Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa]

Asagao Jirô
Asagao Jirô

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Mer 3 Juin 2020 - 15:03

Saru considérait avec attention la petite affichette placardée, comme de nombreuses autres du même genre, sur un des panneaux destinés à cet effet d'une quelconque rue de Kiri. Tout encapuchonné, avec le froid qu'il faisait en plein hiver, il paraissait bien curieux à reste immobile sur le pavé, à lire les petites annonces que le tout-venant laissait là. Mais le bandeau frappé aux armes du village, qu'il portait autour de son bras gauche, suffisait à détourner les regards les plus curieux et moqueurs, parfois. Et de toute façon, le jeune homme était bien trop concentré sur sa lecture pour faire attention à la façon dont les passants pouvaient le regarder.

Il décrocha une feuille, et l'examina plus attentivement. Il y était écrit:

"Couple de personnes âgées, cherche bonne âme pour aménager un jardin commémoratif. Service rétribué. Rencontrer directement les annonceurs à l'adresse suivante: ..."

Saru releva les yeux. Il n'avait toujours pas reçu de mission officielle. A croire que, sitôt arrivé au village, on avait oublié sa présence parmi les rangs des shinobis de la Brume. Il avait pourtant cru comprendre que le quotidien d'un soldat était plus agité que la vie somme toute assez sereine qu'il vivait en ce moment. L'oisiveté lui pesait, cependant. Et s'il occupait le plus clair de ses journées à explorer le village, son carnet dans la poche, notant tout ce qui lui paraissait utile sur Kiri, ses habitants et leurs moeurs, il commençait à se trouver démuni. Il n'était pas habitué à une vie sédentaire, et il avait espéré chasser l'ennui avec son travail de shinobi, quand il s'était engagé dans les rangs de la Brume. Seulement voilà: il s'ennuyait.

Aussi, prêter main forte aux villageois lui était-il apparu comme une habile façon de tromper la monotonie de ses journées, tout en se consacrant à sa tâche fondamentale, à savoir aider son prochain. C'était bien la mission principale d'un shinobi, non ? C'était en tout cas celle qu'il avait cru comprendre quand on l'avait briefé sur son nouveau métier. Il plia l'annonce qu'il avait décrochée, et la rangea dans sa poche. Puis, d'un bond vif et agile, il s'éleva sur les toits de la cité, et se dirigea droit vers l'adresse indiquée sur le placard.

Kiri avait un certain charme, même en hiver. Elle semblait assoupie, mais d'un beau sommeil. Ce n'était pas une ville morte, mais simplement ralentie. Chacun encaissait le froid, le gel et toutes les complications qui allaient avec de son mieux, et tous savaient bien que la vie plus lente que d'habitude qui s'ensuivait naturellement était bien nécessaire à la survie. Les pavés et les toits se couvraient tous les jours d'une fine couche de givre, qui les faisait resplendir d'un éclat tout particulier.

Les travaux de reconstruction du village touchaient à leur fin. Saru n'avait connu Kiri qu'après qu'elle avait été attaquée par le Dieu de l'Eau, Sanbi, qui avait finalement été scellé. C'était là tout ce qu'on lui avait raconté quand il avait pris ses fonctions, en lui répétant bien que ces informations étaient confidentielles, et qu'il ferait mieux de se garder d'en parler à quiconque. Le récit avait cependant été suffisant pour qu'il comprenne l'ampleur qu'avait revêtu cette attaque. Une partie du village rasée, et des pertes civiles non négligeables, malgré la formidable intervention, paraissait-il, des shinobis pour stopper le monstre. Mais à présent, Kiri retrouvait un visage frais et pimpant. Et l'activité de ses habitants pour la restaurer n'était que le témoin de toute l'affection qu'ils lui portaient.

Saru atterrit avec légèreté sur le pavé. Il était arrivé à destination. L'adresse donnée était celle d'une charmante maison, à la fois coquette en extérieure et dégageant une certaine noblesse. Elle faisait face à une placette, au centre de laquelle se trouvait un carré de terre envahi par les mauvaises herbes et les pousses sauvages. Le quartier était somme toute assez tranquille. Saru s'approcha de la maison, et frappa trois coups à la porte. La porte s'ouvrit, découvrant ceux qui devaient être les commanditaires: un homme et une femme, tous deux assez âgés.

"Oui ?"

La femme avait parlé sur un ton à la fois poli et chaleureux, mais son regard n'était pas sans trahir une certaine méfiance. Saru se débarrassa de son capuchon, et mit en avant son bras autour duquel était attaché le bandeau aux armes de Kiri.

"Bonjour monsieur, madame. Je m'appelle Kaikon Saru, je suis un Genin. C'est bien vous qui avez posé cette annonce ?"

Il tira de sa poche le papier, le déplia, et le tendit au couple. Ils acquiescèrent d'un même mouvement de tête. Saru leur sourit avec bienveillance, et s'inclina bien bas.

"Alors, je vous propose mes services !"

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Jeu 4 Juin 2020 - 21:47
Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Aos_410

Dégustant avec passion son bol de ramens au crabe, Arukisa rêvassait en observant le chef cuisinier. Elle se trouvait dans un de ses lieux gastronomiques favoris le “Takotako”. Ce restaurant prisé des amateurs de produits marins devait son nom au chapeau mystérieux en forme de pieuvre que portait le maître des lieux. La jeune fille, en fine gourmet, était autrefois une habituée, et c’est avec plaisir qu’elle constatait que rien n’avait changé. Les aliments étaient toujours aussi frais et semblaient tout juste sortir de l’océan. Il ne fallait pas passer devant la boutique en ayant un petit creux sans quoi vous vous retrouviez à l’intérieur avant même d’avoir consulté la carte tellement les odeurs marines et épicées étaient enivrantes. Telle une morte-vivante suivant son instinct primaire, la Rose rouge avait découvert ce restaurant par hasard et ne l’avait jamais quitté.
Dans un gargouillis peu avenant, et indigne d’une jeune demoiselle, elle avala sa dernière bouchée. Elle s’apprêta à partir lorsque son regard se posa sur une petite annonce posée sur le comptoir.

"Couple de personnes âgées, cherche bonne âme pour aménager un jardin commémoratif. Service rétribué. Rencontrer directement les annonceurs à l'adresse suivante: ..."

La kunoichi avait appris pour les tristes récents événements du village. Cette épreuve difficile à encaisser devait ne jamais être oubliée. Il était probable que ce petit jardin avait une grande importance dans le processus de deuil pour ces personnes. La plupart des parties détruites de Kiri avaient déjà refait surface. Mais pour certains ce n’était pas suffisant. Il fallait se souvenir.

C’était une bonne occasion de se rendre utile pensa-t-elle. Depuis son retour, elle n’avait pas repris ses travaux de shinobis et l’ennui commençait à pointer le bout de son nez. La Rose rouge avait besoin d’activité, de challenge, de mouvement ! Rester inactive trop longtemps pour une personne comme elle, c’était une torture. Elle avait de l’énergie à dépenser et ce jardin n’allait pas se faire tout seul ! Elle griffonna l’adresse sur sa main, salua le personnel et prit la sortie.
A l’extérieur, l’hiver s’était bien installée et un léger vent maritime fouettait les joues rosées d’Arukisa. Bien encapuchonnée sous sa cape, elle bondit pour s’échapper dans la brume éternelle de Kiri. Elle n’était plus qu’une furtive forme rougeâtre sautant de toits en toits. Ses pas faisaient crisser le givre des tuiles par endroit, et ce n’était que grâce au chakra dans ses pieds qu’elle ne chutait pas.
Rapidement, Aru’ arriva dans un petit quartier résidentielle qui semblait plutôt calme et aisée, sans tomber dans le clinquant. L’endroit idéal pour un couple de retraités. C’était un secteur que la shinobi avait peu arpenté. Cet endroit tranquille comportait surtout des logements familiaux et peu de commerce. Devant la porte de l’adresse donnée, un jeune ninja aux cheveux noirs ébouriffés s’entretenait avec le couple de personnes agées qui devaient être les auteurs de l’annonce. La kunoichi tendit l’oreille afin d’intercepter quelques bribes de leur conversation.
Avec élégance, elle s’approcha d’eux et descendit sa capuche afin de dévoiler son visage enjouée à l’idée de leur prêter main forte.

- Et bien nous serons deux à vous aider ! Ajouta-elle après les mots du genin nommé Saru. Elle salua les protagonistes d’un signe de la main. Je m’appelle Gozan Arukisa, prête à vous servir. Dit-elle en faisant une sorte de salut militaire maladroit. J’espère qu’on sera pas trop de deux ?

Le couple de personnes âgées resta muet quelques secondes et regarda les deux shinobis avec scepticisme avant que celui-ci ne passe à un regard plus détendu. Un sourire jovial prit place sur leurs visages usés par le temps.

- Toute aide est bonne à prendre. Venez entrer, nous avions peur que personne ne réponde à notre demande. Les habitants du village sont si occupés de nos jours… Dit la vieille dame sur un ton soulagé.

Arukisa s’avança timidement et passa la porte de leur maisonnette. Au passage, elle haussa les épaules en regardant Saru, un peu surprise de leur accueil devenu chaleureux. A l’intérieur, le salon qui les réceptionnait était dans un style classique. Du moins pour des personnes de leurs âges. Plusieurs bibelots ornaient des meubles anciens mais joliment sculptés. Un tapis aux motifs sobres recouvrait le sol et trois fauteuils usés entouraient une table basse en bois. On pouvait apercevoir de la vaisselle en porcelaine au travers d’un placard vitré. La maîtresse de maison s’en saisit et invita les deux bénévoles à s’asseoir.

- Prenez le temps de vous asseoir quelques minutes, je vous prépare un thé le temps que mon mari vous explique ce que nous souhaitons. Dit-elle avec un petit chancellement dans sa voix.

La Rose rouge prit place sur un des fauteuils, attendant les consignes. Sur la table basse, une photo du couple entourant une genin à peine plus jeune qu’elle lui faisait face.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Arukisasigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Asagao Jirô
Asagao Jirô

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Ven 5 Juin 2020 - 21:47

Saru considéra avec curiosité la jeune femme qui semblait surgie de nulle part, apparue à côté de lui. Il s'efforça de ne pas avoir l'air malpoli, mais même lorsqu'on les invita à entrer, il ne put garder un oeil fixé sur elle. Il la laissa le précéder à l'intérieur. Quelle étrange coïncidence, qu'elle réponde à la même annonce à l'exact même moment que lui. Etait-ce trop étrange, pour autant ? Son Maître lui avait appris la méfiance, et à toujours garder un esprit clair et apte à admettre toutes les possibilités. Néanmoins, Saru avait beau se creuser la tête il ne voyait pas qui aurait voulu le faire espionner, ni pour quels motifs. Peut être était-ce donc bien une heureuse coïncidence.

Il décida alors d'adopter une attitude cordiale avec la jeune femme. Elle avait l'air sincère, et tout aussi bien intentionnée que lui. D'ailleurs, peut être que les même réflexions que Saru venait de se faire étaient passées dans son esprit à elle ? Saru en ressentit une certaine nervosité, avant de se rappeler qu'il n'était pas un espion, qu'il n'avait aucune mauvaise intention, et donc aucune raison de se faire du souci. Tous deux venaient aider des civils, qui avaient placardé une annonce. Ils faisaient acte de bonté. Et c'était parfaitement louable. Pas besoin d'aller chercher des motifs secrets, des desseins perfides: parfois, le hasard fait bien les choses. Même s'il peut paraître peu crédible à première vue.

Saru imita sa comparse, et s'installa dans un des trois fauteuils. Le vieil homme occupa le dernier, pendant que son épouse servait du thé. Et tous deux sourirent aimablement aux volontaires.

"Tout d'abord, nous vous remercions d'avoir répondu à notre appel. Votre aide nous sera précieuse, et le travail que nous avons à vous confier nous tient beaucoup à coeur."

Saru avait remarqué lui aussi la photo sur la table basse. Et ce que raconta le vieil homme ne fit que rejoindre les soupçons qu'il avait déjà:

"Notre fille, Midori, est morte lors de l'attaque de Sanbi."

Saru inclina légèrement la tête, en signe de respect, mais laissa le vieil homme poursuivre.

"Nous souhaitons aménager un petit espace, pour lui rendre hommage. Vous avez dû remarquer, en arrivant, le carré de terre en friche, sur la placette. Il nous appartient. Nous souhaitons y planter un petit jardin. Notre fille aimait beaucoup les fleurs, voyez-vous ..."

Son épouse lui tapota doucement la main. Il y avait dans la voix de cet homme une gravité douce. Une noblesse certaine, et en même temps une tristesse sourde. Il ne faisait aucun doute que cette tâche représentait pour eux plus qu'un simple travail de jardinage. Il s'agissait de faire leur deuil.

"La saison n'est pas la meilleure encore, mais nous avons sélectionné quelques essences qui devraient résister au froid. La tâche sera pénible, mais vous serez rémunérés à la hauteur de vos efforts, soyez-en sûrs.

-Pas question."

Saru fut surpris par le ton ferme qu'il avait employé. Il avait parlé sans réfléchir, d'instinct. Mais il ne s'arrêta pas sur cette lancée:

"Me concernant, en tout cas. Je ne veux pas d'argent. Savoir que j'ai aidé me suffit amplement. Après tout ... C'est le devoir d'un shinobi."

Et pour convaincre le couple, il adopta le regard le plus déterminé de son répertoire.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Lun 8 Juin 2020 - 19:06
L’empathie était peut-être la principale qualité de la Rose rouge, et le pincement au coeur qu’elle ressentit en écoutant les mots du vieil homme se traduisit par un regard compatissant. Elle tenta de chasser les souvenirs de la perte d’un membre de sa famille qu’elle avait également connue mais elle ne put s’empêcher de se sentir probablement plus concernée qu’elle ne le devrait. C’était la triste réalité de la vie. Et le choix cruel qu’impliquait la voie du shinobi. Cela aurait pu être elle, ou bien même Saru. Arukisa reposa à nouveau les yeux sur le cadre tandis qu’elle continuait d’écouter les explications. Midori devait avoir tout juste la vingtaine et son gilet de gradé lui annonçait certainement un brillante carrière militaire.
Quand le sort frappait une famille avec une telle violence, il était souvent difficile de s’en remettre. Il n’y avait rien de pire pour un parent que de voir son enfant partir avant soi. Le deuil était un long processus et la faible lumière qui les guidait vers la fin de leur calvaire pointait vers ce petit bout de jardin commémoratif.

La kunoichi ne s'attendait pas à la réaction de Saru lorsque la question de la rémunération fut abordée. Elle acquiesça avec joie, et une certaine fierté de voir un compatriote shinobi agir ainsi. C’était en effet leur devoir d’aider la population, et cela sans compensation obligatoire. Il était probable que lui aussi ce soit senti impliqué par le triste sort qui les frappait. Aru’ était heureuse de voir qu’il n’était pas venu pour l’argent mais simplement car il avait un grand coeur et de l'abnégation , tout comme elle. Ce jeune genin lui plaisait.
La Mizujine se leva de son fauteuil et regarda Saru dans les yeux.

- Il a tout à fait raison, c’est notre devoir de vous aider à rendre hommage à votre fille mais aussi à l’une des nôtres.

Sous le regard humide et ému des deux personnes âgées, elle tenta de cacher ses émotions en buvant son thé qui avait à peine refroidi. La chaleur de l’eau parfumé lui ramena les pieds sur terre avant que l’émotion de l’instant ne la submerge. Arukisa était une femme sensible, dans les moments tragiques comme dans les plus radieux.

- Je propose que nous nous mettions au travail, non ? Coupa-t-elle.

Le vieil homme se releva avec aplomb, comme s’il avait acquis une seconde jeunesse à l’idée d’accomplir cette tâche.

- Je vais vous ramener quelques outils que j’ai dans le jardin. Je vous laisse suivre ma femme vers l'extérieur. Dit-il en poussant une porte menant vers une cour extérieure.

Avec entrain, la vieille dame prit les devants en direction de la porte d’entrée pour les accompagner. A en juger sa démarche dodelinante, elle semblait excitée à l’idée de voir les deux bénévoles débuter.

- Venez, venez.

A l’extérieur, elle souleva une petite bâche verte posée contre le mur de leur maison. Quelques gouttes d’humidité couraient le long de celle-ci. En-dessous, se trouvait un parterre de petits pots remplis de fleurs différentes. Le couple avait parfaitement prévu l’affaire. Un large panel de couleur et de formes singulières leur était proposé pour accomplir leur mission. De petites étiquettes indiquant la variété étaient disposées devant celles-ci. Arukisa n’avait que très peu de connaissances florales mais de toute évidence ils avaient pris le soin de leur faire une sélection au préalable.

- Voici quelques plants pour vous aider. Tout est à votre disposition, utilisez-les à votre guise. Vous avez notre confiance.
A cet instant, l’homme arriva. Il déposa une bêche, un râteau, une binette ainsi que d’autres petits outils de jardinage.
- C’est tout ce que j’ai, j’espère que ça suffira ?

De son enfance, Arukisa avait quelques souvenirs de ses parents entretenant le jardin familial mais elle n’avait pas vraiment la main verte. Elle rigola tout de même gentiment en voyant tous les moyens à leur disposition.

- Oh oui c’est plus que suffisant. Je pense qu’on devrait pouvoir faire un beau travail avec tout ça, n’est-ce pas Saru ? Dit-elle en lui lançant un regard chaleureux. Elle se mit à genoux et observa les fleurs tandis que le couple commençait à rentrer. Je crois apercevoir quelques chrysanthèmes, du jasmin d’hiver, des hellébores, des iris nains ainsi que du perce-neige. Tu t’y connais un peu en fleur toi ? Moi pas vraiment, mais je crois qu’il faut d’abord arracher les mauvaises herbes et retourner la terre.

Arukisa mit une paire de gants en tissus épais et attrapa la bêche. Elle venait de lui parler comme s’ils se connaissaient déjà alors qu’elle ne savait de lui quasiment que son nom. Comme toujours, elle était très sociable, et surtout naturelle, sans barrière. D’autant plus que son camarade du jour semblait lui aussi plutôt avenant.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Arukisasigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Asagao Jirô
Asagao Jirô

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Lun 8 Juin 2020 - 21:45

Saru suivit la vieille femme et Arukisa hors de la maison. Un léger sourire flottait sur ses lèvres. Il avait l'impression que ce service de jardinage allait se faire sous les meilleurs augures. Il avait été contenté d'entendre que sa partenaire refusait, elle aussi, une rémunération financière. Ils étaient sur la même longueur d'onde, semblait-il. Oh bien sûr, il ne se serait pas offusqué si elle avait préféré toucher cet argent. Mais il avait ses convictions, et il était toujours agréable de trouver quelqu'un qui les partageait. D'autant qu'il n'avait pas l'impression d'avoir forcé les choses, en lui mettant une pression particulière. Et puis, au fond, elle avait raison. Saru n'y avait pas pensé, mais c'était bien à une des leurs, une kunoïchi tombée au combat, qu'ils allaient rendre hommage. De quoi leur rappeler les risques qui allaient naturellement avec leur fonction ...

Ils retrouvèrent le froid du dehors. Saru observa les plants qu'on avait laissés à leur disposition. Il n'y avait que des fleurs. Il trouva ça dommage. Il lui semblait qu'un arbre aurait fait bon effet. Il aimait les arbres, parce qu'il avait vécu toute sa vie, presque, en leur sein, dans la jungle. Et puis, il avait aussi entrepris d'ériger une tombe mémorielle à son Maître au pied d'un arbre. Il entretenait un rapport particulier avec eux, donc. Peut être pourrait-il suggérer l'idée ... Ou la garder en mémoire. Il se pouvait bien qu'elle serve de terreau à une autre pensée qu'il laissait encore germer dans son cerveau.

Saru eut un petit rire gêné, et se passa la main dans les cheveux, en entendant la question d'Arukisa.

"Désolé, mais je ne connais pas ces fleurs, ou très peu. Elles ne poussaient pas là où je vivais avant. Mais on devrait arriver à s'en dépatouiller, je pense."

Il était d'accord sur la marche à suivre, et s'arma sans plus tarder d'une paire de gants. La terre avait été rendue dure par le froid hivernal, mais les mauvaises herbes les plus tenaces étaient toujours là. Saru s'agenouilla sur le carré de terre en friche, se retroussa les manches, et se mit au travail. Il empoignait les tiges à la racine, et les retirait d'un coup sec, pour ne laisser aucun rhizome en terre. Il avait vu des habitants des petites bourgades de l'île de Kaiba procéder de la sorte, quand venait le moment de renouveler les cultures. Plusieurs fois, même, il avait participé au labeur.

Ils avaient commencé à travailler en silence, mais Saru préférait essayer de sympathiser avec une personne qui, il le sentait déjà, pouvait bien avoir des atomes crochus avec lui.

"Alors, toi aussi tu es une kunoïchi ? Je viens d'arriver à Kiri, moi, et de m'engager. C'est mon premier semblant de mission ... Naturellement, je suis encore un Genin. Elle aussi, cette Midori, je crois."

Il allait sur le terrain de la conversation convenue, des banalités, ce qui ne lui plaisait pas particulièrement. Néanmoins, il n'avait pas vraiment d'autre idée pour lancer la conversation. Il se contenterait de suivre son cours, sans doute. Et de la faire dériver, s'il en avait l'occasion, sur des eaux peut être moins attendues.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Mar 9 Juin 2020 - 22:28
- Ah non, ce n’est pas une genin. Dit Arukisa avec un ton professoral. Elle portait un gilet de gradé sur une des photos. Ajouta-t-elle en souriant.

Saru semblait être un jeune homme très sociable et la kunoichi apprécia le fait qu’il entame la conversation. Elle détestait au plus haut point les personnes glaciales et antipathiques. Les gars mystérieux, les filles hautaines, les vieux sages donneurs de leçons, les durs à cuir au coeur de pierre, etc. Ces caractères imbuvables la répugnaient.

- Oui je suis une jônin, enfin j’ai le grade. Mentionna-t-elle de façon un peu amusée et gênée. Je reviens d’une longue période d’absence alors je suis un peu.... rouillée on va dire.

C’était le mot juste. Pendant tout son voyage elle n’était pas restée inactive mais elle n’avait pas eu le rythme de vie d’un shinobi de son rang. Par conséquent, bien qu’elle n’ait rien perdu de ses connaissances, c’était plutôt le côté athlétique qu’elle devait acquérir à nouveau. Sa vivacité naturelle était toujours sa meilleure alliée mais elle avait perdu en condition physique. Une préparation adéquate était nécessaire pour reprendre du service, et cela commençait par des petites activités telles que celle-ci.
Agenouillée sur les mottes de terre, elle tentait d’exécuter sa tâche avec minutie. A deux, le travail avançait plutôt vite, même si aucun d’eux n’était expert en botanique. Le bruit que produisait l’arrachage des herbes lui rappela le dur labeur de son père quand elle était petite. Pour subvenir aux besoins de sa femme et de ses quatres filles, il avait aménagé un beau potager rempli de légumes variés. Le souvenir de celui-ci ramenant un panier rempli de tomates bien rouges la rendit nostalgique de sa terre natale. D’ailleurs, Saru avait lui aussi mentionné ne pas venir de Kiri.

- Tu étais où avant de venir à Kiri ? Je te dis ça car moi aussi je ne suis pas du coin. Je viens du pays du Feu. Même si aujourd’hui je me sens complètement Mizujine bien sûr. Rectifia-t-elle aussitôt. En tout cas, j’espère que ton adaptation se passe aussi bien que la mienne, tu vas te plaire ici. Dit-elle en lui lançant un sourire chaleureux, comme une sorte de bienvenue. Si je peux faire quoi que ce soit pour t’aider à t’intégrer, n’hésites pas à me demander ! On doit se soutenir entre étranger. Elle rigola en lui tapant maladroitement dans l’épaule.

Le mot était peut-être malavisé et le geste un peu précipité pour quelqu’un qu’elle connaissait à peine, mais bon, on ne chasse pas le naturel.
Arukisa se releva, épousseta ses mains et commença à réfléchir à la disposition florale.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Arukisasigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Asagao Jirô
Asagao Jirô

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Mer 10 Juin 2020 - 21:23

Une Jônin ? Si Saru ne se trompait pas - et il lui semblait bien qu'il ne se trompait pas - il s'agissait là du grade le plus élevé dans la hiérarchie militaire à Kiri. Il ne put s'empêcher de ressentir un certain changement dans son attitude, qu'il s'efforça de garder imperceptible, mais qu'il savait être là, néanmoins. La présence d'un gradé l'y enjoignait forcément. On ne se comporte jamais vraiment de la même façon en présence de son supérieur hiérarchique, parce qu'on cherche toujours à faire la meilleure impression, à se montrer sous son meilleur jour, en espérant sans doute des avantages, des promotions. Même inconsciemment, et, Saru l'espérait, même pour le plus pur des coeurs, ce genre de mécanismes se mettait nécessairement en place. Il espérait néanmoins pouvoir le réfréner, autant que possible ...

Du reste, il ne posa pas de question sur l'absence qu'Arukisa avait mentionnée. Il se contenta de continuer à fouiller la terre, à la recherche de la moindre racine, du moindre embryon de mauvaise herbe qui aurait pu lui échapper. Il s'imaginait assez bien que c'était le genre de sujet qu'on puisse préférer éviter. De ce qu'il avait compris, on ne s'absentait pas de Kiri aussi facilement, surtout quand on était un des éléments les plus hauts dans la hiérarchie du village. Se permettre un éloignement prolongé, alors ... Ce devait être quelque chose de motivé par des raisons bien sérieuses, et surtout très personnelles. Bref, le genre de sujet qu'on n'a pas forcément envie d'aborder avec un inconnu - ou presque - quelque agréable ait pu paraître son contact.

Il était bien plus enclin à discuter de ses propres origines, qu'il n'avait aucune raison de cacher, et desquelles il tirait une certaine fierté, d'ailleurs. Il se releva, et tapa ses gants l'un contre l'autre pour les débarrasser de la terre qui s'y était collée.

"Je ne viens pas d'aussi loin que toi, je suis né dans l'archipel. Enfin, je le suppose. En tout cas, j'ai grandi sur l'île de Kaiba. Elle est couverte de jungle, mais si on sait comment s'y débrouiller ..."

Il haussa les épaules, un léger sourire aux lèvres, l'air de dire que ce n'était pas si mal. Il était satisfait de l'enfance qu'il avait eue. Il estimait avoir reçu une éducation plus qu'élémentaire, et dans de nombreux domaines, dont beaucoup tenaient à la vie pratique dans un milieu assez peu propice à l'habitation humaine. Il était conscient de savoir des choses que le commun des soldats de Kiri ignorait, concernant la survie en territoire sauvage. Ce dont il n'était pas conscient, c'était de l'atout que ce savoir représentait pour lui.

"Je t'envie un peu, je dois dire. Tu viens d'un pays très lointain, alors, j'imagine que tu as dû voir pas mal de choses du monde. Le continent, ça doit déjà être une sacrée aventure ... Et puis le pays du Feu ..."

Il s'interrompit. Il allait évoquer l'Empire autoproclamé qu'il savait avoir émergé quelques mois auparavant sur les terres de Hi no Kuni, mais il ravala sa réflexion. Il n'avait eu que des bribes d'informations, dispersées au hasard des pages du Kunaï Emoussé, mais il avait cru comprendre que la naissance de cette entité politique ne s'était pas faite sans mal. Là encore, donc, le sujet était peut être trop sensible. Trop sensible pour l'heure, en tout cas.

Il s'approcha des outils que le couple avait laissés à leur disposition, et se saisit de deux bêches. Les voeux d'Arukisa lui faisaient plaisir. Il était toujours bon de se savoir bienvenu dans un nouvel environnement. Particulièrement quand c'était la première fois que l'on quittait sa terre natale.

"Merci pour la proposition. Je dois dire que j'ai un peu de mal avec certaines pratiques de la vie citadine, encore, mais ça viendra. J'étudie pour, en tout cas. Mais concernant le reste, je n'ai pas eu à souffrir de la vie à Kiri, pour l'instant. Ni de celle de shinobi, d'ailleurs."

Il tendit une bêche à Arukisa, et commença lui-même à retourner la terre. Il la craquait d'abord, brisait cette première couche rendue dure par le gel, et qu'ils avaient déjà percée en plusieurs endroits, en en retirant les mauvaises herbes, puis il la grattait assez profondément pour que la terre noire, plus grasse, remonte. C'était un travail tout à fait propice aux journées froides de l'hiver: il était physique, et réchauffait son homme en un rien de temps. Et puis, il évitait de penser à cette vie de shinobi, justement, que Saru avait évoquée. Cette même vie qui avait fait défaut à Midori. Et qui, peut être, leur ferait défaut un jour à tous les deux.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Dim 14 Juin 2020 - 23:04
La Rose rouge attrapa la bêche à son tour et reprit sa tâche. Son souffle chaud produisait une épaisse buée qui s’évaporait en quelques secondes au contact de la fraîcheur ambiante. L’hiver se faisait bien ressentir mais cette activité les maintenait au chaud. Arukisa n’était pas une couarde et ne faisait pas parti de ces personnes qui restent dans leur confort. L’hostilité de la nature ne lui faisait pas peur. La chaleur, la neige, l’humidité, les pluies diluviennes, etc, elle ne craignait rien. C’était d’ailleurs étonnant pour un corps frêle comme le sien. Mais c’était son caractère aventurier qui la portait dans ces situations. D’ailleurs, elle rebondit sur les propos de Saru.

- En effet, j’ai eu la chance de beaucoup voyager. J’aime beaucoup ça ! Parcourir des forêts millénaires, grimper des montagnes enneigées, affronter des déserts arides, c’est mon truc. Dit-elle en pointant le pouce vers elle. J’ai du mal à rester enfermé. Ajouta-t-elle en rigolant. Peut-être qu’un jour toi aussi tu quitteras l’archipel ? J’en suis sûr même !

Saru avait l’air d’être un shinobi appliqué et motivé. En tout cas il avait une qualité indéniable, c’était le dévouement. Le fait même d’avoir accepté cette requête de civils sans contrepartie montrait à quel point il avait compris le devoir premier d’un ninja : toujours agir pour le bien des citoyens. Nul doute qu’avec un état d’esprit tel que celui-ci il allait gravir les échelons rapidement. Et par conséquent, être envoyé en mission au-delà des frontières.

- Je ne connais pas beaucoup l’île de Kaiba. J’y suis allée quelques fois en repérage mais je n’ai pas eu l’occasion de m’éterniser. On dit qu’elle est fréquentée par pas mal de corsaires et de bandits. C’est vrai ? Tu connais un peu ce milieu ? Dit-elle de façon un peu détachée.

C’était peut-être un sujet sensible. Qui sait, Saru aurait pu venir d’une de ces familles peu fréquentables. En réalité, elle en savait un peu plus que cela sur l’île mais elle préféra ne pas trop s’étendre sur le sujet et en apprendre plus par quelqu’un qui avait vécu sur place. Ce n’était pas vraiment par curiosité pour le banditisme et la piraterie qu’elle demandait cela, mais plus pour connaître son partenaire. Son passé semblait intéressant. Qu’est-ce qui avait pu le pousser à rejoindre l’île principale pour devenir shinobi ? Les ninjas venaient de différents horizons et leurs histoires étaient souvent passionnantes.
Arukisa déposa la bêche et ramena plusieurs plants de fleurs, la partie la plus intéressante allait débuter. La kunoichi avait quelques idées pour tenter de faire un petit bout de jardin. Elle imaginait quelque chose faisant référence au village, peut-être le symbole de Kiri dessiné sur le sol.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Arukisasigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Asagao Jirô
Asagao Jirô

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Lun 15 Juin 2020 - 15:46

Il n'y avait sans doute rien de mieux que l'exercice physique pour réchauffer le corps par les jours de grand froid. Et rien de mieux que les actes de gentillesse pure pour réchauffer le coeur. Les deux combinés étaient suffisants pour que Saru ne ressente plus la morsure du gel sur sa peau. Il avait même retroussé ses manches, et redoublait d'efforts pour retourner la terre. Sa respiration restait profonde, et elle soufflait dans l'air glacial des volutes de buée, qui valsaient un unique instant avant de s'évanouir, et de rejoindre la grisaille ambiante. Il ne sentait plus le froid. N'y faisait même plus attention. Il se concentrait uniquement sur sa tâche, et sur sa discussion avec Arukisa.

"Tu ne rates pas grand chose à ne pas connaître Kaiba. Ses habitants, en tout cas. La plupart sont bien des pirates. Mon père en était un aussi, pour ce que j'en sais. Et mon Maître ..."

A cette pensée, il sentit comme un pincement au coeur. Le deuil n'était pas encore assez loin pour qu'il puisse ne pas réagir en pensant à lui. Mais il se reprit, et afficha un léger sourire.

"Mais lui, il était repenti. Et c'était quelqu'un de bien. Simplement, d'autres pirates ont fini par avoir raison de lui, voilà tout."

Il n'avait pas envie de s'éterniser sur le sujet. D'un dernier coup de bêche, il retourna l'ultime carré de terre, et se redressa en poussant un soupir. Il commençait à avoir mal au dos, mais il était content de son labeur. L'acharnement allait de paire avec l'oubli de soi. Ca ne faisait pas de mal, de temps en temps. Il s'appuya sur son outil, et reporta le regard vers Arukisa.

"Mais il y a aussi des gens biens sur mon île. La jungle est peuplée de petites bourgades, qu'on peut trouver si on s'enfonce assez profondément dans ses profondeurs. Ce sont des gens qui vivent reculés, bien sûr, mais heureux, la plupart du temps. Et ils n'ont rien à voir avec les corsaires et tous les autres brigands. Ceux-là ne font pas attention à l'île qu'ils habitent. C'est seulement un pied-à-terre. Mais quand on apprend à la connaître ..."

Il se tapota le bout du nez d'un air malicieux. Il la connaissait, lui, la jungle de Kaiba. Et elle le connaissait. Si son Maître avait été comme son père, alors la forêt insulaire avait été sa mère. Elle l'avait nourri, avait veillé sur lui, l'avait protégé de ses arbres et de son ombre, et lui avait offert un foyer. Et finalement, il ne l'avait quittée que pour aller en trouver un autre, plus près des Hommes et du monde. Du vrai monde, peut être.

Saru remarqua qu'Arukisa commençait à s'intéresser à la disposition des plants. Il n'y avait pas encore réfléchi, trop absorbé dans son travail, ne prévoyant pas de schéma précis.

"Qu'est-ce que tu as en tête ?"

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Mar 16 Juin 2020 - 22:15
Saru semblait connaître assez bien son sujet. Les informations qu’il donna à la kunoichi concernant Kaiba étaient très intéressantes et correspondaient à ce qu’elle avait entendu. Cette terre était un lieu paisible pour la plupart des habitants et ce n’était qu’une poignée qui la souillait par leurs activités illégales. Arukisa se nota dans un coin de la tête l’idée d’aller y faire un tour avec son nouvel ami. Elle n’avait d’ailleurs toujours pas vu la célèbre Cascade Namida, point stratégique de l’île. Nul doute que Saru serait un bon guide, et quoi de mieux qu’un natif pour en découvrir les secrets ?

Arukisa prit quelques secondes pour choisir une des fleurs proposées par le couple de personnes âgées. Elle n’avait pas vraiment de critères précis puisque ses connaissances en botanique étaient faibles. C’était plutôt l’aspect physique qui allait primer. Ainsi, elle porta son choix sur l’hellébore : une belle fleur blanche tachée de pourpre à l’extérieur. Son instinct l’avait menée à celle-ci car elle lui rappelait le sourire joyeux de la jeune Midori. Bien que ce soit un jardin mémorial, la shinobi ne voulait pas créer quelque chose de mélancolique et trop solennelle, elle préférait tenter de créer quelque chose qui ressemblait à la défunte, même si elle possédait peu d’informations sur elle. C’était un parti pris, il fallait juste espérer que cela plaise aux commanditaires de leurs travaux. La Rose rouge attrapa les plants et retourna vers l’endroit où les deux compères avaient retourné la terre.

- Bon, j’ai choisi ça. C’est…. Elle regarda à nouveau l’étiquette dessus. L’hellébore. Elle me fait penser à Midori. On a envie de sourire quand on la voit, elle rayonne. Tu ne trouves pas ? Je pense que c’est mieux d’avoir un jardin coloré qui remémore les beaux souvenirs. Enfin c’est ce que j’aimerai moi.

Elle se perdit quelques secondes dans ses pensées, imaginant à quoi pourrait ressembler un jardin commémoratif en son honneur. Pour une femme pleine de vie et de joie comme elle, elle aurait détesté qu’on lui fasse un lieu sombre et rappelant uniquement sa mort. Elle aurait souhaité montrer sa personnalité et la vie passionnante qu’elle menait en tant que kunoichi. C’était un questionnement étrange. D’ailleurs, elle en ressortit assez vite car elle n’aimait pas ce genre de réflexions négatives.

- Pour la disposition, je pensais à refaire le symbole de Kiri avec les fleurs. Ce serait un peu comme un hommage à sa fonction également. Elle est décédée pour sa nation et sa famille peut en être fière. Dit-elle avec retenue. Au milieu on pourrait rajouter quelque chose de plus imposant que des fleurs, mais je n’ai pas vraiment d’idée, peut-être une sculpture... Elle réfléchit un instant avant de se reprendre comme si elle sortait d’un rêve. Si tu as une idée n’hésites pas ! Je suis peut-être jônin mais pour cette tâche nous sommes égales, j’écoute tes propositions !

Pas de hiérarchie aujourd’hui en effet, les deux acolytes devaient travailler main dans la main d’égal à égal pour mener à bien leur tâche.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Arukisasigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Asagao Jirô
Asagao Jirô

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Jeu 18 Juin 2020 - 18:13

Saru considéra l'hellébore. Arukisa disait des jolies choses à propos de cette fleur. Qu'elle rayonnait. Qu'elle rappelait Midori. Qu'on avait envie de sourire quand on la voyait. Pour sa part ... Il ne pouvait s'empêcher d'y voir qu'une fleur. Sans doute manquait-il d'une certaine élévation d'esprit. Néanmoins, il prit sur lui, et afficha un sourire - certes un peu gêné - mais au moins poli, à défaut d'être parfaitement sincère.

"Oui, c'est vrai qu'elle est ... jolie."

Du reste, il n'avait rien contre la disposition que proposait Arukisa. Il imaginait bien les quatre vaguelettes du village rendues par des fleurs. Mais il manquait bien quelque chose à cette composition ... Quelque chose de plus massif. De plus symbolique aussi. Quelque chose de plus durable. Après tout, si la vie est éphémère, une tombe doit, elle, durer longtemps. Elle a pour vocation de perpétuer la mémoire d'un nom, et de la personne qui le portait. Alors, laisser cette tâche si rude entre les seuls pétales de fragiles fleurs ... Ce qu'il fallait au milieu de cette stèle végétale, c'était simplement ...

"Pourquoi pas un arbre ?"

Saru pointait du doigt le centre de la placette, là où, s'ils suivaient le plan d'Arukisa, le symbole de la Brume laisserait un espace vide.

"C'est joli, un arbre. Et puis, c'est solide. Ca tient dans le temps. C'est grand, et ça protège les gens. Quand il fait trop chaud, on peut s'abriter dans son ombre, et quand il fait trop froid, il nous abrite de la neige. Et c'est tellement plein de vie ..."

Il se tourna vers Arukisa.

"Et puis, je pense que ça ferait plaisir à ses parents. Ca serait leur stèle à eux. Pas vraiment un monument, mais ce qui s'en rapproche le plus. Non ?"

Il ne savait pas vraiment quelle essence conviendrait. Il savait que, dans certains endroits, on aimait mettre des cyprès près des cimetières. Mais ce n'étaient que des choses qu'il avait pu lire. A vrai dire, il n'avait jamais vu un cyprès en vrai. Simplement des dessins dans les livres qu'il avait pu consulter au Complexe shinobi. Il faudrait trouver quelque chose qui grandisse bien, aussi. Mais l'idée le séduisait. Sans doute parce qu'il avait une relation toute particulière aux arbres, ayant grandi dans une jungle ...

"Mais mieux vaut commencer par planter les fleurs. Je ne pense pas qu'elle dureront longtemps si on les laisse dans leurs pots. On aura le temps de revenir plus tard pour rajouter quelque chose, s'il le faut."

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Ven 19 Juin 2020 - 22:53
L’idée de Saru plaisait à Arukisa. Ce genin avait de bonnes idées. Représenter Midori par un bel arbre fleuri pouvait donner du baume au coeur à sa famille. Les années passent mais un tronc et des branches solides peuvent tenir des millénaires, tout comme elle restera dans leur mémoire. Sa solidité représenterait les liens qu’ils entretenaient tandis que la croissance menant une graine à devenir un arbre majestueux serait le symbole de l’avancée de leur deuil. Pendant ses voyages, la jeune kunoichi avait traversé plusieurs hectares de forêts et elle se souvint de certains arbres monumentaux qui semblaient être plantés depuis la création du Yuukan et dont l’envergure donnait une réelle impression d’écrasement lorsqu’elle se trouvait à coté. Comme si elle n’avait pas eu d’autres choix que de s’incliner devant leur prestance. Si l’idée d’un arbre pour enjoliver la jardin était retenue, ce serait un magnifique hommage à Midori, mais également à tous les shinobis morts au combat.

- C’est une merveilleuse idée Saru ! Dit-elle enjouée. Il faut que tu leur proposes. Ca leur plaira j’en suis certaine....En tout cas, moi ça me plait ! Un beau cerisier, tu aimes les cerisiers ? Moi j’adore ça. Je trouve leurs fleurs blanches magnifiques au printemps. Elle attrapa un pot. Je commence à planter, il ne faut pas traîner, ils sont sûrement impatient de voir le travail fini.

Arukisa se mit à genoux et commença à planter les fleurs en suivant la disposition annoncée précédemment. Quatre vagues identiques, on pouvait y voir plusieurs significations. Il n’y avait pas vraiment d’histoires connues à ce symbole, ou bien elle ne le savait pas. Cela pouvait représenter quatre shinobis, tous égaux, allant dans le même sens pour démontrer l’unité du village. La vague, mouvement marin intense pouvait être une représentation de la puissance militaire. Kiri était tout sauf une eau calme et plate, au contraire c’était des ruelles de civils qui grouillaient, une armée en mouvement constant et une brume éternelle qui ne laissait rien voir de l’extérieur comme une fond marin sombre dont on ne pouvait s’imaginer l’activité qui s’y déroulait.

- Tu as déjà combattu Saru ? Je veux dire, autrement qu’un combat amical ? Normalement les genins n’ont pas de missions risquées mais tout peut arriver en mission.

La question pouvait paraître osée, mais elle était curieuse de savoir s’il avait déjà bataillé pour sa survie. C’était une étape cruciale dans la vie d’un ninja, et même d’un homme. Et c’était aussi important pour comprendre le sacrifice de Midori. Aru’ n’avait jamais oublié cette nuit terrible où elle avait sauvé sa famille mais également perdu son grand-père. C’était cet instant précis qui l’avait poussée à suivre sa voie de shinobi

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Arukisasigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Asagao Jirô
Asagao Jirô

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Sam 20 Juin 2020 - 0:41

Saru commença lui aussi à prendre les pots, et à les amener vers le terrain. Puis, il s'agenouillait sur la terre encore noire et chaude, fraîchement retournée, qui n'avait pas été durcie par le gel et le froid. Il y creusait un puits avec ses mains, suffisamment profond pour pouvoir y plonger les plants jusqu'à ce que la base des tiges soit un peu plus bas que la surface du sol. Puis, il rebouchait le trou. Ainsi, il suivit le schéma qu'Arukisa avait esquissé dans leur échange, et tous deux dessinèrent pas à pas la bannière sous laquelle ils avaient pris les armes, et dont ils défendaient les couleurs. Une Brume florale naissait de leur travail, et honorait de ses pétales la mémoire d'une fille tombée pour elle.

La conversation se poursuivait. La question que lui posa Arukisa l'interloqua, parce qu'elle semblait arriver à brûle-pourpoint. Mais il ne pensait pas qu'il y avait une quelconque arrière-pensée cachée. Il répondit donc en toute honnêteté, et sans se cacher:

"Oh oui, j'ai déjà combattu. Et pas qu'une fois. Les pirates dont je te parlais, tout à l'heure, nous pourchassaient en permanence, mon Maître et moi. Et ce n'était pas vraiment le genre de types à se laisser convaincre par de belles paroles, si tu vois ce que je veux dire ..."

Le souvenir de ces affrontements ponctuels, et dont l'intensité était allée crescendo avec le temps, lui revint en mémoire. Combien de fois son Maître et lui avaient-ils repoussé les assauts de ces forces toujours diverses, mais mues par la même avidité d'un gain dont elles n'étaient même pas sûres de l'existence ? Il lui semblait que ç'avait été des milliers de fois.

"Mais je ne m'en plains pas. J'ai développé de bons réflexes au combat grâce à ça. Assez pour me permettre d'être efficace quand il me faudra aller à la bataille, je pense. Et puis, mon Maître m'apprenait des choses aussi."

Il finit de reboucher un trou avec une poignée de terre, et s'essuya le front d'un revers de manche.

"Et toi ? J'imagine que oui. Tu es une Jônin, après tout. Ce n'est pas le genre de titre qu'on obtient si facilement, de ce que j'ai compris. Tu as dû faire forte impression."

Il n'allait pas dire qu'il s'imaginait qu'Arukisa avait dû voir bien des guerres et des morts, mais il ne le pensait pas moins. Dans son esprit, un Jônin était un shinobi qui avait eu plus d'une fois l'occasion de prouver sa valeur au combat, par des aptitudes exceptionnelles et des accomplissements remarquables. Après tout, ils étaient l'élite du village. Tout en attendant la réponse de sa camarade, il continua à transplanter les fleurs, construisant pas à pas la fresque végétale née de leur labeur.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295
Gozan Arukisa
Gozan Arukisa

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Jeu 25 Juin 2020 - 12:35
C’était une réponse plutôt évidente en réalité. Arukisa savait que les brigands de l’île natale de Saru s’en prenaient régulièrement à la population. La plupart n’était que des vauriens nullement éduqués à l’art du combat mais en nombre et avec un peu de charisme, ils étaient capables de terroriser tout un village. Fort heureusement, des hommes, comme son maître, se muaient en protecteurs des civils et étaient devenus indispensables afin de maintenir les populations sur ces îles. Sans eux, cela ferait longtemps que ses terres appartiendraient uniquement aux malfrats et les activités frauduleuses se multiplieraient. En somme, c’était une sorte de héros, et les hommes ont besoin de héros.

- Rien ne vaut le terrain de toute façon, même si cela n’a pas dû être simple tous les jours.

Arukisa était une partisane de la pratique avant la théorie. Les bases s’apprennaient à l’académie mais c’est dans la sueur, et parfois la douleur, qu’on devenait réellement un shinobi.

- Oh oui bien sûr. Je n’ai pas accompli d’exploits majeurs mais j’ai combattu à Shîto il y a trois ans de cela. Dit-elle avec la voix un peu nouée. Tu sais, certaines personnes font fortes impressions et obtiennent leur grade. D’autres obtiennent leur grade et doivent ensuite le mériter. Je suis une jônin mais je n’ai pas encore l’expérience de la plupart de mes confrères. Ajouta-t-elle avec sincérité. Mais je sais me battre. Termina-t-elle en lui lançant un clin d’oeil.

Pendant trois années, la Rose rouge n’avait pas vu en elle ce que Yuki Sôsuke, le Nidaime Mizukage, avait perçu. Si bien, qu’elle avait du mal à assumer son statut. Ce n’est que depuis son retour et l’expérience acquise au cours de son exil qu’elle se sentait enfin prête à endosser les responsabilités de son rang.
La fresque était quasiment terminée. Tout en échangeant, les deux compères avaient menés leur tâche à bien, avec soin et précision. Arukisa prit la dernière hellébore et termina le travail. Celle-ci vint suivre l’alignement et dessina le bout de la vague mizujine. La kunoichi se releva tout en tapant ses mains afin de retirer les quelques bouts de terre. Les mains sur les hanches, elle contempla leur création. Le tout était sobre et harmonieux, la belle couleur des fleurs ressortait magnifiquement et le symbole marquait bien l’hommage. Elle était plutôt fière de leur composition. Pour des botanistes novices, ils s’en étaient bien sortis. Néanmoins, c’était l’avis du couple de personnes âgées qui allaient déterminer le résultat de leur labeur.

- Pas mal non ? Je crois qu’il est temps de les appeler.

_________________
"Un autre jour, une autre aventure !"

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Arukisasigna

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t117-la-rose-rouge-termine#454 https://www.ascentofshinobi.com/t536-gozan-arukisa-s-adventures
Asagao Jirô
Asagao Jirô

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa] Empty
Jeu 25 Juin 2020 - 15:04

Saru sourit devant leur oeuvre. Ils avaient fait du bon travail, c'était vrai, et en être fier n'était pas honteux. L'hommage n'était peut être pas vibrant pour le premier venu, mais il lui semblait bien qu'il serait touchant, aux yeux des personnes qui savaient à qui était destiné ce mausolée floral. Il adressa un sourire à Arukisa. Ils avaient fait une bonne équipe. Efficace, en tout cas. Il ne leur restait plus à espérer que les fleurs tiendraient le coup face à l'hiver assez rigoureux. Et surtout, que les parents de Midori - et commanditaires - apprécieraient ce à quoi ils avaient abouti.

Saru alla les trouver dans leur salon. Ils étaient tous les deux affairés autour d'un jeu de go. Il régnait un silence profond dans la maison, à peine troublé par intermittences par le bruit des pions qu'ils déplaçaient sur le plateau. Saru toussota pour signaler sa présence, et manqua de faire sursauter les deux vieux.

"Excusez-moi mais ... On vient de finir. Vous voulez peut être jeter un coup d'oeil ?

-Oh oui !"

La vieille dame s'était levée d'un bond, avec une énergie impressionnante pour son âge. Son mari sourit, et tous deux suivirent Saru vers le dehors.

Au début, ils ne réagirent pas. Ils restèrent figés devant le parterre de fleurs. Saru gardait un sourire affiché sur son visage, mais à mesure que le temps passait et qu'ils restaient immobiles, il sentait la panique monter en lui, et son sourire se crisper. Il avait soudain l'impression qu'ils avaient fait une grosse bourde. Mais ...

"C'est très bien ..."

C'était le vieil homme qui avait parlé. Sa voix était étrangement douce. En le regardant, Saru remarqua qu'il avait les yeux particulièrement humides. Il s'empressa de détourner le regard. La vieille était, elle, incapable de parler. Ses lèvres remuaient faiblement, secouées d'un sanglot sec et silencieux. De toute évidence, ils n'avaient pas fait d'erreur. Leur travail semblait aller droit au coeur de ce couple. A nouveau, Saru adressa un sourire à Arukisa.

"C'est vraiment bien. Merci infiniment.

-Oh, y'a pas de quoi, vous savez ..."

Saru était un peu embarrassé de les avoir mis dans cet état. Il sentait néanmoins qu'il était temps pour lui de s'éclipser, et de les laisser seuls.

"Bon, eh bien ... Je vais y aller alors, moi. N'hésitez pas si vous avez encore besoin de ..."

Il fut interrompu par la vieille femme. Elle venait de saisir son bras, en même temps que celui d'Arukisa, et elle les serrait avec force. C'était sans doute toute la gratitude qu'elle était capable de montrer en gardant une certaine droiture. Ce témoignage muet toucha Saru plus que si elle avait versé des larmes. Il sourit. Puis, se tournant vers Arukisa:

"J'espère qu'on se retrouvera bientôt. En mission, pourquoi pas. Mais d'ici là ... Ne t'en fais pas trop. Je ne te connais pas vraiment, mais, même si tout n'est pas une affaire de grade, le tien ne me semble pas galvaudé."

Il adressa un dernier sourire au couple, se libéra doucement de l'étreinte de la vieille dame, et s'envola sur les toits d'un bond. Il partait un peu précipitamment. Mais c'était sans doute parce que ses propres yeux étaient devenus soudainement un peu humides. Bah, sans doute le froid de l'hiver ... Quelque chose comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295

Des fleurs pour Midori [Gozan Arukisa]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: