Soutenez le forum !
1234
Partagez

Luxure, gourmandise et quelques grains de sable [Kuuli]

Okogoto Ken
Okogoto Ken

Luxure, gourmandise et quelques grains de sable [Kuuli] Empty
Jeu 25 Juin 2020 - 11:09
Fumée d'herbe illusoire, rire et échange charnel, au beau milieu d'un hammam pour tout publique l'Asaara prend du bon temps ... et en bonne compagnie. Qu'elles soient jeune ou un peu plus âgées, le prince apprécie la présence des femmes du monde entier. Mais il faut dire que la gente féminine présente au Pays du Vent et plus particulièrement en son désert, est plaisante pour les yeux comme pour son plaisir personnel. Yokubaru est un homme se sachant beau garçon, pouvant attirer n'importe quelle femme à ses pieds. Si ça manière de penser est à la limité du machisme, il n'en reste pas moins un incroyable gentleman envers elle. Il s'est traiter les autres comme il se doit. Si toutefois ces derniers le respecte du moins ...

Et grain de raisin après grain de raisin donné par une de ses déesses pendant qu'une autre le ventile par une feuille de bananier géant, l'homme le plus gourmand du Yuukan se délecte d'un repas d'antologie au sein du fumoir humain dont l'humidité commence à atteindre son paroxysme. Le corps des uns et des autres se mélangent, se frottent et profitent d'une incroyable osmose dans ce moment totalement fou. Mais si certains peuvent penser à l'homme le plus luxurieux au monde, qu'ils ne jugent pas trop vite. La présence du Kazejin en ces lieux n'est pas pour profiter des corps de toutes ces personnes mais pour le festin qu'elles proposent. D'après les rumeurs, c'est ici que l'on trouve la meilleure gastronomie du Pays, de la véritable cuisine exotique. Cependant, le manque cruel de vin vient attiser la colère du précieux, demandant justice à tout cela. «
Santia ! Où est le vin bordel ??! » La peau basané à la base, cette dernière vire légèrement au rouge tant son rythme cardiaque et l'ensemble de son système vasculaire commence à bouillir de toutes leurs forces. Comment ne pas pouvoir rincer son gosier par un bon verre de vin après une pièce de viande bien sanglante et quelques fruits ? C'est impensable. Il ne peut s'efforcer de penser à ce malheur, aux agrumes d'un vin bien vieillit avec lequel il pourra s'endormir à force d'en boire encore et encore.

Néanmoins, le plaisir de consommer et de se nourrir de manière foisonné lui manque ne serait-ce que quelques secondes lorsqu'on le coupe dans son élan de boulimique. Et dans ce vacarme, la porte du Hammam s'ouvre laissant une bonne partie de la chaleur de la pièce s'échapper. Sa colère passagère disparait, avant qu'il ne reste là à fixer cette porte s'étant ouverte. Qui a osé ?

«
Hé ! T'es qui ? Comment oses-tu nous déranger durant nôtre festin ?! »

Face à la silhouette se dressant à l'entrée, l'Asaara reste à la regarder de par ses prunelles ambrées celui ou celle qui a osé l'interrompre durant son banquet et surtout ... durant sa colère d'alcoolique. Le cigare en bouche, le Prince expire une épais nuage de fumée pour palier au manque de vapeur, montrant à travers le voile gris et à la lueur des cendres calcinés, son visage le plus vexé. L'homme s'avance et dévoile être un émissaire pour une personne encore inconnue au gourmand, une Asaara. Lui qui venait à peine de découvrir son appartenance à ce clan, peut-être est-ce là l'occasion d'en savoir un peu plus et de rencontrer enfin des personnes de la même famille que lui ? Son air enragé changea et il devint soudainement intéressé par l'offre de l'homme.

***


Pas après pas, traversant le désert en compagnie de l'homme venu le chercher, Yokubaru observe au loin ce qui semble être une bâtisse, caché entre le roc et le sable du désert du Pays du Vent. Une chose qui d'après lui, ne peut être découvert par n'importe qui. Pour s'y rendre, il est très certainement obligé de faire parti d'un groupuscule ou de connaitre cet endroit au préalable. Mais un lieu inconnu des autres, tout comme ceux qui le demande ? Le Prince se doit de rester distant émotionnellement comme d'être prudent sur ce qu'il pourra faire ou dire. Approchant de la grande porte d'entrée, l'émissaire se mit sur le côté laissant le bon plaisir au Kazejin de s'annoncer. Alors de trois coups assuré sur le bois de l'entrée, il s'annonce.


Revenir en haut Aller en bas
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Luxure, gourmandise et quelques grains de sable [Kuuli] Empty
Lun 29 Juin 2020 - 21:03
-Entre Yokubaru.

Au milieu du halle, les mains se joignant derrière le dos. La demi-géante invitait l'inconnu à entrer, lui qui semblait vivre dans le luxe en ignorant l'existence des siens, un affront ou une indolence que ne saurait accepter éternellement la représentante et cheffe des manieurs de sables. Plissant les yeux, l'Immaculée l'invita à la suivre dans son immense bâtisse, le manoir depuis lequel elle dirigeait la plupart des opérations. Une demeure construite avec sa richesse, celle de sa famille et étant aujourd'hui le centre névralgique de la nouvelle vague du Vent. Entrer ici serait bientôt impossible mais pour quelques temps encore, elle pouvait se permettre de recevoir des visiteurs. Surtout quand elle était celle qui les faisait mandater et parcourir des kilomètres, mais cela était important. L'homme à la peau ébène, mate était un inconnu même parmi les Asaara. Son teint de peau ne connotait pas seulement de sa différence, mais également d'après ce que son émissaire lui avait rapporté, son manque d'auto discipline et ce qu'il exposait à la vue de tous.

-Je suis Asaara Kuuli, cheffe du clan éponyme. Je ne te connais pas, et cela doit surement être réciproque. Si tu préfères le ton du vouvoiement, je m'y plierai mais nous sommes entre membres de la même famille, que tu viennes de l'apprendre ou que tu aies sciemment décidé de te retirer des affaires claniques, le même sang coule dans nos veines.

Sortant de ses étagères, une carafe argenté, l'en vidant le contenu dans deux tasses de la même couleur avant de se rapprocher de son interlocuteur et de lui tendre une coupelle. Ses prunelles plongeant dans le regard de son cousin, l'autorité ne s'imposait pas avec des gens ne connaissant rien aux mœurs des leurs. Il fallait séduire ou convaincre en douceur, doucement cerner la personnalité de son interlocuteur avant de peut-être réussir à le faire adhérer aux idées, doucement murmurés dans ses oreilles.

-Je t'ai fait déplacé, et je regrette si je t'ai forcé à quitter tes occupations. Je me doute que tu dois être occupé, je répondrais à tes questions si tu en as. Tes cousins, sont nombreux à arpenter les dunes, je t'introduirai à certains si tu le désires. Je ne veux guère te forcer la main, mais il est dans mes devoirs que de m'enquérir des âmes perdues loin du clan, au moins pour se présenter formellement à eux.

Il était Prince, elle était Impératrice, était-il orgueilleux? Possédait-il donc un ego démesuré? Les propos rapportés sur la seule phrase prononcé à son messager, semblait s'orienter vers un caractère fort et peu conciliant. L'obéissance n'était pas requise, le respect si. Il apprendrait bien vite, qui était réellement en passe de devenir la dirigeante du Vent. Et que dans son intérêt, rejoindre les rangs du clan ne l'aiderait qu'à se hisser vers le sommet.

En cas contraire, il pouvait redevenir poussière et ne faire qu'un avec le sable. Kuuli dirigeait avec mansuétude et clémence, il ne fallait simplement pas dépasser certaines normes et limites qu'elle imposait aux siens. L'objectif était simple.

Pour et par le sable, le désert renaîtra.
Revenir en haut Aller en bas
Okogoto Ken
Okogoto Ken

Luxure, gourmandise et quelques grains de sable [Kuuli] Empty
Mar 30 Juin 2020 - 23:01
Le cigare au bout des lèvres, laissant s'échapper quelques nuages de fumée toxique, le Prince reste debout face à celle qui se présente comme étant la cheffe du clan Asaara, le désormais clan des véritables origines de Yokubaru. Et dans cette immense bâtisse, l'homme à la peau ébène se trouve bien trop petit dans un univers qui semble le dépasser de bien loin. Qui est-elle réellement ? Que souhaite-elle ? Quels sont ses véritables objectifs ? Même s'il est heureux de pouvoir enfin rencontrer un membre de la même famille que lui, le Kazejin reste méfiant au fond de lui, ne sachant pas à quoi s'attendre.

« Tu peux me tutoyer, après tout oui, nous sommes de la même famille. »

Restant un tant soit peu distant de son homologue des dunes, Yoku' se montre intéressé par tout ce qui l'entoure. Sa richesse ressemblait à peu près à ça avant que la fin ne se rapproche un peu trop des membres du clan Hageshī. Cette tragédie, à l'origine de la perfidie de l'homme et de son souhait d'un enrichissement toujours plus supérieur à la veille, a su faire prendre conscience au jeune héritier d'une méfiance sans précédente vis-à-vis des autres. Vis-à-vis de ceux qu'il ne connait pas. Et Kuuli ... en fait parti. C'est tout naturellement, alors que cette dernière lui sert un verre de la même liqueur présente dans sa carafe argentée, qu'il pose son nez au dessus du liquide pour en sentir les différents arômes. Sait-on jamais, depuis le temps, il a su se méfier des autres et a apprit à repérer naturellement certains poisons. « Ce serait avec plaisir que je rencontrerais mes ... cousins. » Mais ici, semblerait-il que la voie soit libre. Et si cela peut surprendre la maîtresse de maison. De plus, la politesse de cette dernière semble en somme flatter la présence de l'homme dans son domicile, comme pour le brosser dans le sens du poil. Il en prend note et reste prudent, guettant le moindre de ses mouvement.

« Mais dit moi ... Quelles sont tes intentions à mon égard ? J'avoue ne pas avoir apprécier que ton larbin me force à le suivre pour venir me perdre au beau milieu du désert avec comme seul argument, la rencontre avec un autre Asaara. Si vous voulez la jouer sentimentale, personnellement c'est pas mon genre. »

Son ventre vient alors intérieurement lui rappeler que sa faim reste insatiable.

« Par contre on a rien à manger ici ? » dit-il sur un ton légèrement désinvolte. Après tout, si cette Kuuli souhaite vraiment faire de Yokubaru son allié ou quelque chose dans le genre, il serait illogique qu'elle l'empoisonne par la nourriture. En espérant que le repas soit à la hauteur de ses attentes princières.
Revenir en haut Aller en bas
Asaara Kuuli
Asaara Kuuli

Luxure, gourmandise et quelques grains de sable [Kuuli] Empty
Mar 21 Juil 2020 - 10:54
-On? Qui est on? La politesse et le respect s'arrêtent là ou commence l'insolence Yokubaru. Je t'ai convié, et pour cette raison je ferai comme toujours office de bon hôte.

Elle claqua des mains, des deux côtés de la pièce, les portes s'ouvrirent et un trio de domestiques apportèrent sur la table ébène de quoi nourrir une famille entière. Le luxe, ce n'était pas sa tasse de thé parce que vivre oisivement ne menait qu'à une faiblesse et un surplus de confiance inutile. La dépravation ne conduisait l'Homme qu'à sa perte, en lui faisant oublier le danger naturel de sa fragile existence. Aussi Kuuli vivait certainement dans ce manoir, mais se refusait à faire des banquets ou des cérémonies, cela ne servait à rien. L'on ne dirigeait pas un pays en s'appuyant uniquement sur une classe dirigeante, c'était ces erreurs qui avait conduit le Vent au bord de l’effondrement. Et aujourd'hui à l'aube d'une révolution, changeant la société dans laquelle ils évoluaient tous. Demain, l'Empire des Dunes naîtraient et dès lors le monde entier apprendrait à vivre avec cette nouvelle puissance. Et pour cela il ne fallait pas se perdre dans la perte ridicule d'argent.

-Taiyô est sous attaque, certains parlent de la Roche. Un village dont les relations entre le Vent et la Roche n'ont jamais été aussi tendus. Le clan Yasei a prit l'exil, il ne reste désormais que notre clan et celui des Meikyûs. Tu peux ne rien avoir à en faire du paysage politique, et du futur et continuer tes affaires... Néanmoins, probablement que bientôt les choses changeront et si tu décides de rencontrer tes cousins, de t'intégrer dans cette 'vie' tu auras probablement plus à gagner mais nous ne nous connaissons pas.

Elle plissa les yeux, tirant sur la cigarette. Le ton était détaché et neutre, n'haussant pas vraiment la voix. Elle restait vague et mystérieuse, jouant avec son éventuel intérêt. Il semblait méfiant, ce qui était normal mais ne l'était pas suffisamment pour oublier de demander un repas à la demi-géante. Du mal à percevoir quel genre d'homme il était, probablement un orgueil mais aussi une flegme naturel chez lui. Mais elle allait devoir corriger des choses, qu'importe si il se vexait ou si elle froissait son amour propre, elle n'insultait jamais personne simplement qu'irriter l'Immaculée était rare mais cet Asaara avait réussit l'impossible.

-Je ne suis pas un autre Asaara, je suis la dirigeante du clan. Toi qui es-tu Yokubaru? Qu'aspires-tu à devenir dans les dunes? Nous ne sommes pas égaux en toute chose, personne n'est mon larbin parce que j'en ai pas besoin. Ce titre, la force je l'ai prit en grande partie toute seule. Il n'y a pas de sentiments, il y en a jamais eu avec moi. Ce que j'accomplis c'est pour le clan, c'est pour les miens, c'est pour gravir les échelons de la société. Pour que le clan Asaara, même si il doit être le dernier de ce pays, soit à sa juste place.

Elle dirigeait une organisation, avait sous ses ordres des shinobis plus puissant que sa propre personne. Une armée qui grandissait et un clan, et lui qu'avait-il à part un harem ou se perdre pour oublier sa situation? Elle pouvait l'aider, et elle le ferait mais il devait d'abord comprendre qu'être Prince de son monde, de sa bulle était totalement différent que de régner et de diriger des centaines de vies. Chaque décision de la demi-géante impactait une partie de l'ecosystème de sa patrie.

-Tu as des attentes? La nourriture ne te plait pas? Je peux encore et toujours tenter de convenir à ce que tu recherches, mais ma patience est comme le sable. Elle s'effrite, le respect et la politesse font qu'aujourd'hui je possède ce que j'ai précédemment cité. Je souhaite aider chacun des Asaara car c'est mon devoir, et je ne sais pas encore ce que tu recherches. Mais je ne serai pas ton domestique, si tu veux mon soutient il faudra faire de même. Ensemble, ensemble les Asaara obtiendront ce qu'ils veulent, pas chacun de son côté. Cette rencontre peut décider de ça, ou je te laisserai en paix et te dédommagerai pour ton déplacement si tu as mieux à faire.

Elle s'incline légèrement en avant, son interlocuteur aurait un choix à faire mais jamais la menace n'a convaincu quiconque. Il était un membre de son clan, mais c'était son choix de s'en retirer ou de refuser d'y entrer. Kuuli ne ferait qu'agir conformément avec ce qu'il déciderait, mais ne rien faire miroiter inutilement ou avec des mensonges. Il avait l'embarras du choix, et plusieurs autres camarades qu'il rencontrerait surement. Mais si la confiance serait le prochain sujet de discussion, son tempérament devrait être maîtrisé au risque que Nobume en autre lui tombe dessus au détours d'un couloir.
Revenir en haut Aller en bas

Luxure, gourmandise et quelques grains de sable [Kuuli]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Désert aride
Sauter vers: