté de la brune. De sa main gauche, elle la place délicatement sous le menton de Seika et lui soulève la tête afin de placer son visage en face du sien. « Seikan-nee… » Dit-elle en voyant un visage larme, cela faisait mal au cœur de la blanchâtre. « Tu n’as pas à t’excuser, tu n’y es pour rien. C’est à moi de m’excuser pour t’avoir provoqué et cherché à ce que tu te donnes à fond, en sachant très bien que ce n’est pas dans ta nature. » Elle vient sécher les larmes de sa cadette avec sa main gauche et lui adresse un baiser sur le coin des lèvres. « Arrête de t’en vouloir, d’accord ? Je ne t’en veux pas du tout. » Elle l’enlace tendrement avant de la forcer à s’allonger sur son propre lit d’hôpital. « Allonge-toi, ma princesse ramen. Tu sembles souffrir, ça se voit à ta tête. Idiote, tu n’aurais pas dû te forcer à te déplacer. » Elle se tient contre le rebord de son lit et verse des larmes. « Je m’en veux de t’avoir brisé à cause de ma faiblesse et de mon comportement. Je suis désolée d’avoir frappé à ta cuisse gauche en sachant que tu as été blessée. Mais Seika… Je t’interdis de te blâmer, je t’interdis de pleurer, de souffrir… Je veux la Seika souriante et pleine de vie, celle dont j’aime énormément de tout mon être. Tu es ma petite sœur, ma véritable petite sœur dans mon cœur. Je veux te retrouver, pitié…j’ai besoin de toi. » Dit-elle en lui caressant les cheveux. « Je t’aime, Seika. » Exprime-t-elle ses sentiments fraternels à la cadette. Et ensuite, elle lui annonce une nouvelle dans la foulée. « Je… Je suis…maman… » Dit-elle timidement, car au fond, elle voulait que Seika soit la première à le savoir.


_________________
Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] 1555900482-signakagura1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6315-nagamasa-kagura-un-samourai-ne-devrait-etre-ni-pompeux-ni-arrogant-terminee#52357 https://www.ascentofshinobi.com/t6358-nagamasa-kagura-journal-de-bord https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Yawa Seika
Yawa Seika

Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] Empty
Sam 16 Mai 2020 - 17:28
Plus affalée qu’autre chose, sur le lit de celle qui est blessée par sa faute, Seika est en larmes, bien trop fragile pour ce monde de brutes. Au fond, elle a été la plus brutale du tournoi des Genin, allant jusqu’à briser des os à ses adversaires, et c’est sans doute ce qui est le plus dur à assumer pour elle. Son pouvoir, qu’elle a durement acquis et qui n’est aucunement héréditaire, comme le sont certains, est une véritable arme à tuer et dans la plus grande des douleurs pour l’adversaire, tout comme pour elle-même. La brune ne peut pas simplement envelopper ses coups dans un fourreau, comme l’a fait Kagura avec ses sabres, afin d’en atténuer la force. C’est sans doute la différence entre les deux : la Nagamasa sait se battre sérieusement, sans risquer de traumatiser son vis-à-vis pour un combat supposé amical. Finalement, si la Yawa a gagné l’affrontement, elle reste celle qui est la moins expérimentée, et sait au fond d’elle qu’en situation réelle, elle aurait indéniablement perdu.

Le mouvement de l’immaculée la surprend, mais ses muscles sont trop éprouvés pour qu’elle ne puisse se mouvoir à temps, laissant ainsi la Samouraï venir jusqu’à elle et lui saisir le visage. Les yeux rouges à cause de ses pleurs, elle la regarde, même si elle ne s’estime pas digne de le faire, et écoute ses paroles. Tout ce que dit l’ange est à la fois beau, et elle sait que c’est vrai, pour une partie du moins – celle sur le fait que les torts lui incombent est fausse et le sera toujours pour la châtaigne – mais ne semble pas suffire. Néanmoins, elle parvient à affronter son regard, suite à tout cela, et ne refuse pas l’aide pour aller dans le lit, bien que l’état de sa grande sœur soit aussi préoccupant que le sien. Bien installée, ses larmes pratiquement séchées, elle écoute alors la fin des mots de la blanche, rougissant légèrement, puis finit totalement subjuguée par la conclusion. Elle se remet alors à pleurer, et s’excuse de nouveau :

« Kagura… Tu veux dire que… Tu attendais un bébé, et je t’ai frappée comme ça ? »

Sa naïveté ne manquant pas à l’appel, elle comprend que la Nagamasa était enceinte durant leur combat, et même avant cela, forcément. Elle pense donc avoir risqué la vie du bébé, ce qui la replonge aussitôt dans les tréfonds du désespoir, alors même que Kagura avait réussi à lui faire comprendre qu’elle pouvait de nouveau la regarder comme une grande sœur, et non comme une victime de sa brutalité gratuite, de sa méchanceté répugnante.

« Je ne sais pas… je suis désolé, mais je suis contente que tu aies réussi à avoir l’enfant. J’espère qu’il n’y a pas eu problèmes par ma faute. Je t’aime grande sœur, et je suis vraiment désolée. Je n’aurais pas dû me battre à fond, même si tu me l’as demandé… J’aurais dû contrôler mes coups, mais je suis trop faible pour contenir ma propre force. »

Finalement, rien ne pourra ressortir aujourd’hui quant à son dégoût du combat et d’elle-même, mais la jeune fille peut encore repartir de cet endroit en ayant l’impression qu’elle n’a pas perdu, ni son amie, ni sa grande sœur, lors de ce combat. Cependant, l’histoire de l’enfant la perturbe trop pour qu’elle ne réussisse à en apprécier la nouvelle. Elle ne peut s’empêcher de penser qu’elle aurait pu nuire à l’enfant, en frappant au niveau de son ventre.



_________________
Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] Ww18

♥ Merci Aimi pour cet avatar et Aditya pour cette signature, tous deux parfaits ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7615-quoi-feur-enfin-plutot-fleur-pour-le-coup-yawa-seika#63983
Nagamasa Kagura
Nagamasa Kagura

Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] Empty
Jeu 28 Mai 2020 - 11:54
Hôpital

Pauvre Seika, la petite châtaigne s’en voulait terriblement d’avoir fait autant de dégâts chez la Nagamasa. Elle s’était même forcée à se rendre dans la chambre de la blanchâtre pour y faire ses excuses. Au vu de son état, la petite Yawa était un peu mal en points, voire beaucoup même vu son visage. Elle se faisait mal en venant jusqu’ici et ça rendait Kagura triste de voir sa petite sœur comme cela. Après l’avoir pardonné et même s’excuser de l’avoir forcé à aller si loin, la Onna-bugeisha force tout de même la cadette à s’allonger sur son propre lit, lui laissant la place. Kagura essayait d’être la plus douce possible avec Seika, qui était en larmes et difficiles de savoir si c’est parole l’avait vraiment touché ou pas. Il lui fallait donc apporter une bonne nouvelle, ainsi l’amie des chats retrouvera le sourire et pourra ne plus penser à ce combat. Difficile d’en vouloir à Seika, impossible d’oublier une quelconque tendresse à lui offrir à son égard. Au fond, Kagura aime profondément Seika et tient trop à elle pour lui faire du mal. Malgré ses douces paroles, il semblerait qu’il y avait un malentendu. Kagura est devenue maman, Zanshi est devenue sa fille adoptive, mais au vu de la réaction du poing de pierre, sa petite sœur avait mal compris. Du moins, la Blanche avait dû mal s’exprimer sur la bonne nouvelle. Kagura enceinte ? Cela la fait rougir. « Ah…euh…non, il...il y a confusion, nee-san. » Dit-elle en lui caressant le dos. Alors là, il va être difficile de récupérer Seika dans son délire.

La Samouraï l’écoute attentivement, Seika n’a pas trop ne compris ni pris en compte ce qu’avait dit Kagura juste avant. La châtaigne semble trop perturber par l’État de Kagura et encore sous le choc du combat. Il était difficile de la faire sortir de sa tête qu’elle y est pour quelque chose. Trop de charge sur les épaules, ça pouvait nuire à la santé. Voyant l’état actuel de la Yawa, ça faisait réaliser qu’elle ne pouvait pas se permettre de se morfondre. Aucunement, sa cadette a besoin de soutien et d’aide, ça donnait envie de se battre pour revenir au top de sa forme que ce soit psychologiquement et physiquement. Sa main gauche se dépose sur le haut du crâne de Seika dès qu’elle finit de faire son monologue. « Baka. J’ai adopté une enfant de mon clan, Nagamasa Zanshi. Elle a perdu sa grand-mère, il y a peu, son unique tutrice légale. Je ne suis pas enceinte, Seika. Tu n’as pas à te sentir mal. Si j’avais été enceinte, je n’aurais pas participé à l’examen Chûnin et tu aurais été l’une des premières personnes au courant. » Dit-elle et approche le visage de Seika vers le sien, caresse son petit nez contre le sien. « Tu n’es pas faible, tu le crois, car tu manques de confiance en toi. On ne devient pas un monstre en blessant involontairement un ami. Je t’interdis de pensée de cette manière et à te rabaisser. Tu as un énorme potentiel, tu seras capable de me protéger et protéger ceux que tu aimes, Seika. On ne devient pas fort du jour au lendemain, ça demande de l’entraînement et de la maîtrise. Le fait que j’ai mis mes sabres dans un fourreau, c’est parce que je suis incapable de maîtriser parfaitement le Kenjutsu. Je suis comme toi, je manque d’expérience. Cela dit, on a ce quelque chose en plus pour nous aider, des amis et senseis. » Dit-elle avant de déposer un tendre et rapide baiser sur les lèvres de Seika. La Nagamasa pose son front délicatement sur le sien. « Seika, tu es ma petite sœur de cœur, tu fais partie des êtres vivant à qui je tiens énormément et que j’aime profondément. Tu es mon soleil, celui qui réchauffe mon cœur avec ton magnifique sourire. Tu es comme mon sang, celle en qui je fais énormément confiance et que je donnerai ma vie pour elle. Tu es mon âme sœur, celle en qui je crois et pardonne tout, car j’ai foi en elle. Pour moi, tu fais partie de mon monde. Et ça, jusqu’à ma mort. Je t’aime, ma petite sœur chérie. » Finit-elle en l’enlaçant tendrement.

Kagura sourit, elle avait dit tout ce qu’elle avait dans son cœur pour Seika. Elle espérait que ce message d’amour fraternel pourrait toucher la brunette à tout jamais, montrant que Kagu ne lui en voudra jamais pour le tournoi. Soudain, une infirmière, celle qui s’occupe de la blanchâtre, entre dans la pièce. « Oh…la petite brune n’est pas censé être dans cette chambre. Je vais devoir la ramener avant de m’occuper de ta toilette, Kagura-chan. » Dit l’infirmière. « Bien, elle a besoin de repos. » Répondit-elle avant de regarder Seika. « Ma princesse, tu vas retourner dans ta chambre et te reposer. Quand on ira beaucoup mieux, je t’inviterai dans un Onsen et je m’occuperai de toi, personnellement. » Finit-elle en lui caressant les cheveux. Aidant l’infirmière à retirer Seika du lit et dire qu’elle allait devoir la déplacer sur un fauteuil roulant pour qu’elle ne force pas trop. « Seika. Je t’aime, nee-san. » Dit-elle avant d’aller dans la salle de bain pour se faire laver et changer ses bandages par l’infirmière.


Résumé:
 

_________________
Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] 1555900482-signakagura1
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6315-nagamasa-kagura-un-samourai-ne-devrait-etre-ni-pompeux-ni-arrogant-terminee#52357 https://www.ascentofshinobi.com/t6358-nagamasa-kagura-journal-de-bord https://www.ascentofshinobi.com/u1136
Yawa Seika
Yawa Seika

Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] Empty
Sam 30 Mai 2020 - 8:26
Atterrée d’avoir pu mettre en danger l’enfant de Kagura, Seika replonge aussitôt dans une situation de doutes. Certes, elle n’a pas totalement oublié le combat, ni le second contre Meho d’ailleurs, mais les mots de l’immaculée était fort réconfortant. Après tout, aussi forte et brutale soit-elle, elle ne reste qu’une enfant et a besoin d’être rassurée. A son âge, sa confiance en elle est encore en train de se former, et les événements du tournoi n’ont pas aidé à la faire mûrir dans la bonne direction. Si la Nagamasa emploie des mots importants, qui sauront la remettre dans le droit chemin, il est des choses que seules certaines personnes peuvent changer radicalement. Dans son cas, il lui faut plus que sa grande sœur qu’elle aime énormément pour y arriver. Il lui faut une figure maternelle, qui sache ce qu’elle a vécu et qui le comprenne. Malheureusement, sa génitrice ne saura l’y aider, mais l’autre figure maternelle qu’elle connaît pourrait y parvenir, sans nul doute : Chiwa Aimi.

Ceci mis à part, Kagura ayant une place importante dans son cœur, il est évident que ce qu’elle dit à la Yawa pour la rassurer va faciliter le travail de la Chûnin, et aider la châtaigne à progresser. Les mots et les gestes de la Samouraï la touchent et ont un effet immédiat. Savoir que l’enfant n’est pas d’elle, mais adoptée, la rassure énormément, et elle se dit que la jeune femme fera une parfaite mère pour elle. Par ailleurs, ce qui s’ensuit la laisse perplexe. Entre le baiser – sans doute simplement amical – et les mots, la petite ne sait plus où donner de la tête, rougissant d’abord légèrement, puis un peu plus. Elle laisse parler Kagura jusqu’au bout, et avant de pouvoir répondre à cette déclaration qu’elle a du mal à qualifier, une infirmière intervient. Alors qu’elle se retrouve sur un fauteuil roulant avant d’avoir pu dire un mot, elle répond tout de même, ne sachant pas à quoi elle dit amen :

« Moi aussi je t’aime, grande sœur. Je ferai tout pour te protéger, tout comme tu le feras pour moi ! Je suis sûr que tu feras une très bonne mère, pour Zanshi, tout comme tu es une très bonne grande sœur pour moi ! »

Elle lui lance un grand sourire en s’éloignant, n’étant pas encore décidé à vouloir devenir plus forte. Peut-être que certaines rencontres l’aideront à vouloir encore progresser, mais dans l’immédiat, la porte restera fermée, aussi longtemps qu’elle ne saura pas se maîtriser. Il est évident que la jeune fille a beaucoup à faire avant de pouvoir acquérir plus de pouvoir. Apprendre la médecine et l’Iroujutsu pour soigner les autres sera un premier point intéressant, mais aussi cogner plus fort, quand elle saura déceler le pouvoir de ses adversaires et déterminer si ceux-ci sauront résister ou non. Arrivée dans sa chambre, il ne lui faut pas longtemps pour se rendormir, fatiguée par son trajet, ainsi que les bonnes nouvelles apprises, et perturbée par la déclaration de Kagura qu’elle ne sait toujours pas classer. Leur prochaine rencontre pourrait être placée sous le signe du quiproquo.



_________________
Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max] Ww18

♥ Merci Aimi pour cet avatar et Aditya pour cette signature, tous deux parfaits ♥
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7615-quoi-feur-enfin-plutot-fleur-pour-le-coup-yawa-seika#63983

Repos de l'Onna-bugeisha [Libre - 2 personnes max]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: