Soutenez le forum !
1234
Partagez

De retour avant l’aube — ft. Daken Kosatsu

Hyōsho Shironome
Hyōsho Shironome

De retour avant l’aube — ft. Daken Kosatsu Empty
Dim 21 Juin 2020 - 19:48







De retour avant l’aube

ft. Daken Kosatsu



Printemps 204, village de Kiri, port Naragasa.

Le regard baigné dans l'immensité de la mer dont il venait de se séparer de la compagnie, l'enfant des neiges se laissait une poignée d'instant pour retrouver le fil de ses souvenirs, et plus encore, des berges et littoraux qui avaient guidé sa venue jusqu'à la Cité Brumeuse, un endroit où il espérait, enfin, suivre la trace de réminiscences avortées. Ainsi, alors que ses prunelles céruléennes s'arrachaient à l'écume et arboraient désormais l'ensemble de ce paysage chimérique, ce port emplit de vie et semblable à celui qu'il avait emprunté pour débuté son voyage, Shironome se sentait perdu, au cœur de cette masse informe d'inconnus. Pendant un instant, il se demanda si l'un de ces visages n'avait pas été familier, au-delà du brouillard levé sur sa mémoire ; mais chassant cette pensée intrusive de son esprit, il laissa ses pas le guider au centre de cette esplanade maritime.

Tel un spectateur mal avisé, l'argenté laissait son attention courir sur les marchands divers dont la voix criarde annonçait la venue de nouvelles cargaisons à l'aurore, sur ces caisses assombries par le manteau de la nuit ; et si la lueur de la lune n'avait pas éclairé sa destination, il eût même manqué de heurter la silhouette d'un homme, tant il était perdu dans la représentation de toutes ces formes qu'il découvrait. Au fond de lui, il les connaissait, pourtant. Les mots, usages de chaque objets lui venaient en mémoire à chaque fois qu'il posait le regard sur eux ; mais ces visages, eux, demeuraient inconnus, anonymes. Tel le vent frais qui balayait la côte de sa présence, l'esprit de Shironome était empreint d'un calme inconnu. Tout ici aurait du l'alarmer, tout en cet espace aurait dû éveiller chez lui les graines de la panique, ou même, du doute, de l'anxiété.

Pourtant, rien de tout cela ne faisait trembler son corps. Au contraire, la chaleur languissante du printemps semblait parer les alentours, éveillant une tranquillité qu'il n'avait pas eu l'impression de vivre depuis son départ des neiges. Pas mêmes les exclamations de voix des buveurs ne dérangeaient sa marche lente jusqu'au cœur de la cité, provenant des bars à proximité. L'enfant des neiges osa même une œillade vers les lumières et odeurs chaleureuses de l'un d'eux sur son chemin, intrigué.

Et pourtant, malgré cette quiétude d'esprit, cette harmonie qui bordait de ce port, il ne suffit que d'un choc pour éveiller l'ombre d'une sordide réaction. Shironome était conscient que cela ne devait être que l'un des passants qui venait de heurter son dos, et pourtant ; pourtant, son corps prenant le dessus sur la raison. Sa main arracha une lame courte déposée sur l'une caisses à proximité tandis que ses talons vrillaient sur eux-mêmes, dans le seul but de porter atteinte à la vie de cet inconnu.

Comme si le souvenir d'une attaque similaire avait été imprégnée au fer rouge dans sa chair, et que malgré l'amnésie qui l'avait frappé, son corps se refusait à revivre un tel événement. Comme si, inlassablement, un souvenir aveugle dominait ses gestes et son regard, où une profonde terreur dansait. Une action incontrôlée, guidée purement par un instinct qu'il ne savait pas même posséder.

Et même s'il était conscient que ce passant ne pouvait être la source d'un tel sentiment, Shironome ne pouvait s'empêcher d'être tétanisé par la peur, le poing refermé si fortement sur cette arme de fortune que ses phalanges blanchâtres perçaient à la vue de tous.

Elles, et les éclats de glace qui avaient parcouru son corps tel un frisson, laissant cristaux et neige se déposer sur le tissu de son kimono, à l'aube du printemps.




_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6018-hyosho-shironome-terminee#49431 https://www.ascentofshinobi.com/u853
Daken Kosatsu
Daken Kosatsu

De retour avant l’aube — ft. Daken Kosatsu Empty
Lun 22 Juin 2020 - 1:13
La nuit. Qu'était-ce que la nuit ? Un instant de silence, là où tout semble s'aplanir. Les murmures sont de mise pour ne pas éveiller ceux qui ont décidé d'ignorer les vivants pour se plonger dans le Royaume des Songes. Mais pourquoi devoir fermer les yeux pour atteindre d'autres mondes ? Kosatsu emmerdait les lâches et les trouillards, ceux qui attendaient de rêver pour vivre d'aventures. Son monde, son ailleurs, il le trouvait en même temps qu'eux : la nuit. Mais il était bel et bien éveillé.

- Hé Kosa ! Si tu finis pas par terre cette fois je te paye le resto demain

- Tu ressortirais pas vivante avec la moitié de ce que je bois alors fais pas la maligne si tu veux pas que je te mette au défi contre moi, Shion.

- C'était pas pour t'encourager à boire, chacal. Tu devrais sérieusement essayer de t'amuser sans boire, un jour. Tu devrais pas avoir besoin de ça.

- Un jour j'arrêterais peut-être. Ou alors ça m'emportera dans la tombe, qui sait ? On verra bien !

Sur ces mots, le Cabot dégoupilla la gourde qu'il tenait suspendue à sa ceinture avant d'en engloutir quelques gorgées. Un filet s'échappa du coin de sa commissure qu'il essuya avant de tirer la langue pour lui faire parcourir son index, là où le nectar évadé s'était déposé. Ce mouvement le força à lever le menton, sous ce geste son regard était soudainement absorbé par les nébuleuses qui parcouraient le ciel nocturne. Il s'arrêta un instant, tenant son chapeau d'une main et sa gourde de l'autre pendant que ses amis continuaient à avancer.

- Kosa ! Tu viens ?

" ... "

- Kosa ?

- Avancez, j'vous rejoins. dit-il, le regard toujours plongé vers le néant étoilé.

- Bon ... tu sais où on va !

Il leva un pouce en leur direction, sans autre mouvement ni mot.

" Maman, Papa. Un jour peut-être je rentrerai à la maison. Comment vont mes sœurs et mon frère ? Êtes-vous seulement encore en vie ? "

Perdu entre les astres, il relâcha un long soupir tout en baissant le menton et son chapeau.

- Quel mauvais fils je fais. Bon ...

Il avait des camarades à rattraper et un bar où se rendre, il lui fallait donc activer la vitesse supérieure. Il finit par arriver jusqu'au lieu de rendez-vous en question mais l'entrée un peu trop étroite le fit percuter un garçon plus petit que lui. Très rapidement et contre toute attente, le petit homme se retourna brusquement et faucha quelque poils trop longs du menton de Kosatsu qui pourtant avait bien réagi à temps. Heureusement pour le garçon, il n'était pas du genre à chercher la confrontation et n'a pas répliqué. De toute manière, la situation avait l'air bien différente de ce à quoi elle pourrait ressembler. En effet, la petite tête blanche semblait terrifiée, tremblant, la mâchoire serrée comme une proie acculée. l'homme en kimono n'était de toute façon pas bien hargneux, mais un tel regard déclencha immédiatement une inquiétude sincère chez lui :

- Ay, petit homme, ça va ? T'es perdu ? T'as besoin d'aide ?

Les deux mains relevées en réflexe comme pour prouver son manque de mauvaises intentions depuis que le garçon s'était retourné, il en déposa une au dessus de la lame tout en essayant de la baisser à vitesse normale sans imposer sa force si son interlocuteur résistait.

_________________
- #501f5c
Tout le mérite de la signature revient à Aditya

De retour avant l’aube — ft. Daken Kosatsu Test_signa_pouy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9693-daken-kosatsu-en-cours#82331 https://www.ascentofshinobi.com/t9741-faits-d-armes-de-daken-kosatsu https://www.ascentofshinobi.com/u1163
Hyōsho Shironome
Hyōsho Shironome

De retour avant l’aube — ft. Daken Kosatsu Empty
Lun 22 Juin 2020 - 17:52

Pendant une poignée d’instants, les yeux de Shironome demeuraient rivés sur la silhouette de cet homme tandis que tant de questions se bousculaient dans son esprit, mais dont la plus importante d’entre elle criait sa présence aux frontières de ses pensées.

…Qu’est-ce qui m’a pris ?

Son regard glissa lentement sur l’éclat de cette lame opportune que l’inconnu abaissait avec bienveillance, semblant avoir remarqué l’état de l’adolescent en face de lui ; et, bordé par la délicatesse, sa voix retentit pour s’adresser à lui, comme pour s’enquérir de son état. À l’image de la réalité qui revenait peu à peu imprégner les muscles de l’opalin, ses sens lui revenaient, ôtés de ce linceul d’adrénaline qui les avaient voilés à sa conscience, le temps d’une perdition ; le souffle du vent printanier glissait la peau dénudée de sa main, l’odeur de l’alcool certainement ingurgité par le brun emplissait ses narines et le contact de la lame se pressait contre sa poigne, comme attestant de sa présence. Perdu, à la lisière peut-être d’une gêne qui ne s’était pas encore manifestée, Shironome détourna le regard. Ses doigts se délièrent de l’arme de fortune, la laissant retomber au sol dans un tintement métallique ; et de deux pas incertains, il s’éloigna de l’inconnu, bafouillant.

« Pardon, je…, il déglutit, avant d’aviser l’homme d’un coup d’œil. Je ne sais pas ce qui m’a pris, sûrement un… réflexe involontaire. »

Lui-même était inconscient de ce qui l’avait poussé à agir ainsi, glissant une explication dont il doutait de la véracité pour s’échapper à cet instant de malaise. Mais quand bien même il le désirait, cette sensation d’urgence, cet instinct qui avait prit le contrôle de son corps tel une vague déferlante ne pouvait quitter pas sa mémoire. Les tremblements, eux, s’étaient stoppés, effacés par ce retour violent à la réalité. Pourtant, du coin de l’œil, il pouvait remarquer l’éclat de cristaux de glace parcourant son bras ; il n’avait pas froid, bien au contraire. La caresse chaleureuse du souffle du printemps lui révélait presque l’épaisseur de son kimono, tissé pour arpenter les plus durs climats.

Mécaniquement, sa paume vint recouvrir ces traces de gel, comme pour éviter des questions auxquelles il ne saurait répondre. Depuis qu’il avait quitté la blancheur de ces dunes enneigées, ce phénomène apparaissait, de temps à autre ; lorsque son esprit n’avait plus le contrôle de ses faits et gestes ou bien lorsqu’il oubliait sa propre présence pendant des longs moments passés à observer le paysage.

Quelque part, dans son esprit, il sentait que cette sensation était familière, connue ; mais impossible de se souvenir comment l’endiguer, ou comment sceller la glace à son contrôle. Alors, se raclant la gorge discrètement, il avisa une nouvelle fois l’inconnu, conscient des silhouettes enjouées au-delà de leur position qui avaient quitté l’édifice en même temps que lui.

« Désolé de vous avoir dérangé. », murmura-t-il. Mais décidant de saisir l’occasion pour poursuivre son chemin, le jeune homme laissa à nouveau sa voix répondre à ses propres excuses. Peut-être saurait-il le guider. « Sauriez-vous comment rejoindre le centre du village, à tout hasard ? C’est la première fois que je rejoins ces côtes et… , il avisa l’ombre de ces silhouettes, s’éloignant de plus en plus. Je n’ai aucune idée d’où aller. »


_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6018-hyosho-shironome-terminee#49431 https://www.ascentofshinobi.com/u853
Daken Kosatsu
Daken Kosatsu

De retour avant l’aube — ft. Daken Kosatsu Empty
Mar 23 Juin 2020 - 3:08
La Petite Tête d'Argent relâchait son arme. Il avait l'air perdu, il réagissait mal au moindre signal. Kosatsu n'était pas étranger à ce genre de situations. À traîner toute la nuit dans les villes, on finit par tomber sur la Cour des Miracles. Le comportement du jeune homme lui rappelait déjà plusieurs expériences passées. Les novices des douceurs mensongères réagissant à un mauvais dosage et les toxicomanes enfermés entre les quatre miroirs de leur propre addiction, il les connaissait. Ou même ceux qui avaient eu le malheur de se rendre compte que la Nuit était aussi le Royaume de ceux qui n'en avait pas et ont finit agressé entre deux coupe-gorges. Shironome avait plus l'air d'être du troisième type, mais ce n'est pas pour autant que Kosatsu le rangerait immédiatement dans cette case. Il était plus jeune que lui lorsqu'il était tombé dans les rues, alors il a appris à ne pas se fier aux apparences. Tout le monde pouvait être n'importe qui et surtout n'importe quoi. Cette donnée aurait pu rendre le Cabot méfiant et constamment sur la défensive. Allez savoir pourquoi, au lieu de ça il était tout l'inverse. Accueillant et empathique.

- Ça va ? Tu t'es pas fait agresser au moins ? On peut aller voir les autorités, si tu veux.

Le bruit métallique de l'arme tombant au sol retentit aux alentours. L'espace d'un instant, les conversations de bars, les criards du Port, les criquets de la nuit tombée, tout avait été assourdi par la résignation de l'Étoile hivernale. Durant cet écho il ne restait que eux, le bruit n'existait plus et ne subsistait que la connexion de leur regard. Un nuage dévoila la lune pleine qui rayonnait sur la paire, et l'adolescent s'exprima :

- Sûrement un... réflexe involontaire.

- Y a pas de mal petit, mais t'es sûr que ça va ?

Sans répondre, la biche effrayée recouvrit une partie de son bras. Le Cabot, en tant que quasi-médecin officieux eut pensé à une blessure, en premier lieu. Il dirigea une main vers la partie concernée :

- Tu es blessé ?

Ayant à peine avancé sa main, il sentir une fraîcheur propulsée par une brise soudaine qui parcourait l'espace entre les deux hommes.

"Il fait si froid que ça ?"

Puis ses yeux se déposèrent sur quelques cristaux de glace, faisant plisser son regard avant d'être transporté ailleurs par une requête la Crinière Platine :

- Allons, allons, de quoi tu t'excuses bonhomme ? J'ai pas été blessé. Puis c'est moi qui t'ai bousculé je crois ! C'est à moi de m'excuser. Tiens, en échange je veux bien te ramener moi-même au centre, si tu veux.

Il se sépara de son chapeau pour le déposer sur le crâne de son partenaire d'un soir, tout en lui tendant son autre main et un sourire qui faisait fermer ses paupières :

- Kosatsu. Ou juste "Kosa", si tu préfères. "La première fois que je rejoins ces côtes", hein ? Tu es nouveau ici, donc ?

_________________
- #501f5c
Tout le mérite de la signature revient à Aditya

De retour avant l’aube — ft. Daken Kosatsu Test_signa_pouy
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9693-daken-kosatsu-en-cours#82331 https://www.ascentofshinobi.com/t9741-faits-d-armes-de-daken-kosatsu https://www.ascentofshinobi.com/u1163
Hyōsho Shironome
Hyōsho Shironome

De retour avant l’aube — ft. Daken Kosatsu Empty
Sam 27 Juin 2020 - 15:27

Les prunelles céruléennes revinrent se loger au fond de l’abysse de celles de son vis-à-vis, que la nuit et son manteau de noirceur paraient de leurs plus belles ombres. Il avait mentionné des autorités ; et pourtant, malgré l’amnésie qui avait ravit ses souvenirs, des mots s’imposèrent à qui, comme pour expliquer la nature des propos qu’il venait d’entendre. Forces du village. Paix. Sécurité. Justice. Une forme de milice. L’adolescent secoua la tête lorsqu’il réalisa cela ; non, pas du tout. Il n’en avait pas besoin.

« Tout va bien. Vous m’avez simplement surpris. »

Aussi bien que l’on pouvait aller lorsque l’on avait tout oublié de son existence. Une page blanche, ouverte au futur et aux nouvelles encres qui viendraient la tâcher. Mais une histoire sans commencement n’était point égale à tout autre ; comment s’y attacher, lorsque l’on entrait dans cette légende en plein cœur de son déroulement ? Ses yeux suivirent les courbes de la paume de l’inconnu lorsqu’elle s’approcha de lui, enserrant délicatement ses doigts autour du tissu de son kimono. Tout chez l’attitude de cet homme transparaissait la bienveillance. Malgré tout, Shironome ne pouvait s’empêcher de laisser son regard se faire happer par son geste, aussi naturel puisse-t-il avoir été.

C'était... familier. Agréable. Le genre de sensation qui bordait son corps de la chaleur de l'autre semblait éveiller l'écho du passé dans son esprit, quelque chose auquel il était loin d'être étranger. Pourtant, depuis son départ des dunes blanches, il n'avait jamais échanger de toucher tel que celui-ci avec quiconque, hormis celui de la neige. Sans qu’il ne comprenne pourquoi, une boule se forma dans sa gorge et un étrange sentiment s’empara de son estomac, comme serré par l’émotion. Il sentait ses joues devenir plus chaudes, étrangement, et son souffle se couper – volontairement, semblait-il. Mais avant que les coins de ses yeux ne fussent emplis de larmes, poussée par une seconde réaction qu’il ne comprenait pas à l’aube d’un geste qui lui semblait si connu et rassurant, l’adolescent referma ses paupières sur le monde. Une fois, deux fois, détourna le regard sur sa droite, se racla la gorge. Peut-être un jour ce genre de toucher avaient été pour lui une habitude, peut-être même quotidienne. Un baiser glissé sur la peau de son visage, une accolade. Il n’en avait aucun souvenir. Seulement une sensation muette, qui signifiait tout et rien à la fois.

Son attention revint sur l’homme lorsqu’il lui adressa à nouveau la parole, comme sorti de cette transe ; et dans l’ombre de sa distraction, il entendit un nouveau filtrer. Le sien. Durant le bref instant où l'allégresse de connaître le nom d'un autre être que lui même avait fait naître un sourire discret sur ses lèves, Shironome laissa sa voix lui porter sa réponse, entre calme et attention.

« Shironome. Hyōsho Shironome. », il lui emboîta le pas alors qu'il déposait son chapeau sur ses cheveux nivéens. Quand bien même l'adolescent n'avait qu'une dizaine de centimètres de moins, peut-être plus, cet homme semblait bien plus âgé que la plupart qu'il avait croisé jusqu'ici. « Disons que... J'ai l'impression de connaître cet endroit. Mais je n'en garde aucun souvenir, pas plus spécialement qu'autre chose. », il releva son regard vers lui, au-delà de la clochette accrochée à cette coiffe de paille. « Vous venez d'ici ? »


_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t6018-hyosho-shironome-terminee#49431 https://www.ascentofshinobi.com/u853

De retour avant l’aube — ft. Daken Kosatsu

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: