Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon !

Mukuro
Mukuro

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon ! Empty
Jeu 14 Mai 2020 - 23:44


Mukuro

J'étais au centre-ville de Taiyo, dans une petite rue peuplée de multiples établissements de jeux d'argents. À vrai dire, je ne faisais que passer aux alentours pour me diriger vers un bon vieux petit bar. Je n'avais pas prévu d'aller jouer, ni de dépenser le moindre centime dans un jeu. Mais en passant devant un établissement qui venait tout juste d'ouvrir, je ne pus retenir ma mauvaise habitude...

C'était une salle de pachinko - des jeux avec des billes dans une boite en bois et en métal avec un système de mécanique bien pensé. Le gérant proposait un premier essai gratuit et trois billes pour le prix de deux comme il s'agissait de la semaine d'ouverture. Oui, tout pour attirer des pigeons. Je le savais ! ... Mais alléchée par l'offre, je finis par me laisser envouter à l'intérieur et entamai quatre petites parties. Je voulais rester raisonnable pour ne pas perdre tout mon argent. Et j'étais raisonnable... Durant les quinze première minutes. À mesure que je jouais, je commençais à dépenser de plus en plus... Oui. Tristement.

« Shit, encore perdu. »

C'était vraiment addictif ! Notre concentration était rivée sur la bille qui dégringolait les obstacles et l'envie de la voir atteindre l'objectif final nous faisait oublier l'argent qui partait dans chacune d'entre elles. Et le fait de gagner de temps à autre me donnait encore plus envie de redépenser après avec l'espoir de gagner plus. C'était vraiment vicieux comme système !

Je continuai encore un petit moment jusqu'à entendre quelqu'un crier mon nom depuis l'extérieur du bâtiment. Me laissant balancer en arrière sur mon tabouret, j'aperçus un visage familier apparaître dans mon champs de vision.

« Oroshi ? »

Oui, c'était bien lui. On ne pouvait pas dire que c'était le genre de visage très plaisant à voir après une défaite au pachinko. Je me demandais bien ce qu'il pouvait me vouloir. Je me relevai et me retournai vers lui.

« Eh quoi ? Tu as tout dépensé dans les quartiers rouges et tu viens m'emprunter de l'argent ? Désolé mec, mais vois par toi-même, je n'ai même pas assez pour moi-même. » Dis-je tout en indiquant le jeu.



Dernière édition par Imai Nobume le Mer 3 Juin 2020 - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Toyohara Oroshi
Toyohara Oroshi

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon ! Empty
Mer 20 Mai 2020 - 23:36
Voilà quelques temps qu’Oroshi était arrivé dans ce beau et sublime pays de la bronzette, pays des plus grands constructeurs de châteaux de sable de ce monde ! Bon d’accord, ce n’était pas vraiment le plus grand exploit et certainement pas une chose que les gens allaient mettre fièrement dans leur CV mais on faisait avec ce que l’on avait après tout. Pendant que les grands complots se mettaient en place doucement mais sûrement, Oroshi cherchait à se renforcer et à étendre sa bibliothèque mentale de techniques qu’il pouvait maîtriser afin de devenir toujours plus dangereux, c’était bien la chose la plus importante !

De la technique la plus basique à la technique la plus élaborée, il cherchait à apprendre où il pouvait ! Il n’avait pas de honte à avoir pour apprendre des choses plus simples car un bon combattant se devait de bien maîtriser la base correctement. Aujourd’hui il voulait apprendre une technique de détection, il savait qu’il avait quelques spécialisent de la sensorialité et non de la sensualité ! A ne pas confondre, même si certains pouvaient en être tentés ! Bref… Il avait décidé de retrouver la fameuse Mukuro, maîtresse de son achassin chelou, celui-ci semblait entretenir une relation particulièrement bizarre avec Ashura… Un grand amour qu’Oroshi ne voulait surtout pas brisé !

Il se baladait dans le coin à la recherche de cette vile personne, il savait par où commencer ! Après tout, il commençait à bien la connaître et il n’avait pas 50 lieux dans lesquels elle allait se cacher pour se faire dépouiller comme une gamine à qui on lui volait la sucette ! Et bien sûr, il ne tardait pas à la trouver en train de jouer aux jeux de hasard et… à perdre car si elle était douée pour une chose, c’était bien de perdre aux jeux de hasard. En soi ce n’était pas grave, ça rendait toujours ces adversaires ou l’établissement particulièrement heureux pendant qu’elle ne pouvait que pleurer abondamment en voyant sa fortune disparaître. Les mains dans les poches, l’Amejin se rapprochait tranquillement en sa direction, il fit un hochement de la tête en sa direction lorsqu’elle le remarquait.


Le grand Oroshi en chair et en os.

Disait-il purement et simplement avant de rouler les yeux à sa remarque. Il ne doutait pas qu’elle était fauchée, on devait surtout se demander quand elle ne l’était pas ! Enfin, là n’était pas la question non plus.

Non t’inquiète, mon argent se porte bien pour le moment, mais merci de t’en soucier ! Je vois que tu ne changes pas tes habitudes, je ne doute pas qu’un jour tu auras du succès.

Disait-il d’un ton amusé et légèrement moqueur. Il reprit un ton plus sérieux.

Je ne suis pas ici pour te mendier de l’argent ni réclamer tes fesses.
Préférait-il préciser, au cas où elle y pensait. Je cherche à améliorer mon répertoire de techniques et je voulais savoir si tu ne pouvais pas m’aider sur la question ?

Après tout, il lui demandait juste de lui apprendre deux-trois trucs et non de lui donner un enfant ! Et au vue de ses talents, il ne doutait pas qu’elle pourrait lui enseigner quelques petites choses.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8879-toyohara-oroshi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8892-carnet-de-toyohara-oroshi#74933
Mukuro
Mukuro

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon ! Empty
Ven 22 Mai 2020 - 0:43


Mukuro

Dans un monde lointain où vivaient les chats et les achassins, on pouvait apercevoir auprès d'une échoppe ambulante la silhouette d'une étrange boule de poils noires entrain de dévorer un bol de nouilles au poisson. Puis soudain, il éternua brusquement faisant remuer le bouillon contenu dans son bol.

« Miaouw ! J'suis sûr que quelqu'un est en train de parler de moi dans mon dos... »

À ce même instant, une deuxième silhouette féline apparut dans la petite échoppe.

– Oh Sasuke ! Tu es là ? Ça fait un moment que je ne t'ai pas vu ici...
Sakura-chan ! Non, j'étais dans le monde des humains dernièrement.


Et les deux félins continuèrent de discuter tout en manger leur bol de nouilles. Pendant ce temps-là, dans le monde des humains et plus précisément à Kaze dans un établissement de jeux, je vis Oroshi entrer.

« Le grand Oroshi, en chair, en os... Et en poison. »

Un détail qu'il ne fallait pas oublier. Il se moquait de moi et de mes habitudes aux jeux d'argent, mais il verra bien le jour où je me construirai un puissant casino. À ce moment là, il ne pourra plus rien dire. Enfin, ce n'était pas le sujet de sa venue. Je repris un air plus sérieux pour aborder sa requête.

« Améliorer ton répertoire de techniques... Tu maîtrises le doton dans mes souvenirs. Mh, je pense avoir ce qu'il te faut... Je suis passée récemment au pays du bois et j'ai récupéré quelques documents sur la maîtrise du doton ainsi que quelques rouleaux de techniques. Je peux t'enseigner du défensif comme de l'offensif. Mais avant ça... »

Je m'arrêtai net et me retournai vers lui. Mon visage se déforma instantanément pour former une sourire terriblement sadique.

« Comme il s'agit d'une demande, je suis donc logiquement en droit de demander une contre partie, non ? Mmmmmh, comme je suis gentille et respectueuse envers ton porte-monnaie, je te laisse le choix sur deux actions ; soit tu te rases le crâne et tu fais le moine. Soit tu vas tripoter l'cul de Ash et bien évidemment, interdiction de lui dire quoique ce soit. »

Oui, le choix entre deux gages. Non j'allais parfaitement bien, mais il fallait bien que j'y trouve mon avantage à lui enseigner quelque chose. Rien n'était donné dans ce monde et encore, j'étais gentille, je lui laissais le choix. À voir s'il en avait le courage...

« ...Quoi ? La trouille ? Veux-tu abandonné l'idée ? Si Ash te fait flipper, tu peux aussi choisir les fesses de Genji. Les deux sont ok pour moi ! »

Bien évidemment, action à faire avant tout apprentissage.


Dernière édition par Imai Nobume le Mer 3 Juin 2020 - 12:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Toyohara Oroshi
Toyohara Oroshi

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon ! Empty
Dim 24 Mai 2020 - 0:05
Le poison est un détail.

Se contentait-il de préciser car après tout, il n’était pas toujours fait de poison. Il ne niait pas que cet attribut inspirait la peur auprès de certaines personnes, en particulier si celles-ci reçurent l’honneur d’y goûter et d’y survivre. La dernière condition était nécessaire pour pouvoir s’en plaindre comme le faisait Mukuro. La jeune shinobi ne le fuyait pas, du moins pas encore, ce qui était un bonne chose.

Il hochait la tête à son affirmation pour sa maîtrise du doton, elle avait eu le plaisir de découvrir cette maîtrise par elle-même tant bien même l’exposition en était maigre. Il se contentait de l’écouter pour voir ce qu’elle allait lui proposer car après tout, c’était la seule chose qui importait réellement. Il espérait qu’elle avait quelque chose d’intéressant à lui proposer car crée une statue de terre n’était pas vraiment ce qui l’intéressait réellement. Il lui fallait quelque chose de plus utile, de fort et de majestueux… ou pas, mais au moins utile car sinon il pouvait se passer de la chose.

Il n’était pas certain d’avoir bien compris ce qu’elle voulait faire, elle allait lui offrir un rouleau ? Il trouvait la chose étrange, mais pourquoi pas, il n’allait pas réellement s’en plaindre non plus. Il allait bien voir ce qu’elle allait faire car connaissant la jeune femme, un coup foireux allait forcément en sortir et elle n’allait pas manquer une occasion pour ça.


J’ai une préférence pour le défensif.

Un choix délibéré, le doton pour la défense et le reste pour l’offensif. Ce n’était pas la meilleure chose à faire car il suffisait d’un idiot avec du raiton pour l’empêcher d’avoir la moindre défense un tant soi potable, mais au point où il en était ; il devait mettre une priorité dans ses apprentissages. Il laissait échapper un soupire en l’entendant donner ses conditions aussi absurdes. Il ne comprenait pas réellement l’intérêt de cette demande car après tout, elle n’y gagnait strictement rien hormis un amusement sans réel intérêt et futile, chose qu’il ne comptait pas lui donner. Même s’il désirait enrichir son répertoire de techniques, il n’était pas désespéré au point de se rabaisser à ce genre de choses. Et même si cela devait être le cas, jamais il ne ferait une telle chose mais visiblement, elle ne connaissait pas encore assez l’amejin. Il roulait des yeux avant de lui répondre.


Pourquoi je ne suis pas étonné de ce genre de stupides demandes ? J’aurais du me douter que tu le ferais.

Il marquait une courte pause.

Je n’ai pas l’intention de me rabaisser à ce genre de choses, aussi décevant que cela puisse être pour toi.
Il marquait le silence. Le mieux que je peux faire c’est de te tripoter les fesses.

Rajoutait-il l’air de rien, mais il savait que ce n’était pas le but de sa proposition non plus. Au besoin, il se passerait de son aide et il irait voir pour quelqu’un d’autre. Il ne doutait pas qu’il allait survivre à ce manque. Il passait sa main dans sa chevelure.

Je pourrais aussi t’apprendre une chose ou deux, en fonction de ce qui t’intéresse.


Une proposition qu’il estimait bien plus intéressante que ce qu’elle réclamait.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8879-toyohara-oroshi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8892-carnet-de-toyohara-oroshi#74933
Mukuro
Mukuro

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon ! Empty
Mer 27 Mai 2020 - 11:35


Mukuro


« Rabaisser ? Mh, dis surtout que c'est au delà de tes moyens et tu n'as pas le courage pour le faire, oui. »

Chose sans doute un peu vrai à mon avis... En réalité, j'avais aussi pensé lui proposer d'aller embêter Ko et Shachô, chose qui aurait été tout aussi amusant à voir. Mais Kuuli était une femme occupée - lui imposer un RP de plus pour une pareille futilité serait retarder à jamais sa réponse pour mon apprentissage - et Ko était bien trop innocente, je ressentirais de la peine à lui faire subir une chose pareille.

« Enfin, il est vrai une de tes techniques m'intéresse pas mal - celle où tu imites la taupe en te faufilant sous terre. On peut partir sur ça. Je t'enseigne une technique de terre défensive et tu m'aides à peaufiner mes capacités en dissimulation avec ta technique imitation taupe. »

J'étais quelque peu perdante - ma technique défensive me venait d'un vieux vestige de mon maître et était d'un rang de savoir-faire relativement élevé - mais on n'était pas à ça près entre camarades de la pluie. Je me relevai de ma chaise pour quitter la salle de jeu relativement bruyante et pour retrouver le calme extérieur où on était tout juste en début de soirée.

« Mh... On commence dés ce soir ? C'est une technique assez poussée en terme de maîtrise du chakra et notamment de savoir dans le domaine du ninjutsu. Ça ne sera donc pas des plus aisés. »

On était pas dans naruto, je n'irai pas jusqu'à dire que l'apprentissage allait lui prendre trois ans, mais il était sûr que ça allait prendre légèrement plus de temps que quelques minutes ou quelques heures. Enfin, j'avais confiance en Oroshi et je savais que ce n'était pas si peu qui allait le faire reculer. Sinon je le torturerai à mort jusqu'à ce qu'il maîtrise la technique. Oui.

« Dans ce cas on se retrouve dans le désert aride... »

Le temps que j'aille récupérer ces rouleaux.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Toyohara Oroshi
Toyohara Oroshi

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon ! Empty
Dim 7 Juin 2020 - 0:32
Elle pensait penser que cela était un manque de courage, la chose l’importait peu mais il ne désirait nullement aller tripoter les fesses de mecs juste pour pouvoir apprendre quelque chose. Elle n’aimait peut-être s’amuser à ce genre de choses ou de pousser les gens dans une telle situation – chose qu’il comprenait parfaitement – mais il n’était pas prêt à jouer à ce genre de jeux ridicules. Il ne doutait pas que la pauvre Mukuro allait s’en retrouver très attristé, en particulier parce qu’elle n’allait pas voir la moitié du pays se faire raser par les explosions d’amour d’Ashura ! Oroshi ne doutait pas pour autant qu’elle allait y survivre à cette situation.

Fort heureusement, la contre proposition qu’il avait fait lui convenait. Visiblement jouer au marchand de tapis était grandement à ce genre de situations, il savait marchander pour qu’un compromis plaisant soit trouvé ! Elle voulait apprendre la technique de la vénérable taupe, un bon choix à n’en pas douter ! Et la chance lui souriait puisque cette technique n’était pas la plus compliquée à apprendre !

La dissimulation doton ? Hmm.. Il se grattait le menton l’air pensif avant de hocher la tête. Ça me va. Ce n’est pas une technique particulièrement difficile à apprendre, du moins si tu sais utiliser ton chakra…

Il laissait la chose en suspens sans rien rajouter de plus. Il ne sous-entendait rien de particulier, il savait qu’elle savait utiliser son chakra et elle s’avérait être un adversaire particulièrement dangereuse si elle s’y mettait. Il espérait juste qu’elle n’allait pas maîtriser, un jour, l’ensemble des affinités car sinon les gens allaient avoir un sacré problème, mais c’était une question pour un autre jour.

Dans tout les cas et puisqu’un accord avait été trouvé, Oroshi suivait la jeune dame vers l’extérieur. Il se doutait qu’ils n’allaient pas le faire directement dans ce lieu miteux, la chose pouvait être délicate. Il passa la porte et laissait son regard vagabonder vers le ciel. La journée tombait sacrément vite dans ce coin du monde et une certaine fraîcheur pouvait déjà se faire ressentir. Il restait silencieux en l’écoutant, visiblement elle voulait lui enseigner une technique particulièrement compliquée. La chose lui convenait, même s’il ne savait pas encore réellement à quoi s’attendre. Après tout, elle faisait sa mystérieuse au sujet de la technique ! Enfin, il allait bien voir.

Oui nous pouvons, je n’ai rien prévu de particulier pour ce soir de toute façon. J’imagine que la fraîcheur de la nuit rendra l’entraînement plus facile.

Il n’osait pas imaginer la galère que cela pouvait être s’il devait commencer l’entraînement en pleine journée sous le soleil insupportable, mais il ne doutait pas qu’elle n’était pas du genre à vouloir souffrir sous le soleil… Ou si ?

N’est-ce pas chiant si les choses sont trop simples ?

Disait-il l’air de rien, jetant un rapide regard vers sa sensei du moment. Il tournait la tête en direction de ce qui serait le désert aride avant de hocher la tête.

Ça me va, je vais t’y attendre alors.

Et ainsi donc le brave Oroshi s’en alla pour le famoso désert aride où ils allaient pouvoir se déchaîner pleinement ! Il était curieux de voir ce qu’elle allait lui enseigner et comment elle allait s’y prendre. Il savait une chose pour sûr : Elle n’allait pas lui rendre la tâche facile. Après une bonne petite marche, il était enfin arrivé sur le lieu de rendez-vous et il ne manquait plus que la brave sensei pour le faire souffrir.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8879-toyohara-oroshi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8892-carnet-de-toyohara-oroshi#74933
Mukuro
Mukuro

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon ! Empty
Dim 7 Juin 2020 - 15:42


Mukuro

Je passai dans ma chambre et attrapai le rouleau qui trainait sur mon bureau avant de reprendre la route en direction du désert... Il ne me fallut pas bien longtemps pour rejoindre Oroshi qui était déjà là-bas à m'attendre. Une fois arrivée sur place, je lui lançai le rouleau comportant le savoir de cette fameuse technique afin qu'il puisse y jeter un coup d'œil et je vins m'installer face à lui.

« Ce sont de vieilles archives, il manque des mots c'est certain, mais n'y tiens pas rigueur. Retiens juste globalement comment fonctionne la technique et ses mudras, après ça je peux te faire une démonstration. »

Je lui laissai le temps de terminer sa lecture afin d'avoir toute son attention, après quoi je me relevai et jetai mon manteau sur le côté avant d'effectuer une série de mudras pour concentrer mon chakra dans tout mon corps. De là, se forma une terre boueuse qui prit rapidement la consistance de la roche et l'apparence d'une armure. Enfin, une armure... C'était plutôt une carapace quelque peu difforme mais qui faisait une jolie protection.

« Ce qui fait de cette technique son niveau c'est sa résistance particulièrement élevée permettant de résister même aux attaques les plus puissantes et le fait qu'elle recouvre la totalité du corps. Mais c'est là aussi là la difficulté à maîtriser la technique... »

Capacité élevé, rang élevé, technique élevé. Mais je savais que nous avions tous les deux des capacités relativement et je ne doutais pas un instant que Oroshi allait parvenir à la maîtriser. À noter cela dit que celle-ci possédait un poids assez conséquent pouvant ralentir certains mouvements. Étant une adepte des arts martials rapproché et plus précisément du sabre, celui-ci ne me faisait pas grand chose. Mais pour le cas de Oroshi, celle-ci risquait effectivement de le ralentir. M'enfin, ce n'était qu'un détail. Je relevai les yeux avec un léger sourire aux lèvres.

« Tu veux frapper pour voir ? ...Sinon, tu peux essayer, les mudras sont sur le parchemin. » Dis-je avec un sourire gentil.




Dernière édition par Imai Nobume le Lun 8 Juin 2020 - 20:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Toyohara Oroshi
Toyohara Oroshi

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon ! Empty
Lun 8 Juin 2020 - 18:47
L’attente après un partenaire pouvait toujours être longue et parfois certaines questions importantes pouvaient surgir dans les esprits. Il fallait bien s’occuper et l’homme savait s’y prendre s’il le fallait. Dans ce monde, les réflexions philosophiques étaient quelque chose qui pouvait occuper l’esprit pour bien longtemps, disserter et réfléchir avec soi-même. Un bon esprit est un esprit occupé, qui réfléchit aux réalités de ce monde qu’il peut remettre en question pour mieux la saisir.

Mais qu’est-ce que la réalité ? Car beaucoup de gens emploient cette notion, mais très peu savent ce que cela implique réellement finalement. Ce concept précis et flou à la fois désigne en réalité (HAHA) à la fois le principe et l’actualité d’un objet donné. Alors je sais, qu’est-ce qu’il raconte ? C’est très simple, qu’elle est la réalité d’un grain de sable ? Nous avons l’idée d’un grain de sable, tout le monde sait ce qu’est un grain de sable et ce qu’il représente et l’état du grain de sable que nous désignons spécifiquement. Il existe donc l’essence de la chose désignée et son concret.

Cette simple considération ne permet pas de déterminer ce qu’est la réalité. La réalité a une relation étroite entre la possibilité et la nécessité. Tout ce qui est réel est au moins possible, mais il n’est pas forcément nécessaire. Et qu’est-ce que la nécessité ? C’est très simple, la nécessité désigne l’impossible pour une chose d’être autre qu’elle n’est. Dans le cadre d’un grain de sable, il ne peut être autre chose qu’un grain de sable et il ne peut pas être un grain de riz ou une banane.

Il se pose une question très importante c’est comment l’objet nous est perçu. Après tout, l’Homme utilise ses sens pour ressentir un objet, que se soit la vue, l’odorat, le touché etc. Quel est donc le problème avec cela ? C’est une question de perception ! Chacun va percevoir les choses à sa façon dépendant étroitement à ses expériences. C’est bien l’expérience avec nos sens qui va nous forgé notre savoir. Prenons un exemple très concret : Vous touchez une flamme et vous ressentez de la douleur. Vous savez donc que le feu brûle et fait mal. C’est un Savoir et non forcément une vérité ! Ce que l’on sait n’est pas forcément une vérité, mais la vérité existe-t-elle réellement ? Et comment peut-on la définir ?
Prenons un autre exemple, un individu insensible à la douleur touche une flamme. Il saura que le feu le blesse, mais il ne sait pas que le feu fait mal. Alors qu’elle est la vérité pour la feu ? Doit-on considérer que la douleur du feu est une vérité ou juste un savoir ?

Prenons un autre cas, les couleurs ! Chacun perçoit les couleurs différemment. Certains voient toute les couleurs, d’autres ne voient qu’une partie de celles-ci et d’autres encore… Ma foi, ils ne voient rien. Et nous ne parleront même pas du soucis de la perception de chaque couleur car qui nous dit que le rouge correspond à la même chose pour tout le monde. Ce que certains considèrent comme du rouge pourrait être, en réalité du violet pour un autre sans qu’on le sache. Comment peut-on donc savoir ce que chacun perçoit correspond a la même chose pour tout le monde ? Nous n’avons pas de certitude.

Si nous considérons alors que tout ce qui est réel est perçu, comment peut-on être certain que ce nous percevons est réel et vrai ? Car si la chose dépend de nos sens et donc d’une lecture subjective, la chose pourrait tout aussi bien être une imagination, n’est-ce pas ? Il se pourrait alors que ce que nous percevons n’est rien d’autre que le fruit de notre imagination.

L’Homme aime tout catégoriser dans son esprit, de lui donner un nom. Nous considérons tel ou tel objet comme étant un outil, une autre chose comme étant de la nourriture. Une personne sera dans la catégorie des amis, une autre dans les ennemis et parmi ces gens nous aurons des hommes et des femmes, des enfants, des jeunes… bref, vous comprenez le concept. Nous plaçons tous des étiquettes sur gens et objets pour les catégoriser, mais cette catégorisation reste très subjective car elle dépend de notre perception de la chose ! Et la perception des choses dépend de notre expérience qui forge notre Savoir.

En quoi cette question est-elle importante pour la réalité ? C’est très simple. Si le réel dépend de ce que nous percevons et savons, mais que ces deux choses sont subjectives puisqu’elles dépendent de nos sens que nous percevons d’une façon bien précise, se pose la question si le réel est subjectif ou une vérité ? Par défaut, les gens considèrent que la vérité correspond à la réalité, mais puisque la notion de réalité pose déjà problème, est-ce vraiment une bonne définition ? Non, alors qu’est-ce que la vérité ? Nous pourrions considérer que la vérité a une relation de cohérence systématique d’une théorie composée de multiples énoncés et un énoncé ne peut être vrai que s’il fait partie d’un système cohérent d’énoncés. Nous pourrions donc considérer que la vérité correspond à quelque chose qui ne peut changer et qui reste vrai peu importe le point de vue que nous abordons. C’est logique ? Il est vrai, mais reparlons de la réalité.

Si la réalité est avant tout subjective, puisque reliée à nos sens, alors peut-on dire que chaque personne a sa propre réalité ? Puisque chacun percevra le réel à sa façon et non d’une façon universelle car après tout, qui nous dit que notre façon de percevoir la réalité est celle de votre voisin ou de votre ami ?

Si le réel est le produit de notre interprétation de la chose, qui nous dit que nous existons ? Car après tout, nous pourrions totalement imaginer la chose et créer de toute pièce notre vie, notre réel car il dépend de nos sens. Et ce qui sera notre réalité et notre vérité ne sera pas celle d’un autre. Si notre réalité est le fruit de notre propre imagination alors forcément, ce que nous créons est une vérité sans pour autant correspondre à la vérité d’un autre. Il n’aurait donc pas de réalité et de vérité universelle, unique qui corresponde à tout le monde, mais une vérité et une réalité individuelle.

Enfin, tout cela n’avait plus vraiment d’importance puisque Oroshi était sorti de ses pensées par sa compagnon du jour. Elle venait d’arriver pour débuter leur beau entraînement qui, il ne fallait pas le douter, allait prendre très longtemps ! Ils y passeraient certainement des années car les dieux savaient que les individus de ce monde n’étaient qu’un ramassis de débiles mentaux et physiques à peine capable d’apprendre la moindre chose sans y passer une éternité. L’agilité et le sens de l’apprentissage d’un individu était fort limité ! Une force divine leur avait impliqué des limitations qu’ils ne pouvaient contourner, c’était un fait, une réalité qui valait ce qui valait comme si les dieux eux-mêmes ne voulaient pas que les shinobi apprennent trop de choses ou puissent être trop agiles pour pouvoir se protéger. Le tout n’était rien de plus qu’un jeu pervers pour satisfaire les égos des dieux alors bien trop ennuyés dans leur triste monde car ils avaient tous, ils avaient alors décidés de tourmenter des pauvres être qui n’avaient rien demandés. Il ne serait qu’une question de temps avant que les dieux viennent dans ce monde pour imposer leur loi… Ou était-ce déjà le cas ?

Dans tout les cas, Oroshi récupéra le vieux rouleau qu’elle lui tendit. Il le déroula pour en lire le contenu. Il allait de soi qu’il était bien trop idiot pour comprendre la chose, n’était-ce donc pas l’état de chaque individu ? Peu importait sa maîtrise du chakra, peu importait sa maîtrise du ninjutsu, il ne restait qu’un débile parmi les débiles sans réelle capacité à pouvoir faire grand-chose d’autre comme d’apprendre à marcher comme un gamin en se cassant encore et encore la gueule pour apprendre les bases. Finalement les bases et la maîtrise de son chakra et du ninjutsu n’avaient guère de valeur dans l’apprentissage de cette technique. Unique technique qu’il allait pouvoir apprendre de ce niveau car les dieux avaient décidés, il a fort longtemps, qu’un individu n’avait que la capacité mentale pour apprendre une seule technique. Le monde était ainsi fait, cruel et impitoyable, pitoyable et misérable.


Elles sont intéressantes, tu les as trouvés où ?


Une simple question de curiosité car après tout le savoir était une chose importante, même si son utilité restait fortement limité dans ce monde. Il pouvait au moins apprendre les mudras ou du moins, il espérait que les dieux seraient suffisamment clément pour lui laisser cette possibilité, mais peut-être qu’ils allaient estimer que son esprit n’était pas assez bon pour au moins comprendre les mudras.
Après cette première grande lecture, il hochait la tête pour lui-même puis relevait la tête pour l’observer. Il la regardait faire comme une performance d’un artiste de rue, essayant d’impressionner la clientèle tout en la divertissant. Enfin, ici il n’était pas spécialement diverti. Il observait déjà les mudras fait, ceux-ci, il semblait déjà les comprendre plus ou moins, mais il ne fallait pas trop en demander car il ne fallait pas oublier : Les shinobi étaient idiots.

Ainsi, la jeune femme avait réussie à se couvrir entièrement de boue puis de terre solide. L’armure n’avait guère d’élégance, mais le but n’était pas la beauté. La force d’une armure était la protection qu’elle pouvait apporter et même si la classe avait son importance, pouvait-on dire que les shinobi en avaient dans ce monde ? Et de toute façon, la beauté était totalement subjective car ce que l’un considérait comme beau pouvait être vue comme moche par un autre. Qui sait, peut-être qu’Oroshi donnerait une forme phallique à son armure pour exposer sa grandeur !


Impressionnant. Elle n’est pas un peu lourde ?

Demandait-il car après tout, il fallait une bonne quantité de terre pour protéger correctement de la plupart des attaques, tant que ce n’était pas du raiton car tout le monde savait que la foudre violait la terre comme une vulgaire putain dans une réelle sombre. Il se demandait d’ailleurs comment cette logique avait été crée dans ce monde, mais était-ce vraiment bon pour lui d’y penser ? Bien sûr que non car il vivait dans un monde dont la logique et le bon sens étaient depuis longtemps assassinés dans un coin sombre, laissé à l’abandon et à la pourriture la plus totale.

Je peux bien essayer de te frapper, ça me donnera une idée de la solidité.

Bien entendu qu’il n’acceptait pas une telle proposition pour pouvoir s’amuser à la cogner, non non ! Il n’était pas cruel à ce point et même si beaucoup le considérait comme sadique, il était en réalité une vraie peluche toute douce que tout le monde ne pouvait qu’apprécier à sa juste valeur ! Oroshi le Saint, Oroshi le Miséricordeux… Les qualificatifs ne manquaient pas pour lui et pourtant, il ne s’en vantait nullement, si ce n’était pas le signe de sa sainteté alors je ne sais pas ce qu’il vous faut de plus !

Enfin, il profitait donc de cette brave situation pour donner un bon coup de pied contre Nobu, coup qui pouvait certainement briser la plupart des os que le pied allait rencontrer mais l’armure tenait fermement. Implacable comme l’intransigeance des dieux sur les lois à respecter, elle protégeait son individu de toute blessure comme les lois protègent la crasse… euh… la plèbe du chaos sous le regard bienveillant et inquisiteur des dieux, des créateurs du monde.


C’est une technique très impressionnante je dois dire.

Dit-il alors que son pied souffrait affreusement, après tout, il était un homme fort fragile et idiot, comme tout le monde dans ce bas monde fort triste et misérable. Fort heureusement pour lui, il n’allait pas se laisser abattre par si peu et il était déterminé d’apprendre cette technique, sauf si les dieux en décidaient autrement mais c’était une autre question. Maintenant qu’il avait une première idée de la gueule de la technique, ce qui en réalité ne lui servait à rien mais chut ! En tout cas, il allait pouvoir tenter de faire les mudras, la base car après tout, sans eux, il n’allait même pas pouvoir espérer la tenter ! L’agilité des doigts était importante car le chakra était comme une femme, plus vous étiez agile avec doigts et plus vous alliez pouvoir la satisfaire ! Dans le cadre du chakra, cela allait vous permettre de malaxer plus de chakra car c’était bien connu que plus vous pouviez la satisfaire avec votre doigté et plus elle allait faire jaillir le chakra. Il était vrai que le chakra pouvait être une sacrée salope.

Ainsi donc il commençait à former les différents mudras pour la technique sans malaxer de chakra, il ne fallait pas abuser non plus. Il savait qu’il aurait assez de temps pour malaxer le chakra comme on pouvait pétrir les miches de la boulangère du coin, Oroshi aimait les miches bien fermes ! Il s’habituait en faisant de mouvements lents mais précis, la base pour tâter le terrain avant d’augmenter lentement mais sûrement la cadence des mouvements, devenant toujours plus confiant dans la maîtrise de ces gestes. Après tout, le doigté d’Oroshi en était devenu célèbre… Ben quoi ? Je parlais bien sûr des mudras qu’il faisait !


Les mudras ne me semblent pas très difficile à faire. Du coup, tu me conseillerais à débuter comment ? Je ne pense pas que tenter directement à faire l’armure complète est une bonne idée.


Ben oui, après tout il ne fallait pas faire son sauvage en y allant en mode yolo ! Les préliminaires étaient importants pour en préparer le terrain afin que l’entrée n’en soit que plus chaude et agréable. La brutalité n’apportait que rarement la satisfaction pour tout le monde et n’était pas utile à long termes et en parlant de longueur… Oroshi ne doutait pas une seule seconde que l’entraînement serait long, très long et d’ailleurs il risquait d’être si long qu’il en mourrait probablement de vieillesse ou d’épuisement. Il pourrait dire qu’une femme l’avait tellement épuisé qu’il en mourus, soulagé de ne plus ressentir le poids sur lui jusqu’à l’en faire exploser. La crème sera battue comme on bat un bébé phoque pour récupérer sa peau.

Ainsi donc, il ne restait que les prochaines instructions de la brave et belle Nobume pour la suite de l’entraînement. Il ne lui manquait qu’une tenue adéquate pour en faire la petite professeure sexy que l’on pouvait retrouver dans les grands films à fantasmes masculins, prête à punir le vilain garçon et à récompenser le bon élève. Il restait à voir ce que les sanctions et les récompenses seraient dans le monde Nobumien car tout le monde savait que ça ne pouvait pas être quelque chose de bien, enfin encore que, tout n’était qu’une question de point de vue, n’est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8879-toyohara-oroshi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8892-carnet-de-toyohara-oroshi#74933
Mukuro
Mukuro

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon ! Empty
Lun 8 Juin 2020 - 21:49


Mukuro

Je laissai alors un instant de silence s'écouler après quoi, je rapprochai mon visage du sien et sans prévenir je vins lui lécher la joue.

« Mh... Salé. »

C'était le moins que l'on puisse dire. La quantité de sel dans le sang augmentait parfois sans prévenir et dans ces cas-là, je préconisais de manger un peu de sucre pour calmer le tout. Enfin, là n'était pas vraiment le sujet... Je repris mes distances et crachai au sol comme pour me débarrasser du mauvais goût en bouche et d'un mudra, je fis disparaître le reste de mon armure avant de me retourner à nouveau en direction de mon partenaire.

« Pour répondre à ta question, le rouleau me vient de quelques vieilles archives parlant de la maîtrise du doton. L'armure est légèrement lourde en effet - si tu n'es pas entraîné au corps-à-corps elle risque de te ralentir dans tes mouvements, mais il s'agit de la roche après tout. En contre partie elle offre une meilleure résistance que les autres éléments ! »

Et surtout, une défense persistante à l'inverse du futon qui nécessitait une alimentation en chakra continue. C'était le bon côté du doton ! On pouvait dire que c'était le meilleur élément pour ce qui était du défensif et de la création persistante - d'ailleurs le seul dans la roue des cinq éléments.

« Sinon pour commencer... Tu peux commencer par tenter de créer un bouclier partiel sur ton bras. »

Un début, oui. Après cela, nous pourrions l'étendre sur deux bras puis trois bras puis quatre bras et enfin tout le corps. Le principe étant sensiblement le même ; faire jaillir de la terre sur sa peau et la durcir de sorte à en faire une armure. Enfin - sensiblement plus difficile aussi de par la maîtrise poussée du chakra nécessaire pour recouvrir l'entièreté du corps. C'était un arsenal puissant après tout.

Pendant ce temps, je vins m'installer sur le côté et sortis une petite bouteille d'alcool de la poche de mon manteau déposé dans le sable. J'étais plus ou moins en tenue de plage avec un shirt et des bottes. On pouvait dire que je me mettais bien en cette fin de soirée. J'étais prête à y passer le temps nécessaire - quoique si nous pouvions éviter de trop tarder non plus pour que je puisse allez vite conquérir Kaze quand même... Il pouvait mourrir de vieillesse seul, mais sans moi. Enfin, j'avais confiance en ses compétences - notre niveau dans le domaine étant sensiblement le même.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Toyohara Oroshi
Toyohara Oroshi

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon ! Empty
Dim 21 Juin 2020 - 19:58
Il la regardait et fronçait légèrement les sourcils lorsque celle-ci lui lécha la joue comme s’il était une vulgaire glace… Il ne comprit pas réellement cet étrange geste, elle aurait pu choisir une autre partie du corps que la joue pour ça, non ? M’enfin, il se contentait de s’essuyer la joue pour retirer la bave qu’elle lui avait si généreusement offert.

Désolé si je ne suis pas très rafraîchissant.

Disait-il purement et simplement en bon mineur dans une carrière de sel. Il se contentait d’écouter les explications de la jeune femme, la petite fripouille avait fait un tour dans les archives pour récupérer le parchemin de la technique. Enfin, il fallait dire que le doton était probablement la meilleure affinité primaire pour se défendre car un mur restait un mur, c’était solide, utile et toujours très pratique contrairement aux autres affinités dont l’utilité défensive restait souvent à désirer dans certaines situations très spécifiques. Il savait qu’il n’était pas le plus grand combattant du corps-à-corps, même s’il n’était pas un gros sac à patates incapables de bouger, encore que… Bref, il ne doutait pas que la technique rendrait ses mouvements lents, mais ce n’était pas un soucis tant que cela lui offrait une bonne défense à côté. Qui sait, elle pouvait être si lourde qu’il n’allait même pas bouger si on lui balançait un tsunami en pleine figure comme s’il était une vulgaire crotte dans les toilettes…

Un bouclier partiel ? Hmmm… Je peux directement tenter de recouvrir mon bras de terre, je sais déjà faire des boucliers de terres.


Ben oui, le vilain homme qu’il était avait l’audace de maîtriser des boucliers doton ! Je sais, c’était une chose inacceptable et il ne fallait pas douter qu’il allait finir sur le bûcher en bon hérétique des familles ! Tout se fait-il que l’heure était venu à l’apprentissage et il avait mieux à foutre que de réfléchir à des sujets fort philosophiques, aussi amusant que la chose pouvait être. Ainsi donc, en bon esclave des familles, il fit quelques mudras pour couvrir son bras droit de terres. Il y parvient, bien que la chose était plutôt maladroite, ce n’était pas régulier… Bref, en bon idiot des familles, il était un peu nul.

Il tentait alors la chose à plusieurs reprises pour enfin trouver le bon dosage et la bonne maîtrise de la chose pour pouvoir recouvrir de façon correcte et propre son bras droit. Après on parlait juste d’un seul bras, il en restait un autre puis les jambes puis le restant du corps… Et il devait sûrement éviter de boucher son nez avec… Vous imaginez s’il s’étouffait lui-même avec son armure comme un con ? Ça serait amusant, mais juste une fois parce qu’après l’amejin serait mort, au grand plaisir de certains.

Il lui montrait son bras droit, sans le lever comme un certain vilain, pour lui montrer le résultat afin que la touriste de plage puisse en juger dignement.


Alors ? Ça ne me semble pas vraiment compliqué à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8879-toyohara-oroshi-termine https://www.ascentofshinobi.com/t8892-carnet-de-toyohara-oroshi#74933
Mukuro
Mukuro

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon ! Empty
Lun 22 Juin 2020 - 20:44


Mukuro

Sans un bruit, je l'observais former un bouclier de terre sur ses avant-bras. Et, sans grande surprise, c'était une réussite. Oroshi maîtrisait déjà relativement bien le doton et ce, depuis que je le connaissais. D'ailleurs, je m'en souvenais encore...

On s'était affronté en plein dans mon appartement et il l'avait bien zigouillé - que ce soit avec son poison corrosif qui avait rongé tous mes murs ou que ce soit avec sa défense de terre qui avait dégommé tout mon plancher. Oui, je m'en souvenais encore... Et étrangement, bien que plusieurs années s'étaient écoulée, je ressentais une légère frustration chaque fois que j'y repensais...

Mais je devrais apprendre à oublier le passé et embrasser le présent. C'était ce qui faisait de nous des adultes - comme teikoku et kumo qui devraient apprendre à devenir amis au tour de quelques verres d'alcool. Sur ces dernières pensées, je bus quelques nouvelles gorgées d'alcool afin de noyer ces souvenirs. Après quoi, je revins vers Oroshi avec un ton jovial.

« Oké ! Étape suivaaaaante ! Maintenant, essaye de recouvrir tout ton corps de terre de la même manière que tu as recouvert ton avant-bras. Et ce, d'un seul coup ! » Dis-je un brin nonchalant avant de boire à nouveau quelques gorgées.

Je n'étais pas saoul, mais il fallait bien faire passer le temps. Et comme habituellement à cette heure-ci j'étais dans les bars, il me fallait bien compenser ! À nouveau, sans un bruit, je me tenais sur le côté pour l'observer faire. C'était l'étape qui consistait à passer du bouclier à l'armure. On pouvait dire qu'elle était légèrement plus difficile car il fallait proliférer son chakra à travers tout son corps et ce, de manière suffisante pour former une armure suffisamment solide.

« Et n'oublie pas de recouvrir ton visage car la moindre ouverture en fera une cible pour ton adversaire, et ce visage est justement ce qu'il y a de plus sensible sur le corps humain. »

Et je ne parlais pas esthétique - mais pratique car c'était là que se trouvait les yeux, le nez, et les oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302

Si tu es pauvre au point de manger de la terre va vendre ton caleçon !

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: