Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» 5/02. L'âme du Soshikidan
Faith EmptyAujourd'hui à 3:42 par Tsukada Isamu

» Partenaires ailuridés [Kuchiyose]
Faith EmptyAujourd'hui à 2:16 par Kogami Akira

» 4/03. Unité n°3
Faith EmptyAujourd'hui à 1:49 par Borukan Akimoto

» 3/05. Nara et Bakuhatsu
Faith EmptyAujourd'hui à 1:16 par Nara Karasu

» Feu ! - Rokkaku Goro
Faith EmptyAujourd'hui à 0:15 par Rokkaku Goro

» 2/07. Watanabe et Meikyû
Faith EmptyHier à 23:48 par Nobuatsu Saji

» [Délais] Event n°5
Faith EmptyHier à 23:37 par Hao-Ku Sari

» 2/09. RENCONTRE N°3: Le fossé sans fond
Faith EmptyHier à 23:31 par Yasei Ketsumei

» Carnet de notes de Kappa Tengoku
Faith EmptyHier à 22:00 par Kappa Tengoku

» 4/01. Unité n°1
Faith EmptyHier à 21:58 par Imai Nobume

Partagez

Faith

Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Faith Empty
Lun 15 Juin 2020 - 20:12
-Ô Shukaku, ô pardonne les péchés de tes fils et filles. Pardonne la déchéance de tes fidèles, ils se sont pervertis sombrant dans l'hérésie au fur et à mesure des générations, mais c'est finit. Bientôt, bientôt ton sommeil prendra fin et tu pourras laisser ta colère s'abattre sur les impurs. Je prie pour que ton retour se fasse le plus tôt possible, toi dont la grandeur n'a de limites que les frontières établis de ce monde.

Les bras en croix, la croyante laisse la béatitude prendre le contrôle de ses mots et pensées. Le visage si calme et reposé, un sourire sur ses lèvres, depuis l'aurore la demi-géante est là sur la plus haute dune surplombant les restes du Temple ou le Dieu pour les fidèles, le démon pour les hérétiques semble dormir sans qu'on lui laisse le choix de se réveiller ou non. Le pèlerinage est obligatoire pour chaque enfant du sable qui se respecte, mais depuis son intronisation, sa foi semble s'être accentuée en même temps que sa confiance. La foi chasse les doutes, guère besoin de répondre à ses interrogations, les cieux jugent les humains ne font qu'obéir aux lois divines et célestes. elle était envoyée par le seul véritable maître du désert. La croisade contre les impies avait déjà commencée, et il était plus que légitime pour Shukaku de voir de ses propre yeux la réussite de ses héritiers. Il est venu le temps, la nouvelle ère celle qui balayera les puissances étrangères aux frontières du sable, le sable imperturbable. Le sable doit se répandre, dans de nouveaux pays, que le désert s'étende et engloutisse tout sans distinction aucune.

Et pour ça il faut une armée, la conscription de la moitié de la population Kazejin ne suffirait pas à calmer les ardeurs de sa futur Impératrice. Il faut toujours plus d'hommes, de femmes, de bipèdes à envoyer mourir pour les intérêts du Vent, pour satisfaire Shukaku et sa volonté. Suivre les préceptes des premiers Kazejins, imposer sa volonté après avoir unifier sa patrie. Il faut des ressources. Une armée immortelle, ne connaissant jamais le repos, ne se fiant guère aux lois de la vie et de la mort. Des soldats mourant et se relevant sur simple impulsion du désert, le désert ne connaîtrait jamais la paix. La population du vent ne vivrait que sous la crainte d'une nouvelle guerre. La guerre, la mort, les pertes, voilà comment fonctionnerait le pays non l'Empire des dunes. Qui craindraient-ils? Qui s'opposerait à la volonté des dunes et du sable? Qui oserait se mettre en travers de la prophétie?

Elle était l'élue, elle était l'Immaculée et bientôt la deux fois morte. L'immortelle, Kuuli briserait les frontières entre vie et mort, arrachant aux enfers les corps sans vie de ses soldats. Réveillant les milliers de morts enfouis par le vent si il le fallait, elle était la messie de sa propre religion. Et devant les ruines du temple, elle restait en béatitude. Entourée de sa garde personnelle, les larmes coulant le long de ses joues tant elle pleurait de joie en imaginant la figure imposante de sa divinité foulant de nouveau le sol sacro-saint de Kaze.

-Ô Dieu du désert, tes fils et filles attendent ton retour. Je jure de jamais connaître le repos avant ta venue, je jure de jamais m'arrêter avant ta résurrection. Tu renaîtras et tous seront obligés d'admettre ta présence. Mon adoration n'a d'autant de limites que les futurs frontières de Kaze, les légions sableuses répandront ta volonté partout aux coins du Yuukan. Moi l'Immaculée et Impératrice te fait de nouveau part de mes vœux et de mon allégeance, j'embrase tes souhaits et tes ordres. Nous attendrons ton retour, ô maître de Kaze. Ton humble servante prépare ton retour en ce monde.
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Faith Empty
Lun 15 Juin 2020 - 20:54
Mourir en martyre ou vivre en tant qu'hérétique, le choix était vite fait. Au nom du désert, en Son nom. En Sa volonté, ils se soumettraient. En Son Nom, les hérétiques périraient, le fouet comme signe de repentance, la flagellation pour enlever les péchés et les envies impures de son corps. La dévotion éternelle, l'abandon pour Lui. Pour le seul qui les aiderait véritablement à conquérir le reste du monde, la délivrance. Entendre ses prières, elle priait souvent. La demi-géante rentrait le torse nue, le fouet de sable sur son dos pour ne jamais oublier ce qu'avait fait les infidèles à son Dieu. Son clan, son pays, sa nation dépendait de la force et de la bienveillance du Tanuki sacré dormant protégé par des sceaux l'enfermant contre sa volonté. Sa rage, la colère justement mérité envers ceux à l'origine de son enfermement. Un jour, elle converserait avec Shukaku et qu'importe si comme l'insecte qu'elle était, le Dieu du Vent l'écrasait. Mourir punie par les cieux, c'était son destin et cela valait mieux que n'importe quel mort pathétique aux seins des dunes. Il ne devait pas oublier, oublier qui serait à l'origine de son retour. Ils pouvaient se moquer, l'insulter de zélote ou de folle. La foi suffisait à la maintenir sur le chemin de la rédemption, la foi suffisait à lui faire entrevoir le futur brillant de son peuple. Dans son âme, dans sa chair, dans ses veines dans ses capacités. Le sable, le sable, le sable encore et toujours comme un mantra. La religion de sa divinité serait de nouveau la seule à prévaloir dans Kaze.

-Punir les hérétiques, ils connaîtront le feu divin. En marche élus du désert, nous allons commencer la grande Inquisition.

Sa langue claquant dans sa bouche, les bras en croix vers l'astre solaire. Ils mourraient, ceux diffamant sa religion. La seule religion qui serait autorisée dans le nouveau monde, en attendant le retour et la renaissance de Shukaku. Ils ne seraient jamais prêts pour ce qui attendait le nouvel Empire naissant. Ils se targuaient de nager dans la fange du pays des sables, offrant présents et fortunes à des nations étrangères. Cela cesserait dès à présent, cela cesserait sous son impulsion. Le renouveau faisant table rase du passé, pour les Dieux, pour la volonté du vent dont elle était le réceptacle. Le prisme d'un futur qu'elle vantait à tous, sans jamais être réellement honnête. La religion, la foi était quelque chose de privé mais sincèrement qui pouvait la blâmer de vouloir prier le monstre pour certains, sa divinité pour elle enfermée entre des sceaux d'humains souhaitant contrôler des forces dépassant l'entendement? Ils étaient quinze, quatorze Asaaras dont elle avait secrètement fait la sélection. Car ils ne reviendraient jamais, aujourd'hui comme des croisés partant en guerre ils ne verraient jamais l'aube de demain. Mais cela en avaient-ils conscience? Probablement pas, c'était la foi et le dévouement qui conduisait chacun de ces hommes et femmes à sacrifier sa vie pour le bien suprême. Ils étaient la première étape vers la vie éternelle, ils devraient être fières d'avoir été choisis sur un parterre de candidats aussi nombreux que les grains de sables sous leurs pieds. Pourtant, pourtant la demi-géante doutait de ses intentions. Mais le doute était l'épreuve de tout croyant, ainsi mena elle sa troupe vers une tombe ancestrale. Une tombe oubliée d'une figure pourtant emblématique du clan Asaara. Remontant à des décennies, presque un siècle et tous avaient laissés la personne reposant dedans tomber à l'abandon et dans l'oublie. Il y avait quatre femmes l'accompagnant parmi sa troupe, à chacune de ces femmes une instruction différente avait été donnée. Si elles effectuaient leurs missions, alors elles verraient la lumière du jour approchant. Ils devaient mourir, elle avait besoin de corps. De cadavres, de quoi expérimenter les arts interdits et bannis dans la plupart des pays.

Kuuli devait comprendre la frontière entre vie et mort, comprendre en disséquant, comprendre en échouant mais avant tout s'aventurer dans un domaine et des arcanes dépassant son entendement. Personne ne jouait avec la vie impudemment, personne ne disposait de l'autre à sa convenance. C'était donc pour ça, par lâcheté surtout et parce qu'elle hésitait encore à véritablement envoyer à la mort ses fidèles que la demi-géante, que l'immaculée avait choisi ce tombeau ou sévissait nombre de brigands. Lorsque la quinzaine d'élus arrivèrent en face de l'entrée ensevelie par les événements, par la météo et les années d'abandon, l'immaculée jeta un rapide regard à ses consœurs. Les quatre valkyries se chargèrent de guider la dizaine de compagnons valeureux à l'intérieur, descendant dans les abysses et l'obscurité. l'Asaara continuait de transpirer, entre transcendance et folie, entre excitation et peur. Elle se laissa tomber sur ses genoux, récitant les prières interdits de ses aïeux. Effectuant les mandras et mutras des livres bannis par l'ancien conseil des anciens. Ils ne savaient rien du véritable pouvoir, ils se refusaient de dépasser la ligne politiquement correct alors qu'ils asservissaient les siens depuis bien trop longtemps.

Des bruits, que le vent rapportait des entrailles de la ruine comme des murmures, comme les râles d'agonie des fantômes du passé. Pourtant les figures qui remontèrent à la surface, titubant et dégoulinant de sang furent ses envoyées. Quatre femmes, quatre valkyries ayant sacrifiés leurs amants et compagnons pour être dans les bons papiers de la nouvelle cheffe de clan. Elles entourèrent l'Asaara en transe, les yeux révulsés et s'enfoncèrent en soulevant le corps prit de spasmes de Kuuli dans les profondeurs. Chacune d'entre elle récitant un passage des arcanes interdites, chacune maintenant l'équilibre dans une balance dans laquelle elles tricheraient toutes. Pour le bien commun.

-Pour Kaze.

Plasmonierèrent elles à l'unissons.
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Faith Empty
Lun 13 Juil 2020 - 16:43
Descendant les marches d'un ancien temps, s'enfonçant dans les profondeurs des ruines d'une autre époque. L'ombre de la dirigeante, de la futur Impératrice des dunes, un sourire malsain signe d'une folie lancinante. D'un dévouement sans limites pour sa nation, pour son pays prête à tous les sacrifices. Capable de tout détruire, de ne laisser que des vestiges si c'était pour protéger son pays. Si les enfants du vent ne possédaient pas leurs propre patrie, personne n'en serait le maître. Devenir la solvatation ultime d'une rédemption ne passant que par des runes et des savoirs depuis longtemps bannis. Mais après tout, dans un monde en guerre continue n'était-ce pas ainsi que cela devait se dérouler les choses? La recherche permanente de nouveaux parchemins, écrits n'importe quoi qui donnait accès à plus de pouvoir. L'Homme fonctionnait ainsi, et Kuuli également. Elle n'était pas celle qu'elle laissait paraître, elle n'était pas la femme que tous croyaient comme étant le réceptacle d'une nouvelle génération du Sable luttant pour son avenir.

-久しぶり皆さん、今から俺たちの国はつおいになりたいです。


Ce tombeau n'était pas n'importe lequel, les ignorants ne remarqueraient rien. Les plus avisés de son clan reconnaîtraient des hiéroglyphes, des inscriptions ancestrales datant d'une ère tant de fois plus violente que ne le serait jamais ce monde. Son peuple l'ignorait, la population Kazejin également. Mais les anciens le savaient, c'était pour ça que la demi-géante traînait aujourd'hui leurs corps derrière elle. Ses acolytes féminins tirant les macchabées sur le sol poussiéreux et dans l'obscurité. L'Asaara semblait connaître le chemin, ses bras en croix touchant les murs étroits des corridors, ses yeux luisant d'une nouvelle motivation. Transcender les premières étapes de la vie et de la mort, ses ancêtres avaient fait bien pire. Et elle aussi, personne ne connaissait réellement le repos éternel sur les terres légitimes du Dieu du Désert. L'obéissance et la loyauté continuait même lorsque le corps ne pouvait plus suivre, pour délivrer les esclaves, pour délivrer son peuple de la tyrannie passive du Yoake. Pour avancer vers un futur paisible, vers un monde meilleur qui pouvait réellement condamner ses actes? Elle était en droit de prendre ce qui lui revenait.

Impératrice, s'entourant de camarades, mais ne comptant réellement que sur ses propres moyens. Shukaku dormait, les nations étrangères entraient en guerre continuellement. Le feu ne dévorerait pas le sable, l'eau n’ensevelirait pas les dunes éternelles. La roche ne pourrait bientôt plus rien contre la tempête grondant dans le Vent, quand à la foudre elle ne trouverait aucune cible dans l'immensité du Désert. Sa bouche s'entre-ouvrit dans un O de béatitude, récitant les prières de son clan, les arcanes interdites des bannis et de ceux dont les différents dirigeants avaient effacés les noms. Asaara Mira 'La Momie', Asaara kyūketsuki 'Le Vampire', Asaara Yajuu 'Le Monstre', trois différents dirigeants dont les générations précédentes ou successives avaient effacés leurs traces des mémoires collectives. Un rictus sur le visage angélique de l'Immaculée, trois Asaara ayant combattus dans des temps immémoriaux pour l'hégémonie des leurs, simplement pour voir leurs propres familles les enfermer et les condamner au pire des châtiments. Se faire momifier vivant, enfermés à vie dans des sarcophages. Une punition, un châtiment que des impies infligeaient à ceux ayant la volonté et résilience de changer les choses. Aujourd'hui les choses changeraient.

Enjambant les entrailles, les viscères et organes fumant de ses fières Asaaras sacrifiés par leurs cousines, délaissant la putréfaction qui ne tarderait pas la demi-géante apposa sa main contre la porte ancestrale du fond de la salle principale du tombeau. Cinq gouttes de sang pour chacun de ses doigts, se mélangeant au sable pour actionner les rouages et mécanismes antiques, des générations de passés pour recouvrir un savoir, un opus, un Codex qui lui donnerait accès à une infinité de possibilités. Pour sauver sa nation, pour sécuriser ses ambitions pour son clan mais pas seulement. Elle laissait désormais parler ses ambitions, son orgueil et ses futurs vues sur le paysage géopolitique de ce monde.

Les morts, par légions déferleraient sur le Yuukan. La vie éternelle résidait dans ces arts digne des apothicaires, elle leva sa main droite alors que le mur devant elle disparaissait lentement dans un craquement et en faisant tomber un nuage de poussière. Laissant ses valkyries derrière elle, elle récupéra les cadavres du conseil d'anciens, ses deux bras derrière elle traînant les corps froids et rigides d'une génération d'incapable.

Ses premiers pas dans l'inconnu laissèrent arriver à ses narines une odeur repoussante, et pourtant cela ne fit que provoquer un sourire supplémentaire sur son visage. Sur un pont fin et fragile, chaque dalle menaçant de céder Kuuli ne recula guère. Devant elle, comme une récompense cliché résidait sur un autel un ouvrage ancien illuminé par un fin faisceau lumineux. Son rire cristallin résonna comme un échos tout autour d'elle, en bas le vide, des profondeurs abyssales sans possibilité de savoir ce qui y résidait.

-昔にここにきて。昔はその場所が私たちのうちです。


Elle avança, dépassant la fausse promesse évidente et le piège tendue à tous les imbéciles et nécromanciens en herbe. Car derrière le rayon irradiant le centre de cette nouvelle pièce, derrière l'obscurité un passage encore plus étroit apparaissait. Elle jeta les cadavres autour du bouquin et alluma une cigarette.

-Montre toi Yajuu, mon aïeux. Aujourd'hui je viens te donner le repos que tu mérites, je jure sur notre sang que jamais plus les enfants du désert ne seront rejetés. Nous régnerons en maître sur ce pays, et sur le monde si vous me prêtez tous votre force.

Des larmes coulant sur ses yeux, avant d'exploser de colère et de souffler sur l'image de l'ouvrage derrière elle. Une illusion, mais une étape nécessaire pour qui se réclamait à juste titre enfant des dunes et maître des morts. Un vrombissement, un vent fétide venant des profondeurs et les murs qui tremblaient. Et puis subitement sur la plateforme, une main monstrueuse et disproportionnée.

Asaara Yajuu avait voulu égaler les Akimichis, en se gonflant de cadavres, en pratiquant le cannibalisme pour devenir un immortel, pour ne craindre aucune maladie son clan le condamna à ne jamais connaître l'apaisement de la non-vie, à être maintenu dans un sommeil léthargique et son esprit. Son âme disaient-ils, bloqués dans un sceau au centre de sa plus grande création. Le sphinx de chair, six mètres de chairs et d'os croupissant dans le silence de cette tombe. Six mètres de colères et de haine renfermant l'inachevé et la frustration. Un défis à la hauteur de quiconque voulait aller plus haut.

-Cela fait longtemps, mon frère.

Une mine triste et nostalgique.

Le combat de sa vie, de cette nouvelle vie.

Revenir en haut Aller en bas

Faith

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Ruines du Temple du Désert
Sauter vers: