Soutenez le forum !
1234
Partagez

Savoir taire les secrets [Kansei]

Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

Savoir taire les secrets [Kansei] Empty
Mer 17 Juin 2020 - 22:16

Savoir taire les secretsTout début printemps 204.

La fraîcheur des matins d’hivers venaient à peine de s’adoucir depuis quelques jours pour laisser place aux brises printanières tout juste en éveil. Les frissons envolés à chaque bourgeon qui semblait à peine reprendre naissance, c’était lors d’un levé de soleil que Chôkoku Tomoe s’était rendue au point le plus majestueux de la capitale du Feu : Son palais impérial. Structure qu’elle connaissait bien à présent puisqu’il s’agissait de l’endroit où soldats, lieutenants et capitaines venaient le plus souvent récupérer les ordres confiés. Mais cette fois ce n’était pas pour s’entretenir avec son Unité. Ici même pouvaient se faire bien des rencontres fortuites. Mais la jeune femme n’était pas venue au palais dans ce but à l’origine, et pour preuve elle était venue déposer un rapport assez spécifique à propos de ce qui avait pu se passer à l’Assemblée Calcinée de Kumogakure avant son retour. Elle se doutait bien que Kôsuke, qui était revenu après elle, avait dû y passer aussi, mais l’Explosive voulait aussi s’assurer que la plus haute sphère de l’Empire aurait dès lors toutes les cartes en main pour comprendre ce qu’il s’était produit.

Il n’y avait que très peu d’individu, des visages peu familiers pour lesquels Tomoe ne prêta quasiment aucune attention, comme à son habitude. L’intransigeance dont l’Explosive faisait preuve depuis quelques mois maintenant dénotait presque avec l’impulsivité qui la caractérisait tant. Il fallait admettre que les changements qu’elle s’était imposée suite à sa rétrogradation, et plus encore depuis l’affront du traître avaient fini par la canaliser. Mais pour combien de temps ?

Clôturant sa paperasse d’une simple signature en son nom, elle le regarda un instant. La Hijine -par choix et non de sang- avait le regard perdu dans les traces d’encre qu’elle venait de retranscrire. Que penserait alors son Empereur, après avoir remis la Chôkoku de sa propre décision au grade de lieutenante de l’unité Territoriale d’avoir donné cette place à un traître ? Plus encore, d’avoir failli perdre trois de ses éléments face à un seul homme ? La fierté de cette femme qu’ils s’étaient tous accordés à surnommée l’Explosive en prenait définitivement un coup. Le genre qui la mettait en rogne, déjà au seuil d’une journée qui pour elle s’annonçait chargée. Alors, Tomoe, que vas-tu faire maintenant ? Ses vieux démons, trouvant une faille dans le système émotionnel de la lieutenante, résonnèrent au creu de son esprit. D’un coup aussi vif que violent, cette-dernière frappa la table devant elle. Ce n’était pas ainsi qu’elle retrouverait sa place. Ses yeux sombres en cet instant en auraient glacé plus d’un si elle n’avait pas été seule dans cette pièce. Sa main reprit machinalement le document et alors qu’elle s’apprêta à le déchirer d’une traite, elle entendit le crochet de la porte juste derrière elle s’enclencher. Elle se résigna. Peut-être un signe pour elle qu’il ne lui était définitivement pas possible de nier tout ceci. Alors elle se résigna et soupira en se retournant. « Il y a d’autres salles pour... »

L’expression de son visage ne put contenir la surprise que les traits qui se dévoilaient là lui inspiraient. Tomoe chercha à peine le temps d’une seconde pour remettre l’identité de celui qui partageait une part de son “secret” -si tel en était encore un- concernant la prise du village de la foudre : la mort des Iwajins dont les corps avaient été récupéré par l’Eclair Vert. « Nara Kansei ? » Gardant ses écrits dans une main, la brunette qui avait dû quand même un peu changer depuis leur dernière rencontre, croisa finalement les bras. « Je t’aurai cru partout ailleurs mais pas ici. » Sous-entendant dès lors Kaminari plus que Hi no Kuni, il était vrai qu’à bien y réfléchir, repassant au peigne fin les quelques croisades qu’elle avait fait lors de son petit retour au pays de la foudre, que cette ombre n’en faisait pas partie. « Quoique, en fin de compte, tu n’étais pas non plus au pays de la Foudre... » Déclara-t-elle dans une rhétorique. La lieutenante savait qu’il avait prêté allégeance à Yamanaka Rei et au Teikoku, et alors elle supposa sans un mot qu’il avait dû simplement se faire discret car plus jamais elle ne l'eût vu ou entendu, un fait estimé navrant pour la Chôkoku parce qu’il avait toujours été un individu qui semblait savoir bien des choses, partageant même des informations sur ce qu’il s’était passé lors de la prise de Kumo et que Tomoe voulait impérativement taire pour son propre bien.


@Nara Kansei

_________________
Savoir taire les secrets [Kansei] JlI2a2Y
Event 5 : l'Homme au Chapeau:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9753-dossier-de-chokoku-tomoe#82791 https://www.ascentofshinobi.com/u1298
Nara Kansei
Nara Kansei

Savoir taire les secrets [Kansei] Empty
Jeu 18 Juin 2020 - 1:35




L'Explosive et l'Ombrageux


Savoir taire les secrets [Kansei] TSiEfT2





Certains aimaient à afficher leurs supériorités et leurs pouvoirs par divers biais ; visiblement le faible de l’Empereur était l’architecture. Sa demeure faisant office de quartier général pour les gradés tel que lui-même se voulait aussi immense qu’elle était détaillée, chaque pierre donnant l’impression d’avoir coûté des heures de travaux aux meilleurs ouvriers du Yuukan. Au sein de ce château qui surplombait l'entièreté de Urahi, il vagabondait l’esprit plein de contradictions et de questionnement. Son dit grade était resté et il lui fallait maintenant s’avancer et faire son rapport, même si ses constants envois à la Seigneurie avait dû suffire à asseoir une certaine cohérence vis à vis des propos qu’il tiendrait bientôt aux responsables. L’Unité et la place au sein de cette dernière, celle qu’il visait, lui revenait en somme de droit quant aux sacrifices qu’il avait bien voulu faire et il n’était pas question pour le Nara de se cantonner au rôle de simple soldat. Certes, il avait autrefois -à une époque qui lui semblait presque des années auparavant- refusé un poste à responsabilité, mais son cheminement actuel n’était pas totalement nébuleux pour Kansei. Il savait ce qu’il avait à faire et ses buts se décantaient à mesure qu’il tournait dans les couloirs de l’immense bâtisse aseptisée.

À la faveur d’un couloir étroit qui s’éloignait un peu des autres alcôves, il sentit une présence chakratique qu’il lui était impossible d’oublier. Cela ne pouvait être qu’elle ; la brune aux talents de démolition qui avait fait des ravages pendant l’attaque de Kumogakure no Satô, celle qu’il avait surprise et avec qui il avait échangé, maux contre mots.

Sans trop se hâter il se dirigea donc vers le lieu qu’elle occupait et posa délicatement sa dextre sur la poignée, qui crissa sous le poids de son membre afin de la découvrir au gré des fines meurtrières aux murs, elle et son corps fluet mais sculpté, un air changeant joignant ses traits quand elle découvrit Kansei face à elle.

Son invective s’interrompit même sans qu’il ait rien à dire jusqu’à qu’elle reprenne sa contenance. Son souvenir était encore net dans son esprit ; un animal qu’on n’apprivoisait pas. Son sous-entendu arracha presque une moue amusée au Nara qui resta toutefois dans un mutisme servant presque de réponse jusqu’à que la voix aïgue de Tomoe ne rattrape elle-même son propos. « Mais je suis bien ici, Chôkoku Tomoe. » À sa manière, imitant la sémantique et le ton sans vouloir porter affront pour autant, il s’inclina par politesse même si ce n’était certainement pas dans les codes de sa consoeur.

« J’ai appris que tu avais perdu ton poste de Capitaine récemment ; c’est une vraie perte pour l’Empire même si j’en ignore les circonstances. À vrai dire mon exil fait que j’ignore encore beaucoup de choses. Peut-être peux-tu éclairer ma lanterne, comme à l’époque ? » Il tira une chaise et posa son derrière sur celle-ci, jaugeant sa camarade hijine.

« J’ai aussi entendu parler d’un combat. Et d’un traître. » Autant jouer carte sur table.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6393-the-ones-he-had-lost-and-the-ones-he-had-found
Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

Savoir taire les secrets [Kansei] Empty
Ven 19 Juin 2020 - 0:23

Savoir taire les secretsTout début printemps 204.

Ces derniers temps s’étaient révélés être enclins aux surprises aussi diverses que variées. D’abord une visite impromptue d’un vieil ami qui avait fini par s’engager au coeur de l’armée impériale, et à présent cet homme. Tomoe s’était-elle donc faite si longtemps discrète ? Non, il devait y avoir une toute autre raison pour qu’elle n’ait plus entendu parler du Nara après autant de temps. Mais à l’instant où il lui répondit, elle garda le silence, le laissant planer, lorgnant les moindres de ses gestes. Kansei semblait être resté fidèle à lui-même : mystérieux. Il ne s’épancha d’ailleurs nullement sur une quelconque explication et préféra même s’attarder sur elle. Ou plutôt sur les événements qu’il avait dû entendre ça et là. Les nouvelles allaient bien vite au sein de la capitale du Feu. Un peu trop même au goût de l’Explosive qui, une fois de plus, entendit un avis supplémentaire sur la décision dont elle avait été l’objet.

La lieutenante sentait dès lors ses muscles se contracter, mais le plus agaçant était de savoir que le Hijin le remarquerait. Il faisait partie de ces observateurs fins, précis, ne laissant la moindre chose lui échapper. C’était inévitable. Alors la brunette se résigna à ne pas faire semblant. Avec lui c’était inutile, et réciproquement. « Oui Kansei, ça fait longtemps. Tout va à merveille et toi ? Tu as l’air d’avoir pris des couleurs, non ? » Commença par ironiser l’Explosive en levant longuement les yeux au ciel dans un soupir qui se voulait autant libérateur que provocateur. Elle glissa son regard sombre sur l’entièreté de sa silhouette, laissant le mutisme reprendre un peu le dessus tandis que la Chôkoku poussa la porte pour la refermer. « Ne trouve-tu pas tout ça étrange ? » Prise d’une courte envie de rire, elle se laissa prendre à son jeu et s’empara à son tour d’une chaise pour venir la placer face à lui. Cette fois, il pouvait voir une Tomoe qui était prête à jouer selon ses règles.

Venant s’installer bien au fond de son siège, le bras droit présent ornés de dessins encrés dans sa chair. Il avait sûrement dû voir que ces derniers venaient s’enfoncer jusque dans son dos pour remonter sur l’épaule opposée. Dire qu’elle n’avait pas changé pouvait être un véritable affront pour la jeune femme. Mais là n’était pas la question. « C’est vrai. » Reprit la Teikokujine subitement. « Yamanaka Rei m’a destituée du capitanat territorial. Semble-t-il que mon tempérament n’ait pas été à la hauteur de ses attentes. » Une impression de déjà vu, elle qui avait déjà tant répété cette phrase qu’elle s’efforçait de ne pas s’en montrer rancunière. Mais sa fierté avait été touchée de plein fouet. Il s’agissait de l’Empereur après tout… « Donc oui, les rumeurs à mon sujet, toutes les rumeurs, sont vraies. » Tomoe le savait pertinemment puisqu’elle-même les avait entendue à maintes reprises. Etait-ce si important, encore une fois ? Pas le moins du monde. Cependant, la suite lui apparut on ne peut plus intéressante.

La fuite et disparition de ce traître à l’Empire ne semblait plus être un secret pour personne. Et si la jeune lieutenante en était venue là pour en retranscrire les plus infimes détails à ce propos, une épineuse idée lui traversa l’esprit. « Vois-tu… C’est ledit traître qui a hérité de mon poste. Alors peut-être as-tu eu vent de son identité ? Non ? » Un rictus amer se dessina sur son visage avant qu’elle ne détourne un instant son regard pour le plonger dans le vide de cette pièce qu’ils occupaient. « Dis-moi, où étais-tu ? J’ai bien du mal à croire que tu reviennes comme une fleur au sein de la capitale. » La jeune femme revint poser ses iris aux reflets embrasés dans ceux de son homologue ombrageux. Reprenant légèrement appui sur ses jambes pour avancer sa chaise vers lui, gardant pourtant toujours un minimum de distance. Elle souhaitait être lui, avoir sa capacité d’observation en cet instant. « A l’époque, Kansei, nous échangions. Alors crois-tu réellement que je te révélerais ce que tu sembles ne pas savoir alors que je ne sais même pas où tu étais ? J’ai affronté un traître. Je serais prête à réitérer cette expérience s’il le fallait. » Son ton à la fois calme et menaçant. Elle était suspicieuse parce qu’elle n’avait d’autres choix que de l’être. Mais avant de le plonger dans des accusations qui pouvaient encore se révéler être erronées, Tomoe vint seulement poser son rapport écrit sur la table mais garda fermement sa main dessus. « Alors, où étais-tu passé ? » Insista Tomoe en essayant de déceler du regard la moindre faille, une quelconque faiblesse qui le trahirait, tandis qu’elle était bien moins maîtresse en la matière que l’individu face à elle. La jeune femme avait autrefois fait confiance au Nara, et pourtant elle était bien là en train de le suspecter. Mais quoi de plus normale lorsque cette dernière avait déjà fait les frais des lubies d’un agents double.


_________________
Savoir taire les secrets [Kansei] JlI2a2Y
Event 5 : l'Homme au Chapeau:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9753-dossier-de-chokoku-tomoe#82791 https://www.ascentofshinobi.com/u1298
Nara Kansei
Nara Kansei

Savoir taire les secrets [Kansei] Empty
Sam 20 Juin 2020 - 3:23




L'Explosive et l'Ombrageux


Savoir taire les secrets [Kansei] TSiEfT2





Le galbe du corps de Tomoe sembla se tendre -pas autant que la corde d’un arc, plus qu’un frisson-, ce dernier n’étant caché que par des lambeaux de tissus qui ne camouflaient pas beaucoup ses articulations supérieures. Ses fines épaules semblaient taillées dans une glaise qui avait expérimenté moult travaux, au point qu’elle semblait posséder une certaine force physique malgré sa petite taille.

« Trop longtemps peut-être. » Il la laissa soupirer, n’étant pas atteint en quelque manière que ce soit par les micro-agressions dont pouvait faire preuve l’Explosive, auxquelles il avait par le passé déjà été exposé. Il ne répondit pas à la question de son teint qui se passait de commentaire et se contenta d’un simple rictus.

Il contempla son tatouage sans se focaliser entièrement dessus, dans la pénombre toute relative de la pièce. Le hasard avait voulu que les deux shinobis furent tatoués dans la même période de temps ; sous son haori se trouvait une large estampe de l’omoplate jusqu’au poignet en manchette, orné de nuage et d’éclair autour desquels tournoyait un large dragon stylisé.

Son aveux tira au Nara un haussement de sourcil qui s’effaça pour laisser place à l’impavide faciès signature de ce dernier, tandis qu’elle entonnait le reste de ses syllabes avec calme. La confirmation de ses spéculations n’engendra encore une fois aucune réaction physique chez l'épéiste qui pourtant faisait grandement travailler sa matière grise pour théoriser sur le pourquoi du comment.

Elle l’invectiva pendant sa réflexion sur la véracité de sa dite ignorance, ce qui pouvait paraître une pique qui n’avait pas lieu d’être à ses yeux. Dans cette discussion, il montrait patte blanche et n’avait pas la moindre raison de mentir. À moins qu’il ne soit un Kumojin infilitré ou un ragoteur à la petite semaine. L’était-il ? Elle pouvait douter et se méfier ; un droit propre à chacun.

Si la Chôkoku voulait de la vérité et que c’était là le seul onguent capable de calmer ses pulsions, alors il l’émulsionnerait autant que faire se pouvait. Par bribe et par énigmes, toutefois. N’était pas Nara Kansei celui qui balafrait le voile de ses mystères aisément.

« J’avoue que non. » Il n’y avait là ni honte ni ressenti caché chez lui, qui se montrait peu à peu un peu moins stoïque. Il côtoyait l’ignorance tout les jours et la sienne lui était bien connue. Il la laissa parler et jouer son jeu et le rapprochement qui s’opéra subitement lui permit d’humecter de son odeur presque fruité. Peut-être ses cheveux ? Du lila ? De la groseille ? Dur à définir. Il resta muet, descendit le long de son nez jusqu’à sa poitrine pour s’arrêter sur sa main et sur le papier, promesse d’informations qu’elle gardait comme une lionne garderait sa portée.

Elle attendait l’ouverture mais l’homme avait eu à affronter plus mesquin, plus traître qu’elle. Imperméable, il resta le dos bien droit contre sa chaise et finit par poser son avant-bras sur la table avant de joindre son regard.

« On dirait que le souvenir de la trahison est encore frais, à voir comme tu doutes de moi. Mais je ne t’en tiens pas rigueur, tu étais tout autant suspicieuse quand je t’ai rencontré, là au milieu du chaos Kumojin. Très bien, très bien. » Il prit une courte inspiration sans lâcher le vermillon du reflet de ses yeux. « L’Empereur voulait me confier la régence du Protectorat. Pour des raisons que je n’étalerais pas, j’ai refusé. Il m’a donc confié une mission hors des frontières de la Foudre et je l’ai accepté, cette fois. Jusque là, je m’efforçais de l’accomplir et je rentre enfin chez moi. Mon véritable chez moi ; celui où j’ai grandi et où j’ai vu mourir mes soeurs. Où j’ai vu les passions dévorantes détruire les miens. Est-ce bien cela que tu as besoin d’entendre ? Cherche à Urahi, une nuit. Une semaine. Une année. Tu ne trouveras pas plus Hijin que Kansei, le Nara qui est resté protégé ses terres quand tous sont partis se réfugier au delà des frontières. » Chacun de ses mots transpiraient la vérité crue d’un homme qui ne semblait pas attirer par les lauriers ni par sa reconnaissance. Mais il connaissait sa consoeur et il n’était pas question qu’une assimilée mette en doute sa conviction profonde et retrouvée, là dans la glaise et le sang qu’il avait fait couler à Ame pour le compte de cet Empire.

« Tu voulais un échange, ma part est-elle assez pour l’Explosive ? » Son ombre, contrairement à l’homme, sembla frissonner d’un léger, imperceptible tremblement. Il ne s’était pendant sa tirade pas une seule fois montré dédaigneux, hautain ou insultant. Il était excessivement calme. Exhalant d’un flegme qui aurait dérouté le plus vaillant des orateurs. « J’étais dans l'abîme pour le bien des nôtres. »


Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6393-the-ones-he-had-lost-and-the-ones-he-had-found
Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

Savoir taire les secrets [Kansei] Empty
Sam 20 Juin 2020 - 17:32

Savoir taire les secretsTout début printemps 204.

L’abrupt utilisé par la démonstration méfiante de l’Explosive n’était en rien personnel. Celle-ci n’avait, ces temps-ci, entendu et témoigné de différentes situations qui remettaient en cause la véracité des projets de l’Empire. D’abord il y avait eu une désertion, et presque dans le même temps la traîtrise d’un jeune homme qui avait réussi à s’élever suffisamment pour s'immiscer dans le capitanat impérial. Au goût amer qui incombait la jeune femme, il s’agissait de deux conjonctures en trop pour le fonctionnement qui se voulait droit du Teikoku. Les suppositions de Tomoe envers son alter-ego hiérarchique n’étaient donc pas infondées ou issues d’une énième lubie.

La Tsuchijine d’origine l’observait avec une certaine méticulosité, malheureusement l’ombrageux s’avérait être bien trop maître de lui-même pour lui laisser bénéficier d’un quelconque enseignement. Toujours aussi mystérieux, elle n’en fut que plus surprise, mais sans pour autant le lui exprimer, qu’il n’en sache pas davantage sur les derniers événements qui avaient tant fait parler au sein de la capitale. Alors il était véritablement ignorant des circonstances qui menèrent à la libération de Kumogakure no Sato. S’il entama ses explications par une analyse brève la concernant, le visage fin, agrémenté d’une chevelure ébène attachée d’un élastique, de l’Explosive dessina une expression quelque peu las par sa maigre locution à son sujet. Après tous ces mois à être ailleurs et à faire elle ne savait encore quoi, le Nara semblait toujours s’évertuer à la disséquer et lire en elle comme dans un livre ouvert. Et cela titillait toujours autant sa propre fierté.

Son intérêt se porta tout compte fait à la suite de son pseudo-procès. Kansei put remarquer des pupilles s’adoucirent lorsqu’il fit dos rond pour lui révéler des fragments raisonnés qui justifièrent son absence. Si d’abord elle ne fut pas étonnée d’apprendre qu’il aurait pu être à une place toute autre que celle qu’il possédait à présent, la Chôkoku ne fit qu’admettre, une fois de plus, que le ténébreux n’était pas décidé à lui offrir de jure les vérités de son affectation extérieure au pays du Feu ou à la Foudre. Eh bien soit. Elle était encore capable de comprendre que certaines ambitions de sa Majesté devaient rester -à ce moment- secrètes, et la présentement lieutenante n’était plus dans son droit de lui demander quelques détails supplémentaires.

Cependant, ce qui sembla amuser à une certaine échelle Tomoe fut la manière employée par le Nara pour la convaincre qu’il n’était pas un ennemi. Elle en réhaussa cette fois ses fins sourcils pour venir ensuite relâcher le verrou auquel sa dextre s’apparentait sur le document fermé. La brunette plaça directement celle-ci sous son propre menton qui s’y appuya délicatement, lui laissant le temps de terminer en deux petites phrases ce qu’il avait à lui dire. Provocation de mise -du moins telle était l’interprétation de la jeune femme- elle n’empêcha pas le mesquin rictus se définir à la commissure de ses lèvres. « Dans l'abîme dis-tu ? Alors Nara Kansei a replongé ses mains dans d’obscures affaires ? » Profita-t-elle pour rétorquer rapidement mais sans en espérer davantage.

Elle finit par soupirer, ne laissant aucun répit aux yeux taciturnes de son interlocuteur, essayant toujours d’y trouver réponses à ses curiosités. De son autre main, elle pointa le rapport avant d’ajouter. « Au final, avec ou sans ça, tu aurais fini par apprendre la vérité. » Lui signifia-t-elle non sans dissimuler une certaine satisfaction. Mais avant de s’atteler au récit de la libération de Kumo, du traître et de sa propre rétrogradation -car tout lui semblait lié- elle décida d’ajouter une petite précision. « Tu sais, je me fiche pas mal de ton passé, nous en avons tous un. Donc non, je n’avais pas besoin de l’entendre. » Son expression commença tout juste à s’assombrir lorsqu’elle exprima ce qu’elle avait à exprimer : « Mais peut-être que tu comprendras mieux quand je t’aurais raconté ce que tu veux savoir. »

Le bras lâcha la position de pilier dont il faisait office pour le faciès de Tomoe. Retombant lentement sur la table pour y rester affalé, ses doigts semblèrent cependant s’éprendre d’une nervosité qui ne ressemblait que trop peu à l’ancienne Capitaine que Kansei eut connue au lendemain de la guerre. Laissant planer un silence pour pouvoir peser chacun de ses mots, elle se résignait dès lors à lui révéler ce qui avait été une catastrophe pour elle. « Je t’ai dit que notre Empereur avait choisi de me révoquer. Il a mis à ma place un dénommé Sairyo Hiko, qui sait, le connais-tu peut-être. » Ses yeux s’échapèrent de ceux de l’homme pour venir chercher le confort dans un vide pensif, ne fixant finalement rien de particulier si ce n’était le mur au fond de la pièce. « Bien plus tard, j’ai reçu une convocation de la part de Kaguya Kôsuke demandant ma présence lors d’une réunion du Capitanat concernant une situation des plus critiques à Kumo. Une rébellion interne se fomentait. Ajouté à cela la pression externe d’un groupuscule et qui avait réussi à faire parvenir des tracts au cœur du village pour signifier que ces anciens Kumojins comptaient bien reprendre la gérance du village. » Elle reprit alors une inspiration contrôlée, tout au contraire de ses ongles qui semblaient gratter la peau de sa paume de main un peu plus vivement, sans pour autant que cela ne la gêne dans son histoire. « Ces informations je les ai eu lors de la réunion présidée par Kôsuke. Avec moi s’y trouvaient évidemment la Régente et enfin le nouveau Capitaine de la Territoriale : Hiko. » La suite étant bien plus délicate que les circonstances que Tomoe venait d'énumérer, cette dernière vint simplement redresser ses iris plus nébuleuses que jamais jusqu’à en accabler celui qui l’écoutait. « Il nous a attaqué par surprise. Sairyo Hiko était un infiltré de la Rébellion ou du groupe externe, ou peut-être les deux, je ne sais pas et qu’importe. Ce qui est sûr c’est qu’il n’était assurément pas un loyal Capitaine de l’Empire. » Cette fois son poing se resserra pour de bon, au même titre que ses mâchoires, démontrant alors que la pilule en travers de la gorge ne voulait pas être digérée. « Sans Kôsuke je serais morte. Et malgré chacune de nos positions, au Porte Parole, l’ancienne Régente et moi-même, le traître a réussi à s’échapper. » La véracité de ses explications devenaient de plus en plus difficile pour l’Explosive d’admettre qu’elle avait été aussi inapte à honorer l’Empire dont elle faisait partie. Mais elle finit par calmer le sang bouillonnant qui l’accaparait pour relâcher un long soupir, évacuant cette rage toujours vive. « C’est à la suite de ça que Kôsuke a demandé l’évacuation de nos troupes pour... » Ses doigts se détendirent même finalement tandis qu’elle marquait une courte pause comme pour mesurer ce qu’elle allait dire. « Rendre le village caché de la Foudre aux Kumojins. »


_________________
Savoir taire les secrets [Kansei] JlI2a2Y
Event 5 : l'Homme au Chapeau:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9753-dossier-de-chokoku-tomoe#82791 https://www.ascentofshinobi.com/u1298
Nara Kansei
Nara Kansei

Savoir taire les secrets [Kansei] Empty
Dim 21 Juin 2020 - 16:21




L'Explosive et l'Ombrageux


Savoir taire les secrets [Kansei] TSiEfT2





Elle parlait de replonger ses mains ? Savait-elle au moins ce qu’avait et avait dû faire ledit Nara Kansei récemment et moins récemment ? À l’idée qu’elle put être au courant des noirs secrets qui pesaient sur son âme, il en vint presque à rire intérieurement.

Toujours à analyser ses réactions sans pour autant se mettre sur le qui-vive proche des situations de vie ou de mort, le Nara resta là sans osciller d’un iota sur sa chaise sommaire, ses yeux aussi noir que les nuits sans lune posés sur le faciès de la Chôkoku.

Sa prose sembla faire l’effet escompté, au moins en apparence, sur la demoiselle tatouée. Tout chez elle semblait prouver qu’elle s’ouvrait telle une fleur acceptant les rayons d’un soleil jusqu'alors trop assombri pour que ça n’en vaille la peine. « Le lot de tout shinobi, s’il en est. »

Il accepta la leçon préfabriquée de Tomoe qui ne semblait pas interessée par son anamnèse, son poignet laissant le document à portée continuant d’assurer sa position ouverte sur cette affaire. Elle avait cependant raison ; les informations que Kansei désirait ne lui résistait jamais longtemps. Ame en était la preuve.

« Je t’écoute. » Il appuya son dos sur le dossier d’osier et posa chaque doigt contre les autres en un miroir parfait ; sa position favorite quand il s’agissait de réfléchir et d’assimiler de nouveaux meubles pour son palais mental, bien plus grand que celui où ils se trouvaient actuellement.

Quelque chose chez elle laissa planer l’impression que parler de cela à coeur ouvert la dérangeait. Il en tira des conclusions peu hatives.

Le visage de Kansei eut de la chance d’être aussi inexpressif, sinon il aurait bien évidemment stopper toute moue à la mention du patronyme de son ancien élève. L’Ombrageux se contenta de déglutir sans un bruit, attéré par la nouvelle. Hiko capitaine ? Qu’est-ce qui avait bien pu passer par la tête de l’Empereur de prendre une telle décision ? Peut-être avait-il changé du tout au tout en son absence.

Il continua d’écouter attentivement les dires de la brune. Elle fit mention d’une réunion au sommet et d’une Résistance, dont il avait eu vent de son temps en tant que Teikokujin à Kumogakure no Satô. L’embryon de révolte avait donc grandi, sans personne pour le tuer dans l’oeuf… Les signes qu’émettait Tomoe ne mentait pas, à mesure qu’elle parlait. Il croisa son regard et ce qu’il y vit n’était que le résultat de ce qu’elle racontait. Honte, colère et d’autres émotions tourbillonaient dans ses prunelles, mais sa voix ne se démonta pas. Kansei aussi fut touché par les mêmes émotions sous le voile opaque de son accalmie habituelle.

Patiemment, il la laissa terminer. Déjà, il avait établi ses prochains mots, ses aveux. Elle avait joué cartes sur table alors il ne voyait pas de raison de ne pas en faire de même, au moins un peu. Plusieurs sentiments vinrent s’adjoindre à lui avec l’amertume déjà présente de son départ. Et si. Chacun commençait par cela.

Doucement, il se décrispa et se pencha de quelques centimètres en faisant glisser ses avant-bras sur la table jusqu’aux coudes. Puis ses lèvres se fendirent.


« Je vois. Hiko est donc devenu un informateur ou même celui qui a fomenté la rébellion et a profité de l’occasion pour attaquer. Ce n’est pas stupide ; trois des plus reconnus Teikokujins et lui. Il s’est sûrement dit que c’était là une occasion en or de vaincre le protectorat. » Sans penser que si le plan n’avait pas été de rendre Kumogakure no Satô, il aurait alors causé un règne de terreur parmi les siens pour une contrepartie potentielle loin d’équivaloir. Les pensées d’un jeune garçon immature. C’était bel et bien Hiko.

« Je devrais remercier Kôsuke alors. Et tu ne penses pas que l'évacuation n’avait pas déjà germé dans ses idées ? Que c’était peut-être la raison de cette réunion ? Hiko aurait donc presque saboté la chance de salvation de sa nation. » Il l’appelait par son prénom et on pouvait sentir une certaine familiarité avec ce dernier.

Il continua de la fixer.

« De mon temps à Kumogakure no Satô, le garçon dont tu parles. Il était mon élève. C’est indirectement de ma faute s’il a agi ainsi. Si j’étais resté, peut-être que j’aurais su le tempérer, lui faire comprendre la finalité des choses qui se jouaient à l’époque. » Kansei se devait de le lui dire. D’extérioriser son fardeau. Il n’attendait ni pardon ni punition. Simplement des faits énoncés. Le Nara se connaissait.

« Ce que je ressens en ce moment est bien étrange. Et je me reconnais dans ta colère, Chôkoku Tomoe. Cependant rendre Kumogakure no Satô libère un front pour un Empire qui a fort à faire. » Il eut presque envie de demander de la clémence pour le garçon n’en fit rien. Parce qu’il tenait à lui ? Parce qu’il savait cela inutile face à l’Explosive ? Rien n’était sûr, même pas lui-même.

Il digéra dans le silence les bombes qu’elle venait de lâcher.



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6393-the-ones-he-had-lost-and-the-ones-he-had-found
Chôkoku Tomoe
Chôkoku Tomoe

Savoir taire les secrets [Kansei] Empty
Dim 28 Juin 2020 - 16:59

Savoir taire les secretsTout début printemps 204.

L’air impartial qui semblait aussi intouchable, même du bout de ses doigts fins, était d’un agacement tout particulier pour Tomoe. Se sentait-il seulement impacté par les révélations que son équivalente venait de lui faire ? Ne pouvant s’immiscer dans un esprit aussi clos que celui du Nara, la jeune femme n’avait plus que les apparences pour espérer y lire quelque chose. Juste un signe. Mais en vain. Celle qui avait été nommée l’Explosive par ses pairs venait assiéger le visage de Kansei de ses yeux. Elle cherchait, encore et encore, le moindre indice avec assiduité. Ne pouvait se prétendre comme ces hommes tels que lui qui voulait, cela était bien une chose avérée.

Néanmoins, ce que l’Ombrageux vint à lui apprendre en retour n’en fut pas aussi désintéressé que ce qu’il n’exprimait pas par les non-dits. En effet, que cela fusse son analyse de l’acte de trahison de Sairyo Hiko, les quelques réflexions pour le moins vives de sens, ou bien son propre lien avec ce-dernier, il démentit très vite les primaires aprioris que Tomoe fabulait déjà à son égard. Elle s’en sentie même… Consolée ? Au moins elle n’avait pas encore affaire à un nouvel individu aux objectifs captieux. Immédiatement, soutenant comme elle le pouvait, malgré la honte qu’elle ne pouvait faire autrement qu’une pauvre tentative de dissimulation, son regard nébuleux, la jeune femme aux muscles encore pris d’une rudesse à l’évocation de ces souvenirs demeura silencieuse. Sa parole était d’or en ces instants, trouvant alors route là où aucun des combattants n’avaient vu de réponses. « Oui, hum... » Soupira-t-elle doucement en se remémorant le détail qui venait de lui revenir. « La Régente a mentionné un plan qu’ils se devaient de mettre en place. Maintenant que tu le dis, effectivement je pense que le sort de Kumogakure était déjà écrit. » Elle ne faisait que confirmer ses hypothèse d’une matière à laquelle la lieutenante n’avait alors pas songé. Démonstration même de la supériorité stratégique que le Nara possédait à l’instar de son interlocutrice.

Dès lors, sans en attendre davantage à ce propos, l’Explosive laissa l’Ombre Solitaire poursuivre le chemin de son discernement. Malheureusement, la suite ne fut décidément pas pour convenir à la jeune femme qui, se leva promptement en croisant les bras et venant entamer l’expression des cents pas, en commençant juste derrière l’assise de Kansei. Il partageait sa colère ? Ô ça non, c’était impossible. Aurait-il pu tout changer ? Probablement. Mais il n’était pas là. Ca non, il n’était pas là. Dès lors que la protection aussi bien des Kumojins que des Teikokujins présents en terre de la foudre reposait sur les épaules de Hokazuka Rie et par extension du Porte Parole et de l’ex-Capitaine qui avait été conviée pour en parler : Avoir laissé s’échapper un individu aussi dangereux que Hiko était un échec cuisant que le Nara ne pouvait pas comprendre. D’un sentiment débordant, le visage de l’Explosive vint renouer avec ses vieux démons pour finalement frapper la pauvre table du poing si fort qu’elle s’ébranla et renversa ce qui était posé là : soit toutes les feuilles qui composaient son propre rapport. « Que tu en sois affecté, je veux bien le croire, d’autant pour ce qui te liait à lui. » Commença-t-elle après quelques secondes qui s’apparentèrent à une éternité dans le néant, sur le son de sa voix devenue morose et d’une pointe agressive. « Mais ne prétend pas que tu partages ma colère. Tu n’étais pas là. » Un point d’honneur qu’elle ne manquait pas de lui rappeler une fois de plus. Elle était dos à lui, ressentant la rougeur due à la violence de son geste précédent mais bien loin de se comparer à celle de ses tripes lorsqu’elle faisait parler ses véritables sentiments tus depuis bien trop longtemps. « Tu n’as pas été témoin de ta propre faiblesse lorsque tu vois celui qui a été élu à ta propre place. Qui sait l’étendue des informations qu’il a en sa possession. » Son amertume était presque palpable. Sa culpabilité également tandis qu’elle ne bougeait même plus la moindre de ses articulations. « Tu es intelligent Kansei, mais je ne veux plus entendre que tu comprends ce qui m’incombe-là, compris ? »

La Chôkoku en oublia jusqu’au fil de la pensée que l’Ombrageux avait fini d’étendre depuis quelques minutes maintenant. Elle s’était très largement éloignée du sujet principal mais l’impétuosité que le Nara avait éveillé en elle avait été bien plus forte que tous les efforts qu’elle démontrait jusqu’à maintenant.


_________________
Savoir taire les secrets [Kansei] JlI2a2Y
Event 5 : l'Homme au Chapeau:
 

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t9753-dossier-de-chokoku-tomoe#82791 https://www.ascentofshinobi.com/u1298

Savoir taire les secrets [Kansei]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu :: Palais Impérial
Sauter vers: