Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

La mémoire des Yasei [Yasei Reikan]

Asagao Jirô
Asagao Jirô

La mémoire des Yasei [Yasei Reikan] Empty
Mar 23 Juin 2020 - 18:49

Jirô était excité comme une puce. Kiri était en émoi, et il ne faisait pas exception à l'effervescence qui s'était emparée du village depuis quelques jours. La raison en était simple: des shinobis étaient revenus de mission au pays de Kaze, et avaient réussi à rallier à la cause de la Brume tout un clan. Les Yasei n'étaient pas des inconnus pour Jirô. Ils étaient une ancienne et noble lignée, dont les capacités lui étaient familières. Il avait eu l'occasion de lire beaucoup de choses à leur sujet, particulièrement concernant leur transformation en animaux. Un talent inégalé. Et voilà que ces métamorphes de talent joignaient leurs forces à celles de Kiri ...

Mais ce n'était pas tant l'occasion de côtoyer des personnes possédant un talent certain pour des arcanes secrètes du combat qui le réjouissait d'avance. C'était plutôt celle de rentrer en contact avec un clan, dans le sens d'une unité communautaire, d'un groupe avec une culture, une histoire et des traditions. Il voulait en apprendre plus sur les Yasei, et surtout compiler tout ce qu'ils pourraient lui apprendre au sujet de leur identité. Comment s'était forgé leur nom ? A travers quels événements ? Dans quel état en étaient-ils ressortis ? Et avec quelles moeurs ? Il voulait apprendre tout ça, et se faire le chroniqueur du clan. Il était indéniablement poussé par son instinct d'archiviste.

Ce matin-là, donc, il s'habilla en proie à une fébrilité certaine. Il se revêtit, comme à son habitude, de sa blouse blanche d'une seule pièce. Il avait pris toutes les mesures nécessaires: la veille, il avait envoyé une invitation à celle qu'il savait être la nouvelle cheffe du clan à se retrouver dans un établissement dont il avait la connaissance, et où ils devraient être tranquillement installés pour discuter du projet qu'il mûrissait secrètement. Sa missive était ainsi rédigée:

Citation :
Dame Yasei Reikan,

Je suis Asagao Jirô, un Genin de la Brume. J'ai eu vent de vos récents exploits à Kaze no Kuni. Je souhaiterais vous rencontrer, afin non seulement de vous transmettre mes félicitations de vive voix, mais aussi de vous proposer d'échafauder avec moi un projet qui, j'en suis sûr, saura vous séduire pour l'intérêt qu'il présente pour votre clan.

Si cela vous convient, retrouvons-nous à onze heures demain, au salon de thé de monsieur Hirokazu.

Mes respects,

Asagao Jirô

Il n'avait pas reçu de confirmation, mais il s'en fichait pas mal. Il irait de toute façon au point de rendez-vous, à l'horaire qu'il avait fixé. Si Yasei Reikan se présentait, tant mieux. Sinon, il n'aurait de cesse d'essayer d'entrer en contact avec elle jusqu'à ce qu'il ait reçu un refus catégorique. Ca pouvait ressembler à du harcèlement. Mais c'était pour le travail.

Il fila à travers les rues, impatient comme un gosse qui va ouvrir ses cadeaux à Noël. Il ne tarda pas à arriver au salon de thé. C'était un établissement discret, et que Jirô avait choisi spécialement pour cette qualité. Il salua le patron, qui lui indiqua la pièce dans laquelle il pourrait recevoir son invitée en toute tranquillité. Jirô s'y installa, passa commande d'une théière pleine, et attendit. Il était nerveux. Il se triturait les doigts. Pourvu qu'elle vienne ...

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295
Yasei Reikan
Yasei Reikan

La mémoire des Yasei [Yasei Reikan] Empty
Jeu 25 Juin 2020 - 20:14
Printemps 204, Village de Kiri

Ce retour triomphant au Pays de l'Eau, Yasei Reikan avait passé tant de longues nuits à en faire le centre de gravitation de tous ses rêves, tous ses fantasmes. Chaque coin de son esprit n'avait juré que par la victoire sur les vices du sable, eux qui avaient si longtemps incarné les étaux maltraitant son clan. Et qui n'étaient à ce jour plus que poussière. Le devoir de satisfaire cette épuisante quête, s'il lui avait soufflé la peur au visage à certains détours, la faisait dorénavant suer d'une inqualifiable fierté et redorait ses ambitions d'un courage plus dur encore que n'importe quel fer. Mais... à quel prix? Même si des sillons écarlates étaient venus peindre son carcan de chair face au Scorpion noir au milieu des ergs, cela n'était que pacotille à côté de la douloureuse plaie qui s'était ouverte sans prévenir au creux du foyer de son âme.[invisible_edit]

Celle qui représentait sa peine inconsolable d'avoir perdu Yasei Zoku, sur les terres de la Brume.

Des journées entières avaient été nécessaires à la Tigresse blanche pour s'en remettre ne serait-ce qu'un peu de l'intérieur. Néanmoins, les responsabilités qui dormaient encore contre ses épaulières de fauves dorés ne pouvaient attendre davantage. De cette fatale épreuve, la Yasei au pelage tigré devait en sortir rapidement pour que la mort du raton-laveur soit la dernière qu'elle ait à regretter parmi les siens. Et ce n'était pas les activités autour d'eux qui semblaient manquer dans les bras de Kiri. Grâce à sa bravoure, la cheffe du clan des métamorphes avait arraché ses frères et sœurs des griffes du Désert. Désormais, il lui fallait les gérer et les guider du mieux qu'elle pouvait au cœur de l'Archipel. Tant de papiers attendaient d'être lus par ses yeux, mais très peu disposaient d'une telle chance par manque de temps. Or, Reikan faisait tout pour ne pas le gaspiller et le mettre à profit de l'avenir de ses pairs entre les murs de la Cité Brumeuse.

Et aujourd'hui, le projet d'Asagao Jirō avait été l'élu de son attention.

Cette tombée de matinée aurait pu ressembler à toutes les autres, aux yeux du maître de la maison de thé Hirokazu. Mais en scrutant les silhouettes dressées près de l'entrée, il ne put que se laisser gagner par une merveilleuse surprise qui lui hérissa jusqu'au dernier poil du corps. Transcendé par la vue de Reikan, Aguni et Kazushige qui l'accompagnaient, le patron de la bâtisse fut dépassé par l'excitation de recevoir au sein de son enseigne une clientèle aussi appréciée par la Cité Brumeuse. Sans toucher à son hospitalité habituelle, il demeura toutefois incapable de contenir l'intense joie le gangrenant, au point que cette dernière se fit ressentir rien qu'à travers la corde tendue de sa voix.

aguni:
 

kazushige:
 

« D-D-DAME REIKAN!! Quel plaisir de recevoir l'Héroïne de l'Eau ici!
Mes salutations, Hirokazu. Je suis là pour m'entretenir avec un dénommé Asagao Jirō. Est-il déjà arrivé?
O-Oui, bien sûr! Veuillez me suivre, il n'attend que vous. »

Les pas de la Tigresse blanche et de ses accompagnateurs talonnèrent ceux dudit chef de thé, qui s'aventurait vers les discrètes salles de l'édifice. Vêtue d'un kimono fuligineux, au dos duquel trônait en roi le symbole du Tigre blanc, la Yasei à la peau dorée remercia d'un chaleureux hochement de tête ce cher Hirokazu et accepta son invitation à aller derrière ce doux rideau de soie qui séparait la mystérieuse salle du couloir. En pénétrant entre ces murs avec ses deux proches de sang, l'enfant des Bêtes déposa ses pupilles myosotis sur l'unique personne présente à l'appel et s'en approcha, avant d'incliner son échine vers l'avant pour la saluer et faire murmurer ses parures et boucles qui mêlaient or et éther. Aussitôt, elle redressa son visage bordé par ses éphélides pour lui adresser la parole.

Aussi monstrueuse pouvait-elle parfois se révéler, Yasei Reikan demeurait d'une exotique noblesse sans pareille. Et ce, aussi bien à l'égard d'un Genin que d'un Daimyō. Elle resplendissait, près des changeformes qu'elle chérissait et qui ne passaient pas inaperçus auprès des clients du salon.

« Reikan, cheffe du clan Yasei. Je vous présente Aguni et Kazushige, tous deux fiers métamorphes à mes côtés. Enchantée de vous rencontrer, Jirō. Veuillez excuser mon silence à la lettre, mais vous avez sûrement déjà compris que cela me convient. »

Un sublime sourire venait de se dresser sur ses lèvres charnues.

_________________





Dernière édition par Yasei Reikan le Sam 27 Juin 2020 - 1:14, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Asagao Jirô
Asagao Jirô

La mémoire des Yasei [Yasei Reikan] Empty
Ven 26 Juin 2020 - 15:24

Jirô ne s'était certainement pas attendu à ce que la Yasei se fasse accompagner. Pourtant, il aurait pu s'en douter. N'avait-elle pas gagné à la fois du prestige et la compagnie de son clan en l'amenant avec elle à Kiri ? Elle s'était naturellement dotée d'une aura de leader, qui avait dû lui faire transcender, en quelque sorte, le simple statut de kunoïchi, pour l'élever vers un autre, plus noble peut être, où sa représentation avait autant d'importance que ses actes. Il était certain que par ses exploits récents, elle avait gagné en autorité et en prestige. Jirô aurait eu du mal à dire à quel point, n'étant habitant de Kiri que depuis très récemment, mais il était sûr que, depuis son retour, Yasei Reikan était devenue une figure de premier plan au village.

En tout cas, elle était impressionnante, même si on faisait abstraction de ses deux gorilles - un terme que Jirô se jura mentalement de ne pas utiliser devant eux, car, il en était certain, ç'aurait pu passer pour une maladresse extrême lorsque l'on s'adressait à des Yasei. Elle n'était pas menaçante. Pas exactement, en tout cas, car on décelait tout de même une lueur féroce au coin de ses yeux. Une lueur sauvage. Elle était plutôt ... royale. Il est des princesse qui, de par le monde, font leur statut un cocon dans lequel elles se bercent d'illusions et développent une préciosité peureuse. Yasei Reikan n'était pas de celles-là. Elle n'était pas princesse, mais reine. Et elle n'avait pas besoin de porter de couronne pour le montrer.

Jirô se leva pour la saluer, en s'inclinant bien bas. Sa nervosité avait quelque peu disparu, éclipsée par l'impression que lui avait faite la métamorphe.

"Asagao Jirô. C'est un privilège de vous rencontrer, et aussi vite. Je vous en remercie. Si vous voulez bien ..."

D'un geste du bras, il invita la compagnie des Yasei à prendre place de l'autre côté de la table basse, meuble unique qui occupait la pièce. Il reprit lui-même son siège. Il leur faisait face à tous les trois. Il sentit son angoisse revenir au galop. Mais il ne servait à rien de paniquer. Son projet était noble d'intention. Et bénéfique pour ce clan, qui plus est. Il avait de bonnes chances de les convaincre, s'il s'y prenait habilement. Car, si la lueur qui brillait dans les yeux de Yasei Reikan était celle de la noblesse, celle qui pétillait dans les iris de Jirô était de la malice pure.

Hirokazu leur servit le thé. Pendant ce temps, le silence régna dans la petite pièce. Ce ne fut qu'après que le gérant fut sorti que Jirô prit la parole:

"Encore une fois, je vous remercie d'être venue. Comme je vous le disais dans mon courrier, j'ai à vous faire part d'un projet auquel j'ai pensé et qui, je le crois, servirait les intérêts de votre clan autant que le mien. Avant de vous l'exposer, il est nécessaire que je vous explique un peu qui je suis, je pense."

Il déglutit, et mit de l'ordre dans ses pensées. Le regard des trois métamorphes braqué sur lui n'était pas exactement pour le détendre. Mais avoir pris la parole avait déjà commencé à chasser son appréhension. Il continua, donc:

"Je suis originaire de Hayashi no Kuni. J'ai grandi dans une communauté qui dédiait son existence à la conservation d'un fonds très important et très ancien d'ouvrages, d'artefacts et de savoirs immatériels. L'histoire de cette communauté remonte à très loin, et je ne vais pas vous faire perdre votre temps en vous la racontant. Je veux simplement que vous en reteniez que j'ai grandi parmi ces archives, et que j'ai appris à les côtoyer, à les préserver et à en considérer l'importance. Elles sont ce qui fait durer une culture dans le temps, et ce qui l'installe, la pérennise. Leur disparition n'en est que la preuve, car avec les objets, c'est une mémoire qui s'efface.

"Je suis arrivé à Kiri très récemment. Cela fait longtemps que je n'ai pas eu l'occasion de m'occuper d'un fonds d'archives, mais voilà ..."

Il en arrivait au coeur du sujet. Il avait l'impression d'être passé trop rapidement sur son passif et son expérience. Peut être avait-il créé de la méfiance, en paraissant expliquer les choses avec précipitation ? Or, tout reposait sur la confiance qu'il réussirait à instaurer entre lui et la cheffe des Yasei. Il verrait bien.

"Je vous propose de développer les archives de votre clan. De coucher par écrit ce qui n'est encore qu'oral, de copier vos manuscrits anciens, de classifier le tout et de le conserver ici, à Kiri."

Voilà, les dés étaient lancés. La proposition était intéressante, à son sens. Elle était de premier ordre, même. Il leur proposait de s'inscrire dans la trame du village. De lutter contre l'oubli. De prendre l'avantage dans leur combat contre le temps lui-même.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295
Yasei Reikan
Yasei Reikan

La mémoire des Yasei [Yasei Reikan] Empty
Lun 29 Juin 2020 - 16:49
De l'Histoire ne demeurent parfois que des souvenirs emmêlés, détrempés, écorchés par le temps tels de petits songes de l'esprit maculés d'une si accablante destinée. Toutefois, dans les entrailles de n'importe quel peuple dévalaient des générations dont la soif dévorante de transmission n'avait de cesse de grandir. Sur cette Terre de plus en plus secouée par les tragédies, aussi bien les civils que les guerriers liés par le sang exigeaient des repères et des mémoires sûrs afin d'avancer sans craintes, sans incertitudes. Deux choses essentielles qu'il était possible d'encrer pour faire naître ou raviver ce lien entre les différents âges et ainsi, rendre pérenne un patrimoine familial conséquent. Et les enfants des Bêtes eux, disposaient d'un passé vieux et lourd comme le monde. Mais tous les mystères qu'il abritait faisaient qu'il était plus beau encore. C'était l'une des raisons expliquant cette indomptable fierté que Yasei Reikan nourrissait à l'égard de ses origines.

Une fierté qui l'avait hissée à la tête de son propre clan.

Mais ce n'était pas pour autant que la métamorphe n'avait plus les pattes sur terre. Si ce sentiment de puissance avait crû sans l'ombre d'un doute aux côtés de sa famille et obligeait autrui à la tenir en respect, elle ne souhaitait pas en profiter par un quelconque moyen. Voilà donc pourquoi la Fille du Vent tendit une oreille attentive à la présentation de son vis-à-vis, une fois assise à sa table. Son instinct la poussa même à regretter cette rapidité avec laquelle Jirō déballait les bribes de toute son existence personnelle.

En effet, le temps de l'Héroïne de l'Eau était précieux.

Mais une fois investi pour l'avenir et la stabilité de son clan, il n'était jamais perdu. De tous, Reikan ne connaissait que trop bien l'impact d'une vie clanique morcelée aux quatre coins du globe. Car il avait amorcé en son sein cet espoir de réunification qu'elle pouvait désormais toucher du bout des doigts, après tant d'efforts. Combien de tous ces frères et sœurs inconnus vivaient encore à ce jour sans famille, pas même conscients qu'une pierre angulaire à laquelle s'accrocher en cas d'errance spirituelle avait vu le jour sur les terres de la Brume? La solitude des siens et de quiconque reflétait l'un des pires poisons pour la Tigresse blanche. Et à travers son audacieux projet, la main tendue par ce jeune homme apparut à ses yeux comme un remède particulièrement performant contre une telle maladie de l'esprit. Aguni et Kazushige restèrent inexpressifs et gardèrent les yeux rivés sur la Fille du Lion, de laquelle ils semblaient attendre une digne réponse.

Elle alimenta le suspens quelques secondes, avant de cligner des yeux et de répliquer.

« Aussi loin qu'il s'en souvienne, mon clan n'a cessé d'être torturé par le temps, les grains et les bas instincts des Hommes. Pillés, humiliés et même chassés pour notre bestialité, nous autres métamorphes avons toujours baigné dans une eau de sang et de misère, peu importe notre emplacement dans cette réalité bigornée par la haine. Si les plus chanceux ont pu s'enfuir de l'enfer du Pays du Vent, ce fut avec la terrible contrepartie de couper les liens les rattachant à leur propre chair. Aucun enfant des Bêtes ne peut aujourd'hui demeurer indifférent ni imperméable à tous ces décennies passés à se plonger dans l'oubli, se cacher aux yeux du monde entier pour tenter de survivre dans l'ombre. »

Les regards de ses camarades furent pris de regrets, forcés par un constat affligeant mais vrai à ne pas observer autre chose que le sol.

« Mais je compte bien anéantir cette si coriace fatalité. Je veux que mes pairs n'aient plus à craindre quiconque ou quoi que ce soit, pas même l'avenir en personne. Qu'ils prennent conscience qu'un foyer les attend ici, à Kiri. Qu'ils puissent davantage se reposer sur la beauté de nos lignées si uniques au creux de cet univers. Et pour cela, leurs mémoires se doivent d'être précieusement conservées, à l'épreuve du temps. Asagao Jirō, je tiens à vous remercier du fond du cœur. Non pas pour votre initiative, mais plutôt pour les heures que vous allez passer à éplucher nos souvenirs et nos héritages. Voici donc le premier que j'aimerais vous montrer. »

La tête haute et fière, Yasei Reikan glissa ses fins doigts sur les plis de son haut pour l'écarter sur les côtés sans la moindre gêne et dénoncer son collier à la lumière artificielle. Entre ses clavicules courrait une cordelette écarlate portant une dague bestiale à la rare lueur, que peu auraient même soupçonner d'exister. Une lueur si cristalline qu'elle en paraissait presque vivante, qui était celle du trésor des Yasei.

*Kesshō no Tanken (結晶の短剣, litt: Dague de cristal)

_________________



Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan https://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Asagao Jirô
Asagao Jirô

La mémoire des Yasei [Yasei Reikan] Empty
Mar 30 Juin 2020 - 21:22

Jirô ne put s'empêcher de décocher un sourire en réalisant qu'il obtenait l'approbation de la métamorphe en cheffe. Il s'était attendu à des discussions compliquées, à un débat, à devoir défendre ses idées et la valeur d'un patrimoine écrit pour une culture, particulièrement lorsqu'elle devait s'installer dans un nouvel environnement auquel elle était inconnue, et qui lui était inconnu. Mais il n'avait certainement pas prévu une adhésion entière et immédiate à son projet. La princesse des bêtes semblait être une personne intrigante, pour sûr. Car, Jirô en était certain, peu de leaders auraient eu le même flair pour comprendre l'importance de leur mémoire.

Il allait se confondre en remerciements, avec des manières ampoulées et qui lui étaient peu familières, lorsque Yasei Reikan dénicha au creux de son col le premier des trésors qu'il aurait à étudier. Cette seule apparition d'un artefact inconnue suffit à faire oublier à Jirô toutes les formules qu'il avait déjà commencé à imaginer pour exprimer sa gratitude. Il avait face à lui un document inconnu, qu'il devrait chercher à rattacher à des sources connues, elles, et qui serait le premier pilier de la construction de son travail. Il l'imaginait colossal, d'avance. Mais pas irréalisable. Surtout s'il savait s'entourer des bonnes personnes.

Sans vergogne, il se pencha sur la table basse, et approcha les mains avec une certaine avidité de la Yasei. Néanmoins, lorsque ses doigts effleurèrent la surface du cristal, et la décollèrent légèrement de la peau délicate de sa propriétaire, ce fut avec une douceur et un soin d'expert. Ses yeux étaient rivés sur le petit objet. C'était un pendentif très fin, malgré son aspect quelque peu abrupt. Il était d'une grande beauté, en tout cas. Et d'un matériau qu'il supposait être rare. Ce n'était pas du cristal ordinaire, c'était certain. Les reflets qu'il projetait étaient trop étranges, trop spectraux, pour que ce soit le cas. Sa forme ne suggérait pas d'usage particulier. Une petite arme d'apparat, peut être ? Mais la taille de la roche semblait trop peu précise pour nourrir cette hypothèse. Un simple bijou, alors ?

Il prit soudain conscience du caractère quelque peu décalé de sa position. Aussitôt, il laissa retomber l'objet contre la peau de sa propriétaire, et retrouva sa position de l'autre côté de la table.

"Euh, pardon ... L'enthousiasme du professionnel ..."

Son regard dériva un instant sur les deux métamorphes qui accompagnaient Reikan. Puis il se fixa à nouveau sur leur cheffe. Il était conscient qu'il était à présent temps de faire ses preuves. De montrer que l'expérience qu'il avait évoquée n'était pas un leurre. Qu'il en avait vraiment un peu dans la tête.

"Je ne connais pas cet objet. Mais je pense qu'il devrait être possible d'en remonter la trace, et d'en comprendre l'histoire. Je crois comprendre qu'il a une certaine valeur disons mémorielle pour votre clan ? Avec une première observation, je peux dire qu'il s'agit d'une objet d'apparat, un bijou, peut être, fait dans un matériau très précieux. Je n'ai jamais vu de cristal de ce genre auparavant, je dois l'avouer. Il a été travaillé assez abruptement, sans finition très précise et surtout sans ornements. Ca me laisse penser qu'il n'a peut être pas été produit par un peuple très porté sur l'orfèvrerie. Donc potentiellement dans un milieu dépourvu de mines et assez éloigné des grandes routes commerciales, qui auraient pu porter à sa connaissance des ouvrages d'un autre style, qui auraient pu servir de modèle, ou d'inspiration. Si je me souviens bien, les Yasei étaient localisés à Kaze no Kuni, avant, non ? Je ne serais pas étonné que cet objet soit issu de l'artisanat de ce pays."

Il s'interrompit, reprenant son souffle et le fil de ses idées. Il ne pensait pas avoir déblatéré trop de bêtises. Mais le plus important restait à découvrir et à dire, et il était bien conscient de n'avoir fait qu'effleurer la délicate surface de l'histoire et de la signification de cet objet précieux.

"Mais vous pouvez sans doute m'en apprendre plus que je ne pourrai le deviner sur cet objet, non ?"

Et à nouveau, ce fut la malice qui pétilla dans son regard.

Revenir en haut Aller en bas
https://www.ascentofshinobi.com/t9771-asagao-jiro#82981 https://www.ascentofshinobi.com/t9817-asagao-jiro#83295

La mémoire des Yasei [Yasei Reikan]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: