Soutenez le forum !
1234
Partagez

La naissance d'un art

Souhei Toji
Souhei Toji

La naissance d'un art Empty
Jeu 11 Juin 2020 - 8:05


Temple de la communauté moniale - An 195

L'hiver est rude cette année-là. La cime du temple est couverte d'un épais manteau blanc et les températures frole le négatif. Mais cela n'empêche pas le Grand moine de donner cours dans le préau commun, ouvert sur l'extérieur. Les nombreuses ouvertures permettent au vent de s'engouffrer et d'y être retenu prisonnier. Cela est très agréable lors des grosses chaleurs mais c'est un supplice en période hivernale. Les courants d'air glacé caresse la peau des moines qui sont assis en seiza. Aligné par des rangés de quatre, l'ensemble forme un carré parfait. Ce n'est qu'après de longues minutes à endurer le froid en silence durant leurs méditations que le senseï offre la possibilité à ses élèves de se dégourdir les jambes…En effectuant un parcours autour du temple. Le groupe s'exécute. La neige arrive au niveau de leurs genoux, rendant leurs progression difficile et rude. A chaque balise représentée par un jalon avec un fanion rouge, les moines doivent réaliser une série d'exercice.

Le premier est simple. Frapper un rondin de bois posé sur un socle. Tranchant de la main de haut en bas, les moines doivent éventrer la souche. Certains si reprenne à deux fois voire plus avant d'y arriver. Toji n'a pas ce problème, d'un coup féroce, il fendu la buche et reprit son parcours au pas de course. Ses jambes sont endolories par le froid. Il a l'impression qu'elle risque de se briser s'il trébuche mais il tient bon. Il parvient à la deuxième balise. Cette fois-ci ils devaient soulever deux jarres remplies à raz bord attaché à un épais bambou. Le mouvement se rapprochant d'un squat, les moines devaient se positionner le bambou sur leurs épaules ou trapèze et le soulever à l'aide de leurs jambes. Le colosse au cheveux ardent leva non sans mal les jarres. Il sentait qu'il n'allait pas pouvoir tenir très longtemps, il ne souhaitait qu'une chose, reposer son fardeau avant que son corps ne se brise. Mais il devait réaliser la troisième épreuve. Rejoindre le dernier jalon avec ce fardeau sur ses épaules. La progression dans la neige fut d'autant plus lente et difficile. Chaque pas était une épreuve à part entière.

L'œil avisé du Grand moine ne loupait une miette de ce qu'il se passait. De temps à autre il fronçait les sourcils lorsqu'un élève râlait mais il restait silencieux. Toji fut le premier à rejoindre l'arrivée. Le souffle court, les muscles tétanisés, il déposa son fardeau et regarda le Grand moine qui affichait un sourire satisfait. Le reste des moines arriva. Le doyen se posta devant eux, son air satisfait ne l'avait pas quitté mais en y regardant bien, son sourire était plus sadique.

"Excellent…Vous vous êtes amélioré depuis la dernière fois je suis fier que mes enseignements vous aient été bénéfique. Toutefois…ce n'est pas terminé." Dit-il en dévoilant un Shinai de sa longue tunique.

Il tapota le bout de son sabre d'entrainement sur le sol. Le cliquetis aigu résonna dans tout le temple.

"En position." Dit-il fermement.

Les moines obtempérèrent. Ils fléchirent sur leurs jambes pour être en position de chaise, les pieds légèrement plus écarté puis tendirent leurs bras face au Grand moine qui rodait autour d'eux. Le froid glacial mêlé à la fatigue faisait trembler les hommes de foi. Par intermittence, le doyen frappait sur les bras ou les jambes de ses élèves.

"Votre corps est une arme émoussée…Mais grâce aux arts moniaux, je vais la rendre tranchante." Dit-il avant de frapper de plein fouet le bras d'un acolyte qui ne broncha pas.

"Votre esprit est fragile comme du verre…Mais je vais le rendre dur comme du diamant." Enchaina le doyen en claquant son shinai contre la cuisse d'un autre acolyte.

Le ballet du Grand moine continua pendant de longues minutes puis lorsqu'il estima que la séance avait suffisamment duré, il rengaina son shinai dans sa longue tunique.

"Ce sera tout pour aujourd'hui. Tâcher de vous reposer, l'entrainement physique de demain sera tout aussi dur. Nous nous retrouverons ce soir pour la prière. D'ici là je vous souhaite une agréable journée." Dit-il en saluant son assemblée avant de se retirer.

Toji tout comme les autres moines le saluèrent en retour. Le colosse posa les yeux sur ses avant-bras, ils étaient écarlates. Le froid atténuait la douleur mais une fois au chaud, il allait probablement chanter. Malgré cela, il était satisfait de lui. Depuis son intégration au temple, il s'était endurci, renforcé. Son corps n'avait cessé de se développer. Son amour pour les arts martiaux avait également grandi et il passait le plus clair de son temps libre à s'entrainer. Même après celui du Grand moine. Une main se posa sur son épaule.

"Nous allons cueillir des herbes médicinales pour panser les vergetures et les hématomes lié aux froids et à l'entrainement. Tu veux te joindre à nous Toji ?" Demanda amicalement Aho.

"Navré, je dois étudier." Répondit le colosse.

Aho le salua alors d'un signe de tête et rejoignit les autres. Toji partit de son côté pour rejoindre la bibliothèque. S'approchant des rayonnages dédiés à la médecine, le moine s'empara de l'encyclopédie la plus fourni. Il retrouva son marque page de fortune qu'il avait laissé à la page 245. Il lui en restait 800 à lire mais cela ne lui faisait pas peur. Au contraire. Pour parfaire son art, il devait connaitre le corps humain sur le bout des doigts.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8328-un-moine-dans-la-ville https://www.ascentofshinobi.com/t8675-souhei-toji

La naissance d'un art

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: