Soutenez le forum !
1234
Partagez

je trouverai un titre plus tard (gyu)

Uzumaki Ko
Uzumaki Ko

je trouverai un titre plus tard (gyu) Empty
Jeu 18 Juin 2020 - 2:14
☽ ☾


Loin du manoir, Ko suppose qu’elle ne retrouvera pas le confort de son lit avant les petites heures du matin. Même si la lune est bien haute, un peu inclinée vers les dunes, la médecin doute de sa vitesse. Elle avait entamé un voyage en direction d’un lointain village, dans le début de recueillir certains matériaux utiles à ses opérations et pour bien sûr s’assurer que cette poignée de kazejins soient en santé. Tout se déroulait à merveille, si bien que la femme put se permettre de faire un détour vers une seconde zone habitée. Lorsque la chaleur commença à quitter le désert, Ko fit demi-tour pour rejoindre sa seconde famille. Il suffit de quelques kilomètres avant que la kunoichi s’arrête devant un corps meurtri.

Elle n’a pas le temps d’assimiler l’information, elle entend un long râle. Ce qui semble être un homme dans la trentaine, avec des vêtements drôlement chics pour cet arrondissement, est allongé sur son ventre et enfonce une main dans le sol, comme pour tenter de se redresser. L’Uzumaki s’empresse de faire signe de sa présence et soutient le blessé lors de sa rotation. Bien que de longs gémissements quittent la bouche de l’homme, Ko ne croit pas qu’il soit totalement conscient. Après quelques tentatives pour capturer l’attention de son patient, sans succès, Ko décide de passer à l’action. De son sac, elle retire plusieurs morceaux de tissu et deux bouteilles, une d’eau, l’autre d’alcool.

De la taille jusqu’aux pectoraux, la médecin peut compter quatre plaies. Suite à la précédente position, du sable s’est incrusté dans les ouvertures. Si sa supposition est valide, ce voyageur de classe haute, ce serait fait attaquer par un voleur. Les poches de sa tenue sont vides et le reste de son corps n’est pas atteint par l’attaque. Peu importe le portait, Ko s’applique à nettoyer les plaies et à rassurer l’inconnu qui continue de râler.

« Vous pouvez crier, si ça vous aide à accepter la douleur. Ce sera bientôt terminé. »

Suite à une certaine pression appliquée, l’homme lâche un cri aigu et a pour réflexe d’agiter son corps. La peur est encore lisible dans son regard, peut-être ne voit-il pas l’Uzumaki comme une sauveuse. Même s’il essaie de se débattre, sans grande force, Ko le neutralise sans difficulté et va jusqu’à composer quelques mûdras pour invoquer une forme de doton qui s’enroule doucement autour des jambes et épaules de l’homme. Fière de son petit piège, Ko sourit. D'un point de vue extérieur, il est vrai que la scène est étrange et trompeuse, mais à cette heure-ci, personne n'allait les embêter.


☽ ☾

_________________
je trouverai un titre plus tard (gyu) C6as
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8480-ko-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#76008 https://www.ascentofshinobi.com/t8508-carnet-de-route-ko
Henmao Gyuren
Henmao Gyuren

je trouverai un titre plus tard (gyu) Empty
Jeu 18 Juin 2020 - 14:45
Si aux premiers abord c’était le propos même de sa quête qui lui paraissait être le plus important parmi les obstacles sur son chemin, le Gardien sacré n’imaginait guère que son voyage le long de Kaze deviendrait finalement un pélerinage éprouvant. En effet, depuis le rituel orchestré par urgence avec la chef de clan Asaara et le Gardien élémentaire, notre homme n’avait pas encore récupéré de toute son énergie malgré les quelques hâtes effectués ici et là dans divers petit hameaux perdu sur ces territoires. Même ici, il ne s’agit qu’un d’un maigre répit où la fragilité du pays ne permettait pas de dormir à poing fermé comme les habitués tout autour.

Gyuren demeurait là dans cette maison d'hôte de fortune parmi d’autres âmes errantes dont la vivacité se dissimulaient sous le joug de Morphée dans un sommeil insouciant. Une simple silhouette au travers de sa chambre rudimentaire et pourtant incapable de fermer totalement sa conscience à d’éventuels intrusions dans ce village où la sécurité s’avérait partielle. Le reste des résidents devaient surement prendre leur fatalité sur eux mais lui ne pouvait pas vraiment de détacher de ses réflexes de mercenaires vagabond, toujours prêt à travers les jours sans lendemain.

Cela le fatiguait irrémédiablement, certes, sans pour autant trahir la véracité de son utilité principale. En effet, au milieu de cette nuit à peine traversé par la lueur de l’astre lunaire, les paupières closes du fier Henmao s’ouvrirent subitement lorsqu’un maigre bruit étouffé parvint à ses oreilles, peu naturelle et enclin à l’urgence, la détresse. Il aurait naturellement pu ignorer cela et faire comme si de rien n’était ; Seulement si sa stature et son statut n’impliquaient pas un certains devoir et autorité impératif. Ni une ni deux, telle une ombre, récupérant quelques affaires dans la plus grande discrétion, l’ombre du guerrier à la taille imposante se faufila par delà la porte, filant dans les couloirs avec un air sévère sur le faciès.

Les étages, le rez de chaussé, la ruelle adjacente. Ce ne furent là que de petites étapes avant que de sa posture inébranlable le Gardien Sacré ne se teint dans la substance obscure d’une ombre palpable, juste sur l’ouverture que donnait la ruelle sur la place principale, devant la maison d’hôte. Il assistait à la scène en silence, sans bruit, prêt à se battre pourtant devant la scène qui défilait sous son attention inquisitrice.

Bientôt oui. Enfin, jusqu’à ce que cette nuit prennent elle même fin, si l’on en revoit le jour.

D’où ? Comment ? Quand ? La silhouette de notre homme n’était pas encore visible, seul ses iris flamboyant d’un jaune orangé presque inhumain transparaissait, posé sur les yeux du mystérieux personnage qui semblait contraindre ce malheureux à un supplice étrange. Il s’agissait là encore que d’une sommation, si bien sûr cela ne débouchait pas à une course poursuite effréné …
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9501-henmao-gyuren-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t9975-periples-du-gardien-sacre-henmao-gyuren
Uzumaki Ko
Uzumaki Ko

je trouverai un titre plus tard (gyu) Empty
Jeu 18 Juin 2020 - 16:46
☽ ☾


Concentrée à nettoyer le presque mort, Ko ignore la menace qui se dessine, tout près d’elle. Les mèches de sa chevelure cessent subitement de danser, le vent se meurt. Le désert est pénible le jour, difficile d’éviter l’animosité de son peuple, mais la nuit, le désert est un long cauchemar. Froid, silencieux, incrusté de prédateurs à la fois animal et humain, la preuve est sous les yeux du médecin. Mais, lorsqu’on perd la voix et que l’on observe le plafond, allongé ou non, il est possible d’entendre les susurrements du vent. Il porte les aventures de ceux qui profitent de sa fraîcheur, parfois tragiques, parfois fantastiques. Or, dans cette ruelle, le vent préfère s’éclipser. La femme est perturbée par ce brusque changement d’atmosphère. Sa respiration se coupe, pas celle de son patient, ni celle dans l’ombre.

Ce n’est pas une silhouette, plutôt un spectre ou une illusion. Elle ne peut pas tracer le contour de ce qu’elle observe, mais elle peut définitivement s’accrocher à ce détail, celui qui lui laisse supposer la présence d’un homme, son regard. Ko reprend lentement sa respiration, oubliant peu à peu son devoir de médecin. Elle se sent épuisée, hypnotisée. Les yeux n’ont rien de rassurant, ils sont comparables à ceux d’une bête qui se tient devant sa faible proie. La peur n’est pourtant pas évoquée face aux pierres précieuses, l’Uzumaki est particulièrement déstabilisée par le confort qu’elle y trouve. Deux orbes qui réchauffent du miel, presque sucré sans y toucher, produisant une malsaine tentation chez la femme, irréalisable : caresser sa langue sur les globes oculaires de l’inconnu et d’y mordre pour goûter la richesse.

Mais la sensation d’admiration se tue. Le vent surgit à nouveau et emporte la confiance du médecin. Elle présume que cet homme est celui qui a causé les blessures de son patient. C’est une hypothèse fragile, pourquoi revient-il taquiner sa cible ? Peut-être que cette mise en scène est un piège pour attirer un second lapin. Malheureusement pour lui, Ko n’est pas prête à abandonner sa liberté, elle n’appartient pas à la cage de la mort, pas pour l’instant.

« Le soleil va me voir. »

Pour être honnête, l’Uzumaki n’a pas de stratégie. Elle tente quelques mûdras dans l’espoir de voir naître rapidement un mur solide entre eux. En une fraction de seconde, son cerveau se déchaîne dans un sauvage débat, pour en venir à une conclusion : le blessé vient avec elle. Ko s’empresse de déposer l’homme sur son épaule et décide ensuite de marcher sur l’un des murs de la ruelle pour atteindre le toit. Ce n’est pas le meilleur endroit pour s’échapper, mais c’était un début. Sans attendre l’ombre au regard ambré, Ko tente de s’éloigner sur les autres toits.


☽ ☾

_________________
je trouverai un titre plus tard (gyu) C6as
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8480-ko-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t1247-06-independants#76008 https://www.ascentofshinobi.com/t8508-carnet-de-route-ko
Henmao Gyuren
Henmao Gyuren

je trouverai un titre plus tard (gyu) Empty
Jeu 18 Juin 2020 - 20:44
Un moment onirique fila l’espace d’un instant entre les deux protagonistes alors que leurs regards se croisaient au travers de cette joute verbale concise, sur quoi la nature du danger pris une ampleur nouvelle. Sous ce voile de charmes aussi fascinantes que saisissante, la mystérieuse inconnue révélait une habileté à l’utilisation du chakra et des affinités, de sorte à réellement compliquer la tâche du Gardien Sacré. Non, ce n’était pas là une petite frappe, pas avec cet entrain et ce zèle. Sa prestance parvint même à contrarier notre homme qui, impuissant devant l’apparition de cet obstacle solide se contenta dans un premier temps d’observer avec sagesse l’agilité insolente de la fuyarde.

On dirait bien tout d’un coup …

Mais paradoxalement, sa hâte ou sa folie l’alourdissait d’un corps proche du cadavre dont la valeur demeurait encore inconnu aux yeux de Gyuren. Surement une figure importante ou riche, voir disposant de quelconque secrets recherchés par quelques maraudeurs du désert. Ainsi, confiant ce léger avantage, sa silhouette pris le temps de contourner le mur sans pour autant le gravir de façon classique. Si intrus voulait emprunter les toits, alors un peu de ruse s’avérait nécessaire non pas seulement pour la ralentir mais tenter de la capturer, bien que ce ne fusse pas forcément de son autorité contrairement aux ninjas.

Qu’importe sur ce coup. Le vagabond à la chevelure argentés fila sous couvert des rayons lunaires pour parcourir les bâtiments de façon perpendiculaire au parcours de sa proie, dans un jeu de chat et de la souris plutôt sérieux. Il arrivait à en voir l’infime ombre traversant les toits ruelles après ruelles, avec l’expression du guetteur sur le faciès comme pour trouver le bon moment avant une première interception surement vaine.

Ce ne fut que le sifflement d’un câble d’acier qui résonna dans l’interstice entre de pan de tuiles de sorte à jaillir par dessous les pieds du ou de la voleuse, le tout accroché à un Kunaï au bout pour servir de poids. C’était là un stratagème rudimentaire mais davantage destiné à la tester que la capture du premier coup. Du moins, si cela parvenait à la ralentir un temps soit peu. Ainsi le fil s’enroulait subitement d’une seule boucle au niveau de la taille de l’individu, la présence de Gyuren se dévoilant un peu plus en retrait sur le toit, une main affairé à tenir l’extrémité du câble. Ses iris perçant s'évertuait à sonder les contours de sa proie comme prêt à la dévorer, notamment pour en déterminer le genre sous ce visuel encore trop éloigné et mobile.

Voyons ce que tu sais faire …

Oui … Et pas que ça d’ailleurs. Si le doute persistait, une part de son intuition animale vibrait sous ce déhanché plus propre aux courbes d’une gracieuses gazelle que celle d’un robuste guerrier. Malgré la pénombre et la distance entre eux, ses pupilles de félins et ses sens éveillés ne rataient guère les attributs féminins de cette hors la loi aux motivations encore obscure. Peut-être que la clémence de ce piège que son bras s’évertuait à resserrer d’un coup lui en apprendrait davantage, comme pour contraindre sa taille et ses hanches à reculer vers sa direction et enfin ralentir sa course à moins qu’elle ne fusse doué de talents insoupçonnés.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9501-henmao-gyuren-en-cours https://www.ascentofshinobi.com/t9975-periples-du-gardien-sacre-henmao-gyuren

je trouverai un titre plus tard (gyu)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent
Sauter vers: