Soutenez le forum !
1234
Partagez

Une rencontre Psychotique

Nakamura Syoto
Nakamura Syoto

Une rencontre Psychotique Empty
Mar 12 Mai 2020 - 19:44
L’hiver 204 est pleine de surprise notamment pour la cité du savoir que représente Kumogakure no Satô. En effet, depuis cette période elle voit grandir en son sein une nouvelle génération, qui sur le papier a l’air assez prometteuse. La capitale du pays de la foudre est réputée pour ses avancées scientifiques mais également sur la formation, puisqu’elle a produit la première génération de Shinobi dont Meikyu Raizen est le porte-étendard. Cependant, celle qui a suivi était pétrie de talents mais n’a pas réussi à se hisser au même niveau que leurs aînés, alors qu’ils étaient portés par un engagement sans faille. Un avenir radieux leur était destiné, malheureusement ils n’ont pas réussi à résister face à la pression. Cette troisième génération que regroupe : Harusame Natsumi, Kappa Tengoku, Kudo Yüki et Nara Yumeko, est certainement l’avenir d’une nation en crise. Sauront-t-ils changer la situation que connait le village actuellement ? Pourront-ils reprendre le flambeau cédé prématurément par ceux qui les ont précédés ? Seul l’avenir nous le dira, et pour le moment ils ont du chemin à faire pour prétendre redorer le blason Kumojin, tel le Phoenix qui renaitrait de ses cendres.
Cela faisait à présent quelques jours que le Nakamura était rentré de son voyage, il reprit aussitôt le train de vie taciturne qui était le sien. Les rares sorties qu’il s’autorisait concernaient l’alimentation, les recherches à la Grande Bibliothèque, ainsi que quelques apparitions à l’Académie pour y donner cours de manière ponctuel. Lors de l’un de ses passages il eut vent de cette fameuse promotion, qui a priori sortait du lot, sa réaction était déconcertante. Le jeune homme de vingt-trois ans esquissait un sourire, pas celui que pouvait afficher une personne saine d’esprit, mais bien celui de quelqu’un atteint de démence. La lueur malsaine qui brillait dans son regard ne présageait rien de bon pour les quatre jeunes Genin.
Le flavescent ne souhaitait pas connaitre les informations qui étaient retranscrites dans leur dossier, selon lui cela gâcherait son plaisir, preuve que tout ne tournait pas rond chez cet homme. Par le passé, il avait délibérément souillé la dignité d’un adversaire en lui insérant un kunai dans un orifice, tout cela pour le plaisir. Il tenu tête à la secrétaire de la Régente, en lui proférant des injures, seulement dans le but de connaitre les limites de cette dernière. Usant de la manipulation et bien d’autres supercheries aussi farfelues les unes que les autres, certains soldats de l’Empire en ont fait les frais. Était-ce le comportement d’un génie incompris ? Ou simplement celui d’un psychopathe aimant les sensations extrêmes ? Une chose était certaine, il comptait s’amuser le plus longtemps possible avec les personnes qui croisaient sa route. Evidemment les adolescents n’allaient y faire exception.
Voulant rendre cette première rencontre inoubliable son esprit tordu concocta un jeu de piste qui semblait à première vue aisé, mais c’était loin de l’être puisqu’il envisageait de les balader dans toute la cité, en parsemant des indices à des endroits précis. Le premier indice les conduirait dans la Place centrale de Kumo, le deuxième les emmènerait près du mur de lamentations. Le dernier quant à lui les guiderait directement auprès du Nakamura qui se tiendrait en hauteur sur les collines qui surplombaient le village. Pas n’importe quelles collines, celles qui étaient à proximité de la Grande Bibliothèque. Arriveront-ils jusque-là ? Ou baisseront-ils les bras ?
Une fois que tout ceci fût prêt et que les apprentis shinobis mis au parfum, le Chûnin prit place à l’endroit indiqué. L’homme à l’apparence androgyne se tenait debout, profitant du paysage qui lui faisait face d’un air songeur, avant l’arrivée de ses invités. Tengoku, Yumeko, Yüki et Natsumi, ils avaient tous répondus présents. Aucun ne manquait à l’appel.
« Félicitations, vous avez su me trouver. » prononça-t-il calmement avec le sourire aux lèvres.
Le blondinet se retourna pour cette fois-ci faire face au petit groupe.
« La petite promenade vous a plu j’espère ? Vous ne me connaissez pas et de mon côté je ne sais rien non plus sur vous. Alors, si vous le voulez bien je vais commencer par me présenter. Je suis un Chûnin répondant au nom de Nakamura Syoto. Question basique : quelle est la raison qui vous a poussé à venir jusqu’ici alors que rien n’était précisé ? »
De son seul œil visible -l’autre étant dissimulé par un bandeau ainsi que ses cheveux- le gradé les scruta les uns après les autres pour observer leur réaction.
Spoiler :
 

_________________
Une rencontre Psychotique A6hp
« La faiblesse oblige la force, comme la trahison engendre le sang...»
Thème musical
(Merci Aditya pour le kit! ♥)


Dernière édition par Nakamura Syoto le Jeu 14 Mai 2020 - 5:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7895-syoto-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8045-la-releve-carnet-de-bord-en-cours#66953 https://www.ascentofshinobi.com/t8389-un-lourd-heritage-naragasa-daisuke
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Une rencontre Psychotique Empty
Mar 12 Mai 2020 - 22:05
Cela faisait des mois que le jeune Genin était arrivé à Kumo. Il apprenait sans cesse. Que ce soit en se cultivant avec ses visites à la bibliothèque. En gagnant de l’expérience avec des missions diverses et variées. Ou encore en s’entraînant avec des Shinobis plus expérimentés. Il ne chômait pas et ne comptait pas s’arrêter en si bon chemin. Cependant, le jeune fougueux n’en avait jamais assez. Il avait soif de savoir, de puissance. Il voulait en voir plus, en apprendre plus.

Et, comme par intervention divine, un soir, un papier fut glissé en dessous de sa porte. Ayant l’ouï fine il détecta sans délai ce mouvement. Curieux, avant même de ramasser le dit papier il ouvra la porte de chez lui et scrutant les environs : personne. Il s’était pourtant précipité. La personne qui avait glissé ce morceau de papier n’était pas n’importe qui. Il ramassa le papier et le déplia. Il le tenait des bouts des doigts tellement son aspect était horrible. Il se demanda, à juste titre, où avait bien pu trainer ce papier vu son effrayant état. Il n’était même pas sûr que ce soit du papier d’ailleurs. C’était difforme, ça dégageait une forte odeur de … Choses qu’il ne conviendrait pas de citer ici. Et oui, l’odorat de l’homme-animal pouvait lui permettre de détecter aussi ce genre de choses. Même si, en cet instant, il aurait bien voulu s’en passer. Il découvrit les écrits imprégnés çà et là sur le torche-balle. Enfin, les écrits… Qu’est-ce qui était le pire se demanda le jeune homme ? Le papier ou l’écriture de son expéditeur ? Il semblait que c’était un méli-mélo d’énigmes qui avaient pour but de trouver ce dernier. C’est tout ce que pouvait comprendre le Genin. Il arrivait à peine à lire la moitié du contenu de cette « œuvre ». Tengoku n’avait rien à faire le lendemain, jour du mystérieux rendez-vous. Il se demandait quel genre de personne pouvait être si habile dans ses mouvements pour échapper à sa perception mais à la fois si négligeant avec le support de la prise de contact. Le Genin voulait aller à sa rencontre pour une seule raison. Pour s’échapper si vite de devant chez lui ce mystérieux expéditeur devait être un ninja de talent. Peut-être même le plus fort qu’il ait eu l’occasion de rencontrer jusqu’à maintenant. Il devait donc en aucun cas manquer ce rendez-vous. Les temps étant encore difficiles à Kumo il n’avait pu que collaborer qu’avec des gens de son niveau ou à peine supérieur. Hormis ce féroce lieutenant louve. Mais comment allait-il faire pour résoudre ces énigmes qu’il arrivait à peine à lire. Il réfléchit quelques instants et, le sourire aux lèvres, parti se coucher. Sans le moindre doute que, le lendemain, il trouverait facilement ce mystérieux expéditeur.

De bonheur, comme à son habitude, le ninja orangé se leva et se prépara un bon petit-déjeuner qui n’avait de petit que le nom. Une fois terminé, il savait ce qu’il avait à faire mais face à ce morceau de papier il hésita plusieurs secondes. Comme face à un adversaire féroce : il prit son courage à deux mains. Ou plutôt, à deux narines. Il colla le papier contre son nez et renifla un bon coup pour marquer en lui ce mélange d’odeurs nauséabondes. Il chancela et faillit s’évanouir, à deux doigt de régurgiter son repas copieusement avalé.

Il partit alors à la rencontre de cet individu. Sur son trajet il fut pris de hauts le cœur à cause des odeurs maintenant gravées dans son esprit. Il n’aurait aucun mal à trouver son origine au vu de la puissance de ces dernières. Mais surtout au vu de leur singularité, ce n’était pas des odeurs qui courraient à tous les coins de rues, pas en si grande concentration en tous cas. Sa piste olfactive le conduisit directement à un appartement. Tengoku jeta un coup d’œil et pu constater que personne n’était à l’intérieur. Il conclut que ce devait être la demeure de l’énigmatique personnage. C’était ici qu’il retrouvait la plus forte concentra de cet infâme cocktail. Mais, d’autres sources étaient disséminées çà et là dans le village caché des nuages. Peut-être aurait-il gagné du temps en résolvant les énigmes ou alors peut-être n’aurait-il jamais trouvé les solutions ? De toute façon il s’était déjà débarrassé de ce papier qui lui titillé les nasaux. Alors, déterminé, il fit le tour de tous les spots qui semblaient rejetés cet ignominieuse effluve. Les diverses pistes l’amenèrent vers des endroits peu recommandables. Ces établissements aux activités diverses et variées étaient, à cette heure, fermées. Mais cela aidait le jeune homme à en apprendre en plus sur sa future rencontre, ou du moins, sur ses habitudes peu louables.

Jusqu’à arriver au point le plus éloigné, la bibliothèque du village. Sur les plus hautes hauteurs de la cité, elle gouvernait les Hommes de sa sagesse infinie. De telles odeurs à cet endroit ne respectaient pas la grandeur d’âme de cet édifice historique. Connaissant sa destination finale le jeune Genin réduisit ses capacités olfactives jusque-là accrues afin de ne plus se sentir agressé par cette présence invisible. Il essaya également d’oublier ces odeurs et leurs probables origines. C’était impossible.

L’individu était là, à les attendre. « Les », car Tengoku n’était pas seul. Il y avait trois autres personnes avec lui, dont la magnifique Natsumi. Avaient-ils, eux aussi, reçu cet impromptue invitation ? En face d’eux se trouvait un homme qui les surplombait depuis son promontoire rocheux. Même si son apparence ne permettait de définir avec exactitude son sexe, quelques détails techniques de type olfactifs qu’avait détecté Tengoku tout au long de la journée ne laissaient aucun doute. Il s’adressa à eux et Tengoku fut le premier à répondre.

« Agréable, je ne sais pas mais cette ballade fut pour le moins… »

Il fit une moue pour chercher le mot le plus approprié :

« Instructive. »

Pouvait-il comprendre où il voulait en venir ? Tengoku continua pour répondre à la deuxième question. Ah ça ! Pour que rien ne soit précisé, il ne pouvait pas mieux dire ! Même si quoique ce soit avait été précisé le jeune homme n’avait pas voulu faire l’effort de décrypter le charabia.

« Ce qui m’a amené ici ? Un simple détail. Le fait que vous ayez réussi à glisser un papier sous ma porte sans que j’aperçoive ne serait-ce qu’une ombre. Je cherche à apprendre des meilleurs, pour devenir le meilleur. Êtes-vous l’homme qu’il me faut ? »

Tengoku fit exprès de dévoiler le sexe de l’individu. D’une part pour lui montrer ses capacités et d’une autre part pour aider Natsumi qui aurait peut-être eu du mal à savoir à qui ils avaient à faire.





Dernière édition par Kappa Tengoku le Jeu 14 Mai 2020 - 10:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame Natsumi

Une rencontre Psychotique Empty
Jeu 14 Mai 2020 - 8:56




Non, une femme, ça syoto yeux !
C’était une journée hors de l’ordinaire au commerce de nouilles à base de féculent de la famille Harusame, le Panda Unijambiste. Je vous le dis ! Il y avait foule à l’intérieur, tous jacassant comme de vraies pies, bouffant bruyamment leurs repas dans une ambiance familiale et sans tension. J’y travaillais depuis le milieu de la nuit, mes parents m’ayant demandé d’aider aux préparatifs avant l’ouverture du restaurant à la clientèle, lieu, aujourd’hui, d’une promotion toute particulière : un deux pour un sur les plats de pâtes aux fruits de mer. Miam. Ah oui, un grand classique de la maison à un coût imbattable, pour toute la famille ou votre équipe nouvellement formée de cinq talentueux ninjas quittant leur première séance d’entraînement, affamés (N’y voyez pas là une tentative de placement de produit, non de non, vous seriez nouilles d’y penser). À tomber par terre, en plus, selon un certain bel homme qui, je l’espérais, allait repasser par ici !

À la fin de ce service plutôt mouvementé, alors que j’étais en train de desservir les dernières tables de ce qui les encombraient, je vis, au sol, non loin de la porte d’entrée, un petit bout de papier égaré. Le pauvre, tout seul sans ses parents, non mais ! Une lettre, sans doute échappée par un client maladroit qui ne s’était point rendu compte de sa malheureuse perte. Un p’tit inattentif, celui-là, halala. Je la pris et, ne voulant pas me mêler de ce qui ne me regardait pas, la mise de côté d’ici le possible retour de son triste propriétaire. Bon.

Ma journée complétée, je quittai l’établissement prestement en direction d’un endroit en particulier : le onsen de Kumogakure, les sources chaudes, endroit de relaxation et de plaisir charnel par excellence pour toutes personnes souhaitant se reposer un brin. J’avais une certaine appréhension, par contre, pour tout vous dire. Des informations circulaient au sujet de récentes réparations d’urgence au niveau d’un mur précis, sur lequel on y avait détecté la présence d’irrégularités, des trous juste assez larges pour qu’on y puisse zyeuter dans la section réservée à la gente féminine sans être dérangée par quiconque. À mon humble avis, cela devait être l’œuvre d’un vilain obsédé, un véritable pervers incapable de s’empêcher de se soulager à la vue de jolies jeunes filles dans leur plus simple parure, au plus naturel. Le monde ne tournait définitivement pas rond, ces temps-ci, déjà que l’on observait une soi-disant problématique de kidnappeurs, dans les environs. Je changeai d’avis, finalement, trop écœurée par une telle histoire et décidai de rentrer chez moi, sans aucun détour.

Le lendemain matin, je me préparerai, fidèle à mes habitudes, pour une marche santé matinale, l’objectif se voulant d’améliorer mes capacités à la suite de cette traumatisante perte de membre, survenue lors de l’attaque du Teikoku sur le village. Déterminée, la Natsumi, n’est-ce pas ? Avouez que vous m’aimez bien. Je quittai l’appartement bientôt, sans débouler l’escalier, je tiens à le préciser, puis débutai ma promenade en direction de la boulangerie du coin. Il me fallait bien prendre le petit-déjeuner, voyons, ne me traitez pas de gourmande. Au détour d’une rue sans importance, je le vis se défiler... cet éclair orangé, vive caractéristique d’un être bien-aimé. Éblouie d’abord, tachycardique ensuite et en chaleur enfin, l’effet ressenti fut considérable. Tout ceci se déroula d’un coup, ou presque, vlam! Oui, il bougeait là, devant moi, ce magnifique, herculéen, champion, divin, beau garçon, musclé, poli, dieu grec, pandaesque, (…) prince charmant de Tengoku. Je rougissais. À la manière dont il se mouvait, je compris de suite que quelque chose clochait, il cherchait, suivait une piste, certainement, le p’tit Kappanda ! Je décidai donc de le suivre, mais à distance, afin de lui concocter une mignonne surprise – moi ! - à la ligne d’arrivée de son périlleux parcours.

Déambulant par-ci par-là d’un bout à l’autre de la cité, il s’immobilisa tantôt, touchant à son but : une fem.... Un homme inconnu – selon Tengo, mais je doute de son analyse, sérieusement - semblait l’attendre à cet endroit. Un ami à lui, peut-être ? Un kidnappeur de pandas ? Probable. Je me précipitai vers mon fougueux ancien partenaire de mission afin de l’avertir de cet imminant danger, puis, dans la plus pure tradition de la maison, je fis une chute, plongeon direct et tête la première aux côtés du genin. La honte, non pas une, non pas deux, mais bien trois fois, avec le panda ! Malheur. Je me relevai, faignant que rien ne s’était produit. Vous n’avez rien vu, hein? Quoi ? Il répondait aux questions de l’inconnu ? Ah bon. Visiblement, cet interrogatoire m’était aussi destiné. Je répondis, gênée d’avoir à dévoiler le pourquoi de ma présence ici :


« Pour... pourquoi de telles questions, madame ? » dis-je, espérant masquer tout signe pouvant trahir le moindre de mes sentiments amoureux. Et, oui, je tins mon point quant à l’identité sexuelle de notre mystérieuse interlocutrice. Bon.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi
Kudo Yüki
Kudo Yüki

Une rencontre Psychotique Empty
Jeu 14 Mai 2020 - 11:35
Pour Yüki qui ne poursuivait que le courage, la force était le meilleur outil possible. Il laissait la curiosité et l’optimisme prendre peu à peu le dessus. L’homme le plus au courant de sa propre faiblesse était aussi celui qui affrontait constamment ses limites. Petit à petit, il finissait par conquérir chacune de ses failles et accepter le monde dans lequel il vivait. Il n’en était encore qu’au début de son voyage et même s’il tremblait de tout son être, il s’efforçait de trouver en lui le courage d’avancer. Ses parents commençaient à le remarquer, le jeune homme s’endurcissait. Yüki tout en tremblant avait décidé d’avancer ; il était donc dans les meilleurs dispositions possible pour cette aventure.

Le soleil se levait paisiblement lorsque le jeune homme entamait son rituel du matin. Il attachait son bandeau de shinobi autour de son cou, continuait de s’habiller et finissait par dire au revoir à sa mère en l’enlaçant. Sa quête vers la force, vers le courage lui donnait une énergie illimitée. Il découvrait en lui une véritable passion pour la réalité, rejetant ainsi peu à peu ses peurs. Comme c’était encore le matin et qu’il venait de faire un câlin à sa mère, il était détendu, il ne remarqua pas l’ombre qui le bouscula laissant dans sa main un simple mot. Le jeune sursauta inutilement avant d’ouvrir le mot avec un sourire courageux.

Une énigme ? Le goût de l’aventure surgissant dans le cœur du jeune homme, il s’attela à la tâche avec une concentration rare. Son sourire s’élargi en trouvant la réponse, la place centrale ! C’était justement sa destination, il accéléra le pas et sauta de temps à autres sur les rebords de certaines constructions pour avancer plus vite. La seconde épreuve fut à nouveau rapidement réalisé grâce à la vivacité du jeune homme, sa prochaine étape était trouvée : le mur des lamentations. Son corps plus puissant, lui permit d’avancer rapidement entre les épreuves sans se fatiguer. Son esprit enfantin lui était d’un grand secours, il vivait là un véritable jeu. Il n’y a jusqu’ici aucune trace de peur.

Il termina sa prochaine étape uniquement grâce à la chance. Mais d’autres vous diront que la chance est une incompétence importante à avoir dans la vie. La dernière étape mettrait en jeu sa force physique s’il souhaitait continuer sur son rythme rapide. Il n’était pour l’instant pas le moins du monde fatigué, il avait continué jour après jours à travailler sincèrement. Il prit donc le chemin le plus court pour lui, sollicitant ainsi de temps à autre son chakra pour s’appuyer sur certaines surfaces. Il vivait en ce moment précis, un véritable plaisir. Il continua ensuite de gravir avec un rythme soutenu les collines, il pouvait apercevoir de loin la Grande Bibliothèque. Il était dans la bonne direction.

Il arriva finalement au lieu de rendez-vous. Il avança deux silhouette le devançait de peu. Si c’était une course, alors il n’était que troisième ? Il reconnut l’une des personnes, Natsumi ?! Il se tut alors qu’une dernière forme arrivait derrière lui et que l’échange commençait. La personne qui semblait avoir organisé tout cela parla en premier. Un frisson parcouru le dos de Yüki ! C’était celui qui c’était introduit chez lui ! Ainsi alors que pleins de question lui brûlait l’esprit, il se contenta de répondre à son tour.

- J’ai eu l’impression de vivre une aventure, alors je suis venu.


Revenir en haut Aller en bas
Nakamura Syoto
Nakamura Syoto

Une rencontre Psychotique Empty
Dim 17 Mai 2020 - 3:50
Contre toute attente il ne manque que la Nara qui avait certaine ses raisons ne pas avoir accepté l’invitation du Chûnin. Bien que cette absence fît un peu tâche, le blondinet faisait plutôt bonne figure devant ce qui allait être ses futurs élèves. Prenant soin de les décortiquer un à un, à commencer par un visage familier. Kubo Yûki.
*Tiens, tiens, tiens… Serait-ce pas le gamin que j’ai testé l’autre fois ? Il m’a plutôt l’air en forme pour quelqu’un qui vient de subir ce genre de traumatisme, surtout à son jeune âge. Cacherait-il ses émotions ? Peu importe, l’essentiel c’est qu’il ait répondu présent. Il est toujours aussi naïf à ce que je vois, il pense vraiment qu’il va vivre une aventure ? J’ai l’impression qu’il ne se rend pas compte de ce qu’il l’attend dans ce monde impitoyable… Pour le faire sortir de sa bulle, je m’engage à lui faire subir les pires sévices, pour qu’il comprenne une bonne fois pour toute qu’à présent c’est un shinobi. Espérons qu’il sera prêt un jour où l’autre, sinon je ne donnerais pas cher de sa peau. Ce serait un gâchis de mourir aussi jeune. *
Le ninja du pays de la foudre n’était pas tendre envers le jeune garçon de treize-ans, non pas par pur méchanceté comme on aurait pu le penser, mais parce qu’il croyait en lui malgré tout ce qu’il s’était passé ces derniers jours. Il savait qu’il y avait du potentiel en ce garçon mais qu’il fallait prendre le temps de le façonner, et le temps il en avait énormément, puisqu’il n’avait pas missionné depuis son retour au village. Le jeune élève devait donc se préparer au pire, en ayant comme mentor le psychopathe de Syoto. Parce que pour l’instant ce qu’il avait vécu n’était qu’une promenade de santé. Résistera-t-il à la pression que lui mettra son professeur ? Seul l’avenir nous le dira.
Le prochain à passer au crible n’était autre que la seule demoiselle du groupe : Natsumi.
*Non mais c’est quoi ce boulet ? Je crois qu’à l’Académie ils ont fait une erreur, parce qu’elle ne pouvait pas sortir du lot celle-là. C’est à peine si elle sait tenir debout. Si elle souhaitait faire une entrée remarquée et bien c’était réussi. A coté d’elle, les anciens boulets qui me servaient d’équipiers, avaient le mérite de bien se tenir. Bon sang, qu’est-ce que je vais en faire d’elle… En plus de ça, elle ne prend pas la peine de répondre à de simples questions, est-ce qu’elle sait au moins pourquoi elle est ici ? Je n’ai pas l’impression. Allez, prends sur toi. *
Être appelé « Madame » n’était pas une information permanente à relever, le flavescent en avait suffisamment vu sur cette jeune femme, pour déjà la cataloguer en « potiche ». Le borgne lâcha par inadvertance un soupire qui en disait long sur son état d’esprit, puis son regard s’arrêta sur le dernier membre présent. Un certain Kappa Tengoku.
*Et voilà encore un qui n’a que ce mot à la bouche. Malgré ses faux airs assurés, il n’imagine pas tout le chemin à parcourir pour devenir comme il le dit « devenir le meilleur ». Ce n’est pas parce qu’il est athlétique qu’il doit se montrer arrogant, je me dois de le faire redescendre sur terre celui-là. Pas besoin d’être devin pour savoir qu’il ne sait se servir que de ses poings et non de son esprit, à mon avis c’est ce qui lui manque chez ce garçon. A première vue, il y aura certainement moins de choses à corriger chez lui comparé à ses camarades. Hâte de le voir à l’entrainement ! *
Depuis la dernière prise de parole du jeune Yüki, un long silence s’était installé entre les quatre les quatre Kumojins. Leur enseignant se rendit compte que cette équipe avait énormément de défauts mais que cela valait tout de même le coup de persévérer. Oui, le blondinet était curieux de voir la courbe de progression de chacun d’eux. Son goût pour les paris fous le poussa tout de même à relever le défi. En effet, le Nakamura allait faire tout son possible pour les pousser dans leurs retranchements quitte à employer des moyens peu orthodoxes, qu’importe les conséquences, tout ce qu’il voulait c’était de voir jusqu’où ces jeunes pouvaient aller. Une drôle de façon de concevoir l’enseignement…
« Si certains d’entre vous pensaient devenir meilleur en étant sous ma tutelle. Eh ben, vous faites fausse route. Je vous apprendrai à survivre en usant… » il tapota sa tempe avec son index pour leur signifier que l’intellectuel était la clé de leur survie dans ce monde dangereux. Etaient-ils prêts pour cela ? Ce n’était pas certains, mais il leur laissait le bénéfice du doute.
« Comme vous l’aurez compris, je serais à présent le responsable de ce groupe petit groupe. Ensemble, nous formerons désormais une équipe. »
Il leur laissa le temps qu’il fallait avant de continuer sa prise de parole.
« Mon intuition me dit qu’on passera de bons moments ensemble. Dit-il en esquissant un sourire, mais ce sourire était-il sincère ou dissimulait-il sa malice ? Difficile à dire. Avant de passer au vif du sujet, je souhaiterais tout d’abord connaitre vos aptitudes à tous les trois. Comme ça, ça permet aux uns et aux autres de mieux connaitre ses partenaires. Pour ma part, c’est le combat à moyenne et longue distance que j’affectionne le plus. Avec pour principaux domaines, le Ninjutsu et le Fuinjutsu. Et même si ces deux arts ressortent le plus dans mon style, je suis assez polyvalent.
Bizarrement il avait omis de mentionner sa capacité à ne faire qu’un avec son élément. Le borgne estimait que les apprentis n’avaient pas besoin d’avoir cette information pour l’instant. Chaque chose en son temps.

_________________
Une rencontre Psychotique A6hp
« La faiblesse oblige la force, comme la trahison engendre le sang...»
Thème musical
(Merci Aditya pour le kit! ♥)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7895-syoto-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8045-la-releve-carnet-de-bord-en-cours#66953 https://www.ascentofshinobi.com/t8389-un-lourd-heritage-naragasa-daisuke
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Une rencontre Psychotique Empty
Dim 17 Mai 2020 - 12:13
Derrière lui, il l’entendit approcher. A peine le temps de se retourner que la voilà le visage par terre, encore. Etait-ce une coutume chez elle ? Ou alors ne pouvait-elle vraiment pas rester debout à la vue de l’homme qu’elle appréciait tant ? Lui aussi, ça ne le laissait pas indifférent quand elle était à ses côtés.

Quoi qu’il en était, Tengoku fut surprit de la voir ici, l’avait-elle suivit ? Peut-être qu’elle l’espionnait de temps en temps sans qui le sache ? Mais il saisit assez rapidement qu’elle avait été invité, tout comme lui et un autre garçon bien plus jeune. Déjà diplômé de l’académie à un si jeune âge ? Le jeune homme ne pouvait cacher sa surprise en scrutant le petit homme. Ce devait être un enfant talentueux et acharné de travail.

Pour une quelconque raison, Tengoku comprit que l’homme qui les surplombait les avait convoqués, tous les trois. Pourquoi ? Il allait bientôt l’expliquer mais, avant ça, le jeune blond scruta et analysa les réponses des trois Genins devant lui. Celle qui passa le moins inaperçu fut Natsumi, bien évidemment. Elle savait donnait dans le théâtrale celle-là ! Mais elle avait joué une bien mauvaise scène de comédie dramatique. La première image étant la plus importante, elle était sur un échec. Voulant sans doute s’enfoncer d’autant plus elle appela l’homme « Madame ». Tengoku soupira. Il avait pourtant précisé le sexe de la personne dans le seul but qu’elle ne se trompe pas. Elle faisait exprès se disait-il ?

L’homme en face d’eux semblait déjà agacé par la jeune femme. Tengoku ne put s’empêcher d’essayer de rattraper le coup pour son… amie. Comme un prince venant sauver sa princesse.

« Veuillez l’excuser, elle a une … » Il hésita naturellement sur les termes à employer. « Blessure de guerre suite à l’attaque du Teikoku. C’est donc récent et elle s’en remet petit à petit. Doucement mais surement. »

En finissant sa phrase, il adressa un sourire réconfortant à la jeune femme. Les circonstances atténuantes permettraient-elles à Syoto de passer sur cette maladresse ?

Le Chunin se présenta un peu plus. C’était la première fois que Tengoku rencontrait un Chunin de Kumo. Il avait déjà eu affaire au grade homologue de l’armée impérial, des lieutenants. Mais les gradés à Kumo se faisaient de plus en plus rares. Souvent morts ou partis rejoindre le Fukkatsu.

Ce dernier disait qu’il ne les ferait pas devenir les meilleurs mais qu’il leur apprendrait à réfléchir avec leur tête. Ainsi ils allaient, tous les quatre, formaient une équipe. Mais prenait-il Tengoku pour un imbécile ? Devenir le meilleur ne signifiait en aucun cas avoir la plus grande force brut. Se servir de son intelligence était primordial, le Genin le savait. Et pas que dans un affrontement car les plus forts étaient souvent ceux qui arrivaient à éviter les affrontements. Mais le jeune Genin garda toute remarque pour lui. Non pas pour éviter d’être insolent car il aimait l’être. Mais plutôt car pour un ninja, être pris pour quelqu’un d’autre que ce qu’on est vraiment était une très bonne arme. Si la première image de Tengoku aux yeux du Nakamura était celle d’un homme qui ne savait pas utiliser sa tête : soit ! Ça lui servirait plus que ça ne lui porterait préjudice.

La suite des présentations devait s’effectuer en parlant de son style de combat, de ses capacités. Le Sensei, comme ils devraient l’appeler dorénavant, commença. Il maitrisait principalement le Ninjutsu et Fuinjutsu. Le premier était connu mais le deuxième Tengoku en avait déjà juste entendu parlé ou lu dans des livres mais n’avait jamais eu l’occasion de l’observer. Il se garda bien de préciser la nature de son Ninjutsu. Tengoku se doutait qu’il cachait sans doute des détails. Redoutant un affrontement pour tester leurs capacités en réel combat, il fit de même.

« Me concernant, j’utilise principalement le Taijutsu mais aussi le Ninjutsu pour pouvoir répliquer à distance, si besoin. Je me base beaucoup sur la puissance brute. Selon moi, celui qui tape le plus fort ressortira toujours vainqueur. »

Bien sûr, Tengoku ne pensait pas un seul mot de ces sottises. Ça lui fit même mal de dire de telles ignominies, surtout devant son amie Natsumi. Quoiqu’il en dise, c’était un garçon qui faisait beaucoup attention à l’image de lui qu’il donnait aux autres. C’est pour cela que ces mots furent encore plus durs à prononcer. Mais, il prit sur lui car quoi de mieux que de faire croire d’être un bourrin sans cervelle pour ensuite surprendre l’adversaire avec un style de combat plus astucieux ?

C’est ainsi que pour Tengoku, le combat avait déjà commencé.





Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame Natsumi

Une rencontre Psychotique Empty
Dim 17 Mai 2020 - 21:50

Entrée fracassante, paroles surprenantes !
Électrochoc, le comble pour une jeune kumojine.
Tout le monde étant arrivé, la mystérieuse chûnin débuta par expliquer les raisons de notre présence ici, aujourd’hui : nous allions former, tous les quatre, une équipe de shinobis, sous la tutelle de cette dernière, cette Syoto-sensei. Ah. Une anxiété inattendue me prit alors d’assaut, sans avertir, ni cogné par trois fois à la porte ou encore enlever ses souliers à l’entrée. Quelle anxiogène impolitesse, voyons ! Allais-je faire l’affaire, au sein d’un pareille regroupement ? Permettez-moi de douter. Mes piètres capacités actuelles seraient-ils à la hauteur de ce que je fus autrefois, alors que de la chair humaine remplaçait ma prothèse, brutal symbole de mon incompétence et de mes pauvres qualités de ninja? Oh non, la revoilà, cette fragilité, ce cancer qui me grugeait petit à petit, confiance comprise, dévorant chaque parcelle de ce qui fut l’entièreté de ma personne, moi, Natsumi, avant l’attaque du Teikoku.

La sensei nous fit un bref résumé de ce à quoi nous devions nous attendre, comme groupe, auprès d’elle. Ainsi, l’intelligence, la ruse, savoir se servir de sa tête allaient se retrouver au centre de ses enseignements. Intéressant, oui, très intéressant. En voilà, des propos qui me rejoignaient ! Ça oui ! Ensuite, la Nakamura décrivit rapidement ses aptitudes au combat, des paroles qui, à l’image des dernières, m’encourageaient quant à mon avenir parmi cette sympathique troupe naissante. Une certaine excitation, une dérangeante fébrilité, repoussa les craintes que j’avais à l’origine (du balais, monstre !) par rapport à cet exercice. Pourtant, je vis bientôt cette confiance nouvelle me quitter, alors que Syoto désignait le panda, lui enjoignant de poursuivre cette jolie lancée. L’horreur.

Les paroles de Tengoku me firent l’effet d’un coup de poignard en plein cœur, un choc dévastateur aux proportions encore inimaginables. Ma tête se baissa instinctivement, l’air sombre, le regard piégé par un voile opaque, une barrière mentale se voulant protectrice des tréfonds de ma conscience. Savait-il réellement ce que ses paroles impliquaient, pour une jeune femme incapable de blesser ou encore pire, de tuer ? Je ne pus qu’étouffer un profond malaise qui me submergeait des sombres racoins de ma psyché. J’étais faible, oui, une faiblarde constamment sur la défensive, dans le doute, et ce panda, de toute évidence, considérait uniquement la force brute et ses utilisateurs comme de véritables vainqueurs. Ces paroles, d’une résonnance sans commune mesure en mon esprit, contredisaient dans un tumultueux chaos l’image de ce charmant prince, doux, attentionné, avec qui j’avais à maintes reprises collaboré, avec qui j’avais... partagé une partie de moi, charnelle, intime, dans une petite cabane d’une ville de Kaminari no kuni. C’était ma première déception vis-à-vis du panda et cette initiale chute m’avait semblée bien plus douloureuse que toutes ces fois où j'avais perdu pied, me ramassant le visage couvert de honte. J’espérai, oui j’y tenais vraiment, me tromper sur son compte. Tengo, c’était’ pas un type de ce genre, dites-moi, du genre gros bras, gros bourrin pour qui seul l’emporter sur l’adversaire était l’objectif. Une machine sans émotion, ce n’était pourtant pas ce que j’avais constaté jusqu’à maintenant. Mais, à quoi il jouait, ce beau panda, bon sang ! Misère de misère.

Surgit alors mon moment de prendre parole, tous les regards s’imposaient sur moi, moi qui devais décrire mes... piètres aptitudes au combat. Merde. La pression, la honte, après ce que venait d’affirmer haut et fort mon partenaire. Troublée, je ne sus comment débuter et me mis à bégayer, gênée :


« Madame... Euh... Sensei. Pour... pour... pour ma part, je... je crois que je suis plutôt habile dans les... les domaines du Ninjutsu et du Fûinjutsu. Je combats surtout à moyenne distance, je pense... Je sais pas, je suis pas trop mal défensivement parlant. J’ai aussi un pouvoir... bizarre. Je... je maîtrise un type de chakra particulier, le Mitsudo – selon les recherches à la bibliothèque de la ville - , qui me permet d’accomplir des trucs... que je ne comprends pas très bien encore. Ça me fait peur... »


Tout en craignant la réaction de mon ami (intime), je ne pus que retourner mon regard vers notre nouvelle sensei, qui me scrutait déjà d’un œil suspect, du moins, le pensais-je. Pourquoi me dévisageait-elle ainsi, presque désapprobatrice de ma présence en son équipe ? J’avais bien envie de le savoir, de comprendre ce qui devait surgir en son esprit en m’observant depuis ma brutale et honteuse chute. J’avais misérablement trébuché, oui, et les pots devaient, sans nul doute, être fâcheusement cassés. Zut.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi
Nakamura Syoto
Nakamura Syoto

Une rencontre Psychotique Empty
Sam 23 Mai 2020 - 20:50
Cette rencontre informelle ne se déroulait pas exactement comme le Nakamura l’avait imaginé, l’absence de Nara Yumeko à cette réunion était le premier caillou dans sa chaussure. Un comble pour un assimilateur Doton, n’est-ce pas ? A présent c’était au tour du jeune Kudo Yüki de s’éclipser. Le garçon venait de reconnaitre par le timbre de la voix, la personne qui s’était introduite dernièrement dans son foyer pour menacer les membres de sa famille. Une réaction tout à fait normale pour tout individu sain d’esprit, que de refuser de faire équipe avec l’homme responsable de ce traumatisme. Treize-ans et déjà brisé psychologiquement. Quelle tristesse.
Malgré cette légère déconvenue, le nouvel instructeur restait concentré sur les paroles prononcées par les deux dernières personnes encore présentes, mais aussi par leurs gestes. Il remarqua quelque chose d’étrange dans leur attitude, comme si ces deux là essayaient de lui cacher certaines informations. Leurs regards étaient beaucoup trop complices pour n’être que de simples connaissances, et le fait que le jeune Tengoku ici présent, secouru Natsumi était un signe à ne pas négliger, surtout le blondinet n’avait rien dit au sujet de celle-ci. Alors pourquoi cette intervention de l’orangé ? Obtenir la réponse à cette question ne lui importait peu, tout se qu’il désirait c’était du professionnalisme de leur part lors des missions. Au moindre écart en opération, il se promettait de leur en faire baver.
« De ce que j’entends, nous sommes un groupe assez complémentaire. C’est une bonne chose. Il semblait ravi d’apprendre une telle nouvelle. A l’avenir nous serons certainement amenés à travailler tous les trois lors de missions, celles-ci serviront à bâtir des liens afin d’avoir la meilleure cohésion possible. Venait-il de faire un sous-entendu les concernant ? Son regard se posa sur chacun d’eux avant de continuer. Pour développer votre autonomie, votre réflexion ainsi que bien d’autres paramètres, vous serez mis aux commandes de certaines missions. Soyez rassurés, ça n’arrivera que lorsque je vous jugerais capable de le faire. De cette façon, vous serez apte à partir avec n’importe quels Shinobis et mener à bien l’unité. »
Si pour certains c’était perçu comme une décharge de responsabilité, cela ne l’était pas à ses yeux et pour cause, l’homme ambré estimait que c’était formateur que d’être confronté à ce type de situation. Un jour, les deux apprentis accéderaient à des postes à responsabilités, il en était intimement convaincu, c’est pourquoi il ferait de son mieux pour les aider en les préparant de cette manière. Le borgne ne les connaissait sans pas mais plaça en eux une confiance totale. Même si ce mot ne sortira jamais de sa bouche, il le pensait fortement. Et qui sait, peut-être qu’ils arriveraient à le surprendre positivement.
« Concernant les entrainements, tout sera individualisé pour mieux suivre les progressions de chacun d’entre vous. Tengoku, si tu me le permets j’aimerai commencer par Natsumi. Je suis bien curieux de découvrir les capacités de son Mitsudo. En tout cas, n’aies crainte ton tour viendra également. » ponctua-t-il par un sourire.
« Chose à ne pas oublier : quoique vous fassiez vous serez constamment soumis à des tests, que ce soit lors d’entrainements, les missions, ou même de banales rencontres informelles. Donc si mon comportement vous semble suspect méfiez-vous, d’accord ? Pour finir, n’oubliez jamais que vous êtes de fiers Kumojins et que même si nous sommes dépourvus de toutes autorités propres, représentez comme il se doit le berceau de la connaissance qu’est Kumogakure no Satô. Si jamais vous avez des questions n’hésitez pas, j’essaierai d’y répondre au mieux. »
A présent, Syoto attendait patiemment les retours que pouvaient lui faire ses élèves.

_________________
Une rencontre Psychotique A6hp
« La faiblesse oblige la force, comme la trahison engendre le sang...»
Thème musical
(Merci Aditya pour le kit! ♥)
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7895-syoto-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8045-la-releve-carnet-de-bord-en-cours#66953 https://www.ascentofshinobi.com/t8389-un-lourd-heritage-naragasa-daisuke
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Une rencontre Psychotique Empty
Dim 24 Mai 2020 - 10:02


Le Chûnin semblait déjà contrarié sans que les Genins en face de lui ne puissent savoir pourquoi. Alors ce fut pire lorsque l’un des trois se mit à partir en courant, sans prévenir. Tengoku, interloqué, tourna la tête et le regarda partir avec deux gros yeux. Jusqu’à qu’il ne soit plus visible à l’horizon.
C’était incompréhensible pour le rouquin, qu’est ce qui lui avait pris tout d’un coup ? Alors que Nakamura Syoto s’exprimait normalement le visage du jeune garçon avait changé du tout au tout. Passant du jeune juvénile guilleret à l’enfant terrifié pas un monstre. Mais quel monstre avait-il vu ? Le Chûnin redevint le centre d’attention de Tengoku. Il le toisa, pour essayer de comprendre. Pourquoi avait-il eu si peur de lui ? Il n’était pas effrayant. Il disait de ne pas hésiter s’ils avaient des questions alors le Genin ne se gêna pas.

« Sensei ? Comme ça que l’on doit vous appeler maintenant j’imagine ? Pourquoi le jeune garçon s’est-il enfuit d’un seul coup ? C’est comme si il avait eu peur, mais de quoi ? Ou… De qui ? Vous avez une idée ? »

Bien sûr le ton était sarcastique, il était évident que le jeune garçon avait eu peur du Chûnin mais la vrai question était : pourquoi ?

Pendant que le Sensei parlait il ‘en profitait pour analyser les des Genins sans aucune discrétion. Il marquait même parfois des temps de pause pour observer des possibles réactions. Tengoku n’aimait pas ça il se sentait épié alors il n’hésitait pas pour en faire de même. Ce qui surpris le plus Tengoku chez l’homme en face de lui, du moins physiquement, était se cache œil qu’il portait. Avait-il lui aussi une blessure de guerre ? Si c’était le cas il comprendrait bien mieux ce que pouvait endurer Natsumi dans ce cas. D’ailleurs leur proximité n’avait pas semblé passer inaperçu aux yeux du Shinobi. C’était égal aux yeux du Genin. Tant qu’il n’avait pas de preuve il ne pourrait que supposer et se poser des questions. Le jeune homme avait juste expliqué pourquoi la jeune fille était tombée, ça ne voulait rien dire en soi. Tengoku était comme ça avec tout le monde, pas besoin de porter de l’affection à quelqu’un pour être serviable envers elle.

Le Chûnin évoqua un sujet qui était doux aux oreilles du ninja orange. Ils feraient sans doute équipe lors de missions, d’après ses dires. Et une mission à trois dont un Chûnin voulait dire une mission bien plus intéressante, dangereuse et surtout qui paye mieux ! Que de bonnes choses. Le Genin ne put s’empêcher d’afficher un large sourire à l’annonce de cette nouvelle.
Mais avant tout ils devraient passer en entraînement individualisé avec lui, ça ne choquait guerre le jeune garçon. C’est bien normal d’essayer de connaitre les capacités de ses subordonnées afin de préparer aux mieux les missions. Un Sensei se devait de connaître ses élèves sur le bout des doigts, en tous cas c’était l’avis de Tengoku. Cependant le Genin se permis une question, pour compléter.

« Sensei, après ces entraînements individualisés il faudra bien s’entraîner en équipe ? Pour créer cette cohésion dont vous parliez justement. Personnellement, je connais que très peu les capacités de ma coéquipières, pour le moment. Et vice versa. »

Il l’avait vu utiliser une technique Doton de haut niveau pour le protéger mais n’en savais pas plus. Il n’avait, par exemple, jamais pu observer ce pouvoir de lévitation dont elle parlait si souvent. Il était très curieux de découvrir cela.

Se méfier de lui disait-il ? Il ne croyait pas si bien dire, pas besoin de le demander deux fois. Déjà, les lieux fréquentés par le Chûnin n’étaient pas très recommandables mais, le plus surprenant, avait été le comportement du Genin présent plus tôt à son égard. Cet homme leur cachait déjà des choses, c’était évident.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame Natsumi

Une rencontre Psychotique Empty
Lun 25 Mai 2020 - 7:33


Psychotique rencontre avec une
psychopathologique sensei psychopathe, dernier acte. Ou pas.
Et le voici, le petit riquiqui de Yüki, qui avait pris les jambes à son cou, envahi de folie au son de la voix de la dame qui l’avait carrément surpris, je vous le dis ! Oui bon, celle-ci paraissait à l’oreille un tantinet masculine, c’est vrai, mais je n’y voyais pas là raison de fuir ainsi. Quelle mouche l’avait piqué, bon sang? Une sacré grosse bestiole, de toute évidence ! Avait-il développé une féminine phobie, à la suite de ce stupide pari avec cette Yumeko – qui avait, elle aussi, aussitôt disparu (Allo, Monsieur l’agent, ce serait pour un signalement !) sans laisser de traces ? Un bien mystérieux comportement pour un gamin qui semblait tantôt résolu à faire partie de la formation et prêt à en découdre avec tout un chacun, excluant les tortues, bien entendu. Nom d’une hystérie ! Maudite folie, quand tu nous tiens. Enfin. Sous le choc d’une telle évacuation, j'eus conscience qu’un doute venait d’émerger en mon esprit : Avions-nous là réellement une dame, ou bien un homme, ou bien encore une vile créature au passé louche croqueuse de pandas unijambistes ? La troisième hypothèse étant la plus plausible à mes yeux, il me fallut toutefois la confirmer – ou l’infirmer, selon vos préférences - pour en avoir le cœur net une bonne fois pour toute. Je me retournai vers l’individu, tendue, la scrutant à la recherche du moindre indice, persuadée que la sensei allait tenter quelque chose si je lui demandais directement. Après tout, une fois le masque tombé, pourquoi ne pas se lancer et nous dévorer, hein ?

« Madame, j’aurais une question ! Êtes-vous... une madame ? » l’interrogeai-je, soupçonneuse, guettant l’instant où elle n’hésiterait pas à nous attaquer et à nous croquer. Il fallait dire qu’elle me semblait particulièrement louche, celle-là, avec le départ soudain du terrorisé de riquiqui. Louche. J’avais des doutes. « Vous... vous savez pourquoi le gamin a déguerpi à toute vitesse sans prévenir ? Est-ce que vous... vous lui avez fait quelque chose ? Vous... vous êtes une créature croqueuse de pandas unijambistes et de villageois du village de Thiercelieux, dangereuse, sensei (?), avouez donc ! »


Toujours sur mes gardes, je dégustai attentivement le reste de son blabla introductif, savoureux mélange de missions, d’entraînements, d’apprentissages et de rencontres diverses, seule à seule avec Syoto-sensei (Mince...) ou en équipe avec elle et Tengoku (Oh oui !!!). Cette pensée me fit brièvement échapper un sourire ainsi qu’un regard complice en direction de mon - dorénavant - coéquipier. Une mission avec Tengo... Hidshu... Ah... Que de souvenirs ! L’expérience allait peut-être se répéter plus tôt que prévu. Rougissement. Sourire coquin.

Je bu, littéralement, les explications de la Nakamura, pourtant consciente que cela n’allait pas être de tout repos, à la fois anxieuse et fébrile par tant d’inconnu et de nouveautés à venir. Je ne vous mentirai pas : j’étais heureuse, bien sûr, de faire partie d’une équipe sous les ordres de la chûnin et d’avoir enfin l’occasion de progresser, mais j'avais aussi cette crainte, cette ‘crotte sur le cœur', ces démons qui me chuchotaient à l’oreille que mes compétences ne seraient jamais à la hauteur et que Tengo me rejetterait pour cette raison absurde. Il me semblait être très loin de cet idéal du vainqueur du Panda, bien loin de ce qu’il considérait comme puissante. À mes yeux, j’étais une kunoichi défectueuse, une sotte, une moins que rien... Et ça me pesait terriblement sur les épaules. D’ailleurs, je ne pouvais pas, en aucun temps, croire que j’allais acquérir les capacités pour diriger une unité ou d’autres ninjas. Moi, mener, un jour ? Dans tes rêves, oui, Natsumi. Ne te berce pas d’illusions, la chute, un jour, n’en sera que moins brutale.

Natsumi.
Flash. Retour à la lumière. Mon prénom, prononcé soudainement par la chûnin, me fit ressurgir des tréfonds de ma conscience où je m’étais temporairement égarée. Surprise : j’avais piqué sa curiosité avec la mention de ma capacité spéciale, le Mitsudo. Quoi ? Moi en premier lieu pour un entraînement avec Syoto, seule à seule ? Mais euh... déjà ? D’accord... Génial.

« Vous... vous commencerez avec moi, Sensei ? Mais... Quand ? Au terrain d’entraînement ? Est-ce que je... je dois me préparer d’une certaine manière...? » dis-je, nerveuse à l’idée de passer la première. Je dois vous avouer que je ne compris pas trop le reste des paroles de la Nakamura, étant enfermée dans la bulle temporelle insonorisante que fut ma tête, une espèce de dépersonnalisation ou de déréalisation momentanée, symbole du stress important et, surtout, inattendu, que je pus ressentir. C’était un truc de comportement suspect, de représentation et de fierté kumojine ce dont il parlait, mais je ne me souvenais pas trop, pour être honnête avec vous. Aussi ne posai-je pas plus de questions que cela, malgré l’invitation lancée par le borgne à la chevelure dorée. Non, aucune. Réellement.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi

Une rencontre Psychotique

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: