Soutenez le forum !
1234
Partagez

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite

Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Jeu 14 Mai 2020 - 23:40
Depuis son retour du Pays Oublié, Wutu-Fuku est sur plusieurs fronts. Les conséquences de son voyage et de ce que cela va impliquer pour le clan Kaguya. Son approfondissement des techniques médicales n'est pas en reste, avec en prime des expériences qui permettront peut-être de créer un remède au mal blanc, maladie propre aux Kaguyas pour laquelle il n'existe actuellement aucun soin.

Mais il n'a pas perdu de vue un autre de ses objectifs, dans ses tiroirs depuis plusieurs semaines. L'érudite, membre des Fanatiques, est dans les geôles de Kiri. La Kenpei n'en a rien obtenu d'intéressant. Wutu-Fuku pense pouvoir en tirer quelque chose. Et finalement, il a enfin reçu le feu vert des institutions de Kiri pour mener son « interrogatoire ».

Il est l'un des premiers kirijin à avoir rencontré une Fanatique, aux côtés du Rokudaime et d'Umi Fuka. La Déesse, qui avait en elle Sanbi, le Dieu de l'Eau. Le Dieu à trois queues. En dehors des personnes qui étaient dans la confidence de Wasure no Kuni et de ces moines du Pays du Bois, Wutu-Fuku est le seul à avoir appris l'existence de ce groupe, peu avant d'y être confronté réellement.

Et il l'a fait par ses propres moyens, en s'intéressant à certains textes, qu'il compte bien exploiter lors de cet interrogatoire. Car le Kaguya ne compte pas utiliser la torture. Il a en face de lui une érudite et il compte bien avoir un échange de bon procédé tout ce qu'il y a de plus civilisé avec cette personne.

Wutu-Fuku s'est renseigné. L'érudite est une Fanatique qui semble accorder beaucoup d'importance à la politesse et aux connaissances. Il doit être possible d'obtenir ses faveurs en respectant un certain décorum. Le Jônin est bien sûr parfaitement conscient que cette femme a manqué de tuer Fanghe, son ancien disciple.

Peut-être qu'un autre shinobi aurait pu laisser cet événement obscurcir son jugement. Mais ce n'est pas le cas de la Main de Kiri, qui est conscient que laisser ses sentiments personnels entraver son jugement n'apportera rien de bon. Il ne faut pas oublier que l'érudite est une combattante de haut niveau, qui a été capable de tenir tête à trois shinobis en même temps, dont Yuki Kaya, Heidan du village. Il sera très important de rester sur ses gardes.

Direction donc les geôles Yuki. On a demandé au Jônin de rassembler une équipe pour l'accompagner dans sa mission. Les individus qu'il estime utile à l'interrogatoire se comptent sur les doigts d'une main. Le trio qui a affronté l'érudite à l'époque aurait pu lui apporter un certain soutien. Yuki Kaya est à Hayashi pour apprendre un de ces fameux « Kinjutsu ». Hayame Atsumi est missionnée sur une autre mission d'interrogatoire. Enfin, Fanghe est indisponible.

Tant pis : puisqu'il doit emmener avec lui deux Kirijins, Wutu-Fuku a décidé de s'entourer de jeunes genins sur lesquels il a autorité absolue : @Yoarashi Seiya et @Raibura no KYŪSEI. C'est préférable à un gradé qui pourrait lui mettre des bâtons dans les roues.

Devant les geôles, un sac à la main, il attend ses deux compagnons du jour.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
Yoarashi Seiya
Yoarashi Seiya

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Ven 15 Mai 2020 - 16:36
w3docs logo

La conscience. Cet élément présent dans chaque être humain lui donnant la responsabilité des choses à plus ou moins grande échelle. Elle lui permet alors de juger si une situation peut être oui oui non dangereuse, propice au rire ou nécessite le plus grand des sérieux. En cette journée hivernale, cet aspect du Yoarashi va être mit à rude épreuve, lui qui n'a conscience d'absolue rien. Enfin, par moment. Il sait néanmoins que certains moments de la vie nécessitent une concentration optimale pour ne pas mettre en danger les autres. Mis à part ça, le garçon est incapable de réfléchir correctement pour aider les siens. Par ce qu'il est totalement débile ? Pas complétement. Seulement parce qu'il manque cruellement de sommeil.

Un peu plus tôt dans la journée, Seiya a reçu un ordre de mission lui demandant de se rendre aux geôles de Kirigakure no Satô, dans le quartier des Yuki. Mais pourquoi lui demander de ce rentre à la prison principale de la Brume ? Le Narcoleptique n'en sait rien mais ce rend sans se poser de question vis-à-vis de la mission qui vient de lui être accordée.

Appelé par Kaguya Wutu-Fuku, Main de Kiri et Grand Maître des fresques Kirijin, le Yoarashi se doit de lui obéir pour la bonne réunion de la mission. Face à la prison, arrivant dans les premiers couloirs froids et lugubres dont elle dispose, le Narcoleptique arrive les yeux cernés comme à son habitude. Et aux côtés de l'homme, se trouve la Balance, anciennement rencontré lors d'un entrainement. La coupe au bol l'entraine même pour lui apprendre l'ouverture des portes célestes, un homme proche de la perfection.

« Bonjour Woutou-Foukou-sensei ! ... Oh salut Kyū' ! Toi aussi tu es sur cette mission ? J'me demande bien ce qu'on va faire avec cette cinglée. »

Les yeux tournés vers le vide, Seiya reste intrigué de la suite des évènements. Cette mission risque d'être des plus plaisantes pour le garçon. Lui qui aime tant les choses étranges ...



_________________
w3docs logo
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9020-yoarashi-seiya-termine https://www.ascentofshinobi.com/t9026-yoarashi-seiya-dossier-shinobi#76024 https://www.ascentofshinobi.com/u1222
Raibura no Kyūsei
Raibura no Kyūsei

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Sam 16 Mai 2020 - 1:56
[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite JScAlEq
Délit de faciès




Les jours se suivaient sans vraiment se ressembler pour le jeune Kirijin, trop occupé par l’entraînement et la reconstruction pour vraiment mettre son plan d’intrusion dans les geôles de la prison à l’oeuvre. Effectivement, il avait tenté quelques semaines auparavant d’interférer avec les instances Yuki pour y avoir accès mais la Genin qu’il avait rencontré, Akira, n’avait rien pu pour lui. Ironie du sort, voilà qu’un homme frappait avec une missive à sa porte qu’il ouvrit sans se faire prier. En la lisant et bien que son nom y soit inscrit, il demanda à l’individu si il ne se trompait pas de destinataire. Sa seule réponse fut un haussement de sourcil et il s’exhorta à se préparer pour se rendre sur place et en apprendre plus. Le texte parlait d’un interrogatoire et Kyûsei s’imaginait déjà exécuter des prises de soumission à une femme énorme et musculeuse pour lui faire cracher le morceau ; mais le morceau sur quoi… ?

Ignorant tout du rapport des Fanatiques avec le Dieu de l’Eau, il s’en alla donc vers un des partenaires de la femme ayant causé la mort de son père, l’esprit plein de théorie sur la prison la plus réputée du Yukan -Wasure mis à part.

Arrivé dans les parages il eut la stupeur de constater la présence du jeune Seiya avec qui il avait passé assez de temps pour le considérer en ami plus qu’en connaissance, ce dernier lui ayant offert le cadeau de la connaissance sur un avenir possible et presque certain. Sans lui, Hachimon n’aurait été qu’un vaste rêve et il lui fallait trouver un moyen de le remercier. Aujourd’hui peut-être ?

Il arrangea son col histoire d’être présentable et s’inclina devant Wutu-Fuku, que sa réputation précédait au sein de Kirigakure no Satô. Un Jônin talentueux pourvu de grandes responsabilité faisant parti d’un des Clans Fondateurs, rien que ça. La Balance n’en savait pas beaucoup plus sur lui, son intérêt se portant plus sur les Mizukage.

« Ohayô gozaimas’ mina ! C’est mon premier interrogatoire. » Lâcha-t-il penaud sans tourner au rouge pivoine, un demi-sourire emprunt de gêne sur son visage juvénile avant de regarder vers les fameux cachots. Qui pouvaient-ils bien contenir ? Qui était cette Erudite ?

Autant de questions auxquelles il ne pouvait pas répondre. Ce qu’il savait toutefois, c’était que cet interrogatoire avancerait sous l’impulsion du gradé et il espérait ne pas trop gêner. Ou plutôt être utile. Être spectateur n’était pas vraiment dans ses habitudes ; même contre Sanbi, il avait essayé d’aider à sa manière.




_________________

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite 9b2jQtg
救世主天秤 » « Kyūseishu de la Balance »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9177-u-c-il-a-surgi-du-poulailler-avec-deux-oeufs-dans-chaque-main-en-disant-qu-il-ne-pouvait-payer-que-l-un-d-eux-mais-le-plus-troublant-c-est-surement-qu-il-etait-nu https://www.ascentofshinobi.com/u1086
L’Érudite
L’Érudite

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Sam 23 Mai 2020 - 14:19
Une atmosphère lugubre se dégage des geôles de Kiri. Les bâtiments dans lesquels sont retenus les prisonniers paraissent dormir dans le jour mais dégagent une aura d’insécurité liée intrinsèquement à la présence de ce qu’ils renferment. Là, dans une des geôles les plus sinistres et qui se révèle paradoxalement assez magnétique à cause de ce qu’elle défend de sortir, repose un pétale dormant. L’Erudite se repose.

D’un sommeil tranquille son esprit se délecte. Il y a dans cette tête un immense paysage de connaissances et d’ambitions curieuses, un rêve dans lequel son âme batifole comme si elle était libre, tant de ses chaînes que de son enveloppe charnelle. Le sceau qui pompe son chakra ne peut lui ôter sa liberté de penser, de croire, de songer.

Des visions l’accablent soudain. Des paysages de glace se cristallisent sur les herbes dansantes de son utopie. Le froid se répand comme l’hiver, court jusqu’à ses pieds puis l’emprisonne. La voilà prise. Elle appelle au secours. Elle réclame la Déesse. Mais personne ne vient. La glace se répand sur elle en grimpant sur son corps, monte progressivement jusqu’à ses cuisses, accélère, emprisonne sa gorge, l’étouffe, prend ses yeux, clôt ses lèvres et la condamne à jamais. Kaya, songe-t-elle. Ma belle Kaya.

Lorsque l’illusion se brise, elle ouvre les yeux. Deux perles d’or se dévoilent et se posent sur les visiteurs.


Dernière édition par L’Érudite le Lun 22 Juin 2020 - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Sam 23 Mai 2020 - 15:50
Après une courte attente, les deux genins daignent montrer le bout de leur nez. Ils ne paient pas de mine mais l'expérience a appris au Kaguya à se méfier des apparences. Ils sont respectueux, c'est déjà ça de gagné. Ils semblent également se connaître, ce qui est un plus. Le jônin répond aux salutations en s'inclinant à son tour et réagir à la phrase de Kyûsei.

-C'est également mon premier interrogatoire.

En révélant son inexpérience en la matière, le Kaguya fait preuve d'honnêteté. Il n'a jamais été intéressé par l'extraction d'information et il ne doit sa présence ici qu'à la personne particulière que le trio Kirijin va confronter.

-Du succès de cette mission dépend peut-être l'avenir du monde, aussi j'attends de vous le plus grand professionnalisme.

Une nouvelle fois, Wutu-Fuku est parfaitement honnête. Si c'est une grande responsabilité à faire peser sur les épaules de simples genin, avoir cette donnée à l'esprit reste crucial.

-Nous allons avoir affaire à l'érudite, une fanatique. Sa vision du monde est très différente de la nôtre. Si elle dit quelque chose qui vous choque, ne lui répondez pas. Ne la provoquez pas. Ne lui manquez pas de respect et ne manquez pas de respect à ses dieux. Elle peut très bien prendre comme une insulte la simple remise en question de ses croyances. Soyez courtois et polis et présentez-vous. Nous avons besoin des informations qu'elle détient, pas l'inverse.

Même si le Jônin compte bien jouer sur la soif de connaissance de l'érudite pour lui subtiliser des informations, il risque fort de devoir faire un véritable numéro d'équilibriste pour obtenir ce qu'il veut de la fanatique.

-Les méthodes d'interrogatoire classiques n'ont rien donné jusqu'ici. Je ne pense pas que la douleur puisse lui faire dire quoi que ce soit. Alors aujourd'hui, nous allons simplement discuter.


Wutu-Fuku n'est pas un adepte de la torture. Ce n'est de toute manière pas le meilleur moyen d'obtenir des informations d'une personne pour qui la douleur était quotidienne à Wasure. Lui, simple Jônin inexpérimenté, n'a pas le centième des « connaissances » des geôliers de la Prison Inavouée dans le domaine.

-Enfin, n'oubliez pas que c'est une combattante redoutable, capable de tenir tête à plusieurs shinobis dont Yuki Kaya. Nous n'aurons pas à l'affronter, heureusement. Mais n'oubliez pas quel danger elle représente pour le village tout entier. Et bien entendu, ce qui sera dit dans cette cellule ne doit pas en sortir.


Wutu-Fuku pense avoir fait le tour de la question. Maintenant que les genins sont briefés, le trio peut enfin entrer dans les geôles et se diriger vers la cellule de la prisonnière, guidés par un garde Yuki. Là, l'érudite s'éveille. C'est le second fanatique que le Jônin rencontre. Il comprend maintenant que l'accoutrement de la déesse répondait à un certain code vestimentaire.

-Bonjour, érudite. Mon nom est Wutu-Fuku Kaguya. Si vous le voulez bien, nous allons parler ensemble.

Politesse, simple et efficace. Il laisse à Kyûsei et Seiya le soin de se présenter à leur tour. Wutu-Fuku prononce ensuite l'une des prières du fameux livre qu'il a dérobé dans les archives de Kiri il y a bien longtemps, et qu'il a depuis mémorisé à la perfection. Peut-être cela permettra-t-il d'initier un dialogue, comme cela avait été fait face à la Déesse.

-Sans vouloir être prétentieux, je suis moi-même une sorte d'érudit. Je pense que nous pouvons apprendre l'un de l'autre et, en gage de ma bonne foi, je vais vous éclairer sur ce qu'il s'est passé en dehors de ces murs.

Wutu-Fuku regarde autour de lui, et particulièrement Seiya et Kyûsei, qui auront ici le loisir d'entendre des informations cruciales, même si le Jônin prend garde à être le plus évasif possible, de façon à ce que seul elle puisse comprendre précisément ce qu'il veut dire.

-L'Homme au Chapeau a trahi votre ordre. Après avoir obtenu en lui le cinquième Dieu, il a tué la Clef et a manqué de faire de même avec le Saint-Père, qui n'a survécu que grâce au pouvoir que le chapelier lui a donné. Le nouvel objectif de l'Homme au Chapeau est de faire de même avec le pouvoir du neuvième Dieu, qui le rendra supposément invincible. Ni nous, shinobis, ni le Saint-Père ne souhaitons voir cela arriver. Malgré nos différents, lui et nous sommes désormais dans le même « camp » tant que cette menace existera... et vous, que pensez-vous de cela ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
Yoarashi Seiya
Yoarashi Seiya

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Sam 23 Mai 2020 - 17:08
w3docs logo

Dans les couloirs de la prison des Yuki, le jeune Yoarashi marche en compagnie de son ami Raibura comme aux côtés de celui que l'on nomme "La Main de Kiri". L'homme au kimono affiche un sérieux irréprochable démontrant un certain stress quant à cette rencontre avec la légendaire érudite, maitresse du Dieu de l'Eau. Une personne qu'il ne faut pas prendre à la légère et face à laquelle, le plus grand sérieux est exigé. Mais comment être sérieux lorsque naturellement, le Narcoleptique fait preuve d'inconscience comme de la plus grande maladresse du monde.

Un éléphant dans un magasin de porcelaine ? Seiya est le troupeau. S'il ne doit pas faire quelque chose, il ne le fera pas. Mais naturellement, tout porte à croire que ce "don", il ne le maitrise pas. Du tout. L'Erudite est donc instable, pouvant être vexé sur la non-croyance des autres vis-à-vis de sa religion. Mais qu'est-ce qu'une religion ? Ce fameux truc pouvant être diversifié à travers les peuples mais ayant le même but, croire en un être céleste tout puissant ? Tous des illuminés pour le bougre.

Le regard vide, sa coupe au bol bien peignée lui tombant presque sur les yeux, Seiya regarde bêtement le Kaguya tout en prenant note des consignes qui lui sont bizarrement adressées plus particulièrement. Il ne faut pas qu'il l'oublie, cette femme est un danger pour le village, et l'avenir du monde peut dépendre de cet interrogatoire. Le trio — et plus particulièrement le Yoarashi — se doit d'être le plus sérieux possible de manière à lui tirer les vers du nez. Une nécessité pour revoir un jour le soleil de lever.

Entrant donc dans la cellule froide et lugubre de la prisonnière, un voile fumeux peut être aperçu s'échappant des bouches de chacun, témoignant de l'air froid régnant dans la prison. Face à eux, la fameuse Erudite démontrant un calme olympien, presque mortuaire.

« Pouaah, ça sent l'renfermé ici. Faudrait ouvrir un peu les fenêtres. J'aurais dû prendre une laine aussi, il fait si froid ! » dit-il légèrement sans que cela ne s'entende réellement. Non Seiya, ne commence pas. S'il te plait.

Wutu-Fuku, Jônin et directeur de cet interrogatoire, prend les devants en se présentant, comptant sur les deux genin pour faire de même. Naturellement, le Narcoleptique se présente.

« Salut. Moi c'est Seiya Yoarashi, je suis un genin de la Brume et aujourd'hui j'accompagne Wutu-Fuku-sensei. Enchanté Madame L'Érudite ! » Le regard vide, impartial, dénué de toute âme, le garçon fixe droit dans les yeux la prisonnière sans penser inconsciemment qu'il s'adresse à l'un des plus grands danger que le village caché de la Brume a pu connaitre.

Le Kaguya s'adonne alors à un résumé de ce qui a pu se passer depuis l'enfermement de l'illuminée afin de poser les bases de cette rencontre. Silencieux, Seiya se contente d'écouter et de prendre des notes. Même si, lorsqu'il entend tout ça, de nombreuses questions viennent lui tarauder l'esprit.

« Bah dis donc, pas très cool ce gars au chapeau. Moi je serais vous, je lui ferais la peau. C'pas comme si tout le monde essayait ... Mais Wutu-Fuku-Sensei a raison, cet homme doit nous quitter pour l'autre monde. Il veut du mal aux Dieux en plus ... »

Quel inconscient.

_________________
w3docs logo
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9020-yoarashi-seiya-termine https://www.ascentofshinobi.com/t9026-yoarashi-seiya-dossier-shinobi#76024 https://www.ascentofshinobi.com/u1222
Raibura no Kyūsei
Raibura no Kyūsei

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Sam 23 Mai 2020 - 22:19
[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite JScAlEq
Délit de faciès




Il n’avait visiblement pas à faire à un Yuki bien que cela lui sembla logique sur la route ; l’adulte ne s’était jamais adonné à ce qui allait suivre mais il n’avait toutefois pas l’air d’être le genre à venir sans une idée en tête. C’était le propre de la majorité des shinobis après tout, de calculer et de planifier, qualité lui manquant affreusement.

Kyûsei déglutit en l’entendant parler du destin du monde. Etait-ce possible que le moindre dérapage n’affecte pas que Kirigakure no Satô mais bel et bien tout le Yukan ? Wutu-Fuku voulait sûrement leur faire prendre conscience de l’enjeu et ce fut le cas. Des centaines de questions germèrent dans son esprit sans qu’il n’en émette aucune envers son supérieur, chose curieuse et détonnant assez avec le personnage pour être remarquée.

La Balance s’imprégna des consignes en les répétant dans les parois de son crâne afin de ne pas échouer. C’était la première fois qu’on le mêlait à quelque chose de cette envergure et il ne comptait pas s’illustrer par sa nullité. Pas encore une fois.

Le constat froid du Jônin laissa le blondinet de marbre, il allait presque ouvrir la bouche mais n’en fit encore une fois rien. Il implicitait quelle avait déjà subi de la torture et sans en citer quelconque forme, Kyûseishu laisse défiler les nombreuses idées horrifiantes à la portée d’hommes pourvus de chakra. Etait-ce le dénouement final s’il essayait encore de sortir et était pris sur le fait ? Allait-on l’enfermer sous terre et lui infliger des sévices ?

Il remua la tête pour faire disparaître ces images morbides et avança au sein des geôles qui semblaient moins terrifiantes que les idées qu’il s’en faisait. Parfois des râles remontaient des étages inférieurs.

L’homme en kimono réclama ensuite le silence sur ce qui adviendrait et il pouvait comprendre la demande. Cependant, il ne s’imaginait pas cacher quoi que ce soit au Mizukage sans une très bonne raison.

Juste après ses deux acolytes kirijins, il laissa sa voix moins gutturale qu’à l’accoutumée s’écouler au travers de sa trachée. Elle ne chevronnait pas, mais il laissait à penser une certaine appréhension.

« Bonjour. Tout comme mon compère.. Enfin, je m’appelle pas Seiya hein ! Je suis Raibura no Kyûseishu*. » Il termina aussi vite que possible, se rendant compte de sa maladresse.

La suite marqua l’incompréhension sur le visage laiteux du garçon à la crinière solaire. Un homme au chapeau, des Dieux… Beaucoup trop à assimiler d’un seul coup pour qu’il ne puisse en digérer un propos ou un commentaire. Il prit cependant l’air très sérieux, ses sourcils finements arqués tandis que ses bras croisés ornaient son torse.

Contrairement à son ami à la coupe au bol, il laissa la Fanatique répondre à l’homme, en essayant d’assembler les pièces du puzzle tombés de la poche du Jônin, qui ne semblait pas opposé à laisser filtrer quelques inédits sans pour autant avoir pris soin de totalement les briefer.

*litt. Kyûseishu de la Balance



_________________

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite 9b2jQtg
救世主天秤 » « Kyūseishu de la Balance »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9177-u-c-il-a-surgi-du-poulailler-avec-deux-oeufs-dans-chaque-main-en-disant-qu-il-ne-pouvait-payer-que-l-un-d-eux-mais-le-plus-troublant-c-est-surement-qu-il-etait-nu https://www.ascentofshinobi.com/u1086
L’Érudite
L’Érudite

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Jeu 4 Juin 2020 - 8:31
Un long silence plana après que les kirijines eussent parlé. Un silence de plomb qui en disait long sur la conciliation dont voulait faire preuve l’Erudite. Sous son costume blanc ourlé de lisérés d’or on pouvait voir au lent gonflement de son diaphragme qu’elle paraissait apaisée, curieusement sereine. Quelle était la raison de ce calme trompeur ?

Elle les observa un long moment, dont elle profita pour inscrire dans sa mémoire chacun de leurs visages. Deux d’entres eux paraissaient jeunes, et pourtant ils n’étaient visiblement pas dotés de la même parole. Seiya et Kyûseishu, de leurs noms, ne furent dès lors pas jugés à la même enseigne par la printanière enfermée ; pour autant, ils partageaient un point commun. Un point commun qui l’amusait autant qu’il l’excédait : ils étaient jeunes et fort de ce constat, ils n’étaient à ses yeux que des êtres candides ne méritant pas son prestige. Était-ce une provocation des kirijines de venir la troubler avec ces louveteaux… ou Wutu-fuku avait-il une idée derrière la tête en les entraînant dans son sillage ?

« Bonjour… »

Sa voix perla comme un écho en fond de vallée, emprunte d’une inhabituelle féérie. Cette femme possédait quelque chose de mystique qui suscitait tantôt la crainte, tantôt l’admiration. Elle avait été capable jadis de faire trembler Kirigakure et ne devait vraisemblablement son emprisonnement qu’aux sceaux qui pompaient continuellement son chakra. Elle tourna ses iris dorées vers le plus jeune des trois prétendants, et soudainement une pointe de colère sembla l’animer : son visage se crispa, et ses yeux s’arrêtèrent sur le cadet comme pour le cibler. Mécontente.

« Impertinent. Il vous faudra à veiller à donner meilleure éducation à vos pupilles, Wutu-Fuku. A l’évidence, soit ils n’ont pas de culot, soit ils ne connaissent rien des bonnes manières. Pour ta gouverne, Seiya, je suis l’Erudite. Celle qui tel le pollen voyage au gré des vents dans le paysage de la connaissance. Fut un temps où j’étais jeune, moi aussi. Mais ce temps est révolu désormais, et je ne tolérerais pas d’être rabaissée à un niveau… d’adolescent prépubère. »

Si seulement je pouvais le punir. Tranchante, elle reporta aussitôt son attention sur celui qui lui paraissait être l’élément déterminant de la visite. Elle avait été surprise en entendant les révélations du Kaguya. Mais elle n’avait rien laissé apparaître sur son visage cependant, préférant détourner l’attention sur la désinvolture du cadet. Néanmoins, le Jônin était en attente d’une réaction de sa part, et il aurait été discourtois de sa part de feindre l’ignorance. Et puis, il est plutôt beau mâle.

« Wutu-fuku… vous demandez à une prisonnière de vous croire sur parole. C’est là bien malheureuse aventure. Vous n’avez aucune preuve de ce que vous avancez. Je reste surprise que vous puissiez évoquer les noms du Saint-Père et de l’Homme au Chapeau sans pâlir, compte tenu de ce que vous avancez. Disons que… »

Elle laissa germer un malicieux sourire.

« … n’importe qui peut manipuler la vérité comme il le souhaite. Vous devez le savoir, érudit que vous prétendez être. »


Dernière édition par L’Érudite le Lun 22 Juin 2020 - 12:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Ven 5 Juin 2020 - 17:21
Elle est réceptive.

Wutu-Fuku aime croire que le dialogue est un moyen comme un autre de résoudre des conflits. Ce n'est pas anodin pour lui, car il a en face de lui une personne qui aurait rasé son village si elle en avait eu l'occasion. Qui a manqué de tuer son disciple. Et pourtant le voilà ouvert à l'idée de « collaborer » avec l'érudite. Peut-être le Kaguya est-il le premier à lui parler cordialement depuis plusieurs mois. Il n'est pas certain qu'un tel échange aurait eu lieu si le chakra de l'érudite n'était pas pompé en permanence par plusieurs sceaux. Mais il ne va pas les lui retirer pour le vérifier.

Elle a un ego.

Le visage d'abord neutre de la Fanatique voit naître une pointe de colère en direction du jeune Seiya. Un comportement insouciant du genin, qui ignore qu'il doit sa survie à l'immobilisation de son interlocutrice. Mais cet incident permet au Kaguya de voir que malgré les principes divins autour duquel cet ordre obscur semble s'attacher, il est impossible d'effacer totalement le caractère originelle d'une personne. C'est quelque chose qu'il pourra utiliser s'il le souhaite dans la suite de la discussion. Pour autant, le Jônin ne peut pas laisser la remarque de la Fanatique sans réponse.

-Ils sont jeunes et inexpérimentés, oui. C'est d'ailleurs la première fois que je rencontre chacun d'eux. Mais j'aime croire qu'assister à notre échange leur fera prendre davantage conscience du monde dans lequel ils vont évoluer et ce à quoi ils risquent d'être confrontés à court terme, et qu'ils comprennent à quel point cet échange est important. Mais ce ne sont pas exactement mes pupilles. Je n'ai plus de disciple attitré depuis longtemps. Mon dernier élève, vous l'avez d'ailleurs affronté, aux portes de Kiri.

Fanghe est le seul homme à avoir affronté l'érudite lors de l'attaque de Kiri, aussi pourra-t-elle comprendre rapidement de qui Wutu-Fuku parle. Une information anodine en apparence, mais que le Kaguya donne volontairement. En le révélant, il montre à l'érudite qu'il est prêt à aller au-dessus de la vengeance pour atteindre un but commun.

Un autre détail que Wutu-Fuku note : elle parle de sa vie d'avant. Elle a été jeune, comme tout le monde. Mais considère visiblement être la même personne qu'à l'époque. Le Kaguya aurait imaginé de la part d'une Fanatique une négation de son existence passée, tant ils préfèrent utiliser des titres plutôt que des noms.

Après les révélations du Kaguya, l'érudite semble rester de marbre. Au lieu de commenter les déclarations de son interlocuteur, elle préfère remettre en question son honnêteté et avance que le Kaguya n'a aucune preuve de ce qu'il avance. Ce qui est vrai, en soit. Mais aux yeux de Wutu-Fuku, il s'agit plus d'une tentative de déstabilisation qu'autre chose.

Cela va de pair avec son commentaire sur le Saint-Père et sur l'Homme au Chapeau : Wutu-Fuku est testé. Elle ne sait pas qui il est, comment il pense. En dehors des murs de la prison, le Kaguya est réputé mais ici, il n'en est rien.

-Après avoir vu de quoi est capable le Dieu de l'Eau, il m'est difficile de pâlir devant des mortels.

Le Jônin est honnête : même face à la Shirô Maju, sur Wasure no Kuni, il était resté maître de lui-même.

-Je n'ai effectivement pas d'autres preuves de mon honnêteté que ce que le Saint-Père et le Charpentier ont bien voulu dire aux quelques shinobis qu'ils ont convoqué dans les ruines d'Hikari. Au sujet des Kinjutsus, de la promesse que l'homme au chapeau a formulé à votre ordre, à savoir agir pour libérer les Dieux. Du fait que celui qui portera en lui le Dieu Renard recevra un chakra illimité. Je ne peux que vous demander de me faire confiance, comme je devrais vous faire confiance pour ce que vous me direz si vous acceptez de répondre à mes questions.

Wutu-Fuku espère convaincre la jeune femme en lui donnant des informations qu'il ne pourrait pas connaître si le Saint-Père ne les avait pas révélées volontairement lui-même. Le Jônin se persuade que la torture n'est pas efficace pour extirper des informations aux fanatiques, comme ça a été le cas pour l'érudite.

-Il n'est dans l'intérêt d'aucun d'entre nous de manipuler la vérité, érudite.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
Raibura no Kyūsei
Raibura no Kyūsei

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Dim 14 Juin 2020 - 0:33
[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite JScAlEq
Délit de faciès




Quelque chose émanait de la femme aux traits strictes. Une aura aussi glaciale que brûlante qui ne semblait muselée que par l’artisanat de geôliers expérimentés ; était-ce la peur qui cisaillait ses tripes ou l'irrépressible envie de se ficher d’elle pour la pousser dans ses retranchements ? Il n’était là pas dans la cour du complexe et il se ravisa d’ambitions déplacées pour la fixer simplement sans se décontenancer devant tant de sagesse étalée. En attendant la demoiselle si intelligente et âgée qui avait passé sa prime jeunesse croupissait dans un cachot sans avoir son mot à dire et il la trouvait bien présomptueuse de se targuer de grandeur dans sa position. Mais soit, les adultes expérimentés étaient souvent comme cela.

Les bras le long du corps, il écouta Wutu-Fuku continuer de réveler des secrets et des savoirs qui se contentaient habituellement de voyager entre les hautes-sphères de la nation avec un air au moins aussi sceptique qu’attentif.

Il parlait de Saint-Père et de Charpentier comme pour étaler encore un peu plus son implacable ignorance sur ces sujets pointus et quand il eut fini sur sa note qui ressemblait à une main tendue, Kyûseishu se contenta de pencher la tête en regardant le faciès de l’Erudite, sans air particulier autre qu’une certaine admiration pour la finesse de ses traits.

Utile comme un porte-manteau dans l’échange à venir, il se questionnait sur sa réelle place ici et les seules citations sur les moeurs étrangers et son intérêt pour cette histoire inconnue le maintenait planté là.

Allait-il être encore la cible de moquerie de la part de la donzelle ? Ou même du Jônin ? Statuant là, sa distance relative avec eux mettant en exergue son utilité, l’ombre de l’Ombre attendit. Ce n’était vraiment pas son fort...




_________________

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite 9b2jQtg
救世主天秤 » « Kyūseishu de la Balance »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9177-u-c-il-a-surgi-du-poulailler-avec-deux-oeufs-dans-chaque-main-en-disant-qu-il-ne-pouvait-payer-que-l-un-d-eux-mais-le-plus-troublant-c-est-surement-qu-il-etait-nu https://www.ascentofshinobi.com/u1086
L’Érudite
L’Érudite

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Lun 22 Juin 2020 - 13:37
De l’autre côté des barreaux, elle les observa avec une sorte de fascination dans le regard. Dans le fond, elle ne pouvait que se sentir endettée après ce que l’Homme au Chapeau avait fait pour eux. S’il n’avait existé, elle croupirait encore dans les profanes prisons de Wasure no Kuni en compagnie des autres Fanatiques. Pourtant elle n’aimait guère être le pantin d’un tel ou d’un autre, et le fait que l’Homme au Chapeau ait pu pactiser avec le Saint-Père la rendait…

… jalouse.

Ecoutant avec attention chaque syllabe prononcée par ce Kaguya qui se montrait plus révélateur qu’elle n’aurait pu l’espérer, elle sembla se délecter de cette situation tout en sachant au fond d’elle ce qu’il attendait de sa part. Elle était surprise qu’il en sache autant sur les Dieux, sur les intentions de l’Homme au Chapeau, sur le Dieu Renard et sur les Kinjutsu. Pour ainsi dire il en savait presque autant qu’elle-même, à quelques détails près ; détails qui toutefois avaient une importance cruciale pour pouvoir traquer l’Homme au Chapeau.

« Impressionnant. Vraiment impressionnant ! Un tel dévouement pour vaincre l’Homme au Chapeau tout en mesurant bien la grandeur des Dieux qu’il souhaite posséder… »

Une larme perla sur son visage et roula sur sa joue. Elle était émue devant tant d’abnégation, admirative des efforts qu’ils pouvaient faire pour courir jusqu’à leur propre mort, en dépit du désespoir qui s’imposait devant l’immensité du pouvoir détenu par l’Homme au Chapeau.

« Votre sacrifice est si beau… snif… je… je ne peux rester indifférente. »

Elle cessa de renifler et abaissa sa tête, observant le sol d’un air sinistre. Elle se figea soudainement comme si quelque chose venait de la parasiter. Elle repensa au passé. Dans son esprit, elle revit ses confrères et consœurs, réunis devant l’unique. Elle se souvenait de cet endroit rempli de nostalgie.

« Peut-être que oui… peut-être que si j’étais libre… »

Puis elle releva la tête et se fendît d’un sourire.

« Peut-être que les Dieux méritent de s’effacer devant les hommes, après tout…»

Elle toisa le jeune homme qui accompagnait l’érudit de Kirigakure. Si ce dernier avait plus ou moins conquis le cœur de l’Erudite, ses pupilles n’avaient fait que soulever sa colère. Etaient-ils seulement digne de recevoir son enseignement ?

« Vous êtes un Saint qui souhaite libérer votre alliée la plus précieuse d’un puissant Fuinjutsu qui l’enferme lamentablement dans une geôle en buvant son chakra et lorsque vous arrivez devant cette dernière, vous découvrez deux personnes. L’une d’entre elle ne fait que dire la vérité, l’autre ne fait que mentir. Ils connaissent tous deux les formules, Koi ou Kei, qui pourront libérer ou tuer la prisonnière. Evidemment, l’un d’entre eux souhaite la mort de cette prisonnière et vous n’avez qu’une seule question à poser : comment vous assurez de ne pas vous leurrer en libérant la prisonnière ? »

Elle le scruta avec une attention dévorante.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Mar 23 Juin 2020 - 23:10
Wutu-Fuku n’a pas d’autre choix que de jouer cartes sur table avec la Fanatique. Il sait à quel point révéler des informations à une prisonnière de ce genre peut s’avérer dangereux. À condition qu’il s’agisse d’informations dont elle n’a pas connaissance à la base. Le Jônin prend soin de ne dire que ce qu’il est certain que l’érudite sait aussi. Le Kaguya imagine l’ordre des Fanatiques comme une communauté relativement soudée, qui ne se cache pas d’informations à cause d’éventuels jeux de pouvoirs ou d’influences. Même s’il espère qu’une personne que l’on qualifie d’érudite détienne plus d’informations que le fanatique lambda et que tout ce qu’il a pu dire jusqu’à maintenant est déjà su par la prisonnière.

Devant les révélations et la détermination de Wutu-Fuku, l’érudite adopte un comportement presque compatissant. Une larme coule même sur sa joue. La Main de Kiri est confus. Il ignore si la Fanatique est sincère ou si elle se moque de lui. Depuis le début de l’échange, une sorte de jeu s’est installé entre elle et le Kaguya. Une façon pour la fanatique de savoir si son interlocuteur est « digne » de recevoir son aide précieuse. Et il semble l’être. Elle évoque pendant un court instant sa liberté…

Tente-t-elle de marchander sa liberté contre les informations en sa possession ? Si son souhait est de négocier, elle devrait le formuler de manière plus claire. Il est de toute manière impensable de simplement libérer cette femme et la laisser marcher dans le Yuukan à sa guise. Même si contrairement à sa comparse la Déesse, aucun décès ne lui a été attribué, elle a tout de même participé à une attaque sur le village de la brume.

Le Jônin est ensuite étonné quand il entend l’érudite évoquer l’idée que les Dieux méritent de s’effacer devant les hommes… une telle pensée, de la bouche d’une fanatique, c’est difficile à croire. Wutu-Fuku n’y croit donc pas. Pas avec des bases aussi fragiles… néanmoins, cette phrase combinée avec ce qu’elle a dit plus tôt… l’érudite semble avoir une idée derrière la tête.

L’attention de la prisonnière se tourne sur Kyūsei. Fidèle à son image d’érudite, elle pose au genin une énigme, faisant volontairement écho à sa situation actuelle. Une énigme qui n’est pas évidente et qui demande de la réflexion. Après s’être trituré les méninges, Wutu-Fuku arrive à la conclusion suivante : une des questions à poser permettant d’obtenir la bonne réponse est  « quelle formule désignera l'autre personne si je lui demande quelle est la formule permettant de libérer la prisonnière ? ». Quel que soit la personne à qui on la pose, on obtiendra quoi qu’il arrive la formule permettant de tuer la prisonnière. Il suffit alors de choisir l’autre formule.

Mais pour la première fois depuis le début de la mission, Wutu-Fuku n’a plus le contrôle de la situation. Car ce n’est pas à lui qu’on a posé cette énigme. La suite des événements va dépendre de la réponse du genin. Le Kaguya a senti le jeune Kyūsei comme naïf mais pas comme idiot. Il espère que son instinct ne le trompe pas. Le Kaguya ne dit rien, attendant la réponse de son collègue shinobi.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
Raibura no Kyūsei
Raibura no Kyūsei

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Ven 26 Juin 2020 - 0:30
[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite JScAlEq
Délit de faciès




Plus il semblait proche de comprendre comment l’Erudite fonctionnait, plus il allait de déconvenue en déconvenue. Impossible à cerner, elle l’était. Voilà qu’elle finissait par parer de compliments la Main de Kiri et à remettre en question elle-même ses propres convictions, preuve en était que les choses que savaient Wutufuku pouvaient faire pencher une Balance ; du moins une qui pigeait traître mot à cet échange savant.

Voilà qu’elle chouinait ! L’air hagard de Kyûsei en disait long sur son incompréhension. Et elle… Le fixait ?! La Balance fut prit d’une vague d’effroi qui congestionna jusqu’au dernier muscle de son corps. Allait-elle exiger qu’il pleure aussi pour boire ses larmes ? A ce stade, il ne s’attendait plus à rien, et à tout en même temps…

Scruté, il écouta l’énigme en se décomposant petit à petit, après chaque mot. À la fin de sa tirade, il était aussi blanc que le kimono de son senpai provisoire… Elle se doutait sûrement de son incapacité à réfléchir convenablement. Ce n’était pas tant qu’il était stupide mais le garçon pensait différemment des autres ; il arrivait peu souvent aux conclusions de ses semblables…

Doucement, comme dans une parodie de film d’horreur où Wutu-Fuku aurait été le Chad sûr de lui sur qui on compte, Kyûsei fit grincer les articulations de son cou vers lui le visage plein de détresse.

YAMETE WUTU-SAN ! JE SUIS PAS PAYÉ NI FORMÉ POUR CE GENRE DE TRUC ! UN SIGNE, UN INDIIIIIIIIIIICE… • On pouvait lire la détresse dans le regard adressé au Directeur du Complexe Shinobi…

Mais il ne pouvait pas l’aider et il le savait. Un temps il pensa à négocier une autre question ou à essayer de changer de sujet mais la situation était trop sérieuse et importante pour son comparse, ça il le savait. Alors il réfléchit, pendant au moins une bonne minute, l’air véritable studieux. Le Kaguya connaissait la réponse, tout le laissait présager.

La Balance s'éclaircit la gorge, la main devant ses lippes.

« C’est pas cool madame. D’abord vous me traitez d’impertinent et maintenant ça. Je suis pas une tête comme vous et Kaguya-san. Quand je réfléchis autant, j’ai mal à la tête. Mais je vais faire de mon mieux. Enfin, j’ai fait de mon mieux. Alors, le raisonnement c’est que je dois demander quelque chose ou celui qui ment et celui qui dit la vérité disent ce que je veux entendre. Partant de ce principe, vu que celui qui ment, bah il ment. Je dois lui demander un truc pour qu’il me dise le contraire de ce que je veux entendre, hein. Mais j’ai qu’une question et me faut les deux versions pour espérer avoir la bonne réponse.

Du coup j’ai qu’à demander ce que l’autre va dire à chacun à propos d’la formule pour libérer la prisonnière. Et de là en tirer les conclusions.
»

Même aussi sérieux que possible.. Dieu qu’il avait l’air stupide.





_________________

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite 9b2jQtg
救世主天秤 » « Kyūseishu de la Balance »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9177-u-c-il-a-surgi-du-poulailler-avec-deux-oeufs-dans-chaque-main-en-disant-qu-il-ne-pouvait-payer-que-l-un-d-eux-mais-le-plus-troublant-c-est-surement-qu-il-etait-nu https://www.ascentofshinobi.com/u1086
L’Érudite
L’Érudite

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Ven 3 Juil 2020 - 21:34
Le trio kirijine s’était montré fort présomptueux en venant la chercher là où elle était enfermée depuis trop longtemps déjà. Chaque jour avait été d’une morosité infâme et si elle n’avait eu un esprit aussi vague et puissant à la fois, sans doute son engouement pour la vie se serait-il fané. Fort heureusement, l’Erudite était une amoureuse de la vie et de la pensée, une femme capable de méditer des heures durant pour parcourir le paysage de l’esprit ; femme de lettre ; femme de science ; bastion du savoir.

Elle savait beaucoup de choses et cette énigme, qui n’était pas des plus difficiles en soi, n’était qu’une bribe de toutes celles qu’elle possédait et qui s’avéraient souvent beaucoup plus sérieuses que ce genre de passe-passe. Kyûsei trouva la bonne réponse, comme elle pouvait s’y attendre ; jouant avec la logique de ce dernier, elle avait espéré semer la graine de la curiosité.

De l’enseignement, oui. Après tout, elle ne rêvait que de ça : que les gens apprennent, comprennent, et tirent leurs propres conclusions grâce à leurs facultés de déduction ou à leur esprit d’initiative. Son ambition était là, au carrefour de toutes les pensées, colligeant tous les points de vue pour atteindre…

… la connaissance ultime.

« Bravo, Kyûsei. Je n’oublierais pas le nom d’un esprit si sagace. Oh mon dieu… je suis si triste à l’idée de vous perdre lorsque vous lui ferez face… »

Elle n’éprouvait en disant cela qu’une vague émotion de tristesse qui fut aussitôt balayée par la pensée équivoque de l’Homme au Chapeau. Était-il véritablement son allié ? C’était une des choses que l’immensité de sa connaissance n’expliquait pas. Comme cela n’expliquait pas qu’il ne soit toujours pas venu la chercher.

Elle reposa ses orbes dorés sur Wutu-Fuku, absorbée tant par sa réflexion que par la nécessité de l’instant. Elle n’aimait pas perdre. Elle n’aimait pas être ignorée. Le peu qu’ils lui avaient apporté de satisfaction avait mis un soleil sur sa journée ; la fleur à l’intérieur d’elle en avait abondamment profité. Alors, ils méritaient qu’elle révèle la couleur douce de ses pétales, si incisives fussent-elles.

Ses lèvres se délièrent enfin.

« Je connais bien les Kaguya, vous savez. Leur histoire, comme leurs fléaux. Le Mal Blanc qui les a rongés, oui. Et cette autre expérience aussi mais… »

Elle afficha un sourire.

« … je n’ose pas parler de celle-ci, au risque de vous causer du tracas. Vous en êtes un, après tout. Un de ces… cobayes. »

Depuis sa prison ses yeux roulèrent alors qu’elle poussait un soupir d’exaspération. L’Erudite s’écoutait parler. Il y avait de ces choses qu’elle aimait garder secrètes, jouant avec la sensibilité de ses visiteurs. Le fait que Wutu-Fuku n’en sache pas autant qu’elle-même sur son propre clan lui plaisait. C’était une façon de lui rester supérieur, lui qui prétendait être un érudit à sa manière.

« Enfin ! Ce que vous intéresse, ce sont les Dieux, n’est-il pas ? Il n’existe pas de sujet plus fascinant, à l’évidence. Rien ne vaut les Dieux. Ni vous, ni moi, ne sommes à la mesure de ces êtres sublimes. Seul Lui peut oser les absorber sans craindre la mort. Mais encore faut-il qu’il les trouve et pour cela… »

Sa voix prit une teinte beaucoup plus lugubre et basse. Ce n’était plus le timbre gai et enjoué d’une captive amusée de la présence de ses visiteurs et heureuse de tromper la solitude. C’était un sifflement subtil, la langue des serpents dans la bouche d’une Fanatique. L’instant était aux révélations et sa parole, pour épouser les circonstances, devint spectrale.

« … pour cela, peut-être devrait-il se retourner vers le Dernier Gardien qui connait la position de chacun de ces Dieux ! »

De ses yeux écarquillés, elle fixa ardemment chacun des trois compères, démone captive de Kirigakure.

L'Erudite se livre. Elle vous révèle qu'une expérimentation inconnue a été menée sur les Kaguya et les menace. De surcroît, elle annonce qu'il existe un Dernier Gardien qui connaît la position de chaque Dieu.
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Sam 4 Juil 2020 - 0:26
Wutu-Fuku reste suspendu à la réponse de Kyûsei. Le genin n’était pas préparé mentalement à ce qu’on lui demande de répondre à une énigme. Il se perd en complainte, arguant qu’il n’a pas été formé pour répondre à cette situation. Il réclame un indice, mais le Kaguya ne peut pas répondre à sa demande. Alors le genin réfléchit, pendant une bonne minute, jusqu’à ce qu’il ose enfin répondre. Et malgré les chemins escarpés de sa réflexion intérieure, ce qui sort de sa bouche est parfaitement valable.

Le Kaguya est soulagé intérieurement. L’habit ne fait pas le moine, une fois de plus. La réponse est validée par l’érudite. La Main de Kiri prend le temps de féliciter le genin pour sa réflexion, qui sauve la mise à toute l’équipe et qui permet à la mission de continuer.

-Tu n’avais pas besoin d’indice pour arriver à la réponse par toi-même. Ne te sous-estime pas.

Maintenant que même le ninja débutant est dans les petits papiers de l’érudite, cette dernière accepte de s’ouvrir à ceux qui l’interrogent. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, elle décide d’attirer l’attention de Wutu-Fuku sur ses connaissances au sujet des Kaguya. Elle n’avait pas besoin de dire ce qu’elle a dit, ce qui pousse le Jônin à penser qu’elle le fait par pur désire de montrer sa supériorité intellectuelle.

Pour autant, l’érudite ne peut pas savoir que Wutu-Fuku s’est lui aussi rendu sur Wasure. Par deux fois. L’érudite ne peut pas savoir que Wutu-Fuku a rencontré une de ces Kaguyas sur lesquels les geôliers ont pratiqué des expériences. L’érudite ne peut pas savoir qu’il a vaincu, à l’aide de son cousin Shitekka, une sorcière blanche. Mais dans ce grand jeu de dupe, Wutu-Fuku n’est pas du genre à dévoiler frontalement les choses. Qu’il s’est rendu sur le Pays Oublié de son propre chef, l’érudite pourra peut-être le deviner.

-Vous faites référence au projet GN ? Ou à autre chose ?

Projet évoqué dans le carnet retrouvé sur la sorcière blanche, qui précisait que les Kaguya étaient des sujets adaptés. Ce que ces deux lettres veulent dire, il l’ignore. Peut-être que l’érudite le sait.

-Je sais ce qui a été fait à certaines femmes de mon clan. Même si Wasure renferme bien des secrets qui me résistent encore… comme la signification de ces lettres. Je me demande par exemple ce qu’il peut y avoir, sous ce dôme, pour que les prisonniers ne le saccagent pas.

Si l’érudite avait encore un doute, elle pouvait désormais raisonnablement se dire que Wutu-Fuku s’est rendu sur Wasure au moins une fois. Le contexte, elle ne l’aura pas. Si elle le demande, peut-être l’obtiendra-t-elle… même si le Kaguya est conscient qu’il est en plein numéro d’équilibriste. Enfin, il est de notoriété publique qu’il s’est rendu sur Wasure lors de la destruction de la prison par l’Homme au Chapeau. Il pourra toujours se cacher derrière cette excuse si besoin.

Le sujet des Kaguya écartés, l’érudite aborde le sujet des Dieux, dont elle vante encore une fois la supériorité. Elle évoque l’existence d’un gardien, qui connaît la position de chaque Dieu. Une information capitale, si elle est vraie.

-Ce gardien… qui d’autres à part vous est au fait de son existence ?

Potentiellement l’ordre des fanatiques… Mokkô peut-être ? Qui se serait dans ce cas bien gardé d’annoncer son existence à la coalition shinobi.

-Toute information sur ce dernier gardien sera la bienvenue. Mais si vous connaissiez son identité et sa localisation, votre ordre l’aurait déjà ciblé, non ?

Une personne avec de telles connaissances n’aurait pas été laissé tranquille par les Fanatiques. Il est raisonnable de penser que personne d’autres n’est au fait de l’identité de ce gardien, sinon il est fort probable que les Dieux aient déjà été réveillés.

Les informations récoltées jusqu’ici sont déjà capitales et justifient amplement l’existence de cette mission. Elle est déjà rentabilisée. Pour autant, Wutu-Fuku est venu dans les geôles avec des questions précises à poser à la Fanatique. Maintenant qu’elle s’est ouverte à ses interlocuteurs, le Kaguya ne compte pas laisser passer une telle occasion.

-Vous avez ma gratitude pour ce que vous m’avez révélé jusqu’ici. Pour autant, je suis venu à vous aujourd’hui dans l’idée de vous poser certaines questions précises et jusqu’à maintenant, je n’en ai posé aucune.

Les Fanatiques sont encore un mystère pour les villages shinobis.

-Quand j’ai commencé à m’intéresser à votre groupe, j’ai découvert un ouvrage qui évoquait l’existence de votre ordre et votre « disparition » il y a plus de deux siècles. Ce qui correspond à la « mise en service » de Wasure no Kuni. J’ai du mal à croire qu’il s’agit d’une coïncidence. Pour autant, j’imagine que personne dans votre ordre n’a deux siècles…

Même si apprendre qu’un des membres de cet ordre puisse vivre 200 ans ne l’étonnerait pas plus que ça, au stade ou ils en sont. Wutu-Fuku souhaite ensuite revenir sur le commentaire de l’érudite quand elle dit que seul l’homme au chapeau peut absorber un Dieu sans craindre la mort. Mais ils savent tous les deux qu’au moins un autre mortel a accueilli un Dieu dans son corps.

-Pourtant, une autre a accueilli un Dieu en elle. Quand est-ce que votre ordre a scellé le Dieu de l’Eau dans la Déesse ? Dans quelles conditions ? Et surtout… pourquoi ?

Si le but de l’ordre des Fanatiques est de libérer les Dieux, Wutu-Fuku a du mal à comprendre pourquoi les Fanatiques ont décidé d’en sceller un à l’intérieur d’une de leur membre. En parlant de sceau, Wutu-Fuku a une question au sujet de la surpuissante onde de chakra qui a chamboulé bien des vies il y a peu...

-L’onde de chakra qu’on appelle « Résonance » est liée à la libération du Dieu des éléments. Si c’est le Dieu Renard qui est affilié au chakra, est-ce que cela veut dire qu’une première résonance a eu lieu, il y a plus de deux siècles ?

L’Homme au Chapeau cherche le Dieu Renard pour obtenir un chakra illimité. Il n’est pas impossible d’arriver à la conclusion suivante.

-Est-ce que c’est le Dieu Renard qui a donné le chakra aux mortels ?

Wutu-Fuku réfléchit un instant.

-Et pourrait-il le reprendre ?

Peut-être est-ce même là le véritable objectif du chapelier, toujours si nébuleux et réticent à expliquer ses objectifs ? Si c’est le but qu’il a annoncé avoir aux Fanatiques, alors il peut très bien ne pas avoir dit la vérité, comme il l’a fait pour leur « alliance ».

Quant à ses fameux Dieux, Wutu-Fuku n’a rien oublié de ce qu’il a pu entendre à leur sujet. Que ce soit face à la Déesse, dans une bibliothèque à Kiri, ou dans un bureau secret, face à un ex-Mizukage.

-Un certain Hyôsa m’a un jour dit que les Dieux cherchent l’apaisement par le sommeil. Ils nous sont infiniment supérieur, à n’en pas douter. Mais j’aimerais savoir…

Léger silence.

-s’ils comprennent notre langue et s’il est possible de leur parler.

Toute la philosophie de Wutu-Fuku repose sur la réponse à cette question. Combattre et sceller les Dieux. Peut-être qu’il existe un troisième chemin. Mais pour parler aux Dieux, il faut les connaître.

-Dieu des éléments, Gobi, Dieu de l’Eau, Sanbi, Dieu du Désert, Ichibi. Ce sont des titres. J’aimerais savoir s’ils ont… des noms.

Wutu-Fuku a beaucoup parlé. Beaucoup demandé, aussi. Il aurait été ingrat de ne rien dire à l’érudite en retour.

-Puisque vous avez la générosité de partager des connaissances avec nous, je vais faire de même. Il existe actuellement un individu capable de ressusciter les morts.


Dernière édition par Kaguya Wutu-Fuku le Sam 4 Juil 2020 - 20:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
Raibura no Kyūsei
Raibura no Kyūsei

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Sam 4 Juil 2020 - 19:49
[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite JScAlEq
Délit de faciès




Le regard de Kyûsei ne l’avait pas quitté dans l’attente de sa réponse et visiblement elle lui convint. Alors qu’elle parlait, un large sourire s’afficha sur son faciès.

« Vous avez raison sur le fait que je vais lui faire face. » Il ne savait même pas vraiment de qui il parlait mais une chose était sûre ; pas question de laisser un homme aussi puissant soit-il s’en prendre au Yûkan et ses habitants, spécialement les kirijins. Même s’il était faible pour l’heure, ce ne serait pas une donnée éternellement gravée dans la roche.

Il opina du chef formellement aux mots du Kaguya, fier d’avoir ce genre de mots adressés à lui-même par un haut fonctionnaire Kirijin. Il aurait bien bredouillé quelques mots pour faire part de son enjaillement mais il se contenta de plaquer ses mains l’une contre l’autre et de s’incliner encore, les pommettes rougissantes.


Ce qui suivit n’était en rien son domaine de prédilection mais il ne fit pas l’erreur de se concentrer sur autre chose et grava chacun des mots dans son esprit. Il aurait besoin d’explications et d’éclaircissements, certes. Peut-être Wutu-Fuku lui fournirait-il après la mission. Pour l’heure il fit bien attention de ne pas déranger pendant l’échange, qui semblait pour l’heure jouer pour l’avenir de tous et toutes.

Des histoires de monstre et de fanatiques, de prison inavoué et de gardiens. Rien de logique ni de cohérent de son point de vue mais une véritable mine d’informations. Devaient-elles rester secrètes ou être partagées à tous ?

Un homme capable de ressuciter les morts ?! Immédiatement, il pensa à son père et à ce moyen de le ramener, lui, parmi les vivants ne serait-ce qu’une seconde. Quelque chose se craquela en lui et dans ses convictions. Il ne comprenait peut-être pas grand chose, mais comme l’Erudite, il resta suspendu à ses lèvres.






_________________

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite 9b2jQtg
救世主天秤 » « Kyūseishu de la Balance »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9177-u-c-il-a-surgi-du-poulailler-avec-deux-oeufs-dans-chaque-main-en-disant-qu-il-ne-pouvait-payer-que-l-un-d-eux-mais-le-plus-troublant-c-est-surement-qu-il-etait-nu https://www.ascentofshinobi.com/u1086
L’Érudite
L’Érudite

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Dim 19 Juil 2020 - 11:17
Ses orbes scrutèrent ses interlocuteurs mais aucun ne semble s’offusquer d’apprendre l’existence d’un être susceptible de leur apprendre la position de chaque Dieu recherché par l’Homme au Chapeau. Les Kirijins devaient être rudement formés au contrôle émotionnel pour faire preuve d’un tel sang-froid, ou bien autre chose tourmentait-il leur esprit. Elle n’en savait rien, et comme de coutume le fait de ne pas savoir la dérangeait. Elle aimait lire dans l’esprit des individus à travers leurs mimiques, leurs expressions, leurs traits, la contraction de petits muscles du faciès, la formulation hésitante ou hasardeuse de certains mots, et bien d’autres choses encore qui lui permettait de détecter du doute : car tant que les autres doutaient et qu’elle savait, elle demeurait l’érudite. Celle qui sait quand les autres ignorent. Celle qui connait la solution quand tout le monde se tracasse.

Ne pas avoir cette supériorité la dérangeait, la mettait hors d’elle. Pourtant, elle maquillait tout cela d’un sourire enfantin, assez joueur, comme pour leur faire croire que rien ne la troublait : cette vérité était fausse. Homme purement rationnel, Wutu-Fuku multiplia ses questionnements sur divers sujets en la soumettant presque à un véritable interrogatoire ; prisonnière, un tantinet diabolique, elle redevint une égocentrique rebelle.

D’une voix plus douce et chaude, apaisant les tensions de l’atmosphère, elle répliqua en regardant tour à tour l’érudit et ses disciples.

« Votre esprit est vif… non… il est éruptif ! Vous ne tarissez ni d’informations, ni d’hypothèses. J’aurais pensé que vous vous seriez suffi de ce que je vous ai déjà révélé, mais vous êtes un gourmand. Un grand gourmand, Kaguya Wutu-Fuku ! C’est au demeurant assez impressionnant pour un vulgaire shinobi. Vous honorez votre titre d’érudit. Vous auriez peut-être mérité votre place parmi nous si seulement… »

En baissant le regard, elle se mit à réfléchir à quelque chose. Toutefois, elle se déroba d’elle-même à cette phase pensive pour poursuivre sa réponse. Elle aligna cette fois des yeux presque chagrinés, ses lèvres se muant en une moue maussade et triste.

« Enfin ! Je n’ai d’autre plaisir, ces derniers temps, que de converser avec vous. Pourtant, une chose me dérange. Oui… Aussi passionnante cette conversation puisse-t-elle être, j’aurais espéré que vous fassiez montre d’un peu plus d’intérêt pour ce que je suis autant que pour ce que je sais. Avez-vous pensé à ce que je pouvais ressentir, seule à me morfondre dans cette geôle froide ? Les sentiments sont des choses importantes, mais aucun de vous trois ne semble avoir d’empathie, malheureusement. Comme c’est triste. Je ne demande pas qu’on m’aime. Mais de là à être déshabillée de la sorte, voyons, vous êtes un goujat, mon cher WU-TU-FU-KU. »

Elle insista particulièrement sur les quatre dernières syllabes en montrant un peu plus de zèle. Comme elle l’avait fait auparavant en révélant l’existence d’un Gardien un peu spécial par rapport aux autres, elle s’imprégna alors d’une aura bien plus noire et froide.

Elle se fâchait.

« Autrement dit, sachez que je ne suis pas une femme que l’on dilapide à sa guise. »

Sa langue claqua plusieurs fois son palais pour signifier sa désapprobation, produisant un son de bouche assez net et sec. Le kirijin avait gourmand, très gourmand… trop gourmand. Il fallait avoir un sacré culot, à ses yeux, pour profiter d’elle de la sorte tout en la laissant croupir dans cette prison moribonde ; et encore plus pour, en prime, lui parler d’un nécromancien, chose qui la révulsait.

« Mais allons. Oublions ce travers. Vous êtes à fortiori un penseur, pas un séducteur. Je ne vous accorderais donc qu’une seule question, parmi toutes celles que vous posez. Je vous préviens, je n’aurais peut-être pas la réponse, mais qui ne tente rien n’a rien, n’est-il pas ? Une réponse pour vous, et peut-être une autre pour votre disciple, si d’aventure je trouve sa demande à mon goût. Les jeunes hommes doivent apprendre au plus tôt les usages s’ils veulent devenir de vrais gentlemen. Je vous offre d’ailleurs une première leçon, si vous en voulez bien : il est préférable, pour délier la langue d’une femme, d’éviter de lui raconter les prouesses d’un homme qui ressuscite les morts. C’est assez peu ragoûtant et ça n’ouvre pas l’appétit. Une véritable faute de goût qui vous enlève tout votre charme. »

Elle se raillait de l’érudit. C’était trop facile pour lui. Beaucoup trop facile. En contrepartie, il lui fallait autre chose. Elle songea qu’on ne pouvait profiter d’elle comme d’un objet que l’on consomme et que l’on jette. Sa seule solution, pour garder l’intérêt de ses convives, était de les faire languir.

A ce jeu, elle était reine.

« Oh, mais j’oubliais : si un jour par hasard vous croisez l’Homme au Chapeau, pourriez-vous lui transmettre un message de ma part ? »
Revenir en haut Aller en bas
Kaguya Wutu-Fuku
Kaguya Wutu-Fuku

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Dim 19 Juil 2020 - 21:04
En posant toutes les questions qui lui brûlent les lèvres, Wutu-Fuku montre involontairement à son interlocutrice qu’il n’est plus dans le rôle du Jônin mais qu’il cherche désormais à satisfaire sa propre curiosité. Chose qui n’échappe pas à l’érudite qui, après la bombe qu’elle a largué plus tôt, n’hésite pas à se rétracter. L’art du logos ne lui est pas étranger et, dans cet échange cordial en apparence, deux serpents se crachent mutuellement leur venin. La Fanatique pensait peut-être déstabiliser le Kaguya en lui révélant les miettes de son savoir. Et cela aurait probablement fonctionné… si cette discussion avait eu lieu un ou deux ans auparavant. Mais Wutu-Fuku n’est plus le genin qu’il était à ses débuts. Il est trop tard pour l’impressionner de cette manière désormais.

La soif de curiosité de Wutu-Fuku, comparé à de la gourmandise, pousse la fanatique à reconsidérer l’opinion qu’elle se faisait des shinobis.

-Vulgaire Shinobi ? Vous avez donc si peu d’estime pour nous ?

Elle dévie même en précisant que Wutu-Fuku aurait peut-être mérité sa place au sein des Fanatiques. Curieuse remarque : ce n’est pas la première fois que cela arrive. La Déesse avait, en son temps, évoqué la même idée.

-Une place parmi vous ? C’est drôle, la déesse a dit à peu près la même chose quand je l’ai rencontré.

Mais ensuite, la Fanatique se braque. Pour des raisons que Wutu-Fuku estime futile. Un goujat, lui ? C’est bien la dernière chose dont il se préoccupe. Il n’y voit qu’une excuse pour que l’érudite garde l’ascendant dans le rapport de force qui les opposent. Elle ne supporte pas de n’être qu’une mine d’information. Pourtant, le Kaguya ne peut pas croire qu’elle n’apprécie pas cet échange : c’est peut-être bien la seule conversation civilisée qu’elle a depuis plusieurs mois. Le Jônin ne pourra pas repartir avec toutes les réponses qu’il veut. Il est désormais limité à une unique question. Autant reconnaître son erreur, s'il veut rester en "bons termes" avec la prisonnière.

-Vous avez raison, je m’en excuse.

Wutu-Fuku a sa propre curiosité à satisfaire, mais il y a certaines questions dont il peut obtenir les réponses par lui-même. Comme il l’a déjà fait par le passé. Mais il y a certaines questions dont il ne pourra pas obtenir les réponses seuls. Il faut également qu’il pense au bien commun.

Et pour certaines questions, il interprète le refus de répondre comme une réponse.

C’est donc logiquement que le Kaguya pose la question suivante :

-Que savez-vous sur le dernier gardien ?

Il se doute bien qu’il n’aura pas grand-chose, sinon les Fanatiques auraient déjà concentré leurs efforts pour le retrouver. Mais peut-être qu’avec une information par-ci par-là, il pourra arriver à un résultat probant. Et puis… rien ne lui interdit de revenir une prochaine fois. Mais il faudra demander à Saji de ne pas lui mettre dans les pieds.

Une fois la réponse obtenue, Wutu-Fuku ramasse son sac et se retourne vers l’érudite.

-La brume n’est pas ingrate. Votre « collaboration » est notée et appréciée. N’espérez pas une libération, ce serait utopique. Mais il est possible que votre quotidien s’améliore. Après tout, nous n’avons aucun décès à vous imputer, contrairement à votre « collègue ».


Mais alors que l’entretien se termine, l’érudite a une dernière doléance. Un message pour l’Homme au Chapeau ?

-Je l’ai déjà croisé par hasard une fois, donc qui sait si nos destins se recroiseront. Que voulez-vous lui dire ?

Wutu-Fuku imagine un message plutôt véhément, lié à la condition actuelle de la Fanatique.

-Je reviendrais vous rendre visite, si vous le permettez. Ah, j’allais oublier.

Du sac qu’il avait avec lui, le Kaguya sort quelques Onigiris qu’il passe entre les barrières de la cellule de l’érudite.

-Ce sera meilleur que ce qu’on vous sert ici, je suppose.

Wutu-Fuku est venu avec une offrande. Une offrande bien réfléchie : il n'y a rien dans ce qu'il apporte qui puisse être utilisé par l'érudite dans un but hostile à la brume.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine https://www.ascentofshinobi.com/u800
L’Érudite
L’Érudite

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite Empty
Dim 20 Sep 2020 - 23:59
Sa tension s'apaisa lorsque le Kaguya se confondît en excuses, et aussitôt son faciès se transforma pour s'adoucir. Devant toute l'énergie que Wutu-Fuku dépensait pour l'amadouer, elle finît comme par succomber, appréciant d'être presque courtisée ; même si dans le fond, elle le savait, tous les hommes voulaient la même chose.

Elle ria. Elle ria comme rarement elle avait pu rire ces derniers temps. De nouveau, son regard tutoya celui de l'autre érudit, celui qui se prétendait de ses rangs. A ses yeux, il avait obtenu un certain crédit. L'homme qui se trouvait face à elle, surclassant de nombreux prétendants qu'elle avait pu côtoyer, possédait une réelle sagacité d'esprit, jusque dans le choix des questions posées. La précision avec laquelle il choisissait ses mots, les manières qu'il posait là devant elle, tout cela la faisait frémir d'excitation ; elle se plût à le penser contre son sein, mais se ravisa en songeant à son squelette anormal.

Mais anormale, ne l'était-elle pas, elle aussi ?

Elle se pourvût d'un sourire lorsque son visiteur lui fit quelques offrandes à dévorer ; mais ses membres furent rudes à mobiliser, à cause de sceau qui, sous le bliaud ourlé d'étoffes dorées dont elle se drappait, continuait de pomper outrageusement son énergie. Elle ramassa l'offrande, et la déposa un peu plus loin dans sa zone, la dissimulant presque dans la pénombre. Puis elle se retourna. Pourquoi s'intéresser au Dernier Gardien, et pas plus à elle ?

Elle fut jalouse, mais respecta néanmoins sa part du marché.

« Alors c'est le Dernier Gardien qui vous intéresse, n'est-ce pas... j'ai eu tort de penser que je pouvais être plus importante pour vous que cette personne. Enfin... puisque c'est ce que vous voulez savoir, je peux vous donner quelques précisions quant à l'un de ses possibles voyages... oui... je suis l’Érudite, après tout. On ne peut rien me cacher. Ouvrez vos oreille, Kaguya Wutu-Fuku. Qui sait ce que vous pourriez apprendre sur le Dernier Gardien, ainsi que l'Homme au Chapeau qui le convoite et qui, sans doute, doit déjà être en train de le poursuivre. »

Elle laissa planer un silence.

« J'habite du pays des loups, de ceux qui ont perdu leurs crocs et qui n'ont plus qu'une arme pour se défendre. »


Un précieux sourire s'immisça sur son visage. Cette énigme était facile, épouvantablement facile ; trop facile. En la lui soumettant, elle l'expédiait droit vers cet endroit, lui, ainsi que cette Coalition de shinobis. Ils iraient là où ils le trouveraient, peut-être, peut-être oui, pour l'obliger à sortir de sa zone de confort. Le monde tel que le voyait l'Homme au Chapeau ne méritait pas d'être linéaire ; elle se plût à lui mettre des bâtons dans les roues, lui qui de toute évidence l'avait négligé. Elle continua de scruter le Kaguya.

« Rencontrez-y peut-être votre plus grand ennemi, celui auquel je souhaite que vous adressiez mon message : je veux qu'il renonce, car sa quête n'est pas la solution qu'il attend. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

[Mission/B/Kiri] Interroger l'Erudite

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Geôles
Sauter vers: