Soutenez le forum !
1234
Partagez

Plante une brindille sur le haut de ton crâne et arrose la tous jours, fleurira alors une jolie fleur

Imai Nobume
Imai NobumeEn ligne

Plante une brindille sur le haut de ton crâne et arrose la tous jours, fleurira alors une jolie fleur Empty
Jeu 28 Mai 2020 - 9:41


Mukuro

J'étais en voyage dans le pays du Feu. Enfin, plus exactement en voyage d'affaires... Oui. Un certain bonhomme de renommée s'était enfui du pays de la pluie et était venu traîner dans les parages du feu. Et le plus important de tout - il avait une jolie somme posée sur sa tête.

En temps normal, j'aimais rester à Ame no Kuni et éviter les territoires avec une forte influence du Daimyô comme à Hi, mais l'appât du gain me fit voyager jusque là-bas. Toutefois, je commençais à le regretter durant le trajet. Même après plusieurs heures de marche, je ne voyais que des maisons en ruines avec une population locale peu aimable. J'avais l'impression d'avoir planté les pieds dans un territoire terriblement hostile. Mais il était un peu tard pour faire marche arrière.

Le midi même de mon arrivée, je pris un repas dans une auberge de modeste ampleur située à la frontière des deux pays. Malgré sa localisation reculée, le petit établissement était bien animé. C'était généralement dans ce genre de lieu que l'on pouvait récolter un maximum d'informations sur ce qu'il se passait dans le pays - et aussi là où je pouvais récolter le plus d'informations sur l'homme que je recherchais.

Silencieusement assise dans mon coin solitaire, je savourais mon repas tout en gardant mes cinq sens aux aguets pour flairer les bons infos et les bons tuyaux. Par la même occasion, cela me permit également de prendre la température du pays et surtout d'en apprendre plus sur le pouvoir en place à ce moment-là - qui expliquait en partie l'ambiance morose que j'avais eu jusque-là.

J'en avais déjà entendu parler du daimyô du feu - un homme puissant et qui n'avait d'égal que son orgueil. Mais son influence avait du bon et du mauvais. Je n'aurais jamais pensé entendre parler de lui, même aux extrémités du pays. Comme quoi, son pouvoir s'étendait vraiment sur tout le territoire... Mais ce n'était pas mes affaires. Les histoires de Hi, ça ne me concernaient pas. Aussitôt j'aurai la tête de ma cible, aussitôt je pourrai rentrer à Ame.

Cependant, l'ambiance de l'auberge dégringolait bien vite avec l'arrivée de quelques bonhommes baraqués. Par prudence, je me retirai après avoir déposé les sous sur le comptoir du tenancier. Je voulais éviter autant que possible les ennuis. Mais au même instant où je sortis de l'établissement, j'entendis des bruits, des cris et des supplications à l'autre côté de la rue... Instinctivement, je tournai la tête et découvris...


_________________


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Shinrin Shinpachi
Shinrin Shinpachi

Plante une brindille sur le haut de ton crâne et arrose la tous jours, fleurira alors une jolie fleur Empty
Lun 15 Juin 2020 - 12:52
PAYS DU FEU | 火の国の物語


Le ciel était gris de nuage, il y volait de larges rapaces splendides glissant sur les vents. Au loin la mer dansait avec ses remous majestueux et s’écrasait en écumes sur les récifs côtiers d’une nation chaotique. La lumière abdiquant sous le voile gris distillait par hameaux célestes quelques éclaircies courageuses qui résistaient à la marée, armée dévorante de nimbus épais.
Le Pays du Feu vivait comparativement le même fléau.

A l’Ouest le massif naturel qui bordait la frontière avec Ame no Kuni était devenu le terrain privilégié de quelques fugitifs sentant bien la présence du couperet au-dessus de leur nuque. Il suffisait d’un claquement de doigts pour que le Daimyô du Feu déclenche encore plus de raids, encore plus de massacres envers les communautés claniques qui n’avaient pas donné de crédit à ses édits. Shinrin Kanshisha, alors chef des maîtres du Mokuton, avait été emporté malgré lui dans des querelles sans pareilles qui avaient coûté cher à ceux qui s’étaient placés sous sa protection, tout cela parce qu’il avait ouvertement exprimé son refus de poursuivre les Nara jusque dans les plaines du Pays de la Foudre, et qu’il avait en espérant rallié des sympathisants invité d’autres meneurs à bafouer l’autorité du Seigneur. Il n’était pourtant pas à l’initiative de ce désaccord, les Hyûga l’ayant à titre d’exemple précédé dans cette démarche ; mais il faisait partie, somme toute, et comme tous ceux qui avaient contesté l’autorité d’Araho Masao, d’une liste noire de cibles à abattre.

La guerre civile faisait fureur. Destructrice, elle avait littéralement provoqué le délitement des forces présentes au Pays du Feu et les Shinrin, après avoir été fustigés par les troupes seigneuriales, s’étaient éparpillés dans le pays. Nul ne savait où trouver Kanshisha, qui apparaissait à titre ponctuel à des endroits stratégiques pour défendre ses intérêts et disparaissait aussitôt ; mais lui savait pertinemment comment retrouver les membres de son héritage essaimés sur toutes les plaines et dans toutes les forêts du Pays du Feu. A l’Ouest où le père de Shinpachi s’était réfugié, jugeant de bon aloi de profiter des versants escarpés pour se dissimuler, Juzaburo avait pris le lead sur quelques familles originaires du Pays du Bois et maîtrisant les arcanes du bois sacré. Immobile dans les forêts, il guettait avec ses ramifications diverses les zones alentours et instillait une relative confiance dans le cœur de ses protégés. Pour autant, ils n’étaient pas à l’abri de leurs détracteurs. Juzaburo n’était pas omniscient, en dépit d’avoir l’aspect d’un être immortalisé dans l’écorce.

Shinpachi n’était alors qu’un adolescent. Lui-même, en tant que jeune héritier des arcanes du bois sacré, devait jongler entre des périodes de surveillance et d’entraînement, le tout supervisé par sa tante. Son propre père ne semblait guère se soucier de lui et cela était justifiable compte tenu des dangers qui les guettaient ; de fait, il mettait beaucoup d’ardeur à couvrir ses congénères en jouant avec les ficelles diplomatiques, à l’aune de conspirations secrètes qu’il entretenait soit avec des mercenaires soit avec d’autres représentants claniques associés à eux, entre autres les Inuzuka.

Mais ce jour, quelque chose devait troubler la monotonie des gardes du cadet. Posté à flanc de colline, il était chargé de veiller à identifier quiconque se mettait en route vers la ligne de crête depuis l’auberge frontalière avec le Pays de la Pluie. Ici, les gardes seigneuriaux abondaient au milieu des vagabonds transfrontaliers et bien souvent ce qui s’éloignait de l’auberge n’avait rien à voir avec des affaires consenties par les autorités de Hi no kuni : les trafics en tout genre étaient devenus monnaie courante. Pourtant, celui qui se déroulait sous ses yeux à cette heure dégénéra plus vite que prévu. Il s’agissait d’une femme et des trois adolescents qui vendaient à fortiori des pierres précieuses ; mais quand ils prirent ces dernières, les hommes qui avaient tenté de les estimer s’étaient retrouvés parcourus de convulsions et poussèrent des cris d’horreur et de souffrance avant de s’effondrer, parcourus de spasmes. Immédiatement, les hostilités éclatèrent. On entendît au loin dans la vallée des aboiements, et bientôt quatre canidés se discernèrent dans l’horizon, accompagnés de deux femmes habillées de peaux de bêtes. Les trois adolescents se mirent à cracher du feu et la femme quant à elle laissa s’échapper plusieurs serpents de son corps. Tous prirent d’assaut l’auberge.

Shinpachi scruta la scène. A sa droite, les chiens accouraient ; mais loin, bien plus loin sur sa gauche, les hommes en armure ayant voué allégeance à la Nation du Feu montèrent sur les bidets et commencèrent à les faire galoper. Shinpachi siffla pour donner l’alerte.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7855-shinrin-shinpachi-le-chapardeur-100#65750 https://www.ascentofshinobi.com/t8912-dossier-shinobi-shinrin-shinpachi https://www.ascentofshinobi.com/u1170
Imai Nobume
Imai NobumeEn ligne

Plante une brindille sur le haut de ton crâne et arrose la tous jours, fleurira alors une jolie fleur Empty
Mar 16 Juin 2020 - 17:20


Mukuro

Une scène de violence se déroula sous mes yeux... Je voyais des chiens, des serpents, des boules de flammes voler d'un bout à l'autre du terrain et ce, à n'en plus rien comprendre... C'était presque comme un film de cowboy hollywoodien où y'avait un voleur qui courrait devant à toute vitesse avec un sac bourré de fric sur le dos, suivi d'un cow boy solitaire qui faisait tourner un lasso dans les airs, et lui-même suivi d'un troupeau de policiers tous armés de fusillés... Oui, c'était à peu près ce même genre de bordel que j'avais sous mes yeux...

On pouvait dire que c'était original comme accueil et qui, quelque part, correspondait parfaitement à l'image de guerre civile du pays... Mais sur le coup, je m'en serais bien passé. Instantanément, je partie me terrer derrière un mur d'une construction voisine pour observer le spectacle dans un coin, à l'ombre, tout en prenant garde à ne pas m'exposer.

J'étais sur mes gardes. Je ne savais pas trop comment tout cela avait commencé - mais une chose sûre et certaine, c'était devenu un joli bordel incompréhensible. Et en tournant un peu la tête, je commençais à voir une petite armée se ramener à dos de canasson pour se joindre à la fête. Et plus inquiétant que tout, ils étaient tous vêtus de l'insigne de la Nation du Feu...

« Oy, oy, on est tout de même à l'extrémité du pays - genre bien éloignée de la capitale... Que font les toutous du gouvernement ici ? »

J'étirai une légère grimace... Si j'utilisais de mon ninjutsu ici et maintenant, je risquais de me faire chopper et interroger par les gardes. J'étais venue chasser du gibier, mais à ce rythme, je risquais de finir en tant que gibier... Je me devais de jouer l'autruche et guetter une occasion pour vite décamper. Je remis mon chapeau de paille sur la tête et attendis que les bonhommes armés se rapprochent. Une fois à proximité, je pris ma respiration et courus en direction de celui qui semblait être le chef.

« Un combat a éclaté dans l'auberge ! Des hommes crachant du feu, des hommes usant de canidés - c'est un véritable foutoir et l'établissement est sur le point de brûler et le village avec ! Vite ! Faites quelque chose ! Sauvez-nous ! » Hurlai-je dans un élan de fausse détresse.

Je faisais attention à garder mon visage semi-caché, après quoi, je m'écartai légèrement sur le côté pour les laisser passer. Il me fallait une opportunité pour filer entre les mailles des soldats...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302

Plante une brindille sur le haut de ton crâne et arrose la tous jours, fleurira alors une jolie fleur

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: