Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Sur la Voie Part II [Solo]

Ten no Ikari
Ten no Ikari

Sur la Voie Part II [Solo] Empty
Ven 5 Juin 2020 - 16:30

Une nouvelle journée voyait son commencement rayonner sur le village des nuages, le soleil se reflétant par endroits sur la neige blanche tombant du ciel. Et comme à mon habitude, c'était une nouvelle journée qui était propice aux entraînements que je m'étais imposé depuis quelques temps. J'avais fait mien le désir de reprendre et terminer ma formation de samouraï, et si je voulais y arriver, je n'avais pas de temps à perdre. Malgré les températures peu clémentes, malgré la morsure du froid, malgré le fait que je n'avais actuellement pas de professeur, il fallait que je continue. Il me restait encore mes enseignements passés, mes dix-sept ans au Pays du Fer pendant lesquels j'avais reçu toutes les clés qui me permettraient de faire mien cet art complexe. Et si la fois d'avant, j'avais travaillé sur mon endurance et la méditation, aiguisant mes sens et me forçant à supporter la douleur, aujourd'hui le travail se porterait sur un tout autre chapitre. Le chakra neutre.

Ce dernier était largement utiliser pour recourir à des techniques ninja basiques, et même certaines plus complexes tel que le clonage de l'ombre. Le chakra était la source des techniques de ninjutsu, de fuinjutsu ou de genjutsu des shinobis. Et pourtant, aucun d'entre eux -ou très peu- savaient utiliser le chakra comme le faisaient les samouraïs. Certes, certains ninja étaient capables d'infuser leur affinité dans leur arme, comme le faisait les miens, mais peu d'entre-eux étaient capables de recouvrir leur lame de chakra neutre. Capables, grâce à ce chakra, d'affuter leur lame, de la rendre plus grande, ou de lui faire prendre une forme différente. J'avais appris à le faire -ou du moins la théorie- lorsque j'étais à Tetsu. Mais étais-je capable de le reproduire maintenant ? En tout cas, je ferais le nécessaire pour pouvoir y arriver. Après tout il n'y avait pas de raison que je n'y arrive pas. Avec un sourire, je me levai promptement de ma chaise de bureau sur laquelle j'étais avachis, puis sautant vers la fenêtre en récupérant mon katana au passage, je me dirigeai vers le premier terrain d'entraînement que je connaissais.

Lorsque j'arrivai sur le terrain, la place était vide de toute personne, à croire que j'étais le seul à m'être réveiller ce matin. Je commençai en premier lieu par m'échauffer non loin d'un arbre, tentant de détendre mes muscles un peu plus raides à cause du froid. Je n'allais pas beaucoup bouger, mais cela était toujours plus agréable d'être détendu pour s'entraîner. Mon souffle formait une brume à chacune de mes respirations tandis que je révisais des katas simples de kendô. Très rapidement, je passai à une forme bien plus orthodoxe où j'alternais entre mon katana et mon fourreau, comme j'avais l'habitude de le faire en combat. L'arbre qui était présent me servait de partenaire, certes statique, mais avec bien plus de répondant que le vent. Frapper dans le vide avait toujours été bien moins amusant que de taper sur quelque chose, et même si parfois j'en comprenais la nécessité, aujourd'hui ce n'était pas mon but. Après de longues minutes à m'entraîner sommairement, des gouttes de sueur glacées descendant le long de ma colonne vertébrale, je me résolus à passer à mon entraînement du jour.

-C'est parti !

Rangeant mon fourreau et adoptant une posture plus classique, j'attrapai le pommeau de mon arme à deux mains. Calmant ma respiration, la rendant plus profonde, je me concentrai sur mon énergie intérieure, mon chakra que je tentais de faire resurgir. Je fermai les yeux pour m'aider dans cette entreprise, et allant chercher au fond de moi, je laissai mon chakra couler en moi puis à travers ma lame. Je sentais lentement ce dernier quitter mon corps pour se répandre le long de ma lame, la recouvrir et l'envelopper de son manteau. Avec un sourire, je jubilais intérieurement. "Fastoche !" me dis-je. Toutefois, en rouvrant les yeux, je me rendis compte que ce n'était pas du chakra neutre qui recouvrait ma lame, mais des éclairs. Des arcs électriques éparses, partant de mes mains et venant parcourir Thunderbird.

-Ah ! Zut haha. J'ai crié victoire trop vite.

Mon affinité avec la foudre semblait parasiter mon exercice. Comme d'habitude. Il fallait que je réussisse à séparer mon chakra de son affinité naturelle qui faisait partie de moi. Cela s'annonçait un poil plus complexe que prévu.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Sur la Voie Part II [Solo] Empty
Ven 12 Juin 2020 - 20:00

Pour une raison qu'il était facile de comprendre, j'avais tendance à naturellement transformer mon chakra en raiton, et par moment j'avais presque l'impression que la forme naturelle de ce dernier était électrique. Mais il fallait que j'apprenne à faire la différence entre mon affinité et mon chakra. Et pour cela, il allait certainement falloir que je recommence à méditer en cherchant au plus profond de moi. Il semblait que, peu importe où j'allais, la maîtrise de mes capacités en tant que shinobi demandaient concentration et méditations. Moi qui avait échappé pendant de longues années à cet exercice rigoureux que me demandaient mes parents et mes maîtres, il semblait que je devais aujourd'hui m'y restreindre. Poussant un autre soupire, je repris l'entraînement là où je l'avais arrêté, à la différence que cette fois-ci, au lieu de me mettre debout, je me mis assis. En position du lotus, je positionnai Thunderbird sur mes genoux et posai mes mains à plat sur la lame sur laquelle était gravée un éclair bleu.

Un jour, mon père m'avait dit que la lame n'était que le prolongement de la volonté du samouraï. Que cette dernière ne devait faire qu'un avec son maître, et que ce n'était qu'à ce moment là que les horizons de ce que l'on pouvait faire avec une arme s'élargissaient. Je restai donc ainsi de longues minutes, inspirant et expirant en chantant la fraîcheur de l'acier sous mes mains. La lame que je tenais m'avais été forgée à Tetsu, et l'inscription qui y figurait comme étant un éclair bleu me représentait. Je l'avais depuis longtemps maintenant, et j'avais longtemps combattu avec elle. Me laissant aller à la méditation, je m'autorisai à ressasser le passé et toutes les fois où j'avais combattu avec elle. Sans m'en rendre compte, un sourire étira mes lèvres tandis que j'avais toujours les yeux fermés, me concentrant sur ma respiration et mes souvenirs. Et étrange phénomène, alors que je ne bougeais pas et que je semblais ne rien faire, l'acier sous mes doigts commença à se réchauffer. J'avais presque l'impression que la lame me répondait, répondait à mes souvenirs en me communiquant qu'elle se rappelait elle aussi.

Lorsque j'ouvris les yeux, je vis des reflets bleus autour de mes mains commencer à légèrement parcourir ma lame. Des reflets bleutés qui n'étaient pas de l'électricité, mais bel et bien du chakra sans nature élémentaire. Le chakra parcourait encore de manière discontinue la lame, mais c'était déjà une bonne chose. Avec un grand sourire, je constatai les progrès que j'avais fait dans la réalisation de cette technique. Au final, mon passé de samouraï rendait les choses plus faciles à réaliser. Même si je n'avais pas réalisé à l'époque et que j'en avais fait qu'à ma tête, une partie de moi se rappelait des enseignements que l'on m'avait transmis. Et cela rendait les choses plus agréables et plus faciles. Je n'étais encore qu'au début, mais ce n'était pas une mince affaire.

-Merci papa...merci maman...merci minna.

Me relevant alors en empoignant Thunderbird dans ma main, je continuai à alimenter l'épée en chakra en faisant bien attention à ne pas laisser la foudre reprendre le dessus. La tenant à deux mains, je restai ainsi de longues minutes, sans faire le moindre geste, tentant de m'imprégner de la sensation que cela faisait de transmettre son chakra dans sa lame. Fermant les yeux à nouveau, je restai ainsi immobile pendant le temps qu'il fallait afin de stabiliser ma dépense en chakra et l'uniformiser sur ma lame. Je sentais cette dernière me répondre en contre-partie, comme si elle voulait m'indiquer le chemin à suivre. Me guider à travers les méandres de son acier pour que je puisse la recouvrir de ce manteau de chakra neutre. Et petit à petit, mon emprise se renforçait sur celle-ci. Après quelques temps, essoufflé, je relâchai brutalement le chakra que j'avais utilisé jusqu'ici et je tombai sur les fesses avec un grand soupire de soulagement. Puis une fois de plus, je ris joyeusement.

-Merci Thunderbird. J'arrive petit à petit à mon but...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Sur la Voie Part II [Solo] Empty
Mar 30 Juin 2020 - 23:21

Après les efforts que j'avais fait pour réussir à maintenir le chakra sur ma lame, je m'en étais retrouvé un peu épuisé et j'avais donc décidé de prendre un peu de repos sur un arbre du terrain. M'adossant à ce dernier, je m'assoupis même pendant quelques minutes afin de récupérer un peu d'énergie. Fort heureusement, personne ne semblait passer sur ce terrain aujourd'hui à cette heure-ci, et de ce fait personne ne remarqua ma léthargie. Une fois que j'eus récupéré un peu de ma fatigue et de mon chakra, je me remis à travailler. Je savais que j'étais presque capable de maîtriser cet aspect des facultés des samouraïs, il me fallait juste encore quelques heures de pratiques et je serais capable de rendre mon katana si aiguisé qu'aucune matière ne saurait lui résister.

Reprenant Thunderbird en main, je repris alors là où je m'étais arrêté il y avait quelques instants. Prenant de grandes respirations pour contrôler le flux de mon chakra, je passai mes doigts sur la lame en acier de mon katana et je laissai mon chakra couler jusqu'à lui. Renforçant ma prise sur ce dernier, une puissante aura bleue apparut autour de l'arme pour en renforcer les capacités offensives. Toutefois, ce n'était pas tout. Il allait falloir que je réussisse à aiguiser le tranchant de mon chakra suffisamment pour qu'il coupe dans des matières solides comme dans du beurre. C'était la raison pour laquelle j'avais choisi ce coin d'entraînement, car ce dernier recelait d'arbres et de roches en tout genre. Et si j'étais capable avec le raiton d'augmenter grandement la capacité de pénétration de mes armes, celui-ci comportait une faiblesse inhérente à sa nature élémentaire : le futon. Il y avait fort à parier que si je venais à rencontrer ma lame contre celle d'un maître de l'arme rompue à l'arcane élémentaire du vent, je risquais de voir Thunderbird ployer voir se briser. Et je ne le souhaitais pas. Cela ne voulait bien sûr pas dire que je comptais abandonner mes infusions de raiton, loin de là. J'avais juste besoin de...diversité.

Mon katana en main et parcouru d'un chakra bleuté et neutre, je me dirigeai donc vers le premier arbre qui se trouvait sur mon chemin. Pour tester le tranchant de mon acier, j'avais prévu de ne pas frapper l'arbre avec force et précision comme je le ferais en combat réel. Cela risquait de biaiser mon avis sur l'affûtage de la lame. Non, je préférais donner des coups simples, dénués de toute force, allant limite juste poser la lame sur l'écorce de l'arbre pour en voir les effets. Mes premières tentatives se soldèrent par des entailles modérément profondes. Singulièrement plus affûtée qu'une lame normale, mais pas suffisamment pour m'apporter satisfaction. Je continuai donc ainsi pendant de longues minutes, sans voir de réels changements. Soupirant, je m'assis à nouveau sur le sol en méditant sur ce qui n'allait pas. C'est alors que certaines paroles de mon père me revinrent.

"La lame d'un samouraï n'est que la matérialisation faite d'acier de son esprit inébranlable. Si ton esprit doute, qu'il vacille, alors ton katana fera de même et il perdra de son tranchant. Si au contraire ton esprit est clair et affuté, rien ne résistera à ta lame, pas même l'acier le plus résistant au monde. Ton esprit doit accompagner chacun de tes mouvements, il doit être plus aiguisé que n'importe quel katana, et ce n'est qu'ainsi que tu arriveras à surpasser tes capacités." Suite à cette tirade, d'un geste fluide et avec une telle grâce qu'on aurait cru que le temps s'arrêtait, il avait dégainé son épée et dans le même geste il avait découpé une plaque d'acier de plusieurs centimètres d'épaisseur. Il ne semblait y avoir mis aucune force, aucune puissance, et pourtant la plaque s'était scindée en deux, une coupure aussi nette qu'il était possible d'imaginer séparant les deux morceaux. Son geste à l'époque m'avait coupé le souffle, me laissant plusieurs minutes sans dire un moi, moi la pile électrique de service.

En repensant à ses souvenirs, une pointe de nostalgie vint étreindre mon coeur et une larme faillit couler par dessus le sourire que je gardais en permanence. Mais je l'essuyai aussi vite qu'elle était venue, et me relevant avec d'autant plus de motivations, je repris mon entraînement. Un sourire plus grand que jamais sur les lèvres, je pris à nouveau de profondes respirations, me laissant de plus en plus plonger dans les méandres de la méditation. Contrairement à la dernière fois où j'avais utilisé celle-ci pour résister à la douleur et élargir mes sens au monde, cette fois-ci je me concentrai sur Thunderbird. Ressentant son acier froid mais coupant, je visualisai que mon esprit n'était nul autre que mon katana. Et petit à petit, alors que j'intégrais cette idée dans mon esprit, je visualisai une lame de plus en plus affûtée. Aiguisant mon esprit au maximum, avec de grandes respirations, je laissai à nouveau le chakra couler le long de ma lame. Et d'un simple geste, d'un mouvement fluide et tranquille, je frappai l'arbre sur lequel je m'étais entraîné ces dernières heures...et celui-ci fut tranché en deux net. Comme si mon katana traversait du beurre, la lame ne freina à aucun moment devant l'obstacle. Et un sourire étira mes lèvres à nouveau...
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Ten no Ikari
Ten no Ikari

Sur la Voie Part II [Solo] Empty
Ven 3 Juil 2020 - 10:37

Toutefois, après les efforts que je venais de faire pour pouvoir réussir cette performance, mon apprentissage n'était pas fini. Je passai les jours d'après à ressasser cette technique, encore et encore pour être sûr de bien pouvoir la maîtriser le moment venu. Et si l'infusion de chakra dans la lame était une première étape importante et essentielle dans ce que j'allais entreprendre, la maîtrise du chakra neutre passait par bien d'autres étapes. Les samouraïs étaient certes capables d'augmenter le tranchant de leur lame, mais ils étaient aussi capables d'autres choses : d'allonger ces dernières et leur faire prendre une autre forme. Cela restait toujours en rapport avec des armes blanches, et ce changement de forme restait mineure, toutefois bien présent. Tant de possibilités qui me restaient encore à aborder.

Mais il fallait que je prenne mon temps. Les jours passaient, et bien que je ne perdais rien de ma gaieté naturelle, j'avais remarqué depuis quelques temps qu'il m'était de plus en plus facile de me concentrer lors de mes entraînements. Je gardais mon énergie et ma fougue habituelle, toutefois mon esprit quant à lui semblait plus calme et plus à même d'analyser ce qui m'entourait. Mes pensées filaient toujours à mille à l'heure, mais elles semblaient malgré cela plus ordonnées. Un petit sourire étira mes lèvres une nouvelle fois. Je préparai mes affaires et je sortis de chez moi une nouvelle fois pour me rendre sur les terrains d'entraînement. La prochaine étape de mon apprentissage solitaire n'était nul autre que ce que j'avais énoncé plus tôt. Apprendre à augmenter l'allonge de mon arme. Ne serait-ce que pour un instant, l'instant d'une coupe.

Je m'échauffai quelques minutes avant de faire face à un nouvel arbre. Gardant un sourire certain, mon esprit cependant s'affûta comme une pierre polissant une arme. Après de longs jours d'entraînement, j'étais capable de faire apparaître du chakra sur mon arme presque aussi naturellement que la foudre que j'étais capable de devenir. Mais ce n'était pas le but du jour. Après avoir donner quelques coups avec Thunderbird, je reculai de plusieurs pas pour me mettre à distance de ma cible. Et je tentai de frapper l'arbre à distance. Toutefois il était aisé pour vous d'imaginer mon échec cuisant aux premiers essais. Je ne me laissai cependant pas défaire, car les arts samouraïs n'étaient pas simple et je le savais. Reprenant petit à petit ma concentration, je continuai mes petits exercices. Je tentai d'abord de faire grandir le chakra sur ma lame sans donner le moindre coup. D'étirer ce dernier jusqu'à ce qu'il dépasse la longuer de Thunderbird. Toutefois ce n'était pas chose aisée. Il fallait pour cela que je réussisse, en me basant sur la forme de mon katana, à modeler mon chakra pour lui donner la forme tranchante de la lame.

Mes premiers essais furent chancelant, voir inexistants. Le chakra qui recouvrait l'acier de mon arme refusait de bouger, de faire le moindre mouvement. Mais au fur et à mesure que je me laissais plonger dans la concentration, les choses devenaient de plus en plus facile. Petit à petit, je réussis à l'étirer un peu. Dépassant d'à peine quelques millimètres. Mais le chakra refusait de garder la forme du katana, et celui-ci était vacillant. Fronçant les sourcils, je continuai à me concentrer pour stabiliser la forme de celui-ci. Une fois fait, je laissai encore le chakra s'étirer. Et ainsi je gagnai quelques millimètres à chaque tentatives. Je ne parvins à la faire grandir que de deux ou trois centimètres, et c'était là ma limite, mais c'était déjà un progrès. Maintenir du chakra aussi longtemps était épuisant, et de ce fait, je pris une pause une fois que j'eus réussis cette minuscule étape. La prochaine étape consistait à frapper, et d'allonger le chakra en même temps que je frappais. Ce qui allait s'avérer d'autant plus difficile.

Bien plus difficile que ce que j'imaginais, car pour comprendre et réussir à réaliser ce processus de manière fluide, cela me prit plusieurs jours. Je revins encore et encore, jours après jours pour m'entraîner à ce même terrain. Qu'il neige, qu'il pleuve ou qu'il grêle, malgré les courbatures qui envahissaient mon corps, je continuais de venir. Au bout de plusieurs jours, je réussis mon entreprise. Mon souffle formant un nuage blanc en cette fin d'hiver, je me trouvais face à un arbre. Mon katana toujours rengainé, je prenais de profondes respirations alors que j'étais en position de combat. En garde, une garde spécifique aux samouraïs qui leur permettait de dégainer et frapper dans le même geste. Je fis le vide en moi, apaisant mon esprit, et lorsque je fus prêt, je passai à l'acte. Dégainant d'un geste, je frappai de mon katana. La lame de Thunderbird passa à deux centimètres de l'arbre, mais une entaille apparut sur l'écorce de l'arbre. C'était une minuscule petite entaille. Mais elle était bien là. D'un sourire, j'observai les progrès que j'avais fait ces derniers jours. Je sentais que ça venait...je le sentais.

-Bientôt, je pourrai reprendre le nom des Nagamasa...Papa, maman, je le ferai !
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9438-presentation-d-une-pile-electique-fini?nid=1#79702 https://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Sur la Voie Part II [Solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: