Soutenez le forum !
1234
Partagez

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto]

Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Dim 31 Mai 2020 - 13:03
Ordre de mission:
 


Des pistes sur l’identité du Gardien de Tsuchi. Une denrée plus rare que toutes les autres, à en juger par les recherches préliminaires du guerrier tellurique, qui n’avaient strictement rien donné. Il n’en était bien sûr qu’aux balbutiements de ses investigations, et d’autres membres du Sazori étaient susceptibles de revenir vers lui ou Tenzin avec des morceaux d’information qui pourraient les aider à aller dans une direction ou une autre, mais pour l’heure, les faits étaient là. Le fait que le Saint-Père, leur allié tout sauf inconditionnel, et Sen’Sei Mokko, aient apparemment proposé de transmettre leurs connaissances sur les Kinjutsu à de petits groupes de shinobis de la Coalition leur permettrait certainement de pouvoir ramener ces connaissances au bercail le moment venu, mais le temps était compté, et tous les Juunin d’Iwa ne seraient sans doute pas en mesure de pouvoir apprendre à maîtriser ces techniques interdites. Plus que jamais, le temps était leur ennemi, et pas seulement parce que l’homme qui menaçait de changer le monde avec la puissance des Dieux était capable de le plier à sa volonté.

Aussi, lorsque le rapport sur la lettre reçue de la part de la doyenne du clan Borukan lui parvint, Yanosa ne put s’empêcher de tiquer. Peut-être était-ce déjà quelque peu en désespoir de cause, mais qui octroyait une faveur à pareille autorité pouvait espérer retirer quelques renseignements en retour. Si ces renseignements existaient, bien entendu. Mais à défaut de pouvoir retirer quoi que ce soit de Borukan Tsukiko ou de l’ancien Nidaime, fussent-ils capables de le ramener parmi les vivants, l’opportunité d’investiguer au coeur du temple Hachiman, dédié au Dieu Volcan restait à saisir quoi qu’il arrive, et le Tellurique prit donc sur lui de rapidement composer un petit groupe pour l’accompagner dans les hautes terres du nord, dans les montagnes où le clan Borukan avait ses origines. A vrai dire, une seule personne lui sembla absolument nécessaire pour prendre part à cette investigation enrobée d’une tentative de sauvetage en sa compagnie : Amiko.

L’Oterashi ne savait d’Akimoto que ce qu’il avait pu lire dans les archives et les rapports : il avait, en effet, demeuré dans un profond coma durant tout son kagenat, de la mort de Chôgen jusqu’au mandat de Yoshitsune. Mais son appartenance au clan manieur de lave et le fait que leur destination se trouvait être le flanc d’un volcan suffisait à qualifier Amiko pour cette entreprise, durant laquelle ses talents pourraient aisément être mis à contribution. Un autre shinobi, et pas des moindre, se greffa toutefois à l’opération et, même si il avait voulu s’y opposer d’une quelconque façon, Yanosa ne voyait pas comment il aurait pu s’y prendre. Borukan Muramasa. Il n’avait de prime abord pas réellement compris pourquoi ce médecin reconnu du village avait tant insisté pour prendre part à l’opération de sauvetage, son simple nom de famille ne lui donnant somme toute qu’un lien de parenté tout relatif avec le Nidaime. Ce ne fut qu’après quelques recherches préparatoires en amont du jour J qu’il comprit réellement le pourquoi de cette insistance.

Ses cheveux partiellement retenus en arrière sur le haut de son crâne, son ceinturon bardé des équipements standards, son kimono épais et abîmé enfilé et attaché, Yanosa scruta l’horizon depuis la crête des Crocs Rocheux, où le soleil se levait à peine. Ses coéquipiers ne tarderaient plus, à présent. Et ensembles, il espérait bien qu’ils retireraient de cette petite escapade un peu plus que la simple reconnaissance de la doyenne des Borukan.


@Amiko
@Borukan Muramasa
@Borukan Akimoto

_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Borukan Muramasa
Borukan MuramasaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Dim 31 Mai 2020 - 17:14
Réveil du Géant de Pierre
Muramasa x Yanosa x Amiko

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Pas assuré, regard mordoré. La silhouette se dirigeait en direction du point de rendez-vous où devaient se retrouver les âmes assoiffées qui devaient prendre part à une quête digne des plus grandes et fantasmagoriques odyssées que le Yuukan pouvait se targuer d'avoir eu l'infini honneur de contempler. Alors que les ombres caracolaient dans une valse qui mélangeait le monochrome de l'encre à celui de l'albe, la nitescence transparente des astres se trahissait même en plein jour. Le divin parangon était une éminence vespérale, qui apportait les ténèbres engloutissant le diurne jusqu'à sa quintessence.

Un sentiment de déjà-vu, malgré le jamais-vu, planait tel un fantôme de minuit sur la douce aventure qui prenait alors son essence dans des racines qui commençaient à peine à germer dans les méandres de la destinée.

Ce qui se passait dans le clan Borukan ne devait-il pas rester dans le volcan clanique ? Il fallait que la situation soit désespérée pour en arriver à ces mélopées. Quand bien même la saga éponyme était sombre et emplit de terreurs, il devait subsister une graine d'espoir dans le chaos de ces temps aussi durs et maussades que la roche.

L'occasion de revoir l'ancien Tsuchikage était une chance, bien que depuis longtemps il dût avoir bien changé avec son coup du sort. Le médecin pensait même qu'il avait été assassiné par le lotus blanc afin d'éviter les complications, et que l'histoire de son exil avait été la version officielle pour garder tout l'immaculé de sa réputation. Néanmoins, la tiare de noblesse du Byakuren avait déjà été bien mise à mal avec l'affaire pénitentiaire qu'il subventionnait en se dissimulant dans les coulisses d'un théâtre d'un rouge aussi carmin que sanguinolent. Si le vieil homme avait réellement orchestré un assassinat sur une ancienne ombre de son propre pays, cela n'aurait fait que ternir d'avantage ses régalia. Apparemment, ce n'était point le cas.

Alors que l'ancien directeur de l'Académie arrivait enfin à l'endroit où une fine équipe devait se retrouver, il apercevait un homme correspondant plus ou moins à un Shinobi. Le gaillard était équipé de la tête aux pieds, tandis qu'il admirait l'aurore à l'horizon. Nul doute possible, il devait s'agir d'un terrible combattant qui luttait sans répit en quête de rédemption.

« Borukan Muramasa, Hajimemashite. Vous êtes bien là pour une odyssée ? » -dit-il, en se grimant pour rester vague des traits d'un marbre aussi inexpressif que les effigies de naguère du célèbre Maneki-neko des contrées par delà monts et vallées-

En général, ce genre d'expédition se faisait en triôme. Il manquait donc une dernière personne avant de chevaucher le zéphyr lui-même avec fougue et allégresse.

Le scientifique en profitait donc pour vite examiner l'intérieur de sa besace qui paraissait infiniment profonde et emplit de légion. Quelques outils du monde des arcanes interdites, deux ou trois " Kunai Émoussé " en bien piètre état et maculé d'une boisson d’ébène, quelques rations et moult babioles inutiles. Parfait, bien qu'à l'alambiqué.

Se plastronnant avec panache, le défenseur de la veuve et de l'orphelin se méfiait tout de même de cet étrange compatriote qui faisait montre d'une goguenarderie sous-jacente. L'idée qu'il s'agissait peut-être d'un assassin secrètement mandaté par le Daimyô ne pouvait pas être écartée. Après tout ce qu'avait déjà vu le Borukan, il savait très bien que tout était possible dans ce triste monde tragique.

Afin de briser la glace, le taciturne utilisa une des plus célèbres citations du vieux sage qui s'était retiré du monde Yuukanite. Bien qu'en réalité ce fou était un vil nécromant aux noirs desseins, ses paroles demeureraient infiniment avisées, pour toujours et à jamais.

« Quand vous regardez l'aurore, l'aurore regarde aussi en vous. » -prenant une voix marmoréenne et sibylline, tout en fixant les étendues sauvages où l'astre commençait à irradier de mille feu l’inatteignable horizon-

Qu'allaient-ils découvrir au cœur du temple Hachiman qui reposait depuis la nuit des temps près des ineffables volcans millénaires ? Mystère...



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Amiko
Amiko

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Mar 2 Juin 2020 - 13:55
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Yjon

Réveil du géant de Pierre



Hiver 204

Le froid hivernal pousse tout habitant à vite courir à l’intérieur d’un foyer chaleureux et réconfortant. Les rues de la roche étaient étrangement beaucoup moins bondé en cette saison et pourtant, les affaires marchaient toujours autant. Amiko le savait, car elle passait le plus clair de son temps assise au bord de la fenêtre de la roche, à contempler Iwa se réveiller. Le froid ne lui faisait rien, son pouvoir le lui permettait et elle se sentait comme pas très humaine. La Sakki n’avait quasiment pas dormi de la nuit et s’était contenté de faire l'observatrice. Bien qu’elle s’améliorait dans la maîtrise de son don, la peur était toujours présente et elle ne voulait pas une nouvelle fois faire face à cette bête qu’elle pouvait devenir lorsqu’elle avait soif. Alors elle s’était contentée de méditer et de reposer son esprit, un travail sur soi nécessaire pour progresser parmi les shinobis de la roche. Jusqu’à ce que Taiyo se présente à la porte de sa chambre et y frappe tel un géant des montagnes. L’assimilatrice bondit hors de la fenêtre et la referma avant d’aller ouvrir au samouraï d’armure.

Celui-ci lui tendit un parchemin avec une petite missive à côté avec son nom écrit dessus. La jeune femme remercia Taiyo qui repartit à ses occupations. Il s’agissait là d’un mot de son mentor, Yanosa, qui la convoquait pour une mission qui se débutera dans l’heure. Parchemin déroulé, la genin y lut le contexte de la mission. Elle haussa ses sourcils en y lisant Borukan et fut surprise de voir qu’il s’agissait là de retrouver le Nidaime Tsuchikage qui avait été exilé pour s’en être pris au seigneur du Pays du Feu. Amiko ne savait pas pourquoi l’Oterashi demandait sa présence, mais cela devait être en lien avec ses pouvoirs liés à la lave en plus d’être possiblement dans un état proche de l’assimilation, qui de mieux alors que l’amejin pouvait participer à cette mission ? D’autant plus que cet homme faisait partie du clan de son tendre Ashitaka. La brune hocha alors de la tête et s’empressa de se préparer. Elle oublia pour l’occasion son bambou, histoire de sortir de cette bulle dans laquelle elle s’enfermait. Puis si elle voulait intégrer le Manazuru, il fallait qu’elle fasse des efforts. En plus, l’écarlate l’avait déjà entendue.

Elle quitta la maison et partit en direction des hauteurs des crocs rocheux, lieu de rendez-vous précisé dans la convocation du chunin. Lorsqu’elle arriva sur les lieux, elle reconnut la silhouette musclée de son pseudo sensei ainsi que son accoutrement différent de la dernière fois. À ses côtés, un autre homme qui reflétait les ténèbres et le mystère. Il était beau et élégant, au point d’intimider la Sakki. Celle-ci pu d’ailleurs entendre qu’il s’agissait de Borukan Muramasa et qu’il était sûrement là pour la mission. Timidement, elle s’approcha alors, laissant virevolter sa longue chevelure terminée par des mèches volcaniques. « Quand vous regardez l'aurore, l'aurore regarde aussi en vous. » Intérieurement, la genin sourit. Peut-être que c’était pour cela qu’elle passait chaque lever de soleil au bord de la fenêtre, pour que l’aurore puisse lire en elle et comprendre ses tourments.
Elle fit part de sa présence avec un simple signe de la main avant de baisser son regard rosé sur le sol.


« A...Amiko... » Glissa-t-elle doucement. Il était temps pour eux de commencer leur aventure au-delà des monts et prêt de la lave, où Amiko s’y sentira sûrement comme chez elle.




_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Mar 2 Juin 2020 - 15:32
Une première présence ne tarda pas à se manifester auprès des sens de l’Oterashi, qui ne se retourna pas immédiatement pour y faire face. Ce chakra, se dit-il, lui était totalement inconnu, ce qui disqualifiait d’office Amiko : par élimination, il devait donc s’agir du Borukan, le dénommé Muramasa. Un Juunin expérimenté, dont Yanosa n’avait entendu que du bien, mais dont il entendait bien se faire sa propre opinion au fil de cette opération.

« Bonjour, Muramasa. Je suis Yanosa, ravi. » répondit-il sans véritable enthousiasme.

Le fait que le Borukan soit parvenu à s’inviter sur cette mission en faisant jouer son grade et ses relations lui était dans l’absolu assez indifférent, mais la mince possibilité que ses liens de parenté avec le Nidaime puissent interférer avec ses propres objectifs le poussait à rester prudent.

« Bien moins qu’une odyssée, j’en ai peur. Mais, je vais y venir. »

Le Tellurique n’aimait pas se répéter : aussi attendit-il que l’aura magmatique qu’il avait senti se rapprocher les rejoigne tout deux avant de développer son propos, se retournant finalement tout à tour vers Amiko et le Juunin à la verve pour le moins lyrique.

« Bonjour, Amiko.

Vous avez j’en suis sûr tous les deux pris connaissance des enjeux : le Nidaime en exil a été retrouvé pétrifié au coeur du Temple Hachiman, et la doyenne du clan Borukan a sollicité notre aide pour le ramener définitivement parmi les vivants. Notre objectif principal est de le secourir. Toutefois… ceci est une opération du Sazori. Si quoi que ce soit tourne mal, c’est moi qui donnerai le tempo. Si un détail même le plus insignifiant attire votre attention, tenez-moi informé. Nous allons fouler la terre originelle des Borukan, des lieux consacrés dédiés au culte du Dieu Volcan : bien des choses… pourraient valoir le coup d’oeil. Si il n’y a pas de question… je suggère qu’on ne perde pas de temps. 
»

S’assurant que l’un et l’autre de ses coéquipiers soient prêts à partir, Yanosa leur accorda à tout deux un regard entendu et assuré. Il ne doutait pas de la volonté d’Amiko de faire au mieux et de faire valoir les atouts pour lesquels elle avait été appelée à participer à cette mission. Les intentions de Muramasa, elles, restaient plus cryptiques, moins faciles à anticiper, et ce qu’il ne pouvait pas anticiper poussait la plupart du temps le guerrier de pierre à faire preuve d’une prudence quasi-paranoïaque. Le voyage serait long et leur prendrait certainement un peu plus de deux jours, si ils ne voulaient pas arriver sur place dans un état de fatigue abusif : amplement le temps pour l’Oterashi, au besoin, d’apprendre à mieux cerner l’ancien directeur de l’Académie. Lancé à vive allure à travers les reliefs, le trio entama son périple sur les chapeaux de roue, chacun de ses membres bien décidé à remplir son rôle.

« Muramasa… si ce n’est pas trop indiscret… Quels rapports entretenais-tu avec ton père… ? » Demanda Yanosa en se portant à la hauteur du Juunin.

_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Borukan Muramasa
Borukan MuramasaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Mar 2 Juin 2020 - 20:54
Réveil du Géant de Pierre
Muramasa x Yanosa x Amiko

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Dans la tourmente, l'astre zénithéen s'extirpait peu à peu des abysses vespérales afin de prendre son envol vers les cieux infinis, tandis qu'une ingénue venait compléter l'arbre de la sacrale trinité. Apparemment timide, la demoiselle semblait scintiller d'ambages aux nitescences aussi rubicondes que pouvait se targuer sa chevelure ombragée. Le médecin se contenta d'un signe de tête évasif pour la saluer, tout comme à l'attention de l'homme qui se présentait sous le nom de Yanosa, tandis que les pour-parlers pouvaient commencer. Le molochien signifiait que s'agissant d'une mission du Sazori, il serait le maestro donnant le tempo. Il insistait aussi sur la nescience qui planait sur les terres des volcans, qui se devaient être comme le voulait les légendes, sombres et remplient de terreurs. La remembrance des odyssées d’antan du parangon ne pouvaient que lui instiller un sentiment de mélancolie. Les truculents périls seraient légion, mais la justice triompherait toujours face aux hordes des damnés. Sortant de manière virevoltante un encensoir, puis le portant à ses lèvres de façon solennelle avant de l'embrasser dans un crépitement strident et inaudible, le scientifique acquiesçait de son regard mélangeant dans une ataraxie parfaite la froideur du métal précieux et la chaleur de l'or.

Le voyage pour atteindre ce sanctuaire allait surement au delà du nycthémère, ce qui annonçait des aurores nimbées de ténèbres.

« Certes. » -dit-il, tirant une profonde étincelle qui laissait place à un éphémère nuage vaporeux et marmoréen-

S'étendre en discussion était inutile, car la mission était aussi limpide que du cristal. Néanmoins, le contraste entre la Kunoichi au doux regard qui arborait deux quartz roses aussi rutilants que pastels et le Shinobi acerbe aux muscles saillants qui transpiraient la virilité, ne pouvait laisser transparaître une quête de tout repos.

Alors que les cavaliers de l'apocalypse s’élançaient vers la destination qui attendait dans la turpitude leur arrivée, le membre du sardonique scorpion posait une question étrange au taciturne Borukan. Le lien de parenté entre lui et le Nidaime n'était pas une information connue par les foules, mais Muramasa n'en avait jamais fait un secret de par volonté. Juste que personne ne s'était posé la question sur une possible parenté entre les deux énergumènes. Mais la question n'était pas vraiment claire, laissant planer le doute. Voulait-il vraiment faire mention à Akimoto ou bien posait-il une énigme de manière plus lambda ? Mystère. Le Sazori devait être vraiment bien informé pour connaître le lien, ce qui pouvait faire froid dans le dos au moindre badaud ayant arpenté le sentier damné d'Iwajuku une nuit de pleine lune.

« Une question intéressante, mais j'ai peur de vous décevoir vu le manque de substance de la relation en question. Si je devais la résumer en un mot, spectrale serait le terme parfait. » -prenant une voix d'outre-tombe en exultant d'une brume d'ivoire trahissant le fait que fumer en courant n'était pas la meilleure idée du monde-

Alors que les pas élégants et véloces se multipliaient, l'astre enflammé prenait toujours davantage d'altitude, surplombant la voûte céleste d'une irradiance outrageante.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Amiko
Amiko

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Mer 10 Juin 2020 - 11:23
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Yjon

Réveil du géant de Pierre



Hiver 204

Trois figures bien différentes de la roche qui étaient présentes communément pour une même mission. Si elle avait lu le parchemin, Amiko n’était pas contre une petite mise au point de la part de l’Oterashi pour se mettre dans le bain. Apporter son aide pour le Nidaime en exil qui ne semble n’être plus que l’ombre de lui-même, pour la pierre si on lit la missive. Secourir un homme qui avait été jugé et puni pour ses fautes, ce n’était pas la Sakki qui grimaçait, après tout, n’avait-elle pas ôté aussi des vies ?

Lorsqu’il mentionna que c’était une opération Sazori, la kunoichi haussa d’un cil, pourquoi était-elle vraiment ici s’il s’agissait de faire intervenir l’unité la plus secrète ? Elle ne savait pas grand-chose d’eux, mais suffisamment pour comprendre qu’il fallait être discret et prudent. La sanguine hocha de la tête alors et comprenait de plus en plus son utilité pour la mission. Se rapprocher des terres volcaniques pourrait être utile non, surtout avec pareil pouvoir ? Le culte du Dieu volcan lui fit tout de même froid dans le dos, de ce qu’elle avait appris et maintenant ça, si les Borukan étaient liés, Ashitaka aussi ? Donc il était au courant ? Comme sûrement tous les hauts rangs de ce village en fait ?

Enfin, rien à en redire, la genin préférait garder ces inquiétudes pour elle et s’armera de force mentale pour réussir cette mission au mieux. Les pas de course commencèrent alors au travers de la vue grisâtre qui arborait Tsuchi. Les pieds frôlaient les caillasses alors qu’Amiko au milieu, mais légèrement en retrait et suffisamment proche pour entendre la question du pugiliste. Son père ? En voici une bien grande coïncidence alors, à croire que chacune des vies présente était prédestinée à faire cette quête nébuleuse. Silencieuse, mais aux aguets, la Sakki utilisait ses fines oreilles pour écouter la réponse du corbeau élégant qui malheureusement n’en avait pas beaucoup à dire de celui qui était de sa famille.

Triste, ou pas, cela promettait d’être des retrouvailles bien particulières. Leurs pas continuèrent de fouler les terres et au fur et à mesure que l’astre chaleureux montait dans le ciel, puis qu’il descendait petit à petit pour terminer la première journée de marche, on pouvait ressentir -enfin particulièrement eux- la chaleur de ce territoire magmatique. Cela provoquait une sensation plutôt étrange en la kunoichi qui semblait être faite pour ce genre d’endroit. Sec, dangereux, désertique, comme son cœur à quelques exceptions.

Amiko resta silencieuse, elle n’était pas la plus sociable et conviviale comme personne, contrairement à Fuyumi. Tant que ce n'était pas important, elle ne se voyait pas prendre la parole et n’était pas à l’aise avec cela. Pourtant, lorsque la seconde journée s’était bien entamée, elle constata les nombreuses montagnes ainsi que l’aura autour d’elles qui témoignait d’une intense chaleur. On ne voyait pas grand chose, si c’était dangereux ou pas, mais il fallait se montrer prudent. Elle se laissa guider par le chef d’équipe qui devait savoir où se trouvait le temps et décida tout de même de prendre la parole pour la seconde fois depuis qu’ils s’étaient trouvés.


« Je reconnais cette atmosphère, je ressens souvent la même chose, en moi… Soyons prudents... »

Elle laissait à l'Oterashi et au Borukan le lead sur la suite des événements, elle aidera du mieux qu'elle le pouvait mais ne connaissant pas Akimoto, pourrait-elle au moins interagir avec lui ? Peut-être que son rôle sera plus précis au moment venu.




_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Jeu 11 Juin 2020 - 13:24
Par bien des aspects, ce Muramasa que Yanosa n’avait jusqu’alors connu que de nom et de réputation semblait toujours absorbé par toute autre chose que ce qu’il avait sous les yeux ou ce que ses sens pouvaient lui rapporter. Armé de son narguilé portatif, un engin dont l’Oterashi n’était pas du tout coutumier, il expédiait des volutes de fumée comme pour se draper à l’intérieur, conservant jalousement son mystère, son passé et ses ambitions à l’intérieur de ces brumes artificielles. Un curieux personnage que, en d’autres circonstances, le Tellurique aurait certainement pris plaisir à apprendre à connaître, mais quand bien même leur voyage en terres Borukan tout au nord du pays allait certainement leur prendre au bas mot deux jours et deux nuitées, le focus que Yanosa avait établi sur l’efficacité et la rapidité interdit pendant ce laps de temps toute interaction soutenue entre les trois protagonistes. A sa question, Muramasa n’avait pas pu apporter de réponse qui puisse commencer à étayer les rapports que le Nidaime allait pouvoir entretenir avec eux, à supposer qu’ils parviennent bel et bien à le libérer de sa prison. A tout point de vue, et en dépit de ses quelques maigres espoirs, le guerrier de pierre menait cette opération comme un coup de poignard dans le noir.

Les heures et les jours s’égrenèrent, passant de façon aussi fugace qu’une pluie d’été, et il ne fallut pas longtemps au trio le matin du troisième jour pour atteindre les reliefs volcaniques caractéristiques dont les cartes leur avait susurré la beauté. Une vue perçante pouvait déjà distinguer, à flanc du plus haut volcan qui se travestissait en simple montagne, les lignes et les contours du Temple Hachiman. Yanosa fixa la structure à mesure qu’ils approchaient avec des yeux de furie, défiant presque les lieux d’oser décevoir ses attentes. Petit à petit, d’autres bâtiments plus petits se dessinèrent, des habitations quasi-troglodytes à en juger par leur incrustation dans la montagne. La végétation dans cette région restait étonnamment fournir quand on considérait la saison hivernale en cours et le magma qui sévissait non loin sous la surface. La chaleur souterraine, déduisit Yanosa, devait certainement contribuer à la pousse et au développement d’organismes d’ordinaire peu communs plus au sud.

De façon très perceptible, peu après qu’Amiko ait partagé avec eux son ressenti, l’Oterashi força le pas, imposant une cadence redoublée au petit groupe pour couvrir les derniers kilomètres, gravir les dénivelés et se présenter en trombe aux abords du temple. Faisant fi de tous les regards qui pouvaient se porter sur lui ou l’un de ses comparses, Yanosa attrapa presque du regard un homme qui semblait provenir de l’intérieur du temple et lui fit bien comprendre corporellement qu’il avait à lui parler.

« Bonjour. Nous devons nous entretenir rapidement avec Borukan Tsukiko. Elle nous attend pour régler un problème urgent, dépêchez-vous de la prévenir. »

Le Tellurique n’attendait rien de moins qu’une coopération pleine et entière de cet homme choisi par le destin pour les mener vers l’objet de leur mission : ils avaient beau être arrivés sur zone, tout restait à faire. Se retournant de trois-quart pour restaurer le contact visuel avec son groupe, Yanosa leur adressa à chacun un regard entendu.

« Rappelez-vous : ouvrez l’oeil et rapportez-moi tout ce que vous verrez d’un tant soit peu intéressant. Il pourrait il y avoir plus ici qu’un simple Nidaime exilé et transformé en pierre... »

_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Ven 12 Juin 2020 - 1:29
Douce noirceur.
Au loin une lueur qui frémit au rythme des battements d’un cœur.
Chacun de ses battements apporte chaleur et lumière.
Distant, mais de plus en plus vivant.
Quelque chose s’approche?


Après avoir serpenté entre les montagnes pendant plusieurs dizaines, voire même centaines de kilomètres, le chemin menant à la demeure ancestrale des Borukan débouchait dans une vallée. Le modeste domaine était situé à flanc de montagne, ou plutôt de volcan, en plein cœur de ce sanctuaire rocheux. Aux abords de cet Eden, quelques fermettes et échoppes d’artisans étaient disséminé ici et là. C’est au pied du Mont Hachiman lui-même, un imposant volcan, que se trouvait la plus grande concentration d’habitations, organisé en cloître tel un domaine ancestral, construit autour d’un grand temple qui s’enfonçait dans les profondeurs du volcan. Si les trois shinobis s’étaient sentis observés tout au long de leur périple dans les montagnes, c’est parce que des éclaireurs Borukan les observaient depuis les hauteur, ou les profondeurs, pour s’assurer que leurs intentions n’étaient pas mauvaises.

Les Borukan du Nord était bien différent de leur cousin d’Iwa. Non pas par leur caractéristique physique, mais par leur attitude. Plus solitaire, plus craintif, et surtout empreint d’une spiritualité que leur contrepartie Iwajin ont mise de côté. Isolé du reste du monde depuis plusieurs décennies, les visiteurs étaient bien rares dans leur contré. Et encore plus ceux qui ne portait pas le sang de leur clan. Vivant presque en autarcie, nombreux furent les regards des habitants envers les envoyés d’Iwa, à la fois curieux et inquiets. Au moment de leur arrivé, comme s’il l’avait anticipé, un homme en tenu de prêtre écarlate sortie du temple. Il se laissa interpeler par celui qui semblait mener le groupe de shinobi et les zyeuta quelques instants avant de répondre.

« Nous vous attendions, la Grande Prêtresse vous attend à l’intérieur. » dit-il en s’inclinant légèrement en guise de politesse.

L’homme s’écarta et d’un geste de la main invita les trois shinobis à pénétrer à l’intérieur du temple. Il n’avait nul besoin de les guider, les échos des cris s’en chargeraient pour lui. Le long corridor, tel un tunnel, s’étendait droitement sur plusieurs centaines de mètres. Les parois étaient lisses et noires, dénudées de tout artifice à l’exception de torches exposées tous les quelques mètres. Si le tunnel semblait parfaitement droit, ce dernier s’enfonçait en réalité de plus en plus vers les profondeurs, lentement mais surement. Au fil des pas, la chaleur devenait de plus en plus intense, signe qu’ils étaient bel et bien dans le demeure d’Hachiman. Finalement, le corridor débouchait sur une grande salle circulaire, au toit vouté en forme de dôme. Droit devant l’entrée, de l’autre côté du cercle, la pièce s’ouvrait vers l’immensité de la cheminée du volcan et cette ‘fenêtre’ laissé entrer librement une chaleur presque insupportable. La voute était retenue en son centre par une immense statue-pilier qui représentait l’un des aspects d’Hachiman, un énorme gorille à quatre queues. Chacune d’entre elle rejoignait l’un des coins de la pièce où elle formait un pilier supportant la voute. Au pied de la statue se trouvaient quelques silhouettes, regroupé autour de ce qui semblait être la statue d’un homme agenouillé entrain de méditer. L’une d’entre elle, une très vieille dame, se releva en s’appuyant de tout son poids contre sa canne, puis congédia tous les autres d’un revers de la main avant de porter son attention sur ses visiteurs.

« Merci d’avoir répondu à mon appel à l’aide si rapidement. » dit-elle en s’inclinant du mieux qu’elle le put devant les trois shinobis. Instinctivement, son regard se porta sur la silhouette élancée de Muramasa. « Omagosan’ » ajouta-t-elle en souriant. Ils ne s’étaient jamais rencontrés, mais visiblement la vieille dame semblait connaître le jeune homme mystérieux. « Je sais que mon fils n’ait pas dans les grâces ni de notre Seigneur, ni d’Iwa, mais j’ai besoin de votre aide pour le sauver. » Elle se retourna alors pour donner de nouveau toute son attention à la statue en méditation. « Nous l’avons retrouvé ainsi l’été dernier. Complètement pétrifié. Nous le croyions mort, mais dernièrement sa coquille s’est ouverte. Et avec elle des cris sporadiques et répétitifs. »

Sur ses mots, elle posa sa main squelettique contre la statue d’Akimoto, parcourant le dessus de sa tête et ses épaules. La surface rugueuse et cendrée de sa pierre était parsemée de craquelures incandescentes dont émanait en pulsation une chaleur tout aussi impressionnante que celle de la cheminée. La doyenne s’installa de nouveau devant l’effigie de son fils, un peu en recul, et invita les trois iwajins à s’avancer. Elle voulait demeurer forte et digne, comme se devait de l’être un Borukan, mais ses yeux laissaient paraitre une grande tristesse et un désespoir grandissant.

_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Signaki1
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa
Borukan Muramasa
Borukan MuramasaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Dim 14 Juin 2020 - 0:04
Réveil du Géant de Pierre
Muramasa x Yanosa x Amiko

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Le ciel azurin se revêtissait d'un manteau d'encre vespéral aux milles et unes nitescences d'argent, avant de le laisser choir sans candeur une fois de plus. La chevauchée implacable des fiers Shinobi ne pouvait connaitre de repos avant d'avoir touché au but, car la mission primait avant tout. Dans les terres reculées et inconnues d'une contrée fantasmagorique, les chemins laissaient place aux étendues sauvages où la faune et la flore se nimbaient de mystères aussi sibyllins qu'innombrables. Néanmoins, la luxuriance cathartique commençait à se transmuter de manière dramatique et inexorable à mesure que les téméraires aventuriers s'engouffraient plus profondément dans l'inconnu. C'est alors que la demoiselle brisait le silence qui planait inexorablement sur le voyage depuis ses aurores, afin d’émettre une ultime mise en garde qui ne manquait point d'intrigue. La phrase était un peu étrange et ne manquait pas de faire lever un sourcil au parangon qui ne s'attendait aucunement à ce genre de métaphore dont l'appétence pouvait être alambiquée. Que pouvait bien vouloir dire la Kunoichi sous ces mots si étranges ? Surement que le molochien avait saisi la signification de ce message, ou peut-être pas. Cependant, en tant que médecin de la justice, Muramasa ne répondit rien, préservant un mutisme aussi évanescent que la brume de son péché s'avérait spectrale. Alors que la dureté de la roche s'imposait sous la silhouette des montagnes s'érigeant vers le céleste, les intrépides redoublaient de cadence afin d'arriver au fameux temple interdit. Rapidement, les héros se retrouvaient enfin dans l'étrange hameau à flanc de montagne, ou plutôt de volcan, qui indiquait qu'ils n'étaient plus très loin d'accomplir la première partie de leur odyssée infernale. Malgré les regards qui les fixaient, cela n'ébranlait en rien leur cœur à l'ouvrage. Un contraste saisissant se plastronnait avec panache lorsque l'on examinait les lieux, mais surtout les habitants qui n'avaient rien de ce que l'on pouvait dénoter des Borukan de la Roche.

L'homme aux muscles saillants prenait les choses en main, établissant le premier contact avec un énergumène en tenue écarlate qui se présentait de manière solennelle aux visiteurs. Alors que le dévot des saintes écritures volcaniques invitait la troupe à le suivre en direction de l'arche du temple qui semblait mener à l'intérieur même d'un volcan millénaire, le membre du Sazori chuchotait à ses compagnons quelques mots afin que les esprits demeurent alertes et aux aguets.

Alors que le Borukan aux cheveux d’ébènes et aux yeux mordorés pénétrait dans l’abysse aux murs de basalte, la pérégrination se targuait d'une chaleureuse et ineffable atmosphère qui tuerait à petit feu tout Akimichi bien joufflu. Une température de plus en plus goguenarde et suffocante se dressait avec frénésie et audace, mais la traversée se devait de se poursuivre sans incartade. Le corridor incandescent débouchait sur une salle où une immense statue à l’effigie simiesque et aux moult queues turgescentes se dressait de manière gargantuesque. Il s'agissait surement de ce fameux Hachiman en question, ce qui laissait une impression étrange dans l'esprit du médecin. Une impression de déjà-vu. Où avait-il bien pu être témoin de colosses aux queues si imposantes être érigés en tant que déités et se voir épicentre d'un culte aux saveurs de fanatisme ? Nébuleux.

Quelques adeptes se trouvaient devant la représentation divine, mais s'éclipsèrent sous la houlette de la grande prêtresse en personne qui venait accueillir l'expédition. En se présentant, elle révélait être au courant du lien de parenté, ce qui surprenait tout de même un peu le taciturne qui ne s'y attendait pas vraiment. Il se contentait donc de faire un léger signe de tête en guise de respect envers l'ancienne. Celle-ci expliquait en détail de quoi il retournait, alors qu'une statue du Nidaime en position de méditation se trouvait juste devant le singe géant qui supportait la voûte de roche noire. Des veines rougeoyantes parcouraient la pierre qui donnait vie à la gargouille qui carillonnait d'échos plus inquiétant les uns que les autres.

Muramasa se grattait la tête l'espace d'une seconde, examinant le décor, mais surtout le Akimoto statufié vivant.

L'été dernier avait été marqué par les terribles méfaits de l'homme au chapeau, provoquant une catastrophe mondiale qui avait transmuté moult adeptes des initiés aux arts du monde obscur du Chakra. Apparemment, l'ancien Nidaime avait été une de ces victimes, expliquant son état de pétrification qui était un bien tragique destin pour certains. Néanmoins, cela était une explication assez logique et ses coéquipiers, tout comme la grande prêtresse, devaient déjà s'en douter tant l'évidence était aveuglante. Cependant, lorsque le colosse se réveillerait, sous quelle forme et quelle humeur le ferait-il ? Mystère...

« ... » -silencieux, mais songeur sous l'incandescence du lieu-




_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Amiko
Amiko

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Dim 21 Juin 2020 - 16:30
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Yjon

Réveil du géant de Pierre



Hiver 204

Le rythme des trois iwajins s’intensifia de manière à arriver au temple le plus rapidement possible. Lorsqu’ils arrivèrent au temple, l’assimilatrice ne pu s’empêcher d’observer tout ce qui s’en dégageait ainsi que les présences qui les dardaient de leur regard curieux. Leur tenue était assez spéciale et faisait bien comprendre qu’ils entraient dans un autre monde. Yanosa interpella l’un des hommes pour leur faire part de leur arrivée. La requête était directe et un peu froide, forçant Amiko à offrir un petit sourire gêné à l’homme qui comprenait bien la situation. Sa tenue lui rappelait l’intense lave qui vivait en elle. Celui-ci fit preuve d’une grande politesse et la jeune femme ne put s’empêcher d’incliner légèrement sa tête pour le remercier de son accueil du plus solennel.

Le tunnel dans lequel le trio s’aventura était si long qu’il lui rappelait l’interminable escalier que lui avait créé l’Oterashi dans le dojo des assimilateurs. Les parois qui les entouraient étaient aussi obscures que les démons d’Amiko. Seules des torches faisaient luire les pupilles des âmes qui arpentaient ce corridor. S’enfonçant petit à petit dans le temple des Borukan, ils arrivèrent enfin à une nouvelle pièce toute aussi impressionnante et circulaire qui s’ouvrait sur l’amont d’un volcan qui intriguait la Sakki fortement. La chaleur était présente dans la pièce, mais elle n’en avait cure, ses nouveaux dons lui permettaient de le supporter. Ce qui marqua encore plus l’esprit de la genin, fut cette immense statue représentant un gorille qui possédait quatre étranges queues servant de pilier.

Très rapidement, la jeune femme fit le lien avec ce que lui avait raconté Fuyumi et un frisson parcouru son échine. Elle ne savait pas si elle avait peur ou si c’était simplement de l’admiration. Enfin, la source de leur venue était bien présente, mais complètement immobile sous sa dernière position sûrement et simplement faite de pierre. Cela lui rappelait vaguement Yanosa lorsqu’il usait de son don. Une femme d’un âge certain, faisant partie des personnes rassemblées, se releva alors et porta son attention sur le groupe.

Celle-ci semblait connaître le corbeau à leur côté, ce qui ne devait pas être étonnant si c’était un Borukan. La grande Prêtresse s’en remettait à ceux qui pourraient voir d’un mauvais oeil celui qui avait commis un sacré crime. Amiko n’avait jamais eu l’intention de le blâmer, il avait été suffisamment puni et renié pour continuer à nourrir ce ressentiment. En venant aussi, elle voulait aider et aussi comprendre qui elle était. Alors qu’ils étaient invités à se rapprocher, la Sakki en profita pour s’incliner et saluer à la fois la femme et les statues figées. Cette sensation en elle était étrange et plus forte qu'à l’extérieur du temple, comme si son pouvoir demandait à qu’à se manifester. Lorsque son regard rosé se posa sur Akimoto, elle fut déstabilisée à la vue des incandescences et de la chaleur qui émanait de lui. Elle comprit alors ce qu’il se passait.

La kunoichi ne s’oserait pas à poser une main sur l’homme pétrifié, mais reconnut entre mille ce qu’elle voyait, tout simplement parce qu’elle l’avait vécu à la résonance. En effet, celle-ci s’était vu se changer en lave avec impuissance et hors de son contrôle. Elle se souvint que ses jambes s’étaient mises à durcir lorsqu’elle fut vidée de son chakra et qu’elle avait été transportée à l’hôpital d’Iwa par les siens. Elle se souvint aussi d’une douleur en elle, de cette chaleur qui avait dominé tout son être. Fermant légèrement les yeux, une mine bien peinée se dessina sur son minois, elle ne pouvait que compatir avec ce qu’il vivait intérieurement. Car oui, il était toujours en vie, du moins c’était ce que pensait la femme de lave pour l’avoir vécu ce même été dernier. Toutefois, ce qui était troublant, c’était que lui n’était toujours pas sorti de ce cocon brûlant. Un peu rapprochée par rapport aux autres, sans s’être rendue compte que ses pas l’avaient guidé, elle se tourna vers le groupe un peu gênée et prit son courage à deux mains pour prendre la parole, elle n'était pas une grande interlocutrice, mais dans cette pièce aux côtés du Borukan emprisonné, elle se sentait dans le besoin de l'aider. C’était bien pour ça qu’elle était là non, parce qu'elle avait finalement vécu une situation similaire ?


« Ce que je peux vous certifier Tsukiko-sama, c’est que votre fils est bien présent avec nous, dans ce cocon de pierre. Il mène sûrement un combat interne très difficile et douloureux. Je me permets de l’exprimer, car j’ai vécu la même chose l’été dernier, suite à cette résonance. À la différence que j’ai réussi à me sortir de cette prison au bout d’un certain temps. J’étais plongée dans une bulle douloureuse et à part du monde extérieur, il m’a fallu beaucoup pour réussir à me sortir de là. Si sa coquille est ouverte, alors son réveil ne devrait pas tarder. Nous ferons tout pour l’aider pour que tout se passe dans les meilleures conditions. »

Après son petit monologue, rougissant légèrement pour avoir autant parlé, son visage se tourna vers la statue à ses côtés. Elle supposait que si elle était là, ce sera aussi pour aider Akimoto à gérer le pouvoir qui pourrait se manifester s’il réussissait à sortir de sa torpeur. Malheureusement, chaque esprit était différent et Amiko n’avait pas la solution pour l’aider dans cette voie. Mais peut-être que ses camarades sauront quoi faire. Peut-être que la patience était la solution, peut-être pas.







_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Dim 21 Juin 2020 - 18:38
L’homme que Yanosa avait interpellé portait l’accoutrement d’un prêtre aux engagements religieux particuliers : rien de surprenant, étant donné l’endroit où ils se trouvaient. Il marqua une légère pause avant de finalement ouvrir la voie au trio vers les entrailles du temple, qui se trouvaient également être mêlées avec celle du volcan lui-même. Et si cela non plus n’était pas tellement surprenant, cela n’en restait pas moins assez impressionnant, même pour un Assimilateur comme Yanosa pour qui les maux physiques que laissaient planer les alentours ne signifiaient pas grand-chose.

La Grande Prêtresse. Autrement dit, Tsukiko Borukan, la mère d’Akimoto, et la grand-mère de Muramasa qui lui emboîtait le pas dans l’étroit tunnel. L’Oterashi n’avait nul besoin de se retourner vers lui pour percevoir comme un voile de plomb la tension qui était montée d’un cran chez l’héritier de cette lignée de manieurs de lave, mais lorsqu’ils débouchèrent tous dans la salle centrale du temple d’Hachiman, qui occupait en réalité tout l’espace de la cheminée du volcan, personne n’aurait eu de difficulté non plus à percevoir la surprise dans les yeux du guerrier aux cheveux rouge.

« Ha… J’y crois pas. »

En réalité, bien sûr qu’il y croyait, mais l’ironie ne lui échappait pas de se retrouver face à pareil monument alors que sa quête d’informations concernant Yonbi et son scellement sous Iwa n’avait pour l’instant rien donné de concluant. Car, soutenant la voûte du dôme sous lequel ils se trouvaient à présent, les quatre queues de la divinité ancestrale se rejoignaient vers sa représentation, brute et sans fioritures, au centre de la cheminée. Une merveille à contempler, à la fois pour toutes les bonnes et toutes les mauvaises raisons. Le prêtre d’Hachiman disparut sur le côté, son travail de guide achevé, tandis que Yanosa reprenait la marche de plus belle pour rejoindre le petit attroupement face à la statue et y mener son groupe. Sans grande difficulté, il y « reconnut » Tsukiko, seule personne présente à pouvoir être assez âgée pour être la grand-mère de Muramasa, et se dirigea vers elle.

« Tsukiko-san, dit-il en lui rendant son salut de façon moins marquée. Si c’est possible, nous sauverons votre fils, vous avez ma parole. Il y aura toutefois… des questions, auxquelles j’espère que lui comme vous pourrez apporter des réponses. Mais, chaque chose en son temps. Amiko ? »

Tandis que la très grande salle se vidait, n’y laissant que ses participants essentiels, la jeune assimilatrice de lave s’approcha de la statue d’Akimoto, dont n’avaient cessé de jaillir des échos distordus de cris de douleur à fendre les âmes du firmament depuis leur arrivée. L’explication qu’elle fit alors de son état enfonça alors les quelques portes entrouvertes que l’Oterashi n’avait pas osé enfoncer trop vite, de peur de faire une erreur de jugement : comme il l’avait supputé, l’ancien Nidaime avait subi de plein fouet la Résonance, et si il était tentant de penser que son corps était à présent devenu la plus pure des roches, l’expertise de Yanosa en la matière, plus le fait que la chaleur qu’il dégageait était tout aussi palpable que celle de la cheminée, lui permirent de tirer une conclusion plus précise.

« Oui, effectivement… Votre fils a transcendé les capacités de son clan, et est devenu un Assimilateur… et pas des moindres.

Muramasa, Tsukiko. Pour votre sécurité… reculez. Amiko… 
»

Accompagnant les gestes à la parole, Yanosa se changea alors intégralement en roche dense et dure, incitant d’un mouvement de la main la jeune kunoichi à opérer la même transformation avec sa propre affinité. Elle serait ainsi en sécurité, d’une part, serait apte à lui fournir le soutien nécessaire d’autre part, mais fournirait aussi une source de lumière bienvenue pour ce qui allait suivre. Une masse de roche impressionnante jaillit en effet du Tellurique et commença à les enfermer, lui Amiko et le Nidaime, dans une épaisse sphère apte à protéger les environs.

« A tout de suite », lança-t-il à la grand-mère et à son petit-fils de façon presque humoristique.

A l’intérieur de la sphère, Yanosa se concentra alors de plus belle, exécutant des mudras lents et précis pour canaliser le pouvoir dont il allait avoir besoin.

« Je vais forcer notre cher Nidaime à sortir de sa coquille. Tiens toi prête à réagir… à n’importe quoi. »

Ses mains empoignèrent la statue, diffusant à l’intérieur une dose massive de chakra Mitsudo, l’allégeant au point de pouvoir la soulever sans aucun problème et facilitant la manœuvre qui suivit. Changeant la forme de ses mains pour leur faire adopter celle d’énormes pinces, le guerrier tellurique commença à serrer et à tirer, faisant craqueler l’obsidienne, forçant petit à petit l’ouverture de la coquille en jouant sur les fêlures déjà présentes. Et, dans un râle d’effort intense et continu, il cria en donnant une dernière impulsion de force et de chakra, brisant à priori pour de bon la prison de l’ancienne Ombre...


Spoiler:
 

_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Dim 21 Juin 2020 - 23:43
S’il était toujours enfermé dans sa prison de pierre et de lave, les sens du Borukan étaient eux bien actifs. Son corps était prisonnier de la roche et son esprit d’un vide sans fin, mais les sensations que son enveloppe charnelle captait lui semblait bien réel et lui parvenait par vagues oscillantes dans son vide sidérale. Non pas de manière naturelle, mais transformé, entrelacé les uns dans les autres, lui provocant à chaque instant un maelstrom de sensations étranges, douloureuses, incompréhensibles. Peut-être parce que la jeune femme avait vécu la même chose que lui, aussitôt qu’elle avait pénétré l’enceinte du temple, Akimoto avait ressenti sa présence. Comme une douceur enveloppé d’un voile douloureux. Comme un rayon de clarté au travers les ténèbres qui l’engloutissaient. Ses paroles, bien qu’incompréhensibles pour lui, sonnaient à ses oreilles comme une mélodie. Bercée par elle, il en oublia sa douleur et sa solitude l’espace d’un court moment. Mais dès que ses mots s’évaporèrent, le Borukan s’arracha de nouveau un cri gargantuesque, faisant résonner les cloisons de sa coquille d’ébène.

De l’extérieur, la vieille Prêtresse regardait toujours la scène sans dire mot. Elle écouta avec attention les paroles de la jeune femme, lui offrant une oz de réconfort. Son fils était dans un état de transformation temporaire et instable? Malgré son silence, son regard trahissait l’étonnement. C’était la première fois depuis qu’elle l’avait retrouvé ainsi que son fils réagissait aussi directement à une présence externe. Joignant les mains, elle pria Hachiman de lui avoir envoyé cette jeune kunoichi. Ajoutant sa voix à celle d’Amiko, le dénommé Yanosa supputa une couche d’informations supplémentaires sur la condition du Borukan. Un Assimilateur? Tsukiko avait peine à le croire. Selon les vieilles légendes, ce don était octroyé par les Dieux en personne à ceux qu’ils croyaient justes et dignes de leur cause. Son fils avait-il donc été touché par la bénédiction d’Hachiman? La Grande Prêtresse peinait à le croire.

Le grand gaillard accompagnant le groupe prit place aux côtés de la Genin pour prendre les rênes de la suite des choses. Lui demandant de reculer, la Borukan obéit immédiatement. À sa grande surprise, le corps tout entier du jeune homme se transforma en pierre, lui donnant ainsi l’apparence d’une sorte de golem. Alors que les deux assimilateurs et son fils s’engouffraient sous un dôme de pierre, provoquant sa surprise, elle agrippa en sursautant la main de son petit-fils, qu’il le veuille ou non.

Alors que Yanosa posa ses paumes rocheuses contre la cage d’obsidienne d’Akimoto, dans son monde intérieur de souffrance, ce dernier ressenti l’énergie Mitsudo le parcourir. Provoquant une nouvelle fois un mélange chaotique de sensation qui lui arrachèrent un nouveau cri bestiale. Seul dans ses ténèbres, Akimoto sentit une force écrasante s’emparer de son corps, démultipliant du même coup sa douleur. Mais au travers cette douleur et les ténèbres qui l’entouraient, il entrevit une lumière, comme celle que l’on peut apercevoir sous l’embrasure d’une porte. Puis, alors que la pression et la douleur atteignaient leur comble, la porte s’ouvrir toute grande. Mais il était toujours paralysé, son corps refusait de lui n’obéir ni même de se mouvoir d’un poil. La panique s’empara alors du Borukan, il ne pouvait laisser s’échapper cette chance de recouvrer sa liberté. Poussant un rugissement plus puissant encore que tous ceux qu’il avait déjà poussé, Akimoto utilisa ses dernières forces pour tendre le bras vers la lumière qui fendait les ténèbres de son esprit. Au même moment, dans le monde réel, la coquille d’obsidienne éclata en mille et un morceau, accompagné d’un dernier cri, alors qu’une quantité impressionnante de lave jaillit dans toutes les directions. Après cette explosion volcanique, la lave qui venait d’exploser au moindre recoin du dôme de pierre se rassembla au centre, au pied de Yanosa, là où se trouvait à l’origine Akimoto.

Au sol ne demeura qu’une flaque vrombissante de lave, aux portes de l’ébullition. La surface instable de l’étendue volcanique changeait constamment de forme, oscillant entre un plan parfaitement droit et des pics de laves aux comportements chaotiques, s’étirant dans toutes les directions. Certains informes comme des stalagmites, d’autres ressemblaient étrangement à des mains cherchant à s’agripper à quelque chose à l’extérieur. Un nouveau cri retentit, accompagné de ce qui semblait être un visage qui tentait d’émerger de la lave en fusion. Puis, soudainement, tout s’arrêta. Le silence. La flaque de lave reprit une forme parfaitement plane. Venaient-ils d’achever le Nidaime? Ou de lui offrir les clés de sa prison d’ébène?

Spoiler:
 

_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Signaki1
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa
Borukan Muramasa
Borukan MuramasaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Ven 26 Juin 2020 - 23:34
Réveil du Géant de Pierre
Muramasa x Yanosa x Amiko

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Le Temple Hashiman était sombre et emplit de terreurs, mais la vaillance des Shinobi épris de justice ne vacillait jamais devant les griffes funestes du destin. Dans le corridor de l’antichambre des damnés, alors que les hurlements de douleurs résonnaient dans des échos diluviens de basalte, les aventuriers ayant bravé les chemins de traverses et les vallées désertiques avaient pour sacrale mission que de venir en aide à l'appel clanique du volcan. Le médecin de l'impossible était un peu perplexe, n'ayant jamais vraiment étudié les mystères de la transmutation d'un corps en élément. Le taciturne pouvait se targuer d'avoir réussi à résoudre l'un des mystères du soin sur ce genre d'énergumène avec une mission médicale de naguère, mais là il nageait en eau trouble.

L'idée de la chrysalide lui venait naturellement à l'esprit. Néanmoins, sans preuve du contraire, l'ancien Tsuchikage ne semblait pas être touché par les esprits animaliers des nébuleux Yasei. Il aurait été bien cocasse que le géant roux se transforme en papillon. Alors que l'esprit du Borukan se perdaient dans des hypothèses sibyllines, la Kunoichi silencieuse prenait la parole de manière surprenante, révélant son ténébreux secret qui expliquait la situation. Alors que la petite demoiselle racontait son passé tragique en affichant une tristesse évidente à travers ses grands yeux d'améthystes qui peinaient à retenir ses larmes, le molochien confirmait en approuvant de ses dires les paroles de l'ingénue. Soudain, le gaillard se métamorphosa en roche vivante en prévenant qu'il valait mieux pour la prêtresse et le médecin de s'écarter. Il allait se charger de tout avec la magmatique nubile, afin de sauver - ou plutôt accélérer drastiquement la transformation - le Akimoto qui convulsait dans la basalte inerte de sa prison d'effroi. Muramasa ne se fit pas prier pour reculer devant ce florilège de matières se mêlant l'une à l'autre pour de sombres et fallacieux desseins, faisant reculer la pauvre femme qui ne voulait pas abandonner son fils en agrippant par l'épaule.

Décidément, le monde des assimilateurs était un épais mystère. Cependant, cette philosophie semblait prendre un essor grandiloquent à travers les mers du Yuukan, se répandant aux quatre coins du monde.

Sortant un encensoir de la poche intérieure de son manteau, le parangon la porta à ses lèvres en admirant la scène qui se déroulait de manière dantesque sous ses yeux. Un dôme immense de roche plus marmoréenne que jamais englobait le Borukan de pierre et de lave, cachant en grande partie, si ce n'est totalement, ce qui se passait à l'intérieur.

Soudain, des cris plus rauques et assourdissants éclataient à travers l'antre de la folie. La transformation ou libération, ou quoi que ce fut, semblait se passer comme sur des roulettes. Finalement, plus aucun son n'émanait de la bulle tellurique où l'enfer faisait rage.

Le divin corbeau se gratta la tête, un peu perplexe. Cependant, toujours aussi habile de sa verve, rassura sa grand-mère qui ne semblait pas vraiment rassurée.

« Ne vous inquiétez pas, tout va bien se passer... » -dit-il, avec conviction malicieuse-

Akimoto était une véritable force de la nature. Le colosse d'Iwa, l'Ombre du volcan, le lion rougeoyant, le démon destructeur. Il ne pouvait donc finir ainsi, apporté par une mort affreusement douloureuse... Alors que le dernier écho du râle de l'exilé se perdaient dans le temple souterrain, le médecin allumait avec panache sa cigarette qui illuminait les méandres des abysses comme une torche dispersant la nuit vespérale.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Amiko
Amiko

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Lun 29 Juin 2020 - 12:50
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Yjon

Réveil du géant de Pierre



Hiver 204

Son prénom résonna dans la pièce qui se vidait petit à petit. L'interpellée porta son attention sur l’Oterashi alors qu’elle attendait patiemment de savoir ce qu’il avait en tête. Il était en tout cas hors de question de sortir d’ici sans aider le Borukan qui était prisonnier de ses tourments et lui… même. Amiko leur expliqua alors ce qu’elle pensait être là une transition et une transformation qui avait duré bien trop longtemps. Il était temps pour Akimoto de se réveiller. Tout le monde semblait d’accord avec cela. Yanosa confirma ses dires avant de conseiller aux deux membres claniques de reculer. Elle comprenait alors que c’était maintenant que son rôle allait prendre toute son importance. Le pugiliste commença alors à se transformer en roche et l’invita à en faire de même. Légèrement surprise, la Sakki hocha de la tête alors tandis que son coeur battait rapidement. Alors qu’un dôme commençait à les entourer, accroché au tellurique et les séparant de Muramasa et Tsukiko, elle leur lança un dernier regard avant de sentir son essence bouillante jaillir en elle et la transformer petit à petit en lave. La chaleur dans le cocon était à son paroxysme. Il fallait agir très vite pour que ça ne se répercute pas sur l’Oterashi.

Avertissement donné, l’assimilatrice se contenta de hocher de la tête et fixa la statue de ses pupilles magmatiques. Elle ne savait pas ce qu’il se passait au sein de Yanosa, mais la force qu’il utilisa pour essayer de faire sortir Akimoto de sa coquille était vraiment impressionnante. Au point qu’un cri de sa part quitta sa bouche et qu’en face, le craquellement fit son apparition. Un nouveau grognement émergea du Borukan qui aurait fait sursauter n’importe qui de craintif. Tout se déroula très rapidement et très intensément. Amiko pouvait apercevoir la coquille se briser petit à petit, mais le flot de lave intense et impressionnante qui s’en libéra fut effrayant et impressionnant. La peur vint la prendre aux trippes avant de se rendre compte que celle-ci ne lui faisait pas de mal, bien au contraire. Si la prison de pierre s’était vue recouverte du liquide volcanique, celle-ci encaissa et protégea les personnes extérieures, elle espérait que le pugiliste ne souffrirait pas trop et se devait de se bouger. La flaque devant celui qui lui avait appris à se maîtriser était là, bouillait, semblait se débattre contre elle-même. La kunoichi aperçu ce qui semblait être un visage alors qu’il semblait crier tout son désespoir ou sa détermination. Puis plus rien.

La kunoichi s’approcha alors dangereusement de la flaque, marchant même dedans et tendit une main emplie de volonté. Sa voix alors résonna dans le cocon.


« Battez-vous Akimoto ! Vous pouvez le faire, vous pouvez dominer ce pouvoir. L’extérieur vous attend depuis bien trop longtemps ! La douleur disparaîtra, la solitude aussi. Il est temps de connaître la liberté et la lumière, il est temps de tendre la main, ma main. Il est temps de ne faire qu’un avec votre don. Akimoto, si vous m’entendez, je crois en vous, battez-vous ! »

Des petites perles de lave tombait sur cette flaque endormie. Elle espérait du fond du coeur qu’il l’avait entendue et qu’il n’avait pas simplement disparu. La kunoichi pria aussi fort que possible. Le Borukan pouvait le faire, il était temps pour lui de revenir parmis les vivants.




_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Lun 29 Juin 2020 - 14:38
Pendant un instant qui se perdit dans l’immensité du temple d’Hachiman, le guerrier de pierre eut l’impression de ne plus rien entendre qu’un bruit blanc intense. Son propre cri d’effort bestial s’était conjugué avec celui, désincarné, qu’avait produit Akimoto tandis que son corps transformé était soumis à des forces contraires ahurissantes. Puis, à ses oreilles eut lieu un éclatement sourd et soudain. Sa vue se brouilla, saturée par une explosion luminescente qui engloba toute la sphère, et le Tellurique sentit son corps se faire engloutir par la chaleur.

Ses sens abasourdis, sa perception de son environnement compromise par l’effroyable conjonction d’énergies qui venait d’arriver à son terme destructeur, Yanosa prit du recul. Son rempart de toute part s’écroulait, et son corps lui-même semblait avoir subi de sérieux dégâts. Sur lui semblait d’ailleurs encore couler des gerbes de magma pas encore décidées à se solidifier, mettant encore davantage en péril l’intégrité de sa forme actuelle. Mais, Assimilateur confirmé qu’il était, cela ne signifiait pas pour autant qu’il ressortirait de ce petit enfer avec la moindre blessure : l’Oterashi commença en effet à muer, laissant derrière lui des pans entiers de son corps transformé en se repliant loin de l’épicentre, se reformant petit à petit en s’assurant que rien ne subsiste d’ouvertement brûlant sur sa peau de pierre. Il avait ainsi presque rejoint Tsukiko et Muramasa, alors que ses sens commençaient à se remettre, et put donc observer le déroulé qui suivi.

Amiko, d’elle-même, était entrée en jeu, bien consciente que c’était le moment précis où le Nidaime, où son équipe, avaient besoin d’elle. Dans son discours passionné, Yanosa ne put s’empêcher de remarquer des similitudes de vocabulaire, notamment avec les termes qu’il avait employé jadis pour la faire sortir elle, de sa coquille. Aujourd’hui, à la regarder ainsi former de longues phrases chargées d’émotions, il réalisait le chemin parcouru, et était d’autant plus confiant dans sa capacité à jouer son rôle le jour venu. La flaque de lave, pour l’instant inerte, était bel et bien chargée et animée de chakra, celui d’Akimoto, et ce n’était plus qu’une question de temps avant que ce dernier ne retrouve sa forme humaine. Yanosa était passé par là, et connaissait le caractère désagréable des premières transformations, mais nul doute qu’un ancien Kage qui avait déjà tant traversé pourrait y faire face. Toujours sus sa forme assimilée, par habitude plus que pour rester à l’abri d’une éventuelle gerbe de lave, l’Oterashi se tourna vers la doyenne du clan Borukan et, dans le même dans, vers son petit-fils à ses côtés.

« Votre fils est sauf. Ce n’est qu’une question de temps… avant que son chakra ne lui dicte de reprendre forme humaine. Et il a une coach sur mesure, qui plus est… fit-il en pointant Amiko du menton, la jeune femme toujours assimilée brillant dans la relative obscurité du temple.

Iwa a fait sa part, ajouta-t-il avec un air plus dur qu’à l’accoutumée en fixant à nouveau Tsukiko. Il est donc temps pour vous de vous acquitter de la vôtre. »

Son regard dévia un instant en direction de la grande statue du Dieu Singe, élément à la fois esthétique et pratique du Temple et qui en représentait ostensiblement le coeur.

« Que savez-vous du Dieu Singe… Que savez-vous… de son lien avec Iwa, avec Rokkusu. Dites-moi… quels secrets votre clan garde-t-il depuis si longtemps… sur Yonbi ? »

Muramasa, au côté de Tsukiko, était un Jûnin confirmé, et si le contexte particulier qui l’entourait du point de vue familial avait pu avoir un impact sur son niveau de concentration, Yanosa ne doutait pas qu’il était bel et bien au fait de la crise silencieuse que traversait leur village. La doyenne avait beau être sa grand-mère, il espérait… qu’il n’hésiterait pas à l’appuyer, dussent-ils la bousculer un peu pour obtenir des réponses.

_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Mar 30 Juin 2020 - 3:16
Depuis son monde cauchemardesque, la lueur qui fendait l’obscurité et qui appelait le Colosse prit lentement forme, dansant au travers les ténèbres jusqu’à devenir une fine silhouette. Lumineuse, radieuse et grâcieuse. Puis, la voix jusqu’alors imperceptible devint subitement audible « Battez-vous Akimoto ! Vous pouvez le faire, vous pouvez dominer ce pouvoir. » Il voulait l’écouter, il voulait s’en sortir. Mais la douleur était encore si forte, plus intense que la plus vive des brulures. « La douleur disparaîtra, la solitude aussi. » Redoublant d’effort, le Colosse appela à lui ses dernières forces, bravant la douleur et la fatigue. Un hurlement retentit dans l’enceinte du temple alors qu’Akimoto brisait les chaînes d’ébène qui le retenaient jusqu’alors. « Il est temps de connaître la liberté et la lumière, il est temps de tendre la main, ma main. » L’écoutant comme s’il était envouté, le Borukan tendit sa main vers la silhouette radieuse brisant l’obscurité devant ses yeux. À bout de bras et de force, il attrapa sa main d’une solide poigne. « Il est temps de ne faire qu’un avec votre don. » La flaque de lave se remit à gronder et à vibrer au pied de la jeune assimilatrice. Elle se mit à tournoyer autour de ses pieds et de sa main tendu. « Akimoto, si vous m’entendez, je crois en vous, battez-vous ! » La lave tourbillonna de plus belle avant de lentement se stabiliser et de prendre forme. Celle d’un imposant homme, agenouillé, complètement nu, la petite main d’Amiko au creux de sa paluche. Puis, comme le liquide volcanique qui se refroidit, la lave changea de couleur pour devenir de la chaire et, trônant au-dessus, une chevelure flamboyante. N’ayant pas la force de se retenir, le Colosse s’écroula aussitôt à plat ventre.

La vieille dame jusqu’alors presque aussi stoïque que ne l’était la statue du Dieu-singe se jeta vers son fils pour l’étreindre de ses maigres bras, passant à côté de Yanosa sans lui répondre. Les larmes coulèrent à flot sur ses joues alors qu’elle emmitouflait son visage dans la chevelure ardente d’Akimoto. Son fils avait retrouvé la vie. Qui plus est, il avait été béni du pouvoir d’Hachiman, il ne faisait plus qu’un avec lui et le volcan maintenant. Tremblante, elle se releva et s’inclina aussi bas que possible en guide de respect et de reconnaissance.

« Oh merci…merci pour tout. Qu’Hachiman vous accorde sa bénédiction! » dit-elle en se relevant, tremblante. Puis, elle se tourna vers le Chûnin qu’elle avait ignoré plus tôt. « Merci…Je vous serai éternellement reconnaissante pour votre aide. Je n’ai malheureusement pas beaucoup de réponses à vous apporter…Hachiman fait partie des coutumes de notre clan depuis ses origines. Il ne fait qu’un avec tous les Borukan, nous partageons son pouvoir. Si le clan vie maintenant à Iwa, alors Hachiman s’y trouve également. » Elle marqua une pause, essuyant ses yeux larmoyants du revers de sa manche soyeuse. « Yonbi…Il y a bien longtemps que j’ai entendu quelqu’un appeler le Dieu Volcan de la sorte. C’est comme ça que mon prédécesseur l’appelait…Je n’ai pas réponses à vos questions, mais je peux vous donner accès à nos archives et nos écrits anciens. En espérant que cela puisse suffire… »

Sur ses paroles, la vieille dame récupérer sa canne et tapa deux grands coups sur le sol rocheux du temple. Aussitôt, quelques acolytes en tenus écarlates les rejoignirent. L’un d’eux jeta une couverture sur le corps dénudé et suintant d’Akimoto et avec l’aide de ses camarades le retournèrent sur le dos. Une rapide inspection leur confirmèrent qu’il s’en tirerait indemne, mais il était toujours fiévreux et nécessiterait encore quelques soins d’une main experte avant d’être totalement remis sur pied. Mais au moins, au soulagement visible de tous, il était vivant. Les traits de son visage semblaient même plus lisses qu’auparavant, comme si cette transformation avait redonné quelques années à son enveloppe charnelle vieillissante.

À la grande surprise des acolytes qui l’entouraient, Akimoto rouvrit les yeux. D’abord à peine, puisqu’aveuglé par la lumière environnante, puis un peu plus, lui permettant de distinguer les différentes personnes autour de lui. Des visages inconnus ou obscure pour la plupart, mais parmi eux il reconnut sa mère, Tsukiko, et…Muramasa? Que faisait-il ici? Il tenta de se relever, mais son corps ne lui obéissait pas. Il ne se redressa que de quelques centimètres à peine avant de s’écrouler sur le dos de nouveau. En plus de son corps engourdit et endolorit, son esprit était brumeux et nauséeux. Akimoto avait l’impression de se réveiller d’un long sommeil trouble. Combien de temps avait-il été inconscient? La dernière chose dont il se souvenait était de s’être recueillit au temple pour la première fois depuis son arrivée pour tenter de renouer avec les pratiques de son clan. Puis…Plus rien…Jusqu’à tous ces visages autour de lui. Le reste ne lui semblait être qu’un distinct cauchemar…mais pourtant si réaliste. Il se souvenait d’une profonde douleur, d’une obscurité envahissante…Mais également d’une voix paisible et d’une douce voix, l’appelant…

« Soiff… » dit-il simplement d’une voix rauque et presque inaudible. « Qu’on m’apporte du saké » ajouta-t-il en pensé sans être capable d’en prononcer les mots.

_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Signaki1
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa
Borukan Muramasa
Borukan MuramasaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Jeu 2 Juil 2020 - 1:05
Réveil du Géant de Pierre
Muramasa x Yanosa x Amiko

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Il fallait bien avouer que l'entreprise semblait plutôt sibylline et hasardeuse, mais c'était sans compter sur le talent ineffable des Shinobi telluriques qui disposaient de plus d'un tour dans leur sac à malice. Le médecin de l'ombre était assez perplexe sur les chances de réussite de cette tentative désespérée, car étant homme de science tout autant que rêveur des encres. En effet, les chances pour que l'ancien Nidaime redevienne de chair et de sang défiaient toute logique, alors qu'une explosion spontanée et une mort dans d'atroces souffrances se voyait être le scénario le plus probable.

Alors que la silencieuse aux yeux d'améthyste sauvage s'affranchissait du mutisme qui la hantait, employant un discours de toute beauté avec passion qui rappelait les mélopées les plus lyriques sur l'amour et l'amitié, le molochien aux muscles saillants réapparaissait sous sa forme humanoïde afin de signifier la réussite de la transmutation de la statue de basalte en Akimoto bon pied bon œil. Le métamorphe rocheux profitait pour aborder les réelles motivations qui se nimbaient derrière cette aide apportée contre toute attente à un exilé, abordant une fantasque histoire de singe démoniaque. Les rumeurs dans les huiles se déversaient de manière goguenarde sur un cataclysme à l'ampleur aussi colossale que les monstres des abysses de la nuit des temps.

Dans un premier temps, la prêtresse ignorait la demande, trop contente de retrouver son fils qui venait de reprendre une apparence plus ou moins humaine, bien qu'il fût nu comme un ver, ce qui était logique chez les assimilateurs.Une troupe de sbires arrivait en fanfare afin d'ausculter le bougre qui exhibait sa nudité de manière choquante, confirmant que le Borukan était tiré de son cauchemar marmoréen. Le médecin regardait la scène un peu incrédule, étant à la fois un peu surpris que ce soit aussi simple et content que le vieux renard s'en soit sorti malgré les augures bien sombres.

Alors que la Tsukiko répondait aux interrogations du golgot aux pouvoirs de la terre nourricière, Muramasa repensait au passé. Il apportait donc une hypothèse assez surréaliste. Il était surement inutile de demander où se trouvait ce prédécesseur qui connaissait surement les réponses aux questions pernicieuses de Yanosa. Il devait surement être mort depuis un bon moment. Cependant, la piste était trop importante pour être omise.

« Cela serait surement une piste intéressante. Cependant, vous dites que votre prédécesseur connaissait des secrets que vous même ignoriez à travers vos paroles. Est-il possible qu'il ait eu un disciple ou une descendance à qui il ait transmis son savoir ? Peut-être un journal intime qui traîne, qui sait... » -dit-il, essayant d'instiguer les réponses aux énigmes de naguère-

Tandis que Akimoto faisait montre de son désir de se rincer le gosier, chose légitime après tant de saisons de catatonie, le taciturne aux cheveux de jais émis une idée plus loufoque encore, mais de manière discrète en parlant à voix base au magicien du Doton ancestral. En effet, on ne savait jamais comment des fanatiques religieux pouvaient le prendre lorsqu'on remettait en question leurs croyances. Il fallait donc raison garder.

« J'ai entendu dire qu'il existait des moyens de sceller les engeances cataclysmiques. Serait-il possible que cette énorme effigie simiesque soit en fait Yonbi qui est scellé depuis les temps anciens ? Nous devrions peut-être examiner cette statue au moment opportun. » -chuchottant, clin d'oeil-clin d'oeil-

Terminant d'évoquer les chimères, le Borukan aux yeux mordorés s’avançait vers son paternel pour rapidement voir si en effet sa santé était sans nuages. Chose qui semblait être le cas. Se tournant vers l'un des apôtres du Hachiman du volcan, le fier médecin lui demanda d'apporter au plus vite moult saké pour l’assoiffé. En effet, Connaissant le bougre, il était évident qu'il demandait son ambroisie préféré, a seule et l'unique.

« Apportez du saké. Pressement. » -fixant l'un des dévots, avant de se tourner vers son paternel et Amiko- « Akimoto-san, ça fait longtemps. Je crois que cette jeune fille et vous partagez un don similaire dorénavant. »

N'étant point un expert des échanges sociaux, le corbeau vespéral laissait le soin à la Kunoichi d'expliquer les échos fantasmagoriques de l'assimilation qu'elle partageait avec l'ancien Nidaime.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Amiko
Amiko

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Lun 6 Juil 2020 - 2:06
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Yjon

Réveil du géant de Pierre



Hiver 204

Tout ce qui se déroulait autour d’elle s’éloignait petit à petit de la bulle dans laquelle elle s’était enfermée pour aider Akimoto. La jeune femme n’avait pas eu cette chance. Sur le moment, personne ne comprenait ce qui lui arrivait et elle avait combattu intérieurement durant de longs jours. Même, jusqu’à récemment, la Sakki s’était donné à la tâche très difficilement pour apprendre à se maîtriser. Grâce à Yanosa, grâce à son acharnement, grâce au soutien de ceux qu’elle aimait, elle avait fini par y arriver. Ce contrôle de son don lui avait permis de gagner en confiance et l’éloignait de ce mutisme dans lequel elle s’était enfermée durant des années. Pour aider le Borukan, la genin avait pris sur sa timidité et était devenue quelqu’un d’autre, quelqu’un qui devait l’aider et lui tendre la main.

Soudain, une poigne magmatique plus forte se posa sur la sienne. Si on ne pouvait le voir, un sourire assez significatif de ce qu’elle ressentait s’affichait sur son visage de lave. La sienne d’ailleurs se mit à danser et à démontrer d’un combat et d’un éveil intense. Autour d’elle, c’était impressionnant et elle n’osait pas réagir, seulement être spectatrice de ce phénomène plus que beau et dangereux. Un colosse agenouillé face à elle, prenait forme petit à petit et alors qu’elle se rendait compte que la lave disparaissait petit à petit, Amiko en fit de même avec son pouvoir pour ne pas brûler sa main. Sa chevelure flamboyante était similaire aux pointes de la longue chevelure de l’assimilatrice. À bout de force, celui-ci commença alors à s’écrouler. Amiko tenta de le retenir pour amortir la chute et le rapprocha de ses genoux pour qu’il soit plus à l’aise. Ses pupilles rosées se mirent à briller d’émotion alors que la grand-mère remerciait du fond du cœur le groupe face à ce miracle.

Elle mentionna alors Hachiman et Yonbi suite aux interrogations de l’Oterashi et du ténébreux. Si la perplexité du sujet avait fait peur à la jeune femme de premier abord, son attention, portée sur le Borukan presque endormi, lui faisait oublier ses tracas. S’ils pouvaient obtenir des informations, elle ne serait pas contre, mais l'important n’était-elle pas aussi de s’assurer qu’Akimoto soit… en bon état ? Une couverture vint le recouvrir alors qu’il termina sur le dos. Tout le monde attendait le moment où il ouvrirait ses yeux, pour savoir dans quel état mental, il se trouvait. Celui-ci tenta de se relever, mais trop affaibli, ce fut un échec et la genin eut le réflexe de l’aider à se rallonger. Une main sur son front laissait penser qu’il avait de la fièvre. À savoir si c’était le pouvoir en lui enflammait son corps ou si c’était tout ce temps passé dans de la pierre volcanique.

La seule chose qui s’échappa de ses lèvres semblait être le désir de boire. Eh bien au moins il savait ce qui était important pour un humain. Lui qui n’avait pas dû s’hydrater depuis tellement longtemps… Amiko ne réagit pas lorsque Muramasa se rapprocha pour vérifier son état. Elle fut surprise de le voir lui demander du saké, breuvage qu’elle ne s’était jamais permise de goûter pour ne pas perdre le contrôle sur son esprit et sa soif. Un don similaire… Son visage s’abaissa pour regarder le Borukan. Elle n’était plus seule, c’était vraiment important pour elle de le savoir. Presque sauvages, des petites perles d’eaux se présentaient dans le coin de ses orbes saumons.


« Bon retour parmi nous, Akimoto-san, camarade de la lave. »




_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Lun 6 Juil 2020 - 21:52
Pour espérer obtenir un semblant de réponse, le Tellurique dut se montrer quelque peu patient. Il toléra l’attente, comprenant bien quel genre de sentiment devait à ce moment précis emplir la doyenne du clan Borukan : quel genre de mère, en effet, pouvait rester de marbre face à ce qui pouvait fortement ressembler à la résurrection de son fils ? Yanosa observa la scène qui se déroulait sous ses yeux, la main tendue d’Amiko, salvatrice, et la manifestation à priori inexorable du retour à la vie humaine de l’ancien Nidaime Tsuchikage. Peu étonnant que cet homme s’en sorte, songea l’Oterashi. Si lui avait pu traverser les épreuves que représentait l’éveil des capacités d’Assimilation, alors un individu aussi expérimenté et robuste que lui le pouvait certainement aussi.

L’émotion emplit donc la grande salle du temple d’Hachiman, et alors que le Chûnin en quête d’informations écarquillaient les yeux dans l’expectative de ce que Tsukiko allait pouvoir lui apprendre, son visage se renferma et se crispa lorsqu’il entendit enfin sa réponse tant attendue. Un accès aux archives. La simple manifestation de la gratitude de l’aînée d’un clan réputé. Rien de réellement tangible ou de fait nouveau à mettre sur la table. Pas de progrès. Yanosa domina sa propre pulsion de frustration, écoutant attentivement ce que le petit-fils de Tsukiko avait à dire. Ce dernier, qu’il n’avait jusque là pas connu très volubile, ne cacha pas son envie d’avoir accès à davantage de sources à éplucher en se manifestant dans ce sens auprès de la Borukan. Pour ainsi dire, il lui enlevait les mots de la bouche… ou presque, car si le Tellurique avait prononcé le moindre mot, cela aurait certainement été pour réitérer sa demande de façon plus ferme. Heureusement ou pas, Muramasa détourna cependant brièvement son attention sur la statue de Yonbi, qui décorait et soutenait en même temps la voûte du temple. Sans prendre les mêmes précautions que le Juunin, il répondit donc à ce dernier presque à haute voix.

« ...Non, Muramasa. Je sais exactement où se trouve Yonbi, c'est bien ça le problème. Et ce n’est pas ici. Mais jeter un œil de plus près de pourra pas faire de mal à ce stade... »

Du saké fut quémandé pour le Nidaime en pleine récupération, tandis que la jeune Amiko restait à son côté comme pour veiller sur lui. L’instant était beau, à n’en point douter, et en son for intérieur, Yanosa aurait aimé pouvoir en profiter pour ce qu’il était, en dépit du passé souvent décrié du Borukan qui venait d’opérer sa transition vers l’Assimilation. Seulement… le coeur n’y était pas. D’un pas lent, presque las, il se rapprocha finalement de Tsukiko, Akimoto et Amiko tout en observant le Nidaime.

« Merci, Tsukiko-donô. Nous éplucherons avec soin ces archives, pour tenter d’y trouver des réponses... »

Sur le côté, un adepte du temple arriva en trombe, une cruche à la main, et la tendit à Akimoto l’air un peu incrédule. L’Oterashi gageait qu’entre la résurrection du fils de Tsukiko et le fait d’avoir du amener une telle quantité de saké jusqu’ici pour lui permettre de se « désaltérer », il avait de quoi se sentir un peu perdu. Le Tellurique se pencha alors plus particulièrement vers le Nidaime exilé, ses mains maintenues le long de son corps au prix d’un self control rigoureux.

« Akimoto-san… Vous voilà devenu Assimilateur de Lave. Félicitations. Il y a fort à parier que vos nouveaux dons… pourraient être utiles à Tsuchi dans un avenir plus proche que lointain. Mais, pour les détails… il ne m’appartient pas de décider ce que vous voudrez ou pourrez en faire. »

Même ressuscité, le Nidaime restait un exilé. Tout utile qu’il pouvait être pour Iwa dans la crise à venir, ce n’était pas à Yanosa de décider si il devait être mis au courant de celle-ci, et il n’y avait qu’un endroit, qu’une personne, pour parvenir à trancher dans le vif de la situation. Et encore fallait-il, bien sûr.. qu’il en ait l’envie de s’y rendre.

_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine
Borukan Akimoto
Borukan Akimoto

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Mer 8 Juil 2020 - 4:24
Le Borukan et son fils avaient beau n’être pratiquement rien de plus que des étrangers l’un pour l’autre, ce dernier avait tout de suite compris ce dont le Colosse avait besoin. Comme s’il avait lu dans les pensées de son paternel, il dépêcha les acolytes de la grande prêtresse d’aller chercher du saké pour désaltérer le géant réveillé. Lorsque les hommes en tenu écarlate revinrent quelques minutes plus tard, ils se dépêchèrent de remplir un gobelet pour le Borukan assoiffé. Rouvrant à peine les yeux, Akimoto tendit son énorme paluche, non pas pour saisir le gobelet, mais plutôt pour l’écarter du revers. Il arracha le cruchon de saké des mains du serviteur pour le porter, lentement et maladroitement vers ses lèvres. Il n’avait jamais eu aussi soif de toute sa vie. Même une traversé du désert de Kaze en pleine tempêter de sable lui semblait plus désaltérante que la sensation de soif qui l’envahissait au moment présent. Le rouquin s’enfila le contenu de la gourde en quelques grandes gorgées, mais ne manqua pas d’en renverser une partie du contenu qui dégoulina barbarement sur sa barbe et ses joues. La vieille dame ne put s’empêcher de retenir un petit éclat de rire. Elle reconnaissait bien là son fils. De quelques gestes elle ordonna à certains de ses adeptes un ordre silencieux, puis ceux-ci quittèrent les lieux.

« Si mon prédécesseur a laissé une trace de cette information, elle se retrouvera dans les archives. » répondit-elle ensuite à son petit-fils. « Vous aurez amplement le temps de les éplucher avant votre départ si vous le désirez. Sinon, considérez que vous serez toujours les bienvenues ici quand vous le voudrez pour le faire. Maintenant, venez, vous devez être épuisé de votre voyage et de tous ces évènements, je vous ai fait préparer à chacun une chambre et un repas chaud vous attendra plus tard dans la soirée. »

La Borukan tourna alors les talons vers la sortie du temple et invita le trio d’Iwa à la suivre. À demi-conscient, Akimoto ne perçu qu’une bride des informations cryptiques que le Chûnin tenta de lui transmettre. Le village était-il en danger? Un millier de question lui traversèrent alors l’esprit, mais il n’eut pas la forcer d’en poser une seule. Cela serait pour une autre fois, lorsque son esprit toujours bouillant se serait apaisé. Les acolytes toujours présent firent basculer délicatement la dépouille imposante du Borukan somnolant sur une civière pour l’amener en toute sécurité vers un lieu de repos plus approprié. Emboitant le pas au groupe, Akimoto saisit le bras de la jeune Amiko lorsqu’il passa à ses côté.

« Amiko-san…Merci. » dit-il tout en fixant la jeune femme. D’une main tendu, il essuya les larmes qui perlaient sur ses joues.

La jeune femme ne s’était pourtant pas présentée, mais pour une raison obscure et inconnue, son nom était venu instinctivement à l’esprit du Borukan. Peut-être avait-il entendu l’un de ses camarades le prononcer lorsqu’il était toujours une statue? Ou peut-être était-ce parce que leur essence volcanique s’était entremêlé un court instant lors de sa libération. Chose certaine, Akimoto et Amiko serait lié maintenant et pour toujours.

Tandis qu’Akimoto fut amené directement dans les quartiers privés du domaine de Tsukiko, la vieille dame dirigea les trois shinobis vers l’annexe des invités de son domaine, aménagé dans l’aile ouest composé d’une série de plusieurs chambres individuelles et privés les unes à côté des autres et d’une grande pièce commune servant de lieux de détentes et de repas qui donnait directement sur la cour intérieur du domaine. Ils eurent tous les trois quelques heures pour se reposer ou échanger avant qu’un copieux repas, digne de tout les festins Borukan, ne leur soit servis.

֍֍֍

Akimoto ne pouvait pas dire si cela faisait quelques heures, jours ou semaines depuis qu’il s’était vu émerger de son cocon d’obsidienne. Son esprit avait récupéré la plupart de ses facultés, même si parfois, surtout lorsque la fatigue le prenait, il avait toujours l’impression qu’un voile de brume l’engloutissait. Et si son corps lui était de nouveau familier, une drôle de sensation qu’il n’expliquait pas encore l’habitait constamment. Pas encore tout à fait habitué à son statue d’assimilateur, le Borukan avait l’impression que son corps était en perpétuel combat contre lui-même pour garder forme et contrôle. Il avait passé le plus clair de son temps à dormir et récupérer, mais lorsqu’il était éveillé, Akimoto ne pouvait s’empêcher de se remémorer les paroles énigmatiques que Yanosa lui avait lancé lors de son réveil. Iwa aurait peut-être besoin de ses nouveaux pouvoirs plus tôt que tard…Si son exile l’avait rendu amer, aigri et méfiant. Une partie de lui ne pouvait se résoudre à abandonner son village, son bébé, s’il avait besoin de lui. Au plus grand damne de sa mère, le rouquin avait empaqueté ses quelques effets personnels en vitesse pour rejoindre le trio de shinobis aux portes de la vallée.

« Vous ne comptiez tout de même pas partir sans moi, n’est-ce pas? » leur lança-t-il en affichant son célèbre sourire carnassier tout en prenant la pose en s’appuyant sur sa canne.

Spoiler:
 

_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Signaki1
« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine https://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa
Borukan Muramasa
Borukan MuramasaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Ven 10 Juil 2020 - 21:32
Réveil du Géant de Pierre
Muramasa x Yanosa x Amiko

Scheming in the darkness can not be called real subterfuge.
True strength is being able to mislead the eye under the light of day.
Fact and fiction are opposite sides of the same sheet of paper.
Who can see beneath the surface and glimpse my true nature ?





Apparemment, le molochien disposait d'informations assez détaillées sur le monstre en question, en particulier sur la position de ce dernier. Cela n'était pas étonnant, car Muramasa avait raté pas mal d'informations dernièrement sur les tenants et les aboutissants qui planaient au dessus de la Roche, suite à son séjour prolongé dans les ténèbres d'un sombre canyon nébuleux. De plus, malgré sa vaillance éternelle, son désintéressé pour les affaires sibyllines qui tourmentaient le village caché commençait à naître en son for intérieur, car après tant d'années de bons et loyaux services la graine de la mélancolie avait pris racine. La grande prêtresse du Hachimon ne semblait pas être en mesure d'apporter plus d'aide que les archives afin de disperser l'épais brouillard qui plongeait dans un mystère opaque la terrifiante et cauchemardesque affaire du démon aux moult queues tentaculaires et assoiffées de sang. Néanmoins, avec un peu de chance, il pouvait s'y cacher des informations précieuses qui pouvaient changer la donne.

« Je vois. » -regard mordoré, voix de cristal-

Alors que le Akimoto s'était rincé abondamment le gosier avec du gouleyant saké, il était question d'un peu de repos après une fête commémorant la résurrection du colosse de la lave. Après tant d'aventures, cette idée sonnait étrangement bien aux ouïes. Le médecin taciturne n'allait pas refuser la proposition, mais qu'en était-il de ses coéquipiers du moment ? De plus cela laisserait l'occasion d'étudier les pages jaunies au fil des décennies afin de chercher les encres narrant jadis.

Alors que l'Akimoto était emmené par une troupe de dévots vers un sanctuaire de plénitude, les envoyés de la Roche étaient conviés à leurs chambrées avant que la réception festive n'ait lieu. Il était sûr que les soirées Borukan avaient le mérite d'être dantesques et réputées comme les meilleures à travers le Yuukan tout entier, contrairement à celle des Pupilles Pales qui était cérémonieusement ennuyante à un point tel qu'une irrépressible envie de se crever les yeux faisait rage.

Malheureusement, il fallait bien avouer que les réponses que désirait trouver Yanosa, et certainement son Unité spéciale en répondant à l'appel de cette mission, demeuraient surement dans un brasier brûlant de mille flammes.

LE lendemain matin, alors que les Shinobi se préparaient à repartir en direction du village caché, le Nidaime se présentaient à eux pour des raisons qui coulaient de source. Cela n'était pas vraiment surprenant, mais ce dernier demeurait toujours un exilé aux yeux de la mère patrie. Mais n'y avait-il pas une raison qui avait poussé la Roche à répondre à l'appel des Borukan outre de possibles informations sur le mystère Yonbi ? Nébuleux. Seul Yanosa connaissait les réels desseins qui les avaient amenés à braver monts et vallées pour se rendre aux creux des volcans millénaires.

Le médecin de l'impossible demeurait dans son mutisme ineffable de toujours, aussi marmoréen que le marbre. Le choix ne lui appartenait pas après tout. Étrangement, bien que le ténébreux n'ait jamais été proche du vieux renard à la barbe rougeoyante, un certain contentement de le savoir tiré d'affaire s'ancrait dans son esprit.

Il fallait reprendre la route, afin d'assurer de meilleurs lendemains.



_________________

Even a storm that could ruin an umbrella
is not enough to halt a man’s journey.
Tread through wind and rain, and you’re bound to encounter a muddy stream.
And if it must be crossed, it is best to do so unclad.



Irou Gang Theme :
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t1918-muramasa-this-silence-is-mine https://www.ascentofshinobi.com/t8392-iwa-equipe-0 https://www.ascentofshinobi.com/t12130-muramasa-monogatari#105676
Amiko
Amiko

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Ven 10 Juil 2020 - 22:20
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Yjon

Réveil du géant de Pierre



Hiver 204

Tout semblait aller pour le mieux. Le soulagement pouvait se lire sur les traits fatigués de Tsukiko tandis que l’assimilatrice veillait au grain à la montagne de muscle, comme s’il était son protégé. Assez drôle comme situation alors qu’il pourrait être son père ou son grand-père. Yanosa semblait ailleurs, la kunoichi ne savait pas ce qu’il avait, si c’était lié à Yonbi ou non. Assoiffé, Akimoto vida la totalité de la gourde de saké dans une gorge sûrement très sèche. Le pugiliste félicita alors l’exilé, il mentionna alors l’utilité de son don comme il l’avait fait pour elle quelques mois auparavant. La lave était le secret de beaucoup sur les terres de Tsuchi. Amiko posa un regard curieux sur le Borukan alors, qu’allait-il faire maintenant qu’il était libéré de cette prison ? Seul lui, pouvait décider de la suite de son histoire, des chapitres à écrire, ce roman mit en suspens pendant une année.

Tout le monde se releva alors, plus difficilement pour Akimoto sous l’invitation de l’aînée à leur côté. Un peu de repos ne serait pas de refus en effet, même si la Sakki ne comptait pas fermer l’oeil de toute manière. Elle hocha de la tête, reconnaissante envers Tsukiko puis fut interpellée par une poigne sur son bras. Surprise, son regard rosé se posa sur celui qui transcendait avec le magma. La jeune femme ne s’était même pas rendue compte que ses larmes avaient continué couler, ses joues se colorèrent légèrement devant ces remerciements plus que sincères. Elle ne savait pas comment il avait su son prénom, mais une chose était certaine : un lien s’était créé durant ce sauvetage explosif et il était déjà fort. Amiko lui offrit alors un sourire, laissant dépasser ses quatre canines étranges avant de prendre son bras et de l’accompagner avec tout le groupe, vers les suites.

Avant que tout le monde ne se sépare, la kunoichi laissa l’ancien kage et s’approcha de l’Oterashi et l’interpella.


« Est-ce que tout va bien Yanosa ? Je t’ai trouvé un peu ailleurs ou préoccupé… Tiens, j’aimerais te donner quelque chose que j’ai trouvé en mission. Je me suis dit que ça te sera utile et que ça te fera plaisir, pour te remercier de tout ce que tu as fait pour moi… »

La Sakki attrapa sa main et déposa le rouleau qu’elle sortit de sa sacoche dans celle-ci avant de s'incliner timidement et de s'éclipser en courant jusqu’à sa chambre. Voilà, elle lui avait fait ce cadeau qu’il méritait et pouvait se plonger dans une réflexion personnelle qui allait bien durer toute la nuit.

Le lendemain, le groupe se prépara très rapidement pour reprendre la route. Pas de temps à perdre quand il y avait beaucoup de sujets à discuter. Devant la vallée qui les attendait, le trio fut rejoint par le Borukan. Si Muramasa ne semblait pas surpris, Amiko l’observa avec des yeux écarquillés et une joie certaine. Elle savait que sa situation était très délicate au vu de son passé, mais son rôle était à définir et peut-être qu’à Iwa, il saurait un peu plus ce qu’il fera en ayant toutes les cartes entre ses mains. Une chose était certaine, si la Sakki le pouvait, elle aiderait son camarade de lave à s'habituer à cette nouvelle nature.

La Sakki trouvait en ce temps une paix et un accueil qu’elle n’oublierait pas de sitôt, s’il y avait un lieu pour elle sentait pouvoir se sentir en sécurité, ce serait ici en tout cas. En attendant, le village de la Roche les attendait, il était temps de reprendre la route vers un futur bien terrifiant.


Spoiler:
 



_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] 58080_s
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t7798-le-volcan-d-iwa-se-presente-amiko#65333 https://www.ascentofshinobi.com/t7921-carnet-d-amiko-la-femme-volcanique#66099
Oterashi Yanosa
Oterashi YanosaEn ligne

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Empty
Sam 11 Juil 2020 - 15:08
Face au soulagement et à la relative bonne humeur qui s’était mise à régner dans la grande salle du Temple, la morosité et l’impassibilité de l’Oterashi trancha nettement. Car si l’objet officiel de leur mission venait effectivement de se voir réglé, l’objectif officieux mais à l’importance bien plus grande que Yanosa avait porté avec lui en tant que membre du Sazori s’avérait pour l’heure au point mort. Tsukiko leur avait donné un accès inconditionnel à leurs archives locales, des documents en pagaille qui, il l’espérait, pourrait receler quelques informations nouvelles et potentiellement utiles, même si cet espoir en particulier semblait bien optimiste. Le fait était dans tous les cas que tout restait à faire pour le guerrier aux cheveux rouges, et que la liesse ambiante n’avait pour ainsi dire aucune prise sur lui.

Avant que la salle du temple ne se vide, il reçut toutefois deux choses : la première, l’hospitalité des Borukan, qui leur était acquise pour la soirée et la nuit afin qu’ils puissent se reposer du voyage et se restaurer. La seconde, étonnamment, lui vint de la part d’Amiko, qui se dirigea vers lui pour un court aparté afin de lui transmettre un rouleau qu’elle avait visiblement gardé tout ce temps en sa possession. Intrigué, Yanosa en déroula une partie sur le champ pour savoir ce qu’il pouvait bien contenir, et hocha machinalement la tête lorsqu’il finit par comprendre.

« ..Merci, Amiko, j’en ferai bon usage, même si tu n’avais pas à me remercier… Je suis… préoccupé, oui, inutile de le nier. Mais ne t’en fais pas, ça ira » acheva-t-il en laissant sa main droite s’appesantir temporairement sur l’épaule de la jeune femme.

L’assistance conviée poliment à quitter les lieux, l’Oterashi lança un ultime regard en arrière vers cette imposante et impressionnante statue, sans doute fraction insignifiante de ce que pouvait être physiquement Yonbi. Plus que jamais, il ressentait cette pression sur ses épaules, cette responsabilité. Mais si certains soldats dévots et obédienciers ne ressentaient cette pression que par préoccupation pour leurs pairs, leur famille, amis, et pour prendre soin des sentiments qui accompagnaient chacune de ces entités, Yanosa lui n’était habité que par une chose : la pérennité de son berceau, la sécurité de son cocon.

Aussi, alors que les autres membres de son équipe profitaient de la soirée, dialoguaient, mangeaient, se reposaient en compagnie d’autres membres du clan Borukan, le Tellurique lui prit immédiatement le chemin des archives, auxquelles il fut mené par les envoyés de Tsukiko, et dépoussiéra page après page, livre près livre, pour tenter de trouver quoi que ce soit qui pourrait les éclairer sur le Dieu Singe. Il ne compta pas les heures, ni ne fit attention à la fatigue qui s’accumulait : du moment où le soleil se coucha jusqu’au moment où il reparut dans le lointain horizon, Yanosa éplucha les documents d’archive, comme habité d’une hystérie organisée, formant des piles, défaussant ce qu’il jugeait inutile et approfondissant les lectures des passages qui pouvaient sembler receler une quelconque bribe d’information.

Jamais. Jamais, il ne pourrait se dire qu’il avait fauté par négligence ou par laxisme. Tout ce qu’il pourrait faire, il le ferait. Pas pour le Commandement, ni pour le Daimiyô et encore moins pour tous ces shinobis qu’il connaissait si bien et qu’il peinait malgré tout à appeler camarades. Il le ferait pour lui… et son foyer fort de plusieurs milliers d’âmes.

_________________
Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto] Giphy

Theme
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Réveil du géant de pierre - MC [Muramasa/Amiko/Akimoto]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: