Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Le Bâtard et la Pile [Sad]

Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Lun 25 Mai 2020 - 18:18
~ En l'an 202


Une journée comme les autres, me disais-je alors en sortant d'un de ces énièmes cours de méditation de la journée. Mes parents s'étaient mis en tête de m'apprendre la Voie, et ainsi me détourner des phénomènes bien étranges qui commençaient à m'entourer depuis quelques temps déjà. A plusieurs reprises déjà, je m'étais surpris à émettre de l'électricité à travers mon corps lors de moments d'émotions -que ce soit d'excitations, de colère ou de tristesse. Toutefois, contrairement à ce que l'on pouvait habituellement voir chez les shinobis, je n'avais besoin d'aucun signe incantatoire pour se faire. Il m'arrivait parfois même involontairement de transformer une partie de mon corps en foudre lors de mes entraînements contre mes partenaires de combat. C'était un phénomène que personne ne semblait comprendre dans mon entourage proche, et au lieu d'essayer de m'aider à contrôler ce don, ils en avaient peur. Et ils préféraient me farcir l'esprit avec des exercices de méditations et des théories sur ce que devrait être le Bushido selon eux. Bien souvent je ne les écoutais qu'à moitié, mais aujourd'hui particulièrement, j'avais décidé de m'éclipser de la résidence familiale.

Cela faisait bien longtemps que je ne m'étais pas entraîner à la pratique du sabre, que je n'avais pas croisé le fer. Et tous les membres avec lesquels je m'entraînais d'habitude préféraient désormais éviter le moindre contact avec moi, de peur de subir la colère des cieux qui s'échappait sans le moindre contrôle de mon corps. Soupirant, je pris mon katana que j'avais surnommé Thunderbird, et glissant la lame dans son fourreau je me dirigeai vers l'un des nombreux dojos d'entraînement. J'espérais ne croiser que des gens que je ne connaissais pas, et avec lesquels je pourrais m'entraîner, mais mes dessins ne semblaient pas tenir sur la toile de mes espoirs. Les lieux d'entraînements que je visitais étaient tous, sans exceptions, remplis de personnes qui connaissaient mon penchant pour le combat et mes tendances électriques. Je ne pris même pas la peine de demander, leurs regards de mépris et de défiance parlaient pour eux.

Je décidai donc de m'éloigner un peu des centres d'entraînements pour laisser le vent et mon instinct mener mes pas. Les mains dans les poches, je me mis à courir en montant sur les hauteurs du Pays du Fer, et je comptais m'installer sur une des hautes montagnes pour pratiquer mon art de manier l'épée. L'air frais se raréfiait un peu, mais c'en était que mieux paraissait-il pour s'entraîner. Mais lorsque j'arrivai au lieu voulu, je remarquai bien vite que je n'étais pas seul à avoir eu l'idée de venir ici. D'un air curieux et sans la moindre hésitation, je m'approchai de l'inconnu en tentant de voir de qui il s'agissait. Mais alors que je me rapprochais de l'homme en question, je me rendis compte que ce dernier était un géant. Du haut de mon mètre soixante-sept, ce dernier me dépassait de plusieurs têtes. De quoi me faire paraître encore plus enfantin que je ne l'étais déjà. Une énorme épée l'accompagnait, et cette dernière devait faire approximativement sa taille, sans l'ombre d'un doute. Ecarquillant les yeux avec amusement, j'interpellai le jeune homme d'imposante carrure.

-Hey M'sieur le géant ! Vous vous battez avec cette épée énorme ? Comment vous arrivez à faire ça ?

S'il pouvait manier une si grosse arme, cela voulait certainement dire qu'il était fort. Je ne savais pas jusqu'à quel point, mais cela pourrait être intéressant de le découvrir. Mais je regardai un peu plus l'espadon qu'il portait, et haussant un de mes sourcils, je grattouillai mon menton d'un air pensif. Je n'avais pas l'habitude de voir des samouraïs avec ce genre d'armes, ces derniers utilisant bien plus souvent des katanas et des armes facilement maniables. Mais ce n'était pas le cas de mon adversaire. Son style de combat quant à lui était certainement aussi atypique que le mien. Mais pour être sûr, je posai la question à mon interlocuteur.

-Vous êtes bien un samouraï, m'sieur ? Moi j'suis Hikari. J'en avais jamais vu avec ce genre d'épée ! Comment vous faîtes pour recourir aux arts samouraï avec une telle arme ? Vous voudriez bien me montrer ?

Cette dernière question avait été posée avec un grand sourire alors que je dégainais mon épée pour inviter mon adversaire à en faire de même. Sur la lame de mon katana courait un long éclair bleu, du pommeau jusqu'à la pointe, et si c'était un indicateur plutôt parlant, je doutais que les suppositions de mon interlocuteur le mènent directement à mon affinité.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Sad
Sad

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Mar 26 Mai 2020 - 13:44
Le Bâtard et la Pile


Le Bâtard et la Pile [Sad] Manj
Le Bâtard et la Pile [Sad] 3f41

Ces temps-ci, le samouraï ne chassait pas, un peu fatigué de ses derniers combats, les ramifications qui en découlèrent sur son corps et son âme l'y pesèrent si durement qu'il éprouva le besoin de s'octroyer quelques jours de glandage dans la montagne ; histoire de se ressourcer. S'envolant là où personne normalement ne viendrait le trouver, il y passait depuis quelques jours des moments paisibles au coin du feu, à se gaver d'antalgiques et à méditer sur l'existence. Bien sûr de temps à autre, pour ne pas rouiller il faisait un peu d'exercice, mais ce n'était jamais très intense ; de toute façon depuis 8 ans qu'il avait perdu l'usage de son bras gauche, il n'escomptait plus retrouver sa forme ou sa puissance d'antan, il s'y était simplement fait. Le port de l'armure était de toute façon déjà un entrainement en soi à devoir la porter sans cesse.

Assis et plutôt tranquille jusque-là, tandis qu'il se chauffait auprès de son feu, que ne fut pas sa surprise lorsqu'il entendit un peu derrière lui le timbre d'un adolescent, l'interpellant sans forme de politesse et avec l'entrain de la passionnée jeunesse. Sad ne répondit pas sur l'instant et à peine il tournait la tête, que les questions fusèrent sur lui avec autant d'énergie. "C'est qui ce babouin d'où il vient ?" Pensa-t-il sur le moment en fixant cet énergumène sortit de nulle part. Se présentant rapidement, il fut surtout intéressé par Marche Abysse, l'espadon du bâtard siégeant à côté de lui. Devinant qu'il fut samouraï, il était relativement étonné et lui en réclamait des explications. Pendant un bon moment, le bâtard n'eut cure de garçonnet et escomptait le rembarrer séance tenante pour reprendre ses méditions. Hélas, l'adolescent n'en restât pas là et acheva son intronisation en brandissant un katana tout couvert de foudre. Il voulait, disait-il, absolument une démonstration. Un geste de trop, car qui sortait son arme devrait s'attendre toujours à devoir s'en servir.

« T'es un petit fifou toi... Hikari donc c'est ça ? Tu provoques toujours des mecs croisés au hasard comme ça ? T'es pas un peu dingue ? »



Puisqu'il avait l'air un peu jeune et moins expérimenté, mais aussi déterminé, le samouraï jugea qu'il devrait se montrer un peu souple et ne pas le couper en deux directement. Le but lorsqu'il se relevait et brandissait son espadon, étant bien plus de le renvoyer chez maman que de lui faire une démonstration, au regard il ne cacha pas la flemmardise et le peu de considération qu'il avait pour cet inconnu, du moins pour le moment.

« Je tue depuis que j'ai 8 ans, t'ajouter à mon tableau ne changera rien pour moi. Tu veux vraiment une démonstration ? Alors je vais t'en donner une. Allez, viens attaque moi, tu verras ce que tu veux voir. »



Calmement donc, maintenant debout et l'espadon brandit face à lui, le samouraï patienta en se faisant parcourir lui-même d'un chakra raïton. Il en jaillissait de son corps à lui aussi une aura bleue, mais parsemé de très violents éclairs qui firent la preuve qu'il était lui-même manipulateur de la foudre. Le bras ballant, il écartait ensuite les jambes et se tint fermement sur ses appuis en reposant l'espadon sur son épaule, si grande qu'elle était, elle était même dans cette position pointée vers l'adolescent et fort menaçante. Sad n'était pas un homme des plus agréable et guère réputé pour retenir ses coups. Il doutait donc que le jeune homme se rendit bien compte de l'énergumène qu'il venait de provoquer.


Le Bâtard et la Pile [Sad] Hqdefault

Armes et Techniques:
 

_________________

Le Bâtard et la Pile [Sad] L15d
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9147-sad-le-batard#77164 https://www.ascentofshinobi.com/t8397-iwa-equipe-cataclysme-toph-rika-takeru https://www.ascentofshinobi.com/t9166-dossier-de-sad#77294
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Mar 26 Mai 2020 - 20:39
Le géant se retourna vers moi, et pendant un instant il ne dit rien. Etait-ce de l'hésitation, de la surprise ou de l'incrédulité ? Je ne pouvais le savoir. Je penchai la tête sur le côté, curieux de savoir ce qui dérangeait l'inconnu à l'espadon, avant de me rappeler que la plus part des gens n'abordaient pas des inconnus ainsi. Quelques mètres plus loin, une lueur orangée illuminait la partie de la montagne sur laquelle nous étions, et de là où j'étais, je pouvais presque goûter à la chaleur réconfortante des flammes. Mais bien que ce serait une vraie aubaine, je connaissais un autre moyen de me réchauffer, et ce dernier était déjà en train de prendre effet alors que mon sang bouillonnait dans mes veines. Après quelques instants à me fixer sans rien dire, j'obtins finalement une réponse de l'homme à capuche après avoir dégainé mon katana. Je ne pouvais bien voir son visage, la lumière du feu propageant une ombre renforçant celle que créait naturellement la capuche sur son visage. Je ne discernait que très vaguement les traits du géant, mais ce n'était pas un soucis. Sa réponse ne se fit pas attendre une fois que mon katana fut brandit.

-Ça m'arrive oui, et on me traite souvent de fous. Mais c'pas bien grave n'est-ce pas ?

Cette dernière phrase avait été dite avec un grand sourire. J'avais été affublé d'un tas de nom au cours de mes années à Tetsu no Kuni. Notamment pour mon amour du combat et mes facultés un peu étranges. J'avais par ailleurs un style de combat qui divergeait un peu de celui des samouraïs classiques, mais ce dernier me convenait bien mieux que le style plus rigide de ces derniers. Mais là n'était pas la question. Il se mit face à moi, et brandissant son immense épée dans ma direction avec une flemme qu'il dissimulait à peine, il me lança quelques mots qui me firent hausser un sourcil. Du haut de mes dix-sept ans, je penchai la tête sur le côté d'un air enfantin avant de rajouter avec un sourire.

-Non merci m'sieur ! Je veux pas mourir s'vous plaît ! Je veux juste voir comment combat d'autres samouraï et devenir plus fort.

Il prit alors position face à moi, et assez rapidement par la suite, des éclairs jaillirent de son corps et le recouvrirent, claquant comme la foudre qui régnait dans les cieux. J'ouvris grands les yeux et affichai un sourire qui s'étirait volontiers jusqu'à mes oreilles. Du "raiton" si je ne me trompais pas ! C'était ainsi qu'était appelé la foudre créée par les hommes, grâce à l'affinité naturelle de leur chakra pour un des cinq éléments de la nature. La même nature de chakra que la mienne. Ce combat allait être décidément bien plus instructif que je ne le pensais. Mon katana dans une main, mon fourreau dans l'autre, je baissai mon centre de gravité en pliant les genoux.

-Vous manipulez la foudre comme moi m'sieur ! Mais je ne la maîtrise pas bien ! Alors j'apprendrai en vous regardant m'sieur le géant. Merci de bien vouloir m'affronter.

Puis je fis l'une des seules choses que je savais faire avec mon affinité, et concentrant mon énergie dans mon corps, un courant le parcouru à mon tour. Il était loin d'être de l'intensité de celui de mon adversaire, mais ce n'était pas bien grave. Peut-être qu'en le regardant faire, j'en apprendrai plus à propos de mon affinité. Prenant une dernière inspiration, ma vitesse qui avait profité de cette aura électrique autour de moi me servit à me rapprocher rapidement de mon adversaire. Arrivé à sa portée, je sautai pour prendre un peu de hauteur et arriver au niveau de la tête du jeune homme et le frappai rapidement avec la lame de mon katana d'un mouvement vertical. Je m'attendais bien évidemment à ce qu'il le pare de sa lame ou qu'il l'esquive, alors rapidement, j'enchaînai avec un second coup de mon autre main tenant le fourreau de mon arme tandis que la première maintenait la pression si nécessaire. Le premier coup visait sa tête, mais le second visait d'avantage ses côtes. Il était grand, alors j'étais certainement plus rapide que lui au vu de ma petite taille. Mais avec tous ces éclairs...il était difficile de savoir.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Sad
Sad

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Mar 26 Mai 2020 - 23:49
Le Bâtard et la Pile


Le Bâtard et la Pile [Sad] Manj
Le Bâtard et la Pile [Sad] 3f41

Patience récompensée, le garçonnet qui ne souhaitait pourtant selon ses dires, pas mourir, approcha promptement du bâtard jusqu'à croiser le fer. Vif et téméraire, l'adolescent ne manqua ni d'ardeur ni d'ingéniosité. Il ne lui manquait même que peu finalement, pour prétendre être une menace face à plus qu'un civil, plus qu'un Shinobi. Jeune pousse, si on ne la cueillait trop tôt, elle donnerait une bien belle fleure, plus belle que celle de la génération à laquelle appartenait Sad. Le poussin souhaitant devenir faucon, il en oublia de tester avant de frapper hélas. Les aléas de l'inexpérience et l'impétuosité de la jeunesse pesait sur lui comme autant de défauts à corriger. S'il avait été l'élève de Sad, celui-ci ce serait montré plus dur encore. Son adversaire n'étant privilégié ni par la taille, ni par le chakra, ni par la force, le bâtard n'était pas encore suffisamment intéressé pour retenir ses coups au point de lui laisser une chance.

Rapide, mais bien moins que lui, il le laissa venir sans user de la portée de son espadon, un seul coup et l'adolescent aurait été fendu en deux, heureusement, la gratuité du sang n'apaisait pas les maux dont souffrait le vieux soldat qui gardait malgré ses nombreux travers une certaine forme de noblesse, ultime parcelle d'humanité à laquelle il s'accrochait désespérément. Alors, lorsque le katana d'Ikari tentait, du bout de sa main, de venir le trancher, le samouraï planta simplement son espadon dans le sol devant lui, faisant ainsi de son arme un mur et une parade sur laquelle l'arme resterait bloquée net. Malin le garçon n'était cependant pas en reste et se figura pouvoir profiter de sa petite taille de manière utiliser le fourreau dans le même temps pour le cogner contre le buste du grand gaillard qu'il avait en face de lui. Une manœuvre magnifique pour un si jeune guerrier et qui rehaussait un peu l'intérêt du vieux soldat, mais pas au point de le déstabiliser encore, risquait cependant de déjà l'emmener à sa perte.

S'appuyant d'une main sur le pommeau de son espadon, il s'en servit de pilier pour faire un bon alors qu'ainsi, il esquivait le coup de fourreau et tenait toujours le katana du garçon contre son espadon, il finissait par décocher un violent coup de pied en direction de son crâne, directement par le haut. Un coup de talon emporté par un mouvement de salto appuyé sur l'espadon en somme, un geste acrobatique relativement simple, mais bien souvent surprenant et finement réalisé pour correspondre au timing il fallait dire.


Armes et Techniques:
 

_________________

Le Bâtard et la Pile [Sad] L15d
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9147-sad-le-batard#77164 https://www.ascentofshinobi.com/t8397-iwa-equipe-cataclysme-toph-rika-takeru https://www.ascentofshinobi.com/t9166-dossier-de-sad#77294
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Mer 27 Mai 2020 - 12:27
L'affrontement, sans plus de paroles, commença dans un coup de tonnerre. Sur le flanc de cette montagne enneigée, le feu n'était désormais plus les seuls sources de lumières que l'on pouvait apercevoir. Au loin devait briller deux autres points lumineux, d'un bleuté plus intense pour l'un que pour l'autre. Et sans attendre la première attaque que je portai à l'encontre du géant se fit aisément bloquer par ce dernier. Je comptais sur ma petite taille et pour le gêner, et pour le prendre de vitesse, mais je dus rapidement me rendre à l'évidence. Ni son espadon qui semblait peser deux à trois fois plus lourd que mon katana, ni sa taille démesurée ne semblait le ralentir. Et bien plus encore, son manteau foudroyant semblait lui aussi augmenter sa vitesse et bien plus que la mienne. Plantant sa longue épée dans le sol pour contrer mon premier coup avec ma lame, il s'en servit pour bloquer tout accès à son corps de ce côté là avec mon katana.

Mais comment comptait-il m'affronter avec son épée planter dans le sol ? Et alors qu'il bloquait mon coup sans le moindre problème, je me rendis compte qu'il n'utilisait qu'un seul de ses bras pour manier sa lame. Un seul bras, le second semblait pendre inerte sur le côté, balloté par ses mouvements vifs. Je frappai un deuxième coup avec le fourreau de mon katana, mais loin de se laisser surprendre, le géant bondit dans les airs avec une vélocité impressionnante. Prenant appui sur son espadon, il se servit de se dernier pour passer au-dessus de moi, s'élevant comme un oiseau au-dessus de sa proie. Et ses serres, représentées par son pied, fondaient sur moi pour venir me happer. Sa vitesse d'exécution était impressionnante. Je tentai d'esquiver sur le côté, me muant en un amas d'éclair pour pouvoir bouger plus vite, mais c'était loin d'être assez rapide.

Je parvins tout juste à éviter qu'il me frappe le sommet de la tête, mais il me frappa à la place au niveau de la clavicule, et encore un peu et j'avais l'impression qu'il m'avait arraché l'os. La douleur fut cinglante, et dans un grognement de douleur qui n'était qu'un euphémisme au vu de la souffrance, je m'écrasai au sol le souffle coupé par le choc. Incapable de maintenir les éclairs qui me recouvraient, ces derniers se dissipèrent tandis que je lâchais le fourreau que je tenais dans le bras qui avait été frappé. Je restai au sol une seconde, toutefois, serrant les dents, je me relevai promptement sur mes bras. Ou devrais-je dire sur l'un des mes bras, le second accusant encore le coup précédent et sur lequel j'étais impossible de me reposer. Malgré la douleur, un sourire presque diabolique étira mes lèvres avec un petit rire amusé.

-Tu es très fort m'sieur le géant !

Mais je ne comptais pas rester là à ne rien faire sur ce constat. Je voulais voir à quel point il était fort. Toujours au ras du sol, j'en profitai pour tourner rapidement sur moi-même pour tenter de balayer les jambes de mon adversaire. J'étais certes petit, mais je ne manquais ni de force, ni de dextérité, et faire tomber un adversaire ne dépendait que rarement d'une question de puissance. Mais il était bien plus rapide que moi, et je m'attendais à ce qu'il esquive ce dernier. La longueur de son espadon devrait certainement le gêner à si courte portée pour le sortir du sol et le mettre en travers de ma route. Tout du moins je l'espérais. Et immédiatement après ce balayage sommaire, j'enchaînai sans la moindre transition en envoyant de ma main sans préparation préalable un éclair qui visait l'épaule du guerrier au manteau foudroyant. Cet éclair n'était pas bien puissant et servait surtout à donner des fourmillements assez désagréables dans le membre touché. Je pouvais pas faire beaucoup mieux à l'heure actuelle.


Résumé:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Sad
Sad

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Mer 27 Mai 2020 - 17:27
Le Bâtard et la Pile


Le Bâtard et la Pile [Sad] Manj
Le Bâtard et la Pile [Sad] 3f41

Si l'on pouvait reconnaître une qualité à Ikari, ce serait la ténacité. Alors que l’enchaînement de Sad parvint à le toucher et lui causer et lourd dommage, l'adolescent pourtant en si mauvaise posture que la plupart des combattants auraient abandonné, en réclamait encore plus. Le samouraï avait senti la clavicule pliée sous son talon pourtant et avait vu son adversaire tomber au sol en râlant de douleur. La surprise lui fut-elle à le voir désirer continuer qu'il s'y prit admiration, de respect à l’égard de ce qu'il avait considéré jusque-là comme un moustique cherchant à le troubler durant son moment de quiétude.

Se relevant vivement et promptement malgré le mal qui devait maintenant le peser, il tentait de balayer les jambes du samouraï, certainement pour le faire trébucher. Une bonne idée encore une fois et décidément très ingénieux en plus de faire preuve de ténacité. Pour cette fois, Sad ne tenta cependant pas d'esquiver, ni de parer, car sa posture initiale lui fut idéale pour recevoir ce coup. L'espadon toujours planté dans le sol, il s'en servit de troisième jambe, de pilier, de sorte que lorsqu'il recevait le coup, il n'en ressentit qu'un soubresaut, une flexion légère du genou qui n'allait certainement pas jusqu'à le mettre au sol.

Fermement accroché à son arme, Sad toisa de son regard projeté en bas de lui, l'adolescent mal au point qui venait d'échouer une fois encore. En temps normal, pour être honnête, il aurait sûrement achevé son adversaire sans une once de sympathie. Pourtant, là, il ressentit une certaine affection, il éprouva le désir de ne pas humilier un guerrier au potentiel encore inavoué, mais néanmoins terriblement présent. Un encouragement placé au bon moment faisait souvent une énorme différence pour l'avenir de quelqu'un, alors plutôt que de chercher à mettre un terme à ce combat, Sad projeta de le faire durer bien plus longtemps en donnant les moyens à son adversaire de réellement lui résister.

« Au contraire, je ne suis pas si fort que ça »

Rétorqua-t-il lorsqu'il recevait la balayette en bronchant à peine.

« Une seconde... reprit-il ensuite en étant étant lui-même étonné des fourmillements qu'il ressentait maintenant dans son bras à cause de la technique qu'il n'avait pas venu venir. Tiens avale ça, ça ne te guérira pas, mais ça te calmera la douleur, continua-t-il en lui laissant tomber l'un de ses propres antalgique vers la main de son adversaire. »



Là, paisiblement, il confia l'un de ses plus grands secrets au jeune garçon. Lorsque la foudre imprégnait son corps de la sorte, Sad retrouvait l'usage de son bras, malgré une immense douleur qui le pesait à chaque fois que cela se produisait (encore plus vive d'ailleurs avec l'éclair reçu à l'épaule qu'il n'avait pas vu venir). Il évitait normalement de le montrer, car il s'agissait de l'une de ses cartes maîtresses, mais pour cette fois il fit une exception. Tenant son espadon plantée dans le sol de la main droite, il posa la main gauche sur le garçon et lui injecta son raïton dans le corps pour lui octroyer la même capacité de boost de vitesse que lui. Se faisant cela le remettait un peu au niveau et vu qu'il était lui-même manipulateur de raïton, cela était normalement sans risque.

« Relève-toi maintenant, prends du recul, analyse mes mouvements, je sens que tu peux beaucoup plus, beaucoup mieux, ne me déçois pas. »



Tirant enfin l'espadon du sol et la reposant sur le dos, le samouraï fit deux pas vers l'arrière et choisit de laisser se remettre Ikari, de voir ce qu'il allait décider avec cette aide que venait de lui fournir le samouraï, à savoir un énorme boost de vitesse, qui ne durerait cependant, certainement pas longtemps, car la quantité de chakra à contrôler était conséquente et il douta qu'il la maintienne éternellement. Une expérience malgré tout qui lui serait certainement profitable.


Armes et Techniques:
 

_________________

Le Bâtard et la Pile [Sad] L15d
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9147-sad-le-batard#77164 https://www.ascentofshinobi.com/t8397-iwa-equipe-cataclysme-toph-rika-takeru https://www.ascentofshinobi.com/t9166-dossier-de-sad#77294
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Jeu 28 Mai 2020 - 12:45

Mon bras gauche meurtri, je pris une seconde de plus que ce que j'aurais fait habituellement pour me relever. La douleur lancinante qui prenait possession de mon membre m'interdisait tout mouvement brusque ou même lent faisant appel à ce dernier. Mais je n'allais pas abandonner le combat pour autant. Et alors que je me relevais, je croisai le regard surpris de mon adversaire, ce qui ne fit qu'accentuer mon sourire. Ce dernier ne s'attendait certainement pas à me voir me relever, pas après le coup direct que je m'étais pris à l'épaule. Je tentait de profiter de ce moment de surprise pour balayer le sol de ma jambe, et en profiter pour emmener les jambes de mon adversaire par la même occasion. Sans grand succès. En s'appuyant sur son espadon, ce dernier encaissa mon balayage sans le moindre soucis, son genou se plia à peine pour encaisser le choc et amortir les dégâts. Toutefois, ne s'y attendant certainement pas, mon éclair le toucha de plein fouet.

Mais alors que je m'attendais à devoir tenter de me retirer, contractant déjà tous les muscles de mon corps pour ne serait-ce que tenter d'approcher la vitesse de mon adversaire pour m'en tirer, il n'en fit rien. Dans son regard qui semblait à priori dénué de toute émotion, je vis une brève hésitation, et il me répondit d'une manière à laquelle je ne m'attendais pas. Accroupi en dessous de lui, prêt à tout moment à reculer, il déclama qu'il n'était "pas si fort que ça". Je haussai un sourcil. Il était déjà fort, mais il se considérait pas encore assez fort ? J'eus un sourire plein d'entrain. Cela voulait certainement dire qu'il existait des gens encore plus fort que lui. Il tendit alors sa main vers moi, sans la moindre animosité, et la regardant sans comprendre, je vis quelque chose en tomber. Rattrapant rapidement l'objet en plein vol, je me rendis compte que ce n'était rien d'autre qu'une pilule, un médicament ? Il m'expliqua alors que c'était un anti-douleur, un de ceux qu'il utilisait, et sans un mot, je regardai son bras inerte qui devait être la cause de ses médications. Sans broncher, et sans même en demander d'avantage, je me laissai tomber sur mes fesses et j'avalai le médicament. Ne serait-ce que quelques instants plus tard, je sentais que la douleur lancinante dans mon bras s'atténuait. Une gêne subsistait, m'empêchant de lever complètement le bras alors que je le testais, mais la douleur était partie.

-En fait, vous avez l'air méchant, mais vous êtes pas si mauvais qu'ça m'sieur. Au début, j'ai vraiment cru que vous alliez essayer de me tuer, haha !

Puis par un heureux miracle, la main que j'avais cru morte se leva pour venir se poser sur moi. Je fus d'abord surpris de ce geste qui semblait presque paternaliste, avant de comprendre le réel but de ce dernier. Sentant d'abord quelques picotements, mon corps ne tarda pas à se retrouver inonder d'énergie, mes poils se hérissant légèrement ainsi que mes cheveux. Je fus subitement parcouru de nombreux éclairs que je sentais crépiter en moi. Ces éclairs, ce n'étaient pas les miens, et pourtant mon corps semblait les assimiler à une vitesse folle jusqu'à en faire partie de moi. La soudaine montée d'énergie et la douleur qui s'estompait dans mon bras me donna un regain d'énergie, et l'excitation se voyait sur mon visage. J'écoutai attentivement les paroles du géant, que je commençais un peu à voir comme mon mentor, et me relevai en récupérant mon fourreau. En hochant la tête à ses paroles, je testai rapidement ma nouvelle vitesse avec quelques pas sur les côtés, et satisfait, je souris au géant.

-Merci m'sieur ! On va pouvoir continuer.

Je n'avais jamais été aussi rapide. Et certaines techniques de samouraï nécessitaient une vitesse d'exécution plus grande que celle que je possédais alors. Mais avec ce manteau foudroyant qui me recouvrait, j'allais peut-être pouvoir y arriver. Prenant une grande inspiration, bien que mon excitation était encore bien présente extérieurement, je ressentis un certain calme en mon for intérieur. Je rengainai alors mon katana, et pris une grande inspiration, un sourire toujours collé sur mon visage niais. Observer les mouvements de mon adversaire, les analyser. Il était vif, précis, stable sur ses appuis. Si je voulais le surprendre, il allait falloir que je contourne cette stabilité. J'eus alors une idée. Plantant mon fourreau dans le sol, d'un vif et puissant mouvement du bras, je projetai de la terre en direction des yeux de mon adversaire. Immédiatement après, je fonçai vers ce dernier, me muant en éclairs, pour passer dans son dos. Posant ma main sur mon katana toujours dans son fourreau, d'un mouvement que j'avais pratiqué maintes fois sans jamais le réussir, j'exerçai une brève pression de mon pouce sur la garde de mon katana et dans le même temps, je dégainai ma lame pour frapper mon adversaire dans le dos. Tout cela en un seul mouvement. La vitesse de mes mouvements accélérée par ce manteau de chakra de foudre, ce mouvement que je n'avais jamais réussi à faire était maintenant possible...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Sad
Sad

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Ven 29 Mai 2020 - 0:59
Le Bâtard et la Pile


Le Bâtard et la Pile [Sad] Manj
Le Bâtard et la Pile [Sad] 3f41

Aussi acceptait-il donc, le cadeau que lui faisait le samouraï. Muni de cet antidouleur, le jeune homme pouvait se ressaisir et profiter un peu mieux de la foudre qui parcourrait désormais son corps. Surpris, Ikari fit remarquer à Sad qu'il était finalement moins méchant qu'il ne le paraissait. Par-dessus toute chose le sage conseillé d'être bon avait-on paradoxalement enseigné au bâtard avant de le jeter sur un champ de bataille ; la bonté est ce qui ressemble le plus à Dieu pourtant lui avait-on affirmé, et ce qui désarme le plus les hommes. d'aucuns n'en soutiennent des traces dans l'âme, mais ce sont des sillons que l'on ne creuse jamais assez. Là les lèvres et les yeux ne sont pas encore aussi bienveillants qu'ils pourraient l'être, et aucun art ne peut leur donner ce caractère que la culture intérieure de la bonté. Une pensée aimable et douce à l'égard des autres finit par s'empreindre dans la physionomie, et par lui donner un cachet qui attire tous les cœurs. Pourquoi donc alors, que dans l'apparence Sad inspirait le malheur, la violence. Sûrement parce que vivant dans la douleur, mal ininterrompu et rongeur, sur ses traits plus que la bonté, la souffrance figea bien plus ses traits pour s'y pleinement exprimer.

De la bonté il en avait et il luttait contre lui-même chaque jour pour ne pas perdre ce qu'il avait d'humanité. Son instinct lui commandait d'être bon, mais hélas, lorsqu'on est guerrier, qu'importe l'ambition des bonnes actions, c'est toujours finalement le sang qui finit par parler. Honteux à l'égard de lui-même et pour de bien nombreuses raisons, Sad ne releva pas la remarque et se contentât d'attendre le prochain assaut de l'adolescent. Son chakra arrivait à son terme, il le sentait et maintenant que son adversaire avait un avantage égal en vitesse, il ne tiendrait peut-être plus si longtemps que cela la cadence. Que lui importait une défaite, du moment que le potentiel décelé chez Ikari se révélait et qu'il laissait derrière lui, ainsi, un peu de meilleur. La preuve que cela aboutissait se fit dans la succession d’enchaînement à laquelle procéda le Shinobi. Réfléchissant avant d'agir, cette fois il ne fit pas preuve d'une simple ingéniosité, mais d'une véritable stratégie, d'une véritable intelligence.

Ikari en lui envoyant de la terre au visage, força le samouraï à brandir sa lame pour se protéger les yeux, mais trop tard, car commençant à chanceler et la fatigue s'y faisant ressentir par manque de chakra. Là, tout de suite après et subitement, Ikari d'un grand bon fort rapide surgissait dans son dos ; il profitait du boost et il avait bien raison. Sad s'attendait à une charge, mais ne s'attendit pas à ce qu'elle vint de derrière, alors lorsque le Shinobi dégainait pour le trancher et que lui se retournait, sur l'instant il ne fit que penser "pas le temps d'esquiver !" et se fit trancher profondément le buste avant même de pouvoir parer de son énorme espadon. Si rapproché de l'adversaire, il perdait un peu de son avantage car son encombrement devenait justement l'inverse, un désavantage. Le sang gicla de son ventre d'un éclat sur le visage de son adversaire et le samouraï d'instinct, se sentant tressaillant préféra se servir de son arme de manière à s'appuyer dessus après quelques pas de recul. Avant cela heureusement, par habitude sans doute et lorsque l'acier d'Ikari lui passait dans le corps, il frappait du pied le poignet qui tenait le katana dans l'espoir de l'en délester.

Se retrouvant proche encore de quelques pas qu'il venait de faire en arrière. Le samouraï pissait maintenant le sang et se tenait fermement sur son espadon. La douleur de son bras, pourtant maintenant fonctionnel, lui devenait de plus en plus insoutenable et cela ajouté au chakra consommé par son boost l'épuisait sans qu'il ne le pût le cacher. Transpirant et le souffle haletant, un peu recroqueviller sur sa blessure, « pas mal », se permit-il de lâcher pour compliment et esquissant cette fois et enfin, même un petit sourire satisfait. Les éclairs qu'il avait jusque-là sur lui se dissipèrent alors, car autant la douleur à son bras, ainsi que maintenant son vente, que le manque de chakra enfin, ne lui permettait plus de le maintenir.

« Je savais que tu pouvais être bien meilleur que ça... »



Terminait-il, en s'économisant comme il pouvait et songeant à comment recevoir un possible prochain assaut, si le Shinobi souhaitait du moins s'y risquer. Car maintenant qu'il était blessé et épuisé, les dents serrées par la douleur à son bras, il se montrerait à n'en pas douter bien plus farouche, ce qui se lisait d'ailleurs aisément dans un regard perçant, animal, pour ne pas dire prédateur, fixé droit sur celui du Shinobi. Par précaution et ne pas se faire avoir une deuxième stratégie équivoque, fouillant dans une sacoche à sa ceinture et y empoignant ce qu'il y avait cherché, il jetait alors préventivement tout autour de lui tout ce qu'il avait makibishis.Peut-être fort peu utile, mais sur l'instant et dans son état et dans l'urgence, il n'eut pas mieux à opposer.


Armes et Techniques:
 

_________________

Le Bâtard et la Pile [Sad] L15d
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9147-sad-le-batard#77164 https://www.ascentofshinobi.com/t8397-iwa-equipe-cataclysme-toph-rika-takeru https://www.ascentofshinobi.com/t9166-dossier-de-sad#77294
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Ven 29 Mai 2020 - 14:35

Aucun mot ne sortit de sa bouche lorsque j'insinuai au géant qu'il y avait plus de bon en lui qu'il ne laissait en paraître. Ce qui ne fit que confirmer mon image de lui. Pour beaucoup, la bonté et la gentillesse ressemblait bien trop à de la faiblesse pour qu'ils considèrent ma remarque comme un compliment. Surtout dans le monde dans lequel on vivait. Bon nombre d'entre eux auraient certainement pris la mouche, piqués dans leur orgueil machiavélique et leur désir de prouver au monde qu'ils n'étaient pas les faibles que leur imagination leur renvoyait. Le Géant n'en fit rien. Il ne se prit pas d'égo, ni d'intentions mal placées envers moi au fit de ce commentaire. Il décida simplement de ne rien faire, agir comme si je n'avais rien dit. Un petit sourire amusé et content, plein de douceur, se posa sur mon visage. Je commençais à apprécier ce géant sans nom.

Passant ensuite à l'action, mon jet de terre dans le visage de mon adversaire eu pour résultat de faire ce dernier lever sa longue et large lame pour couvrir ses yeux. Dans l'un ou l'autre cas, cela ne pouvait que me servir. Tel un véritable éclair, je fusai dans sa direction, enivré par la sensation merveilleuse que le manteau de foudre me procurait, pour passer derrière lui et frapper de ma lame dans un seul mouvement mon adversaire. Surpris par cet enchaînement, mon adversaire eut à peine le temps de se retourner que ma lame, dans un mouvement fluide, vint entailler sa chair. La traversant avec le minimum de résistance, je ne me rendis même pas compte de la profondeur de l'entaille que j'avais créée, un liquide écarlate s'en échappant pour couvrir mes yeux d'un voile rouge. Ma vision gênée, je ne remarquai même pas le pur mouvement de réflexe de mon adversaire, et même si je l'avais remarqué, le timing ne m'aurait certainement pas permis de faire quoi que ce soit. Une vive douleur frappa mon poignet, celui qui tenait mon katana, et je sentis ma prise se relâcher sur ce dernier alors qu'il quittait ma main pour s'envoler plus loin. Faisant plusieurs bonds en arrière pour reprendre de la distance, j'en profitai pour essuyer promptement mes yeux.

Recouvrant une vue à peu près potable, le son de mon katana se plantant au sol à l'opposée de l'endroit où j'étais actuellement me fit brièvement tourner la tête vers ce dernier. J'envisageai un instant d'aller récupérer ma belle lame, mais mon souffle se faisait court, et ma main droite commençait à trembler. Je ne ressentais aucune douleur dans celle-ci, mais j'avais du mal à fermer le poing, et de ce fait j'aurais certainement du mal à refermer ma prise sur mon sabre. Je ne devais plus trop compter sur ce dernier. Mais alors que je faisais face au guerrier qui avait couvert le terrain entre nous de nombreuses petites étoiles aiguisées, accueillant son compliment avec un grand sourire ravi, mes forces me lâchèrent. Mon genou plia, et essoufflé, je tombai sur ce dernier, me retenant d'une chute certaine que grâce à l'appui que je trouvai sur ma jambe. Mon épaule gauche était mal en point. Ma main droite était mal en point. Et je me rendis compte que c'était ce manteau de chakra qui me vidait aussi rapidement de mes forces. Je ne l'avais eu que quelques secondes, et j'étais déjà à bout. Le Géant qui lui, l'avait depuis bien plus longtemps devait certainement avoir une bien plus grande réserve de chakra que moi. Je désactivai ce dernier, abandonnant cette sensation tout à fait enivrante de vitesse suprême.

-Fiou, c'est bien épuisant tout ça. Mais on n'a pas fini hein ?

Je ne m'étais pas encore rendu compte de la blessure de mon partenaire d'entraînement. Ou plus précisément de sa profondeur, car il était difficile de ne pas remarquer la longue ligne rouge qui passait sur son ventre. Je me mis alors à courir vers le Géant, bien moins rapide que précédemment, et alors que je m'apprêtais à marcher sur les makibishi, je changeai mes pieds et mes jambes en foudre pure. C'était actuellement le mieux que je pouvais faire. Sans me préoccuper des pièces de métal qui jonchaient le sol, je fonçai vers le samouraï le visage remplit d'une expression d'exaltation. J'étais incapable d'utiliser que ce soit mon bras gauche ou ma main droite, mais il me restait encore mes jambes. Arrivant à son niveau, bien plus lent que précédemment, je m'apprêtais à sauter pour lui asséner un coup de pied lorsque je vis les méandres noirs derrière l'écarlate de sa blessure et le sang qui coulait en abondance. J'arrêtai mon coup de pied électrisant bien avant qu'il n'atteigne sa cible, et je reculai à la place.

-Mais t'es gravement blessé m'sieur le géant ! On arrête là. J'ai de quoi désinfecter dans ma saccohe et des bandages aussi ! Je me blesse souvent lors de mes entraînements.

Sans plus de formalité, je courus chercher le nécessaire dans mes affaires pour revenir quelques instants plus tard. Je n'avais pas manquer entre-temps de remarquer toutes les autres balafres , bien plus anciennes, qui parcouraient son corps et son souffle court et difficile. Certainement le contre-coup du sang et de son manteau de chakra énergivore.

-Tu sembles être encore plus casse-coup que moi...Tu as plein de cicatrices partout m'sieur. J'imagine que tu as souvent combattu, tu dois être un samouraï aguerri... Et désolé d'ailleurs, j'avais pas vu que je t'avais si durement touché.

Je proposai donc à celui que je voyais maintenant un peu comme un mentor mon aide pour désinfecter ses blessures et les bander. Il ne mourrait pas de sa blessure, mais cela ne lui ferait pas de bien non plus de rester ainsi. D'un autre côté, avec l'énergie que j'avais dépensé


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Sad
Sad

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Ven 29 Mai 2020 - 17:55
Le Bâtard et la Pile


Le Bâtard et la Pile [Sad] Manj
Le Bâtard et la Pile [Sad] 3f41

Aurait-il pu lui répondre à ce jeune garçon ? Sa passion dépassait en valeur martiale celle du samouraï, qui épuisé, n'aurait peut-être pas su repousser son ultime assaut avant qu'il ne décide de son inassouvissement. Les makibishis ne lui avaient été d'aucune utilité finalement, car découvrant qu'il s'agissait d'un assimilateur, Ikari n'éprouva pas la moindre difficulté à les traverser grâce à ses jambes un instant, faite de foudre. Peut-être aurait-il pu s'en prémunir, peut-être pas, mais vu son état, la preuve en était que la force et sa définition restaient sujette à caution. Ce qu'il avait considéré comme un moustique, se révéla plus dangereux qu'un faucon. Plein de gentillesse, l'adolescent préférait qu'ils en restèrent là et ainsi faisant retomber la tension, Sad se laissait tomber d'épuisement sur les fesses. L'espadon plantée dans le sol à côté de lui, sa main fonctionnelle s’enquérait naturellement de sa blessure en se posant dessus de manière à en limiter le saignement.

Toujours si peu loquace, il demeurait silencieux lorsque le jeune homme proposait de l'aider à panser la plaie, puis s’affairait à s'y exécuter. Ainsi remarquait-il le nombre de blessures déjà subit après moult années de combats, tant que Sad ne les arborait plus comme une fierté, ni même y prêtait une réelle attention :

« Tu sembles être encore plus casse-coup que moi...Tu as plein de cicatrices partout m'sieur. J'imagine que tu as souvent combattu, tu dois être un samouraï aguerri... Et désolé d'ailleurs, j'avais pas vu que je t'avais si durement touché.
— casse-coup ? Ou juste mauvais... Qui sait ? T'excuse pas de bien te battre. Tu m'as blessé, c'est le jeu. Je vais pas t'en vouloir parce que tu m'as prouvé que tu étais meilleur que ce que j'avais cru initialement. N'oublie pas de te soigner toi-même quand même. À ce propos, je m'appelle Sad. Pas de monsieur. Juste Sad. Et je ne suis pas samouraï. Un Bushi tout au plus. Toi tu es donc un assimilateur. Joli don, tu as de la chance. »



Désormais entre les mains d'Ikari, le bâtard n'eut plus grand-chose à faire si ce n'était "de se laisser faire". La plaie n'allait pas le tuer c'était vrai, une blessure de plus c'est tout ce que c'était. Après un moment, il avalait un nouveau cachet antidouleur, plus à cause de son bras que son ventre. S'il n'était pas le meilleur guerrier du monde, gérer la douleur et savoir faire preuve d'endurance, cela on ne pouvait le lui retirer. Une fois désinfecté et la plaie pansée, il fallait maintenant s'occuper du jeune-homme, c'est que cependant les compétences médicales du samouraï était plus que limitées et donc, conséquemment, plutôt que de bricoler quelque chose d'inefficace, il conseillait ce qu'il était normalement pour le mieux au jeune homme :

« Tu devrais redescendre la montagne et aller te faire soigner correctement. T'inquiète pas pour moi, j'ai l'habitude. Je m'en sortirai. Je m'en sors toujours et pourtant tu peux me croire j'ai vécu pire. »



Car Sad, ayant de par son passé et nombre d'erreurs commises, une piètre opinion de lui-même, songea qu'il n'eut déjà plus rien à apporter de bon à cet adolescent prometteur. Plutôt que d'être un poids et de le voir risquer des séquelles parce qu'il aurait trop longtemps attendu avant de se faire correcteur soigné, il préférait le renvoyer d'où il venait.

_________________

Le Bâtard et la Pile [Sad] L15d
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9147-sad-le-batard#77164 https://www.ascentofshinobi.com/t8397-iwa-equipe-cataclysme-toph-rika-takeru https://www.ascentofshinobi.com/t9166-dossier-de-sad#77294
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Dim 31 Mai 2020 - 16:37

Mon top final déclara la fin des hostilités, et avec lui, la tension inhérente à la bataille s’évanouit immédiatement. L’adrénaline s’épuisant rapidement dans notre système, la fatigue se fit sentir tout aussi vite. Relâchant sa technique et faisant taire les éclairs et le manteau bleu qui l’entourait, le géant finit par se laisser tomber au sol, fesses les premières, décidant de prendre un peu de repos là où il le pouvait. Je ne pouvais que comprendre son épuisement, sa technique avait beau augmenté drastiquement la vitesse que l’on pouvait atteindre, elle avait aussi tendance à consommer une énergie folle et mon chakra s’était épuisé à toute vitesse. Lui qui l’avait tenu bien plus longtemps que moi devait en subir les conséquences maintenant. Mes bras lourds d’épuisement, je me rapprochais de l’homme à l’espadon pour lui prodiguer les premiers soins, tandis que ce dernier faisait pression de sa main pour retenir le sang de s’échapper de sa plaie. Sans un mot, il accepta que je l’aide, et rapidement j’entourai son corps de bandage après avoir désinfecté la blessure que je lui avais infligé.

Mes mots, quoi qu’un peu indiscrets pour certains, semblèrent difficilement trouver écho dans le raisonnement de mon partenaire d’entraînement. Plus que de l’humilité, le géant semblait avoir des regrets et réfutaient ce que je disais avec philosophie. Cette manière de faire cachait souvent un manque de confiance ou un certain cynisme, à la limite du négativisme. Ce qui allait à l’encontre de mon tempérament. Mais je n’étais pas le sujet ici, c’était plutôt le géant qui finit par me dévoiler son nom : Sad. Je ne dis rien dans un premier temps, le laissant parler, et je fus étonné d’apprendre qu’il n’était pas un samouraï. Ou du moins ne s’en considérait-il pas comme un. La surprise devait se voir dans la courbure de mes sourcils et mon expression assez limpide. Mais l’appellation qu’il me donna semblait sonner de manière si similaire à nos coutumes que je ne pus l’empêcher de me poser des questions. Bushi signifiait guerrier. Et les samouraïs suivaient la voie du guerrier, le Bushido. Tournant la tête sur le côté alors que mes mains finissaient de s’activer, je finis par répondre.

-Tu es encore en vie, malgré tes cicatrices. Pour moi, c’est loin d’être un signe de faiblesse...mais je me demandais, Sad-sempai, quelle est la différence entre un Bushi et un samouraï ? Ils suivent tous les deux le Bushido non...?

Toutefois j’entendis sa question sur mon don, qui s’appelait visiblement l’assimilation. Il me disait chanceux, et bien que j’appréciais grandement la sensation qu’elle me procurait, je fronçai les sourcils. « Chanceux » n’était pas exactement le terme que j’aurais employé, Même si je prenais conscience des possibilités qui s’offraient à moi.

-On peut dire ça. Je ne maîtrise pas encore mes capacités, pas totalement. Et elles ont poussé tout le monde à s’éloigner un peu de moi...mais un jour j’arriverai à la contrôler cette foudre. Mais je ne m’estime pas plus chanceux qu’un autre, finis-je en haussant les épaules.

Je finis par terminer le bandage de ses plaies, tant bien que mal, et je me laissai tomber au sol à côté du géant Sad. La torpeur s’emparait lentement de mes membres, et du fait de cette sensation pesante et désagréable que je savais due à l’entraînement, je finis par hocher de la tête lorsque mon mentor me conseilla de descendre de la montagne pour aller me faire soigner.

-Jai mal partout, mais j’aurais bien aimé qu’on se parle à nouveau un jour ! J’espère vous revoir bientôt, Sad-sempai !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Sad
Sad

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Lun 1 Juin 2020 - 1:08
Le Bâtard et la Pile


Le Bâtard et la Pile [Sad] Manj
Le Bâtard et la Pile [Sad] 3f41

Le jeune garçon acquiesçait, il devait rentrer se soigner, mais avant, il avait des questions qui lui tenaient à cœur et ne s'en cachait pas. Aussi, Sad entendit dans une bribe de son histoire un petit quelque chose qui le ramena lui-même à son enfance. Différent pour d'autres raisons, il avait connu le rejet jusqu'à son intégration dans l'armée, plutôt jusqu'à avoir accepté ce qu'il avait toujours été : un bâtard. Toujours pleins de compliments et encourageant, Sad ne retint pas un sourire et un rictus amusé lorsque Ikari continuait d'un peu le considéré comme meilleur qu'il ne l'estimait lui-même. La tendresse il n'y était plus habitué et il n'avait gardé de proche à lui que ses malheurs, ses désirs de vengeance et tous ses souvenirs. La naïveté de ce garçon admiratif le touchait et finalement, il considéra qu'il pouvait bien prendre un peu de temps pour répondre à quelques-unes de ses questions, mais aussi surtout à le conseiller pour faire face à une sorte malheur qu'il avait manifestement connue lui-même ; en tout cas dans une autre mesure.

La plaie pansé, le bâtard se redressa et s'appuya sur son espadon plantée dans le sol. D'un geste de main il rabaissa son casque ensuite, dévoilant sa tignasse noire et ébouriffée. Ce n'est qu'à ce moment qu'il répondit, calmement et longuement aux interrogations du jeune garçon, sans oublier d'y ajouter certaines remarques qu'il tenait énormément à lui confier en ayant apprit que son adversaire subissait des brimades à cause de ses différences.

« Principe de base, l'absolue, ça n'existe pas. Les circonstances sont les coups de fouet que nous donne la vie. Certains d'entre nous sont contraints à les recevoir sur l'ivoire nue de leurs épaules tandis que d'autres sont autorisés à garder leur manteau. Voilà la seule différence. Les samouraïs suivent le bushido ? Bonne blague, il y a autant de bushido différent que de samouraï pour l'appliquer. Chacun sa version, chacun son application. Le bushi, c'est un guerrier et c'est tout. Pas de grand air, de vertu à brandir pour se faire mousser. Tu es noble de cœur ou tu ne l'es pas et ce n'est pas le code que tu brandis qui en témoigne, mais tes actes. Équité, qualité, unité, intégrité, ça c'est mon credo à moi parce que c'est ce que je comprends le mieux, c'est la voie que je me suis forgé moi-même par mon expérience et mes connaissances, mes convictions, elles ne me sont pas imposées par un code, je les ai choisis. Je laisse les nobles à leur philosophie, quand ils violent et pillent dans les campagnes, leur précieux bushido semble bien loin d'eux. Quant à ceux qui te repoussent, ceux qui te maltraitent ou te discriminent parce que tu es différent, tu ne peux que répondre cette vérité : oui, je suis différent, et je m'en fous. L'accepter, et ne t'attacher qu'à ceux qui sauront ne pas apposés une valeur sur une différence. Être différent n'est jamais être meilleur ou moins bon, moins bien, mais cela, il faut une certaine sagesse pour le comprendre. Ils veulent s'éloigner de toi ? Et bien qu'ils le fassent crois-moi. Un jour ta différence sera ta force, et ceux qui auront voulu se tenir éloigné de toi seront bien obligé de l'admettre. »



À bien y penser, Sad aurait sûrement été plus poétique autrefois, plus éloquent. Maintenant qu'il s'entendait parler de sujet plus sérieux, il remarquait qu'il mettait moins de forme, qu'il était plus cinglant, plus brut dans le verbe et dans ses formules. Pourtant éduqué et destiné à devenir un officier tout ce qu'il y avait de bien né, de bien séant, il était devenu ce vieux soldat, relique d'un autre temps et trop habitué aux grognards de campagnes. Il en avait perdu ses manières et son goût de briller. Cependant, au moins, il ne perdit pas sa franchise, et là, il en avait la preuve avec ce jeune garçon, il était encore capable, d'une certaine façon, de ressentir un peu d'affection.

_________________

Le Bâtard et la Pile [Sad] L15d
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9147-sad-le-batard#77164 https://www.ascentofshinobi.com/t8397-iwa-equipe-cataclysme-toph-rika-takeru https://www.ascentofshinobi.com/t9166-dossier-de-sad#77294
Ten no Ikari
Ten no IkariEn ligne

Le Bâtard et la Pile [Sad] Empty
Lun 1 Juin 2020 - 23:12
Pour une raison que j'ignorais, j'étais persuadé que le géant à l'espadon n'était pas un homme qui souriait beaucoup, d'ordinaire. Ou tout du moins, il en avait certainement perdu l'habitude au fil des ans. Mais quelque part, je me demandais si son air farouche et froid n'était pas qu'une façade qu'il avait pris l'habitude d'aborder. Dans tous les cas, voir son sourire amusé et son rictus effaça toute froideur et rigidité dans son expression, je ne pus que sourire à mon tour. D'un coup, ses cicatrices semblaient bien moins prononcées et voyantes, et je trouvai son visage presque esthétique. Et cela ne fit que renforcer mon impression lorsque le jeune homme finit par retirer sa capuche sous mon regard grandement surpris. Après s'être relevé en plantant une nouvelle fois son espadon dans le sol, il rabat son couvre-visage et me laisse voir un peu mieux son visage ainsi que ses cheveux bruns ébouriffés avant de prendre la parole. Sa voix est calme, lente, et claire, et le ton qu'il employait me poussait à écouter ces quelques mots avec attention.

Je ne compris pas très bien les premiers mots qu'il prononça, ces derniers semblaient référer à une métaphore qui m'échappait. Toutefois, lorsque nous en vînmes à parler du bushido, mon esprit se recentra rapidement sur la discussion. Et bien que je n'étais pas assez expérimenté pour comprendre pleinement sa conception des choses, je m'étais en effet rendu compte que le Bushido était aussi flexible que l'humeur d'une bipolaire. La conception de la Voie était différente pour chacun, et cela, je l'avais bien compris. Mon interlocuteur quant à lui se considérait comme un simple guerrier, et rien de plus, car il ne voulait s'encombrer d'un titre qui ne reflétait pour certains qu'un moyen de faire bonne figure. Bien que la plus part des samouraïs et nos enseignants se voulaient être droits et sans reproches, honorables comme le disait la Voie, la réalité était souvent toute autre. Et l'homme n'hésitait pas à plier l'Honneur à sa volonté pour lui faire prendre la forme qui lui convenait le mieux.

Et même si je m'en moquais complètement, ne m'en souciant que très peu de ce genre de choses, cela ne fit qu'éclaircir mon idée sur Sad le Géant. Sa réponse complète ne put qu'illuminer mon regard d'une certaine admiration et d'une reconnaissance certaine. Bien que je souriais en permanence et que je faisais que peu attention au comportement des autres samouraïs et apprentis, c'était autant ma personnalité joyeuse que mon désir de cacher une certaine peine vis-à-vis de cette incompréhension. Le discours du Bushi semblait indiquer qu'il avait vécu, si ce n'était la même chose, une situation qui s'y apparentais suffisamment pour que ses mots aient l'air authentiques. Mais ces quelques mots suffirent à panser la légère peine qui avait obscurci mon coeur, peut-être inconsciemment, et me poussait à continuer sur ma voie et à ne pas changer qui j'étais. Mon sourire atteint rapidement mes oreilles et mes yeux, et je hochai de la tête à l'intention du Géant.

-Arigoato Gozaimasu, Sad-sempaï ! Je leur montrerai à tous. Et je suis sûr que vous aussi. A bientôt et prenez soin de vous !

Alors que je m'éloignais en sautillant pour retourner en ville, je tentai de lever la main pour faire un signe à celui que je considérais plus comme un professeur que tous ceux qui m'avaient enseigné jusqu'ici, malgré le peu de temps que nous avions passé ensemble. Mais mes douleurs me ramenèrent rapidement à la réalité, et avec une grimace, je renonçai rapidement à ce geste simple qui m'était temporairement hors de portée. Il était temps de rentrer. Me détournant alors définitivement de Sad, je repris la route en direction de chez moi, le coeur un peu plus léger. J'avais par ailleurs pu, grâce à ce dernier, goûter un peu plus aux arts samouraïs que mon niveau actuel ne me permettait pas d'atteindre.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Le Bâtard et la Pile [Sad]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: