Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

L'héritier du volcan | Akimoto

Inazuma Renjirō
Inazuma Renjirō

L'héritier du volcan | Akimoto Empty
Mer 27 Mai 2020 - 20:07
[Printemps 203, avant l'attaque de Teikoku sur Kumo]

La liberté, c'était l'une des belles prérogatives de ce grade de Chûnin que je venais d'obtenir. J'avais beau aimer rester tranquille de mon côté, ne plus être dans l'obligation de rester cloîtré au sein du village est une bonne chose. Certes, mes parents et mon senseï me préféreraient en train de m'exercer, me rabâchant que malgré cette promotion, il me reste beaucoup de chemin à parcourir... mais il n'y a pas de mal à profiter de ses nouveaux avantages, non ? Je passais les portes du village, cherchant un coin de paradis dans ces imposantes montagnes.

J'avais emporté de quoi pique-niquer pour la journée ; évidemment, j'y allais seul, ne voulant pas qu'on me les brise. J'avais sincèrement autre chose à foutre que d'écouter des redondances. Durant la presque heure de parcourue, je n'ai rencontré que trop peu de voyageurs, et encore moins d'agitation. Sur le papier, tout semblait être réuni pour qu'il s'agisse d'une journée parfaite pour moi. Arrivé à un lieu convenable, d'une certaine hauteur où l'on pouvait admirer de beaux paysages, je m'installais.

Cette dite beauté ne m'empêchait pas de penser aux événements qui s'étaient passés ces derniers temps, et plus précisément à une organisation : le Soshikidan. S'il avait réussi, que seraient à l'heure actuelle nos terres ? Des mauvaises herbes et des cendres, c'était certain. Bien qu'il n'existait plus à l'heure actuelle, des tensions existaient à juste titre. Le massacre de Yugure était dans les esprits de toutes et tous, et nul ne savait ce qu'il allait résulter de ce bien triste événement.

Personne n'en était sorti inchangé, moi le premier. Il n'y avait rien de tolérable là-dedans. De nombreux civils y avaient injustement perdu la vie. Est-ce donc là la triste réalité de la guerre ? Oui, le Soshikidan devait être arrêté, mais bien trop de sang a coulé. J'ose espérer, qu'un jour, je puisse apporter ma pierre à l'édifice pour empêcher de telles ignominies à l'avenir. Si une chose me motivait à progresser et à aller de l'avant, c'était bien ça.

J'inspirais un bon coup avant de monologuer.

▬ Renjirō, t'es pas venu ici pour penser à ça. Relax.

Et, enfin, je me laissais tomber sur le dos, fermant les yeux et humant l'air de la montagne pendant de longues minutes jusqu'à entendre de lourds bruits de pas. Il y avait VRAIMENT quelqu'un ici pour me déranger ? Me redressant quelque peu, j'observai autour de moi, à la recherche de l'élément perturbateur.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7714-nous-sommes-la-resistance-inazuma-renjiro-terminee#64818
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

L'héritier du volcan | Akimoto Empty
Jeu 28 Mai 2020 - 4:03
Printemps 203 – Quelques semaines avant de rentrer au Pays de la Terre

Son départ avait été soudain. L’incident avec la mystérieuse assassine avait brisé la tranquillité qu’il avait durement réussi à gagner au cours des derniers mois. La douce Hasumi, celle qui avait été sa compagne durant cette transition, n’avait pas compris les raisons de son départ. À dire vrai, Akimoto n’avait pas vraiment cherché à s’expliquer. Il ne voulait pas la mettre en danger. Il ne voulait pas que le cycle se perpétue. Il en avait marre. Depuis qu’il avait cessé d’être Iwajin, le Borukan avait tout fait en son pouvoir pour se tenir éloigné du monde shinobi et de sa violence. Il avait voyagé et parcouru le monde à la recherche des réponses, à la recherche d’une nouvelle voie…Mais après tout ce temps, l’incident lui avait ouvert les yeux. Peu importe où il irait, il serait toujours le même. Il ne trouverait pas les réponses ailleurs, personne ne serait là pour lui fournir sur un plateau d’argent. C’est en lui qu’il devait les trouver.

Au lendemain de l’attaque, Akimoto avait empaqueté les quelques effets personnels qu’il lui restait encore et, sous le regard en pleur de sa bien aimé, il était reparti. Si le Borukan était déterminé à rentrer chez les siens au nord du Pays de la Terre, la route pour s’y rendre l’était beaucoup moins… Le problème étant que le Pays des Remparts n’avait qu’une seule frontière terrestres, avec son voisin le Pays du Feu. Depuis le Massacre, il n’était plus le bienvenue en cette contrée, et cette altercation meurtrière lui rappelait que les blessures qu’il avait ouvertes était encore bien fraiche. Akimoto dû donc emprunter le même chemin fastidieux que lors de son arrivée pour visiter l’Académie il y a quelques mois, c’est-à-dire par voie maritime. De la côté, il embarqua sur un petit rafiot marchand qui le conduit d’abord à Mizu, puis finalement à Kaminari.

Les terres du Pays de la Foudre lui étaient à la fois étrangères et familières. S’il y était déjà venu il y a quelques décennies, le paysage ne lui semblait plus du tout le même qu’à l’époque. À mi-chemin entre la côté et la frontière du pays voisin, Akimoto réalisa qu’il avait emporté bien peu de provisions pour son voyage et que les vivres commençaient à se faire rare. Il lui traversa alors l’esprit de faire une escale à Kumo. Certes cela constituait un petit détour, mais le Borukan comptait en profiter pour faire une petites escale à la grande bibliothèque pour ses recherches. S’il n’avait rien trouvé à l’Académie, la Grande Bibliothèque de Kumo était son dernier espoir. Et puis, il pourra en profiter également pour rendre visite à son vieil ami Shuuhei. Si un autre homme pouvait comprendre tout ce que le Borukan avait vécu et cherchait à comprendre, c’était bien lui…

En coupant à travers bois et montagnes pour rejoindre sa destination, Akimoto fut bien surprit lorsqu’il entendu une voix. Il émergea des fougères, projetant son ombre imposante, sur un jeune homme blond étendu dans l’herbe et la rocaille. Tout en demeurant une longue minute en silence, le Colosse dévisageait le jeune homme qui l’affrontait du regard.
« Je te dérange peut-être, gamin ? » dit-il simplement de sa voix de ténor.

Spoiler:
 

_________________
L'héritier du volcan | Akimoto Signat11
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa
Inazuma Renjirō
Inazuma Renjirō

L'héritier du volcan | Akimoto Empty
Ven 29 Mai 2020 - 19:22
C'est quoi ce bordel ?

Je ne savais comment réagir devant cette personne que je reconnaissais entre tous. Il fut un temps où son nom fut réputé dans le monde entier, et l'était bien plus lors du Massacre de Yugure : Borukan Akimoto, l'ancien Nidaime Tsuchikage. Droitement dressé face à lui, j'en étais presque ébahi, bien que je ne souhaitais pas faire pâle figure. Divers sentiments m'envahissaient aussitôt : passant par de l'incompréhension à une forme de colère froide. Je sentais bien que ma journée risquerait bien de ne pas se dérouler telle que prévue. Fait chier.

▬ Vous. Sérieusement.

Les souvenirs du massacre ne s'en faisaient que plus forts. Des cris, des larmes et du sang à foison. C'était là l'une des seules choses que j'avais retenu de cette guerre ; bien que je n'en étais pas un élément majeur, j'en avais assez vu pour me faire une idée. Peut-être bien que certains faits n'étaient pas en ma possession, ce pourquoi je comptais bien l'interroger, mais j'en avais assez vu. J'avais appris pour sa démission ; cherchait-il en cela une forme de rédemption ? J'étais bien déterminé à le savoir.

▬ Que faites-vous ici, Nidaime Tsuchikage ?

Je m'asseyais sur un large rocher, posant mes deux mains sur ma tête, regardant le sol. Malgré tout ce qui s'était passé, je savais qu'il n'était pas un mauvais bougre. Il fut le fer de lance de la chute du Soshikidan, qui était une chose que nous désirions tous. On lui devait beaucoup, mais ça ne pardonnait pas tout. Mais, bordel...

Combien de chances avais-je pour me retrouver nez à nez avec lui, ici-même ?

Mon regard se détourna par la suite vers ce paysage, source de réconfort dans cette situation rocambolesque. Joignant mes mains entre elles, m'accoudant à mes jambes, je regardais finalement le roux yeux dans les yeux. C'était peut-être là ma seule occasion d'en apprendre davantage, d'un point de vue différent, sans pour autant le cautionner. Nous verrons ce qu'il en résultera.

Je pris à nouveau la parole, d'un air plus las et serein.

▬ J'étais présent au Massacre de Yugure. J'imagine bien que je ne suis pas le premier à vous le demander, mais qu'avez-vous à dire là-dessus ?
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7714-nous-sommes-la-resistance-inazuma-renjiro-terminee#64818
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

L'héritier du volcan | Akimoto Empty
Dim 31 Mai 2020 - 3:04
« Vous, Sérieusement. » lui lança le jeune homme visiblement déconcerté. Cette réplique fit sourciller le costaud Borukan. Visiblement son interlocuteur semblait le connaître, mais Akimoto ne se souvenait pas l’avoir déjà rencontré auparavant. Pourtant, sa mémoire des visages était plutôt bonne malgré son âge. Peut-être le prenait-il pour quelqu’un d’autre? Son physique était des plus unique, donc il n’y croyait pas trop, mais cela était possible. À moins que…Non, impossible. Juste avant qu’il ne commence à s’arracher les cheveux, le blondinet l’interpela de nouveau.

« Que faites-vous ici, Nidaime Tshuchikage? » Akimoto sourcilla de plus belle. Ce n’était donc pas du bluff ou une erreur. La peur l’envahit l’espace de quelques instants. La dernière fois qu’on l’avait interpellé de la sorte, il y a quelques années, un jeune homme lui apprenait qu’il était son fils…Il tenta de se remémorer ses concubinages passées, cherchant une ressemblance dans le visage du garçon avec l’une d’entre elle, mais rien ne lui venait à l’esprit.
« On se connait? » répondit-il, hésitant.

« J’étais présent au Massacre de Yugure. J’imagine bien que je ne suis pas le premier à vous le demander, mais qu’avez-vous à dire là-dessus? »
Le jeune homme s’était redressé et le fixant ardemment dans les yeux. Ce n’était pas la première fois qu’Akimoto était interpellé sur le sujet. Après tout, c’était là la raison pour laquelle il avait été exilé d’Iwa par son Seigneur. La plupart de ses confrontations sur le sujet s’était très mal terminée, le plus souvent pour la personne qui le confrontait. Il repensa alors à l’assassine d’il y a quelques semaines qui l’avait forcé à quitter la tranquillité de sa nouvelle vie de fermier. L’image de son visage fondant sous une nappe de lave hantait toujours son esprit lorsqu’il fermait les yeux. Serrant les poings, le Borukan était prêt à toute éventualité et à en finir rapidement en cas de besoin. Mais alors qu’il rendait son regard au blond qui le confrontait, Akimoto ne sentait aucune mauvaise intention dans ses yeux. Si ses premières paroles avaient été davantage dure, c’est derniers mots étaient plus calme, serein, presque désinvolte.
« Si tu sais vraiment qui je suis, tu devrais savoir que c’est un pari risqué que de me questionner sur cet évènement… » dit-il en s’avançant au pied de l’imposant rocher sur lequel était maintenant assis le garçon, toujours en lui rendant son regard.
Il serait faux de dire qu’Akimoto regrettait son geste de l’époque. Ses convictions, encore aujourd’hui, étaient les mêmes. Alderan, le Soshikidan, Daiki, l’Homme au Chapeau, ils étaient la gangrènes qui empêchaient le monde de progresser et de se stabiliser. On tentait toujours de rejeter la faute sur les villages militaires et sur les shinobis tels que le Borukan, mais le monde était aveugle face à la vérité. Et lorsque les politiques, comme le Seigneur de la Terre, décidaient de s’en mêler, les choses n’allaient que de mal en pis.
« Si tu étais présent, tu as entendu mon discours. Je n’ai rien de plus à ajouter, ni d’excuses à donner pour mes actes. Si tu as des questions, poses-les clairement et peut-être que j’y répondrai. Mais d’abord, il ne serait que politesse de te présenter, non ? »
Toujours prudent même s’il ne sentait pas de mauvaises intentions de la part du blond, le Borukan était prêt à la moindre éventualité. Après tout, il ne le connaissait pas et il ne pouvait prédire comment il allait réagir. Était-il un Kumojin mobilisé avec les troupes de son ami Shuuhei? Ou peut-être plutôt un Hijin mécontent qui faisait partie de la foule de l’assemblé? Une victime des dommages collatéraux? Tant qu’il n’avait pas de réponse à cette question, il ne pouvait relâcher sa garde.

_________________
L'héritier du volcan | Akimoto Signat11
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa
Inazuma Renjirō
Inazuma Renjirō

L'héritier du volcan | Akimoto Empty
Mer 3 Juin 2020 - 13:43
C'était bien lui. Ma mémoire ne faisait que de se torturer davantage à la pensée de cet événement, et aux actions qu'il a perpétré. Le démon, tel qu'il fut appelé par certains. Un semblant d'entente fut trouvé, une neutralité qui aurait bien mieux valu qu'un massacre gratuit. Certes, Borukan Akimoto était considéré comme l'un des shinobis les plus coriaces de notre ère. Il pouvait m'annihiler de la façon qu'il souhaitait. Pour autant, mon esprit nécessitait des réponses, une quelconque forme de soulagement. Et pour cela, je ne comptais guère courber l'échine. Je me dressais face à lui, le regardant yeux dans les yeux après qu'il ait fini de parler.

▬ Peut-être est-ce de la bêtise, mais je vais relever ce pari ô combien risqué, annonçais-je d'un ton affirmé mais neutre.

Nous verrons rapidement si cette initiative me sera cher payée ou non. Ses paroles n'étaient pas tombées dans l'oreille d'un sourd. Aucun regret ? Cela me donnait encore plus envie d'en savoir davantage, ses positions devaient de ce fait être profondément ancrées et justifiées à son sens. C'était un homme d'expérience qui aura été le fer de lance face au Soshikidan avec Shuuhei, notre ancien Raikage. Certains voyaient en moi de nombreuses similitudes avec ce dernier caractériellement parlant, mais je faisais pâle figure à ses côtés. Un jour, j'espérais bien pouvoir me targuer d'être son égal. Enfin, pour ça, faudrait que je bosse un peu plus...

C'était dès aujourd'hui que je devais me montrer à la hauteur. J'avais devant moi un symbole d'excellence, une ancienne Ombre de la Terre. Je comptais bien lui montrer ce que j'avais dans le ventre et que je comptais bien obtenir mes réponses, ne le lâchant pas des yeux. Pour autant, je décidais d'accepter sa requête et me présentais à mon tour.

▬ Inazuma Renjirō, Chûnin de Kumo. Branleur de première mais j'ai de bonnes capacités que je commence à bien exploiter. Ironiquement, vous m'avez aidé : c'est en voyant ce que vous avez fait que j'ai décidé de devenir un peu plus exemplaire.

Une petite pique mélangée à un peu d'auto-dérision pour annoncer la couleur. Qu'est-ce que je sentais bien que je risquais de m'en prendre une ! Quant à son discours, je l'avais bien entendu. Certes, purger le mal à sa racine était une chose logique, mais il y avait beaucoup d'indéfendable à mes yeux. Et comme on le dit malheureusement trop souvent, le sang appelle le sang. J'espérais sincèrement que ces actions-là n'étaient pas le début d'un cycle qui en ferait couler bien plus. S'il y avait bien une façon pour moi d'essayer de faire partie de l'équation qui pourrait s'opposer à ça, c'était en en apprenant plus. Il voulait de la clarté ? Il en aura. Commençons.

▬ Avant le massacre en lui-même, vous avez tué l'un de leurs leaders, Nara Alderan. Il s'était rendu. Pourquoi avoir rendu une telle justice ? J'imagine déjà que vous allez me répondre qu'il le méritait au vu de ses action, certes, mais avez-vous sincèrement pensé aux conséquences ? C'était un seigneur dont l'équilibre d'un pays était en jeu.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7714-nous-sommes-la-resistance-inazuma-renjiro-terminee#64818
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

L'héritier du volcan | Akimoto Empty
Dim 7 Juin 2020 - 0:11
« Tu as du culot, Inazuma Renjiro, ça je te l’accorde. »
Peu nombreux étaient ceux et celles qui parvenaient à garder la tête haute et à ne pas flancher leur regard lorsqu’ils étaient vis-à-vis du Colosse. Mais le jeune homme l’avait fait. Son regard n’avait pas quitté celui d’Akimoto une seule seconde lors de son élocution. Pourtant, ces paroles n’étaient ni agressives, ni provocatrices, ses yeux laissaient transparaitre une fougue et une volonté qui n’étaient pas inconnues au Borukan, qui n’étaient pas sans rappeler la sienne. Mais comme lui l’avait été si longtemps, le blondinet semblait être perdu dans des idéaux qui n’étaient pas sien. Aveugle, tout comme lui…C’était d’une telle désolance.
« Si se sont vraiment mes actes qui ton poussé vers le droit chemin, je me pose de sérieuses questions à ton sujet. Mes actes ont-ils été si ignobles? Pire que ceux de nos ennemis? La destruction de Shîto? L’assassinat de mon prédécesseur? L’attaque au sommet des Kages? Le ‘Massacre’ de Yugure étaient-ils vraiment à la hauteur de ces évènements? Pose-toi la question petit. »
C’est ce qui désolait le plus le Borukan dans toute cette histoire. Le monde s’était servi de lui comme d’un bouc émissaire. On l’avait pointé du doigt et jugé parce que c’était la chose la plus facile à faire. Il était devenu le ‘Boogeyman’ que l’on montrait aux enfants pour les terroriser vers le droit chemin. Personne n’avait voulu entendre la vérité, s’ouvrir les yeux. Il était beaucoup plus complaisant que de demeurer derrière le voile d’hypocrisie et de mensonge qui rongeait le monde shinobi que de changer les conventions.
« Bouhahaha, encore et toujours cette histoire de Nara Alderan… » commença-t-il en rigolant. « Tu dois être aussi con – ou plutôt aveugle – que cet idiot de ‘Juge’ que Daiki a sacrifié pour sauver sa peau. » ajouta le Borukan en soupirant. « Nara Alderan n’avait rien d’un Seigneur du Feu. Plutôt un chef Terroriste auto-proclamé dirigeant d’un pays, un imposteur tout au plus. Il a plongé sa nation dans une guerre civile qui s’est étendue sur des décennies. Lui, a-t-il simplement pensé à ce que son peuple a enduré durant cette guerre? Penses-tu vraiment que les choses auraient été différentes avec lui et son organisation à la tête d’une nation? Il n’aurait pas cessé de commettre des atrocités, jusqu’au jour où toutes les nations qui avaient tourné un regard aveugle à la guerre qu’il avait lui-même fomentée seraient à genoux. »
Akimoto détestait ressasser le passé. S’il avait passé la dernière année dans l’exile le plus totale, c’était pour oublier toute cette histoire. Il avait en quelque sorte jeté l’éponge. Se remémorer les évènements des dernières années faisait remonter en lui une vague d’émotions indésirables, des sentiments et des mémoires que le Borukan avait enfoui et ne souhaitait plus jamais revoir. Mais il sentait que ce gamin ne le laisserait pas se défiler plus longtemps et qu’il ne broncherait pas avant d’avoir eux réponses à toutes ses questions. C’est en serrant les poings et en tentant si bien que mal d’étouffer sa colère montante que l’ancienne Ombre poursuivit la discussion.
« Quant aux conséquences…Je les assume pleinement. Un juste prix pour rayer le Soshikidan de la carte. Si Daiki ne nous avait pas trahi, j’ai bon espoir que le monde ne serait pas ce qu’il est aujourd’hui, que le cycle dont tout le monde parle ne serait déjà plus. Mais j’ai été naïf et j’ai voulu donner sa chance au fils légitime du Seigneur Araho. Telle a été ma seule erreur dans cette histoire. Il n’était finalement que l’extension de cette maudite organisation. Mon seul regret est de ne pas avoir été capable d’en finir avec lui. Mon plus grand échec…Maintenant il dirige ce maudit Empire. Et les Villages et les Seigneurs sont tout aussi aveugle qu’ils ne l’étaient au moment de leur Sommet. J’ai été démonisé pour mes actes, et j’ai volontairement accepté cette image, je me la suis donnée. Lorsque Daiki et son Empire viendront collecter leur dû auprès d’eux, je m’en tiendrai loin en rigolant. Se sera bien fait pour eux, parce qu’ils comprendront peut-être alors ce que moi j’ai compris le jour du Massacre. Je ne m’attends pas à ce que tu comprennes. Tu es jeune. Peut-être encore trop naïf. Mais un jour tu verras la vérité en face, et tu comprendras pourquoi j’ai fait ce que j’ai fait. »
Son long monologue maintenant terminé, Akimoto senti la pression redescendre d’un cran. Il y a si longtemps qu’il ne s’était pas ouvert sur le sujet avec quelqu’un d’autre que lui-même. Il doutait que le jeune ne veuille comprendre totalement ses explications, mais s’il pouvait au moins semer en lui une petite lueur d’espoir qui pourrait un jour éclore, cela le rassurait. Le jeune Renjiro, bien qu’à première vue défiant et confiant, ne semblait pas être le genre de shinobi assez stupide pour le défier davantage. Du moins c’est ce que le Colosse espérait, car il n’avait aucune envi que cette rencontre ne se termine par un combat, aussi cours puisse-t-il être. Remarquant l’emblème que le jeune gomme portait, Akimoto eu une idée.
« Alors, que comptes-tu faire petit Kumojin? M’arrêter? » Il marqua une pause, affichant alors un énorme sourire sur son visage marqué plus que jamais par l’âge. Akimoto doutait que le jeune homme passe à l’acte. Il tourna les talons, comme s’il connaissait déjà la réponse. Il fit quelques pas avant de se retourner, toujours souriant. « Tu viens? J’ai besoin de quelqu’un pour me faire entrer à Kumo, j’ai besoin de visiter la bibliothèque. En échange je veux bien continuer de répondre à tes questions. »

_________________
L'héritier du volcan | Akimoto Signat11
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

L'héritier du volcan | Akimoto

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: