Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[Automne 203] Écho Forestier [Pv. Asagao Jirô]

Hokazuka Liuqin
Hokazuka LiuqinEn ligne

[Automne 203] Écho Forestier [Pv. Asagao Jirô] Empty
Lun 22 Juin 2020 - 0:06
Aurore. Il enfilait son uniforme bleu, sa veste militaire et son bandeau gravé du symbole de la Brume. Le Brouillard était représenté sur son front et pourtant son cerveau n'a jamais été aussi clair et ensoleillé. Liuqin était là. Il s'était donné les moyens de ce à quoi il prétendait et maintenant la suite des choses ne dépendait enfin que de lui. Il avait pris son destin en main, il ne lui restait plus qu'à dessiner la suite.

Mais avant de croquer les esquisses de son futur, il s'était d'abord attelé à celles de son présent. Un emploi du temps serré déterminait le rythme de ses journées. Études, Entraînement, Renforcement Musculaire, Course. Le Cervalier était devenu un parangon de rigueur. Strict avec lui-même, il était pourtant des plus tolérants avec autrui. Et très honnêtement, il n'appréciait pas ce rythme de vie. Personne ne le lui a imposé, bien évidemment, mais au final il avait des objectifs à accomplir. Son peuple comptait sur lui. Comme tous les jours, armé de sa lance et accompagné de son partenaire de toujours, Otsuno, il se rendait aux Terrains d'Entraînement du Complexe Shinobi. C'était là un bâtiment qu'il découvrait que depuis récemment, n'ayant obtenu la possibilité d'y accéder qu'en même temps que son bandeau et son uniforme. Le bâtiment entier était un bijou de construction kirijin. Pratique, esthétique, efficace, rien n'était à refaire. Il en allait de même pour les Terrains d'Entraînement.

Arrivé sur place, le cerf qui avait pris forme humaine le temps du trajet réadopta son apparence sauvage.

- Otsu. Depuis qu'on est ici à chaque qu'on a dû se battre on l'a fait séparément. Je pense qu'il serait temps de renouer un petit peu avec Hayashi et de reprendre les Arcanes Irmagreba, tu penses pas ?

L'Élaphe n'émit aucun son. Pour quiconque n'est pas familier à leur relation, on pourrait croire que l'animal ressemblait plus à une coquille vide qui exécutait les volontés de Liuqin sans jamais vraiment donner son avis. Une relation inéquitable, en soi. Un Maître et son Animal. La vérité était bien loin. Si aucune réponse n'était remarquable depuis l'extérieur, la paire s'était pourtant échangé l'espace de plusieurs dialogues le temps d'un regard. Ils étaient complémentaires et rien ne saurait leur enlever cela. De plus, l'envie de revenir aux arts cervaliers était une idée d'Otsuno, à la base, qu'il avait exprimé un peu plus tôt il y a quelques temps. Non, Liuqin n'était le Maître de personne et le Cerf la propriété d'aucun Homme. Un duo, deux personnes, un seul être, deux corps, un esprit, qui saurait dire ? Même eux trouvaient parfois leur relation abstraite.

Ils avaient beau avoir conscience de ça, la suite des événements les rendait toujours un peu inconfortables. Au final, c'était pour ça qu'ils préféraient la Fusion et avaient lésiné les Arcanes Irmagreba depuis qu'ils avaient quitté Hayashi. La Fusion Hokazuka leur permettait de ne partager qu'un corps. Mais l'Art Cervalier requérait que l'Élaphe soit utilisé comme monture. Peu importe ce qu'ils pouvaient penser de cette utilisation de l'animal, cette technique faisait malgré tout partie de leur culture et de leur art martial, qu'ils le veuillent ou non.

La Crinière de Jais détacha sa lance hors de son dos puis vint monter la bête, avant que ce dernier se mette à charger le premier mannequin d'entraînement, ramure vers l'avant et lance tendue vers le bas depuis les hauteurs de sa monture.


Verrue:
 

_________________
- #004000
[Automne 203] Écho Forestier [Pv. Asagao Jirô] Ar0e10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080 https://www.ascentofshinobi.com/t9693-daken-kosatsu-terminee
Asagao Jirô
Asagao JirôEn ligne

[Automne 203] Écho Forestier [Pv. Asagao Jirô] Empty
Lun 22 Juin 2020 - 14:27

Jirô referma l'ouvrage dans un soupir. La bibliothèque du Complexe était presque vide, à l'exception de quelques aspirants particulièrement matinaux, le nez plongé dans des manuels, certains semblant encore endormis. Une clarté d'aurore filtrait à travers les grandes fenêtres de la salle de lecture. Les jours se raccourcissaient, mais le soleil se levait encore suffisamment tôt pour qu'on puisse profiter du village et de quelques-unes de ses institutions avant qu'ils ne soient débordés par le flux habituel des usagers de la journée. Jirô venait à peine d'arriver à Kiri. Mais il commençait déjà à se familiariser avec certains lieux qui l'avaient naturellement attiré. La bibliothèque du Complexe était en tête de liste. Et il savait pertinemment qu'il s'y sentait nettement plus à l'aise quand ses bancs étaient encore clairsemés.

Il se leva de la table à laquelle il était installé, et reposa le livre qu'il avait consulté à sa place, sur un des nombreux rayonnages. Il n'avait pas trouvé l'information qu'il cherchait. Rien de neuf sur son épée. Elle restait sans nom, sans identité, sans histoire. Il en était toujours au même point que lorsqu'il avait quitté Hayashi no Kuni, deux ans auparavant. Il n'avait qu'une certitude, toujours la même: cette lame était unique, et dotée de certaines propriétés qui la rendaient spéciale. Mais lesquelles ? L'énigme restée insoluble.

S'il était venu à Kiri, c'était avant tout pour pouvoir rencontrer les Sabreurs de la Brume. Ils étaient son dernier recours, les seuls êtres, pensaient-ils, qui pouvaient encore lui apprendre des choses sur son trésor. Si même les hommes et femmes qui étaient réputés dans tout le Yuukan pour manier des épées aux propriétés si singulières ne pouvaient rien pour lui, alors ... Il n'aurait plus qu'à abandonner sa quête, sans doute. L'épée retrouverait son statut de relique, et il ne la conserverait plus que comme un souvenir de ses années passées dans sa confrérie natale. Et un symbole de son ignorance ...

Cette idée n'était pas vraiment réjouissante, pensa-t-il en quittant la bibliothèque et en s'aventurant dans les couloirs du Complexe. Mais après des années de recherches infructueuses, il s'y était habitué. Ne lui restait plus qu'à prendre son courage à deux mains et à aller à la rencontre des Sabreurs. Au risque de voir ses ambitions s'effondrer, bien sûr. Cette pensée le rendit particulièrement nerveux, et il la chassa d'un hochement de tête. La journée devait être belle. Pas besoin de la gâcher en imaginant le pire. Il viendrait bien assez tôt, sans doute ...

Il sortit. Ses pas le guidèrent d'instinct vers les terrains d'entraînement. Ils étaient souvent peuplés, même tôt le matin, par quelques élèves zélés qui offraient soit une prestation spectaculaire, soit un spectacle divertissant. Jirô ressemblait un peu à un spectre, dans sa grande blouse blanche d'une seule pièce, avec ses cheveux en bataille et son regard fatigué. Les mains dans les poches, le dos légèrement voûté, il ne respirait sans doute pas la joie de vivre, ni la fougue de la jeunesse. Il était épuisé, c'était vrai. Mais une étincelle de malice pétillait toujours au coin de ses yeux. Son cerveau marchait encore à pleine puissance.

Son attention fut immanquablement attirée par un exercice bien singulier, ce matin-là. Jirô s'appuya à la clôture qui ceignait le terrain, et observa un curieux duo. Un homme armé d'une lance, monté sur un cerf à la ramure pour le moins dissuasive, et qui chargeaient tous deux des mannequins. Un style de combat pour le moins inhabituel, surtout à Kiri. Les shinobis n'étaient pas particulièrement adeptes des joutes montées, parce qu'elles ne correspondaient pas à l'idéal de discrétion et d'efficacité auquel ils se pliaient souvent. Pourtant, cette vision d'un cavalier lancier et de sa monture couronné de bois n'était pas étrangère à Jirô. Elle trouvait un écho lointain dans sa mémoire. Un écho qui remontait des souvenirs vieux de plusieurs années ...

"Hep !"

Il avait hélé le duo. Enfin, dans son esprit c'était surtout l'humain juché sur la bête qui était visé, mais il ignorait bien sûr que l'animal était tout aussi bien capable de comprendre son appel.

"Vous seriez pas originaires de Hayashi, par hasard ?"

Oui, cette technique lui rappelait vraiment quelque chose.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295
Hokazuka Liuqin
Hokazuka LiuqinEn ligne

[Automne 203] Écho Forestier [Pv. Asagao Jirô] Empty
Mar 23 Juin 2020 - 0:20
Pathétique. Leurs assauts faisaient presque peine à voir dans cette salle. Ils avaient clairement l'air d'intrus, trop imposants à deux pour le Mannequin. Tout semblait maladroit. S'étaient-ils rouillés ? C'était comme si l'Irmagreba n'était pas faite pour être pratiquée hors des Forêts d'Hayashi. Très honnêtement, les salles du Complexe n'étaient pas non plus particulièrement adaptées à cet exercice. Le béton, l'étroitesse du terrain, l'espace fermé, le plafond, rien n'était comme là où ils avaient l'habitude de s'exercer. Ça ne marcherait pas.

Bien sûr, il existait des forêts au Pays de l'Eau, et des espaces ouverts. Mais depuis qu'il avait rejoint les rangs, son grade d'Aspirant l'empêchait de vadrouiller hors de Kiri. Il s’assurerait, dès qu'il le pourra, de faire les moindres recoins des forêts du Pays et de les connaître comme la paume de sa main. Pour l'instant il allait devoir laisser de côté ses arcanes culturels. Mais il se promettait d'y revenir un jour, il ne pouvait laisser mourir son héritage. Il en était hors de question. S'il était venu ici c'était pour eux, pas pour les oublier. Si seulement tout était si simple que ça. Il avait beau s'entraîner chaque jour, avoir l'impression de savoir ce qu'il voulait, où aller, au final qu'est-ce qui avançait ? Quelles étaient les conséquences de ses efforts ? Y en aurait-il seulement ? Au final, caché derrière des mots de bienveillance et des intentions sucrées, ne sert-il pas que lui-même ? À quoi servirait sa puissance coincé dans Kiri ? Qui défendait-il à l'heure actuelle, la Brume ou les P'irvilebii ?

Tandis que ces interrogations assaillaient son esprit, il s'immobilisait un instant. Paralysé par le doute et la pression. Il pensait s'être débarrassé de l'étau de l'anxiété depuis qu'il avait obtenu son bandeau, mais à croire que les racines de son malaise étaient enterrées bien plus profondément que sa simple situation précaire lors de son arrivée au Port Naragasa. Constatant l'inaction de son partenaire, Otsuno propulsa son visage en arrière, manquant de percuter Liuqin avec sa ramure, ce qui déclencha un réflexe de parade en tenant sa lance en diagonale face à lui. Il bénissait le fait d'être deux. Ils pouvaient être là l'un pour l'autre et se sortir de ce gens d'endroits obscurs.

- Merci Otsuno. On reprend.

Le cerf reprit de la distance avec le Mannequin d'Entraînement pour mieux le charger. Un coup fut donné, deux, trois, les mouvements se répétaient. Mais nous étions un peu plus éloignés de la maladresse d'un peu plus tôt. Le terrain était toujours loin d'être optimal et la démarche toujours hasardeuse, mais quelqu'un d'inexpérimenté n'y verrait que du feu. Heureusement pour lui, la Crinière de Jais était le seul expert à des pays à la ronde. À moins que ...

- Hep !

Qui les interrompait ? Avaient-ils enfreints des règles ? Les animaux seraient-ils interdits dans l'enceinte du Complexe ? Ou peut-être était-ce le fait de les monter qui posait problème ? Ils ne sauraient dire. Mais Liuqin était quelqu'un d'assez docile, alors la paire interrompit son mouvement.

- Vous seriez pas originaires de Hayashi, par hasard ?

Ça alors, qui l'eut cru ? Quelqu'un aurait-il eu vent du clan Hokazuka et de leurs capacités ?

- Euh, oui bien sûr, pourquoi ?

Quelque peu perplexe comme pouvait en témoigner son air, il se désarçonna et vint à la rencontre de l'Inconnu tout en lui tendant sa main.

- Hokazuka Liuqin, que puis-je pour vous ?

_________________
- #004000
[Automne 203] Écho Forestier [Pv. Asagao Jirô] Ar0e10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080 https://www.ascentofshinobi.com/t9693-daken-kosatsu-terminee
Asagao Jirô
Asagao JirôEn ligne

[Automne 203] Écho Forestier [Pv. Asagao Jirô] Empty
Mar 23 Juin 2020 - 14:11

Le Cervalier et sa monture s'approchaient, l'homme tendant la main, la bête considérant simplement Jirô de son regard animal, mais pas dénué d'une certaine profondeur. Jirô avait vu juste. Ils étaient bien des compatriotes. Des Hayashijins, tout comme lui. Et, en serrant la main du dénommé Liuqin, il comprit également en partie la technique de combat qu'ils adoptaient. C'était un Hokazuka. Un clan dont il avait appris l'existence en parcourant le Yuukan, et en fréquentant les bibliothèques des pays du continent. Une branche des Inuzuka partie vivre sa vie. C'était là un résumé sans doute bien grossier, mais qui éclaircissait la situation.

"Ah, un Hokazuka ... Je comprends."

Jirô eut un sourire malicieux. Il n'attendait rien de particulier en venant épier les shinobis qui s'exerçaient sur les terrains d'entraînement, mais il semblait qu'il venait de faire une trouvaille pour le moins intéressante.

"Je m'appelle Jirô. Je suis originaire de Hayashi, moi aussi. Et il me semble avoir reconnu votre style de combat."

Il dut fouiller sa mémoire un instant, pour retrouver le nom pour le moins compliqué de cette technique. C'était quelque chose d'assez ancien, qu'il n'avait jamais vu pratiqué en vrai, et dont les seules images qu'il avait étaient celles qu'il avait pu voir dans d'anciens manuscrits, maintenant calcinés.

"Ca s'appelle ... l'irmagreba, non ? J'ai pu étudier des enluminures qui le représentaient. Je ne pensais pas avoir l'occasion de le voir pratiquer en vrai. Je croyais que c'était une technique disparue."

En fait, il n'en savait trop rien. Il s'était simplement figuré qu'on ne la pratiquait plus, dans la mesure où il n'en avait croisé que de rares témoignages dans les archives anciennes de Niwa, et qui plus est dans des ouvrages particulièrement anciens. Il en avait déduit que, même à l'époque de rédaction de ces livres, ce n'était pas un style de combat particulièrement en vogue, et que le temps n'avait sans doute rien fait pour arranger les choses. Et puis, les gens de la confrérie de Niwa ne le pratiquaient pas, contrairement à d'autres techniques anciennes qui s'étaient transmises.

"J'peux vous demander d'où vous connaissez ça, l'irmagreba ? Simple curiosité intellectuelle, rassurez-vous ..."

Il ponctua sa question d'un sourire. Il ne mentait pas, il cherchait seulement à savoir par quels biais des arcanes anciennes avaient réussi à filtrer à travers les mailles pourtant épaisses du filet du temps. Après tout, il restait un archiviste. Combattre l'oubli, c'était sa vocation.



Dernière édition par Asagao Jirô le Mar 23 Juin 2020 - 23:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295
Hokazuka Liuqin
Hokazuka LiuqinEn ligne

[Automne 203] Écho Forestier [Pv. Asagao Jirô] Empty
Mar 23 Juin 2020 - 23:13
- Wow, je crois que vous êtes le premier hayashijin que je rencontre depuis que je suis arrivé à Kiri.

Aucune méfiance ne se dégageait du Cervalier. Cela faisait si longtemps qu'il n'avait pas eu un petit goût de chez lui que son esprit embrassait à bras ouverts la présence de cet homme et en oubliait même les règles pourtant strictes de son entraînement.

- Qu'est-ce qui vous amène ici ? Je veux dire, on ne fait pas le trajet du Pays du Bois jusqu'à celui de l'Eau de manière anodine, en général.

Et il savait de quoi il parlait. C'était peut-être bien même la personne qui comprenait cela le mieux dans tout le Yukan. Il avait retourné le monde avec rien, à pied sauf quand la marée l'empêchait, à faire des détours pour éviter l'Empire du Feu et avec un Cerf. Mais il n'était pas ici pour raconter son histoire. Enfin, c'est ce qu'il avait cru. Il fut déjà bien décontenancé que quelqu'un ait reconnu son art martial. Il crut d'abord qu'il était question des arcanes Hokazuka ce qui l'avait déjà, en soi, surpris. Même pour d'autres Hayashijins, le clan était assez discret. Sa structure désunie ne plaidait en plus pas en sa faveur. Mais quel ne fut pas son étonnement lorsque résonna depuis la bouche de cet inconnu le mot "Irmagreba". Si les Hokazuka se faisaient petit alors que pouvait-on dire des P'irvilebii , ce peuple antique disparu dont une partie des Hokazuka se sont réappropriés les usages une fois leurs ruines découvertes, en quête d'identité après un exil ? Ils ne (ré)existaient pas depuis longtemps et on leur collait bien plus souvent l'étiquette "Hokazuka" même si ils commençaient doucement à revendiquer leur culture. Même si des discussions étaient toujours de mise pour savoir si on pouvait seulement dire "leur" culture.

- Euh oui c'est ... c'est exactement ça. C'est l'Irmagreba je ... , dit-il avant de se faire interrompre par un rire nerveux, clairement déstabilisé. Excusez-moi, je ne m'attendais vraiment pas à ce que d'autres personnes soient familières à l'Histoire des P'irvilebii, ici.

Était-il en train de rêver ? La scène paraissait surréaliste. À des lieux et des lieux de son lieu originel, une culture perdue encore en train d'être redécouverte et totalement ignorée au niveau local était devenue le sujet de discussion. Il fallait que ce soit à Kiri qu'il tombe sur le seul étranger capable d'avoir connaissance de son peuple. D'ailleurs, il ne savait pas tout sur sa nouvelle identité. Si ça se trouve cet étranger avait des connaissances complémentaires ? S'il avait eu vent de l'Irmagreba, ce n'était pas de la bouche de sa famille. Il l'avait dit lui-même, il n'avait jamais vu l'Ordre Cervalier de ses propres yeux mais seulement dans des enluminures. Des enluminures ? Ce genre de représentations existaient ? Liuqin devait absolument en savoir plus. Jirô lui en demandait plus, mais la Crinière de Jais n'oubliera pas de revenir sur cette question plus tard dès qu'il en aura l'occasion.

- Et bien ... Comment expliquer ? Êtes-vous familier avec l’Exode des Hokazuka ? Je pense qu'il faut commencer par le contexte si l'on souhaite vraiment tout comprendre.

C'était à croire que l'Homme élaphe ne faisait que cela depuis son arrivée au sein de la Brume. Raconter son histoire, se justifier, montrer patte blanche. Mais tout était différent. On lui demandait pourquoi était-il parti, quelles étaient ses intentions, mais il n'a jamais pu parler profondément de sa culture, de son peuple, de lui, au fond. Assurément, cela lui ferait beaucoup de bien.

_________________
- #004000
[Automne 203] Écho Forestier [Pv. Asagao Jirô] Ar0e10
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t8098-hokazuka-liuqin-terminee https://www.ascentofshinobi.com/t8180-un-cerf-dans-la-brume-hokazuka-liuqin#68080 https://www.ascentofshinobi.com/t9693-daken-kosatsu-terminee
Asagao Jirô
Asagao JirôEn ligne

[Automne 203] Écho Forestier [Pv. Asagao Jirô] Empty
Mer 24 Juin 2020 - 14:06

Jirô sourit à la réaction du Cervalier. Elle était naturelle. Ca faisait du bien. Et puis, sa surprise était compréhensible. Jirô ne s'attendait pas non plus à trouver un compatriote hayashijin à Kiri, même s'il s'était figuré qu'il y avait des expatriés un peu partout. En rencontrer un dans les rangs de la Brume était un étonnement pas désagréable. D'autant plus qu'il pratiquait une forme de combat fort ancienne ... Décidément, il touchait à quelques cordes sensibles. Jirô avait déjà ce sentiment étrange, mais si bon, qu'il serait ami avec Liuqin. Et pourquoi pas même avec le cerf, tiens. Il n'avait jamais fréquenté de bestiole de son espèce de trop près, sauf quand il s'agissait de les chasser, mais il aurait été bête de ne pas changer d'avis.

"Oh, c'est une longue histoire. En fait, je suis à Kiri depuis quelques jours, à peine. Avant ça j'ai arpenté le monde, et avant ça, j'avais un foyer à Hayashi. Pour tout vous dire, c'est là-bas que j'ai appris l'existence de l'irmagreba. On gardait quelques vieux bouquins, et un ou deux mentionnaient cette technique."

"Quelques bouquins", c'était décrire bien légèrement l'immense collection d'archives de Niwa, partie en fumée.

Liuqin allait lui expliquer la façon dont il avait connu tout ça. C'était ce que Jirô attendait. Allait-il apprendre l'existence d'une autre bibliothèque, d'autres ouvrages ou de copies de ceux qu'il avait pu lui-même consulter, qui avaient servi de vecteurs pour faire survivre les arcanes de l'irmagreba, malgré le temps, malgré l'oubli ? A moins que les traditions ne se soient perpétués qu'oralement. Ce n'était pas impossible. Il avait lui-même bénéficié de ce mode d'enseignement. Ses techniques étaient le produit de cette culture orale, jamais couchée sur le papier, et seulement transmise d'homme à homme, de bouche à oreille.

"J'en ai entendu parler. Il doit me manquer pas mal d'éléments, mais je crois que j'ai les bases. C'est une histoire de scission avec le clan des Inuzuka, non ? Eux étaient cantonnés à développer des liens spéciaux avec des chiens-loups, alors que les Hokazuka sont un peu plus ..."

Il jeta un regard au cerf, et lui adressa un léger sourire.

"Ouverts."

Il ne savait rien de ce qui avait poussé à cet exode. Ou alors il l'avait su, et l'avait oublié. Il imaginait des raisons politiques. Les Inuzuka n'avaient-ils pas coutume de vivre à Hi no Kuni, la terre même de l'émergence - sanglante - du Teikoku ? Sur ce point, il comptait sur Liuqin pour éclaircir ses idées.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295

[Automne 203] Écho Forestier [Pv. Asagao Jirô]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: