Soutenez le forum !
1234
Partagez

Réunion innoncente [Tengoku/Libre]

Hiruko
Hiruko

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Lun 18 Mai 2020 - 16:25


Le restaurant Idoki faisait partie des nombreux commerces de l’allée marchande principale de Kumo. Spécialisé dans les nouilles, il faisait office de bar et à certaines occasions de karaoke géant. C’était un commerce florissant qui voyait un afflux constant de clients, certains venaient manger et d’autres simplement boire un coup. Ruy Idoki était le patron de ce restaurant, il possédait aussi la totalité de l’immeuble et tous les étages/appartements taillés dans la roche au dessus étaient à louer. C’est au troisième étage que vivait Hiruko, comme ses revenus étaient trop maigres pour assumer complètement le loyer, il avait comme accord avec monsieur Ryu de participer au service dans le restaurant « gratuitement » en échange d’une réduction de loyer.

C’est pourquoi régulièrement, on pouvait voir Hiruko en cuisine ou en salle voir même au bar malgré son jeune âge, entrain de nettoyer, ranger ou porter des plateaux. Grâce à ce travail, le genin pouvait observer régulièrement des échantillons de population de Kumogakure. Depuis l’annexion du village, il n’était pas étonnant pour lui de croiser des soldats ou des commerçants de Hi attablés devant un bol de ramen ou accoudés au bar. Mais lors de ses deux derniers services, les clients étaient très majoritairement, presque exclusivement Kumojins.

Après avoir passé la matinée à ramasser les plats et couverts abandonnés par les client repus, c’était l’heure de la pause pour le jeune marionnettiste. Bandeau protecteur de Kumo ornant fièrement sa taille (jamais il n’avait eu à le cacher devant des soldats de Hi), le kumojin s’installa au bar avec un grand verre d’eau et un sandwich aux œufs, histoire de se remplir le ventre avant d’enchainer avec son service de l’après-midi, généralement plus mouvementé à cause de la clientèle du soir.

Alors qu’il était assis, il vit du coin de l’œil une personne prendre place sur le tabouret voisin. Hiruko tourna légèrement la tête, curieux, et il remarqua certains détails qui trahissait l’appartenance de l’inconnu au rang des shinobis de Kumo. Intrigué, le marionnettiste se présenta, au moins par respect au cas où l’individu était un gradé de l’armée, il voulait être irréprochable.

- Bonjour – lança innocemment le natif de Kaze - Je me nomme Hiruko, genin de Kumo. Il m'arrive de travailler ici. Puis-je vous servir quelque chose ? – enchaîna le garçon.

L'adolescent quitta son tabouret et passa de l'autre côté du bar, face à l'autre ninja, ses yeux écarlates rivés vers lui. Le barman toisa Hiruko du regard mais le laissa gérer la commande, après tout il travaillait ici depuis quelques mois déjà et il avait gagné la confiance de ses collègues malgré son jeune âge.

@Kappa Tengoku
Rp libre



Dernière édition par Hiruko le Mar 19 Mai 2020 - 8:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9424-hiruko-100#79633
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Lun 18 Mai 2020 - 20:53
0byx.png


Malgré un hiver rude, un temps radieux était au beau fixe. Souvent, Ca donnait envie à Tengoku de profiter de l’ambiance du village en se baladant. (Et pas besoin d’attestation pour sortir !)

Chaque sortie était une bonne occasion de revoir sa Natsumi. Maintenant qu’ils étaient coéquipiers de façon officielle, ils se voyaient plus souvent. Mais une sortie extraprofessionnelle de temps en temps était tout de même appréciable. Sous la tutelle d’un drôle de personnage, mais sans conteste intéressant, qu’était le Chûnin Nakamura Syoto et, accompagné, d’un autre Genin bien plus jeune : Kudo Yuki.

Cette fois, il voulait changer et avait invité Natsumi dans une brasserie assez réputée. Le Idoki. Il ne souhaitait plus aller au Panda Unijambiste en sa présence car il avait l’impression de profiter. Elle ne le laissait jamais payer. Quelle incarnation de la gentillesse, cette fille.

Il lui avait donnait rendez-vous en début d’après-midi. Le but étant d’avoir le temps de bien discuter, peut-être avait-il des choses à lui avouer ? Il ne savait pas encore, il ne préférait ne pas y penser pour le moment. Sa compagnie lui suffisait amplement.



Sur le chemin pour aller au restaurant Tengoku prenait son temps. Il aimait emprunter de nouvelles rues qu’il ne connaissait pas encore. Observer les enfants qui se chamaillaient. Les commerçants qui essayer d’arnaquer les passants. Et un tas d’autres situations banales qui faisaient que le village respirait la vie et, cela, le Genin s’en délectait. Après tout il était là pour ça. En effet, le travail d’un Shinobi consistait à préserver la vie. Protéger la population de menaces extérieures afin qu’elle batte son plein. En tous cas, c’était la vision de Tengoku. Mais malheureusement l’histoire avait montré que beaucoup de ninjas utilisaient leurs pouvoirs à des fins strictement personnelles. Le jeune homme secoua la tête pour faire fuir ces pensées négatives. Elles n’avaient pas lieu d’être en ce moment joyeux qu’il allait passer.

Plus il s’enfonçait dans les rues commerçantes du village et plus une sensation bizarre commençait à l’envahir. D’abord, il se demanda s’il n’avait pas oublié quelque chose. Il n’avait rien à prendre sur lui pour cette sortie. Il n’avait pas oublié de mission ou une quelconque autre affaire. Etait-il en retard ? Non plus, ce n’était jamais le cas. Il continua ainsi sa route à se demander ce qui pouvait le gêner autant. Il arriva alors devant le restaurant sans pouvoir trouver la cause de ce mal-être. Rien de grave, se disait-il, surement un oubli qui lui reviendrait plus tard. Mais en pénétrant dans la brasserie, ça lui sauta aux yeux.

Aucun soldat du Teikoku n’était attablé. Ca le choqua car la réputation de ce commerce avait en partie était faite grâce à eux. C’était peut-être même leur adresse préférée. Les quelques fois où Tengoku s’y été rendu, l’intérieur était toujours bondé de Hijins qui profitaient de leur quartier libre. Etant arrivé pendant l’annexion de Kumo par l’empire, Tengoku était habitué à la présence des soldats partout en ville. Il n’avait connu rien d’autre, le Kumo sans Teikoku n’était qu’une ague fable pour lui. Mais, il comprenait maintenant pourquoi le village lui avait semblait si inhabituel. Plus aucun soldat n’était dans les rues, à l’instar de l’intérieur du restaurant. Un tas de questions lui virent en tête.

8duh.png


Il balaya tout de même l’intérieur pour voir si son amie était déjà là. Bien évidemment non, il était en avance, comme d’habitude. Attendre le dérangeait beaucoup moins que de faire attendre. Il décida alors de prendre place au niveau du bar pour être visible facilement. En prenant place, il remarqua un jeune garçon qui dévorait un sandwich à pleine dents. Il lui donnait faim, le bougre ! En s’asseyant, il sortit son bandeau ninja de sa poche et le contempla quelques secondes. Il le faisait de temps en temps car il était fier de l’avoir gagné à l’académie, des moins auparavant. Néanmoins, il ne pouvait pas le porter sur lui risquant de l’abimer en réalisant sa métamorphose. Il avait l’impression que son voisin, le mangeur de sandwich, le scrutait. Il tourna alors la tête vers lui.



Il n’y avait pas fait attention au premier regard mais le jeune homme possédait également l’insigne d’appartenance au corps Shinobi du village, autour de la taille. Ce dernier se présenta très respectueusement comme étant un Genin mais, travaillant dans ces lieux également. Il alla de l’autre côté du comptoir et demanda poliment si le rouquin désirait quelque chose. Encore un diplômé si jeune, se dit Tengoku. Une nouvelle génération de talent voyait le jour à Kumo. Ce jeune garçon ne put l’empêcher de le faire penser à Yuki, son coéquipier. Il semblait tout aussi jeune. Tengoku se dit sur le coup qu’il allait devoir d’effort pour éviter se faire prendre de court par ses cadets.

« Salut, je m’appelle Kappa Tengoku et je suis Genin également. Je voudrais bien juste un verre d’eau, s’il te plaît. J’attends une amie, en fait. Dis-moi, en passant, tu ne trouves pas que c’est bizarre le fait qu’il n’y ait plus de Hijin ? Je l’ai à peine remarqué en rentrant ici, ce lieu en était rempli avant. Tout comme les rues. Où sont-ils ? »

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Hiruko
Hiruko

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Mar 19 Mai 2020 - 9:22


Hiruko observa son homologue kumojin à la tenue orange alors qu’il se présentait à son tour. Kappa Tengoku, un genin comme lui. Pourtant il semblait un peu plus âgé que le marionnettiste mais après tout, le parcours de chaque ninja était différent. Quand il entendit la requête du Kappa, le jeune genin s’exécuta tout en continuant d’écouter les paroles de son interlocuteur. Tengoku aussi avait remarqué la présence diminuée des représentants de Hi aujourd’hui, il s’interrogeait sur la raison de ce phénomène mais Hiruko n’avait aucune explication.

- Oui effectivement… - répondit Hiruko en glissant un grand verre d’eau fraiche à son camarade. – Je travaille ici très souvent, je vois passer beaucoup de personnes aux origines variées et pourtant je n’ai rien entendu de spécial. Je reconnais quelques têtes de clients, il y a encore quelques natifs de Hi qui trainent mais j’ai l’impression qu’aujourd’hui il y a principalement des Kaminarijins et vraiment très peu de soldats du Feu par contre. – continua le garçon.

Non, Hiruko n’avait surpris aucune discussion entre des membres du Teikoku ces derniers jours à propos de quoi que ce soit qui nécessiterait la mobilisation des troupes. De plus, l’ambiance était plutôt calme entre Kumo et l’Empire, mis à part quelques tracts indépendantistes semés dans les rues, il semblait que le village des Nuages était assez « docile ». Une passivité requise pour rétablir le bon fonctionnement du village après l’invasion du Teikoku et les dégâts causés par celle-ci.

- J’imagine qu’ils seront de retour bien assez tôt… - dit-il sur un ton cynique. Depuis l’annexion de Kumo, Hiruko nourrissait une certaine rancœur envers Hi et voir moins de soldat du Teikoku ne lui déplaisait pas. – Donc tu attends quelqu’un ? – demanda le marionnettiste en regardant autour de lui.

Par la même occasion, Hiruko attrapa une carte des plats du restaurant et il la tendit à Tengoku,

- Est-ce que tu as faim aussi ? – reprit le garçon avec un sourire.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9424-hiruko-100#79633
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Mar 19 Mai 2020 - 9:32



Troublantes rumeurs en une divine soirée.
C’est qu’il s’en brasse des affaires, à Kumogakure.
Chaleur hivernale et plaisirs coupables en bonne compagnie. Les rendez-vous galants pleuvaient dernièrement, ah oui ! J’avais reçu une énième invitation d’un admirateur (pas du tout) secret, et pas n’importe lequel, en plus, le fameux, délicieux et herculéen de Tengoku ou p’tit Kappa, coquin surnom dont j’avais appris l’existence lors de notre précédente mission ensemble, à la ville de Hidshu. Ce dernier m’avait envoyé une demande peu après notre rencontre d’équipe avec le chûnin Nakamura Syoto, un dangereux ninja psychopathe qui passait ses après-midis, selon les rumeurs, à dévorer les gamins de l’académie shinobi qui ne complétaient pas leurs devoirs à temps. C’était une légende, cet androgyne, une sommité parmi les monstres et créatures d’histoires farfelues à dormir debout, destinées à effrayer les enfants. Et, puis, c’était aussi mon sensei, oui oui. Vous n’en croyez pas vos yeux, n’est-ce pas ? Moi non plus ! Rires. Bref. Enveloppée de mes plus remarqués et remarquables atours, comme toujours, je ressemblais au plus beau des cadeaux en ce jour si particulier, une surprise délectable au moindre regard qui allait sans nul doute plus que plaire au fougueux Tengo. Je voulais le charmer, l’impressionner, qu’il me tombe dans le creux de bras, ce mec à croquer ! N’approuvez-vous donc pas sa mignonnerie, vous aussi ? Oh que oui.

Je quittai l’appartement où je vivais avec mes parents en direction de la fameuse brasserie indiquée par Tengoku dans ses écrits. Ma mère, d’un air coquin, me fit au passage l’un de ses fameux clins-d 'œil empreints de complicité féminine. « Tu t’en vas rejoindre ton prince charmant, Natsu’ ? » me dit-elle, le sourire en coin. Je fis mine de ne pas avoir entendu quoi que ce soit venant de sa bouche. Voilà qu’elle m’avait fait rôtir les joues de plus belle. Génial, maman, génial...

Au moins, la température extérieure de cet après-midi semblait plutôt clémente en cette période de l’année où, habituellement, le gel régnait sans partage. Le pied à peine posé en-dehors du bâtiment, le soleil me tutoya férocement de ses vibrants rayons lumineux, m’éblouissant, fier compétiteur qu’il était -et sûrement jaloux de ma sublime parure – de toute son immensité céleste. La ville, muette comme une tombe, me parut rapidement dénuée d’animation aujourd’hui. Quelque chose clochait. En effet, le silence, pesant, faisait preuve d’une bien curieuse apparition, à l’opposé de la foule, des soldats teikokujins et des habitants qui déambulaient ordinairement par-ci, par-là en quête de choses qui m’importaient peu. En fait, c’était avant tout la présence des combattants impériaux qui faisait défaut. Il n’y en avait, je me dois de le mentionner, pas un panda, ou presque, qui grouillait dans les rues. Les fourmis quittaient le nid, donc, ou était-ce juste ma délirante interprétation du moment ? Étrange, oui, très étrange. Cela allait être, mais je ne pouvais m’en douter à cette heure précise, le début d’une longue et éprouvante course contre la montre et possiblement d’un terrible conflit entre factions ennemies. Le calme avant la tempête, comme on disait souvent.

J’arrivai promptement à la devanture d’une coquette petite brasserie, lieu privilégié d’une divine soirée entre amoure.... Entre amis et coéquipiers, pardonnez cet affront. Je restai planté là quelques instants, contemplant la façade du restaurant, à la fois nerveuse et excitée à l’idée de tomber nez à museau avec mon herculéen partenaire, lorsque les frontières du commerce seraient franchies. Je poussai enfin la lourde porte de l’établissement, le visage encore rougis par la timidité (je le jure, Votre Honneur, le Panda ne me faisait pas autant d’effet !), scrutant un à un les visages de la place, une fois ma vision réhabituée à cette ambiance tamisée. C’était un endroit à la fois sobre et resplendissant de civisme - en l’absence des soldats du Feu. Je vis aussitôt mon très cher Tengoku, accoté au bar, discutant avec un jeune.... Hiruko ? Je m’approchai, surprise de cette inattendue rencontre. Le monde était petit, n’est-ce pas ? Déposant une délicate main aux creux du dos de mon occupé de coéquipier, je passai mes yeux au-dessus du niveau de ses larges épaules, le nez sur ces dernières, en m’étirant de tout mon long, sur la pointe des orteils. Difficile exercice, pour une Natsumi dotée d'une prothèse, je vous le dis, mais je voulais les surprendre, hein !

« Coucou les coucous ! Tu vas bien Tengo ? Je suis tellement contente de te voir... » lui chuchotai-je tendrement. Je fixai alors mon regard sur le dévoreur de sandwich, que je connaissais déjà relativement bien. « Ohh ! Hiruko ! Quel hasard de te retrouver ici. Comment vas-tu, petit ? Ça fait plaisir de te voir. Quoi de bon depuis notre rencontre sous l’arbre ? Dites, vous n'avez pas remarqué un truc bizarre, en venant jusqu’au bar ? Il me semble qu’il manquait... des gens, en ville, non? »

Je les regardai tous les deux, mignons comme tout, en attendant une quelconque réaction de leur part. J’étais fébrile à l’idée d’avoir ce dîner en tête-à-tête avec ce bon Tengo. Pourvu que le jeune marionnettiste puisse partir...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Mar 19 Mai 2020 - 20:52
Avec mon métier de ninja et mon grade de genin, j'avais écopé d'un petit appartement dans le village caché du Pays de la Foudre. Un appartement qui me servait essentiellement à me reposer la nuit et avoir un endroit où loger, dire que j'habitais là-bas était un bien grand mot. Je passais le plus clair de mon temps en dehors de chez moi, et tant mieux, car l'appartement était bien exigu et on en avait vite fait le tour. Toutefois est-ce que je désirais un appartement plus grand ? Pas réellement, en réalité je me satisfaisais très bien de ce que j'avais là actuellement. Je ne pensais pas rester d'avantage entre les murs de chez moi même si ceux-ci étaient plus espacés. De ce fait, comme à mon habitude, j'étais en train de me promener dans le village avec mon habituel pas guilleret. Toutefois, cela faisait quelques jours que je m'étais rendu compte que les rues étaient un poil plus vides qu'auparavant. Un poil plus vide, et la population qui semblait être beaucoup moins présente était celle-là même qui était censée occuper Kumogakure no Sato.

Les soldats de l'empire semblaient s'être fait la mal. Ils étaient peut-être tous malades et étaient resté chez eux dans leur lit. Quelles en étaient les probabilités ? Elles ne me semblaient pas bien grande, mais l'on pouvait toujours spéculer. Ma seconde théorie était un peu plus...mythique. Peut-être qu'en cette période de l'année, ils avaient un rituel important qui impliquait qu'ils se réunissent tous ensemble en dehors du village ? Là encore, rien ne pouvait corroborer mes hypothèses, et elles ne me semblaient pas des plus probables. Mais qui pouvait invalider ou valider mes théories ? Personne. En marchant dans la rue, j'entendis plusieurs fois des passants faire le même constat que j'avais fait un peu plus tôt, me confortant dans l'idée que la situation était inhabituelle. Mais personne ne semblait l'expliquer. Ne me prenant pas le choux d'avantage que cela, je haussai les épaules et continuer à marcher entre les maisons.

Mais alors que je comptais me diriger vers la place marchande et aller m'acheter des boulettes de viandes, je passai non loin d'une ruelle où je vis une kunoichi que je connaissais rentrer dans un bar. Elle ne semblait pas beaucoup plus âgée que moi, et j'avais rencontré la maladroite dans un contexte assez étrange. Mais le fait qu'elle rentre dans ce bar, et que quelques autres ninja des Nuages à leur tour finirent par entrée attisa ma curiosité. Il y avait peut-être une réunion entre shinobis dont je n'étais pas au courant ? Après tout, j'étais si tête en l'air. Il y avait fort à parier que c'était bien le cas et que j'avais magistralement loupé l'information. Mais lorsque je pénétrai dans l'enceinte du bar avec mon habituel pas sautillant et mon sourire collé jusqu'aux oreilles, je me rendis vite compte que ce bar n'avait rien d'un endroit où se déroulait une réunion secrète. Il y avait plusieurs groupes de shinobis qui discutaient autour de tables, dans leur verre des boissons qui dégageaient pour la plus part une odeur assez dérangeante. Je finis par identifier un groupe dont je connaissais deux ninjas sur trois, et je me rapprochai d'eux avec mes pas énergiques.

-Salut les gars ! J'pensais qu'il y avait une réunion secrète à propos des soldats de l'Empire ici, mais on dirait que je me suis trompé.

L'une des deux personnes que je connaissais était un ninja du village aux cheveux oranges. Celui-là même que j'avais heurté il y a quelques temps en reversant tous les livres qu'il portait. Je lui adressai un grand sourire. La seconde était une kunoichi qui semblait particulièrement maladroite. Il semblait que ce soit à cause d'une maladie ? Je n'avais pas très bien compris ce passage, mais je lui souris à son tour et, faisant preuve de politesse, je lui adressai quelques morts.

-J'espère que vous allez mieux m'dame, avec votre maladie étrange.

Puis je me tournai vers le dernier des protagonistes et me présentai à celui-ci.

-D'ailleurs je m'appelle Ikari. Vous êtes un ninja du village aussi ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Mar 19 Mai 2020 - 21:17


Le Genin prit le verre et le vida d’une traite. Il aimait l’eau car « dans 20-30 ans y’en aura plus ».

Le jeune garçon, qui trouvait d’ailleurs trop jeune pour travailler dans ce genre d’établissement, lui confirma qu’il y avait de moins en moins de Hijins au village. Voire, plus aucun. Selon lui, ils reviendraient bientôt. Tengoku en doutait.

« Permet moi d’en douter. » Dit-il en essuyant des gouttelettes d’eau sur sa bouche d’un revers de poignet.

« Pourquoi vider la ville de toutes les troupes pour revenir ensuite ? Cela permettrait à la résistance de s’organiser et ce ne serait pas bon pour eux. Ou alors… » Réfléchit-il avec deux doigts au menton avant d’ajouter.

« C’est ce qu’ils cherchent ? Faire sortir les résistants de leur cachette afin de les exterminer ? C’est tragique… » Souffla-t-il, en baissait les yeux.

« Cette guerre ne finira donc jamais ? Combien de morts faudra-t-il pour satisfaire les envies de conquêtes des dirigeants ? Sur combien de cadavres devront-ils mètrent leur trône avant d’être satisfait ? »

Il lança ces dernières phrases avec un réel dégout sans essayer de le camoufler.
Il détestait plus que tout au monde ce genre de dirigeant qui détruisait tout sur son passage au nom d’une liberté visionnaire. On ne faisait pas d’omelette sans casser d’œufs hein ?

Tengoku fut ravi de pouvoir changer de sujet en répondant à la question du jeune barman.
Le rouge montant aux joues, il répondit d’une voix bien plus guillerette.

« J’attends une euh… Amie oui. Une bonne amie. C’est également une Genin et nous sommes dans la même équipe, sous le commandant d’un Chûnin. Tu as une équipe toi ? »

Il préféra quand même changer de sujet, sachant qu’il serait un peu gêné s’il recevait plus de question au sujet de sa tendre amie.

Et, quand on parlait du loup, on en voyait la queue (de cheval).
Il l’a remarqua immédiatement car en parlant avec le jeune garçon il ne pouvait s’empêcher de scruter l’entrée de la brasserie. Il attendait qu’elle le remarque, face à elle. Sa vue le cloua sur place. En fait, s’il n’était pas déjà assis sur un haut tabouret, alors il serait tombé. Oui oui, direct sur le cul !

Elle était sublime, c’était clair que la jeune femme avait en tête un rendez-vous galant car elle était loin de sa tenue de tous les jours. Finalement, gêné, avec les joues devenant rouge-tomates, il détourna le regard de la jeune fille avant qu’elle ne s’aperçoive qu’il l’avait vu. Cette dernière arriva dans son dos, pensant le surprendre. Et finalement, elle réussit. Malgré le fait qu’il savait qu’elle était là, tant de proximité de sa part le surprit. Elle pausa une main si délicate dans son dos et sa tête par-dessus son épaule pour le saluer chaleureusement. Ces mots eurent l’effet d’une bombe dans tout le corps du Genin. Il eut même l’impression que son cœur s’était arrêté de battre, un court instant. Gêné d’être sous les yeux du bambin en face, il répondu timidement en chuchotant.

« Natsu, je vais bien puisque tu es là. Je suis très content de te voir aussi, j’étais impatient… »

Puis elle s’adressa au petit derrière le comptoir. Apparemment, ils se connaissaient déjà, ce village n’était pas si grand après tout. Puis à son tour, elle posa la question que tout le monde avait sur les lèvres aujourd’hui. Où étaient passez les Hijins ?

« Ah, tu as l’as remarqué toi aussi. On en parlé justement avec Hiruko. Vous vous connaissez alors ? » Dit-il, innocemment.

Elle avait parlé d’une rencontre sous un arbre ? Mais il n’allait pas être jaloux d’un enfant, ce serait ridicule, n’est-ce pas ?

Un autre énergumène pointa le bout de son nez. Il les salua bruyemment en parlant d’une réunion sécrète, mais de quoi parlait-il ? En tournant la tête Tengoku comprit pourquoi l’individu sortaient des mots sans queue ni tête. Le disjoncté ! Quelqu’un lui en voulait vraiment, se dit-il ? Ne pouvait-il pas simplement passer un bon moment avec sa Natsumi adorée ?

Tengoku tourna volontairement la tête pour l’ignorer, et répondit finalement à la question que lui avait posait Hiruko quelques instants plus tôt.

« Euh, non je ne vais rien prendre à manger pour le moment, sauf si tu as faim, peut-être, Natsu ? »



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Mer 20 Mai 2020 - 6:45

L’orage gronde, couvrant tout en son sillage
d’un parfum de déjà-vu aux effluves électrisantes.
C’est qu’il y avait une bien belle assemblée, ici réunie, dans cette légendaire brasserie kumojine. Assez de gens que je connaissais pour me casser les pieds comme il fallait et gâcher mon moment privilégié avec mon panda adoré. Je fixai alors Hiruko de mon regard le plus intense, en espérant qu’il comprenne mes intentions, le message que je souhaitais lui transmettre : être seule à seul avec mon... ami, Tengoku, s’il-vous-plaît. Mon attention fut ramenée vers mon coéquipier qui, probablement agacé lui aussi par la présence d’un intru, gesticulait et jacassait plus qu’à l’habitude. Son impatience était palpable, tout comme ces jolies rougeurs qui lui teintaient les joues. Ah... je devais lui faire de l’effet, à ce panda, c’était ça? Profitant de la situation pour rigoler de sa tronche un brin devant le marionnettiste, je l’enlaçai par l’arrière, lui retournant l'accolade qui m’avait tenue chaud en pleine nuit, à l’auberge d’Hidshu, lors d’une précédente mission ensemble. Je me pressai contre son dos, bâti tel un puissant taureau, m’assurant qu’il puisse ressentir la pression exercée par ma poitrine sur lui. Bon, oui, j’étais devenue écarlate suite à ce geste, mais le voir réagir en valait la peine. Je répondis ensuite à ses questions, toujours bien appuyée sur lui :

« Oui, j’avais rencontré Hiruko dans un parc, on y avait joué à un jeu, pour mieux nous connaître. C’était amusant, n’est-ce pas, Hirukoko ? Sinon pour l’absence des soldats... j’avoue que c’est étrange. Ça me fait un drôle d’effet, tout ça. Après, il y a peut-être eu un accord de paix entre nos dirigeants et ceux de l’Empire, non? Ou bien quelque chose se prépare, quelque chose d’horrible. J’en ai aucune idée, pour être honnête avec vous deux... »

Définitivement, je n’étais pas au bout de mes peines, puisque, coup de tonnerre, voilà qu’un joyeux luron pénétrait la brasserie, visiblement plus excité que toutes les personnes présentes dans le restaurant. Bon, encore un. C’était Ikari, un ninja que j’avais rencontré par deux fois auparavant, la première lors d’une malheureuse et farfelue situation au cœur de la grande place de la ville, la seconde à la bibliothèque de la cité, lieu culte par excellence pour tous ceux qui désiraient apprendre sur une foule de sujet ou se divertir avec de fascinants récits tous plus palpitants les uns que les autres. Le jeune homme, visiblement surpris de croiser des connaissances par hasard ici, s’approcha du joyeux groupe que je formais avec Tengoku et Hiruko. Merde. Arrivé à nos côtés, il nous salua gaiement, mentionnant au passage, lui aussi, ces désormais célèbres - et absents - soldats de l’Empire. Je lui rendis la pareille, simulant un intérêt pour ce genin qui venait de m’appeler... madame. Le karma voulait s'occuper de mon cas, pour ce que j'avais fait à Syoto-sensei, j'imagine.

« Oh, Ikari, tu es là toi aussi ? C’que tu es mignon garçon, hahaha ! Tu vas bien ? Tu sais que tu peux m’appeler Natsumi, hein ? Oh et, évite les ‘madame’ avec moi, je n’ai que 17 ans après tout, je suis encore toute jeune, tu sais... » lui dis-je, sans m’attendre à une quelconque correction de sa part. Je lui pointai ensuite ma jambe droite, soulevant légèrement la robe que je portais pour illustrer mon propos. « En fait ce n’est pas une maladie, Iruko. J’ai perdu ma jambe lors de l’attaque du Teikoku sur Kumo. Ce que tu vois là est une prothèse. Elle remplace mon membre et me permet, tant bien que mal, de me mouvoir. C’est impressionnant, non ? Oh, et oui Tengo, j’aimerais bien un verre... Je te laisse choisir quoi ! » chuchotai-je à son oreille, des mèches de mes cheveux frolant tranquillement son mignon minois. Ce que je faisais ma coquine, aujourd'hui !


Dernière édition par Harusame Natsumi le Jeu 21 Mai 2020 - 12:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi
Hiruko
Hiruko

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Mer 20 Mai 2020 - 10:13

Hiruko resta perplexe devant le débarquement soudain de nouveaux interlocuteurs. D’abord Natsumi, décidément leurs chemins se croisaient souvent ces derniers temps, puis Ikari un adolescent précédemment rencontré à la Grande Bibliothèque du village. Tous les genins s’étaient donné un rendez-vous tacite ici ou le hasard se jouait d’eux ? Les paroles s’enchainèrent si vite que la marionnettiste n’eut pas le temps de répondre à toutes les questions.

Le regard écarlate alterna entre les personnes face à lui, d’abord il salua d’un sourire et d’un hochement de tête la kunoichi qui jaillit de derrière le Kappa, cette dernière aussi avait remarqué la diminution de la présence Hijin dans le village, Hiruko avait déjà fait les frais du sens de l’observation de la jeune femme donc il pouvait se fier à son avis.

- Bonjour, oui je vais bien merci Natsumi– répondit-il. – Effectivement, c’est un constat que nous venons de dresser avec Tengoku.

Le ninja en orange ne semblait pas porter les troupes du Teikoku dans son cœur. En même temps, quel ninja de Kumo était heureux de voir son village contrôlé par des étrangers… Il craignait des nouveaux affrontements. Hiruko ne comptait pas rester passif si des combats venaient à éclater, il défendrait Kumo sans hésiter.

Natsumi expliqua l’histoire de sa rencontre avec le natif de Kaze, et à cet instant c’est Ikari qui fit son apparition. Ce garçon turbulent et hyperactif débarqua en demandant s’il s’agissait d’une réunion secrète à propos du Teikoku. Hiruko secoua la tête en fusillant l’électrique du regard.

- Non non Ikari… Et heureusement qu’il n’y a pas de soldats du Teikoku autour de nous sinon on aurait pu avoir des problèmes… Sois un peu plus discret... - souffla-t-il.

Hiruko écouta alors les commandes de ses interlocuteurs puis il apporta ce qu’ils avaient demandé, puis il glissa généreusement un verre d’eau fraiche à Ikari, peut-être que cela calmera ses ardeurs. Le jeune marionnettiste s’approcha des autres Kumojins pour leur adresser discrètement quelques mots.

- Nous sommes donc plusieurs à avoir constaté un mouvement étrange des troupes du Teikoku. Ça ne peut pas être une coïncidence, qu’est-ce qu’ils peuvent bien préparer d'après vous ? – demanda le Genin.

A quatre, ils devraient trouver une raison logique à ce comportement étrange.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9424-hiruko-100#79633
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Mer 20 Mai 2020 - 23:49
Alors que je saluais les ninjas autour de la table, je pris une chaise qui se trouvait non loin de la table et la ramenai vers nous. Toutefois, malgré mon grand sourire adressé à Tengoku, ce dernier ne sembla pas le remarquer. Au lieu de cela, il tourna la tête de l'autre côté. Peut-être ne m'avait-il vraiment pas vu ? Ce n'était pas très grave. A la place, je finis par me tourner vers les deux autres membres. Je n'avais tout d'abord pas reconnu Hiruko, mais maintenant qu'il me réprimandait, cela me rappela un vague souvenir où nous étions entourés de livres et que j'étais avachis sur une table de la Grande Bibliothèque. Souriant de plus belle, j'acquiesçai d'un signe de tête.

-Ai ai ! Je ferai plus attention, Hiruko-san
, dis-je en chuchotant bruyamment.

Ce fut alors au tour de Natsumi de m'adresser la parole. Contrairement à Tengoku qui refusait ostensiblement de me parler, les deux autres Kumojins semblaient bien enclins à la discussion. Et celle-ci, après m'avoir demandé de l'appeler par son nom et non "madame", me répondis qu'elle n'était pas malade. Je haussai un sourcil surpris et perplexe. C'était pourtant ce que j'avais cru comprendre la dernière fois lorsque Tengoku l'avait excusé auprès de la Lieutenante. Mais il semblait toutefois que j'avais mal compris. Elle m'expliqua alors que ce n'était pas une maladie, mais plutôt sa jambe qu'elle avait perdu lors de l'attaque du Teikoku sur le village. Ne sachant pas très bien comment réagir, je la regardai avec de grands yeux et tournai la tête sur le côté.

-Et ça te fait plus mal ? Elle est faite en quoi, ta jambe maintenant ?

Cela pouvait paraître assez maladroit, mais à vrai dire, je n'étais pas très fort en tout ce qui concernait gérer les émotions humaines et faire preuve de compassion. Je ne savais jamais quoi dire dans ce genre de moment. Mais elle semblait toutefois heureuse, et elle se rapprocha de Tengoku pour lui chuchoter quelque chose à l'oreille. A propos de la nourriture. Ces deux là semblaient bien proches. Plus que Hiruko ne l'avait été avec Natsumi la dernière fois. Ils me rappelaient un peu mes parents. Mais après leur avoir jeter un coup d'oeil curieux, je détournai mon attention sur la conversation en cours. Que faisaient les soldats de l'empire ? Bonne question.

-Vous pensez qu'ils ont tous mangé un mauvais truc lors d'un rituel de l'Empire et qu'ils sont tous cloués au lit ?

Cette question avait été posée avec l'incrédulité d'un enfant. Mais la seconde d'après, je redevins un peu plus sérieux, bien que pensif.

-Ou alors, ils ont tous reçu une injonction que nous, Kumojins, n'avons pas reçu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Jeu 21 Mai 2020 - 12:53



Gardez-vous de la jalousie, surtout des excès qu’elle entraîne.


Alors que Tengoku s’exprimait, sa jeune amie en profita pour l’enlacer par derrière. Si son visage était rouge précédemment, il devait maintenant être écarlate. Elle, qui était normalement de nature si timide, qu’est-ce qui lui prenait tout d’un coup ? Il était plus que gêné de cette soudaine proximité surtout dans un lieu public et, de surcroit, face à un enfant. Comme si de rien était, la vilaine fille répondu aux questions.
Mais, elle le fit sans vraiment le faire. Ils avaient jouaient à un jeu… Mais quel jeu ? Ne pouvait s’empêcher de se demander le ninja orange. Si le garçon, en face de lui, n’avait pas été si jeune, alors, Tengoku aurait trouvait ça louche et aurait demandé plus d’explications de la part de la demoiselle. Après tout, ils n’étaient pas « officiellement » ensembles, mais, ils se voyaient si souvent depuis cette mission qui avait débordée de sa trame principale. Elle enchaîna sur sa théorie concernant l’absence des soldats. Tellement de théories, tellement de possibilités. Mais surtout, aucune information pour les aiguiller. Seulement, un constat. Celui de l’absence de l’intégralité des Hijins.

« Je ne pense pas qu’il y ait eu de trêve ou quoi que ce soit d’autre de décidé entre Kumo et le Teikoku. Déjà, de ce que j’en sais, plus aucun dirigeant Kumojin n’est présent au village. Finalement, il n’y a pas tant que ça de raisons possibles pour que toute une armée quitte un territoire qu’elle a conquis il y a si peu de temps. Je ne pense pas que ce soit un simple abandon et que Kumo soit rendu à ses habitants. Peut-être est-ce un piège pour forcer la résistance à sortir de sa cachette ? »

Sa coéquipière remarqua également l’arrivée de Ikari, comment pouvait-elle passer inaperçu de toutes façons. Et, comme si celui qu’elle enlaçait n’était plus là, elle se mit à lui parler et même le complimenter. Le jeune homme ne put s’empêcher de tourner la tête vers Natsumi avec deux grands yeux et en la repoussant un peu du coude. En plus de ça, elle osa demander un verre, bah voyons. Bon, c’était lui qui lui avait proposé. Mais, c’était avant qu’elle dise à un autre garçon qu’elle le trouvait mignon. Après ça, Tengoku n’avait plus du tout envie de commander pour elle.

« Tu as qu’à choisir toute seule. » Dit-il sèchement avant de se décoller entièrement d’elle en avançant son tabouret.

En plus de cela, le jeune survolté ne se gênait pas de répondre à Natsumi, comme si de rien était. Cette fois, Tengoku décida arrêter de l’ignorer pour lui répondre avec dédain.

« Mais bien sûr voyons. Ils ont tous attrapés un mystérieux virus, d’un coup d’un seul, comme par magie et sont tous rentrés se faire soigner à Hi no Kuni. Tu devrais peut-être réfléchir un peu au lieu de dire n’importe quoi. »

Même si la seconde d’après Ikari était revenu sur ses propos avec d’autres plus sérieux Tengoku n’en avait cure.

« Comme je l’ai dit, ce comportement ne peut rien avoir d’anodin. Surtout la totalité de l’armée d’un seul coup, sans préavis. Je me demande surtout qui dirige le village actuellement, car s’ils ne reviennent pas il va bien falloir prendre des décisions. Et s’il s’avère que c’est un piège… Nous le saurons bien assez tôt quand la résistance se montrera. Car je doute qu’elle ne rate une telle occasion. »

Finissant son petit monologue sur un ton agacé, il s’adressa plus particulièrement à son amie cette fois.

« Sinon, on va s’assoir à une table, Natsu ? Tous. Les. Deux. » En instant bien sur chacun des trois derniers mots.

« Ou tu préfères que je te laisse avec ton… "a-m-i" ? » Il prononça ce dernier terme avec une grimace pleine de double sens.

Il s’étonna lui-même de s’emporter pour si peu. Sa relation qui débutait à peine avec la jeune femme affectait son comportement, sa maitrise de soi. Plus ils iraient loin dans cette dernière plus il serait vulnérable face à ses sentiments. Il commençait à en prendre conscience.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Harusame Natsumi
Harusame NatsumiEn ligne

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Ven 22 Mai 2020 - 6:14




Tornade d’émotions sous une pluie de larmes de crocodiles.
C’est d’abord le nouvel énergumène qui m’adressa la parole, tout juste après les salutations du genin marionnettiste. Celui-ci, grand curieux, avait rebondi sur ma correction quant à la situation impliquant ma jambe droite, pour me lancer une ou deux questions rapides additionnelles. Je lui répondis sans attendre, toujours accrochée au charmant Tengo, sans me rendre compte de l’effet que cela pouvait produire sur mon beau coéquipier :


« C’est une prothèse sur-mesure assez basique, bas de gamme je dirais même. Elle est composée principalement de bois et de métal, en fait. Pour ma jambe, oui, elle me fait toujours mal, et en particulier après de longues heures debout. Ça m’arrive d’avoir des sensations... des douleurs fantômes. Je ne peux pas te dire que j’y suis à cent pour cent habituée, ça m’arrive encore de trébucher et de m’accrocher inutilement sur certains trucs... »


La journée aurait pu ainsi continuer, sur une si belle lancée, pour toute une éternité, et j’aurais été une jeune Natsumi des plus comblée. J’ai bien dit ‘aurait pu’, oui, vous m’avez bien comprise. Sans que je puisse initialement comprendre les raisons de sa réaction, le beau Tengo me repoussa du coude, puis s’avanca brusquement avec son tabouret pour se libérer de ma (trop) chaleureuse étreinte. Mais que lui prenait-il, tout à coup? D’une manière dont je ne le pensais pas capable de parler, il me retourna la demande de boisson, me disant sèchement de choisir moi-même la boisson que je désirais consommer. Ses prochaines paroles me firent capter un détail important, il semblait m’en vouloir, jaloux que j’aille complimenter un autre garçon, Ikari, sous ses yeux. C’était trop pour moi. Aussi explosai-je, au milieu de la brasserie, sous les regards attentifs de tous les clients, qui se retournèrent pour observer le spectacle :


« Tu sais quoi Kappa Tengoku, je crois que tu es jaloux. Je ne suis pas une sotte, j’ai bien vu à quel point tu rougissais au moindre contact de ma part. J’ai... j’ai complimenté Ikari parce qu’il s’inquiétait pour ma jambe, bon. (Sanglots) Ensuite, si tu... si tu as des sentiments pour moi, dit-moi le maintenant, parce qu’autrement, c'est terminé. Je ne t’appartiens pas et je peux faire ce que je veux, sans ton accord. Moi... Moi j’en ai pour toi... des... des sentiments. Voilà, t’es content ! C’est ce que tu voulais, idiot de panda ?! » hurlai-je presque, les larmes ruisselants sur mes joues rougis, toute aussi frustrée par son comportement qu’il ne put l’être lui-même, juste avant. Je retins un prochain sanglot, avant de reprendre, démolie, la voix tremblotante : « Peut-être qu’au fond, c’est mieux que je ne le sache pas. Ce sera moins douloureux ! De toute façon, comment une fille aussi faible que moi pourrait te tomber dans l’œil, dit-moi ? T’es qu’une brute comme les autres qui ne pense qu’avec ses poings, Kappa ! Après tout, c’est ce que tu avais dit, hein, à Syoto-sensei ? Y’a que ceux qui frappent le plus fort qui sont des vainqueurs. Qu’est-ce qu’un vainqueur comme toi ferais avec une... une... kunoichi défectueuse telle que moi? Merde... »


Rester sur place devint une inimaginable torture pour mon esprit. Je fixai Tengoku, pleine de dégoût envers... envers moi-même, dans le regard, puis tournai aussitôt les talons en direction de l’entrée que je venais, il y a à peine plus d’une quinzaine de minutes, d’emprunter. Un sentiment s’imposa alors, comme une sensation de vide ou, non, de verre qui se brise en soi, libérant mille-et-un éclats aussi tranchants que destructeurs. Ça faisait mal, terriblement, atrocement, mal. Les coups durs psychologiques des derniers temps, dont l’entraînement avec sensei et la malaisante situation avec ma meilleure amie, Medyûsa, dans un onsen du village, m’avaient profondément marqués et déstabilisés depuis lors. Cette crise de jalousie, goutte qui fit déborder un vase trop plein pour contenir quoique ce soit d’autre, venait de me faire exploser face au panda. Il ne méritait pas ça, pas du tout, je le sais bien. J’étais l’unique responsable de mon malheur et il était temps pour moi de l’assumer. Je poussai la fortement porte, en pleine fuite vis-à-vis de moi-même, quittant l’établissement où, ô galant regret, un Tengoku allait dîner seul, en tête-à-tête avec mon absence, cet après-midi.


Attention:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9255-harusame-natsumi-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t10943-dossier-shinobi-harusame-natsumi
Asaara Aduichi
Asaara Aduichi

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Ven 22 Mai 2020 - 10:24
-Dégage gamine.

Les yeux rubis se posant sur celle qui l'avait bousculée en quittant l'établissement, une cigarette en bouche. Elle avait laissée tomber les faux semblants depuis qu'on lui ordonné de quitter la foudre, Yamiko était introuvable et l'humeur déjà maussade de l'ancienne Kumojin devenait de plus en plus un échos de son ancienne personnalité. La colère, la haine et l'incompréhension de la disparition de celle qui comptait tant à ses yeux. Dehors, Sobek l'immense saurien soufflait du nez et posait ses yeux jaunes en direction de la petite bipède tentant de quitter l'endroit. Forcément dans la rue, la présence de la Lieutenante et surtout de son invocation ne laissait pas les civils de marbre, pour preuve il n'y avait pas un chat comme si la seule présence de Joo avait condamnée l'endroit et le quartier. La main sur le pommeau de son sabre, sa gueule décharnée s'affichant à la vue de tous. Devenir un monstre, c'était finalement ce qui restait comme solution de facilité. Déserter de nouveau une institution? Non avant tout il fallait des réponses à ses questions sur l'absence de son ancienne amie et son unique lien familial. Ainsi avait-elle convoquée l'actuelle directrice de la forge et cousine de la Metaru. Mairu, du même clan devait la rejoindre et vu le caractère que montrait en public la maître des crocodiles, semblerait-il que la violence ne devienne un prérequis dans la futur conversation.

-Barman ta meilleur bouteille, en triple.

Des Kumojins, une nouvelle génération d'un village voué à sa perdition. La haine qui ressortait, un poing qui tape contre la table et la rage aux lèvres. La bouteille qu'on lui apporte, la première, l'en fait sauter le bouchon avec son katana la tête se penchant en arrière tandis que l'alcool de riz descend sans son gosier et coule sur ses habits aux couleurs militaires, une bouche arrachée une gueule et des dents taillés. La véritable image, qu'autrefois camouflait l'errante refait surface. Un cul sec, une cigarette qu'elle porte à ses lèvres décharnées, une grimace et une sorte de rictus tandis qu'elle tape avec le fourreau de son katana contre le sol dans un rythme répété et agacé.

-Yamiko....

Un grognement animal qui sort de ses tripes jusqu'à sa gorge, Sobek au dehors sent la tension de l'invocatrice et décide de l'ignorer. Les sangs froids ne le perdent que rarement, et les instincts sont fait pour être réprimés néanmoins actuellement, la déserteur semble plonger dans ses mauvais jours comme au début.

Comme lorsqu'elle était shinobi de la foudre.

@Metaru Mairu

_________________
Réunion innoncente [Tengoku/Libre] 15502810
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 https://www.ascentofshinobi.com/u886
Hiruko
Hiruko

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Ven 22 Mai 2020 - 12:32


Derrière son bar, le jeune Kumojin observait le moment de vie qui s’offrait à lui. Jusqu’à présent c’était une situation plutôt normale, une fois que chacun ait tiré ses conclusions sur le cas de Hijins portés disparus, la petite scène entre Tengoku et Natsumi n’échappa pas au regard écarlate du genin mais il n’avait guère l’intention de s’en mêler. Il était trop occupé par ses pensées, que pouvaient donc manigancer les hommes du Teikoku, devait-il s’inquiéter…

La tension monta entre « couple » jusqu’au moment où Natsumi décida de partir. Le regard du marionnettiste suivit la kunoichi qui bouscula une personne en sortant. Mais pas n’importe qui, un soldat de l’Empire à n’en point douter. Le membre du Teikoku entra dans la brasserie et s’installa à table. Rapidement, Hiruko se tourna vers le barman et d’un regard il lui fit comprendre qu’il allait s’occuper de ce client…. Un client un peu particulier à ses yeux. A cet instant, tout le reste était sans importance, le marionnettiste attrapa une bouteille de saké signée Inba Shuzo ainsi qu’un verre à fond plat et il plaça le tout sur un plateau d’acier. D’un geste vif, il attrapa le bandeau à sa ceinture et il le fit glisser le long de sa ceinture jusqu’à le mettre dans son dos. Sans une hésitation, il dépassa ses camarades Kumojins et s’approcha de l’inconnue jusqu’à disposer le plateau face à elle.

- Bonjour, voici une cuvée Shuzo, la meilleure dont nous disposons. – annonça calmement le garçon qui réprimait l’envie de demander à la Hijine si elle pensait que porter un katana la dispensait d’être polie.

Du coin de l’œil, Hiruko remarqua une ombre dans l’ouverture de la porte de la brasserie. La silhouette étrange piqua sa curiosité et il détourna le regard quelques secondes. Un moment suffisant pour reconnaitre un immense crocodile posté devant l’entrée. L’animal devait certainement être une invocation, qu’est-ce que venait faire cette personne accompagnée d’une telle créature.

- Comptez-vous priver l’établissement de tous les futurs clients de la journée avec un tel animal posté devant l’entrée ? Vous attendez quelqu’un ? – demanda le garçon.

Peut-être qu’il allait pouvoir en apprendre plus sur la situation du Teikoku à Kumo. En tout cas, il allait chercher à en savoir plus, espérant ne pas éveiller une quelconque méfiance chez la Hijine.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9424-hiruko-100#79633
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Sam 23 Mai 2020 - 10:25
Bien décidé à me faire la tête, il semblait que le garçon au cheveux roux répondant au nom de Tengoku n'était pas prêt à abandonner sa rancoeur envers moi. Etait-ce parce que j'avais renversé ses livres la dernière fois que nous nous étions rencontrés ? C'est qu'il était sacrément rancunier alors. Toutefois, je n'en avais cure, et malgré sa remarque désobligeante, je lui souris et hausser des épaules. Bien entendu, il était peu probable en effet que les soldats Teikokujin soient tous tombés malade, mais on pouvait toujours plaisanter non ? Les questions que le Kumojin posait étaient toutes très bienvenues, mais aucunes d'elles ne trouveraient de réponse parmi nous ce jour. Mais plus que ces questions sans réponses, ce qui était étrange était la scène de ménage qui se déroula devant Hiruko et moi. Je regardai les deux protagonistes se chamailler, et la jeune demoiselle maladroite commença à sangloter en se dirigeant vers la sortie du bar.

Mais en tentant de passer par la porte, elle se fit bousculer par un homme qui rentrait dans le bar. C'était impoli, et je m'apprêtais à me lever pour lui faire une remarque sur son impolitesse lorsque je m'arrêtai immédiatement. Sa tenue était celle des Hijin, des soldats du feu. Un Teikokujin ? C'était le seul Teikokujin que l'on avait croisé de toute la matinée, et même depuis un ou deux jours. Donc ils étaient bien encore là. Mais la raison pour laquelle je m'étais arrêté sur place n'avait rien à faire avec l'allégeance de cet homme à un quelconque pays. Ce qui m'avait fait me stopper sur place n'était nul autre que son katana et sa posture qui n'était pas sans évoquer une éducation que j'avais reçu pendant des années et des années. La personne en face de nous était-elle un samouraï ? D'ailleurs, à mieux regarder, je me rendis rapidement compte que c'était non pas un homme mais une femme. Une femme rude, et sans manières, qui vint s'asseoir à une table et commander en tapant du poing sur la table. Pendant un instant tout le bar s'était figé et s'était retourné (subtilement ou pas) pour regarder la demoiselle.

Qui plus est, devant le bar une énorme bête avec des écailles empêchait non seulement quiconque d'entrée, mais de sortir aussi. Je fronçai les sourcils, mais le temps que je revienne sur le fait que c'était une Teikokujin et probablement une samouraï, Hiruko me devança et alla à son encontre. C'était un des serveurs du bar, et sa nature calme était le rendait certainement le meilleur pour gérer cette situation. Mais je ne pus m'empêcher de me lever d'un bond, de l'électricité dans mes cheveux, et un brin énervé je me dirigeai à mon tour vers la demoiselle. Comme cette dernière, je posai la main sur mon katana pour lui faire comprendre d'où je venais à mon tour et l'abordai sans plus de préambule.

-Ce n'est pas très poli de bousculer quelqu'un sans s'excuser m'dame. Vous devriez présenter vos excuses à mon amie, et immédiatement.

J'avais insinué que Natsumi était mon ami, et même si ce n'était pas encore vraiment le cas, elle semblait très gentille bien qu'un peu maladroite, et j'aurais apprécié qu'elle le devienne. Les mots étaient sortis de ma bouche avant que je n'ai pu y réfléchir, comme d'habitude, et je n'allais pas revenir dessus. Cette fois-ci, mon visage n'affichait aucun sourire, même si l'animosité n'était pas encore de mise.

-D'ailleurs il n'est pas non plus très poli de taper du poing sur la table, ou d'empêcher les gens de rentrer ou de sortir du bâtiment avec votre ami. Où l'Empire vous aurait peut-être fait oublier l'Honneur que le Bushido enseigne ?

Tout cela avait été dit d'un ton calme et presque sans la moindre intonnation. Pas d'ironie, pas de sarcasme, pas d'animosité, juste des questions et des demandes qui pourraient sembler être les caprices d'un enfant
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Sam 23 Mai 2020 - 10:33


En amour comme en guerre, il n’y a point de victoire sans dégâts.

Quelle folie hormonale s’empara de la jeune femme qui devint, en un instant, l’œil d’une tempête de cris et de sanglots.
Peut-être que la crise de jalousie soudaine de Tengoku n’était pas justifiée, certes. Surtout quand Natsumi lui expliqua qu’elle avait utilisait le terme ‘‘mignon’’ car Ikari s’était inquiété pour sa jambe. Il avait l’air bête tout d’un coup. Mais comment aurait-il pu deviner ? Il n’avait écouté qu’à moitié ce qu’avait dit le jeune homme survolté. Tout était encore de sa faute, le Genin en était persuadé.

Cela dit, la jeune femme ne sur-réagissait pas un tantinet ? Déjà, elle d’adressa à lui en l’appelant par son nom et son prénom. Et quand une femme faisait cela, ça ne présagé rien de bon. Elle se mit à faire une scène comme s’ils jouaient une pièce de théâtre. Mais quelle bonne actrice ! Se dit-il sur le moment. Si auparavant le jeune homme était gênait ce n’était rien avec la sensation qu’il éprouvait à ce moment.

Si ses oreilles étaient saturées par les beuglements de la jeune colérique il put tout de même détecter qu’un profond silence s’était installé dans tout le bistrot. Tous les regards étaient dirigés vers eux, les gens s’étaient même arrêter de boire ou de manger. Le malaise que ressentait le jeune homme en cet instant était indescriptible. Il aurait préféré être n’importe où en ce monde plutôt qu’ici. Même face à une armée de cent mille hommes, il aurait été plus décontracté que sur ce tabouret. Il ne disait mot, laissant Natsumi déverser sa colère, ses angoisses, ses sentiments…

Tengoku comprit alors qu’elle ne réagissait pas seulement à sa jalousie momentanée. Elle avait juste utilisé ça comme prétexte pour lui dire tout ce qu’elle avait sur le cœur. Comme une goutte d’eau qui aurait débordé un vase. Mais n’aurait-elle pas pu attendre un autre moment, un autre endroit ? Plus privé, peut-être. Comme toute femme en colère, elle faisait les questions et, les réponses. Ne laissant pas à sa victime la chance d’en placer une. De toute façon, ce dernier ne préférait pas répondre ici, devant tout le monde qui les épiait. Certains commençaient même à s’amuser de la situation et des chuchotements commencèrent à s’élever en plusieurs endroits de la salle. Comme un bon spectacle qu’on regarde en famille, certains se remirent à manger en se tournant vers le bar pour être sûr de ne rater aucune miette de cette scène comédico-dramatico-romantique.

Elle revint même jusqu’à une phrase que le garçon avait dit bien des jours auparavant lors de leur rencontre avec leur Sensei, Nakamura Syoto. Mais depuis quand gardait-elle tout cela sur le cœur ? Pourquoi ne lui avait-elle rien dit ?
D’un seul coup Tengoku changea d’univers. Ne faisant même plus attention à son entourage, ne ressentant plus aucune honte face à la situation. Il éprouvait maintenant de la tristesse et de la rancœur, envers lui. Il s’en voulait terriblement d’avoir laissé son amie dans un tel état émotionnel sans s’en apercevoir. Il était ouvert au dialogue, alors pourquoi ne pas lui en avoir parlé avant ? C’était la question qui lui brûlait les lèvres.

Le jeune homme, n’ayant aucune expérience en matière de relations amoureuses peinait à comprendre la jeune femme. Qu’est-ce qui avait pu l’affecter autant ? Avant qu’il puisse rétorquer quoi que ce soit, et dans un ultime sanglot, la jeune femme fit demi-tour et sortie du bar, comme une flèche. Ça ne pouvait pas se terminer comme ça ? Toujours assis, le jeune garçon se sentit pourtant tomber. Comme s’il était en chute libre dans un puit sans fond. Un puit sombre, dont les mots de Natusmi résonnaient sans cesse sur les parois. Il se devait de faire quelque chose, il se devait de la rattraper, il se devait de lui dire qu’il l’aimait.

Tengoku, ne faisait déjà plus attention à son entourage. Que ce soit Hiruko, Ikari ou tous les autres clients, il ne les voyait plus. Quelqu’un s’était-il adressé à lui ? Il n’aurait pu le dire. Tout son champ de vision était réduit à un tunnel dont le bout était la porte d’entrée par laquelle venait de fuir son aimée. D’un bon, il descendit de son tabouret et partit à la poursuite de Natsumi.

Dans sa course, il percuta une table, il le sentit à peine et eu le réflexe de lâcher un simple et bref :

« Pardon ! » Avant de s’enfuir comme un voleur.

Son départ passa encore moins inaperçu quand la table qu’il cogna laissa tomber une des trois bouteilles commandées l’instant d’avant. Elle rencontra le sol, violemment. Cette dernière ne résista pas à sa chute et s’explosa en mille morceaux. Déversant ainsi son délicieux nectar entre les interstices du plancher.

Alcool gâché que ne pourrait déguster son client. Qui était en fait une cliente dont le jeune homme, dans toute son agitation, n’avait pas remarqué l’entrée. Pourtant, c’était le sujet sur toutes les lèvres en ce jour : où étaient passés les soldats du Teikoku ? Il en avait eu une sous les yeux et il l’avait pourtant raté.


HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Asaara Aduichi
Asaara Aduichi

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Dim 24 Mai 2020 - 16:48
-T'es l'avocat du petit peuple face de cul? Si ton 'amie' était si dérangée je pense pas que le chat lui ai bouffer sa langue tu crois pas?

Les iris pourpres ne daignèrent même pas regarder l'inconscient l'ayant provoquée. Néanmoins sa main tenant la bouteille refermait son emprise de plus en plus, alors que l'autre déblatérait des propos sans aucun sens. Son visage inexpressif, un soupire d'exaspération, souhaitaient-ils tous mourir ici et maintenant? La génération dorée serait la dernière? On ne pouvait donc pas profiter du calme et visiblement même en se montrant hostile aux autres, des écervelés venaient quand même troubler son attente. Une leçon de morale sérieusement? C'était non seulement ringard mais de la part d'un inconnu voulant visiblement jouer des mécaniques c'était assez risible. Ils croyaient que l'absence de membre de l'Empire signifiait qu'ils étaient désormais indépendants? Néanmoins il fallait rapidement analyser la situation et juger qui méritait sa clémence ou non.

-Sobek.

Beugla l'errante à l'attention de son invocation, le géant sang-froid laissa un grognement de colère rebondir contre les vitres de l'établissement tandis qu'il posait sa gueule et son corps devant celui qui fuyait après avoir commit un affront de plus. Deux, deux potentiels corps qu'elle traînerait ce soir le longs des remparts de la foudre. Avait-elle réellement changée? Non, la véritable apparence, la gueule décharnée les blessures physiques n'évoquaient en rien ce qu'elle ressentait intérieurement à cet instant. Qu'importe, elle ne s'écrasait pas devant les capitaines et la Régente alors que des annexés qui se mettaient en travers de son chemin? Pathétique tout cela l'était.

-Merci, j'apprécie en effet les effluves et ce que dégage comme arôme ta cuvée. J'attends en effet quelqu'un, je regrette que mon ami à écailles ferme la porte à une potentielle clientèle. Je paierai moi même les dégâts, l'argent n'est pas un problème.

Traiter chaque menace éventuelle, le ton envers le serveur n'était ni froid ni cordial, la politesse nécessaire en comparaison du reste de ses propos. Pourtant elle ne lui avait toujours pas lancée un regard. Son attention se portant sur celui qui avait troublé en premier son attente pour débiter des âneries.

-Que sais-tu de l'honneur ou de moi? Je ne suis ni samouraï ni intéressée par vos guerres contre l'Empire ou même la notion d'honneur. Le Bushido n'est qu'un moyen comme un autre de parvenir à mes fins, maintenant que ta petite tentative de leçon de morale est avortée est terminée passons à autre chose.

Elle se leva, calmement, tournant entièrement désormais son attention vers le Kumojin. Qu'il soit gradé ou non n'y changerait rien. Ils étaient plusieurs contre elle, il fallait donc réduire les chances d'une attaque en traître. Trois? En comptant le serveur, il pouvait ne pas apprécier ce qui allait se dérouler mais après tout qu'importe.

-Immédiatement? Des excuses? Passe ton chemin, je n'ai aucun problème à prendre ta tête Kumojin. Mais de souvenirs quand j'en étais encore une, les petits malins ne jouaient pas aux héros avec leurs supérieurs. Déclenche un incident diplomatique si tu veux, j'ai autre chose à faire que jouer avec vous.

La main sur le pommeau de son katana, le pouce entre la garde et le fourreau. Un mauvais rictus sur son visage, elle attendait Mairu mais rien ne l'empêchait de montrer à ces nouveaux venus que rien n'était garantie.

-Quand à toi, je ne t'empêche pas de sortir et j'accepte volontiers tes excuses mais tu devrais repayer ce que tu as cassé non? Les bons comptes font les bons amis.

Elle traitait chacun des intervenants comme ils étaient apparus dans sa vie, avec violence, défiance ou respect. Ainsi vivait Joo Jun et ainsi continuerait elle de vivre.

_________________
Réunion innoncente [Tengoku/Libre] 15502810
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 https://www.ascentofshinobi.com/u886
Metaru Mairu
Metaru Mairu

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Lun 25 Mai 2020 - 16:52
Réunion Innoncente

feat. @Hiruko - @Kappa Tengoku - @Harusame Natsumi - @Ten No Ikari - @Joo Jun

Les sens aux aguets, les oreilles ne cessant pas de bouger, captivant les conversations qui se déroulaient sous le toit sur lequel elle s’était installée, Mairu patientait tout en s’informant, à leur insu, sur un groupe des jeunes shinobi kumojin qui s’intéressaient aux départs inquiétants des hijin de leur territoire. Sujet que la Metaru avait abordé elle-même, pas plus tard qu’hier, au sein de la Résistance. Des hypothèses judicieuses étaient avancées par les genin mais aussi des suppositions des plus stupides qui contorsionnaient presque la babine du chat noir qui les espionnait additivement.

Usant de sa capacité de Yasei, Mairu s’était transformée en cet animal qui la représentait avant de s’installer discrètement sur le toit du restaurant où Joo Jun lui avait donné rendez-vous pour une raison qui n’avait pas été précisée dans la missive qu’elle avait reçu mais qu’elle devinait être le sujet Yamiko. Pour ne pas éveiller les suspicions des shinobi dans les environs, après sa transformation, la Metaru aux yeux dorés avait pris la précaution de camoufler son chakra. Ainsi, pour ceux qui pourraient la voir, il n’était à cet instant qu’un chat noir qui se dorait au soleil hivernal.

Mairu ne connaissait pas personnellement Joo Jun mais elle en savait assez sur le personnage - qui avait fréquenté Yamiko qui vivait jadis au sein du clan Metaru - pour appréhender leur entrevue. Bien qu’elle fût capable de se montrer relativement violente - lorsqu’elle basculait du côté obscur - la Metaru à la double personnalité n’était pas, ordinairement, du genre belliqueux. Si elle puisait du plaisir malsain à manipuler ses semblables, elle préférait cependant éviter une confrontation directe si possible et, non pas peur de perdre le combat mais uniquement par prudence. La Metaru aux yeux dorés savait que trop bien ce qui pourrait se passer si l’autre elle venait à se réveiller. Et, une émotion négative étant l’interrupteur qui déclenchait l’éveil, elle préférait alors éviter une situation qui pourrait engendrer la moindre animosité.

La conversation des jeune kumojin vira à une déclaration d’amour qui n’intéressait guère le chat espion. Alors, ce dernier cessa de les écouter. De toute façon, la Metaru avait les informations dont elle avait besoin pour sur ces jeunes qu’elle comptait contacter plus tard afin de leur informer sur la plausible vérité sur ce qui se tramait au sein de leur Village et solliciter leur aide en cas de besoin. Si l’hypothèse de l’anéantissement de Kumo par l'Empire - qui avait été avancé lorsque de la réunion d’hier - s’avérerait exacte, la Résistance seule ne suffirait pas pour protéger tous les habitants. La mobilisation de tous les shinobi du Village Caché des Nuages serait nécessaire, seulement, à l’heure actuelle, il était difficile de savoir qui était toujours du côté de sa patrie. Des anciens shinobi kumojin, et même certains habitants, avaient fini par embrasser la cause du Teikoku alors lancer une alerte générale était bien trop risqué car ça serait également avertir l’ennemi. Un risque que la Résistance ne pouvait courir. Pour l’instant, l’heure était d’agir en toute discrétion.

Même à moitié endormie sur son perchoir, les poils caressés par les timides rayons du soleil hivernal, Mairu ne rata pas l’entrée fracassante de Joo Jun. Décidément, elle ne changera jamais celle-là, fit la Metaru aux yeux dorés à elle-même avant de descendre du toit et, par l’arrière du bâtiment pour plus de discrétion. A l’abri des regards, Mairu retrouva sa forme humaine et, nue, comme après chaque transformation. Ne pouvant pas se rendre ainsi au sein du restaurant, elle se transforma en elle-même mais vêtue avant de sortir de sa cachette. Des pas rassurés, elle s’avança ensuite jusque devant le lieu où elle avait rendez-vous.

La Metaru s’immobilisa assez loin, de sorte à avoir une vue d’ensemble de la scène mais assez près pour se faire entendre par tous. Restant silencieuse un moment, la jeune femme aux yeux dorés se contenta de regarder tour à tour, Jun puis les deux genin qui semblaient être en accroc avec la jeune ronin.

« - A votre place, je ferais ce qu’elle dit ! Finit-elle ensuite par lâcher aux deux genin. »

Un simple avertissement et non une menace. La Metaru était certaine que la jeune ronin n'aurait aucun scrupule à les blesser, voir même à les tuer, même pour une simple broutille et ce, même si c’était elle qui fût en tort. Joo Jun était très dangereuse.

La Metaru ne tenait pas voir ces jeunes kumojin se faire malmener mais elle n’était pas non plus ici pour les secourir. Et puis, Mairu jugeait que chacun devait apprendre à assumer les conséquences de ses actes. Cependant, elle ne laissera pas Jun tuer ces jeunes car éviter que les genin ne meurent faisait partie de ses devoirs en tant que chuunin.

« - Quand tu auras fini, allons donc discuter ailleurs, fit la Metaru ensuite à la jeune Joo d’une voix dénuée de colère ou de reproche avant de marquer un bref silence, le temps de jeter un regard sur Sobek. Puis, elle fixa de nouveau Jun. Et si tu pouvais éviter de te balader avec ton animal s’il te plaît. Il effraie les habitants. »

Une sollicitation et non un ordre et exprimée sans la moindre animosité. Malgré l’indifférence dont elle essayait de faire preuve face à la circonstance - afin ne pas laisser l’autre elle s’exprimer - la Metaru n’appréciait guère la situation en réalité. Elle détestait les désordres au sein de son Village ; surtout si ceux-ci inquiétaient les innocents qui y vivaient. Mairu avait beau être détestable lorsque l’autre elle se manifestait, elle restait néanmoins une Metaru qui tenait à son Village et au bienêtre de ses habitants …


_________________
Réunion innoncente [Tengoku/Libre] E9AA4D59F0CEBCA273945A0FE77E778170585673
~ La fin justifie les moyens ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9202-metaru-mairu-completed
Hiruko
Hiruko

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Mar 26 Mai 2020 - 13:14
La scène qui se déroula devant lui était surréaliste. Alors qu’il écoutait les premières paroles du soldat du Teikoku qui ne se montra pas forcément hostile, Tengoku renversa la table en souhaitant rejoindre Natsumi qui quittait la brasserie, Ikari intervint pour sermonner Joo Jun sur son comportement et tout ça fit monter la tension dans le commerce. Immédiatement, Hiruko jeta le torchon à sa taille sur le sol pour éponger le liquide de la bouteille brisée et il rassembla les bris de verre avec le pied pour les ramasser tous d’un coup.

- Allons allons, ce n’est pas grave je vais rapporter une autre bouteille. – souffla le genin qui peinait à se faire entendre dans tout ce bordel.

Pour son propre bien, le marionnettiste ne prit le parti de personne. Il sentait que la situation pouvait dégénérer et un combat ne tournerait certainement pas à son avantage même à plusieurs genins contre un. L’épéiste Hijine semblait être une guerrière aguerrie et Hiruko pensait déjà à un moyen de l’attaquer par surprise si la situation l’exigeait.

- Ikari calme toi, inutile de s’emballer. Cette dame est une cliente de la brasserie qui attend sa boisson, rien de plus. – dit calmement le kumojin qui souhaitait apaiser les tensions.

La ronin se montrait maintenant menaçante, sa main posée sur son arme prête à faire sauter la tête juvénile du fougueux Ikari. La main du marionnettiste se crispa sur le plateau d’acier qu’il tenait sous le bras, prêt à le balancer sur Joo Jun dans le but de la déstabiliser et peut être éviter la mort de son jeune camarade si elle venait à passer à l’action.

Une voix féminine perça le brouhaha et se fit entendre de tous les participants de l’altercation. Un timbre qu’Hiruko avait déjà entendu, il s’agissait de Metaru Mairu la directrice de la Forge du village. C’était une chunin que le marionnettiste avait déjà croisé à quelques occasions, sans jamais faire sa connaissance officiellement. La Metaru demanda à la ronin de sortir pour discuter et ainsi couper court à la dispute. Hiruko profita de cette intervention pour encourager Joo Jun à suivre Mairu,

- Ecoutez, vous n’avez pas eu l’occasion de vraiment consommer donc on va dire que vous n’avez rien à payer, je vais m’occuper de ranger et j’imagine que cette dame aux cheveux violets est la personne que vous attendiez. – continua Hiruko dans son rôle de simple serveur. – Si vous le souhaitez, vous pourrez revenir pour profiter de notre cuvée Shuzo à un moment plus calme.

Une invitation à peine dissimulée. La situation avait trop dégénérée pour qu’Hiruko puisse obtenir un quelconque renseignement utile, il préféra oublier son idée initiale et plutôt assurer la sécurité de ses compagnons (et la sienne par la même occasion).

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9424-hiruko-100#79633
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Mar 26 Mai 2020 - 18:28
Un enchaînement d'évènements qui semblaient tout à fait improbables au vu de comment la journée avait commencé. Personne ne s'attendait visiblement à croiser un soldat de l'Empire, et encore moins au milieu d'une crise mélodramatique entre deux shinobis de Kumo aussi maladroits que possibles. En tentant d'aller rejoindre son amie, Tengoku avait malencontreusement bousculé la table sur laquelle s'était installée la demoiselle peu commode. Le résultat n'était autre qu'un bruit de verre qui se disperse sur le sol, répandant sur ce dernier le liquide aux effluves fermentées que les adultes semblaient tant aimer. Pour une raison qui m'échappait entièrement, par ailleurs, car ce dernier possédait un arôme aussi amer que peu fruité. Le temps que je me lève pour me positionner face à la samouraï du Feu, cette dernière avait demandé à son crocodile de barrer la route de Tengoku et de Natsumi. Et bien qu'elle ne semblait pas incline à les attaquer, les déboires de violences que je percevais dans sa stature semblaient n'être que trop près de la surface.

Ses paroles à mon encontre le montrèrent assez clairement, et alors que la demoiselle s'adressait à moi avec des menaces à peines voilées, je fronçai les sourcils. Son comportement était étrange, comme si quelque chose clochait chez elle. Elle était capable de politesse, je l'avais vu lorsqu'elle s'était adressée à Hiruko à propos de son alcool. Mais elle ne semblait s'encombrer de ce genre de choses que quand cela l'arrangeait, et notamment lorsqu'elle obtenait ce qu'elle voulait. Sa menace sur ma tête ne me faisait pas peur le moins du monde. Mais quelque chose me disait que si j'engageais le combat avec la demoiselle -aussi tentant que cela puisse l'être d'autant plus qu'elle était une samouraï-, j'avais l'intuition que je ne serais pas le seul à être impacté. J'éprouvais certes un amour inconditionnel pour le combat, mais je n'étais ni stupide ni égoïste pour autant, et je ne voulais pas risquer la vie de ceux avec qui j'avais fait connaissance.

Toutefois, avant même que je ne puisses répondre, une jeune femme arriva dans mon dos sans que je n'ai pu la remarquer auparavant d'une quelconque manière. Dans le même temps, Hiruko me faisait savoir d'une manière subtile qu'il ne désirait pas lui non plus qu'il y ait de l'esclandre dans le bar. La dernière arrivante quant à elle s'était avancée silencieusement, et d'une grâce presque féline, s'était retrouvée à mes côtés sans même que je ne le remarque. Je vis que Hiruko la connaissait, mais je ne savais pas dans quelle condition. La femme qui venait d'arriver avait le teint mat et les cheveux violets, assez original, et ne parlons pas des courbes de son corps. Mais je n'étais pas intéressé par ce genre de choses. Cette dernière, au vu de son comportement et de ses paroles semblaient de prime abord du côté de la samouraï déjantée. Mais ce n'était pas claire non plus. Et peut-être essayait-elle, comme le marionnettiste, de calmer la situation. Toutefois, je n'oubliais pas ce qui s'était passé ici. Poussant un soupire, je détendis les muscles de mon corps et adoptai, sans forcément bouger, une posture bien plus détendue. Signe que je n'allais pas chercher plus de problème. Mon habituel sourire revint, et je fis un signe de tête à Hiruko avant de m'adresser à la dernière venue.

-Vous êtes arrivés sans que je le remarque. Vous semblez forte m'dame ! Faudrait qu'on se batte un d'ces quatres !

Puis tournant le dos à la samouraï sans lui adresser un mot de plus, je me dirigeai vers la sortie et notamment vers Natsumi. Lorsque j'arrivai à son niveau, je lui souris et m'inclinai face à elle.

-Je m'excuse au nom de la dame impolie, elle est certainement un peu grincheuse la pauvre. J'espère que ça va, je vais y aller moi !

Et avec un sourire aux autres, je sortis du bâtiment quitte à passer outre le crocodile qui bloquait l'entrée.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Kappa Tengoku
Kappa Tengoku

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Mar 26 Mai 2020 - 20:36


Alors que le Genin courrait vers la sortie tel un éclair orange, un cri retentit dans la salle du restaurant. Il fut suivit d’un terrible rugissement puis une immense créature de type reptilienne vint se poser devant l’entrée. A la vue de ses crocs le jeune homme fit un pas en arrière et perdu son envie de sortir. Tengoku fut ramené à la réalité par cette situation peu conventionnelle, que faisait cette bête ici et pourquoi l’empêchait-elle de sortir ?

Il se retourna pour voir qui avait demandé à cette créature de se mettre en travers de sa route. Et surtout pourquoi. L’ambiance du restaurant avait complètement changée, sans qu’il s’en rende compte. A vrai dire, ce dernier était perdu dans ses pensées essayant de rattraper sa bien-aimée. Le tunnel qui obscurcissait son environnement disparu pour laisser apparaître une femme qui semblait remontée. Une lieutenante si on se fiait aux indications de sa tenue. Tengoku était perdu, revenant à peine à la réalité il ne comprenait pas à quel moment les esprits avaient commençaient à s’échauffer. La nouvelle protagoniste semblait s’adresser à Hiruko et Ikari, avec l’un elle mettait les formes alors que l’autre en prenait pour son grade. Qu’avait bien pu encore faire cet empoté ? Le Genin se souvint du comportement de la pile électrique avec la lieutenante Chôkoku. Avait-il encore demandé à se battre face à une inconnue ?

Ce qui étonna le plus Tengoku fut que la jeune femme s’adressa à lui. L’air menaçant, avec la main prête à dégainer son sabre. Mais que voulait-elle au juste ? Des excuses et un paiement ?
Et c’est alors qu’une autre femme à la peau mate et aux yeux dorés intervint. Elle intima aux deux autres Genins d’écouter et de faire ce que disait la lieutenante au katana. Cette dernière arrivée ne semblait pas appartenir au Teikoku. Sa brassière au signe de Kumo le confirmait. Elle aussi était un ninja du village, sans doute plus gradé que les Genins car elle semblait un peu plus âgée. Cette dernière semblait connaître la femme au katana. Tengoku, quant à lui, ne comprenait toujours rien à la situation. Mais c’est Hiruko qui lui ouvrit les yeux.

Il tenta de calmer la situation entre Ikari et la lieutenante. Tengoku fut étonné de la maturité dont il faisait preuve pour son jeune âge. Ikari devrait en prendre de la graine ! Se dit-il au passage. Au final, le genin orange comprit en voyant le jeune barman mettre de côté des bouts de verres sur le sol. Tout devint limpide pour le jeune homme. Il se souvint avoir heurté quelque chose en courant vers la sortie. Ce devait être la table de la Teikokujin et une bouteille s’était retrouvée par terre. Tengoku rougit immédiatement de honte. Il avait été tellement absorbé par ses pensées qu’il n’avait pas fait attention aux dégâts de son passage. Il se dit quand même que la réaction de la lieutenante était un peu exagérée. Ou alors était-ce la faute de Ikari, Tengoku ne pouvait le savoir vu qu’il ne savait pas ce qu’il avait pu lui dire. Quoi qu’il en fût, ce dernier était en tort et s’en voulait d’avoir participé à la dégradation de la situation et de mettre autant de temps à s’en rendre compte.

Alors qu’Ikari semblait partir, Tengoku ne lui adressa même pas un regard et s’approcha de la lieutenante. Une approche lente avec les mains bien découvertes pour montrer qu’il n’avait aucune intention hostile. Puis il s’adressa directement à elle.

« Je vous prie de m’excuser, lieutenant, j’étais perdu dans mes pensées et je n’avais pas fait attention aux dégâts que j’avais pu causer. »

Cette fois il s’adressa également à Hiruko.

« Je refuse Hiruko, je vais payer. Je ne veux pas que ma maladresse t’apporte des ennuis, et puis c’est bien normal que je paye ce que je casse. »

« D’ailleurs, lieutenant. » Reprit-il en la regardant de nouveau. « Je vous offre une autre bouteille afin de me faire pardonner, ce n’est pas la peine d’aller plus loin je pense. Pouvez-vous demander à votre animal de laisser libre accès à la sortie s’il vous plait ? »

En terminant sa phrase il posa sur la table de la lieutenante de quoi payer deux bouteilles. Intérieurement, ce geste fit très mal au jeune garçon mais il devait assumer sa maladresse et ceci lui servirait de leçon. Il fallait savoir garder son sang-froid en toute circonstance et autant dire que cette fois il avait failli à la tâche, et en beauté.

Il avait enfin compris, au vue de la situation, que le grand reptile bloquant la sortie devait appartenir à la lieutenante. Une invocation peut-être. D’ailleurs, ils s’étaient trompés, il restait bien des soldats du feu en ville. N’était-ce donc qu’une coïncidence si jusqu’ici une grande partie de l’armée semblait manquer à l’appelle ? Néanmoins, pour l’heure, Tengoku s’en fichait des réponses à ces questions. Tout ce qu’il souhaitait c’était rattraper Natsumi afin de lui parler, il ne voulait pas lui laisser le cœur en peine de cette manière. C’est pourquoi il attendait impatiemment que la jeune femme demande à sa créature de laisser libre passage.

« Je vous prie de m’excuser, mais je suis un peu pressé, d’où ma maladresse pour laquelle je m’excuse encore une fois » Dit-il en s’inclinant légèrement par preuve de respect.

« Hiruko, je te dis à la prochaine. Désolé encore pour les dégâts » Dit-il en faisant une moue gêné en montrant le sol souillé d’un geste de la main.

Puis il finit en s’adressant pour la première fois à la Kunoichi à la chevelure violette.

« Merci à vous également pour être intervenu, si vous êtes ninja du village nous serons amenés à nous recroiser de toute façon. »

Il salua alors cette petite assemblée avant de tourner les talons pour se diriger vers la sortie.


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9141-kappa-tengoku-terminee?nid=1#77658 https://www.ascentofshinobi.com/t9215-kappa-tengoku#77673
Asaara Aduichi
Asaara Aduichi

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Dim 31 Mai 2020 - 10:18
-Grande gueule, comme Syoto. Vous êtes beaucoup dans ce genre.

L'arrivée de Mairu et ses conseils, acheva de cristalliser la tension omniprésente. Ils s'excusaient tous, ou fuyaient chacun leurs tours. Aucun fait d'armes, aucune gerbe de sang ne serait répandue sur le sol de l'auberge. Un haussement d'épaules, sa main se fermant avec intensité autour du fourreau de son katana. La violence, la colère et le dédain en elle, toutes ces émotions contraire seraient bientôt relâchés et gare à celui qui en serait la victime. Un mesquin sourire sur son visage, enfin une parodie au vu de sa gueule décharnée. Elle avait un nom, même deux, celui du serveur et l'autre de l'insolent. Le premier était étrangement neutre même si il poussait l'errante à partir avec la Metaru polymorphe.

-J'accepte tes excuses soldat, et te remercie de ton présent mais tu as remboursé ce que tu devais. Je peux m'offrir une bouteille, guère besoin de ruiner l'économie de cet établissement.

Empoignant la bouteille, faisant sauter le bouchon avec son index avant de se diriger vers la sorite enjoignant Mairu à la suivre d'un regard moribond. Une prochaine fois? Pas sur qu'il y en aurait, faisant demi-tour et grognant vers Sobek de disparaître, l'errante se planta en face de Hiruko s'assurant que tous les autres étaient déjà partis. Elle avait ruinée sa journée en lui faisant perdre des clients.

-Je crains hélas, qu'il n'y ai jamais de prochaine fois. Je garderai un bon souvenir de ton établissement, prend cela comme un pourboire tu en auras besoin. Les temps seront rudes!

Des informations à trier, mais c'était tout ce qu'elle savait. Une mine maussade avant de sortir et de fixer Mairu. Chaque chose en son temps, la journée serait pas vraiment la meilleur de sa vie de Lieutenante mais les sujets fâcheux devaient être abordés. Cette femme n'était guère comme Yamiko, mais il était temps de faire un deuil. Probablement que Jun ressentait la même chose que son amie lors de sa désertion et avant son retour. C'était un juste retour de flammes, mais tout de même.

-Elle est partie n'est ce pas?

Sa personnalité changea alors qu'elle prononça les mots, elle ne buvait que pour oublier et avec tristesse. Son regard fixa le sol, son attitude et sa posture laissèrent deviner ses émotions internes. La perdition, l'abandon.

-Au moins, si quelque chose arrive elle sera en sécurité...

_________________
Réunion innoncente [Tengoku/Libre] 15502810
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 https://www.ascentofshinobi.com/u886
Metaru Mairu
Metaru Mairu

Réunion innoncente [Tengoku/Libre] Empty
Mar 16 Juin 2020 - 15:33
Réunion Innoncente

feat. @Kappa Tengoku - @Ten No Ikari - @Joo Jun

Suite à l’intervention de la Metaru aux cheveux violacés, la tension retomba peu à peu.

« - Certainement, si tu te mets en travers de mon chemin ! Répondit Mairu à la proposition de combat d’un jeune blondinet qui ne cachait point son côté belliqueux. »

Contrairement au jeune genin, la chuunin ne combattait que par nécessité. Le plaisir, elle le puisait ailleurs que dans une joute futile qui pourrait apporter des blessures graves.

La Metaru se contenta ensuite d’incliner légèrement la tête, en guise de réponse aux propos du rouquin amoureux. Effectivement, ils auraient de forte chance de se recroiser.

*****

« - Effectivement elle est partie et ne me demande pas où car je ne saurais te le dire. »

Mairu ne s’était pas trompée, la jeune Joo l’avait sollicité juste pour s’informer sur cette bâtarde qui avait disparu inopinément et sans la moindre explication. Le seul message d’adieu qu’elle avait laissé était adressé à la Doyenne de leur clan et celui-ci ne contenait que trois mots un « merci pour tout ! ».

Mairu était quelque peu étonnée par l’attachement que la ronin semblait avoir pour Yamiko. Elle paraissait si attristée, si abandonnée … La Metaru aux cheveux violacés ne comprenait pas alors pourquoi la bâtarde n’avait pas avertie la jeune Joo de son départ.

« - Tu disais qu’elle sera en sécurité ? Poursuivit ensuite Mairu après une courte pause, le temps de laisser à son interlocutrice de se remettre de ses émotions. Cette désertion massive des hijin cacherait donc quelque chose de grave !? … Pourrais-tu me dire quel danger nous courrons ? Ajouta-t-elle, cherchant à capter le regard de la ronin. »

La Metaru savait parfaitement que la jeune Joo avait tout le droit de ne pas lui répondre. Après tout, en plus d’être sous l’étendard de « l’ennemi », c’était la première fois qu’elles se parlaient. Mairu ne pouvait pas cependant ne pas tenter sa chance de découvrir ce que le Teikoku manigançait …

HRP:
 

_________________
Réunion innoncente [Tengoku/Libre] E9AA4D59F0CEBCA273945A0FE77E778170585673
~ La fin justifie les moyens ~
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9202-metaru-mairu-completed

Réunion innoncente [Tengoku/Libre]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: