Soutenez le forum !
1234
Partagez

Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo]

Itö Luna
Itö LunaEn ligne

Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] Empty
Dim 17 Mai 2020 - 21:52



En cette soirée hivernale, j’ouvrais les réserves de mon appartement pour déguster un bon petit plat. Dehors, la neige tombait en léger flocon sur les bords de mes fenêtres. De journée difficile, j’étais heureuse de pouvoir mettre mes petites fesses sur mon siège avec un bon plat tenant à la ceinture et un roman judiciaire. Mais en face de moi, un drame des plus terribles se présentait. Partout où mon regard se posait, un vide s’installait dans mon esprit. À gauche, rien, à droite, rien non plus… Mes placards présentaient tout un creux cisaillant de désespoir mon petit cœur tendre. « Nooooooooooooooooooooooooooooooooooooon !!! »

Je n’avais pas le choix, j’allais devoir affronter les terreurs de l’extérieur pour trouver de quoi rassasier le gouffre béant de mon estomac. Et d’un regard déterminé, je prenais le manteau en laine qui me faisait tant fierté pour m’en aller combattre le mal par le mal.

Dehors, luttant et combattant la mère de tous dans un blizzard atroce, je marchais tranquillement en quête d’un assez bon restaurant pour satisfaire mes papilles. Celle-ci était d’un haut niveau et peu de néophytes arrivaient à trouver un trésor dans ce labyrinthe commerçant. Nombreux établissements proposaient ses mets que je recherchais, mais peu étaient capables de satisfaire les goûts divins dont j’avais besoin. Et ce n’était qu’après une bonne heure que je retrouvais la maison capable de créer des miracles.


Comme à son habitue, la salle angélique était remplie d’âme similaire à la mienne et l’archange m’accueillait avec un magnifique sourire. Il fallait avouer que j’avais mes habitudes et que l’établissement me connaissait depuis maintenant pas mal de temps. « Bonjour Mademoiselle Itö… Il nous reste justement une seule table de deux places, si vous voulez bien me suivre. » Heureusement que j’étais arrivée juste à temps, car à part cette table, plus aucune place n’était disponible.

Le bonheur s’installait alors dans mes veines, j’allais pouvoir déguster un bon plat des plus caloriques pour le bien de ressortir d’ici en roulant et en me mettant à table, je prenais le menu en main dont les choix étaient complets.

« Je vais prendre un bol de Nato, deux Nikumans au boeuf, un plat de gyoza au porc, un Yakisoba Pan, et un Kare Raisu. Ah et j’oubliais, un thé vert pour accompagner tout ça. »
Avec ça, j’allais pouvoir dévorer comme une sauvagesse. Jusqu’à qu’un événement dramatique survienne entacher ce qui s’apparentait pour moi à un moment de bonheur.


_________________
Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] 1529
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77592 https://www.ascentofshinobi.com/t7115-the-sound-of-a-birth
Miyamoto Teruyo
Miyamoto TeruyoEn ligne

Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] Empty
Jeu 21 Mai 2020 - 11:17

Cela faisait quelque temps que Saya et moi n’étions pas sortis rien que tous les deux, profiter de ce moment pour se balader, prendre son temps et manger un morceau. Pour certains, cela pourrait paraître égoïste dans la mesure où les quatre aïeux étaient toujours parmi nous, vivant sous le même toit, mais à l’heure âge, ils étaient au-delà de cette considération. Qui plus est, d’une certaine manière, ils approuvaient cette relation que je pouvais avoir avec mon petit bout de choux, un moment privilégié entre un père et sa fille, un moment où pouvaient se construire des souvenirs communs et uniques. Ainsi, en cette journée maussade et malgré le ciel gris, j’avais décidé de passer la journée dehors.

Ainsi, bravant le froid à coups de bonnets, d’écharpes et de moufles, non sans aller jusqu’aux hauts-plateaux, en restant au pied des montagnes, nous avons profité de ce moment pour nous promener, admirer le paysage hivernal, et faire une bataille de boulle de neige que bien sur, je perdais lamentablement, lorsque Saya s’amusa à lancer les premières hostilités en me mettant de la neige dans le cou. Malheureusement, les chutes floconneuses qui commençaient à s’abattre sur nous mirent fin à notre petit jeu. Ne restait donc qu’attendre la réponse de la chef de la journée, réponse à cette grande question qui était « que faire ensuite ». Tel père, telle fille, et compte tenu de l’heure tardive, levant les bras en l’air, les poings serrés de la victoire, une sourire radieux sur le visage, la petite rouquine cria sans le moindre doute quant à son choix.

« CURRYYYYYYY ! »

Et bien sûr, dans ce cas de figure, une seule adresse pour déguster le meilleur curry de la ville « Ryôri-yô Tôto » qui pour le coup, portait bien son nom. Mais peu-importe le nom, peu-importe la décoration, seuls deux critères comptaient à mes yeux, et à ceux de ma fille à qui j’inculquais l’excellence gastronomique depuis des années. Critère numéro un, la chaleur humaine. Fut-il le meilleur restaurant du monde, un lieu sans chaleur humaine, sans bienveillance, sans une certaine bonhomie ne valait pas la peine d’y mettre les pieds. Second critère, le goût bien sûr. Les meilleurs ingrédients pour les meilleurs plats. Je préfère cent fois manger les meilleurs ramens dans un seau que les pires nouilles dans un bol en or ouvragé. C’est dans cet état d’esprit que j’ai éduqué gastronomiquement ma petite fille, et pour que, comme moi, si les critères énoncés sont importants, le respect de la nourriture, le respect du travail accompli, le respect du chef et du personnel sont primordial.

Après de longues minutes de marche, nos pas laissant de profondes marques dans la neige fraîche, la petite boule d’énergie rousse poussa la porte de l’établissement qui commençait à se remplir, et comme à chaque fois, l’accueil fut des plus chaleureux. Habitué des lieux, l’accueil était encore plus bienveillant, mais la gentillesse naturelle du personnel faisait tout. À la fois patron et serveur, l’homme entre deux âges que nous connaissions bien vint rapidement prendre notre commande en laissant quelques petits-pois au wasabi pour patienter.

« Alors jeune fille, ce sera quoi cette fois ? »
« Un curry médium trois piments »
« Trois piments ? T’es certaine ? C’est plus que la dernière fois hein ! »


Souriant, j’acquiesçais quand le propriétaire des lieux me regardait, comme cherchant mon approbation.

« Alors c’est parti, une ration pour une courageuse. » ce qui fit rire ma petite Saya.
« Et pour moi, un curry strong dark cinq piments, comme d’habitude. »
« Et une bouteille de saké Junmai comme d’habitude ? »
« Comme d’habitude. »


Bavassant de tous et de rien, le restaurant se remplissait inexorablement jusqu’à ce qu’une jeune femme vienne s’installer sur la dernière table de libre, celle à côté de nous avant de commander à son tour, ce qui provoqua une grande surprise de mon petit bout de choux qui regardait la demoiselle avec des yeux rond.

Avec son innocence enfantine, elle engagea rapidement la conversation, enfin, en quelque sorte.

« Wouhaaa ! Tout ça ? Tu vas tout manger toute seule ? »
« Saya ? »

« Pardon madame, c’est pas bien de juger ce que les gens mangent » d’une mine un peu boudeuse.

Tapotant son petit nez mutin de mon index, je reprenais la suite en souriant.

« Eh oui, tu ne sais pas. Si ça se trouve, elle a très faim ! »

Puis, lui faisant un petit clin d’œil amusé.

« Ou alors elle mange peut-être pour deux, qui sait … »
« C’est vrai madame ? Tu manges tout ça car tu attends un bébé ? C’est un garçon ou une fille ? »
reprit-elle une lueur vive pleine d'espoir dans les yeux.

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Itö Luna
Itö LunaEn ligne

Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] Empty
Lun 25 Mai 2020 - 11:15



C’était alors qu’on me déposait les plats sur la table qu’une petite voix fluette apparut à mes oreilles. Douce et mélodieuse, j’entendais une adorable petite fille à côté en train d’être épaté par la quantité de nourriture que je prenais. Celle-ci semblait être accompagnée par son père qui lui ressemblait fortement, la couleur de braise leurs cheveux ne laissait pas vraiment de doute quant à leurs liens. C’était donc avec un agréable sourire que je répondais à cette petite puce. « Eh oui, je vais tout dévorer ! » Tapotant mon ventre avec les mains. « Il faut des forces pour devenir grande et forte. Et puis je vois que toi aussi, tu prends des plats de grandes filles ! » Reluquant son assiette, je pouvais voir un reste de curry au piment. Ce n’était pas un plat que beaucoup d’enfants prenaient dû l’épice et il fallait dire que ce n'était pas non plus une portion de petite fille.

Tout se passait bien durant cette mignonne rencontre jusqu’à que son père ouvre la bouche pour lui aussi participer à la conversation. Et comme tous ses semblables, lui aussi possédait un don pour dire d’énormes conneries aussi grosses qu’une montagne. Entendant ses mots, je ne pouvais pas laisser passer l’insulte qui venait me faire front. D’un lourd et profond regard noir, l’atmosphère du restaurant changeait lorsque je le regardais dans les yeux pour lui faire comprendre une simple phrase. « Tu es mort ! » C’était en tout cas ce que je me répétais dans ma tête lorsque son visage apparaissait devant ma rétine.

Le mal était fait et il fallait maintenant faire avec, je ne pouvais pas en vouloir à ce petit bout de chou qui plein de vie, était aussi crédule. C’était là d’ailleurs la force des enfants de son âge, contemplant le monde d’un regard innocent et plein de bonté, c’était à l’adulte de leur faire vivre des aventures et des expériences qu’ils n’avaient encore jamais eues. « Et non, parfois, même ton papa a tort et il peut aussi dire des bêtises. »

Voilà, le tacle était lancer même si j’espérais au fond que sa fille se moque de lui, je me doutais que son père était pour elle une personne qu’elle admirait et dont elle ne pourrait pas se moquer. « Mais il y a bien une raison qui fait que je mange autant de bonne nourriture. » Je me rapprochais lentement de la jeune fille en me penchant sur sa table. « Tu dois garder le secret, je peux te faire confiance. »

Des yeux remplient de malice, je lui souriais une nouvelle fois en attendant sa réponse avant de lui dévoiler ce qu’elle ignorait. « Je suis une Shinobi d’Iwa de très haut rang. » Ça aussi, c’était pour le père au passage. « J’ai donc besoin de beaucoup d’énergie pour chasser les criminels et défendre les habitants du village. »

Le sourire qu’elle me lança alors fit fondre mon cœur en un liquide de tendresse. « Et puis toi aussi, tu as pris un repas de grand. Tu veux devenir une Shinobi plus tard ? Ou tu as d’autres rêves ? »


_________________
Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] 1529
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77592 https://www.ascentofshinobi.com/t7115-the-sound-of-a-birth
Miyamoto Teruyo
Miyamoto TeruyoEn ligne

Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] Empty
Ven 29 Mai 2020 - 22:48

Amusée, Saya regardait la jeune femme qui venait d’être servie de si nombreux mets qui avaient l’air tous plus délicieux les uns que les autres. Alors même que la petite rousse venait de finir sa propre assiette, les lèvres fortement rougies par le piment et la bouche exhalant une certaine chaleur épicée, Saya se demandait si elle aurait droit de goûter à l’un des plats de la jeune femme.

« Ouais ! C’est pas pour les petits, même que c’était à trois piments. Et toi, tu prends à combien de piments ? En tout cas ça a l’air bon ce que t’as. »

Tel père, telle fille, la culture gastronomique de la demoiselle se construisait jour après jour, j’y mettais un point d’honneur, m’assurant que mon petit bout de choux puisse faire la découverte des plus vastes saveurs et qu’elle se fasse une idée par elle-même de ce qu’elle aime ou non, sans devoir lui imposer un seul et unique goût. C’est de cette manière qu’une passion pour le curry, entre autres, était née pour cette petite boule d’énergie qui n’avait pas peur des épices.

Alors que j’ignorais, involontairement, le regard mortel de la morfale, toute mon attention était focalisée vers ce concentré d’amour, vers ce que j’avais de plus cher en ce monde et ce que j’avais réussi de mieux dans ma vie. Pour autant, cela ne m’empêchait nullement de jouer de sa naïveté d’enfant et une fois encore, cela avait payé, me laissant avec un sourire radieux d’un père heureux de sa bêtise.

« Ah bon ? T’es pas enceinte ? Tu peux pas ? T’as pas d’amoureux ? En tout cas, je prendrais comme toi la prochaine fois, ça a l’air trop bon. » fit-elle des étoiles pleins les yeux.

Puis, son regard passant de la jeune femme au mien et inversement à plusieurs reprises, finalement elle s’arrêta sur la gloutonne, un air déterminé dans le regard, tout en s’approchant pour chuchoter quelques mots qui m’atteignaient tout de même, me faisant largement sourire au passage.

« Je sais que des fois il dit des bêtises, mais je lui dis pas que je sais, comme ça, il est content. »

Puis, se retournant finalement sur moi, réajustant sa chaise, les mains posées bien à plat, une nouvelle demande inattendue fit son apparition.

« Je peux prendre des gyozas en dessert ? »

D’abord des yeux surpris, puis un rire franc, quelques personnes se retournant sur notre bruyante tablée.

« Bien et si je dis oui, tu voudras pas un autre dessert ? Tu voudras pas une glace ? Même à la maison ? »

La question était suffisamment bien posée pour ne laisser aucune échappatoire à la chipie qui cherchait subtilement de l’aide à côté d’elle.

« Bien, alors choisi ta glace d’accord ? »

Puis m’adressant à mon homologue en souriant.

« Désolé pour le dérangement, mais ce gros bébé est encore un peu naïf par moments. »
« C’est pas vrai, je suis pas un bébé … et je faisais semblant d’abord ! »
« Ahaha, d’accord. »
avant de me tourner vers la jeune femme.
« Teruyo, enchanté. Et cette gourmande, c’est Saya. »

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Itö Luna
Itö LunaEn ligne

Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] Empty
Ven 5 Juin 2020 - 2:19



La fougue de la jeunesse battait dans son petit cœur de fillette. Aussi choute que possible, la petite rouquine était autant joyeuse, qu’adorable. « Je ne suis pas sûre que j’en prends autant que toi, je te l’avoue. » Et repartant de plus belle, elle rechangerait de sujet aussi vite qu’un battement de cils. À cet âge, c’était quand même incroyable de pouvoir réfléchir à plus de mille idées et surtout de pouvoir les sortir à tout-va. « Eh non, je ne suis pas enceinte, je n'ai pas non plus d’amoureux. Malheureusement, je n’ai pas encore trouvé le prince charmant. Et toi d’ailleurs, tu as un amoureux dans le village . Ou tu ne veux pas que ton père soit au courant. » Riant légèrement, je regardais celui qui l’accompagnait. Finalement, malgré ses erreurs de phrasé, paraissait de plus en plus sympathique.

Chantant le cri de son estomac, l’épuisement ne pouvait atteindre ce petit corps. Le choix le plus dur de la soirée se faisait arriver, celui du dessert. Tel un père attentionné, celui-ci s’occuperait rigoureusement de son enfant chérie. « Prenez ce que vous voulez, je vous offre les glaces. J’en prendrais également une avec vous. » Observant que ma nourriture était encore devant mes yeux, mes mains se mirent à bouger instinctivement pour avaler ce qui s’y trouvait. J’avais devant moi, cinq petites minutes pour engloutir rapidement les plats. Même si je ne profitais pas entièrement de mon repas, je comptais prendre à emporter à la fin du service pour le lendemain.

« Enchanté, moi c’est Luna. » Souriant enfin aux deux, la petite Saya avait réussi à me séduire et à me faire apprécier son père qui avait mal débuté la conversation. « Votre petite fille est une des plus grandes que j’ai vues dans ce village. » Pour contrecarrer un peu le sens du mot bébé, je n’avais trouvé que ça pour faire plaisir à la petite Saya.

« Tu as vu Saya, plus tard, tu pourras ne manger aussi vite que ça aussi, mais attention que dans des cas où tu croiseras une autre petite fille qui voudra manger des glaces dans un restaurant. Sinon tu vas avoir très mal au ventre. » En essayant tant bien que mal de justifier de gâcher un tel repas, je me devais de lui dire de ne pas le faire et surtout pas à son âge. « Et attention, les glaces, c’est pareil. Si tu les manges trop vite, ça te congèle le cerveau et ça fait très mal. »

Me retournant vers son père, je voulais en apprendre un peu plus sur lui. Son dévouement et son amour pour Saya avaient réussi lui aussi à me séduire. « Vous avez là, une belle fille. » Servant les glaces à nos tables, je donnais ce que je devais à la serveuse. « Que faites vous dans la vie ? Je n’ai encore jamais eu l’occasion de vous croiser tous les deux dans le village. » C’était assez classique comme début de conversation, mais c’était le meilleur moyen de se trouver des points communs. Le travail, les loisirs ou même la nourriture étaient de très bon thème pour commencer un lien entre les personnes. « Pour ma part, comme je vous l’ai pas si gentiment dit, je suis kunoichi. Je reviens de deux ans d’absence à parfaire mes techniques d’armes. »


_________________
Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] 1529
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77592 https://www.ascentofshinobi.com/t7115-the-sound-of-a-birth
Miyamoto Teruyo
Miyamoto TeruyoEn ligne

Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] Empty
Dim 7 Juin 2020 - 11:00

Écoutant avec attention la jeune femme à côté d’elle, Saya, yeux grands ouverts, était plus qu’amusée par cette situation et surtout par la manière d’être de notre interlocutrice qui ne prenait pas à mal les paroles naïves et enfantines de mon petit bout de choux.

« Comment tu fais pour manger autant ? Mon papa quand il fait pareil son ventre il devient tout mou. Il est pas tout mou ton ventre pourtant ! »

Charmée par les compliments qu’on lui offrait, cela n’empêchait pourtant pas ma petite rouquine d’afficher un visage résolu lorsque la jonin vint lui poser quelques questions personnelles. Se rapprochant une nouvelle fois de la jeune femme, Saya, d’un ton convaincu répondait aux interrogations.

« Non, j’ai pas d’amoureux. Les garçons c’est bête ça fait que nous embêter. »

Finalement, les discussions sur le dessert salé ou glacé vinrent mettre un terme à cette situation qui m’amusait quelque peu. Si mes explications avaient porté ses fruits quant au choix d’une glace pour le dessert, l’intervention de notre voisine de tablée venait définitivement sceller la décision de Saya. Alors que la serveuse ayant enlevé nos assiettes revenait prendre la suite de notre commande, d’un petit signe, je lui faisais comprendre que nous n’étions pas prêts et que nous attendions la personne à côté de nous pour poursuivre.

Finalement, une fois les deux tablées vides, la jeune femme se présenta à son tour et complimenta ma charmante progéniture.

« Ahah, c’est gentil pour elle, mais tu sais, on est pas bien grand dans la famille. »

Il est vrai et la jonin pourrait sûrement se rendre compte de la véracité de mes paroles en comparant nos propres tailles en étant elle et moi assis. Puis, me tournant vers mon petit bout de choux, je reprenais la discussion.

« Et puis, comme je le dis à Saya, il n’est pas nécessaire d’être grand pour faire preuve de grandeur, et ça, c’est important. »

Amusé par le discours de Luna, ma petite rouquine ria de bon cœur avant de se plonger dans sa glace qui venait d’être servie, laissant à Luna et moi l’opportunité de discuter.

« Oh ? Une kunoichi ? Comme moi finalement. Enfin, shinobi, pas kunoichi. Je suppose que tu avais compris. Et puis, si tu ne nous as jamais croisé, c’est sûrement lié à ton absence, ou au fait que le village soit suffisamment grand pour qu’on ne puisse pas connaître tout le monde ahahah. »

Goutant mon mélange de sorbet banane et glace chocolat, je relevais les yeux vers la demoiselle, plissant les yeux à cause du froid dans ma bouche.

« Et toi ? Quel genre d’arme demande de s’exiler pendant deux ans ? Je suis étonné aussi qu’un shinobi puisse s’exiler de cette manière. J’ai toujours cru qu’on était en quelque sorte attachés au village et aux devoirs qui nous incombent. Et du coup, tu rentres pour prendre part à nouveau à la vie du village ? »

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Itö Luna
Itö LunaEn ligne

Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] Empty
Mer 17 Juin 2020 - 22:33



Relevant la cuillère fournie avec la glace, je savourais l’onctuosité du désert froid à travers mes papilles. Tout comme moi, Teruyo était apparemment un Shinobi du village et comme il le disait bien, c’était normal que je ne l’avais encore jamais croisé. ⬽ Comme tu dois t’en douter, ce sont ses armes dont je parle.⤘ Ceux-ci se trouvaient toujours à ma ceinture, ornée de deux sublimes fourreaux et décorée par des tiges de rose rouge sur un fond noir. ⬽ Depuis toute jeune, je m’entraine à manier ses deux katanas dans le domaine de ma famille. ⤘ lui expliquant que celui-ci se trouvait à l’extérieur de la ville, en plein milieu d’un des bois de la vallée. ⬽ Puis quand je me suis mise à suffisamment bien maîtriser, je suis venue à Iwa pour commencer ma formation d’aspirant Shinobi, avant de monter les grades au fil des années.⤘ Même si la résonance m’avait frappé entre-temps, j’avais dû continuer à m’exercer avec les arts martiaux de la lame tout en comprenant les capacités de mon nouveau pouvoir. ⬽ Puis quand je suis passée Jonin, je suis retournée chez mes parents pour enfin apprendre les derniers secrets de ses arts, ceux des samouraïs et leurs contrôles du chakra à travers ses armes. ⤘

Givrant mes lèvres, chaque bouchée de cette glace réchauffait mon cœur glacial. La présence d’une si adorable enfant semblait attendre mon âme de balance et de glaive. Chaque cuillère qui entrait dans sa petite bouche, laissait place à des mimiques dignes des plus belles prestations, la rendant irrésistible.

⬽ Je n’ai finalement fini qu'en revenant au village pour avoir la démonstration d'autres sabreur. C’est donc tout nouveau pour moi et je m’entraîne encore aujourd’hui. ⤘

La dernière part descendait alors le long de mon intestin, clôturant les trois boules bananes, chocolat et fraise. ⬽ Quand est-il de toi Teruyo ? Quelle est la spécialité d’un père si attentionnée envers sa fille ? ⤘



_________________
Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] 1529
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9200-ito-luna#77592 https://www.ascentofshinobi.com/t7115-the-sound-of-a-birth
Miyamoto Teruyo
Miyamoto TeruyoEn ligne

Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo] Empty
Dim 21 Juin 2020 - 22:15

Concentrée sur sa glace, Saya avant décroché du fil de la discussion. À une cadence régulière, mon petit bout de choux enfournait dans sa petite bouche ses cuillerées de glace, laissant exprimer sa satisfaction à chaque portion. Si jeune et pourtant avec un goût gastronomique si développé. S'il y avait bien une chose que je n’avais pas ratée, c’était bel et cette partie de son éducation. De mon côté, dégustant mon propre dessert, je poursuivais la discussion avec Luna.

« Des sabres ? Tu viens de Tetsu ? Enfin, je suppose, ou plutôt, je sais pas haha. Les samouraïs sont peut-être pas les seuls à utiliser ce genre de lames après tout. »

Écoutant avec attention les paroles de la jeune femme, si les détails étaient différents, la base ressemblait à beaucoup de personnes dans le village. Une famille avec des talents à enseigner, un apprentissage avec des attentes et une vie dédiée aux arts militaires. Si d’un point de vu culturel, j’étais curieux de comprendre pourquoi ces grandes familles s’investissaient autant dans la vie du village, pour autant, je n’enviais pas le moins du monde leur vie qui pour certains n’avait rien de réjouissante, préférant mon mode de vie bien plus modeste, mais dans lequel je pouvais m’épanouir auprès de mes proches.

Secouant la tête de haut en bas à plusieurs reprises, signalant mon approbation dans son discours, finissant une bouchée glacée, je prenais la parole, répondant finalement aux interrogations de la jonin.

« Oh moi ? Tu sais, pas grand-chose à dire. Je fais partie de la masse, de cette chair à canon que l’on utilise en fonction des besoins. Je suis bien loin de faire partie de l’élite. Je ne suis qu’un père de famille qui place l’amour des siens, leur protection et celle du village avant tout. »

Alors oui, je ne répondais pas tout à fait à la question qui m’était posée, mais si j’avais depuis longtemps accepté le fait de faire connaître mon don lorsque cela s’avérait nécessaire, en l’occurrence, en l’instant, cela n’était pas le cas et je préférais une fois de plus garder pour moi certains aspects de ma vie de soldat qui pouvaient encore me donner un avantage certain selon la situation.

Une fois les deux glaces terminées et après avoir payé l’addition, laissant à la jeune femme aux cheveux d’albâtre le loisir de payer nos desserts, le temps était venu pour nous deux de rentrer dans notre chaumière. Alors que Saya, mettant sa veste, s’apprêtait à partir, elle se retourna vers la jeune femme et s’inclina avec politesse.

« Merci madame pour la glace, c’était très gentil. Quand j’irais faire une prière pour ma maman, je demanderai aussi que tu trouves un amoureux. »

Souriant, je regardais filer mon bout de choux, saluant à mon tour la jonin.

« Merci pour ce dessert. J’espère que nous aurons l’occasion de nous croiser à nouveau. »

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine

Drame culinaire. [Miyamoto Teruyo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Cœur commerçant
Sauter vers: