Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai)

Kaichō Kuro
Kaichō Kuro

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Empty
Mar 19 Mai 2020 - 3:56
@”BORUKAN MURAMASA” @”AKUMU KURAI”

Hiver 204 - Lundi, 9h30 AM

¬ Allez, encore une dernier effort Kuro. Une dernière fois et après c’est terminé pour la journée.
Kuro se redressa, haletant, presque à bout de souffle, le visage rouge à cause de l'effort et le front perlant de sueur. Akira, son tuteur de l'Académie attitré à la pratique de l'Onkyôton, l'encourageait depuis l'autre extrémité de la pièce. Le vieux shinobi n'était pas lui-même un utilisateur de ce don, mais il y avait déjà été confronté. À défaut d'un autre manipulateur du son, c'était ce qui s'était offert de mieux comme mentor pour le jeune Genin découvrant ses pouvoirs. Il composa quelques signes d'incantation, puis une dizaine de petites effigies de cristal apparurent devant Kuro. Ses réserves de chakra étaient pratiquement à plat, mais il devait trouver l'énergie nécessaire pour une nouvelle tentative. Une toute dernière. Malaxant son chakra comme on lui avait enseigné dans les derniers mois, Kuro enchaîna la série de mudras qu'il avait appris par coeur. Il gonfla ses poumons, puis laissa échapper un cri aigu. Tellement aigu qu'il était à la limite de l'ultrason. Après quelques secondes, sa voix se mit à trembler, tressaillir, avant de s'arrêter nette. Les figurines de verre n'avaient pas bougées d'un poil, si ce n'est quelques craquelures qui étaient apparues sur certaines.

¬ Une dernière fois sensei, j’y suis presq….Kuro ne put terminer sa phrase, il laissa échapper une quinte de toux violente qui le mis à genou.

¬ Suffit, si tu continue comme ça, tes cordes vocales vont exploser. répondit le vieil homme tout en bondissant vers lui pour l’aider à se relever, mais le jeune homme, toujours aux prises avec sa toux, se dégagea violemment de la main aidante de son tuteur. Calme-toi Kuro. Tu n’arriveras à rien en voulant brûler les étapes. Reposes-toi et reviens demain à la même heure, nous reprendrons.

Sur ses paroles, Akira se releva et quitta la pièce sans jeter un autre regard à son élève. Kuro frappa le sol de son poing. Il savait très bien que son mentor avait raison. Et c’est bien ça qui frustrait le plus le jeune homme.

֍ ֍ ֍

Après une longue douche, qu’il avait savouré pour faire du bien à son corps courbaturé, Kuro quitta finalement les lieux d’entraînement pour errer dans les corridors de l’Académie. Il déambula ainsi pendant quelques minutes, le temps de trouver un coin tranquille pour manger un morceau. Quelques couloirs plus loin, il remarqua la présence d’un petit groupe qui le suivait. Trois ou quatre jeunes filles d’après le bruit qu’elles faisaient. Elles jacassaient comme des pies, camouflant à moitié leur rire en se cachant au coin d’un mur, toujours quelques mètres derrière lui. Kuro décida de les ignorer et de continuer son chemin. Il commençait à être habitué à leur présence...Depuis qu’il avait mis le pied à l’Académie pour la première fois, le jeune homme de 20 ans, beaucoup plus vieux que la plupart des autres élèves, avait attiré l’attention de plusieurs adolescentes de dernière année. C’était dû à son côté sombre et mystérieux probablement.

Kuro s'installa finalement seul sur un banc, au pied d'un grand arbre, dans l'une des nombreuses petites cours de l'établissement. Il déballa son sac et en sorti une petite boite bento contenant son repas. Alors qu'il commença à manger, le Genin ferma les yeux et concentra son chakra dans ses oreilles pour amplifier son ouïe. Il s'agissait là d'un exercice de contrôle auquel il s'adonnait chaque fois qu'il en avait l'occasion pour pratiquer sa maîtrise de son chakra si spécial. Entre chaque bouchée, le jeune homme concentrait son attention sur un son différent. Tantôt une conversation, tantôt un oiseau chantant posé sur une branche. Il est vrai que son don lui avait donné une perception sur un tout autre monde, sur des bruits et des sons qu'il n'avait jamais cru exister. Lors de sa courte méditation, Kuro entendit ce qui semblait être un groupe de jeunes garçons se mener la vie dure et se chamailler dans un coin sombre de la cour. À l'opposé, un groupe d'étudiants semblait échanger quelque chose avec un homme. Derrière l'arbre à côté de lui, ses "fans" continuaient de l'observer.

L'Académie était un endroit plein de vie, non sans ressemblance avec les rues dans lesquelles il avait grandi. Avant que quelqu'un ne le prenne pour un voyeur ou une quelconque énergumène, le jeune homme aux cheveux ébènes rouvrit les yeux et se remit à manger son bento.

Spoiler:
 

_________________
Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Signat10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9338-kaicho-kuro-100-termine
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Empty
Mar 19 Mai 2020 - 17:14
Une Journée à l'académie
Muramasa x Kuro x Kurai

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Malgré les apparences, l'Académie Hashira était un endroit sombre et emplit de terreurs. En effet, sous cette image de parfaite industrie de machines de guerres prêtes à tous les sacrifices afin d'assurer la gloire du village caché de la Roche, et donc du pays de la terre, il subsistait éternellement une part d'ombre dans le cœur des Genin joufflus. De ces ténèbres malicieuses et sibyllines, les cauchemars et rêves se jouaient une querelle amenant les pauvres innocents à vaciller tôt ou tard dans les méandres insondables qui tentaient de les happer afin de les dévorer tout crus.

Alors que l'aurore était bien entamée et que les badauds vaquaient à leurs occupations dans ce théâtre regorgeant de vie, les prémices d'un drame se profilaient à l'horizon. Néanmoins, nul n'aurait pu se targuer de prédire la tragédie qui allait chambouler les entrailles du prestigieux et rutilant établissement.

Alors que le Borukan avait terminé sa séance journalière d'entrainement physique sur une planète où moult singes se livraient hardi batailles à tous les niveaux, c'est tout naturellement qu'il se retrouvait dans l'enceinte de la prison des esprits. Décidément, depuis sa démission de la direction des lieux, à son grand regret rien ne semblait avoir particulièrement changé. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Du moins, en apparence...

Le parangon se baladait en repensant à jadis, mais fut soudainement interrompu dans ses oniriques pensées par un groupe de gourgandines en liesse. Ces gredines avaient sans nul doute reconnu le médecin, malgré son fin stratagème d'avoir joué la carte de l'anonymat le plus total en se grimant en Genin myope et sans aucun goût vestimentaire. Il était dur de troquer sa tenue Gūshi pour des guenilles d'artisan sans renommée, mais il fallait faire des sacrifices afin de passer inaperçu et ne pas être dérangé toutes les cinq minutes par de viles succubes mangeuses d'hommes. Les Kunoichi étaient après tout de terribles adversaires, surtout à la Roche, où un mouvement de pensée exotique et venue de contrées inconnues prônaient avec ferveur les Amazones et leurs pratiques assez atypiques. Un mystère abscons et nébuleux, mais selon les rumeurs, il fallait s'en méfier.

Une des effrontées tenait des propos incompréhensible, soutenue par ses collègues qui étaient toutes en train de se comporter le plus bizarrement du monde.

« Que fait un beau gosse tel que vous par ici ? Vous êtes un nouveau professeur ? » -dit-elle, faisant un clin d'œil étrange en se trémoussant-

« Nanni ? » -se plastronnant fièrement- « Vous feriez mieux d'aller étudier, vilaines filles ! »

Décidément, ces étudiantes filaient un mauvais coton. Comment pouvaient-elles avoir le temps de se pavaner alors qu'elles devaient avoir plein de passionnantes leçons sur les arcanes obscures à explorer ? De facto, l'Académie Hashira était indubitablement en train de sombrer dans un océan d'encre. Fort heureusement, il y aurait toujours des défenseurs de la veuve et de l'orphelin pour l’empêcher de se noyer dans les abysses Yuukanites.

Du coin de l'œil, le Borukan apercevait non loin un étrange attroupement de voyous qui étaient très certainement en train de s'adonner à de noirs desseins. Et un peu plus loin d'autres demoiselles étaient en train d'épier de manière peu subtile un homme qui était en train de manger un énorme bento avec entrain. Cela ne faisait que confirmer les craintes de l'ancien directeur de l'académie, comprenant rapidement que le niveau avait dramatiquement chuté depuis son départ. Les apprenties Kunoichi se livraient à la quête de l'amour, tandis que les Shinobi de demain ne respectaient aucune règle. Triste monde tragique.

Mais tout bascula soudainement lorsque une folle-dingue apparue soudainement dans le petit parc - où la statue de la princesse se dressait avec majesté - et pleurait de désespoir. La demoiselle en question avait sa tenue peinturlurée de ce qui semblait être du sang, et était totalement affolée.

« Au secours ! Il est mort ! Faites quelque chose ! » -s'écroulant de manière mélodramatique au sol, juste aux pieds de l’effigie de l'ancienne héritière du trone- « Le professeur... Bouhouhou... Benimaru-sama... Snifff... Dans son bureau... Bouhouhou » -bredouillant un charabia en reniflant de manière forte, les joues trempées par les larmes-

Le Borukan comprenait rapidement qu'il devait s'agir d'un crime ignoble, ce qui était inadmissible, surtout dans une académie aussi prestigieuse et virevoltante que celle-ci. Qui oserait faire montre d'une telle impudence ? En pleine journée de surcroît ? Peut-être les voyous en train de consommer des substances alchimiques achetées à un adepte de rentanjutsu peu scrupuleux ou bien des gourgandines ayant sombré dans les pratiques les plus Yandere qui ait été donné d'exister.

Mystère... Si seulement des enquêteurs pouvaient se dresser contre l'infamie et résoudre ces énigmes gargantuesques, alors de meilleurs lendemains seraient incontestablement assurées...



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Akumu Kurai
Akumu Kurai

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Empty
Mer 20 Mai 2020 - 18:43




Une Journée à l'Académie



... ♫-Musique ambiante-♫...
__________________________________________
_____________________



Revenir à l'académie, alors que l'on venait tout juste d'en sortir, n'avait à priori rien de vraiment plaisant ou intéressant…ou du moins, pas pour la vingtenaire. Les lieux d'institutions, plus souvent qu'autrement, était d'abord et avant tout fréquenté par une clientèle plus jeune encore qu'elle ne l'était déjà. L'immaturité des adolescent, mélangé à leur besoin de s'affirmer et leur arrogance avait tendance à rendre folle Kurai qui, malheureusement, dû vieillir plus vite qu'elle aurait dû vu ses expériences de vie peu envieuses. Les gamineries des adolescentes, particulièrement, l'énervait au plus haut point. Cependant, la nouvelle Kunoichi tenta de faire fit des distractions négatives...après tout son passage ne devait être que de courte durée.

Déambulant dans les corridors les moins fréquentés, prenant l'accès le plus rapide jusqu'à la dernière salle de classe qu'elle avait fréquenté, c'est avec grand soulagement qu'elle la vit ouverte, premièrement, et vide aussi. Accélérant le pas jusqu'à la chaise qu'elle avait habitude de prendre, elle plongea la main sur son dossier et y retira le foulard qu'elle y avait oublié. Ce foulard, bien que peu important pour la demoiselle, restait après tout le sien et elle préférait le récupérer que de le perdre à tout jamais…sachant qu'elle ne reviendrait pas de sitôt dans cet établissement.

Faisant donc volte-face, reprenant tranquillement le chemin de la sortie, elle pu repérer du regard quelques têtes qu'elle reconnaissait. Les académiciens ne terminaient pas nécessairement tous le même jour. Certains apprenaient plus rapidement que d'autres, certains échouaient, certains restaient aussi pour peaufiner leur technique avant de faire le grand bond vers le véritable monde Shinobi. D'ailleurs, une infime partie de conversation vint à ses oreilles. Celle d'une gamine à peine sortie de la puberté qui tentait de draguer un homme légèrement plus âgé à première vue. Spectacle grotesque et complètement ridicule. La greluche n'avait probablement aucune idée de ce qu'était la sexualité…ne faisant qu'essayer d'attirer l'attention des hommes sur elle. Le comportement exemplaire d'une pauvre gamine en recherche d'attention et d'approbation.

Préférant ne plus y porter d'attention, la Kunoichi aux cheveux pastel ne fit que rouler ses yeux azure jusqu'au fond de son crâne et lâcher un soupire à peine audible…avant de tourner le coin du couloir et enfin apercevoir la porte de sortie…

…mais les cris de détresse d'une autre femme attira son regard et au vu de la situation…il n'y avait là rien de bon. Et quelle misérable Kunoichi ferait-elle si elle ne prenait pas la situation sérieusement et n'agissait pas en conséquence…c'était son devoir maintenant. Rebroussant chemin...elle se dirigea vers la source du problème.


Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Kurai_18
-Kurai
Comme quoi les choses ne se passent jamais comme on l'avait espéré...





_________________
Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Thumb211


Dernière édition par Akumu Kurai le Dim 31 Mai 2020 - 6:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kaichō Kuro
Kaichō Kuro

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Empty
Sam 23 Mai 2020 - 19:51

Riz et poulet en bouche, Kuro repensait à son entraînement du matin avec Akira-sensei. Le son était un don des plus étranges. Il n’avait jamais réalisé à quel point les sons étaient présents tout autour de lui à longueur de temps avant de découvrir ses pouvoirs. Partout, non seulement le moindre bruit, mais la plus infimes des vibrations également. Si son physique avait toujours été l’un des avantages du jeune homme – non pas seulement avec les femmes, mais en combat également – le côté « mystique » du chakra lui échappait encore un peu. Il s’y familiarisait de plus en plus, mais certaine subtilité lui échappait. L’apprentissage était particulièrement coriace avec son don, car aucun professeur de l’Académie ou même du village, ne le maîtrisait également. On lui avait dit qu’il s’agissait d’un don héréditaire rare, un kekkai gekkai. D’après les spécialistes, dans son cas spécifique bien à lui, son pouvoir pouvait être ancré dans ses gênes depuis la naissance, mais simplement réveillé lors de la Résonnance ou bien encore avoir entièrement été façonné lors de la Résonnance.
Kuro aurait préféré poursuivre son entraînement au Taijutsu, mais ses mentors de l’Académie lui avaient imposé un entraînement plus varié afin de parfaire ses faiblesses. L’une des choses les plus importantes qu’il avait appris dans les quelques mois depuis le début de son entraînement était la clé que représentait pour un shinobi la polyvalence de son art. C’est pour cette raison qu’il avait accepté, chaque matin depuis quelques temps, d’aller se massacrer la voix avec son mentor Akira.

Pour mieux avaler l’énorme bouché de concombres et de carottes marinés qu’il venait s’engloutir, et par la même occasion soulager sa gorge hérité, l’inhabituel Genin extirpa de ses habits une petite gourde de cuir ornée de ses initiales. Innocente en apparence, elle ne contenait pas de l’eau, mais bien un breuvage quelque peu alcoolisé. Tout en laissant le saké lentement engourdir sa gorge, Kuro rangea sa flasque rapidement avant que quelqu’un ne le remarque. Puis soudainement, brisant sa tranquillité nouvellement gagnée, un cri tout aussi strident que ceux qu’il essayait de pousser se fit entendre. Pris par surprise, Kuro en renversa sa boite bentô au sol, rependant ce qu’il restait de son repas dans l’herbe entourant la statue de la princesse qui trônait au centre de la cour.
¬ Aie Aie, mais qu’est-ce qu’elle veut cette folle, j’en ai perdu mon repas…dit-il en soupirant et ruminant de mécontentement.

L’air morose, le Genin quitta son banc et porta son attention vers l’hystérique qui venait de pénétrer l’enceinte de la cour en criant à s’en époumoner. Au travers ses balbutiements et ses pleurs de Madelaine, Kuro pu déduire un appel à l’aide. Un meurtre venait-il vraiment de se produire en plein cœur de l’Académie? L’ex-tôlard ne pouvait se résoudre à accepter cela. En pleine journée? Dans un lieu bondé? Même les plus infâmes voyou de sa contrée d’origine n’étaient pas assez fourbe pour commettre une telle ignominie en plein jour sans le couvert de la nuit et de la tranquillité.

Sa curiosité piquée, l’ébène s’approcha de toute la commotion. Le reste de la cour s’était soudainement tue, les battements d’ailes d’une mouche auraient pu se faire entendre. Un cercle de curieux et de curieuses s’était formé autour de la jeune pleureuse en effroi. Seule au centre du cercle, elle s’était effondrée sous le poids de ses larmes et de son chagrin. Le cœur brisé de voir une si charmante demoiselle en détresse, Kuro s’immisça à l’intérieur du cercle pour s’en approcher.
¬ Il..Il..Il est mort. Répéta-t-elle la voix tressaillante. Il..Il est par terre…

¬ Montrez-moi son bureau, je vais vous aider. S’agenouillant, il posa une main aidante sur son épaule pour la réconforter. Vous, avec les lunettes, trouvez un médecin et vite! Dit-il en pointant le Borukan déguisé en élève binoclar. Du coin de l’œil Kuro repéra une jeune femme aux cheveux pastel qui s’était elle aussi rapproché. Aidez-moi à la porter.
Après avoir donné ses « ordres », le Genin glissa son bras sous celui de l’attristé pour l’aider à la relever. Le leader improvisé, espérant que les deux désignés aillent décider de l’aider, se dirigea lentement au travers d’un dédale de couloir jusqu’au bureau de professeur Benimaru. Il laissa la jeune femme à la porte avant de se placer dans l’embouchure de la pièce avec précaution, ne désirant pas pénétrer dans le bureau avant l’arrivé d’un médecin. Mais depuis sa position, il pouvait voir l’entièreté de la petite pièce.

Le corps gisait sur le ventre au centre de la pièce, qui était complètement en désordre. Les tiroirs de tous les meubles avaient été jetés sur le sol, des papiers, rouleaux et livres ouverts jonchaient le plancher. Un voleur surpris en plein délits? L’hypothèse était probable…Mais quelque chose sauta immédiatement aux yeux du shinobi : il n’y avait aucune trace de sang. Ni sur l’endo du cadavre, ni autour de lui.

_________________
Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Signat10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9338-kaicho-kuro-100-termine
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Empty
Sam 23 Mai 2020 - 22:02
Une Journée à l'académie
Muramasa x Kuro x Kurai

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





La situation était grave, pour ne pas dire désespérée. Un professeur était mort dans l'enceinte de la prestigieuse et réputée Académie Hashira, fleuron du monde Shinobi et fer de lance de la propagande Tsuchijine. Fort heureusement, le Borukan n'était plus le Directeur de l'établissement. Cela le soulageait d'un côté, mais d'un autre son patriotisme le poussait à découvrir qui avait osé cette infamie.

Alors qu'un attroupement de futurs Genin joufflus s’agglutinait autour de la demoiselle hystérique, affichant tous des regards ternes et mornes, quelques individus réagirent avec vaillance contre la barbarie. C'était toujours dans des situations de ce genre qu'on remarquait les mieux prédisposés au monde des ombres. Un homme assez gaillard intervint afin de porter secours à la gourgandine, demandant au Borukan d'aller prestement trouver un médecin tandis qu'il allait voir en compagnie d'une femme aux cheveux pastel de quoi il retournait concernant ce Benimaru qui était passé de vie à trépas.

« Un médecin ? Fort bien. » -disparaissant dans le couloir froid et aseptisé à la recherche d'une aide inestimable-

Bien sûr, le médecin aurait pu se révéler au grand jour, mais passer inaperçu allait surement s'avérer précieux. Après tout, il y avait peut-être un assassin en liberté. Pire encore, ce chenapan était possiblement en train de prendre plaisir à contempler le chaos qu'il venait de créer dans le petit sanctuaire qui était désormais irrémédiablement violé. C'est tout naturellement que le fier défenseur de la veuve et de l'orphelin était allé à l'infirmerie où une talentueuse Iryô-nin y travaillait à mi-temps afin d'arrondir ses fins de mois. Muramasa expliquait rapidement à sa collègue qu'elle devait prestement se hâter en direction de la cour où la statue de la princesse reposait pour toujours et à jamais d'un sommeil d'or et d'argent.





Revenant tel le zéphyr virevoltant une nuit d'été, le parangon constatait que l'homme aux muscles saillants, la demoiselle à la chevelure décolorée et que l’hystérique en pleurs avaient déjà disparus en direction de la scène où le corps devait reposer. Décidément, la fougue de la jeunesse était dantesque. Fort heureusement, il savait très bien où se situait le bureau du pauvre bougre, grâce à son ancien titre d'hôte des lieux. Conduisant l'infirmière vers la chambre damnée, le taciturne arrivait enfin sur les lieux où ses compatriotes étaient en train de constater la situation.

« J'ai trouvé une Iryô-nin. Houlala, quel destin funeste. » -regardant rapidement le désordre et le corps qui était éclaté au sol-

La demoiselle en blouse blanche s'approcha et posa sa main sur le poignet du macchabée pour voir si un poul était présent, mais il n'en était rien.

« Il est mort depuis deux heures si je m'en fie à la température du corps. » -affichant un air désolé-

La folle-dingue explosait encore plus en sanglots, en essayant de se recueillir sur la dépouille du pauvre professeur.

« Noooon !!! Sauvez-le !!! Snifouille ! » -se débattant de manière assez expressive.

Muramasa constatait qu'il n'y avait pas de sang et donc qu'il s'agissait peut-être d'un malheureux accident. Néanmoins, il savait qu'il ne fallait pas sauter sur des conclusions hâtives. La pièce était saccagée, ce qui était un indice sur les circonstances du décès. Un vol qui aurait mal tourné ? Ce qu'il remarquait aussi était le comportement de la greluche, qui devait entretenir une liaison interdite avec ce chenapan de Benimaru alors qu'il était moche, en plus d'être marié. S'agissait-il d'un crime passionnel ? Possible...

L'infirmière examinait le corps, affichant un air horrifié en découvrant la cause de la mort.

« Mon Dieu, il n'a plus une seule goutte de sang dans son corps ! C'est... Impossible...» -apeurée par son analyse-

« Hum... ca me rapelle la légende de créatures humanoides capables de se transformer en chauve-souris et se repétrant de sang humain. » -ajustant ses lunettes sur le bout de son nez- « Oh, je ne me suis pas présenté. Appelez-moi Mura, hajimemashite. Simple Shinobi qui venait emprunter quelques livres à la bibliothèque. »

Garder son identité secrète pour l'instant était le plus avisé des choix. Nul doute que son alias serait parfait pour enquêter sur ce crime abominable. Mura allait découvrir les mystères de l'école des Shinobi, quoi qu'il lui en coûtât, afin d'assurer de meilleurs lendemains.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Akumu Kurai
Akumu Kurai

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Empty
Lun 1 Juin 2020 - 6:46




Une Journée à l'Académie




__________________________________________
_____________________



La situation était devenue critique. À peine était-elle arrivée à la source de tout ce tumulte que la Kunoichi se voyait être trainée de force dans une situation qui, non seulement dépassait tout entendement, mais aussi envers laquelle elle aurait préféré ne pas être mêlée. Celle qui avait osée espérer entrer et ressortir du bâtiment le plus vite possible était maintenant non seulement un témoin dans toute l'affaire en cours, mais elle fut aussi désigner aléatoirement par une tierce personne afin d'aider à bouger l’hystérique qui avait été première témoin de toute cette scène semblait-il. Laissant néanmoins un shinobi un peu plus costaud qu'elle prendre sa place en tant que patère humaine, elle fit quelques pas de côté afin de se dissocier de la foule qui s'accumulait maintenant dans les corridors. Se rapprochant de l'encadré de la porte ouverte, elle ouvrit son ombrelle et la posa sur son épaule, cachant littéralement la vue à tous ceux qui tentaient de voir ce qui s'y passait. Geste qui lui valut quelques huées d'indignation, mais qui restait pour l'instant plus que nécessaire. Il fallait éviter d'ébruiter la chose encore plus, mais aussi dissimuler la scène à ceux qui n'avaient rien à faire ici…ce qui voulait dire la plupart d'entre-eux.

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Kurai_18
-Kurai
S'il-vous-plaît, veuillez reculer et attendre qu'un responsable de l'établissement ou un haut-gradé se présente avant de risquer de contaminer la scène. Restez calme et ne sautez pas aux conclusions...

Bien entendu, la jeune femme dû hausser le ton afin de se faire entendre, mais sa voix restait tout de même douce et rassurante. Ce genre de situation se devait d'être résolue dans le calme et la patience, l'excitation et la peur ne devait pas prendre le dessus sur la raison. Les nouveaux élèves de l'académie feraient mieux de voir la situation comme un exercice en temps réel afin de démontrer qu'ils avaient ce qu'il fallait pour réagir correctement durant ce genre d'événement. C'était le moment pour eux de démontrer qu'ils étaient à la hauteur de ce que l'on attendait de la part d'un Shinobi…en ce qui concernait le control de soi en situation de crise.

Ce ne fut donc qu'à l'arrivée de la médecin qu'elle releva son ombrelle afin de la laisser entrer…elle et l'autre que l'on avait désigner pour aller la chercher. Ne faisant que les saluer d'un bref signe de tête, elle referma le passage par la suite en s'interposant entre eux et la foule qui commençait à se calmer. Gardant un œil et une oreille attentive au verdict qui s'en suivit, Kurai releva les sourcils suit à l'annonce sur l'état de la dépouille. Quelque chose, selon elle, clochait dans ce scénario


Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Kurai_18
-Kurai
…et tout ceci se serait passer sous le nez de tous? Un e personne morte depuis deux heures à peine et totalement vidée de son sang, ici à l'académie? Peut-on vérifier avec la morgue s'il ne leur manquerait pas un corps nouvellement arrivé et qu'il ne s'agit pas d'un coup tordu d'un élève mal intentionné? La situation me semble surréaliste pour être sincère…




_________________
Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Thumb211
Revenir en haut Aller en bas
Kaichō Kuro
Kaichō Kuro

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Empty
Lun 1 Juin 2020 - 17:36
Kuro soupira tout en pressant sa voute nasale de deux doigts, comme pour chasser un mal de crâne naissant. Cette journée pourtant très ordinaire jusque-là se transformait en une enquête digne des plus grands polars. Toujours dérangé par la scène de crime, le jeune homme n’osait pas entrer avant l’arrivé du médecin pour ne pas contaminer l’état des lieux. Malgré tout, son esprit curieux s’emballait et stimulait l’enquêteur qui sommeillait en lui. Le bureau en désordre laissait penser que son agresseur cherchait peut-être quelque chose dans le bureau du professeur. S’agissait-il d’un vol qui s’était mal terminée? Ce meurtre était-il prémédité ou ne s’agissait-il que d’un fâcheux hasard de circonstance? Mais l’absence de sang ne collait pas du tout avec cette théorie du hasard. Une confrontation violente aurait forcément mené à des lésions beaucoup plus visibles…Du moins c’est ce que l’Ébène pensait. Il ne pourrait pas être rassuré sans l’avis du médecin. D’ailleurs, Kuro espérait de tout cœur que le binoclard désigné ne tarderait pas à revenir accompagné, car une petite foule de curieux commençait à s’agglutiner dans le couloir autour du bureau du décédé. Cela ne l’étonnait guère, les rumeurs et les mots circulaient plus vide entre les murs de l’Académie que le vent lui-même. Ce qui avait commencé localiser dans la petite cour intérieure s’était propagé comme une épidémie dans l’enceinte du lieu de savoir. Heureusement, la jeune femme que Kuro avait désigné pour l’aider pris rapidement les devant, ouvrant sa grande ombrelle pour dissimuler l’ouverture du bureau et ainsi déplaire au plus fouineur. Au bout de longues minutes, le Kaichô aperçut le binoclard suivis d’une jeune femme apparaitre à l’autre bout du corridor. Immédiatement, il se positionna entre la foule et sa camarade au parapluie pour tenter de disperser les curieux.
« Poussez-vous, laissez-les passer ! » dit-il avec autorité pour faire dégager les plus jeunes élèves qui ne démordaient pas à vouloir entrevoir le corps du professeur.
Une fois à l’intérieur, l’Eisei-nin fit tomber son verdict après quelques minutes d’observation du cadavre. Le professeur était mort depuis deux heures environs et, le plus étrange, l’absence de sang n’était pas que sur la scène de crime, le corps en était complètement dépourvu. Ce détail fit sourciller Kuro et piqua sa curiosité de plus belle. Chacun y alla de ses théories pour expliquer la situation, Mura optant plutôt pour l’hypothèse la plus folle d’une attaque de créature légendaire, tandis que sa collègue aux cheveux clairs opta pour la rationalité – peut être un peu trop naïve – d’une mauvaise blague de la part d’un étudiant. Mais ou se trouvait la réalité? Quelque part entre les deux? L’Ébène ne voulait écarter aucune théorie pour le moment.
« Une mauvaise blague? Les élèves de l’Académie ont-ils vraiment l’esprit assez tordu pour faire ça? Le corps n’est à première vue pas sous Henge, donc s’il s’agit bien d’un corps dérobé, quelqu’un baignant dans les arts occultes de la nécromancie serait responsable du changement d’apparence. » répondit-il d’abord à la jeune femme. « Et pourquoi des créatures de contes pour enfant traîneraient dans les corridors de l’école pour s’en prendre à un professeur? » ajouta-t-il en se détournant vers le jeune homme qui s’était maintenant présenté sous le nom de Mura. « Dans les deux cas, un voyage à la morgue pourrait nous apporter réponse…Le légiste pourrait nous éclairer, que se soit sur un vol de corps ou peut-être que ce n’est pas la première fois qu’une telle mort survient… » Continuant son monologue, Kuro s’approcha maintenant de la kunoichi médecin. « Une théorie sur comment le sang aurait pu être extrait? Y-a-t-il des marques sur le corps? Ou des traces laissant présager de la nécromancie? »

« À première vue, rien de tout cela, mais il faudra effectuer une autopsie complète pour avoir toutes les réponses, je ne peux rien vous dire de plus dans l’état. Si quelqu’un veut bien m’accompagner à la morgue avec la dépouille, nous pourrons mener l’autopsie avec le légiste. »
Laissant le soin aux deux autres enquêteurs amateurs de décider s’ils se portaient volontaires pour visiter la morgue, Kuro décida plutôt de conserver son attention sur la scène de crime et les motifs de ce dernier. Pourquoi un nécromancien ou une créature vampirique en voudrait à un professeur à première vue ordinaire? Le fouillis du bureau lui semblait presque orchestré, trop « propre », peut-être s’agissait-il d’une fausse piste…sans savoir si quelque chose avait réellement été volé, il était difficile de le dire. Le jeune homme avait besoin de quelqu’un qui connaissait bien le professeur pour éclairer sa lanterne…Il soupira de nouveau et se retourna vers la grande chagriné qui se vidait toujours des ses larmes dans le couloir. Elle était pour l’instant sa seule solution. Kuro s’approcha d’elle, non pas pour la rassurer de nouveau, mais pour attendre que le corps du professeur quitte la scène de crime afin de pouvoir commencer son interrogatoire.

_________________
Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Signat10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9338-kaicho-kuro-100-termine
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Empty
Mer 3 Juin 2020 - 0:26
Une Journée à l'académie
Muramasa x Kuro x Kurai

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





La terreur planait sur la paisible académie Hashira, où les mystères virevoltaient avec allégresse. La rumeur se rependait avec facétie comme une traînée de poudre, tandis que les pires ragots commençaient à exulter dans les méandres sinueux d'une mer aux profondeurs abyssales. Tandis que Muramasa évoquait les légendes de naguère, la femme à l'ombrelle - qui voilait les étoiles pernicieuses - préférait la voix de la raison. Comment un Jiangshi pouvait se balader dans les couloirs d'un prestigieux établissement aux yeux et à la barbe des Genins joufflus. Pire encore, sucer le sang des bons et honnêtes professeurs ? L'homme au torse viril essayait de disperser les ténèbres afin que la vérité éclate, mais l'experte du scalpel et des piqûres ne pouvait pas s'avancer sur les causes de la mort sans une autopsie en bonne et due forme.

« Un détraqué, un nécromant, un suceur de sang, ou bien pire encore... Hâtons-nous de découvrir la vérité. » -se tournant vers la gourgandine en blouse blanche, le parangon se proposait de l'accompagner-« Permettez-moi de vous accompagner, oujo-san. »

Haussant les épaules, l'infirmière à mi-temps hocha la tête en se demandant quel était cet hurluberlu ayant trop lu de contes Yuukanites.

« Ne touchez pas la scène, je vais prévenir les experts et faire dépêcher un spécialiste en autopsie. » -expliquant à quel point il était primordial de ne pas déplacer impunément la dépouille et l'environnement déjà saccagé-

Muramasa emboîtait le pas - à défaut d'autre chose - de la demoiselle experte en médecine, mais prit l'instant de dires quelques mots aux deux défenseurs de la justice qui semblaient remuer ciel et terre afin de lutter contre la barbarie.

« On va tâcher de faire vite, mais ce qui me vient à l'esprit, c'est qu'il s'agit peut-être d'un crime passionnel. La relation qu'entretenaient la victime et cette pauvre femme n'était sûrement pas au goût de tous. La jalousie mène à la colère, puis à l'irrémédiable... » -dit-il, tout en réajustant ses lunettes sur son nez avant de disparaître -

L'hystérique pleurait comme une madeleine, se morvant dessus de façon assez triste pour en être inquiétant.Toute cette affaire état sinistre, mais une aura bien plus sombre et pernicieuse scintillait sur cette rocambolesque tragédie qui était digne des contes Yuukanites les plus horrifiques.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Akumu Kurai
Akumu Kurai

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Empty
Dim 14 Juin 2020 - 7:59




Une Journée à l'Académie




__________________________________________
_____________________



La Kunoichi haussa un sourcil en voyant le déroulement des événements. Selon elle, la situation était trop poussée pour qu'elle puisse réellement faire quoique ce soit afin d'aider autre que d'émettre des hypothèses et se servir de la simple logique lors de la prise de décision. Ses compétences ne lui permettait pas de faire autrement, malheureusement, et si ramener le corps au légiste était bel et bieb la meilleure chose à faire, elle savait que trop bien que dans ce genre de situation, ce n'était pas à elle, simple Genin, de se pencher sur ce genre de cas. Les autorités responsables devaient être avertis de la sotuation et les mesures et précautions reprendraient avec ceux qui étaient assigner à ce genre de tâche.

Peut-être aurait-elle l'air du genre de femme à ne pas prendre les initiatives à première vue, mais Kurai préférait largement laisser son égo de côté dans ce genre de situation et simplement référer à ses superviseurs. Il y avait à peine deux semaine qu'elle sortait de l'académie après tout. D'autant plus que l'une de ces personnes semblait préférer se lancer dans des histoires, explications et théories abracadabrantes au sujet de créatures fantastiques. Les choses ne pourraient que mal tournées si la réalité venait à en être déformée.


Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Kurai_18
-Kurai
…personnellement je ne crois pas que se lancer dans cette enquête soit la meilleure décision à prendre. Je sors à peine de l'académie et un cas comme celui-ci est beaucoup trop nébuleux eyt important pour moi. La seule aide que je puisse apporter serait d'aller au bureau administratif et faire un rapport sur notre découverte. Un Jonin doit être avertis, et les mesures nécessaires prises en charges.

Sur ce, la jeune femme referma son ombrelle tout en se re-dirigeant vers l'entrée d'où elle venait d'arriver. Pendant un instant, elle balaya la pièce du regard, comme si elle cherchait des indices. À prioris, rien ne semblait anormal...enfin...autre que le corps inertes encore pris en charge par les deux autres Shinobis.

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Kurai_18
-Kurai
Je me rend donc dans les bureaux afin d'en informer les responsables et m'assurerai que l'on envoit une équipe spécialisée s'occuper de l'affaire. Un cadavre dans l'académie n'est pas à prendre à la légère




_________________
Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Thumb211
Revenir en haut Aller en bas
Kaichō Kuro
Kaichō Kuro

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Empty
Mar 16 Juin 2020 - 18:33
Le jeune Kuro croyait pouvoir compter sur la retraite de la kunoichi experte dans l’art de la médecin avec le corps du professeur tristement défunt, mais celle-ci décida qu’il valait mieux faire venir le légiste à eux plutôt que l’inverse. Question de ne rien abimer de la scène de crime. Bien que cette attention aux détails frustes le Genin au plus au moins, il devait se rendre à l’évidence que l’eisei-nin avait bien raison. S’il aurait aimé adopter les méthodes moins subtiles et plus directes avec lesquels il réglait autrefois ce genre de situation à Murashigure, il en convenait qu’il n’était pas propice de s’y remettre en ces lieux sacro-saint qu’étaient l’Académie et le village d’Iwa. Encore une fois, ce n’est pas lui qui s’adaptait de son propre chef, mais le Village qui forçait l’adaptation sur lui.

Alors que le binoclard -tout aussi intrigué que lui par cette sordide histoire- et l’infirmière de service allait quitter les lieux pour partir en quête d’un légiste, la jeune femme aux cheveux pastel annonça ses couleurs face à l’enquête, mais préférant opter pour la voix de la raison contrairement à ses deux comparses.

« Très bien. » répondit-il simplement à celle qui n’était visiblement pas friande d’aventures. « Interrogatoire de la témoin, Recherche du légiste et Prévenir la direction. Chacun sait quoi faire! » annonça-t-il ensuite avec un brin de fierté et d’autorité dans la voix, comme s’il était inspecteur en chef.

Maintenant que ses compagnons l’avaient quitté, Kuro allait pouvoir débuter son interrogatoire. La jeune pleurnicharde était à priori la seule personne à être entré en contact avec le corps du défunt depuis l’incident. Ses sanglots incessants lui paraissent beaucoup trop intenses et émotifs pour qu’elle ne puisse être qu’une simple témoin ou une simple connaissance du professeur. Il devait y avoir quelque chose qui les unissait tous les deux, le jeune homme aurait pu y mettre sa main au feu. Personne ne réagissait de la sorte à la mort d’un pur inconnu. Le Kaisho referma la porte du bureau, ne voulant laisser à personne l’occasion de se faufiler sur la scène de crime le temps qu’il ne s’occupe de la jeune femme. Il s’approcha d’elle d’un pas rassurant et s’accroupie à son niveau.

« Tout ira bien, les secours arrivent. Dites-moi, quel est votre nom? » lui dit-il en toute simplicité d’une voix calme et rassurante.

« Sa..S..Sakura. » répondit-elle étouffant un nouveau sanglot.

« Moi c’est Kuro. » Le jeune homme s’approcha alors plus qu’il ne l’avait fait juste avant, s’immisçant dans l’espace vital de la jeune étudiante et déposa avec délicatesse sa main contre son épaule. « Tout ira bien Sakura-san. Je suis là pour vous. »

La jeune femme laissa échapper un frisson, presque imperceptible entre ses sanglots. « M..Merci Kuro-san. »

Dans l’audience toujours aussi présente, mais maintenant un peu plus à l’écart de la scène de crime, l’une des jeunes femmes qui s’étaient éprissent du Ténébreux s’évanouit, provoquant une nouvelle commotion à laquelle Kuro ne porta absolument aucune attention. Son regard perçant était rivé dans celui de Sakura. « Cela semble très difficile pour vous. Vous connaissiez bien le professeur Benimaru? » dit-il, souriant, tout en essuyant une larme naissante sur le visage de la jeune femme du bout d’un doigt.

« Ou..Oui. Il a été mon premier sensei à l’Académie. Et il me donnait des leçons privées en Fuinjutsu. »

« C’est à l’une de ces leçons que vous vous rendiez lorsque vous l’avez trouvé? »

« Non… » répondit-elle timidement, comme gêné par sa réponse.

Kuro replongea son regard ténébreux dans celui de Sakura. Il tenait quelque chose, il devait lui faire cracher le morceau avant qu’elle ne se referme comme une huître en déroute.

« C’était mon anniversaire hier…Benimaru-sama m’a demandé de le rejoindre parce qu’il avait un cadeau à m’offrir. »

La jeune femme plongea sa main dans sa besace et en extirpa un bout de parchemin froissé qu’elle donna aussitôt à Kuro. Sakura-san. En cette journée d’anniversaire, mes pensées sont avec vous. Venez me rencontrer demain après la première classe, je vous ai préparé un petit cadeau pour célébrer cette occasion bien spéciale. B. À cette lecture le Genin ne put s’empêcher d’hausser un sourcil d’étonnement. Un professeur plutôt âgé…Une jeune étudiante sous sa tutelle…Des rencontres privées…Des cadeaux…Le flair d’enquêteur du jeune Genin était émoustillé par toute cette affaire. Avait-il vraiment à faire à une sordide histoire de Vampire et de Nécromant? À la lumière de ce court interrogatoire, Kuro en doutait de plus en plus. Ne s’agissait-il pas plutôt d’une simple histoire de cœur? Un triangle amoureux peut-être…L’homme était-il marié? L’enquêteur en herbe n’avait pas remarqué d’alliance à son doigt, mais la tromperie était possible, il n’avait pas pu porter attention avec précision à la débouille. Si épouse il n’avait pas, une autre étudiante éprise de lui certainement.

_________________
Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Signat10


Dernière édition par Kaichō Kuro le Jeu 9 Juil 2020 - 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9338-kaicho-kuro-100-termine
Borukan Muramasa
Borukan Muramasa

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai) Empty
Ven 19 Juin 2020 - 23:01
Une Journée à l'académie
Muramasa x Kuro x Kurai

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





L'expédition traversait les sombres ruelles rocheuses afin d'aller quérir l'aide inestimable d'un légiste en mesure de les aider dans leur quête ineffable de justice, tandis que la scène de crime était encore fumante alors que le coupable gagnait un temps précieux qui lui permettrait de fuir tel un fantôme se fondant dans les ténèbres. L'infirmière repensait à cette incroyable scénario qui tenait du genre littéraire le plus fantasmagorique, mais le Borukan était déjà en mesure réfléchir en profondeur à ce crime odieux qui était sans nul doute l'acte d'un détraqué. Arrivant enfin chez le légiste, la voix tressaillante de la greluche en blouse blanche demandait l'envoi d'une escouade capable d'analyser la scène de crime afin de déchirer le voile de mystère obstruant la quintessence de la vérité.

Apparaissant tel des prestidigitateurs venu des contrées insondables, trois énergumènes se ressemblant comme des gouttes d'eau une nuit d'averse se présentaient avec vaillance pour la singulière requête.

« Un corps retrouvé sans une goutte de sang ? . » -dit-il, un air dubitatif et désabusé sur ses traits, avant de se retourner vers son collègue- « Vous avez entendu, Ni-chan et San-San ! Préparez le matos !. »

Muramasa fixait l'étrange trinité, demeurant songeur. L'infirmière reprenait à peine son souffle qu'il fallait déjà repartir en direction de la terre profanée en compagnie des hurluberlus. Décidément, la médecine était sombre et emplit de terreurs.

Revenant avec une allégresse sans faille, la troupe des arts obscures pénétrait dans le sanctuaire Hashirique avec panache. Une telle prestance ne pouvait que se faire montre en présence d'un Iroujutsu aussi vespéral que la voie lactée se baigne dans un océan d'encre abyssal. Conduisant les légistes chevronnés à travers le labyrinthe diabolique; l'infirmière radotait qu'elle n'aurait jamais dû prendre ce travail à mi-temps qui commençait à la rendre dingue. Selon ses dires, les Genin joufflus étaient tous des pervers se faisant mal exprès pour satisfaire leurs fantasmes tournant autour des légendes des anges en blouse blanche et les professeurs étaient encore pires.

Tappant à la porte indiquée par la pauvre femme surmenée, les experts pénétraient dans les lieux sous les regards médusés des élèves qui traînaient dans le couloir en quête de délicieux ragots à se mettre sous la dent.

« On a ramené les légistes. » -réajustant ses lunettes sur son nez -


Les incorruptibles adeptes de la science se dispersaient dans le bureau avec une précision chirurgicale à la recherche du moindre indice avant de s’intéresser plus précisément à la dépouille qui gisait inerte au sol. Passant au peigne fin le moindre recoin avec frénésie, comme s'ils étaient possédés, le trio arrivait rapidement à une conclusion mitigée. Nada. Ichi, le plus farouche légiste de l'escouade examinait la dépouille, tandis que Ni et San s'entretenaient entre eux en gribouillant sur leurs calepins respectifs.

Après un examen approfondi grâce à son talent et son esprit de déduction peu commun, l’aîné des trois frères se tournait vers Kuro et la femme hystérique qui avaient été témoin du talent des triplets.

« Heure du décès... Il y a un peu plus de deux heures. Mort par exsanguination. La victime est morte lentement et dans d'atroces souffrances. deux plaies à peine visibles au niveau de la carotide. Il a donc été entièrement vidé de son sang... » -faisant un constat détaillé de son analyse- «Il s'agit donc d'un crime, sans l'ombre d'un doute. »


La situation était terrible et désopilante, car un dangereux meurtrier hantait les couloirs de la prestigieuse académie. Muramasa ne comprenait pas qui pouvait être assez fou pour commettre un acte aussi perfide au nez et à la barbe de tous, mais la question était de savoir au plus vite les raisons qui motivaient ce meurtre et le modus operandi employé. Peut-être qu'il ne s'agissait que le premier méfait d'une longue série d'homicides plus macabres les uns que les autres.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676

Une journée à l'Académie (PV Mura/Kurai)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Académie Hashira
Sauter vers: