Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Solo] Une semaine en garnison

Hue Mirko
Hue Mirko

[Solo] Une semaine en garnison Empty
Jeu 7 Mai 2020 - 23:42

Jour 1 : Jeux de mains, jeux de vilains


Mirko suivi en silence l’un des officiers, l’emmenant dans un dédale de couloir qui lui semblait anormalement propre. Le jeune homme avait pu voir en arrivant l’état d’esprit de certaines recrues, dont il doutait de posséder une intelligence quelconque, et pourtant restait bluffer quant à l’ordre qui y régnait dans les locaux. La discipline militaire avait-elle donc autant d’effet que la peur qu’il avait pu avoir plus jeune de sa sensei ? Ses cicatrices le prouvent, on n’a pas été tendre avec lui, pourtant, il ne lui en veut pas. Il est un autre homme à présent, très certainement embrigadé, mais loin d’être à plaindre. On lui avait d’ailleurs encore fait cette réflexion au bureau du recrutement, tout comme le garde au poste des portes d’Urahi, on reprochait à l’étranger d’avoir un regard vraiment mauvais. Mirko pestait en silence, on lui demandait de paraitre normal, elles étaient drôles ses cheffes, on ne l’a justement jamais formé à être normal. Le nouveau venu n’eut pas plus de temps pour y songer, l’officier l’accompagnant le fit s’arrêter devant une porte, les dortoirs à en croire les noms placardés dessus. Mirko observa sans un mot, alors que le supérieur se tourna vers lui, la main déjà posé sur la poignée :

- C’est ici que tu logeras jusqu’à ton affectation à une Unité, ils sont déjà deux shinobis à avoir intégré la sélection cette semaine. D’après mes supérieurs, on en attendrait deux autres. ( Il poussa la porte, les rares bruits qu’on aurait pu entendre à l’intérieur se sont tu. ) Recrues, saluez.

Dans un unisson parfaitement coordonné, un duo c’était redressé, faisant face aux arrivants, adressant un salut irréprochable. Il eut par la suite comme un flottement, l’officier balayant la chambre du regard, semblant chercher le moindre reproche à faire, ou plutôt à ne pas faire. Il finit par souffler ‘repos’ à la troupe puis invita Mirko à passer devant :

- Les gars, vous avez une nouvelle tête qui vous rejoint. Voici Hue Mirko, qui nous vient de Jôheki no Kuni, Vous serez appelé dans l’heure pour l’entrainement plus tard, profitez de votre temps entre pour faire connaissance.

Sans plus de cérémonie, l’officier s’éclipsa, laissant l’étranger affronter du regard les autres ninjas de la pièce. Fort heureusement, l’un d’entre eux s’approcher pour arrêter cette ambiance pesante, c’était un gars approchant la trentaine, le plus vieux du groupe :

- Enchanté, Mirko-san, je suis Kichiro, je te souhaite la bienvenue dans notre dortoir. Je vais te présenter à tout le monde.

L’individu s’avérait être le premier de cette promotion, autant à sa date d’arrivé que sur l’évaluation de ses performances. La plupart de la garnison s’étaient rapidement liés d’amitié avec lui, le traitant presque comme un tuteur, autant dire qu’il était populaire. Quant au second, un certain Hayato, c’était un brun du même âge que Mirko, avec une forte addiction aux jeux, mais aussi un bon potentiel qui lui valu son recrutement, il est suivi de près par le corps médical ceci-dit. A ce moment, Mirko se demanda comment il allait aborder la chose, il ne valait mieux pas se brouiller avec ses amis de chambre… On lui demandait de s’intégrer en société pour la première fois, et voilà ce qu’on lui offrait. Mirko eut du mal à contenir son agacement, c’est avec une moue certaine qu’il finit par remercier ces deux lascars de leur accueil. Après tout, il allait s’en doute passer un long moment avec eux…

Par chance, Kichiro avait l’habitude de réconforter n’importe qui à apprécier son nouvel environnement, même les plus récalcitrants. Ce type avait un tac légendaire, sachant comment efficacement brosser dans le sens du poil, il prit rapidement le nouveau venu sous son aile. Mirko, troublé mais pas farouche, renflouant ses pensées sombres, se laissa aborder, curieux de voir où cela pourrait lui mener. A sa grande surprise, écouter son ainé lui présenter la vie en caserne et à Urahi fut assez plaisant, même très instructif. Le Hue qui n’avait jamais vraiment connu de contact extérieur, hormis dans sa bulle avec de rares privilégiés le manipulant, pensa être finalement pas mal tombé. Il se disait même que son état d’esprit aurait pu être tout autre si son introduction avait capoté à un moment ou un autre. Pendant ce temps-là, Hayato ne se fit pas vraiment remarquer, bouquinant dans un coin, des paquets de cartes rangés devant lui sur sa table de nuit. Tout ceci intriguait Mirko, n’ayant jamais vu ces sortes de calligraphies cartonnées, Kichiro lui parlant remarqua ce déport d’attention, il invita le nouveau à le suivre. Tirant Hayato de sa lecture, le sensei de la troupe lui demanda d’introduire Mirko à sa passion pour les jeux de cartes, comme cela semblait le captiver. Après un rechignement et une promesse d’échange de plat au mess, le joueur roula des yeux et accepta, prenant un paquet dans ses mains, triant les cartes à une vitesse et une dextérité folle. Impressionné, Mirko se demanda quels genres de techniques mortelles pouvait-on établir avec autant de doigté, loin de se douter que tout ceci n’était que pour jouer, mais aussi tromper et tricher. Malgré cette incompréhension des débuts, il s’avéra que l’étranger faisait bon élève, il posa des questions : sur les règles, l’art de trier, distribuer, se laissant facilement avoir par les coups bas, mais cherchant à les étudier puis les reproduire. Hayato fut le premier surprit, généralement, les gens ne s’intéressé pas vraiment aux jeux de cartes, pourtant ce Mirko semblait comme un gamin prenant gout à une chose qu’il découvrait pour la première fois. Malheureusement, avant qu’ils ne puissent progresser plus encore, un coup de sifflet fit se réveiller tout le bâtiment, signalant un rassemblement général à l’extérieur…


On mettait clairement les shinobis à l’honneur dans cette garnison, dire que le Teikoku prônait l’égalité des chances… Il semblait y avoir certaines exceptions. Lors du rassemblement devant l’un des dortoirs de la garnison, on fit immédiatement le distinguo entre les recrues normales et shinobis. Les derniers, moins nombreux, avaient certains privilèges, et faisaient des envieux chez leurs voisins. La petite division fut inspectée par l’un des généraux, qui annonça le début d’une après-midi d’exercices, ils furent alors accompagnés sur le terrain d’entraînement. Les recrues shinobis avaient une petite zone qui leur était accordée, bien au centre du large banc de sable où le reste du bataillon s’exerçait. On voulait en faire un spectacle en les exhibant à la vue de tous, certains sergents déjà sur place avaient momentanément stoppé les exercices de leur homme pour observer le groupe de ninja fraichement recruté. Mirko avait l’air ailleurs, regardant à droite à gauche, tout était nouveau pour lui, dans sa globalité. Après tout, il a vécu reclus et prisonnier pendant des années, ne respirant que l’air frais depuis à peine deux mois. Le formateur qui l’avait accompagné dans la matinée se présenta devant son groupe, présenta une nouvelle tête :

- Messieurs, je vous en avais parlé plus tôt, voici Minoru Susumu. ( Il laissa l’intéressé saluer platement, exhibant son crâne luisant, sans un cheveux, et ce malgré son jeune âge. ) Il nous vient d’un temple de moine combattant, à l’est du pays, on nous vante leurs mérites et j’aimerais y assister de mes propres yeux. ( Il se tourna vers Mirko, lui demandant de s’avancer d’un pas. ) Le nouveau, tu nous viens de Jôheki no Kûni, si j’ai bonne mémoire, j’ai entendu pas mal de chose sur ton clan. Vous seriez assez talentueux avec votre Kekkei Genkai, les gradés seraient curieux de le voir à l’œuvre. Pour débuter votre entrainement commun, Susumu et toi allez-vous défier, cela nous permettra de vous évaluer. En piste.

C’était assez soudain, Mirko mira en direction du moine qui affichait un grand sourire, sincère, ce type n’avait aucune volonté de combattre. Le jour et la nuit en comparaison du Hue, on invita les combattants à rejoindre le centre du petit terrain de sable, la division s’agglutina tout autour pour observer. L’étranger eut un sentiment de dégoût, il n’appréciait guère cette mise en scène. C’est alors que Susumu interpella avec une voix douce et paisible :

- Apprenons à mieux nous connaitre avec de petites passes amicales. Je suis certains qu’on apprendra plus l’un de l’autre que par les mots.

Mirko ne se doutait pas à cet instant, quand la cloche sonna, que ces fameux ’échanges amicaux’ allaient le révéler plus qu’il ne l’aurait dû…

Revenir en haut Aller en bas
Hue Mirko
Hue Mirko

[Solo] Une semaine en garnison Empty
Dim 10 Mai 2020 - 22:56

Âmes combattantes



Il y eut comme un flottement, le temps semblait se stopper, et le public venu assister à la présentation n’en revenait pas vraiment. Le formateur et l’état-major, ayant organisé le combat, ne s’attendait pas vraiment à voir venir un coup décisif aussi rapidement, on regarda en direction de l’arbitre, demandant s’il fallait stopper le match ou non. Mais il n’en fit rien, il décida d’attendre, d’observer.

Le jeune moine combattant, Susumu, était perplexe mais aussi inquiet, il ne se serait pas douté de prendre au dépourvu un combattant qu’on l’avait signalé comme compétent. Dans les premières secondes suivant le coup d’envoi, son adversaire avait machinalement parer tous les coups lui arrivant au visage, mais lorsque le chauve décida de profiter de son élan pour frapper le flanc… Hue Mirko, décida de ne pas parer ce coup de pied retourné, encaissant de plein fouet, le choc le faisant décoller sur le côté opposé sur deux mètres, se réceptionnant à genoux, sonné. Cela faisait une quinzaine de secondes qu’il ne bougeait plus, ses yeux fixaient le sable, sa main posée contre son flanc, il n’avait pas crié, pas réagit, il semblait comme arrêté. L’arbitre s’approcha de lui, l’interpela, l’absence de réponse le contraint à approcher d’avantage, il posa sa main sur son épaule. Immédiatement repoussé d’un revers, Mirko tourna la tête, lui adressant un regard froid, une rage silencieuse. L’officier recula, fit signe à l’état-major que la rencontre allait pouvoir continuer voyant le blessé se relever. Susumu soupira de soulagement, son adversaire était plus solide que l’on ne l’aurait pensé, il se remit en garde. Ce ne fut pas le cas de Mirko, qui examina une dernière fois le bleu se formant sur sa peau en dessous de son kimono. Il mira le moine, faisant clairement comprendre son mécontentement, il prit la parole :

- Tu te fiches de moi ?

Sur l’instant, son adversaire ne savait quoi répondre, ne comprenant pas vraiment cette intervention. Lui en voulait-il de l’avoir aussi amoché aussi rapidement ? Il resta tout de même sur ses gardes, ne le quittant pas des yeux, il lui répondit à son tour :

- Je prends ce duel très au sérieux, qu’insinue-tu ?

- C’est comme ça qu’on t’a appris à te battre ? ( Mirko fit quelques pas, il dénoua le obi de son kimono, laissant tomber son vêtement à terre. ) Tu gardais un coup si puissant en réserve, seulement pour le gaspiller sur une partie non vitale ?

- Que- Comment ? Hey’, le but n’est pas de se tuer.

- Tu n’auras pas ce luxe en situation. En plus de cela, tu laisses paraitre des failles dans ta garde quand tu utilise tes jambes, ça ne devrait jamais arriver.

Le visage de Susumu se durcit, était-il en train de le déstabiliser ? Ou voulait-il lui montrer sa façon de se battre ? Ça n’avait aucun sens, qui irait prendre un coup en jugeant que celui-ci ne lui serait pas fatal, juste comme ça ? Le moine savait qu’à cet instant, son adversaire aurait très bien pu parer, sinon absorber sa frappe, mais il n’avait rien fait, pourquoi ? En l’observant plus attentivement, il remarqua le long de ses bras, à présent découvert, une accumulation d’eau aux reflets blancs et roses, serait-ce… du savon ?

Soudainement, le public pu entrevoir l’utilisation d’un Kekkei Genkai encore inconnu au Teikoku, un grand nuage de bulles de savons se forma sous les pieds de Mirko, qui commença à adopter sa posture de combat. Susumu tenta de l’analyser avant d’entreprendre quoi que se soit, lui qui mettait ses bras le plus en avant pour bénéficier du maximum d’allonge. L’étranger quant à lui avait les bras très proches du corps, courbés, prêt à frapper, tel un boxeur. Le moine se demanda s’il serait bon de bouger le premier, c’était son initiation à cette forme de jutsu, il ne savait pas vraiment à quoi s’attendre, le jeune homme resta sur ses gardes, attendant la réponse de l’adversaire, qui ne tarda pas.

Mirko n’aimait pas ce terrain sablonneux… Il ne pouvait pas utiliser son jutsu à plein potentiel, le sol agirait comme une éponge. Il bondit en direction de son opposant, se faufila en courbant l’échine pour lui laissait le bénéfice du doute quant à quoi frapper en premier. Susumu avait prévu cette charge, il tenta d’écarter son adversaire de la main, pour ensuite le cogner au visage de sa jambe d’appui. Mais à sa surprise, sa main glissa sur la peau de Mirko, qui répondit d’un sourire narquois, ce dernier évita sans effort la remontée de genoux du moine. Profitant de son élan, le Hue opta pour un coup de coude retourné, enchainant d’un crochet, toujours en visant la tête. Susumu bloqua ses coups, mais commença à faiblir sur les enchainements, ce que les observateurs ne pouvaient voir, c’était sa difficulté à encaisser. L’étranger frappait fort, très fort, et les effets de rotations qu’il pouvait avoir en négligeant les frictions grâce à son savon, le combat se relevait très technique. Mirko était comme une bête sauvage, se plaquant littéralement à son adversaire pour qu’il ne puisse pas profiter de la moindre allonge, et quand on parvenait à lui immobiliser un bras, le mucus savonneux sur sa peau lui permettait de se libérer dans la foulé. Et puis… cet acharnement au visage, le moine bloquait encore et encore, tentant de repousser son adversaire avec ses jambes quand l’occasion se présentait. Il perçu une faille sur le flanc de Mirko, il cogna dès que l’occasion se présenta, touchant au but, avant de se rappeler d’une chose : son adversaire ne voulait-il pas qu’il agisse ainsi ? Le visage de Mirko s’illumina, ravit d’encaisser le choc :

- Tu perds ton temps, frapper ici ne me fera pas grand-chose, et tu me laisse l’occasion de profiter de la fenêtre que tu me donnes.

Il rendit la pareil, en plus puissant, directement sur la tempe du moine qui tituba sur le coup. Là où n’importe qui un peu fairplay l’aurait laissé s’en remettre, Mirko lui attrapa le bras et le balança par-dessus son épaule pour le cloué au sol. Il arma son bras avant d’être interrompu par l’arbitre.

- Il suffit, laissez-le se relever. ( Voyant Mirko ne pas réagir, mais retenant son coups, il haussa le ton. ) On n’est pas sur le champ de bataille, soldat ! Retirez-vous immédiatement !

Le Hue pesta et obéit à son supérieur, il aida même son opposant à se relever. Un instant que Susumu reprenne ses esprits, il remit sa garde, prêt à en redécoudre. Le shinobi au savon roula des yeux :

- Vraiment ? Tu souhaites continuer ? On est tous deux amochés, toi plus quoi moi je le pense. ( Il se tourna vers l’arbitre. ) Il ne sera plus question d’entrainement à se rythme, mais d’épreuve d’endurance et de tolérance à la douleur. Ce moine est compétent, mais n’a pas l’esprit d’un combattant, comme on pourrait l’attendre d’un soldat.

- Surveille tes paroles, répliqua l’arbitre, je ne vois pas de soldat en toi non-plus, sinon un sauvage qui tente de se faire passer pour ce qu’il n’est pas. ( Il mira en direction de l’état-major, qui lui fit signe. ) On en a terminé pour aujourd’hui, filez à l’infirmerie avant que je ne change d’avis.

Revenir en haut Aller en bas

[Solo] Une semaine en garnison

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu :: Camps d'entraînement
Sauter vers: