Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli]

Henmao Gyuren
Henmao GyurenEn ligne

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli] Empty
Dim 31 Mai 2020 - 15:44
Étales à moitiés rognées par la charogne nommée austérité, tentes parsemées d’âmes recroquevillées par manque de denrées, visages anesthésiés par les affres de ce cercle vicieux devenu maintenant quotidien. Ce paysage tissé dans une boucle répétitive s’écrasait avec désolation sur le cortège des trois silhouettes tranchant l’obscurité irréelle de cette nuit sous le crépitement de deux torches hésitantes, maigre reflet mettant en valeur leurs capes censés protéger des tempêtes de sables. En des temps plus généreux, on les auraient sûrement affiliés à des pilleurs de tombes venus saccager cet endroit de moyenne envergure … Une éventualité qui ne semblait même plus inquiéter ces gens. Ici et là, deux ou trois gosses zélés filaient à la manière d’étoiles impétueuses, contrastant avec le dépit du reste des habitants insouciant, même en voyant les voyageurs se séparer.

Ce petit hameaux était sensé être un lieu parfait pour une petite halte après la traversé de cet immense étendue infernale … Du moins, avant que sa situation ne vienne frapper le visage impassible du Gardien sacré dont la chevelure ondulait par dessus la capuche de maraudeur reliée à sa cape. Le repos … Ce serait plutôt eux qui en auraient besoin à en croire l’ambiance générale amorphe et agonisante. Bien évidemment sa présence en cet endroit ne relevait pas vraiment du hasard, comme à son habitude. Depuis la frontière, sans se cacher ni dissimuler son identité, la vagabond avait décidé d’accompagner deux autres voyageurs neutres, non soldats de métier mais disposés à se battre comme ces derniers. Une escorte de fortune en somme, lui permettant par la même occasion de voir du pays depuis le temps et ne pas se contenter de passer par les grandes villes.

Kaze … Ainsi donc se répercutait son appauvrissement et sa fragilité grandissante sur l’ensemble de ses habitants. Surtout depuis ce phénomène chakratique apocalyptique … Surement. Chaque pas effectué sur sa monture paraissait s’étirer dans le temps, témoin d’une nouvelle révélation au fil des secondes immuables. De par et d’autres, quelques personnes paraissaient murmurer certaines rumeurs naissantes, confiance aveugle ou pur scepticisme envers le dit homme. Visiblement, même la foi commençait à perdre de sa valeur … Les gens hésitaient, ne s’approchaient pas, demeuraient passifs. Une longue soirée s’annonçait pour Gyuren dont le regard doré cherchait désespérément des réponses sans n’obtenir aucune interaction véritable. Ce jusqu’à trouver après une petite trotte un coin tranquille afin d'attacher la monture empruntée précédemment.

Lentement, sa silhouette robuste de guerrier retomba une jambe après l’autre sur le sol, révélant l’espace d’un instant l’usure de son armure semi légère, d’une noblesse relative plus proche de la populace que d’une caste pleine de richesse. Ce qui impressionnait le plus pour un religieux demeurait son équipement digne d’un chasseur aux multiples outillages parfois peu orthodoxes. Nul ne savait vraiment comment l’aborder … Un combattant ou un homme de foi ? Ce ne fut malheureusement plus une question quand en une fraction de seconde, un cri perçant jaillit d’une tente au loin, tel les supplices d’une harpie enchaînée dans les profondeurs de la géhenne. L’intensité du choc strident emballa subitement la monture non habitué, envoûtant au passage le regard aussi inquisiteur qu’emplie d’effroi du gardien sacré.

Héé, là, douuucement … Calme toi !

Encore investi d’un sang froid palpable, Gyuren apposa ses iris sur les quelques personnes autours de lui sans que ces derniers ne montrent signent d’une quelconque surprise. Un phénomène à priori à habituel dans ce campement … Mais quel en était l’origine ? Seul une poignée de nomades fondait vers la direction pleine de panique, surtout une mère assez jeune investie d’une rage et d’une inquiétude insondable. Celle-ci ne tarda pas atteindre la voie principale du campement en furie et pleine de désespoir, ne sachant guère quoi faire. Elle hésitait, entre fondre au chevet de son gosse pour en prendre soin ou aborder l’inconnu qu’elle toisait avec crainte, ses proches la retenant de prendre cette ultime initiative.

En étaient-ils venu au stade de se méfier d’un gardien sacré ? Beaucoup ne voulaient pas l’approcher à en croire l’ambiance général de cette minuscule cité. Pourtant elle n’avait pas le choix. Tenter le tout pour le tout. La demoiselle encore d’un jeune âge par rapport à son statut de mère repoussa violemment deux de ses compères accrochés à ses bras afin de se diriger vers le moine mystérieux. Au départ solide et confiante comme un roc, sa silhouette gracieuse s’écroula dans un élan de pitié intriguant.

Vous … On dit que vous êtes un Gardien Sacré … S’il vous plaît … Quelles que soient vos compétences .. S’il vous-plaît soignez ma fille … Nous n’avons pas beaucoup d’argent mais nous ferons ce que vous voudrez … Faites ce que vous voulez, emportez moi comme servante ou peu importe mais faites quelque chose !

Absurde proposition que là … Le cas de sa fille étaient-il à ce point désespéré ? Si pour le moment d’aucun ne pouvait le ressentir, un chakra instable brûlait comme milles feu sous l’une de ces tentes d’où provenaient les cris. Le fier Henmao porta un temps ses yeux à l’horizon l’espace d’une courte réflexion avant de se reprendre et ne faire fie du contrat proposé.

Relevez vous. Vous allez m'emmener la voir. Et allez répondre à plusieurs de mes questions sur le chemin. Ne tardons pas.


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9501-henmao-gyuren-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t9975-periples-du-gardien-sacre-henmao-gyuren
Mukuro
Mukuro

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli] Empty
Dim 31 Mai 2020 - 20:25


Mukuro

Je marchais à travers les couloirs silencieux du manoir de Kuuli jusqu'à arriver devant la porte de son bureau. Une grande porte ornée de motifs prestigieux exactement à l'image de la future impératrice des vents... Enfin, pour moi, c'était juste la porte de mon distributeur de billets... Je toquai deux fois et attendis une réponse, après quoi j'entrai d'un pas nonchalant et vins m'installer face à la manieuse de sable.

« Yo Shachô ! comment allez-vous ? »

Je déposai une grosse enveloppe contenant les derniers rapports de missions et de contrats sur sa table (résumés bien évidemment) et soufflai un nuage de fumée qui vint embrumer encore plus la pièce déjà bien embrumée... Mais contrairement aux autres fois, j'avais aujourd'hui d'autres informations à lui partager. Des informations croustillantes. Oui. Je repris la parole toujours d'un ton un tantinet désinvolte.

« Mh, vous le saviez sans doute... La résonance a provoqué de nombreux bouleversements chez les possesseurs de chakra comme chez les non possesseurs. J'ai eu vent comme quoi, dans un village paumé du pays, il y aurait eu l'éveil de plusieurs sources de chakra dont certaines assez importantes... Vous aviez donné l'ordre récemment de recruter autant de chair à canon que possible, je me dis que ça peut être une bonne idée d'aller voir un peu là-bas. » Dis-je avec un léger sourire.

Mon regard se plongea dans le sien. Sans doute pouvait-elle déjà deviner ce dont à quoi je pensais ? Oui, il nous suffirait de leur promettre quelques pièces de ryos et de leur apprendre à maîtriser leur nouvelle source d'énergie qu'ils nous suivront comme de gentils toutous à nos pieds... Avoir la chance d'aller vivre dans la capitale était un véritable luxe pour les habitants de ces villages. Et pour nous, c'était un moyen de gonfler efficacement nos rangs.

« Qu'en pensez-vous ? »

Et ce fut ainsi que nous prîmes la route en direction de ce village. Je profitai du trajet pour compléter avec d'autres informations dont l'ont m'avait fait part également très récemment, mais cette fois-ci avec une tonalité un poil plus sérieuse.

« D'ailleurs j'ai aussi ouïe qu'il y avait un certain gardien sacré là-bas... Je ne parle pas des gardiens de Hayashi ou des gardiens de kinjutsu (trop, troooop de gardiens) mais d'un gardien mystérieux avec la capacité de stabiliser le chakra... On pourrait parler de shaman et d'exorcist.. Ou encore de magicien... Enfin, ce sont des rumeurs, quoique un poil absurde, mais beaucoup de gens semblent affirmer qu'elles sont très vraies... Soyons prudentes... »

Enfin, à peine eus-je le temps de terminer que des cris d'agonie interrompirent notre discussion. On pourrait presque penser que l'on était dans un village maudit. J'effectuai un léger signe de tête en direction de kuuli, après quoi nous nous avançâmes avec prudence vers la source sonore. Nous fûmes assez surprises de ce que nous vîmes. Oui. C'était le gardien sacré dont je venais tout juste d'évoquer l'existence. Les habitants semblaient le connaître - une femme implorait son aide devant le regard abasourdi de la population locale.

« Le gamin dégage du chakra. Il est une des sources de chakra repérées aux environs. Nous nous rapprochons pour ce qu'il va faire avec ? » Murmurais-je à l'oreille de ma supérieur.

J'observai d'un regard suspicieux l'homme raccompagner la jeune femme. J'étais partante pour les suivre discrètement histoire d'espionner cette histoire.



Dernière édition par Imai Nobume le Mer 3 Juin 2020 - 11:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli] Empty
Lun 1 Juin 2020 - 9:48
-Qui va répondre à quels questions?

Des sables, la demi-géante apparue au devant de son acolyte. Le regard fixé vers l'inconnu, d'avantage que sur la situation inquiétante. Sa barbe grisonnante, ses yeux dont les iris étaient aussi jaunes que l'or de la banque Sabaku. L'Asaara ne détourna guère son attention du prétendu Gardien Sacré. Il était question de religion, d'un rôle emplie d'une connotation majestueuse, qui était-il donc pour prêcher et se faire appeler ainsi? Les hérétiques ne méritaient aucune attention, son peuple ne tomberait pas dans la perdition des âmes. Seul Shukaku pouvait aider les fidèles et les pieux à marcher vers un avenir rayonnant. La question théologique se poserait, plus tard au vu de l'urgence de la situation. Pourquoi être discrets? Pourquoi se cacher à la vue de ses futurs ouailles. Une cigarette en bouche, la défiance se dissipa et légèrement Kuuli se pencha en avant en forme de présentation respectueuse. Une source de chakra instable ne signifiait rien de bon, la résonance avait depuis longtemps frappée, alors pourquoi avoir des réminiscences si tardivement?

-Asaara Kuuli cheffe du clan éponyme. Quelque soit les prix de ce preux chevalier, j'en paierai les frais.

Son regard rencontra de nouveau celui de l'inconnu, elle s'était présentée laissant le soin à Mort de faire de même ou non. Elles avaient l'avantage du nombre si jamais la situation se prêtait à un affrontement, mais sauver la vie du petit peuple semblait d'avantage intéressée chacun des protagonistes ici que de comparer leurs puissances respectives. Une distance de sécurité entre le duo de l'organisation et la jeune mère et l'inconnu en armure, il ne fallait froisser personne. La situation semblait urgente, aussi Kuuli passa au devant du groupe se dirigeant décidée vers le village. La misère était criante, un hameau abandonné par le Yoake, un de plus mais certainement pas la dernière fois qu'elle contemplerait, sans rien faire dans l'immédiat, le besoin dans lequel vivait une partie de la population. Des projets, les siens en avaient légion mais pour autant le temps n'y ferait rien. La prise du pouvoir semblait de plus en plus urgente, les poings fermés le visage impassible et emplie d'une sorte de pitié miséricordieuse. Une maisonnée, au bord des ruines attira son attention, l'odeur qui emplie ses narines une fois le pas de la porte passé manqua de lui faire vomir son dernier verre. Mais l'immaculée n'en fit rien, à la place la futur Impératrice observa la scène.

Trois lits, un hôpital de fortune ou les malheureux étaient bâillonnés surement pour éviter d'attirer la nuit des bandits ou des charognards. Attachant ses cheveux en une queue de cheval rudimentaire, Conquête afficha son meilleur faux sourire en passant au dessus des lits des malades.

-Mort, trouve moi un moyen d'améliorer ce dispensaire de fortune. De la terre, du feu n'importe quoi.

Un ordre, si elles voulaient recruter quiconque il fallait aider la populace sans rien demander en premier lieu. Bientôt arriveraient le Gardien itinérant et la mère, ce n'était pas une compétition le chakra et ses aboutissants échappaient volontairement au savoir de l'Asaara. Si ça avait été un de ses pions, un de ses membres, alors la douleur de la mère face à sa progéniture Kuuli pouvait la partager jusqu'à certaines limites.

-Tout ira bien.

Elle n'en savait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Henmao Gyuren
Henmao GyurenEn ligne

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli] Empty
Mar 2 Juin 2020 - 14:33
Funeste présage que ne fusse l’irruption fantasmagorique de cet être un peu trop gracieux et généreux dans sa démarche pour le moins autoritaire. Tourmenté un instant par les puissances inéluctables de la méfiance instinctive et de la confiance naïve, le regard inquisiteur du Gardien Sacré brisa cette barrière humaine en un rien de temps, comme si elle n’était qu’une page désuètes des chapitres de son existence. Il en allait de l’essence même de son statut et son aura, ne se contentant jamais de s’opposer vulgairement aux forces en jeux mais de les accompagner tel un roc sur lequel s'effondrerait les vagues inopérant de la tempête. Bien évidemment qu’une confrontation éventuelle entre les deux camps s’instaura sous la carapace d’une idée fugace l’espace d’un instant ; Rapidement dissipé par l’urgence de la situation.

La mort elle même ne paraissait guère qu’un piètre fléau si ce ne fusse qu’une libération pour les démunis autour d’eux, assistant avec impuissance à la destiné de cet enfant. Tant pour eux que le guerrier béni des cardinaux d’ailleurs. En ce sens, sa réaction s’avéra moins cérémonial et majestueuse comparé aux présentations de l’Asaara, se contentant d'acquiescer d’un mouvement respectueux de la tête et plus légèrement du bust, ne relevant à peine sa lourde attention pesante. Ses iris les traversaient de haut en bas d’une intensité presque perturbante, ne prenant même aucune gêne sur leurs conditions féminines. Par delà les mirages de l’incarnation charnel, l’érudit en cherchait plutôt la nature de leurs âmes. Un chef de clan se déplaçant en personne dans un tel village ? Cela faisait donc bien trop longtemps que Gyuren n’avait pas remis les pieds à Kaze.

Ainsi investi de son devoir primaire, l’homme d’imposante carrure laissa l’avance à ce duo mystérieux comme de la courtoisie au premiers abords, puis voyant naturellement la jeune mère se précipiter dans sa confusion, lui attrapa le bras fermement au dernier moment. Loin d’eux, cette brève conversation s’annonçait sur le ton de la confidentialité.

Dites-moi … Et soyez précise … Avez vous fait appel à des ninjas depuis l’apparition de ce fléau ?

Incrédule, la demoiselle sembla hésiter, sonder dans ses souvenirs avant de répliquer avec intrigue.

Non … Enfin il y a longtemps oui … Mais nous n’avions pas assez d’argent pour quérir une mission importante. On nous a envoyé seulement des gosses … Des ninjas débutant. Ils n’ont rien pu faire. Depuis … Nous avons perdu trop de personnes et sommes trop pauvres pour demander de l’aide.

Le regard du vagabond s’affina subitement, s'imprégnant d’une conclusion certaine.

Je vois … Ne vous éloignez pas de moi, sauf si je vous l’ordonne. Allons-y.

Deux choix logiques s’offraient au guérisseur divin, entre la possibilité d'interroger et enquêter sur ces nouveaux intervenant ou uniquement se concentrer sur le cas de l’enfant. Malheureusement, les cris strident à intervalles réguliers ne faisaient que rappeler à l’ordre l’importance du second choix. Ordre qui fit apparaître sa silhouette par dessous la bâche de l’hôpital vétuste, simple tente improvisée dans ce campement appauvrie. La démarche fataliste du Henmao ne marqua aucune différence entre les civils autour de lui et les potentiels Shinobis, se contentant d’aller directement au chevet de la folle furieuse en train de brûler presque littéralement. Suite à un soupir évocateur de la lourde tâche lui incombant, un langage ancien émana de ses lèvres, audibles seulement pour les plus conscients dans cette pièce, futile illusion pour le reste. De là, sa main investie d’une lueur argentée subtile s’apposa sur le front fiévreux de la petite, quasiment comme celle d’un père voulant rassurer sa progéniture.

De ce contact céleste et occulte à la fois, le mercenaire d’apparence sentit en lui un chaos bien plus profond que ce escompté, d’une puissance que ne laissait absolument pas paraître la victime. Quel enfer subissait-elle en ce moment même … Lui même n’osait l’imaginer. Un tel désastre qui en vint à rejeter brutalement sa poigne pourtant solide à la manière d’un coup de jus violent et instantané. De quoi interrompre tout brouhaha éventuel et figer un instant le décors dans l’urgence de ce cas.

Il n’y a plus de temps à perdre. Préparez moi une tente isolée, de l’eau, des serviettes, ce que vous pouvez. Transférez la petite dans cette tente et maintenez les autres malades loin d’elle.

Beaucoup le regardaient incrédules, hésitants, paniqués, non conscients des enjeux. En effet, Gyuren craignait des conséquences qui échappaient à leurs imaginations … Peut-être pas à ces deux inconnus.

Tout de suite !

Las, il ne put que compter sur la coopération aveugle de la jeune mère, permettant ainsi à l’attroupement de se dissiper un temps soit peu. Cela permit de se retrouver un peu plus en intimité avec le chef du clan et sa compagne mystérieuse.

Vous deux allez venir avec moi. Seulement vous. Disposez vous de quelconques connaissances dans les arts des sceaux ou éventuellement de la médecine ? Ce que je dois initier … Est un rituel. Ce ne sera pas simple.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9501-henmao-gyuren-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t9975-periples-du-gardien-sacre-henmao-gyuren
Mukuro
Mukuro

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli] Empty
Mer 3 Juin 2020 - 8:19


Mukuro

Je fus assez surprise de l'expression abhorrée par le visage de la manieuse de sable. Je l'avais longtemps imaginé comme une femme froide et insensible avec un intérêt seulement pour le pouvoir. Si on me demandait de la décrire, je dirais qu'elle était une vieille jeune sorcière avec des yeux débordant de gourmandise. Mais à cet instant, j'avais l'impression de découvrir une nouvelle facette de sa personne... - Était-ce de la pitié ? De la miséricorde ? - Enfin, allez savoir si c'était bien sincère... Quoiqu'il en soit, j'effectuai un léger signe de tête avant de m'exécuter aussitôt à sa demande.

« Terre ou feu, oui j'ai les deux ! »

J'effectuai une série de mudras et fis apparaître de la terre qui vint s'envelopper autour de l'hôpital de fortune comme un manteau taillé sur mesure. Grâce à cela, le vent ne passait plus au travers. Enchaînant à nouveau deux autres mudras, je fis apparaître un petit feu à droite et à gauche pour éclairer et réchauffer l'intérieur de la construction. Après quoi, une fois fait, je me retournai vers Kuuli et la mère en détresse avec un regard intrigué sur ce que faisait le gardien sacré.

« Un rituel... Un rituel de quelle nature ? Questionnai-je avec curiosité. J'ai quelques connaissances en sceau, mais aucune maîtrise dans le domaine. Je peux juste vous prêter mon chakra - à condition que vous me le rendiez. » Dis-je un brin sarcastique.

Mon maître était un moine, de ce fait je connaissais à peu prêt le fonctionnement de certains rituels moniales. Mais les deux étaient-ils de la même enseigne ? Exorcist et moine, il y avait une certaine différence... Je pouvais aussi dire que je maîtrisais les quatre éléments, mais ça serait trahir mon identité de gardienne - chose que je voulais éviter face à un inconnu.

J'étais particulièrement méfiante à son égard - raison pour laquelle je ne donnai aucun nom. Après tout, la politesse chez moi était de ne donner aucun nom jusqu'à la fin du RP ! Je me contentai de l'observer faire, silencieusement, et ce peu importe le regard des autres. Après tout, je n'étais pas tellement touchée par ce qui arrivait au jeune garçon.



Dernière édition par Imai Nobume le Dim 14 Juin 2020 - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli] Empty
Sam 6 Juin 2020 - 9:46
-Je crains hélas que les sceaux ne soit inutiles à ceux maîtrisant l'essence même du désert.

Mais c'était un sujet intéressant, un domaine dans lequel l'élite excellant pouvait faire bien des choses impossible à ceux se fermant à l'idée que l'art de sceller n'était que pour les ninjas aux portes des villages. Quelle dinguerie, cette journée commençait étrangement mal mais pourtant la demi-géante ne se laissa guère impressionnée par la situation et les directives de l'inconnu. Il n'avait pas encore donné son prénom, comptant sans doute sur l'origine de la situation pour rester incognito. Mais il souhaitait véritablement le bien de cette enfant, du moins c'était l'impression qui résultait de cette première rencontre, alors Kuuli se décida de faire fi des instincts et de ses habitudes pour l'épauler lui qui se portait au secours des miséreux et des gens dans le besoin.

-Je peut néanmoins localiser la source des maux, votre talent dans l'art des sceaux et mon affinité pour la sensorialité devrait permettre à cette pauvre âme de voir demain.


Une inspiration, fermant les yeux si Mort restait méfiante, Kuuli pouvait donc tenter de donner sa confiance à l'étranger. L'une des deux assurerait les arrière de l'autre ainsi fonctionnait un duo sainement rodé. La cheffe de clan, immaculé défenseur du désert laissa le chakra entourant se dessiner dans une carte mental, elle pouvait ressentir celui de Mort et de l'inconnu mais également ceux se trouvant dans un périmètre alentour. Effaçant les autres présences, ce qui la frappa d'avantage fut les effluves et l'anarchie du malade, il y avait une trop grande réserve pour un si petit contenant. Les maux étaient donc logique, impossible pour l'âme en peine de contenir le chakra impur qui en émanait, surement un des effets de la résonance latent se déclenchant maintenant. Mais pourquoi trois cas dans un endroit si reculé? Qu'est ce que pouvait provoquer autant de cas sans raisons apparentes?

-Il faut sceller son chakra, je vous apprends rien mais c'est une bombe à retardement. Initiez votre rituel, je stabiliserai vos talents.

Elle s'assis, croisant bras et jambe pour guider le chakra du Gardien vers celui de l'infecté, Mort pouvait bien ne rien faire. Quoi que en y pensant, si tous les trois avaient convergé ici d'autre mal intentionnés auraient peut-être la même idée. Une esquisse de mauvais sourire, l'action guettait certainement chacun des protagonistes présent dans la tente, dans le même temps sauvant les ouailles du danger permettrait de rassembler des portions de la population du désert.

-Mort, dresse une muraille autour du village. Comme la carcasse fraîche du bétail, les charognards pourraient accourir ici. Nous devons avant tout s'occuper du malade, si des misérables viennent à s'en prendre à des gens sans défenses, les rayer de la surface du désert deviendra la priorité.

Un nouveau sourire, nul besoin de prétendre être Mère Thérésa pour simplement défendre les intérêts du sable. Des cas exceptionnels nécessitaient des moyens tout autant incroyable, le désert défendrait les intérêts des siens. Toujours, qu'importe les dangers.
Revenir en haut Aller en bas
Henmao Gyuren
Henmao GyurenEn ligne

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli] Empty
Sam 13 Juin 2020 - 14:04
Et ce fut en cet instant de chaos soudain déclenché par son ordre que le dispensaire de fortune se transforma en simulacre d’un temple solennelle où ne demeurait plus que les complaintes d’une petite fille presque prête à servir de sacrifice. Mais le plus miraculeux dans cette journée de fléau demeurait la capacité transcendantale de cette urgence à dissiper ne serait qu’un seul instant l’emprise de la méfiance et de l’inconnu pour engendrer une coalition aux motivations incertaines voir obscures. Le gardien sacré avait conscience que sa demande s’avérait pour le moins exigeante notamment de par son statut qui l’obligeait à disposer de pratiques bien différentes des Shinobi formés à la guerre pure et dure. Et pourtant, la moindre graine paraissait actuellement comme une denrée inestimable, et la terre, et le feu, et le chakra.

Cela fait donc vraiment longtemps depuis mon départ de Kaze hein … Bien tout me sera utile, même le simple chakra. Vous deux semblez avoir une certaine maîtrise du contexte de ce pays. Du moins, de son nouveau contexte. Je m’en remet à votre autorité pour ainsi me concentrer sur le rituel.

Les interrogations soumises par la reine des éléments aux formes gracieuses ne furent pas ignorés pour autant en dépit d’un petit instant erratique de la part de Gyuren, dont les paroles oscillaient entre une réflexion à haute voix et de quoi initier la cohésion naturelle du groupe. Seulement que tout dévoiler d’un seul coup risquait d’en froisser certains, notamment en termes de croyances et de confessions selon l’origines de leurs clans. Tout autours, les malades titubants se voyaient peu à peu évacués, le matériel et les meubles se raréfiant pour ne laisser que le strict nécessaire. Un lit au milieu de la salle, à même le sol séparé d’un simple matelas, de l’eau, des serviettes, un peu de nourritures et autres ustensiles nécessaires aux soins médicales. D’ailleurs beaucoups de villageois avaient eux aussi abandonnés la tente parfois par la peur de voir des choses capables de dépasser leurs compréhensions. N’en demeuraient plus que la mère et deux trois autres assistants. Malheureusement, eux non plus ne disposaient pas du droit d’être présent ici, ce pourquoi les iris du guerrier errant se posèrent avec autorité sur elle.

Tout est prêt maintenant. Vous devez partir vous aussi. Je ne veux absolument personne dans cette tente jusqu’à la fin. Vous comprenez ? C’est pour votre bien, croyez moi.

Elle ne l’aurait clairement pas supporté, moins encore que de pleurer à vive larme dehors, réconforté par quelques habitants de ce hameaux infernal. Le départ s’avéra difficile, visible à ces larmes naissantes alors que les trois individus aux côtés de la gamine dénotaient clairement de toute forme de guérisseur ou de médecin. Un moine, une chef de clan et une dernière personne mystérieuses aux compétences plutôt utiles. Au moins avait-elle, d’illusion ou de sincérité cet emploi que le fier Henmao attendait des Shinobis vis-à-vis de leurs chakra et leur affinités, gâchés néanmoins pour de vaines raisons futiles. Viendrait le temps pour eux de discuter de ces différents points mais bien évidemment après ce rituel. En ce sens, Gyuren commença à exécuter une série de mudra et finit par apposer une main sur le sol pour réaliser un sceau de Fuinjutsu parcourus de diverses symboles runiques en dessous et autour de la victime brûlante et fiévreuse, sans ne rien faire de plus dans un premier temps. Seul son regard se tourna vers l’utilisatrice de la terre et enfin lui assigner un rôle et des réponses.

Avant de commencer, je vous demande de faire abstraction de vos croyances et de votre foi propre dans ce que vous allez voir à partir de maintenant. Et malgré votre avis que je ne saurais deviner, contemplez seulement pour l’instant. Vous, il me faudrait une part de votre chakra durant le rituel pendant qu’on assure nos arrières.

Lentement, après s’être brièvement redressé, le gardien sacré alla s’installer près du malade en position de méditation avec sur ses lèvres la naissance de divers prières en un langage ancien, commençant peu à peu à illuminer le sceau de Fuinjutsu. Il commençait peu à peu à se fondre dans une transe impassible d’un point de vue physique, même si ses paroles et sa conscience semblait encore pleinement investir la tente.

C’est comme vous l’aviez dit. C’est surement à cause de ce phénomène étrange qui a impacté plusieurs pays. Cette fille peut désormais utiliser du chakra comme n’importe quel Shinobi, cependant ce dernier est non seulement important mais aussi beaucoup trop instable. Encore quelques semaines et elle y serait passé …

Une fois activé, les prières des cardinaux se fondaient maintenant dans son esprit pour laisser place à ses explications ouvertes à toute forme de dialogues ou d’interrogations.

Ce que je vais exécuter là est un rituel monial. Il me faudra stabiliser son chakra et enfin le sceller, du moins jusqu’à ce qu’elle puisse le maîtriser. Par contre … Dans son état actuel et à son âge, elle n’y survivrait pas. C’est ici que … Vous allez m’aider via votre chakra, mais quoi qu’il se passe, ne rompez pas le lien entre nous, quoi que vous voyez.

La mise en garde semblait légère mais le résultat visuel en serait par contre tout autre. En effet, dans cette petite interstice, le moine s'engouffra peu à peu dans les lois célestes du cardinal Sud dont le sujet résidait dans la vieillesse et la jeunesse. Une certaine aura paru investir les deux personnes, le malade et le guérisseur alors qu’une de ses mains résidaient sur son front. Un effet bien différent de ce à quoi avaient l’habitude d’assister les ninjas puisque cela relevait d’un domaine bien étrange. Peu à peu, dans un spectacle fantasmagorique voir presque occulte, Gyuren commença à rajeunir et perdre plusieurs années jusqu’à reprendre les traits charnelles de ses vingts cinq, époque où il était encore un mercenaire guerrier sans aucune conversion vers les pratiques moniales. Son allure se faisait plus cruelle et violente, à l’instar de sa mentalité avant d’avoir reçu la sagesse et les mémoires de ses prédécesseurs.

La jeune fille quand à elle commença à grandir, gagner en taille et en robustesse pour atteindre un âge un peu plus haut que l’adolescence, dévoilant une vision de ce que serait son futur physique. Dans ce processus, le gardien sacré ne se contentait pas de la faire vieillir et lui de rajeunir mais transmettait à cette personne la robustesse nécessaire pour supporter le rituel, sa propre robustesse. Après plusieurs minutes et une fois l’effort stabilisé, Gyuren put enfin rouvrir les yeux afin d'acquiescer l’attention et éventuels interrogations de ses compères.

Ceci est … La première étape.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9501-henmao-gyuren-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t9975-periples-du-gardien-sacre-henmao-gyuren
Mukuro
Mukuro

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli] Empty
Dim 14 Juin 2020 - 17:55


Mukuro

« Une muraille... On va croire que l'on est une base militaire, dis-je accompagné d'un rictus... Ne vous inquiétez pas, je vais poster des clones à l'extérieur et autour du village qui sauront s'occuper si des charognards viennent ici...»

Je me relevai et effectuai un mudra et deux doubles identiques à moi apparurent à mes côtés. Je leur indiquai d'un léger mouvement de tête d'aller se poster à l'extérieur du village pour surveiller les entrées et les sorties. L'un d'entre eux activa sa sensorialité et l'autre le suivi pour défendre ses arrières. Après quoi, je revins auprès de la manieuse de sable et du gardien sacré... Ils avaient l'intention de sceller le chakra de la gamine. L'homme aux cheveux blancs nous demanda de ne poser aucune question durant le rituel.

« Eh bien, faites. Nous ne vous gênerons point.»

À ces mots, je vins m'installer sur le côté, sabre posé contre mon épaule, avec un air méfiant. Au vu des préparatifs, ça m'avait l'air d'être un grand rituel. Il faisait sortir tous les villageois de la tente comme quoi, l'intérieur allait devenir dangereux... Que comptait-il donc faire ? J'étais sur mes gardes. À vrai dire, son énergie m'était familière. Elle ressemblait étrangement à celle de mon maître - tout comme les sceaux utilisés... Mais alors... Serait-il..

« Un... Moine ? » Murmurai-je à voix basse.

Je l'observai en silence placer ses divers runes autour de l'enfant malade. Je n'étais pas tellement touchée par sa souffrance, j'étais plutôt curieuse de voir ce que comptait faire le fameux gardien. Sceller le chakra d'une personne n'était pas bien difficile - c'était une technique que tout maître en sceaux savait faire. Mais sceller un chakra instable comme le sien - c'était là une toute autre histoire...

Le sceller comme on le ferait sur un adversaire pour l'empêcher d'attaquer ne ferait qu'empirer son cas. Il fallait d'abord calmer la dose d'énergie débordante - l'extrait ou à défaut le calmer par divers moyens. Sans décrocher mon regard de ses mains, je l'écoutais réciter son incantation. La certitude se dessinait dans mon esprit - c'était les incantations d'un moine...

Lorsqu'il effectua la demande, je me rapprochai et m'agenouillai face à lui. Transmettre mon chakra, voilà une chose que je n'avais pas faite depuis des lustres... Je m'essayai à mon tour en tailleurs et pris une position de méditation - un poil plus décontracté que le gardien - et commençai à déverser mon chakra à travers le sien.

Puis, un brin surprise mais sans trop l'être, j'observai le moine rajeunir sous mes yeux et la jeune fille vieillir dans l'autre sens de l'horloge. Mes soupçons commençaient à se certifier - c'était le cardinal du sud. Un léger sourire se dessinait sur mes lèvres. Cela faisait combien de temps que je n'avais plus vu cela ?

« Gardien sacré, voilà un nom bien flatteur... Moine serait une appellation plus exacte... Me tromperais-je ? »
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli] Empty
Jeu 18 Juin 2020 - 18:35
-J'ai vu plus de choses choquantes dans mes précédentes vies, qu'un moniale utilisant de ses pouvoirs dans un endroit abandonné par les Dieux. Nous parlerons politique après, vous avez en effet raison mon père. Je n'abandonnerai pas ma foi ni n'en ferait abstraction, vous êtes dans le pays ou Shukaku reste vénérer, cela ne change en rien vos capacités. Mais nous ne sommes guère des badauds ou des simplets capable de s'émerveiller par pareil artifice, les sortilèges n'existent que si on n'y prête attention. Vous êtes une arme, vos pouvoirs sont respectables et c'est pour cette enfant et en signe de respect que je vous prête mon chakra.

Elle ferma de nouveau les yeux, en position du lotus faisant le vide dans son esprit et laissant en elle le chakra traversé, jusqu'à directement s'insuffler dans le prêtre à ses côtés. Il était intéressant, peut-être trop paternaliste pour croire que même à Kaze les gens crieraient à la sorcellerie à la moindre démonstration de force mais qu'importe, ses intentions étaient bonnes. Il savait de quoi il parlait, et il agissait sans réellement trop parler. Et pour cela l'immaculée joignait ses forces à cet inconnu dont elle ne connaissait encore le nom. Sauver les âmes du Vent, n'était-ce pas en soit ce qu'elle cherchait à accomplir? Elle aurait surement moins le loisir de se dégourdir une fois installée au pouvoir, mais d'autant plus une raison pour en profiter et faire le bien maintenant autour d'elle. Elle le répéterait à quiconque voudrait l'entendre, devenir la mère du petit peuple n'était pas son intention, en revanche ignorer les souffrances des innocents était quelque chose d'insupportable. Kuuli inspira, longuement et doucement avant d'expirer presque comme un murmure l'air ambiant, la tension se cristallisait et pourtant elle n'avait aucune idée de l'avancement de la situation. Et c'était mieux ainsi, lentement son visage se tourna vers le côté droit de la pièce, son bras s'animant comme celui d'une marionnette articulée. Son index se sépara de son poing fermé et pointa une direction, dix degrés au nord des présences, des chakras faibles et un autre se dégageant nettement au dessus du sien et de celui du moine. Une forte présence et en comparaison, presque des civils. Un rictus carnassier sur son visage.

-Mukuro, tu détectes ça aussi? On a de la visite, et il est plus fort que moi. Les autres sont ridiculement faibles à côté, tu vois que j'avais raison pour la muraille.

Ils étaient nombreux les petits, comme une meute s'articulant autour d'un alpha. Une myriade de petites frappes surement, écumants les dunes en tuant et pillant quiconque osait leur résister, d'autant plus une raison de passer pour des sauveurs auprès de ceux étant abandonnés. Et surtout de déblayer cette zone des déchets la polluant, et puis d'expérience une fois la tête s'écroulant contre le sable brûlant de Kaze le corps ne tarde pas. Suffit d'une petite greffe et des survivants pourraient être intégrés, formés et entraînés pour la chance de leur vie. La rédemption en faisant don de leurs corps et services en échange de la clémence du pays, un moyen rapide et efficace de se faire de nouvelles recrues. Le moine annonçait la fin de la première étape, et le chakra semblait toujours s'affoler malgré le fait que désormais le réceptacle était à la bonne taille pour contenir le tout. Quel était la stratégie de celui envers qui elle prêtait une partie de ses forces?

-Je ne vous presserai guère, vous savez ce qu'il faut faire. Je doute néanmoins qu'en restant ici nous puissions protéger l’entièreté des habitants clairement inaptes à combattre de surcroît, je pense que ma collègue peut les tenir en retrait pendant un moment mais au vu du gros morceau , nous savons tous ce qui arrivera si il arrive à outrepasser notre ligne de défense.

Elle entre ouvrit ses iris, plissant le regard sur la situation. Ils jouaient tous à un jeu dangereux, mais comme souvent ils devaient faire un choix. Le bien commun ou une vie, quel option avait le plus de valeurs? Un rapide signe à Mort, l'intimant d'aller tenir à distances les invités non désirés dans cette petite sauterie privée. Accélérer le rythme, et presser le moine ne servirait rien mais lui ferait un bon accueil en terrain hostile, car Kaze l'était et tout le désert n'était pas encore pacifié. L'absence de pouvoir central poussant les bandes armés à sévir sans prendre le risque d'être importuné, du moins jusqu'à l'arrivée des siens. Kuuli ne comptait laisser personne impuni et à l'abris de son courroux.

Mais pour ça, il fallait commencer par sauver des vies.
Revenir en haut Aller en bas
Henmao Gyuren
Henmao GyurenEn ligne

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli] Empty
Jeu 25 Juin 2020 - 21:58
Visiblement Gyuren n’avait pas affaire à de simples aventuriers mais de véritables seigneurs du désert qui en un rien de temps savaient quoi faire, peut-être plus que lui en dépit du contexte très particulier qui les reliait. D’une part cette femme qui parvenait à manier l'élément de la terre d’une facilité déconcertante qui dans un partage intimiste de leurs deux chakra réussi étrangement à percer la nuance qui le séparait d’un simple ninja. Elle se méprenait encore sur son statut bien que ses paroles soient en parties justes en considérant uniquement ses capacités incantatoires ; Encore une facette caché de l’ordre cardinal et ses nombreux mystères. Malheureusement, l’intensité naissante de ce rituel forçait notre homme à repousser une réponse verbale, se contentant de lui confirmer à moitié sa version des faits d’un regard direct quasi complice.

Venait enfin la chef de clan, leader naturelle d’un duo qui enrôlait peu à peu le Gardien Sacré lui même en son sein, plutôt obligé de se conformer à ce plan de bataille. Les différentes prières et analyses que maintenaient son être sur la jeune fille en détresse le forçait à se ranger sous l’expérience de l’Asaara, si bien qu’elle parvint à détecter des présences hostiles non loin du clan. Cela faisait beaucoup en si peu de temps pour un tel retour en cette nation … Mais rien d’étonnant avec du recul vu l’instabilité et le chaos qui y régnait. Le conjurateur venait même à se demander si Kaze disposait encore d’un véritable gouvernement où si cela n’était plus qu’une vaste décoration politique.

Kaze est une habitude qui ne m’est plus familier visiblement. Nous ne sommes pourtant pas si éloigné des frontières … En est-on revenu aux temps des clans, sans aucune institution ni civilisation ? Nous voici confronté à un dilemme qui ne m’est pas étranger. Mais je ne suis pas un soldat ni un chef de guerre, Asaara. C’est ici que nos réels objectifs vont se dévoiler, tant les vôtres que les miens.

Non, outre la magie ésotérique ornant cette réunion improvisé, le guerrier tourné vers la foi n’oubliait pas que les personnes lui venant en aide demeuraient des inconnus aux motivations encore flou. Avant même d’entrer dans cette tente, le chasseur avait déjà choisi son destin ; La mort ne l’effrayait pas plus que ça. Dans l'extrême urgence, il serait évidemment partit en découdre avec ces fameux étrangers. Mais dans cette configuration, cela devenait le moyen de voir les enjeux que poursuivaient ces acteurs du désert d’une puissance respectable.

Le rituel ne pourra pas aller plus vite au risque de tuer cette enfant. L’équilibre demande une patience exigeante que je ne peux moi même outrepasser sans conséquences fatales. Je ne peux faire plus que les efforts exigés par ces trois actions simultanés en plus de ma concentration. Ma vie et celle de cette fille sont entre vos mains, reine du désert. Faites votre choix. Nous survivrons certainement, nous trois. Mais est-ce là votre peuple ou un concours de circonstances ?

Le fier Henmao avait bien comprit que la seconde présence s'apprêtant à retenir les assaillant avait le rôle d’un soldat ou d’un bras droit, de par ses compétence et sa rapidité d’action. Une certaine confiance s’entretenait entre lui et elle, comme si une familiarité insondable les liait au niveau de leurs destins. Par contre vis-à-vis de cette chef de clan représentant l’essence même du désert, la complexité se montrait tout autre. Le rituel était son secret et appartenait à ses propres soins. Agir en solitaire selon son expérience et ses précédentes interventions à travers les différents peuples du villages initiait en lui une assurance imperturbable. Ou plutôt un air fataliste ne tressaillant pas devant la pression ni le danger. Par contre, sa curiosité envers cette figure d’autorité l’intriguait davantage. Que représentait-elle pour cette nation ? Pour ce village presque mort déjà, voyant en ces intrus des sauveurs allant mettre fin à leurs supplices. Où était l’autorité de Kaze ? Qui s’occupait réellement de ces terres ? Voici l’occasion pour le Gardien Sacré d’en apprendre plus sur le contexte qui allait l’accompagner un temps encore.

Quel intérêt a cette fille et mon rituel à vos yeux ?

La question paraissait simple mais risquait de déterminer bien des choses. Le propose ne consistait pas encore à un débat. Plutôt à quantifier l'importance de ce qu'ils faisaient tout trois ici.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9501-henmao-gyuren-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t9975-periples-du-gardien-sacre-henmao-gyuren
Mukuro
Mukuro

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli] Empty
Ven 26 Juin 2020 - 9:51


Mukuro

Je les percevais. Ils étaient nombreux et pour certains d'entre eux, puissants... Nous étions pourtant dans un village perdu au milieu du désert - d'où se ramenaient tous ces gêneurs ? Entendant bien les mots de la demi-géante, j'acquiesçai d'un mouvement de tête. Mais la muraille n'était pas la clef de la solution. S'ils étaient vraiment fort, ils l'auraient dégommé en un rien de temps. D'autant plus qu'ils étaient plusieurs, le prendre par assaut par tous les côtés était un jeu d'enfant pour eux...

Le plus simple aurait été d'utiliser une technique massive pour les éliminer tous ensemble et d'un coup. Mais beaucoup trop de villageois étaient présents et ces derniers limitaient considérablement mes actions... En soi, je m'en fichais un peu, j'aurais rasé le village tout entier sans sourciller si c'était pour accomplir une mission. Mais au vu de la situation actuelle, cela ne semblait pas être une bonne idée...

Il me fallait déjà effectuer une première approche avec ces intrus. Restant immobile, je laissai mes clones agir tout en demeurant attentive face à ce qu'il allait s'en suivre. Ces derniers partirent en reconnaissance et demandèrent les intentions des étrangers. Les minutes commencèrent à s'écouler. Une. Deux. Trois. Le gardien continuait ses prières et la tension continuait d'augmenter. Pour ma part, je restais calme tout en étant aux aguets de ce qu'il se passait à l'extérieur.

Une chose sûre - si un combat venait à éclater, je ne pourrai pas gagner au vu des conditions. Il me faudrait soit y laisser de mon sang, soit prendre celui des villageois. C'était donc une course contre l'horloge... Mais après un long moment, les choses commençaient à dégringoler à l'extérieur. Les clones retenaient tant bien que mal les invasions, mais il était difficile de tenir plus longtemps. Je finis par me relever et par me tourner vers la manieuse de sable.

« Shacho, me prêteriez-vous un clone ? »

Il fallait faire ça bien, et tant que stratège de guerre, j'avais une petite idée dans la tête... Juste avant de quitter la tente, je me retournai également vers le gardien sacré pour lui demander ;

« Combien de temps vous faut-il ? Pensez-vous pouvoir le réduire au minimum ? »

Car je ne lui offrirai pas une seconde plus.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8428-d4rk-sasuke-mais-pas-trop#70651 https://www.ascentofshinobi.com/t8444-suna-no-fukoku-shakaze#70751 https://www.ascentofshinobi.com/t8724-imai-nobume-carnet-de-bord#73302

Le fléau des oubliés [Imai Nobume & Asaara Kuuli]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: